La valeur de la vie humaine

/la-valeur-de-la-vie-humaine

  • La valeur d’une vie

    Bientôt les pauvres n’auront plus le droit de parler, les vieux de vivre et les jeunes de chanter. Une alliance inédite entre la science, la rationalité économique et le néolibéralisme autoritaire prépare des monstres que nous ne soupçonnons pas. Cette alliance nous accommode au pire, dont le renoncement aux valeurs et principes qui fondent le vivre ensemble et notre humanité.

    La gestion politique de la #crise_sanitaire est une machine à discriminer. Elle élève au carré les #inégalités sociales et économiques, de classe et de genre, et aujourd’hui les inégalités devant le #droit_à_la_santé et à la vie. Ces inégalités étaient insupportables avant la pandémie. Elles sont aujourd’hui la cause d’un effondrement social, économique et tout simplement moral. Si des études sérieuses (voir celle de l’INSEE ici) montrent que le virus « creuse les inégalités », ce sont avant tout les politiques néolibérales qui causent en priorité la mort des personnes âgées et des plus pauvres, l’exposition et la fragilisation des ouvriers, quand les classes sociales les plus favorisées traversent la pandémie avec infiniment moins de risque.

    Les choix politiques du gouvernement en matière de gestion de la crise sont passés successivement du mensonge d’Etat aux errements criminels, des errements à la bureaucratisation inefficace, de la bureaucratisation à la rationalisation impuissante, et désormais de la rationalisation au contrôle des corps. Cette dernière étape nous fait entrer dans la plus vertigineuse des dystopies. Des hommes politiques et des médecins ont pu concevoir d’interdire la parole dans les transports en commun. Alors que l’impératif sanitaire de la distance (physique et sociale) crée des pathologies de masse, il faudrait encore que les pauvres et le jeunes s’imposent le silence dans les transports en commun. Pourquoi donc l’Etat n’a-t-il pas pris depuis mars 2020 les dispositions qui auraient permis à chaque personne qui prend un bus, un tram ou un métro de bénéficier gratuitement d’un masque FFP2 ? Au lieu de cela on interdit aux plus défavorisés et aux jeunes de porter leur masque artisanal, sans prévoir une campagne et des moyens de protection pour quelques millions de personnes. Le problème n’est pas que l’Etat néolibéral de Macron et Castex serait maladroit, commettrait des erreurs à répétition, improviserait et jonglerait dans les difficultés de gestion d’une crise effroyable – même si ce peut être le cas -, le problème est qu’ils assomment systématiquement les pauvres, les jeunes et les vieux. Ce qui est effroyable, ce n’est pas le virus en lui-même, c’est le capitalisme qui le gère et en développe les conséquences. Parmi celles-ci, il en est une qui doit nous alarmer. La remise en cause du droit à la vie.

    Depuis le début de cette pandémie chaque jour qui passe accroît notre tolérance à l’insupportable. L’insupportable m’a été donné à entendre dans la bouche d’un Chef de service de l’Hôpital Bichat qui s’exprimait au journal de 13h de France-Inter ce dimanche 24 janvier 2021. On peut l’entendre ici, à 12mn et 40 secondes. Les propos de ce médecin ont créé en moi un choc. Un choc d’une grande violence. Ce choc a été provoqué par la rencontre entre la mémoire, l’historicité et la culture d’un côté, et de l’autre une parole médicale, autorisée et publique appelant à choisir la mort de nos aîné.es - et associant ce choix à un « courage » politique. Voici la transcription exacte des propos tenus par ce médecin, qui évoque des alternatives à un reconfinement général :

    « Soit faire des confinements sur des populations extrêmement à risque, soit admettre que ce qu’on vit après 80 ans c’est du bonus.

    Est-ce qu’aujourd’hui est-ce qu’on peut encore s’autoriser ces bonus ?

