https://www.france24.com

  • Le réchauffement climatique responsable des vagues de froid polaire aux #États-Unis
    https://www.france24.com/fr/am%C3%A9riques/20210903-le-r%C3%A9chauffement-climatique-responsable-des-vagues-de-froid-

    L’#Arctique est la région de la planète qui se réchauffe le plus vite. Mais deux phénomènes sont en réalité à l’œuvre : d’une part, la fonte rapide de la #banquise et, d’autre part, une augmentation de la couverture neigeuse, en #Sibérie notamment.

    La fonte des glaces provoque un fort réchauffement, l’océan absorbant alors plus de chaleur, tandis que la neige supplémentaire en Sibérie, qui réfléchit davantage les rayons du soleil, entraîne un léger refroidissement.

    Dans une réaction en chaîne indirecte et complexe, ces deux évolutions combinées entraînent un bouleversement de la circulation atmosphérique. Les chercheurs se sont concentrés sur leur effet sur le #vortex_polaire. Il s’agit de très forts vents soufflant près du pôle en hiver et situés en haute altitude, dans la stratosphère. En temps normal, le vortex polaire forme un cercle capable de contenir l’air froid, "mais sous l’influence du changement climatique dans l’Arctique, il s’affaiblit et devient ovale", explique Mathew Barlow. Les perturbations atmosphériques montant du sol, plus importantes, « rebondissent » alors lorsqu’elles atteignent le vortex polaire, en étant redirigées vers la surface.

    Cette modification dans le mouvement des dépressions « pousse le #jet_stream [courant aérien qui souffle de l’ouest vers l’est] vers le sud », explique le chercheur. "Et lorsque vous poussez le jet stream vers le sud, il apporte de l’air froid avec lui."

  • Attaque « terroriste » dans un supermarché en #Nouvelle-Zélande, l’assaillant tué, six blessés
    https://www.france24.com/fr/asie-pacifique/20210903-attaque-terroriste-dans-un-supermarch%C3%A9-en-nouvelle-z%C3%A9la

    « Ce qui s’est passé aujourd’hui est ignoble, détestable », a déclaré Jacinda Ardern, ajoutant que cet acte n’était représentatif d’aucune religion ni d’aucune communauté : « Cela a été mené par un individu, pas par une foi, pas par une culture, pas par une ethnie, mais un individu mué par une idéologie qui n’est soutenue ici par personne ».

    #Il_n’y_a_pas_photo

  • Turkey builds a border wall to stop refugees from Afghanistan

    Fearing a new refugee crisis, Turkey is reinforcing its border with Iran to stop a potential influx of Afghans fleeing Taliban rule.

    Some refugees who fled weeks and months ago have already started to show up at the rugged border area.

    Now, three-metre-high concrete slabs are being installed to stop them.

    According to Turkish authorities, security forces have prevented the passage of over 69 thousand irregular migrants and arrested 904 suspects accused of being human traffickers.

    Local media report a 155-kilometre stretch of a planned 241-kilometre wall has already been erected at the border.

    Turkey has been a key transit point for asylum seekers heading to Europe to flee war and persecution.
    We won’t become Europe’s ’refugee warehouse’, says Erdogan

    Turkish President Recep Tayyip Erdogan’s government had brushed off warnings and criticism from opposition parties about an increase in the number of migrants from Afghanistan.

    This week, he admitted that Turkey faces a new refugee wave from Afghanistan and said his cabinet would work with Pakistan to try and bring stability to the war-ravaged country.

    Erdogan also called on European nations on Thursday to shoulder the responsibility for Afghans fleeing the Taliban and warned that his country won’t become Europe’s “refugee warehouse.”

    https://www.euronews.com/2021/08/20/turkey-builds-a-border-wall-to-stop-refugees-from-afghanistan

    #murs #barrières_frontalières #Iran #asile #migrations #réfugiés #réfugiés_afghans #Turquie

    • Turkey’ eastern Iran border to be safer with modular wall system

      To ensure the safety and security of the Turkish-Iranian border, a 295-kilometer (183-mile) long wall will be constructed along the entire shared border, Emin Bilmez, the governor of the eastern province of #Van, said Tuesday. It is hoped that the wall will help to prevent illegal crossings and the trafficking of contraband and that it will also hinder terrorists from infiltrating.

      “Due to the increasing waves of migration, our land forces have dispatched two reconnaissance and two commando companies along with armed vehicles to the region. The Ministry of the Interior has allocated 35 special operations teams and 50 armed vehicles to the zone to assist the troops guarding the border,” Bilmez said.

      “We have been digging ditches for the past two years at a width of 4 meters (13 feet) and a depth of 4 meters. Barbed wire will enclose the entrance of these ditches,” Bilmez added.

