https://radioparleur.net

  • « No basaran » : la lutte contre les #bassines dans les #Deux-Sèvres

    Ils et elles étaient plus de 3000 à marcher, ce dimanche 11 octobre à Epannes (79), à l’appel de #Bassines_Non_Merci. Depuis 2017, le collectif se mobilise contre la construction de seize bassines, d’énormes #réservoirs qui doivent permettre d’irriguer la région en cas de #sécheresse … au risque d’épuiser les #nappes_phréatiques. Plus de 50 projets de ce type seraient en cours de validation selon le ministère de la Transition écologique.

    En arrivant à #Epannes, petit village de 900 habitant·es entre la Rochelle et Niort en ce dimanche d’automne, la scène a de quoi surprendre. Les rues bondées résonnent d’une fanfare festive. De nombreuses personnes dansent avec des tuyaux et des drapeaux de toutes les couleurs, à côté de tracteurs recouverts de banderoles. Pourtant, il ne s’agit pas d’un spectacle de rue mais bien d’une manifestation, organisée par le collectif Bassines Non Merci.

    Les bassines : la poursuite d’un #modèle_agricole à bout de souffle

    Le collectif, composé d’habitant·es, s’oppose au projet de construction de bassines dans la région. Ces grandes #cuvettes de plusieurs hectares de superficie doivent servir à l’#irrigation. Elles pompent donc dans les nappes phréatiques durant l’hiver pour être utilisées l’été, en période de #sécheresse. Selon les manifestant·es, lutter contre les bassines dans les Deux-Sèvres relève d’un enjeu national. Sans résistance, ce modèle de réserves pourrait se réaliser ailleurs. Plus de cinquante projets seraient en attente de validation, selon le ministère de la Transition écologique.

    Les opposant·es craignent que le niveau des nappes phréatiques ne baisse inexorablement année après année, au profit d’une #agriculture_intensive. Alors que ces bassines sont financées en majorité sur fonds publics, ils et elles demandent une réorientation des fonds à la conversion au bio, moins gourmand en ressources hydriques.

    Un rassemblement médiatique contre l’#agriculture intensive

    Ce 11 octobre, de nombreuses personnalités politiques d’envergure nationale ont fait le déplacement pour ce qui était présenté comme « l’ultime bataille » avant le début des travaux. Parmi elles, le député de la France Insoumise Jean-Luc Mélenchon, Philippe Poutou du NPA, ou encore José Bové et Yannick Jadot. Le député européen EELV dénonce une « #prédation insupportable de l’eau ». De son côté, l’ancien secrétaire national de la Confédération Paysanne l’affirme : « Si on ne gagne pas, je serai sur le terrain pour assumer les risques des actions collectives de #désobéissance_civile. »

    Le collectif Bassines Non Merci, lui, est prêt à durcir ses moyens d’action, « sans violence envers des personnes ou des moyens de production ». C’est ce que déclare Julien le Guet, son porte-parole, sous l’œil de l’ancien député européen. Connu pour ses actions d’arrachage d’OGM ou pour le démontage du Mc Donald’s de Millau, José Bové abonde. Une seule chose est certaine, affirme Julien le Guet, « la #guerre_de_l’eau a commencé ».

    https://radioparleur.net/2020/10/19/bassines-non-merci-deux-sevres-agriculture
    #résistance #eau

  • Gilets Geôles, la série en quatre épisodes - #Radio_Parleur
    https://radioparleur.net/2021/11/17/gilets-geoles-la-serie-gilets-jaunes-prison

    Le mouvement des #Gilets_Jaunes célèbre trois années d’existence. Depuis le 17 novembre 2018, au moins 1000 manifestant·es Gilets Jaunes ont été condamné·es à des peines de prison pour des faits en lien avec le mouvement social. Des geôles de garde à vue à celles de la prison en passant par le parquet des tribunaux, c’est l’histoire de trois gilets jaunes : Prune, Eric, et Michel.

  • Luttes sociales, comment construire des victoires ? – Penser les luttes

    Hyper mega touchée par cette émission.
    https://radioparleur.net/2021/09/02/luttes-sociales-strategie-victoires-histoire-juliette-rousseau-youlie-

    Qu’est-ce qui rend les luttes victorieuses ou inspirantes ? Réunies à Nantes, à l’occasion de l’Université d’été des mouvements sociaux et des solidarités, les rédactions de Basta !, Radio Parleur et Politis explorent le sujet avec Juliette Rousseau, Youlie Yamamoto et Christelle H., dans ce premier épisode de Penser les Luttes de la saison !

    invité‧e‧s :

    Christelle H., Gilet Jaune au sein du groupe de Saint-Nazaire, membre des Amajaunes
    Juliette Rousseau, militante et journaliste, autrice de Lutter ensemble, pour de nouvelles complicités politiques (Editions Cambourakis)
    Youlie Yamamoto, militante à Attac France et animatrice du collectif féministe Les Rosies

    Après deux ans de mobilisation, dont huit mois de grève, une vingtaine de femmes de chambre de l’hôtel Ibis Batignolles (Paris) ont obtenu des revalorisations salariales et de meilleures conditions de travail. Parmi les ingrédients de leur victoire : la caisse de grève, alimentée par des solidarités multiples et le savoir faire syndicale de la CGT. Mais aussi des moments intenses, passés ensemble. Au fil du temps et des adversités, les liens se resserrent et l’envie de gagner se renforce. « J’ai des très bons souvenirs qui nous ont fait tenir et qui nous amené à des victoires objectives, mais aussi à nos petites victoires personnelles, intimes, dont on ne parle pas forcément, raconte Christelle H., Gilet Jaune à Saint-Nazaire. J’ai vu des copines prendre confiance en elles, développer des projets professionnels, oser prendre des virages dans leurs vies. »

    #radio #podcast #luttes #emancipation #femmes

  • Au procès des 7 de Bure : « cette enquête ressemble à une barbouzerie » | Violette Voldoire
    https://radioparleur.net/2021/06/07/proces-bure-nucleaire-andra

    L’enquête est tentaculaire, mais les infractions reprochées sont finalement bien maigres. Au procès des « malfaiteurs » de Bure, ces opposant·es au projet d’enfouissement nucléaire, la défense soupçonne la justice d’avoir fait du renseignement pour le compte de l’industrie du nucléaire. Récit de ces trois jours d’audience. Source : Radio Parleur

    https://audio.ausha.co/yErk9T6a8lMO.mp3

  • Arrestation des militant.es italien.nes : pourquoi maintenant ? - Penser Les Luttes
    https://radioparleur.net/2021/05/13/arrestation-mlilitants-italiens-brigades-rouges-prescription-penser-le

    Arrestations d’ex-militant‧es italien‧nes de la lutte armée, condamné‧es en Italie pour des actes de terrorisme commis dans les années 1970-1980, présentation d’un nouveau projet de loi antiterroriste : le gouvernement français veut donner un signal fort dans la lutte contre le terrorisme. Au risque d’un confusionnisme historique et de l’abandon des mécanismes fondamentaux de la justice ?

    avec Serge Quadruppani et Alessandro Stella
    https://lundi.am/Maldonnes-le-nouveau-polar-de-Serge-Quadruppani
    https://agone.org/auteurs/alessandro_stella

  • Pour une médecine féministe, avec #GYN&CO

    « On se lève et on se casse. » Pour sa saison 2, Genre aux poings se consacre aux féminismes de 2021 et à leur bouillonnement. Quelles stratégies coexistent contre la domination patriarcale ? Quelle force et quels moyens sont mobilisés pour se battre ? Cette semaine, Mélanie et Charline du collectif Gyn&Co nous parlent de leur travail et de la définition d’une médecine féministe.