    Je pense qu’il faut prioriser les jeunes générations, les forces actives de la société, les PME.
    Je pense qu’il faut qu’on fasse des choix qui sont difficiles. » Il parle d’une « vision globale du courage. »

    Il convient de bien comprendre la portée de ces propos. Une portée incalculable et qui échappe certainement, du moins en partie, à celui qui les tient.

    Tout d’abord le médecin use d’un lexique de gestionnaire et fait entrer la question de la valeur d’une vie dans une rationalité comptable : le « bonus », les « forces actives », « s’autoriser » et « les PME ». C’est ici le point de vue d’un gestionnaire du vivant, à savoir très exactement ce qu’ont produit vingt années de massacre managérial et de rationalisation comptable dans les hôpitaux publics.

    Ensuite le médecin, qui est un très bon communiquant – comme tout excellent gestionnaire –, prend soin de surfer sur l’opposition au confinement, le soutien à la jeunesse et à l’économie pour nous arracher un consentement (« admettre ») au moyen d’une question rhétorique (« est-ce qu’on peut encore s’autoriser »), mais jamais au moyen d’un raisonnement ou une démonstration. Car il faudrait demander à ce Chef de service comment il explique que la fin du bonus des plus de 80 ans aiderait en quoi que ce soit à sauver la jeunesse. Quel est son raisonnement ? Pourquoi prioriser les jeunes générations devrait-il conduire à sacrifier nos aîné.es ? Le souci de tous n’exige-t-il pas de travailler au bien de la jeunesse comme à celui des aîné.es ? L’imposition d’un choix, soumis à un impératif totalement subjectif et irrationnel (« il faut », « il faut ») ne serait-il pas ici un moyen de résoudre la situation proprement tragique des personnels hospitaliers et des médecins en première ligne : diminuer la charge sur les hôpitaux par un consentement à laisser mourir les aîné.es dans les Ehpad ou à leur domicile, ce qui s’est produit massivement lors deux premiers confinements ? Le discours est ici celui d’un accommodement avec le pire. La banalisation de la transgression de tous les codes de déontologie et des éthiques médicales est en route. J’invite qui n’aurait pas en mémoire le Serment d’Hippocrate à le relire où à en prendre connaissance : https://www.conseil-national.medecin.fr/medecin/devoirs-droits/serment-dhippocrate . Vous pourrez aisément lister les principes sur lesquels le médecins’assoit. Et les articles du Code de déontologiequ’il appelle à transgresser.

    Enfin il faut vraiment être attentif à ceci que le médecin ne parle pas ici de la question très sensible du choix que font collectivement des équipes médicales confrontées à l’impossibilité de prendre en charge tous les patients. Choix codifié par des règles précises. Il nous parle de tout autre chose : d’un choix à faire pour la société, un choix politique et social, « difficile » et « courageux », une « vision globale ». On se dit alors que cet homme est prêt à entrer en politique ou bien au CA de SANOFI. Car, le médecin, comme bien de ses collègues arpentant les radios et les plateaux de télévision, sort non seulement de la morale, de l’éthique médicale, de la déontologie, mais il sort aussi tout simplement de sa profession (ce qui est une faute), pour s’instituer en manager du politique. C’est ce à quoi on assiste massivement depuis bientôt un an : la fabrique de l’opinion et l’administration politique de la crise sanitaire par les nouveaux managers de la science et une classe très particulière de médecins-experts qui ne font pas honneur à une profession, laquelle est, avec tous les soignants, dans les plus grandes difficultés et qui paye un tribut considérable à cette pandémie.

    Ce déportement de la parole médicale vers le politique, au nom d’une expertise et de l’autorité scientifique, concerne directement la communauté de recherche et d’enseignement.. Allons-nous laisser les nouveaux managers de la science, au demeurant rigoureusement incultes, avilir toutes les règles de l’éthique médicale et de l’intégrité scientifique en les laissant proférer à longueur de journée, énormités, mensonges, contre-vérités, sophismes, paradoxes et dans le cas qui nous occupe une monstruosité absolue, laquelle parvient à rencontrer du crédit chez un nombre significatif de collègues et de citoyens, dont la raison aura certainement été mise à mal par les temps très durs que nous traversons ?

