Pouvoirs et contre-pouvoirs Archives - Rapports de Force

/pouvoir-et-contre-pouvoir

  • Législatives 2022 : six enseignements sur les résultats du 1er tour- Rapports de Force
    https://rapportsdeforce.fr/pouvoir-et-contre-pouvoir/legislatives-2022-six-enseignements-sur-les-resultats-du-1er-tour-06

    Comme en 2017, l’abstention reste le premier parti de France. Elle bat même un nouveau record, avec pour conséquence de n’ouvrir quasiment que des duels, pour le second tour des législatives 2022, le 19 juin prochain. Et donc de […] L’article Législatives 2022 : six enseignements sur les résultats du (...) @Mediarezo Actualité / #Mediarezo

  • Violences sexistes et sexuelles : les missions Égalités en souffrance- Rapports de Force
    https://rapportsdeforce.fr/pouvoir-et-contre-pouvoir/violences-sexistes-et-sexuelles-les-missions-egalites-en-souffrance-

    Après les scandales qui ont éclaté dans les Instituts d’études politiques et d’autres grandes écoles, les établissements du supérieur ont renforcé leurs dispositifs de lutte contre les violences sexistes et sexuelles. Ces derniers se matérialisent le plus souvent par […] L’article Violences sexistes et (...) @Mediarezo Actualité / #Mediarezo

  • À Toulouse, le sort suspendu d’une centaine de mineurs non-accompagnés- Rapports de Force
    https://rapportsdeforce.fr/pouvoir-et-contre-pouvoir/a-toulouse-le-sort-suspendu-dune-centaine-de-mineurs-non-accompagnes

    Une centaine de mineurs non-accompagnés vit entre les murs de l’ancien EHPAD des Tourelles, à Toulouse, depuis février 2020. Pourront-ils y rester ? Ce mercredi 27 avril, une audience au tribunal administratif de Toulouse doit trancher. La pression monte […] L’article À Toulouse, le sort suspendu (...) @Mediarezo Actualité / #Mediarezo

  • Le logement, encore trop absent des présidentielles- Rapports de Force
    https://rapportsdeforce.fr/pouvoir-et-contre-pouvoir/le-logement-encore-trop-absent-des-presidentielles-042213455

    Rarement, tout au long de la campagne pour les élections présidentielles comme dans l’entre-deux tours, la question du logement aura été mise sur la table. Une fois encore, elle reste relativement absente du devant de la scène politique. Pourtant, se […] L’article Le logement, encore trop absent des (...) @Mediarezo Actualité / #Mediarezo

  • Présidentielles : « le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair obscur surgissent des monstres »- Rapports de Force
    https://rapportsdeforce.fr/pouvoir-et-contre-pouvoir/presidentielles-le-vieux-monde-se-meurt-le-nouveau-monde-tarde-a-app

    Emmanuel Macron affrontera pour la seconde fois Marine Le Pen dans un second tour de présidentielle, qui cette fois s’annonce serré. Ce résultat confirme la quasi-disparition des deux partis ayant structuré la vie politique sous la Ve République. Fini […] L’article Présidentielles : « le vieux monde (...) @Mediarezo Actualité / #Mediarezo

  • Ordonnances Macron : le barème des indemnités de licenciement suspendu à la décision de la Cour de cassation- Rapports de Force
    https://rapportsdeforce.fr/pouvoir-et-contre-pouvoir/ordonnances-macron-le-bareme-des-indemnites-de-licenciement-suspendu

    Souvenez-vous ! La loi travail 2, c’est-à-dire les ordonnances Macron du 22 septembre 2017. Ses facilités de licenciements, ses accords de branche ou d’entreprise prenant le pas sur le Code du travail, la disparition des CHSCT, etc. Ce jeudi, la Cour […] L’article Ordonnances Macron : le barème des (...) @Mediarezo Actualité / #Mediarezo

  • Insécurité : un constat truqué par l’extrême droite- Rapports de Force
    https://rapportsdeforce.fr/pouvoir-et-contre-pouvoir/insecurite-un-constat-truque-par-lextreme-droite-121811995

    À l’aube des élections présidentielles, l’insécurité est devenue l’un des thèmes centraux de la campagne. Le travail accompli depuis 50 ans par le Rassemblement National (RN) et ses alliés a fini par payer et, de l’extrême droite à la […] L’article Insécurité : un constat truqué par l’extrême droite est (...) @Mediarezo Actualité / #Mediarezo

  • Lyon : le procès de 7 antifascistes met la justice face à ses contradictions- Rapports de Force
    https://rapportsdeforce.fr/pouvoir-et-contre-pouvoir/lyon-le-proces-de-7-antifascistes-met-la-justice-face-a-ses-contradi

    A Lyon, les 7 antifascistes qui passent en procès à la suite d’une bagarre avec les catholiques intégristes de Civitas lors d’une manifestation anti-passe sanitaire ont choisi de faire de leur audience une tribune politique. Ce 4 novembre, leurs […] L’article Lyon : le procès de 7 antifascistes met (...) @Mediarezo Actualité / #Mediarezo

  • Bidonvilles de Montpellier : des gros bras incendient, le préfet expulse, le maire se tait - Rapports de Force
    https://rapportsdeforce.fr/pouvoir-et-contre-pouvoir/bidonvilles-de-montpellier-des-gros-bras-incendient-le-prefet-expuls

    Incendies volontaires à répétition, hommes rodant cagoulés avec des armes, coups de feu tirés en l’air, insultes, depuis cet été, les actes délictueux visant plusieurs bidonvilles se sont multipliés aux dires de leurs habitants et d’associations. Les expulsions préfectorales aussi. Le nouveau préfet de l’Hérault qui ne fait pas mystère de sa volonté de supprimer les bidonvilles reste par contre silencieux à propos des intimidations que leurs habitants disent subir.