    Épisode 9 : Pour une médecine féministe, avec Gyn&Co

    C’est quoi une médecine féministe ? Qu’est-ce qu’un‧e soignant‧e safe ? Charline et Mélanie, toutes deux membres du collectif Gyn&Co, créé en 2013, mettent en avant un principe d’écoute des besoins et des douleurs des patient‧es. « C’est être à l’écoute de ce que la ou le patient‧e exprime, son vécu, son besoin et qu’aucun acte ne lui soit imposé. C’est se départir de ses préjugés racistes, sexistes, transphobes, et être conscient‧e de ces oppressions dans le milieu médical. »

    Les discriminations liées au sexe et au genre s’immiscent aussi dans les cabinets médicaux et les services des hôpitaux. Depuis une dizaine d’années, les témoignages s’accumulent de patient‧es qui dénoncent les violences sexistes et sexuelles subies lors de consultations. Souvent, les champs de la gynécologie et de l’obstétrique concentrent beaucoup de témoignages. Le 19 novembre 2014, le hashtag #PayeTonUtérus fait émerger plus de 7000 témoignages de femmes en moins d’une journée.
    Renverser une médecine oppressive

    Au-delà de recevoir ces témoignages de #violences et de #discriminations, Gyn&Co se veut une initiative permettant de renverser plus profondément la pratique de cette médecine longtemps exercée par des hommes et pour des hommes. « On s’inscrit dans une tradition féministe du ‘#self-help’. Les mouvements des années 70 ont offert la #réappropriation_des_savoirs et des pouvoirs sur nos #corps. L’institution médicale a eu pour objet de nous déposséder de ces #savoirs », précise Charline.

    https://radioparleur.net/2021/05/01/medecine-feministe-avec-gynco
    #féminisme #médecine_féministe #gynécologie #femmes #audio #podcast

  • « Si les bulldozers arrivent, je m’enchaîne à mon cerisier » : dans les jardins ouvriers, on résiste au béton - Basta !
    https://www.bastamag.net/Jeux-olympiques-2024-destruction-jardins-ouvriers-Aubervilliers-betonisati

    Menacés par les JO, les jardins ouvriers d’Aubervilliers se mobilisent ce 17 avril. Parce que, comme leurs occupants, ils sont beaux et vitaux, c’est en photos que Basta ! raconte cette nouvelle lutte du pot de terre contre le pot de fer (et de béton).

    Pour l’automobiliste pressé de la D27 reliant Aubervilliers à Bobigny, dans le nord-est de Paris, les jardins ouvriers des Vertus passeraient presque inaperçus derrière leurs grilles végétalisées. Leur superficie initiale de 62 000 m² a été amputée au fil des ans d’environ deux-tiers, notamment par la construction d’un grand parking près du métro. Les 26 000 m² actuels sont divisés en 85 parcelles gérées par une association créée en 1935. Mais le futur des jardins s’est obscurci quand, au début de l’été 2020, le projet de construction d’un complexe aquatique aux dimensions démesurées – avec piscine olympique et solarium – est venu menacer de destruction 18 parcelles des jardins ouvriers, soit 4000 m² [1].

  • Débordée par le Covid, l’Éducation nationale envoie des pions remplacer des enseignants (ben voyons !)

    https://www.mediapart.fr/journal/france/240321/debordee-par-le-covid-l-education-nationale-envoie-des-pions-remplacer-des

    Des professeurs considérés comme « vulnérables » sont remplacés par des surveillants sans formation ni rémunération adéquates, d’après une enquête de Mediapart. Face à l’augmentation des cas de Covid diagnostiqués chez les enseignants, leur vaccination est envisagée à partir de la « mi-fin avril », a annoncé mardi Emmanuel Macron.

    « Qui êtes-vous pour donner des cours d’anglais à ma fille ?! Vous n’êtes qu’une pionne. » Julie* n’a pas attendu qu’un parent formule cette question pour se la poser. En poste depuis trois ans, cette assistante d’éducation (AED) s’est retrouvée pour la première fois propulsée derrière le bureau d’un professeur en décembre, dans un collège de l’académie de Rennes. Trois mois plus tard, en plus de son travail de surveillante, elle assure toujours des cours. Et d’après notre enquête, elle est loin d’être la seule.

    Depuis la crise sanitaire, les enseignants considérés comme vulnérables sont autorisés à faire cours par visioconférence, avec des AED chargés de surveiller leur classe en présentiel. Soit. Mais lorsque le télétravail est impossible, ces professeurs bénéficient d’une « autorisation spéciale d’absence » (ASA) et, faute de remplaçants disponibles dans les pools dédiés des académies, de plus en plus d’établissements bricolent et font appel aux pions.

    Pour sa part, Lise* a découvert son nouvel emploi du temps un lundi matin, affiché en salle de vie scolaire : « Il était écrit que nous devions être présents pour un nouveau dispositif appelé “Aide Maths”, “Aide Anglais”… Personne n’avait été prévenu à l’avance, il n’y avait pas d’autre information. » Avec d’autres surveillants, dans ce collège de l’académie de Nantes, ils comprennent qu’ils doivent assurer les cours des professeurs en « autorisation spéciale d’absence », en plus de leur travail habituel. Ce n’est certes pas à eux de préparer les leçons : les enseignants transmettent des exercices, des évaluations, des vidéos, parfois des cours théoriques. Mais c’est bien aux AED d’animer seuls la classe, de faire interagir les élèves et de répondre à leurs questions.

    Une situation « compliquée » qu’ont vécue Julie, Camille*, Clarisse* et Aurore*, AED dans des établissements différents, et qui ont toutes requis l’anonymat pour se confier à Mediapart. « Au départ, nous devions seulement surveiller les cours en visioconférence d’une professeure de sciences de la vie et de la terre, confie ainsi Aurore, qui travaille depuis septembre 2020 dans un collège de l’académie de Lille. Mais c’était trop compliqué à mettre en place. Alors, elle nous a envoyé des polycopiés que nous avons dû distribuer en classe. Sauf que plusieurs fois, on s’est retrouvés sans travail complet ni consignes claires. »

    [...]

    Des AED sont « livrés à [eux]-mêmes » devant des classes difficiles. « Les élèves s’étaient mis d’accord pour mettre le bazar, se souvient Aurore. Ils se levaient à tour de rôle, faisaient tomber leurs règles, criaient des mots au hasard. Je ne pouvais rien faire, c’était l’horreur. » Julie note cependant que certaines classes l’ont déjà remerciée. « C’est mieux que le distanciel pour eux. Ça permet de limiter la casse. »

    Sollicité par Mediapart, le ministère de l’éducation nationale ne confirme pas ce phénomène inédit ni ne dément. Il se borne à évoquer « des situations locales très tendues » et « des solutions pragmatiques trouvées par des chefs d’établissement qui doivent faire au mieux ».