    Bien sûr ce médecin n’est pas le tout de l’Hôpital. Il ne le représente pas. Il n’est pas la vie vivante des soignants qui se battent pour sauver autrui, quel qu’il soit, sans aucune discrimination. Il n’est pas l’infirmière qui se prend le Covid parce qu’elle n’a pas de FFP2. Qui est donc ce médecin, qui est cet homme pour appeler à supprimer les « Èves octogénaires » de Baudelaire ? À en finir avec le bonus, la chance et le bonheur d’être vivant à 80 ans ? Et pourquoi pas 75 ? ou 85 ? ou 90 ? J’aimerais inviter ce médecin, non pas à lire « Les petites vieilles » de Baudelaire, mais simplement à ouvrir une histoire de l’art ou de la littérature (ou même de la science), et à rechercher les œuvres qui ont été créées par des artistes qui avaient plus de 80 ans. Je pourrais l’inviter à considérer les « bonus » de Pierre Soulages ou Bernard Noël. Et ce « bonus » incroyable du sourire de sa propre grand-mère.

    La question qu’il nous revient de nous poser aujourd’hui est double : accepte-t-on de laisser passer, une fois, deux fois, trois fois, le discours de ce médecin jusqu’à la banalisation du Mal, jusqu’à se complaire dans le plus abject des cynismes, au risque de sortir de l’humanité ? Et plus fondamentalement : quelle est la valeur d’une vie ? Quelle valeur accordons-nous à une vie humaine ? Spinoza exposait cette conception de la vie humaine dans son Traité politique : « … une vie humaine, qui n’est pas définie par la seule circulation du sang, et d’autres choses qui sont communes à tous les animaux, mais surtout par la raison, la vraie vertu et la vie de l’Esprit »*.

    Pascal Maillard

    *La traduction est de Henri Meschonnic dans Langage, histoire une même théorie, Verdier, 2012, p.78, chapitre 5. "L’humanité, c’est de penser libre". Ce chapitre est la reprise d’une communication faite au colloque Qu’est-ce que l’humanité organisé à Toulouse les 8-17 mars 2004.

    https://blogs.mediapart.fr/pascal-maillard/blog/260121/la-valeur-d-une-vie
    #droit_à_la_vie #coronavirus #covid-19 #pandémie #néolibéralisme #néo-libéralisme #contrôle_des_corps #discriminations #capitalisme #vieux #jeunes #choix #médecine #politique #éthique

  • Vendredi, le Gers a perdu quelqu’un de vraiment bien, un humain de qualité comme on n’en rencontre jamais assez souvent, quelqu’un qui mérite une nécro, bien plus que les laquais du pouvoir.


    José Jorge, 2011

    Il existe des vrais gentils, José en faisait partie. Rencontré à une install party, puis comme colistier rouge & vert aux cantonales de 2011, José était un usual suspect de tous les mouvements de la vraie gauche, celle qui se préoccupe des autres. Aller en manif, c’était l’assurance de le voir avec sa famille.

    http://nogarojournal.imadiez.com/2007/12/15/la-deferlante-linux-pour-tous

    Je n’ai pas dit assez pourquoi je n’ai pas touché mon vélo depuis 8 ans, pourquoi je veux me barrer de ce département qui ne fait cas que des viandards et des délinquants motorisés.