    • Incendies criminels et bulldozers de la préfecture : les bidonvilles de Montpellier harcelés
      https://revolutionpermanente.fr/Incendies-criminels-et-bulldozers-de-la-prefecture-les-bidonvil

      Dès sa nomination, il se trouve un allié de choix lorsqu’il rencontre Michaël Delafosse, maire PS de Montpellier. Les deux hommes s’entendent à merveille et ont la même priorité : "on se l’est dit les yeux dans les yeux. Il faut nettoyer la ville". Dans ce contexte, le préfet exprime aussi sa volonté de démanteler tous les bidonvilles de Montpellier, c’est-à-dire 15 sites qui comptent presque 1000 personnes.

      Loin d’une quelconque considération pour les habitants de ces camps qui vivent parfois dans des conditions d’insalubrité dramatiques, l’objectif du préfet consiste à faire régner l’ordre et chasser les populations stigmatisées. Les démantelements et expulsions se font alors même que tous les dispositifs d’hébergement d’urgence de Montpellier sont saturés depuis des mois, que le 115 ne propose pas plus de 4 ou 5 places pérennes aux 250 personnes qui appellent chaque jour. Des familles, des femmes enceintes, des personnes en situation de handicap, des femmes victimes de violences, personne n’est pris en charge par le 115 faute de places.

      « La semaine dernière encore, j’ai du expliquer à une enfant de 12 ans qu’elle dormirait dans la rue cette nuit. On a passé l’été à voir des familles avec des gosses de moins de 10 ans qui dorment dehors. » témoigne Lucas, travailleur social au SAMU Social.

      Cette saturation des dispositifs d’aide sociale n’empêche pas le préfet de jeter des gens à la rue par dizaine. Le 31 août, il joint les actes à la parole et expulse les deux camps du Mas Rouge, se servant comme prétexte d’un incendie ayant eu lieu début août. Près de 150 personnes dont plusieurs dizaines de mineurs se retrouvent à la rue. Des gens qui travaillent, des enfants scolarisés, des familles qui vivent là depuis des années sont prévenus la veille qu’ils seront expulsés le lendemain matin.

      Le même jour, un autre camp prenait feu, au niveau du Zénith. Une semaine après, le 8 août, ce camp est à son tour détruit à grands coups de bulldozers et ses habitants expulsés, dans des scènes de chaos dénoncées par les associations. Encore une fois, les habitants ont été prévenus la veille seulement. La mairie, propriétaire du terrain, a complètement laissé faire et s’est même opposée à la demande de suspension de l’expulsion.
      Comble de l’horreur, l’opération s’est faite dans une telle violence et une telle précipitation que la SPA a retrouvé plusieurs cadavres d’animaux domestiques écrasés par les pelleteuses.

      Hugues Moutouh, lui, justifie avec un cynisme puant sa politique inhumaine au micro de la Gazette de Montpellier : « C’est évident que si vous évacuez les gens et que vous laissez intactes les roulottes et les cahutes, c’est sûr qu’ils reviennent dans les semaines qui suivent. Donc il faut détruire. »

      Dans la réalité, ces familles se retrouvent souvent sans aucune solution et doivent dormir sur le trottoir. « Avant-hier, j’ai rencontré deux familles qui ont été expulsés, et qui dorment depuis près des rives du Lez. Six enfants scolarisés qui ne peuvent plus aller au collège et à l’école, des parents désespérés qui ne savent pas quoi faire. » nous explique Lucas.

      L’horreur de la situation a encore grimpé d’un cran entre mardi et mercredi.
      Mardi, le 115 a reçu des appels de familles vivant sur des camps qui signalaient le passage d’hommes cagoulés, armés de barres de fer, venus les menacer "d’être les prochains". Vers 5 heures du matin, un autre camp a été victime d’un incendie. S’il n’y a pas encore de preuves formelles de l’origine criminelle, un motard a été aperçu près du camp quelques minutes avant le début du sinistre.

      De plus, Metropolitain révélait hier dans la journée une autre tentative d’incendie criminel dans un autre camp, la même nuit, la aussi perpétré par un motard..
      Les habitants des bidonvilles font également état de nombreuses intimidations, coups de feu tirés devant les campements pendant la nuit, menaces reçues. La situation est déjà dramatique et se dégrade, avec la complicité silencieuse de la préfecture et de la mairie.

    • Delafosse est membre de l’équipe de campagne Hidalgo. C’est leur boulot de jouer le discours humano / travail social tout en faisant performer la rente foncière et le commerce, ce qui exige l’emploi de la police (et si il le faut d’hommes de main dans un cadre extra légal : ici, les incendies, ça marche, ils sont suivis d’expulsion « pour le bien des habitants »). La confiance n’est guère de mise.

      edit l’article de rapports de forces est du 17/9, la déclaration du maire du 21/9

    • Sinon, oui, le camp du Mas rouge était situé à un endroit très particulier : entre le quartier Port Marianne (le nouveau quartier très chic de Montpellier, qui continue de s’étendre vers la mer, Odysseum (le grand centre divertissement/commercial), et surtout le prochain quartier Cambacérès, sur lequel la métropole mise beaucoup, et en bordure duquel il y a déjà la toute nouvelle gare TGV de Montpellier (140 millions d’euros tout de même).