      “Along the whole 295-kilometer long border, we will put up a wall. We foresee that a section of 64 kilometers will be readied by the end of the year. A tender is being prepared for an additional 63 kilometers of wall. We expect the process to be finalized within this year. The remaining sections will be finished in the upcoming years. In addition to the wall construction, there will be 58 watchtowers and 45 communication towers. Towers will be equipped with thermal cameras, radars, sensors and fire control systems,” Bilmez said.
      300 organizers arrested

      Both armed and unarmed UAVs have been deployed on the border, conducting reconnaissance missions 24/7. Gathered images are being transferred to relevant departments. 105,000 irregular migrants have been either prevented from crossing the border or apprehended on Turkish soil over the last year, Bilmez added.

      “This year alone, we have captured and processed over 55,000 irregular migrants on our borders. 783 organizers (traffickers who make arrangements for migrants to cross illegally) have been processed and around 300 of them have been arrested, from January 2021 until July 2021. The sum of all organizers processed last year was 599."

      https://www.dailysabah.com/politics/turkey-eastern-iran-border-to-be-safer-with-modular-wall-system/news
      #modules #mur_modulaire

    • La Turquie construit un mur pour bloquer les réfugiés afghans à la frontière iranienne

      Dans la région de Van située à l’Est de la Turquie, les autorités ont érigé un mur en béton de 150 kilomètres le long de la frontière avec l’Iran. Le retour au pouvoir des Taliban suscite l’inquiétude des dirigeants et de la population turque. Ces derniers craignent une nouvelle crise migratoire, dans un pays qui accueille déjà 3,7 millions de Syriens ayant fui la guerre.

      Un mur en béton haut de quatre mètres s’élève désormais entre la Turquie et l’Iran, dans la région de Van, pour empêcher les migrants de passer. Quelque 500 km de frontières séparent les deux États traversés par des milliers de migrants, principalement afghans, en route vers l’Europe.

      Depuis la chute de Kaboul tombée aux mains des Taliban, le 15 août, les autorités turques craignent une augmentation des arrivées. Le pays accueille déjà 3,7 millions de Syriens ayant fui la guerre.

      Les patrouilles se multiplient pour protéger une frontière poreuse qui s’étend à flan de montagnes. Le nouveau mur se dresse sur 150 km et Ankara affirme que d’ici la fin de l’année, 50 km supplémentaires seront construits. Une équipe de journalistes de France 24 s’est rendue sur place.

      https://www.france24.com/fr/moyen-orient/20210906-la-turquie-construit-un-mur-pour-bloquer-les-r%C3%A9fugi%C3%A9s-a

  • Sexual violence used as weapon of war in Ethiopia’s Tigray, Amnesty finds

    Ethiopian and Eritrean troops have raped hundreds of women and girls during the Tigray war, subjecting some to sexual slavery and mutilation, Amnesty International said in a report Wednesday.

    Drawing from interviews with 63 survivors, the report sheds new light on a scourge already being investigated by Ethiopian law enforcement officials, with at least three soldiers convicted and 25 others charged.

    Some survivors said they had been gang-raped while held captive for weeks on end. Others described being raped in front of their family members.

    And some reported having objects including nails and gravel inserted into their vaginas, “causing lasting and possibly irreparable damage”, Amnesty said.

    “It’s clear that rape and sexual violence have been used as a weapon of war to inflict lasting physical and psychological damage on women and girls in Tigray,” said Amnesty’s secretary general Agnes Callamard.

    “Hundreds have been subjected to brutal treatment aimed at degrading and dehumanizing them.

    “The severity and scale of the sexual crimes committed are particularly shocking, amounting to war crimes and possible crimes against humanity.”

    ‘All of us were raped’

    Northern Ethiopia has been wracked by violence since November after Prime Minister Abiy Ahmed, the 2019 Nobel Peace Prize winner, sent troops into Tigray to topple its regional ruling party, the Tigray People’s Liberation Front (TPLF).

    He said the move came in response to TPLF attacks on federal army camps.

    As the conflict has deepened, the humanitarian toll has spiked, with aid workers struggling to reach cut-off populations and 400,000 people facing famine-like conditions in Tigray, according to the UN.

    Alleged perpetrators of rape include government soldiers, troops from neighbouring Eritrea – which has backed up Abiy – as well as security forces and militia fighters from Ethiopia’s Amhara region, Amnesty said.

    More than two dozen survivors told Amnesty they were raped by Eritreans alone, while others said Eritreans and Ethiopians had worked together.

    “They raped us and starved us. There were too many who raped us in rounds,” said one 21-year-old survivor who reported being held for 40 days.

    “We were around 30 women they took.... All of us were raped.”

    Investigations ongoing

    AFP has previously interviewed multiple survivors of gang rape perpetrated by Ethiopian and Eritrean soldiers.