    Marion Fontaine, journaliste indépendante, signe là son premier article dans Mediapart.

    • Il arrive que les AED n’aient pas accès aux documents envoyés, que les enseignants décrochent. « La professeure d’anglais que je remplaçais n’avait pas envoyé de cours, j’ai dû improviser », déplore ainsi Camille, surveillante dans un collège de l’Oise.

      Les matières sont souvent attribuées de façon aléatoire, sans prendre en compte le niveau ou les compétences des surveillants – de jeunes étudiants dans bien des cas. « On est confronté à des matières qu’on ne maîtrise pas alors que nous sommes là pour aider les élèves », regrette Lise. « Comment faire si on nous pose une question sur le cours ? s’inquiète Aurore. Même si c’est niveau collège, je n’ai aucune compétence en sciences. »

      Lorsque Clarisse, AED dans l’académie de Montpellier, fait part de ce problème à son conseiller principal d’éducation (CPE), celui-ci lui tend un livre de grammaire et lui répond : « Tiens, tu as toutes les explications là-dedans. » « C’est grave, tonne-t-elle, car nous mettons en échec des élèves. »

      Les élèves ne comprennent pas non plus ce que viennent faire leurs surveillants en classe. Beaucoup vivent mal ces remplacements, ne comprennent pas si ce sont de vrais cours, de l’aide aux devoirs ou des heures d’études facultatives, et sont tentés de sécher. « En tant qu’AED, le rapport que nous avons avec eux est complètement différent de celui qu’ils ont avec un prof, note Lise. Donc, à partir du moment où on veut jouer le rôle d’enseignant, c’est chaotique. On se retrouve à gueuler, à être plus sévères pour essayer d’avoir de l’autorité. »

      Des AED sont « livrés à [eux]-mêmes » devant des classes difficiles. « Les élèves s’étaient mis d’accord pour mettre le bazar, se souvient Aurore. Ils se levaient à tour de rôle, faisaient tomber leurs règles, criaient des mots au hasard. Je ne pouvais rien faire, c’était l’horreur. » Julie note cependant que certaines classes l’ont déjà remerciée. « C’est mieux que le distanciel pour eux. Ça permet de limiter la casse. »

      Sollicité par Mediapart, le ministère de l’éducation nationale ne confirme pas ce phénomène inédit ni ne dément. Il se borne à évoquer « des situations locales très tendues » et « des solutions pragmatiques trouvées par des chefs d’établissement qui doivent faire au mieux ».

      Avec le Covid-19, les profs en ASA, les enseignants contaminés ou les « cas contacts », l’Éducation nationale affronte, il est vrai, une crise du « remplacement » sans précédent, alors que les pools de professeurs dédiés, dans chaque académie, sont sous-dimensionnés depuis des années.

      Ainsi, ces derniers jours, dans le Rhône, on regroupe des CP et CE1 de zone d’éducation prioritaire théoriquement « dédoublés », pour récupérer un peu de marge ; dans le Nord, des directeurs d’écoles renoncent à leurs décharges…

      En novembre, la rue de Grenelle a certes débloqué des enveloppes « exceptionnelles » pour trois mois : de quoi financer 6 000 contrats temporaires dans le premier degré, 8 000 dans le second degré. Mais s’il était bien question d’enseignants dans le premier cas, il s’agissait exclusivement d’AED dans le second !

      « Le ministère de l’éducation nationale n’a pas anticipé les besoins de remplacement propres à la crise sanitaire, dénonce Sophie Vénétitay, secrétaire générale adjointe du Snes-FSU, premier syndicat du secondaire. Alors, il a répondu à la question du remplacement des professeurs en autorisation spéciale d’absence par le recrutement d’AED, considérés comme une variable d’ajustement. »

      Depuis, « les moyens ouverts n’ont pas tous été consommés », souligne la Rue de Grenelle : seuls 2 700 contrats ont été signés en collèges et lycées (sur les 8 000 autorisés). Sous-entendu : les établissements ne seraient pas si demandeurs… Début mars, le ministre Jean-Michel Blanquer, qui se vante d’éviter à la France la « catastrophe éducative mondiale » que la fermeture des établissements représente, a donc décidé de reconduire ces enveloppes « exceptionnelles » jusqu’en juin, mais à hauteur de 3 000 contrats seulement dans le secondaire.

      Pour tenter de mesurer l’ampleur des substitutions de pions à des enseignants, Mediapart s’est tourné vers plusieurs académies. Celle de Rennes a été la seule à nous répondre, pour reconnaître des remplacements qui « interviennent dans le cadre de l‘organisation hybride des cours et de la continuité pédagogique ». « Les AED ne remplacent pas stricto sensu les professeurs absents mais accueillent les élèves en présentiel et surveillent et proposent des travaux préparés en amont par les professeurs. » Dans l’idéal…

      Elle insiste sur le fait que « beaucoup d’AED [qui font des remplacements] se destinent au métier d‘enseignant et sont engagés dans un cursus de préprofessionnalisation ». En réalité, pas toujours.

      Le recours occasionnel à des surveillants « a toujours existé », réagit Alexis Torchet, secrétaire national du syndicat SGEN-CFDT, interrogé par Mediapart. Mais dans un cadre bien défini : pour prendre seul en charge une classe, l’AED doit être inscrit en première année de master dans la matière concernée. Par ailleurs, « soit c’est sur un temps court, et le surveillant est payé en heures supplémentaires. Soit c’est un temps long, et alors le contrat d’AED est suspendu et l’intéressé signe un CDD ».

      Dans tous les cas, l’arrangement « doit être consenti, reconnu par un contrat et payé », insiste Alexis Torchet. La rémunération mensuelle est alors de 980 euros pour huit heures par semaine – là où le salaire d’Aurore, par exemple, s’élève à 624 euros net pour 18 heures par semaine.

      Or, les surveillant·e·s interrogées par Mediapart sont catégoriques : outre le fait qu’elles ne se destinent pas systématiquement au métier d’enseignantes et que ces remplacements leur ont été imposés, aucun contrat n’a été signé et aucune rémunération supplémentaire n’est prévue. « Ce n’est pas normal, grince Julie. Certes, à titre personnel, c’est très intéressant, valorisant… Mais ça reste un boulot supplémentaire qu’on n’a pas à faire. »

      Lise critique ce dispositif fait « à l’arrache », qui empiète sur les autres tâches des AED. Tout en s’estimant chanceuse : « J’avais seulement un cours à faire par semaine. D’autres collègues se sont retrouvés à faire huit heures hebdomadaires. »

      « Sans les AED, le collège ne tourne pas, résume Aurore. Le protocole sanitaire nous monopolise beaucoup, alors si en plus on se retrouve à faire des remplacements de matières… »

      Depuis des mois déjà, sans avoir jusque-là dénoncé cette surcharge de travail, les AED pointent le manque d’effectifs et de moyens, la précarisation de leur métier, et luttent pour davantage de reconnaissance. « Nous avons l’impression d’être des bouche-trous », lance Julie. Dans le collège de Clarisse, « ça devient ingérable, tout le monde est à bout ».