      J’ai cerclé le camp du Mas rouge en bleu, on voit qu’il est immédiatement adjacent à la zone rouge foncée du futur quartier Cambacérès :

      (Après, ça ne prouve rien, mais oui c’est un camp dont l’emplacement est particulièrement sensible en plein dans des quartiers en plein développement et plutôt chics.)

    • Bidonvilles expulsés à Montpellier : la politique « bulldozer » du préfet détruit tout sur son passage, NEJMA BRAHIM
      https://www.mediapart.fr/journal/france/220921/bidonvilles-expulses-montpellier-la-politique-bulldozer-du-prefet-detruit-

      Au cours des derniers mois, à Montpellier, plusieurs bidonvilles ont été touchés par des incendies, puis évacués sur décision du préfet de l’Hérault, sans préavis, réduisant à néant le travail social mené par les associations auprès des populations vivant sur place. Après la dernière évacuation, jugée « illégale » par les associations, le préfet a pointé du doigt les habitants, déclarant qu’ils ne vivaient « que de rapines et d’agressions ».

      Montpellier (Hérault).– Devant la préfecture de l’Hérault, à Montpellier, Cosmin reste d’abord silencieux, attentif au discours de l’un de ses amis. Vendredi 17 septembre, ils sont une trentaine de jeunes adultes, accompagnés de leurs enfants et de divers représentants du monde associatif, à s’être déplacés place du Marché-aux-Fleurs pour dénoncer l’évacuation du bidonville Zénith 2, dans lequel ils vivaient depuis plusieurs années. « À Montpellier, les Roms sont expulsés par le feu », lâche d’emblée Sophie Mazas, avocate et présidente de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) de l’Hérault, tandis que les anciens habitants du bidonville acquiescent de la tête.

      Cosmin s’écarte de la foule, le regard vide. « J’ai tout perdu dans l’incendie », raconte-t-il en sortant son smartphone de la poche de son jean. La vidéo qui s’enclenche montre des caravanes en feu, dont la sienne et celle de son beau-frère. Plusieurs hommes courent et crient dans tous les sens, sans pouvoir empêcher les flammes de tout emporter sur leur passage. « Après l’expulsion, on n’a eu aucun hébergement. Rien du tout. Le 115 n’arrête pas de nous dire qu’ils n’ont pas de place. Ça fait cinq jours qu’on est à la rue, avec femme et enfants, sous la pluie », poursuit-il, incapable de maîtriser les larmes qui lui montent aux yeux. Il s’isole, inquiet que sa famille puisse le voir ainsi.


      L’incendie au bidonville du Zenith 2, à Montpellier, filmé par un habitant. © NB.

      « Hier, il a beaucoup plu. On a dû dormir par terre, dehors. Nos vêtements étaient tout mouillés », complète Clauda, l’épouse de Cosmin, entourée de leurs quatre enfants. Près d’eux, la sœur de Cosmin, ainsi que son mari Viktor, trois enfants, disent être dans la même situation. « Notre voiture a brûlé dans l’incendie du camp, et ce qu’il restait de nos affaires a été détruit pendant l’expulsion. On ne comprend pas : pourquoi certains ont eu une place en hôtel et pas nous ? », interroge le jeune couple, suppliant qu’on leur trouve une solution d’hébergement. Leurs enfants, scolarisés, n’ont pas pu se rendre à l’école depuis l’évacuation du Zénith 2, le 8 septembre. « Les miens ont aussi raté l’école depuis l’évacuation », témoigne un trentenaire venu réclamer une solution pérenne « pour tout le monde ». Lui et sa famille ont perdu leur « baraque », détruite lors de l’expulsion, et sont depuis hébergés à l’hôtel. « Mais pour combien de temps ? »

      Si on n’a rien d’ici mardi, on quittera Montpellier.
      Cosmin, un habitant expulsé du Zénith 2

      Selon plusieurs associations, la moitié des personnes occupant le bidonville a été mise à l’abri. « Le reste des personnes s’est rabattu soit sur un ancien bidonville, soit sur un nouveau. Quatre nouveaux bidonvilles se sont constitués depuis les évacuations du Mas Rouge [le 31 août dernier] et du Zénith 2 », souligne Catherine Vassaux, directrice d’Area, association qui intervient, en lien avec les services de l’État, sur les bidonvilles de Montpellier depuis cinq ans. Au total, 250 personnes vivaient sur les deux bidonvilles. Certaines auraient, selon elle, également trouvé refuge chez des proches ayant obtenu un logement ou un hébergement en hôtel, créant ainsi une sur-occupation des lieux. « 65 personnes appellent chaque jour le 115 et n’obtiennent pas de solution. D’autres ont lâché l’affaire, comme la famille de Cosmin. »

      Une « casse » du travail social

      Vendredi soir, sur le parking situé près du cimetière au niveau du Zénith, Cosmin et ses proches (2 familles et 12 personnes au total) décident d’appeler de nouveau le 115, en vain. C’est ici qu’ils dorment depuis plusieurs jours, trouvant refuge sous l’abri de bus lorsqu’il pleut trop fort. « Cet après-midi, j’ai demandé à une famille installée sur un terrain tout près si nous pouvions rester avec eux pour la nuit. Ils ont accepté, mais c’est temporaire. Si on n’a rien d’ici mardi, on quittera Montpellier », lâche le père de famille, désabusé. Depuis l’évacuation du Zénith, Cosmin ne s’est plus rendu sur le chantier de BTP où il travaillait.