    Bref, adishatz, José.

    https://www.ladepeche.fr/2020/09/12/deux-cyclistes-mortellement-fauches-a-lasseran-9066162.php

  • Coronavirus : « Les politiques de précaution en cours en valent vraiment la peine » si les "années de vie perdues", sont "évaluées chacune à environ 100 000 euros" :) - Marc Fleurbaey de Princeton
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/04/16/coronavirus-les-politiques-de-precaution-en-cours-en-valent-vraiment-la-pein

    L’économiste français Marc Fleurbaey, de l’université de Princeton, présente dans une tribune au « Monde » un modèle assez simple qui permet de comprendre les paramètres de la crise en quelques clics, mais aussi de choisir le degré de priorité que l’évaluation accorde aux personnes défavorisées.

    Tribune. Est-il vraiment utile de prolonger le confinement ? De garder un confinement partiel jusqu’à l’arrivée d’un vaccin ? Serait-il préférable de tester à grande échelle comme l’ont fait les Coréens ? Et, au final, n’en fait-on pas trop, au risque de payer un coût économique excessif ?

    On peut comprendre le rôle et l’importance des paramètres de la crise pandémique et économique que nous vivons avec un modèle assez simple pour entrer dans un tableau Excel. Un tel tableau, réalisé à l’université de Princeton, est librement téléchargeable sur le site https://sites.google.com/site/marcfleurbaey/Home/covid.

    Chaque utilisateur peut modifier à sa guise les paramètres du modèle (taux de transmission et de létalité du virus, comportement de précaution de la population, capacité hospitalière, dates d’arrivée des traitements efficaces et d’un vaccin, valeur de la vie), ainsi que l’ampleur du confinement et des opérations de test au cours de chaque semaine, sur deux ans.

    « Aplatir la courbe » est essentiel

    Le modèle permet de comparer la valeur des vies sauvées à une estimation sommaire du coût économique des politiques de confinement. Le modèle s’applique pour le moment à trois pays : France, Royaume-Uni et Etats-Unis.

    Il y a trop d’incertitude sur des données importantes pour faire des prévisions sérieuses aujourd’hui, mais avec un tel outil on peut mieux saisir la mécanique de la transmission du virus, et des façons de l’arrêter. Voici quelques leçons qui ressortent de cet exercice, tous les chiffres cités ci-dessous se référant au cas français.

    Tout d’abord, le modèle confirme très clairement qu’« aplatir la courbe » est essentiel car les capacités hospitalières seraient débordées (jusqu’à 500 % ou plus) en cas d’arrivée brutale d’une vague de malades. Cette importance croît avec l’écart de mortalité entre malades pris en charge à l’hôpital et malades non pris en charge, qui n’est pas encore bien estimé mais est vraisemblablement grand d’après l’expérience italienne.

    Ensuite, la différence entre la dynamique spontanée de la pandémie et les résultats de la politique actuelle de précaution est considérable. On peut vraiment diviser la mortalité par dix ou même vingt. Ceux qui diront qu’on en a fait trop quand on verra que les chiffres finaux ne sont pas très différents d’une forte grippe saisonnière seront dans l’erreur. Les morts évitées n’apparaîtront pas dans les statistiques officielles, mais ce modèle en donne une idée.

    Réduction d’activités non essentielles

    Avec les caractéristiques du virus estimées à ce jour (par l’équipe d’Imperial College sur les données européennes), on pourrait avoir au moins 400 000, et même près d’un million de morts en France, même en tenant compte des précautions prises spontanément par la population quand la mortalité augmente.

    Le modèle montre aussi comment le « serpent » des courbes de la pandémie est très sensible à la durée du confinement. Arrêter le confinement trois ou quatre semaines trop tôt peut tout changer pour les mois qui suivent, et même augmenter la mortalité finale d’environ 50 % à 80 % selon la contagiosité du virus. En effet, le virus a besoin de deux choses pour prospérer : un grand nombre de personnes infectieuses pour se répandre, et un grand nombre de personnes non immunisées pour l’héberger.