    Amnesty said Wednesday that health facilities in Tigray had “registered 1,288 cases of gender-based violence from February to April 2021”, though doctors note that many survivors do not come forward.

    In February Ethiopia’s women’s minister Filsan Abdullahi Ahmed said rape had “without a doubt” taken place in Tigray. A task force she established has since sent a report to the attorney general’s office.

    On Tuesday, Filsan told AFP it was up to law enforcement officials to determine the scale of the problem and who was responsible.

    “I think they are doing their best... They have to go and really study thoroughly before they identify who committed the crimes.”

    But she added: “I would prefer them moving at a faster pace so I can say justice has been served, and I hope we will see justice being served.”

    In May, the attorney general’s office said three soldiers had been convicted and sentenced for rape and that an additional 25 had been charged with “committing acts of sexual violence and rape”.

    Investigations were continuing, it said.

    https://www.france24.com/en/africa/20210811-sexual-violence-used-as-weapon-of-war-in-ethiopia-s-tigray-amnest
    #Tigré #Ethiopie #guerre #viols #viol_comme_arme_de_guerre #abus_sexuels #violences_sexuelles

    • Ethiopia: Troops and militia rape, abduct women and girls in Tigray conflict – new report

      - Forces aligned to the Ethiopian government subjected hundreds of women and girls to sexual violence
      - Rape and sexual slavery constitute war crimes, and may amount to crimes against humanity

      Women and girls in Tigray were targeted for rape and other sexual violence by fighting forces aligned to the Ethiopian government, Amnesty International said today in a new report into the ongoing Tigray conflict.

      The report, ‘I Don’t Know If They Realized I Was A Person’: Rape and Other Sexual Violence in the Conflict in Tigray, Ethiopia, reveals how women and girls were subjected to sexual violence by members of the Ethiopian National Defense Force (ENDF), the Eritrean Defense Force (EDF), the Amhara Regional Police Special Force (ASF), and Fano, an Amhara militia group.

      Soldiers and militias subjected Tigrayan women and girls to rape, gang rape, sexual slavery, sexual mutilation and other forms of torture, often using ethnic slurs and death threats.

      “It’s clear that rape and sexual violence have been used as a weapon of war to inflict lasting physical and psychological damage on women and girls in Tigray. Hundreds have been subjected to brutal treatment aimed at degrading and dehumanizing them,” said Agnès Callamard, Amnesty International’s Secretary General.

      “The severity and scale of the sexual crimes committed are particularly shocking, amounting to war crimes and possible crimes against humanity. It makes a mockery of the central tenets of humanity. It must stop.

      “The Ethiopian government must take immediate action to stop members of the security forces and allied militia from committing sexual violence, and the African Union should spare no effort to ensure the conflict is tabled at the AU Peace and Security Council.”

      The Ethiopian authorities should also grant access to the African Commission for Human and Peoples’ Rights Commission of Inquiry, and the UN Secretary General should urgently send his Team of Experts on the Rule of Law and Sexual Violence in Conflict to Tigray.

      Amnesty International interviewed 63 survivors of sexual violence, as well as medical professionals. Twenty-eight survivors identified Eritrean forces as the sole perpetrators of rape.
      Widespread sexual violence

      The pattern of acts of sexual violence, with many survivors also witnessing rape of other women, indicates that sexual violence was widespread and intended to terrorize and humiliate the victims and their ethnic group.

      Twelve survivors said soldiers and militia raped them in front of family members, including children. Five were pregnant at the time.

      Letay*, a 20-year-old woman from Baaker, told Amnesty International she was attacked in her home in November 2020 by armed men who spoke Amharic and wore a mixture of military uniforms and civilian clothing.

      She said: “Three men came into the room where I was. It was evening and already dark… I did not scream; they gestured to me not to make any noise or they would kill me. They raped me one after the other… I was four months pregnant; I don’t know if they realized I was pregnant. I don’t know if they realized I was a person.”

      Nigist*, a 35-year-old mother-of-two from Humera said she and four other women were raped by Eritrean soldiers in Sheraro on 21 November 2020.

      She said: “Three of them raped me in front of my child. There was an eight-months pregnant lady with us, they raped her too… They gathered like a hyena that saw something to eat… They raped the women and slaughtered the men.”

      Health facilities in Tigray registered 1,288 cases of gender-based violence from February to April 2021. Adigrat Hospital recorded 376 cases of rape from the beginning of the conflict to 9 June 2021. However, many survivors told Amnesty International they had not visited health facilities, suggesting these figures represent only a small fraction of rapes in the context of the conflict.

      Survivors still suffer significant physical and mental health complications. Many complained of physical trauma such as continued bleeding, back pain, immobility and fistula. Some tested positive for HIV after being raped. Sleep deprivation, anxiety and emotional distress are common among survivors and family members who witnessed the violence.
      Sexual slavery and intention to humiliate

      Twelve survivors said they were held captive for days and often weeks, and repeatedly raped, in most cases by several men. Some were held in military camps, others in houses or grounds in rural areas.