      Clauda, Cosmin, Eleonora et Viktor, entourés de leurs enfants, sur un parking près du Zenith. © NB.

      Pour les associations présentes sur le terrain, ces évacuations – menées sans concertation avec les acteurs locaux et les populations vivant sur place – ne font que « renforcer » la précarité des habitants. Christian Paillard, président de la LDH Montpellier, dénonce une décision « brutale » et une solution « non viable », conduisant à une perte de confiance chez les personnes suivies depuis plusieurs années. Sans compter celles et ceux qui ont simplement disparu, sans doute partis se reconstruire ailleurs. Selon Antoine, co-secrétaire départemental du syndicat Solidaires, de nombreux projets encore en cours au moment de l’évacuation, tels que la création d’une maison commune [type MJC – ndlr] ou la « sanitation » des lieux, ont été mis à mal.

      Pour justifier l’évacuation du Zénith 2, le préfet de l’Hérault a mis en avant des raisons de sécurité et d’hygiène, et, en toile de fond, la non-insertion des populations vivant dans ce bidonville. En conférence de presse, il évoque une « situation de danger révélée par la survenance mardi 31 août dernier d’un incendie particulièrement grave dont l’origine tient vraisemblablement à la grande vétusté des installations électriques et à des comportements à risque de la part des habitants, comme l’entreposage de détritus à proximité immédiate des habitations et le stockage sans aucune précaution de bonbonnes de gaz » et ajoute que l’action de l’État « n’est pas d’organiser des villages de Roms dans l’agglomération de Montpellier ».

      Est-ce qu’en vivant de rapines et d’agressions, on démontre sa bonne insertion sociale ?
      Le préfet de l’Hérault, Hugues Moutouh

      Interrogé sur la brutalité des événements, sans prise en compte du calendrier fixé par les associations en accord avec la ville et les autorités de l’État dans le cadre de la stratégie de résorption des bidonvilles baptisée « Territoire zéro bidonville », Hugues Moutouh rétorque : « Il faut être efficace. J’aimerais que le monde associatif vous donne des chiffres sur l’insertion. Je remarque que 49 personnes sur 75 [interrogées par les services de préfecture – ndlr] sont connues des services de police et de justice (...). Est-ce que les mineurs sont scolarisés ? Très peu. Y a-t-il une véritable insertion professionnelle ? La réponse est non. Y a-t-il des phénomènes de délinquance ? La réponse est oui. Est-ce qu’en vivant dans un bidonville, en vivant de rapines et d’agressions, on démontre non seulement sa bonne insertion sociale mais d’autre part la capacité de faire vivre sa famille sur le territoire national ? »

      [L’Intervention du préfet de l’Hérault à la suite de l’évacuation du bidonville Zenith 2] est un discours extrêmement stigmatisant, réagit Damien Nantes, coordinateur régional de Médecins du monde. On parle de personnes qui vivent dans des situations d’extrême précarité, je ne nie pas qu’il puisse y avoir des systèmes de débrouille. Mais certains sont connus des services de police pour avoir simplement pratiqué la mendicité. Le préfet fait une généralisation scandaleuse et véhicule quelque chose de l’ordre du préjugé. » Christian Paillard y voit quant à lui un « important retour en arrière sur l’image des Roms ». « Il interprète les chiffres pour dire que le travail socioculturel réalisé par les associations ne va pas assez vite. Il ne peut pas tenir de tels propos en étant un représentant de l’État », déplore le président de la LDH Montpellier.

      Au Mas Rouge, tous les enfants étaient scolarisés, 70 % des adultes avaient un emploi et 80 % avaient des droits santé ouverts.
      Damien Nantes, coordinateur régional de Médecins du monde

      « Sur quoi se base le préfet pour donner ces chiffres ?, interroge Damien Nantes. Il a envoyé la police aux frontières au Zénith 2 la veille de l’évacuation. Ont-ils des services sociaux que l’on ne connaît pas ? C’est un peu surréaliste. » Toutes les associations agissant sur le terrain s’accordent à dire qu’une majorité d’enfants vivant au Mas Rouge et au Zénith 2 sont scolarisés. « L’accompagnement social des personnes, construit sur cinq ans, fonctionnait sur tous les plans. Au Mas Rouge, tous les enfants étaient scolarisés, 70 % des adultes avaient un emploi et 80 % avaient des droits santé ouverts, ce qui est favorable à la santé de tout le monde », détaille Damien Nantes. « On avait un rapport de confiance avec les services de l’État, on se sent trahis. Le préfet mène une politique bulldozer et une casse du travail social », constate, amère, la directrice d’Area.

