Vers une guerre du bio ?

/cercle-184932-la-guerre-du-bio-est-decl

  • Le marché du bio pèse 8 milliards d’euros en 2017 avec un taux de croissance 13 % par rapport à l’année précédente, selon la Coface. Et même si la taille du gâteau augmente, offrant pour l’instant des potentiels de croissance pour tous, il y a derrière cette guerre économique une guerre pour préserver l’image du bio.
    On peut comprendre l’inquiétude des acteurs historiques du bio face à cette banalisation galopante. L’arrivée des multinationales de l’alimentaire dans le monde du bio ne peut que conduire à une perte de valeur symbolique pour le consommateur. La banalisation d’un marché conduit inévitablement à une baisse des prix et du consentement à payer plus cher pour le consommateur. Ce qui est rare est cher et précieux, et inversement.

    Cette crainte de dilution du bio est à l’origine de l’avis que le Conseil économique, social et environnemental (Cese) a adopté en janvier 2018. Cet avis recommande la création d’un label bio, local et équitable. Un label qui selon eux reviendrait aux sources des valeurs de la bio, et qui distinguerait le bio industriel du bio originel, et qui se placerait au-dessus du label européen.

    A la clé, un surplus de complexité pour le consommateur et des débats sans fin sur ce qui relève du vrai ou du faux bio. Sans parler de la guerre sémantique entre « la bio » qui serait porteuse des valeurs fondatrices de l’agriculture biologique, et « le bio » pour qui qualifierait tout ce qui a un lien avec de l’industriel.

    https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-184932-la-guerre-du-bio-est-declaree-2191455.php
    #bio #distribution

    • @aude_v on parle aussi de la bio industriel du côté des défenseurs d’une bio plus cohérente pour le label « nature et progrès » antérieur au label « bio » et bien sûr pour le label « bio cohérence ». Cela crée de la complexité qui est toujours vu par les tenants du marché comme négative puisque risquant de freiner l’acte (impulsif aussi) d’achat... J’y vois plutôt quelque chose de positif en termes de diversité et justement de freinage de l’achat impulsif :)

    • Faut-il un label pour faire du bio ? Le ou la vrai bio est local, n’a pas voyagé, n’est pas sous cellophane, n’est pas raffiné, ne s’achète pas en supermarché. Ce qui compte, c’est que les circuits soient courts et que l’on sache qui a produit et comment, à quel salaire. Pour cela, il y a les Amap et les Solawi, les marchés locaux...

    • Tout à fait d’accord avec toi @aude_v sur la confusion. Je ne l’avais pas particulièrement remarqué.
      @nepthys, je ne crois pas que l’on ait besoin de label pour cultiver sans tout un tas de produit de synthèse. Les labels sont seulement nécessaires à ceux qui vendent en supermarché, là où l’étiquette est l’élément unique pour savoir ce que l’on mange. Dans le cas des AMAP, cela n’est pas nécessaire .