      Mardi 23 mars, en déplacement à Valenciennes, Emmanuel Macron a finalement annoncé qu’« à partir de la mi-fin avril, nous allons avoir de plus en plus de vaccins qui vont arriver, cela va nous permettre d’envisager d’avoir des campagnes ciblées sur des professions qui sont exposées, à qui on demande des efforts. Les enseignants en font légitimement partie ». Les pions apprécieront.

  • Université : qui veut contrôler les sciences sociales ? | Penser les luttes
    https://radioparleur.net/2021/03/11/universite-recherche-sciences-sociales-islamogauchisme-kaoutar-harchi

    Selon la ministre de l’enseignement supérieur Frédérique Vidal, un mal « gangrène l’université », pour lequel elle exige une enquête du CNRS. Son nom : l’islamo-gauchisme. Un terme qui désignerait la complaisance « de la gauche » envers les thèses « racialistes, et même islamistes ». Avec Kaoutar Harchi, Gilles Martinet et Julie Pagis, il s’agit de réfléchir à l’offensive intellectuelle que mène le gouvernement contre les sciences sociales. Durée : 56 min. Source : Radio Parleur

    https://file06.ausha.co/RsJzxfbFbLtPIcq4671Ec1xiKJfV5PkQjhIUbHpZ.mp3

  • Explorer les futurs de la santé | Volutes
    https://radioparleur.net/2021/01/28/volutes-melanie-fievet-chloe-chevalier-caroline-izambert-avenirs-soins

    Volutes c’est un podcast pour penser les imaginaires politiques. Dans ce troisième épisode, les autrices Mélanie Fievet et Chloé Chevalier invitent Caroline Izambert. Avec l’autrice et activiste, qui vient de faire paraître l’ouvrage Pandémopolitique – Réinventer une santé en commun, elles explorent les futurs du soin et la santé entre fantastique, réalité et science-fiction. Durée : 1h47. Source : Radio Parleur & La Volte

    https://audio.ausha.co/y00Ozckdq3A8.mp3

  • Agroalimentaire, l’omerta règne dans une Bretagne sous tension
    https://radioparleur.net/2021/01/27/ines-leraud-cheritel-proces-bastamag-agroalimentaire-pression

    Après des mois de procédure judiciaire et à quelques jours de l’audience, Cheritel abandonne ses poursuites contre Inès Léraud et Basta. Cette manoeuvre juridique est loin d’être un cas isolé. Chercheurs, agricultrices ou journalistes : en Bretagne, les pressions s’enchaînent lorsqu’il s’agit de briser l’omerta sur les pratiques de l’agro-industrie. Durée : 32 min. Source : Radio Parleur

    https://audio.ausha.co/yOm6ps9RPMVQ.mp3

  • L’industriel Jean Chéritel retire sa plainte contre la journaliste Inès Léraud - Bretagne - Le Télégramme
    https://www.letelegramme.fr/bretagne/l-industriel-jean-cheritel-retire-sa-plainte-contre-la-journaliste-ines


    « C’est un immense soulagement et une victoire », réagit Inès Léraud à l’annonce du retrait de la plainte de Jean Chéritel.
    Photo Amélie Dagman_

    À moins d’une semaine du procès en diffamation intenté à la journaliste Inès Léraud, le chef d’entreprise guingampais Jean Chéritel a décidé de retirer sa plainte.

    « C’est la preuve que notre article était sérieux, solide et inattaquable » : c’est par ces mots qu’Inès Léraud a commenté, ce vendredi après-midi, le choix du chef d’entreprise Jean Chéritel de retirer sa plainte contre elle. Le 25 juin 2019, l’industriel basé à Grâces près de Guingamp, grossiste en fruits et légumes, avait en effet attaqué devant la justice la journaliste pour diffamation, après la parution d’un article, paru sur le site internet BastaMag.

    Plus d’un an et demi après cette plainte, l’audience était programmée jeudi prochain, à 13 h 30, devant la 17e chambre du Tribunal de grande instance de Paris, la juridiction compétente dans ce type de dossier. Mais le procès - dans lequel Jean Chéritel souhaitait faire témoigner 14 personnes - n’aura donc jamais lieu.

    Pourquoi le patron du groupe Chéritel Trégor Légumes a-t-il décidé de se désister ? « À cause du climat délétère et des pressions journalistiques », répond Mathilde Ottolini, responsable commercial et achat du groupe, alors qu’un très large soutien s’était formé ces derniers mois autour de la journaliste.

    Chéritel va se consacrer à deux autres dossiers judiciaires
    « Ça va trop loin. À un moment donné nous disons stop, même si nous continuons à dire que les faits dénoncés dans l’article de Mme Léraud ne sont pas véridiques, ni avérés », ajoute Mathilde Ottolini, avant de préciser que l’entreprise souhaite désormais se consacrer à deux autres dossiers judiciaires en cours, dans lesquels elle a fait appel après des condamnations en première instance : l’une pour tromperie sur l’origine de ses tomates, l’autre pour travail dissimulé.

    « C’est un immense soulagement et une victoire. Pour Bastamag et pour moi », réagit de son côté Inès Léraud. Rassurée de ne pas avoir à « révéler l’identité de plusieurs témoins et de ne pas les exposer », l’auteure du livre Algues Vertes, l’histoire interdite ajoute : « Les deux derniers mois ont été épuisants, notamment psychologiquement. Durant cette période, j’ai travaillé à temps plein sur le procès, sans rémunération ».

  • #Larzac, des #femmes face à l’#armée – Épisode 1 : Vivre la lutte

    Dans les années 70, des paysan·nes ont lutté contre l’extension d’un #camp_militaire, sur le #plateau_du_Larzac. Cinquante ans plus tard, des femmes du territoire reviennent sur leur vécu, les actions qu’elles ont menées, leur place de femme.

    https://radioparleur.net/2021/01/11/larzac-femmes-face-a-larmee-1
    #résistance #lutte #luttes #histoire #témoignage
    #audio #podcast

  • A #Gap, l’ambition d’un lieu de vie autogéré avec des migrants

    Après l’expulsion de la maison #Cezanne en 2018, puis du #Cesai en aout dernier, le lieu « 3Chez_Roger » est ouvert à la fin de l’été. Ici à Gap, à quelques dizaines de kilomètres de Briançon et de la frontière italienne, on est sur la route de l’exil, une des dernières étapes avant Marseille ou Paris. Et pourtant ils sont quelques uns, venant principalement d’Afrique de l’Ouest, à s’arrêter ici dans la préfecture des Hautes Alpes.

    https://radioparleur.net/2020/12/14/chez-roger-gap-route-exil-migrants-solidarite
    #auto-gestion #autogestion #asile #migrations #réfugiés #solidarité #Hautes-Alpes #frontière_sud-alpine #France #Alpes #hébergement #logement

    ping @isskein @karine4

  • Dans les Alpes, migrants et bénévoles face à une police aux frontières renforcée

    En novembre, Emmanuel Macron a doublé les effectifs de la police aux frontières "contre la menace terroriste". Des renforts auxquels se heurtent quotidiennement associations et exilés.