      Une plainte déposée auprès du procureur après plusieurs incendies et menaces

      Si le préfet affirme que « toutes les conditions légales étaient réunies pour qu’[il] décide de l’évacuation du campement du Zénith », évoquant des décisions de justice qui datent de 2 ou 3 ans, les associations jugent l’évacuation « illégale » et pointent le rôle ambigu de la ville, propriétaire des lieux, qui a démenti le fait d’avoir demandé l’expulsion de ce bidonville. « Quel est le rôle de la mairie dans tout ça ? Elle aurait pu bloquer l’expulsion jusqu’à la dernière minute mais ne l’a pas fait », note Christian Paillard. « Le maire a clairement dit qu’il continuerait à s’opposer [au préfet] de manière bilatérale, mais pas frontale », complète son camarade Antoine. Dans un communiqué, la ville affirme qu’elle « n’a pas formulé de demande d’expulsion de bidonvilles [au sujet du Mas Rouge et du Zénith 2 – ndlr] et demeure extérieure à ces opérations initiées par la préfecture, en application d’une décision de justice et sur la base d’une demande formulée sous le précédent mandat ».

      Notre orientation politique n’a pas été prise en compte.
      Une source proche du dossier à la ville

      L’avocate Me de Foucauld, qui envisage de déposer plusieurs recours pour contester la légalité de ces évacuations, assure de son côté que la décision de justice visant l’expulsion du Zénith 2 datait en réalité de 2013, ce que confirme une source proche du dossier à la ville. « L’expulsion a un statut juridique central, qui suppose que le propriétaire du terrain saisisse justice, que celle-ci se prononce et que le préfet exécute la décision de justice. Ici, la préfecture s’est appuyée sur une demande d’évacuation remontant à plus de six ans. Pour nous, le Zénith 2 et le Mas Rouge n’étaient pas des bidonvilles où il y avait un critère d’urgence : des chantiers étaient en cours et des subventions avaient été versées aux associations. Notre orientation politique n’a pas été prise en compte », relève cette même source, qui redoute que le préfet poursuive les évacuations avec l’aide de la procédure d’urgence et de mise en danger d’autrui.

      Samedi 18 septembre, avenue Nina-Simone, à l’est du centre-ville de Montpellier, une jeune fille se glisse entre les arbres pour rejoindre le campement en contrebas. Cheveux tirés en arrière, tee-shirt rose et grand sourire, elle prend place sur une chaise près d’Elvis* et d’autres proches. Face à eux, les corps carbonisés de leurs caravanes, véhicules et affaires personnelles, détruits dans l’incendie qui a touché le camp le 16 septembre au petit matin. « En six ans de vie ici, on n’a jamais connu d’incendie comme ça », souffle le trentenaire, qui souligne qu’en trois semaines des « feux » ont touché différents bidonvilles. « C’est bizarre. » Le groupe indique que la caravane ayant pris feu était inhabitée et que l’hypothèse d’un problème électrique ne tient pas. « On est sortis de nos caravanes à 4 h 30, on a vu les flammes et on a entendu des coups de feu près du camp. Puis on a vu une voiture blanche s’éloigner. C’était un avertissement », poursuit Elvis.

      C’est là l’autre grande inquiétude des habitants et associations : depuis plusieurs semaines, sur différents campements, les habitants ont constaté des tentatives d’intimidation de la part de personnes extérieures, souvent tard le soir. « Dans la nuit du 31 août au 1er septembre, les habitants du Zénith disent avoir vu des personnes cagoulées et armées braquer des projecteurs sur le camp et tirer en l’air. Dans la nuit du 3 au 4 septembre, il y a eu un épisode similaire avec la présence d’un scooter et d’un camion blanc, et des hommes qui ont tiré de nouveau en l’air. Au bidonville de Saporta, un homme s’est aussi présenté un fusil à la main le 13 septembre », énumère Me de Foucauld, avocate des familles. Selon elle, la police se serait déplacée à chaque fois après avoir été prévenue par les habitants. « À ce jour, quatre personnes ont porté plainte à la suite de ces événements », ajoute l’avocate, qui a déposé une plainte auprès du procureur de la République de Montpellier, que Mediapart a pu consulter. Nous n’avons pas pu confirmer auprès du parquet de Montpellier, à l’heure où nous publions cet article, qu’une enquête a été ouverte.

      On a quitté notre pays, la Roumanie, pour avoir une meilleure vie ici.
      Elvis*, un habitant du bidonville de Nina-Simone

      À Nina-Simone, beaucoup sont encore en état de choc. « J’habitais au Mas Rouge et ma caravane avait déjà brûlé là-bas. Maintenant, avec cet incendie, j’ai de nouveau tout perdu », confie une habitante âgée d’une quarantaine d’années, les cheveux tressés et les vêtements teintés de rouge vif. « On vit dans la peur, lance un autre. On a quitté notre pays, la Roumanie, pour avoir une meilleure vie ici, offrir un avenir à nos enfants, qui sont d’ailleurs tous scolarisés. Mais depuis le changement de préfet, il n’y a que des problèmes. » Pourtant, ils l’assurent, ils cohabitent en harmonie avec le voisinage, qui leur a apporté, après l’incendie, nourriture, vêtements et réconfort. L’un des voisins a même été l’un des premiers à avoir alerté les pompiers lorsque le feu a pris.

      Dans un renfoncement, au milieu des baraques, Maria* et Simona*, toutes deux la vingtaine, se disent « fatiguées ». Depuis l’incendie, elles ne dorment plus. « Ça brûle partout, c’est fait exprès ? », interroge la première. « On va aller où, si on est expulsés d’ici ?, s’inquiète la seconde tout en s’asseyant pour allaiter son bébé. Ce serait trop difficile de devoir partir avec les enfants. » La veille, les agents de la préfecture sont venus, disent-elles, leur rendre visite pour un recensement. Un « relevé d’identité pré-expulsion », explique Me de Foucauld. Selon nos informations, le préfet de l’Hérault aurait accordé un délai de trois semaines pour décider d’une éventuelle expulsion de Nina-Simone. « On a tellement peur d’être les prochains », conclut Elvis.