    Allonger le confinement garde un grand nombre de personnes sans immunité, ce qui est dangereux et peut provoquer une reprise de la vague, mais il diminue considérablement la dissémination du virus dans l’environnement. Si on parvenait à bloquer tout contact pendant le temps qu’il faut pour que chaque famille ait éliminé le virus, le problème serait réglé. C’est malheureusement trop difficile et coûteux. Mais plus on s’approche de cet objectif, plus on prive le virus de l’accès à de nouveaux hôtes.

    Vaut-il mieux quelques périodes brèves de confinement sévère ou bien maintenir, après la première phase actuelle, un confinement partiel pour les activités non essentielles, jusqu’à l’arrivée d’un vaccin ? C’est plus difficile à dire, car cela dépend à la fois de la contagiosité du virus et du coût économique des différentes formes plus ou moins brutales du confinement. Si l’on peut trouver des formes de réduction d’activités non essentielles qui ne sont pas trop coûteuses économiquement, il serait dommage de s’en priver. Encourager le télétravail paraît particulièrement recommandé.

    Coût économique moindre

    Le modèle montre aussi l’intérêt de tester de façon précoce les personnes pour réduire la période pendant laquelle elles sont contagieuses et au contact d’autres personnes. Si l’on pouvait diminuer progressivement, jusqu’à 50 %, l’exposition au virus que les personnes infectieuses imposent à leurs contacts, ce serait un atout considérable, permettant de diviser par cinq la mortalité finale. En outre, le coût économique de cette politique est bien moindre que l’arrêt provoqué par le confinement généralisé et aveugle.

    Enfin, le modèle propose une évaluation du coût sociétal de la crise, en intégrant à la fois la mortalité et le coût économique, ainsi que les inégalités sociales face à la mortalité et à la perte de revenu. Mettre un chiffre sur la valeur des années de vie perdues paraît choquant à première vue, mais cela est nécessaire pour faire les arbitrages en matière de sécurité publique, et chacun de nous fait cet arbitrage en décidant de prendre les risques usuels de la vie courante.
    Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Le coût intégral d’un mois de confinement pourrait atteindre 150 milliards d’euros »
    Que disent les chiffres ? Les politiques de précaution en cours en valent vraiment la peine, quelle que soit la méthode retenue. Un calcul brut du nombre d’années de vie perdues, évaluées chacune à environ 100 000 euros, donne une perte due à la mortalité de 20 % à 40 % d’une année de produit intérieur brut (PIB), selon les scénarios de virulence. Le calcul le plus complet estime le bien-être des différentes catégories sociales (quintiles de revenu) sur l’ensemble de la vie et la façon dont il est réduit par cette crise : les victimes du virus, qui sont en moyenne des personnes âgées, perdent néanmoins près de 30 % de bien-être sur l’ensemble de leur vie à cause de cette #mortalité_prématurée.

    Le modèle permet de choisir le degré de priorité que l’évaluation accorde aux personnes défavorisées, et donc de saisir l’intérêt d’un système de santé qui couvre bien les moins riches (impliquant une mortalité moins inégale entre catégories sociales) et de politiques économiques qui répartissent le coût du confinement plus équitablement.

    Marc Fleurbaey est spécialisé dans l’économie du bien-être et de l’économie normative. Il est coauteur du « Manifeste pour le progrès social » (La Découverte, 2019).

  • Indice QALY : combien, en euros, vaut votre vie ? | korii.
    https://korii.slate.fr/biz/sante-indice-qaly-valeur-vie-bonne-sante-cout-traitements-medicaments

    Bien que critiquée, l’équation est souvent utilisée pour déterminer un montant maximum pour les traitements proposés aux malades. QALY, pour « quality-adjusted life year », soit « année de vie pondérée par la qualité » : c’est le nom de l’indice dont se servent de nombreuses institutions publiques comme privées pour déterminer la valeur de l’existence, donc le coût optimal des traitements médicaux pouvant en améliorer les conditions. Dans un article consacré à la question, le Wall Street Journal détaille le (...)

    #algorithme #BigPharma #santé

    ##santé