    C’est pour notre “protection commune”, assure Emmanuel Macron. Dans la foulée des attentats terroristes de Conflans-Sainte-Honorine et de Nice, le président de la République annonçait le 5 novembre rien de moins qu’un doublement des effectifs de la police aux frontières.

    À Montgenèvre (Hautes-Alpes), par exemple, une soixantaine de policiers, de gendarmes réservistes et même de militaires de l’opération Sentinelle sont arrivés en renfort ces dernières semaines, selon la préfecture.

    Comme vous pouvez le voir dans notre reportage vidéo ci-dessus, cette forte présence policière n’est pas sans conséquence sur les dizaines d’exilés, dont de nombreux demandeurs d’asile, qui tentent chaque jour de franchir au péril de leur vie ce point montagneux de la frontière franco-italienne, ni sur les associations qui leur portent assistance.

    Samedi 5 décembre, notre caméra a pu suivre sur le terrain l’association Tous migrants, dont deux bénévoles ont récemment été interpellés lors d’une maraude et convoqués devant le tribunal de Gap pour “aide à l’entrée” d’un couple d’Afghans.

    "On sait que des policiers ont bien conscience que ce qu’on leur demande de faire est inhumain."
    #Michel_Rousseau, association Tous migrants

    Signe supplémentaire que ce “#délit_de_solidarité” persiste, deux bénévoles ont une fois de plus été interpellés lors de notre reportage, alors qu’ils portaient assistance à une dizaine de migrants afghans, iraniens et maliens côté français. Soupçonnés “d’aide à l’entrée sur le territoire de personne en situation irrégulière”, ils ont reçu une convocation pour une audition libre 48 heures plus tard.

    Selon nos informations, les deux maraudeurs n’ont finalement fait l’objet d’aucune poursuite, mais ont vu leurs empreintes et photos récoltées par les autorités. Depuis notre tournage, quatre autres maraudeurs ont encore été convoqués par la police, pour un total de six bénévoles auditionnés en à peine une semaine.
    Des rétentions au cadre légal flou

    Avant leur renvoi aux autorités italiennes, les migrants interpellés en montagne sont emmenés dans des bâtiments préfabriqués (type Algeco) situés derrière le poste-frontière de Montgenèvre, comme vous pouvez le voir également dans notre reportage en tête d’article.

    Utilisé aussi à Menton, ce type de lieu de rétention sans cadre légal précis est dénoncé en justice par des associations et ONG. Ces derniers y réclament le droit de pouvoir y accéder pour porter une assistance aux demandeurs d’asile, comme dans les centres de rétention ou les zones d’attente (ZA) des aéroports internationaux.

    “On est dans un État de droit. Quand il y a privation de libertés, il y a une base légale et les gens maintenus ont des droits prévus par la loi. Et là, il n’y a rien”, regrette Gérard Sadik, responsable de la commission Asile de La Cimade.

    En ce qui concerne Menton, le tribunal administratif de Nice a d’ailleurs suspendu le 30 novembre dernier une décision du préfet des Alpes-Maritimes “refusant l’accès aux constructions modulaires attenantes au poste de la police aux frontières aux représentantes de l’association nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers (Anafé) et de l’association Médecins du Monde”. En outre, la justice évoque plusieurs manquements aux droits des demandeurs d’asile :

    “Le juge relève que quotidiennement, de nombreuses personnes sont retenues dans ces locaux munis de système de fermeture et de surveillance vidéo, dans des conditions précaires, pour de nombreuses heures, notamment la nuit lorsque le poste de police italien est fermé, qu’elles sont mises dans l’impossibilité de partir librement de ces locaux et d’obtenir au cours de la période de ‘maintien’ une assistance médicale, juridique ou administrative des associations.”

    Une “fabrique des indésirables”

    Contactée par Le HuffPost, la préfecture des Hautes-Alpes évoque sobrement des “locaux de mise à l’abri proposés sans contrainte”, le temps de procéder à des “vérifications” et “aménagés dans l’unique objectif de préserver tant leur dignité, en proposant un lieu de repos (avec chauffage, couvertures, mobiliers, nourriture), que leur vie, afin de ne pas soumettre ces personnes non admises à un retour par leurs propres moyens”.

    À notre micro, Michel Rousseau, Briançonnais et bénévole de la première heure de Tous migrants, y voit plutôt une “fabrique des indésirables”. Tout en ajoutant : “Mais on ne veut pas être dans la caricature. On sait que des policiers ont bien conscience que ce qu’on leur demande de faire est inhumain. On compte sur eux pour que les droits fondamentaux triomphent”.

    https://www.huffingtonpost.fr/entry/dans-les-alpes-migrants-et-benevoles-face-a-une-police-aux-frontieres
    #vidéo #Tous_Migrants #maraudes #asile #migrations #réfugiés #Hautes-Alpes #Briançon #France #Italie #frontières #militarisation_des_frontières #solidarité #maraudes_solidaires #hiver #vidéo

    • (reportage de 2018, je mets ici pour archivage)

      Migrants, l’odyssée des marcheurs de l’extrême – Episode 1 : Mamadou

      Face à l’afflux des passages de la frontière, une solidarité montagnarde s’est installée dans le Briançonnais. Le but ? Secourir les migrants en difficulté. Radio Parleur vous propose une série de cinq reportages dédiés au passage des migrants à travers les Hautes-Alpes. Dans ce premier épisode, place à l’histoire de Mamadou, qui a traversé la frontière italo-française en passant par le col de l’Échelle, un soir de mars.

      Depuis le début de l’année, près de 2 000 réfugiés ou exilés, migrants, seraient arrivés en France, en traversant la frontière avec l’Italie. En passant par les Alpes, les cols alentours, et dans des conditions extrêmes, au péril de leur vie. Mamadou commence son odyssée en 2010, loin, très loin des Alpes. Fils d’un père boucher, il quitte son pays, le Mali, suite aux attaques menées par les touaregs qui combattent pour le contrôle du nord du pays.
      Du Mali à la Place des Fêtes, à Paris

      En 2011, alors que plusieurs de ses amis viennent de mourir dans un attentat sur un marché, il prend la décision de fuir. Passé par l’Algérie, il arrive finalement en Libye et monte dans un canot pneumatique à Tripoli. Sauvé de la noyade par les gardes-côtes italiens, on lui délivre à Naples un titre de séjour et un passeport Schengen.

      Il décide alors de rejoindre son oncle, qui travaille à Paris. Les petits boulots s’enchainent : boucher durant deux ans, puis vendeur pendant un an sur les marchés de Place des Fêtes et de Daumesnil, dans les 20ème et 12ème arrondissements parisiens.
      Repasser par l’Italie pour faire renouveler son titre de séjour

      A l’hiver 2016, Mamadou est obligé de retourner en Italie pour faire renouveler ses titres de séjour. On lui en accorde un, d’une durée de cinq ans, mais son passeport, lui, n’est pas encore prêt. À cause de son travail, Mamadou doit pourtant rentrer à Paris et ne peut attendre. Il décide de prendre le train à Milan, avant de se faire contrôler en gare de Modane, dix kilomètres après la frontière.