    • Mairie de Montpellier : pas de Valls avec les bulldozers préfectoraux
      https://lundi.am/Mais-Le-premier-juillet-2021-est-publie-au-Journal-Officiel-le-decret-du-30
      Le pedigree du préfet de l’Hérault fraîchement installé m’interpellait il y a 2 mois dans un précédent billet d’arno :
      https://seenthis.net/messages/923918
      https://lepoing.net/troisieme-incendie-dun-campement-rom-en-moins-de-deux-mois
      #bidonville #chasse_aux_pauvres

  • Place de la République : la face visible des violences policières contre les migrants, Pauline Verge
    https://rapportsdeforce.fr/pouvoir-et-contre-pouvoir/place-de-la-republique-la-face-visible-des-violences-policieres-cont

    Les images de l’évacuation de la place de la République ont suscité l’indignation, obligeant Gérald Darmanin à s’exprimer en plein débat sur la loi « sécurité globale ». Cette fois, les violences se sont déroulées au cœur de Paris, sous l’œil des caméras, en présence d’élus et de journalistes. Pourtant ces violences sont le lot quotidien des migrants, loin de l’exposition médiatique. Nous avons décidé de vous montrer d’autres images qui en attestent. Source : Rapports de Force

  • Violences policières : ces images que l’on ne verra plus | Rapports de Force
    https://rapportsdeforce.fr/pouvoir-et-contre-pouvoir/violences-policieres-ces-images-que-lon-ne-verra-plus-11048442

    Le projet de loi « sécurité globale », actuellement examiné à l’Assemblée Nationale, pourrait acter la fin des images de violences policières. En permettant un meilleur contrôle de la police et des gendarmes ? Non. En empêchant tout simplement de filmer les forces de l’ordre.

    https://twitter.com/davduf/status/1323193363789684737
    du sang et du boudin ou je tue le chien !

  • « Loi sécurité globale ». La macronie s’attaque toujours plus aux droits de la presse et de manifester | Belkacem Bellaroussi
    https://www.revolutionpermanente.fr/Loi-securite-globale-La-macronie-s-attaque-toujours-plus-aux-dr

    D’ici la fin du confinement, il ne sera peut-être plus possible de filmer librement la police. En revanche, elle sera libre de nous filmer grâce à de nouveaux moyens technologiques, partout, tout le temps. C’est en tout cas ce que tente d’imposer la « proposition de loi relative à la sécurité globale ». Source : Révolution permanente

    • Les journalistes ont le droit de rendre compte du travail des forces de police (FEJ)
      https://www.acrimed.org/Les-journalistes-ont-le-droit-de-rendre-compte-du

      Ce mercredi 4 novembre se poursuit en commission des Lois de l’Assemblée nationale l’examen de la proposition de loi relative à la « sécurité globale ». Son article 24 vise à interdire la diffusion publique d’images ou de vidéos de policiers ou de gendarmes en exercice [1]. Une atteinte littérale à la liberté de la presse : la loi de 1881 qui garantit cette dernière prévoit d’ailleurs d’être modifiée en conséquence.

      Initiée par un député du Modem et cinq députés LREM – dont Christophe Castaner et Jean-Michel Fauvergue, ancien commissaire de police et ancien chef du Raid – cette proposition de loi a été engagée sous « procédure accélérée » le 26 octobre. Elle est l’aboutissement d’un souhait de longue date du gouvernement, engagé tête baissée sur une pente autoritaire, continuant de nier les violences policières [2] : en février dernier, Christophe Castaner avait « envisagé » de « contrôler la diffusion » de telles vidéos, provoquant alors la réaction de nombreux syndicats de journalistes et de collectifs, dont notre association.

      Nous publions ci-dessous une déclaration adoptée hier par l’assemblée générale de la Fédération européenne des journalistes (FEJ), et réitérons notre position contre une telle entrave au travail des journalistes, à la liberté d’informer et au droit d’être informé.

      En France, le gouvernement veut interdire la diffusion d’images des fonctionnaires des forces de l’ordre sur les réseaux sociaux, et pour cela il compte modifier la loi sur la liberté de la presse, de 1881.

      Plusieurs députés de la majorité, dont l’ancien ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, ont déposé en France une proposition de loi relative à la « sécurité globale », qui attire toute notre attention.

      Dans des déclarations à la presse et dans une audition à l’Assemblée nationale, ce lundi 2 novembre, l’actuel ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a confirmé que cette proposition de loi était réalisée en « parfaite collaboration avec le gouvernement » dans le but de « renforcer la police ». Le ministre a souligné qu’il avait promis « de ne plus pouvoir diffuser les images de policiers et gendarmes sur les réseaux sociaux ».

      Dans cette proposition de loi, il est prévu :

      Est puni d’un an d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende le fait de diffuser, par quelque moyen que ce soit et quel qu’en soit le support, dans le but qu’il soit porté atteinte à son intégrité physique ou psychique, l’image du visage ou tout autre élément d’identification d’un fonctionnaire de la police nationale ou d’un militaire de la gendarmerie nationale lorsqu’il agit dans le cadre d’une opération de police.

      Cette modification de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, va à l’encontre de toutes les dispositions prévues sur la liberté de la presse en Europe et menace d’empêcher les journalistes de faire tout simplement leur travail.

      Le code sur la liberté de la presse pour la police, rédigé par le Centre européen de la liberté de la presse et des médias, et soutenu par la Fédération européenne des journalistes, affirme que :

      Dans le cas d’agressions policières ou de menaces contre des journalistes, la personne agressée échoue régulièrement à identifier les agresseurs car les forces de police s’abstiennent souvent de porter des plaques d’identité. Combiné avec le faible niveau de motivation de la part du personnel de police pour témoigner contre leurs propres collègues, le fait que la police dans de nombreux pays ne peut pas être identifiée entrave une enquête approfondie de tels incidents. Les autorités nationales doivent accepter le fait que les journalistes ont le droit de rendre compte et informer sur la conduite de la police.

      Par conséquent, la Fédération européenne des journalistes, réunie en assemblée générale, demande au gouvernement et au Parlement français :

      – de retirer ce projet de modification d’une des plus anciennes lois sur la liberté de la presse d’Europe ;

      – de prendre en compte l’impérieuse nécessité pour une démocratie digne de ce nom d’assurer que l’action de ses forces de l’ordre pour la sécurité de tous les citoyens, respecte les lois de la République, ainsi qu’il est tout aussi nécessaire de permettre à tous les journalistes d’exercer pleinement le droit d’informer, qui passe par l’observation et l’évaluation et de l’action de ces forces de l’ordre, afin d’éviter toute impunité.

      Le droit des citoyens à être informés ne peut s’affranchir de la possibilité que les journalistes filment et diffusent l’action des forces de l’ordre.

      Déclaration adoptée par l’assemblée générale de la FEJ le 3 novembre 2020.

      #loi_sécurité_globale

    • Proposition de loi Sécurité globale : vers un État de police ?

      communiqué de presse du Syndicat de la Magistrature

      Manifestement la proposition de loi déposée par des députés de la majorité en janvier dernier, centrée sur la police municipale et la sécurité privée et reprenant plusieurs propositions du rapport Thourot-Fauvergue, n’était pas assez musclée, ou liberticide selon, pour voir l’ancien patron du RAID, Jean-Michel Fauvergue, et d’autres tenants de la surenchère sécuritaire jouer les apprentis sorciers et ainsi proposer une nouvelle version de ce texte intitulé « sécurité globale », qui n’a rien à envier aux meilleures dystopies.

      Nous ne rêvons pas, non. Nous vivons bien ces dernières semaines un cauchemar qui ne nous préserve pas de l’effroyable fuite en avant normative des autorités. En cette période troublée et endeuillée, qui exigerait des décideurs publics un sang froid démocratique sans faille, l’Etat de droit est décidément attaqué de toute part par des pyromanes en responsabilité : de la volonté de modification de la Constitution pour contrer « ces pseudo-défenses des libertés individuelles », à la revendication d’un « Guantanamo à la française », en passant par des demandes d’« exonération des lois de la paix » ou « d’une législation de guerre ». Sous état d’urgence terroriste et sanitaire quasi-permanent et alors que les équilibres des lois fondatrices de 1905 (du 9 décembre concernant la séparation des Eglises et de l’Etat) et de 1881 (du 29 juillet sur la liberté de la presse) sont menacés, la majorité parlementaire se plaît - sans consulter la CNIL - à déposer cet énième texte, lequel a pour finalités essentielles d’accroître la surveillance de masse et les pouvoirs des polices locale et privée, au nom du « continuum de la sécurité », doctrine qui a démontré depuis plus de vingt ans qu’elle ne produisait ni cogestion entre les polices, ni proximité avec la population mais répondait au besoin d’extension d’un marché privé de la sécurité très lucratif. (...)

      http://www.syndicat-magistrature.org/Proposition-de-loi-securite-globale-Vers-un-Etat-de-police.ht

      https://pbs.twimg.com/media/El-13cLWkAMkekV?format=jpg&name=medium
      https://pbs.twimg.com/media/El-13cDXEAEmgDt?format=jpg&name=medium

    • LAREM fait la loi
      « Cette disposition a été demandée par la police, il faut l’adopter telle quelle ».
      https://seenthis.net/messages/885238
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Alice_Thourot
      https://twitter.com/AliceThourot/status/1318594238569996288

      Mieux protéger les Français et ceux qui les protègent ! Très heureuse de porter avec mon collègue Jean-Michel Fauvergue la proposition de loi sur la Sécurité Globale avec le soutien de la majorité.

      Alice Thourot suit Emmanuel Macron à partir de ses débuts comme ministre. Elle crée et anime le comité local du mouvement En marche ! à Montélimar pendant la campagne présidentielle de 2017.

      Candidate dans la deuxième circonscription de la Drôme lors des élections législatives de 2017, elle arrive largement en tête du premier tour avec 15 points de plus que la candidate du Front national et 20 points de plus que Franck Reynier (UDI), maire de Montélimar et député sortant. Elle est élue avec 62,5 % des voix au second tour face à la candidate du FN.

      sa précédente loi, adoptée par le sénat, visant à prévenir les violences lors des manifestations et à sanctionner leurs auteurs (n° 1352)
      www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/rapports/cion_lois/l15b1600_rapport-fond

      et y’a pas une loi qui vise à prévenir les concitoyen.e.s à sanctionner de dangereux irresponsables pareil ?