      Là, les policiers français lui expliquent que, sans son passeport, ils sont obligés de lui refuser l’entrée en France. Mamadou a beau leur assurer que sa demande est en cours et qu’il doit retourner travailler à Paris, d’où il vient, les agents lui répondent que ce n’est pas leur problème. Il est arrêté, ainsi qu’Ousmane, un autre exilé de 17 ans qui l’accompagne. Les deux garçons, migrants à ce moment-là, sont reconduits, en traversant la frontière, en Italie.
      Migrants : l’odyssée dramatique des marcheurs de l’extrême – Episode 1

      « Je ne savais pas que la neige pouvait brûler »

      À la gare de Bardonecchia, les deux jeunes gens ne connaissent personne. Mais ils sont déterminés à passer la frontière, comme d’autres migrants. Mamadou se renseigne sur l’itinéraire à prendre pour rejoindre la France auprès d’un italien. Celui-ci lui indique une route qui passe par le col de l’Échelle. Celui-ci culmine à 1762 mètres d’altitude.

      Le col de l’Échelle est fermé à la circulation l’hiver. En fonction de l’enneigement, cette fermeture peut durer de décembre jusqu’à mai. Nous sommes le 5 mars, il est 16h : il fait froid et il neige. Bien que peu couverts, en jean et en baskets, les deux jeunes décident néanmoins de franchir la montagne à pied.

      https://radioparleur.net/2018/06/04/migrants-solidaires-frontiere-episode-1

      #audio #son #podcast

    • Migrants, l’odyssée des marcheurs de l’extrême – Épisode 2 : Une #solidarité en actes

      Des milliers de réfugié·es ou d’exilé·es arrivent en France en provenance d’Italie. Ils et elles traversent la frontière par les cols des Alpes, dans des conditions extrêmes, avec un risque mortel. Face à cet afflux et à ces dangers, une solidarité montagnarde s’est installée dans le Briançonnais dans le but de secourir les migrant·es en difficulté. Dans ce deuxième épisode, Radio Parleur vous propose de découvrir trois portraits d’accueillant·es : un membre d’association, un pisteur en montagne ou une simple habitante de la #vallée_de_la_Clarée.

      Face aux risques que courent les migrants pour traverser la frontière, des habitant·es du Briançonnais, de #Névache et de #Montgenèvre se mobilisent par solidarité. Tout·es craignent de retrouver des cadavres au printemps et de voir la montagne se transformer en un gigantesque cimetière à ciel ouvert avec la fonte des neiges. Le 25 mai 2019, du côté italien du col de l’Échelle, un promeneur a découvert le corps d’« un homme à la peau sombre » inanimé, près d’un torrent. Le corps, en état de décomposition avancée, n’a pas pu être identifié, selon le journal italien La Stampa.

      Secourir les migrant·es en difficulté, par solidarité

      Bravant le froid et les contrôles accrus de la PAF (Police Aux Frontières), les bénévoles continuent. Épuisé·es et en colère face à un État qui, selon elleux, les laisse seul·es gérer l’urgence. C’est une armée de volontaires : ancien·nes militant·es, syndicalistes, anarchistes et libertaires, catholiques à la fibre sociale, mais aussi simples habitant·es de la vallée. Certain·es ne s’étaient jamais engagé·es par solidarité jusque-là. Mais tous et toutes ont prit le relais d’un État jugé déficient.

      Bruno Jonnard habite à Névache, la plus haute commune de la vallée de la Clarée, depuis maintenant quinze ans. Artisan l’été, il travaille comme dameur et pisteur l’hiver. Il assure des interventions comme pompier volontaire. Avec ses 361 habitant·es, Névache est le village le plus proche du col de l’Échelle. Un col dangereux et difficile d’accès par où passent les migrant·es qui franchissent la frontière franco-italienne.

      Murielle* habite à Montgenèvre où elle dirige un commerce. A quelques centaines de mètre, le col du même nom, et surtout la frontière franco-italienne. Mais aussi le poste de la Police Aux Frontières (PAF) d’où partent les patrouilles qui surveillent ce second point de passage pour les migrant·es.

      Michel Rousseau habite à Briançon. Ancien syndicaliste aujourd’hui à la retraite, il est le porte-parole de l’association Tous Migrants. L’association, sans étiquette politique, religieuse ou institutionnelle, créée en 2015, exprime l’indignation collective face au drame humanitaire vécu par les migrants en Europe. C’est aussi dans le chef-lieu de la vallée de la Clarée, que se situe le refuge solidaire de l’association pour les migrant·es.

      https://radioparleur.net/2018/06/05/montagnes-solidarite-migrants-marcheurs-odyssee-episode-2

    • Migrants, l’odyssée des marcheurs de l’extrême – Episode 3 : #Maraude en montagne

      Face à l’afflux des passages de la frontière, une solidarité montagnarde s’est installée dans le Briançonnais. Le but ? Secourir les migrants en difficulté. Radio Parleur vous propose une série de cinq reportages dédiés au passage des migrants à travers les Hautes-Alpes. Dans ce troisième épisode, Radio Parleur vous propose de partir au cœur d’une maraude en haute-montagne, avec Vincent et Emily*, bénévoles à l’association #Tous_Migrants.

      Dans les Hautes-Alpes, les migrants qui souhaitent rejoindre la France traversent régulièrement la frontière franco-italienne par la montagne. Ils passent par les cols de l’Echelle, à 1762 mètres d’altitude, et de Montgenèvre, à 1850 mètres d’altitude. Les conditions y sont extrêmement difficiles : températures qui descendent parfois en dessous de moins 20 degrés, passages par des zones difficiles d’accès et le plus souvent de nuit, avec les patrouilles de la #Police_Aux_Frontières (#PAF) et de la #Police_Nationale.

      Secourir les migrants en difficulté dans la montagne

      C’est pourquoi des professionnels de la montagne, des bénévoles, ou parfois de simples habitants de la région, s’organisent. Ils effectuent chaque soir des maraudes en altitude pour secourir les migrants en difficulté. Commençant autour de 21h, elles finissent tard dans la nuit. « Ça fait partie de la culture montagnarde : on ne laisse personne en difficulté sur le côté du chemin, là-haut », assure Vincent, habitant et pizzaiolo qui participe à la maraude.

      Parfois, ce sont jusqu’à douze ou quinze personnes par soir, qui tentent de passer. Il faut ensuite redescendre et parvenir jusqu’au #Refuge_Solidaire installé à Briançon. Là, suite à un accord avec la communauté de communes et la gendarmerie nationale, les migrant·e·s ne sont pas inquiété·e·s tant qu’ils ne s’éloignent pas du refuge installé dans une ancienne caserne de #CRS.

      https://radioparleur.net/2018/06/08/episode-3-maraude-montagne-migrants-detresse-solidaires

      Pour écouter le #podcast :
      https://podcast.ausha.co/radio-parleur/migrants-l-odyssee-des-marcheurs-de-l-extreme-episode-3-maraude-en-mon

      #maraudes

    • Dans les Alpes, les associations d’aide aux migrants se disent « harcelées » par la Police aux frontières

      L’association Tous Migrants qui vient en aide aux exilés qui traversent les Alpes pour rejoindre la France, s’inquiète du #harcèlement_policier dont elle se dit victime. Arrêtés pendant les #maraudes en montagne, à Briançon, les membres de l’association se plaignent des très nombreuses #amendes qu’ils reçoivent, disent-ils, pour non-respect du couvre-feu. Et s’inquiètent du sort des migrants interceptés par la Police aux frontières.

      « La situation est ubuesque ». C’est avec ces mots qu’Agnès Antoine, membre de Tous migrants, dans la ville de Briançon, au pied des Alpes françaises, évoque les maraudes de son association. « Il fait -15 degrés, les exilés risquent leur vie pour traverser la montagne et arriver en France et au lieu de les aider, nous sommes harcelés ». L’association reproche aux forces de l’ordre et aux membres de la Police aux frontières (PAF) de les entraver dans leur #aide_humanitaire.

      « Depuis le 6 janvier, nous avons déjà récolté une trentaine d’amendes pendant nos maraudes de soirées pour non-respect du #couvre-feu », explique-t-elle. Les associations sont pourtant autorisées à prolonger leurs activités au-delà de 20h avec une #attestation. Les bénévoles assurent que les forces de l’ordre n’en ont que faire.


      https://twitter.com/LoupBureau/status/1351629698565103625
      « Respect des règles »

      « Les #contrôles_arbitraires, notifications d’amendes, #auditions_libres et autres pressions envers les citoyens et citoyennes qui chaque soir essaient de porter assistance aux exilé(e)s se sont multipliés », peut-on lire dans un communiqué publié par Tous Migrants et Médecins du monde. « La nuit du 8 janvier 2021, j’ai été contrôlé quatre fois par deux équipes de gendarmes alors que je maraudais dans Montgenèvre. Cette même soirée, j’ai été notifié de trois amendes alors que j’étais en possession de mon ordre de mission et de mon attestation dérogatoire de déplacement délivrés par l’association Tous Migrants », ajoutent les auteurs du texte.

      Contactée par InfoMigrants, la préfecture des Hautes-Alpes se défend de harcèlement et de contrôles abusifs. « Les services chargés du contrôle aux frontières agissent dans le respect des règles de droit et des personnes qu’elles contrôlent », explique-t-elle dans un communiqué. « Concernant les maraudes exercées pendant le couvre-feu, les salariés et bénévoles peuvent se déplacer entre 18h et 6h pour l’aide aux personnes précaires en présentant une attestation professionnelle fournie par l’association. Il appartient à l’autorité de police verbalisatrice d’apprécier la validité des documents qui lui sont présentés. »


      https://twitter.com/DamienCAREME/status/1337458498146222082

      « La PAF nous demande de venir chercher des migrants dans leurs locaux »

      Pour Agnès Antoine, le comportement de la police est surtout incompréhensible. « Ils nous harcèlent et dans le même temps, ils nous demandent de les aider, de venir chercher des migrants quand ils sont dans les locaux de la PAF. Parce qu’ils ne savent pas quoi faire d’eux. C’est vraiment dingue ».

      Dernier exemple en date, dans la nuit du vendredi 15 janvier au samedi 16 janvier. Vingt-deux migrants, Iraniens et Afghans, dont des enfants et un nouveau-né, sont interceptés par la police dans la montagne puis emmenés dans les locaux de la PAF. Selon Tous Migrants, « toutes les personnes arrêtées ont reçu des OQTF et des IRTF délivrées par la préfète ». Après les avoir interrogés, la PAF a appelé l’association. « Ils nous ont demandé de venir pour nous en occuper », soupire-t-elle.
      De plus en plus de familles parmi les exilés

      L’association reproche également aux forces de l’ordre de bafouer les droits des migrants. « L’État militarise la frontière, traque les exilé(e)s et les reconduit quasi systématiquement en Italie sans même vérifier s’ils souhaitent demander l’asile en France », écrivent-ils encore dans leur communiqué.

      Selon Tous Migrants, le profil des exilés traversant les Alpes a changé ces derniers mois. Auparavant, les personnes secourues étaient majoritairement des hommes, en provenance d’Afrique de l’Ouest « qui remontaient l’Italie depuis le sud avant de traverser les Alpes ». Aujourd’hui, les migrants sont davantage des familles venues du Moyen-Orient. « Elles arrivent de Slovénie, passent par Trieste (dans le nord de l’Italie), et arrivent aux Alpes », explique Agnès Antoine. « Ce sont beaucoup de familles avec des femmes enceintes, des enfants et même des bébés en bas âge ».

      Depuis le mois de septembre 2020, les maraudes ont permis de porter assistance à 196 personnes, écrivent les bénévoles de l’association.

      https://www.infomigrants.net/fr/post/29725/dans-les-alpes-les-associations-d-aide-aux-migrants-se-disent-harcelee

    • « A la frontière franco-italienne, l’Etat commet des violations quotidiennes des droits humains »

      Au nom de la lutte contre l’immigration irrégulière, la #militarisation_de_la_montagne n’est qu’un geste vain de l’Etat, alertent l’anthropologue #Didier_Fassin et le médecin #Alfred_Spira.

      Tribune. Toutes les #nuits, dans les Hautes-Alpes, au col de Montgenèvre, des hommes, des femmes et des enfants en provenance du Moyen-Orient, d’Afrique subsaharienne ou du Maghreb tentent de passer à pied d’Italie en France, dans la neige et le froid. Toutes les nuits, puissamment équipés, des agents de la police aux frontières et des gendarmes dépêchés sur place s’efforcent de les en empêcher et de les reconduire de l’autre côté de la frontière. Toutes les nuits, des bénévoles font des #maraudes pour porter assistance à ceux qui, une fois sur le territoire français, essaient d’échapper à leur arrestation.

      Cette étrange dramaturgie se reproduit depuis quatre ans, et, si les hivers sont particulièrement dangereux, certains des accidents les plus tragiques se sont produits en #été : il n’est pas de période sûre pour les exilés qui se perdent ou se blessent dans cette voie par laquelle ils espèrent obtenir la protection de la France ou poursuivre plus loin leur périple. Ajoutons à ce tableau la présence de deux compagnies de policiers et de gendarmes chargés du secours en haute montagne qui, en conformité avec leur noble mission, sont parfois paradoxalement conduits à intervenir pour aider des exilés qui fuient leurs collègues.

      Leur action se fait au nom du contrôle de l’immigration, et le président de la République a récemment ordonné un doublement des forces de l’ordre qui gardent les frontières.

      Mais cette impressionnante mobilisation se révèle à la fois disproportionnée et inefficace, comme le reconnaît un haut fonctionnaire préfectoral. Disproportionnée, car elle ne concerne que 2 000 à 3 000 passages par an. Inefficace, car celles et ceux qui sont reconduits retentent inlassablement leur chance jusqu’à ce qu’ils réussissent.

      La véritable conséquence du déploiement de ce dispositif est de contraindre les exilés à emprunter des chemins de plus en plus périlleux, sources de #chutes, de #blessures et de #gelures. Plusieurs #décès ont été enregistrés, des #amputations ont dû être réalisées. La militarisation de la montagne n’est ainsi qu’un geste vain de l’Etat, dont le principal résultat est la #mise_en_danger des exilés, souvent des familles.