    • sur le #twittoland de Mdme la députée de la république française.
      https://video.twimg.com/ext_tw_video/1324754691419475968/pu/vid/484x270/DHjo3GbCPRtR5YaE.mp4


      darmanin regrette le monde d’avant, quand la population venait en aide aux poulagas, il y a 20 ou 30 ans. Ce con là n’a jamais du mettre un pied à Plogoff. C’est vrai qu’Il est né en 82, mais enfin quand même, je suis sûr qu’il y a encore des mémés qui lui foutrait une bonne rouste !
      #Dard_ma_nain (cherche pas, c’est du breton)

    • « Cachez ces violences policières que je ne saurais voir » : protégeons la liberté d’informer, refusons la proposition de loi Fauvergue !
      https://rapportsdeforce.fr/pouvoir-et-contre-pouvoir/cachez-ces-violences-policieres-que-je-ne-saurais-voir-protegeons-la

      Mis en discussion à l’Assemblée nationale la semaine dernière, le projet de loi de « sécurité globale » porté par les députés Alice Thourot et Jean-Michel Fauvergue a été « enrichi » de quelques articles par la majorité. Notamment, l’article 24 qui criminalise la diffusion d’images de policiers dans l’exercice de leurs fonctions. Nous publions simultanément avec plusieurs titres de la presse indépendante (Bastamag, Reporterre…) une tribune appelant à s’opposer à cet article.

  • Les #Brigades_Solidaires sont nées en Italie, en voici une belle vidéo napolitaine :
    https://www.facebook.com/BrigadesSolidaritePopulaire/videos/1117337091964564

    Mais elles existent maintenant en France :

    Le boom des #Brigades_de_Solidarité_Populaire pour politiser l’aide aux plus précaires
    Stéphane Ortega, Rapports de Force, le 29 avril 2020
    https://rapportsdeforce.fr/pouvoir-et-contre-pouvoir/le-boom-des-brigades-de-solidarite-populaire-pour-rendre-politique-l

    L’activité des brigades ne souhaite pas se cantonner à une intervention humanitaire. Outre leur volonté de s’organiser avec des gens en lutte pour sortir du rapport aidant-aidés, ses membres désirent allier réponse immédiate, pour couvrir les besoins matériels, et réponses politiques. Par exemple, à travers les distributions des masques : « il y avait un enjeu sur les conditions de travail dans les entreprises. Cela a été l’occasion de discuter du droit de retrait et de la grève avec les travailleurs que l’on allait voir », se remémore Julia. Une forme d’intervention politique dans la continuité des trois mois de mobilisation contre la réforme des retraites, arrêtés par le coronavirus.

    #coronavirus #solidarité #France #Italie

    Voir compile des effets délétères indirects de la pandémie :
    https://seenthis.net/messages/832147

  • Quartiers populaires : le Covid-19 inquiète les « éduc’ de rue » | Jonathan Louli
    https://rapportsdeforce.fr/pouvoir-et-contre-pouvoir/quartiers-populaires-le-covid-19-inquiete-les-educ-de-rue-04186810

    Depuis le début de la crise sanitaire, les éducateurs et éducatrices de rue ont été contraint.e.s d’abandonner leur quartier d’intervention. Leur désertion forcée de la rue laisse les habitant.e.s dans un face à face parfois compliqué avec la police et exacerbe leur précarité. Assigné.es à un travail de gestion, ils et elles s’inquiètent. Cette période a priori provisoire ne pourrait-elle pas transformer durablement leur métier ? Source : Rapports de Force

  • Tracking : quelle efficacité contre le Covid-19, quel danger pour la vie privé ? - Rapports de Force
    https://rapportsdeforce.fr/pouvoir-et-contre-pouvoir/tracking-quelle-efficacite-contre-le-covid-19-quel-danger-pour-la-vi

    La fin du confinement semble encore loin mais déjà le gouvernement s’y prépare. Pour en faciliter la mise en place, la surveillance technologique est une option envisagée. Une application smartphone de traçage individuel (tracking), permettant d’identifier les personnes en contact avec les porteurs du Covid-19, est actuellement à l’étude au niveau européen et la France pourrait bien s’en saisir. Pour quelle efficacité et quel respect de la vie privé ? Du ministre de l’Intérieur, qui avoue dimanche au (...)

    #algorithme #Bluetooth #smartphone #TraceTogether #GPS #consentement #géolocalisation #métadonnées #BigData #santé #surveillance #LaQuadratureduNet (...)

    ##santé ##PEPP-PT

  • Gilets jaunes : les interdictions de manifestation, l’autre face de la répression - Rapports de Force
    https://rapportsdeforce.fr/pouvoir-et-contre-pouvoir/gilets-jaunes-les-interdictions-de-manifestation-lautre-face-de-la-r

    Du coup, les amendes et les peines de prison pleuvent sur le mouvement des gilets jaunes, souvent assorties de peines complémentaires d’interdictions de séjour ou de manifester. « Nous avons vu une gradation. Nous sommes passés d’interdictions localisées à une ville pendant trois mois à des limitations touchant l’ensemble du territoire national pouvant atteindre deux ans », s’alarme Jean-Jacques Gandini. Inquiet à l’approche du mouvement de grève potentiellement reconductible du 5 décembre, l’ancien avocat observe que « l’État se concentre de plus en plus sur sa fonction régalienne de maintien de l’ordre pour protéger les intérêts du système capitaliste ». Pour lui, « il y a un glissement d’un État de droit vers un État autoritaire qui pourrait, si cela continue, aller vers un État policier ».