      « #Délit_de_solidarité »

      Geste d’ailleurs d’autant plus vain qu’il est difficile d’imaginer que des personnes qui ont quitté un pays où ils n’étaient pas en sécurité pourraient y retourner. Les uns ont fait des milliers de kilomètres sur la route des Balkans, y ont été enfermés dans des camps infâmes sur des îles grecques ou ont subi les violences des policiers et des miliciens croates.

      Les autres ont franchi le Sahara où ils ont été dépouillés de leurs biens par des gangs avant d’arriver en Libye, où ils ont été détenus, torturés et libérés contre rançon, puis de traverser la Méditerranée sur des embarcations précaires et surchargées. Il est difficile d’imaginer que ces exilés puissent renoncer à cet ultime obstacle, fût-il rendu hasardeux par l’action de la police et de la gendarmerie.

      C’est pourquoi l’activité des maraudeurs est cruciale. Les premiers d’entre eux, il y a quatre ans, étaient des habitants de la région pour lesquels il était impensable de laisser des personnes mourir en montagne sans assistance. « #Pas_en_notre_nom » était leur cri de ralliement et l’intitulé de leur association, qui est devenue un peu plus tard Tous Migrants, récompensée en 2019 par un prix des droits de l’homme remis par la garde des sceaux. Très vite, ils ont été rejoints par des #bénévoles venus de toute la France et même de plus loin, certains étant des professionnels de santé intervenant au nom de #Médecins_du_monde.

      Ces maraudeurs qui essaient de mettre à l’#abri les exilés ayant franchi la frontière dans des conditions extrêmes ont à leur tour été réprimés. Bien que censuré par le Conseil constitutionnel en 2018, au nom du principe supérieur de fraternité, le « délit de solidarité » continue à donner lieu à des #interpellations et parfois à des #poursuites.

      Nous avons nous-mêmes récemment été, en tant que médecins, les témoins de ces pratiques. L’un de nous a fait l’objet, avec son accompagnateur, d’un long contrôle d’identité et de véhicule qui les a empêchés de porter secours, quelques mètres plus loin, à une dizaine de personnes transies, dont une femme âgée qui paraissait présenter des troubles cardiaques. Alors qu’ils insistaient devant le poste de police sur les risques encourus par cette personne et rappelaient la condamnation de la police aux frontières pour refus de laisser les organisations humanitaires pénétrer leurs locaux pour dispenser une assistance médicale et juridique, ils se sont fait vigoureusement éconduire.

      Double contradiction

      Un autre a pu, quelques jours plus tard, mettre à l’abri deux adultes avec quatre enfants qui venaient de franchir la frontière par − 15 °C ; il s’est alors rendu compte que deux fillettes étaient sans leurs parents qui avaient, eux, été interpellés ; revenu au poste-frontière pour solliciter la libération du père et de la mère au nom de l’#intérêt_supérieur_des_enfants de ne pas être séparés de leur famille, il n’a obtenu celle-ci qu’au prix d’une audition par un officier de police judiciaire, après avoir été fallacieusement accusé d’#aide_à_l’entrée_irrégulière_sur_le_territoire, #délit puni de cinq ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende.

      Dans les jours qui ont suivi ces deux épisodes, tous les maraudeurs ont fait l’objet d’un #harcèlement non justifié des #forces_de_l’ordre, avec jusqu’à six contrôles et trois #contraventions par personne certains soirs.

      Tous les policiers et les gendarmes n’adhèrent pas à ces pratiques. Certains vont jusqu’à féliciter les maraudeurs pour leurs actions. Ils sont d’autant plus légitimes à le faire qu’au nom de la lutte contre l’immigration irrégulière le gouvernement viole les #droits_humains, lorsque ses agents insultent, volent et frappent des exilés, comme des décisions judiciaires l’ont établi, et qu’il enfreint la législation lorsque les exilés ne sont pas autorisés à demander l’asile à la frontière. Parfois, les mineurs non accompagnés se voient refoulés, ce que condamne la justice.

      On aboutit à cette double contradiction : garant de la loi, l’Etat y contrevient au moment même où il sanctionne celles et ceux venus lui demander sa protection ; promoteur des valeurs de la République, il punit celles et ceux qui se réclament de la fraternité. Ces violations des droits humains et ces infractions à la législation contribuent à la crise humanitaire, sécuritaire et sanitaire, contre laquelle le devoir éthique de tout citoyen est d’agir, comme nous le faisons, pacifiquement et dans le strict respect de la loi.

      Didier Fassin est professeur à l’Institut d’études avancées de Princeton et titulaire de la chaire annuelle « santé publique » au Collège de France ; Alfred Spira est professeur honoraire de santé publique à la faculté de médecine de Paris-Saclay et membre de l’Académie nationale de médecine. Tous deux sont occasionnellement maraudeurs bénévoles pour l’association Médecins du monde.

      https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/01/28/a-la-frontiere-franco-italienne-l-etat-commet-des-violations-quotidiennes-de
      #nuit #hiver #efficacité #proportionnalité #inefficacité

  • « Un seul héros le peuple » de Mathieu Rigouste
    https://radioparleur.net/2020/12/08/un-seul-heros-le-peuple-par-mathieu-rigouste

    Le chercheur indépendant en sciences sociales Mathieu Rigouste est à la tête d’un nouveau projet : Un seul héros le peuple. Un site, un livre et un documentaire diffusés en ligne du 10 au 15 décembre 2020. A travers des témoignages, il raconte le soulèvement du peuple algérien en décembre 1960. Radio Parleur l’a rencontré. Durée : 26 min. Source : Radio Parleur

    https://audio.ausha.co/B102eTdjY66E.mp3

  • La grenade Gm2L, remplaçante de la GLI-F4 est-elle moins dangereuse ?
    https://radioparleur.net/2020/12/07/grenade-gm2l-remplacante-de-la-gli-f4-est-elle-moins-dangereuse

    Lors de la manifestation du 5 décembre contre la loi sécurité globale, les forces de police ont eu recours massivement à la GM2L. Cette grenade remplace officiellement la GLI-F4 depuis le 27 janvier 2020. Présentée comme moins dangereuse par le gouvernement, elle est à l’origine de nombreuses blessures : perte d’audition, main arrachée, éclat de grenade sous la peau… Durée : 23 min. Source : Radio Parleur

    https://audio.ausha.co/omXjRC54m6RM.mp3

  • Sélom et Matisse - Épisode 5 : Le combat des Lionnes
    https://radioparleur.net/2020/11/28/selom-et-matisse-episode-5-le-combat-des-lionnes

    Les demandes de complément d’enquête ont toutes été rejetées, tout comme la demande de reconstitution des faits. Les familles ne comprennent pas. Trois ans après la mort de Sélom et Matisse, Peggy et Valérie doutent de plus en plus que la justice leur apporte un jour des réponses. Elles redoutent de ne jamais connaître la vérité, ni obtenir justice pour la mort de leurs fils. Assise dans son canapé, Peggy tire une dernière fois sur sa cigarette avant de l’écraser. Elle se redresse : « Au moins, en me battant, j’ai l’impression d’être vivante. J’ai l’impression de continuer à le faire vivre. » Durée : 22 min. Source : Radio (...)

    https://file04.ausha.co/zl3006IqB9dA6YBlaq1fKklDRgP4zsH5oyBseAad.mp3