      Tseday*, 17, told Amnesty International that she was abducted by eight Eritrean soldiers in Zebangedena and held captive for two weeks. She said: “They took me to a rural area, in a field. There were many soldiers; I was raped by eight of them… Usually, they went out to guard the area in two shifts. When four of them went out, the rest stayed and raped me.”

      Blen*, a 21-year-old from Bademe, said she was abducted by Eritrean and Ethiopian soldiers on 5 November 2020, and held for 40 days alongside an estimated 30 other women. She said: “They raped us and starved us. They were too many who raped us in rounds. We were around 30 women they took... All of us were raped.”

      Eight women also told how they had been raped by Ethiopian and Eritrean soldiers and associated militia near the border with Sudan, as they sought shelter.

      Two survivors had large nails, gravel, and other types of metal and plastic shrapnel inserted into their vaginas, causing lasting and possibly irreparable damage.

      Soldiers and militia repeatedly sought to humiliate their victims, frequently using ethnic slurs, insults, threats, and degrading comments. Several survivors interviewed by Amnesty International said that the rapists had told them, “This is what you deserve” and “You are disgusting”.
      Lack of support for survivors

      Survivors and witnesses told Amnesty International that they received limited or no psychosocial and medical support since they arrived in the internally displaced persons camps in the town of Shire in Ethiopia, or in refugee camps in Sudan.

      Survivors also suffered because medical facilities were destroyed and restrictions imposed on the movement of people and goods, which hindered access to medical care. Victims and their families said they are short of food, shelter and clothes due to the limited humanitarian aid.

      Reports of sexual violence were mostly hidden from the outside world during the first two months of the conflict that began in November 2020, largely because of access restrictions imposed by the Ethiopian government and the communications blackout.

      “On top of their suffering and trauma, survivors have been left without adequate support. They must be able to access the services they need and are entitled to – including medical treatment, livelihood assistance, mental healthcare and psychosocial support – which are essential aspects of a survivor-centred response,” said Agnès Callamard.

      “We must see all allegations of sexual violence effectively, independently and impartially investigated to ensure survivors receive justice, and an effective reparation program must be established. All parties to the conflict should also ensure unfettered humanitarian access.”

      https://www.amnesty.org/en/latest/news/2021/08/ethiopia-troops-and-militia-rape-abduct-women-and-girls-in-tigray-conflict-

      Pour télécharger le rapport:
      https://www.amnesty.org/download/Documents/AFR2545692021ENGLISH.PDF

      #rapport #Amnesty #Amnesty_International #femmes #filles #esclavage_sexuel #milices #armées #soldats #crimes_de_guerre #crimes_contre_l'humanité

    • La plupart des nouveaux malades étaient pourtant vaccinés, ce qui inquiète beaucoup les Chinois quant à l’efficacité réelle de leur #vaccin face au variant Delta. C’est ce variant qui, pour la première fois, a été détecté à Nanjing, dans le Sud-Est de la Chine, où l’on compte déjà plus de 200 malades. Une flambée certes limitée au regard d’autres pays, mais qui intervient dans un pays sous cloche où 1,6 milliard de doses de vaccin ont déjà été administrées.

      À Nanjing, plus de neuf millions d’habitants ont été dépistés et plusieurs quartiers placés en confinement strict. "Tous les habitants de la ville, y compris les simples visiteurs, vont être dépistés", assure le directeur adjoint de la Commission de santé de Nanjing, au micro d’Europe 1. "Ceux qui habitent dans les zones les plus touchées le seront plusieurs fois afin d’être sûrs que cette campagne soit vraiment efficace."

      Des foyers à Pékin

      Cette nouvelle alerte intervient après des mois sans nouveaux cas. Même à Pékin, où il n’y avait plus de malades depuis six mois, plusieurs foyers ont été identifiés ces derniers jours, et certains quartiers ont été bouclés et désinfectés.

    • C’est un peu chiant : impossible de savoir si ce sont des contaminations, ou s’il y a des hospitalisations, des réanimations et des morts.

      Parce qu’il semble qu’il y a eu aussi des clusters de personnes vaccinées aux États-Unis, ce qui conduit aujourd’hui le CDC à re-recommander le masque pour les personnes vaccinées, parce qu’on peut donc être vacciné et nettement plus contagieux qu’on ne le pensait avec le variant Delta. Pour autant : chez les vaccinés américains (donc là pas de doutes sur l’efficacité du vaccin chinois), proportionnellement peu d’hospitalisations, encore moins de cas très graves, et je crois aucun décès. (Je dis tout ça de mémoire, hein, c’est pas une citation exacte.)

    • Ah, c’est là:
      Most people infected in Provincetown covid outbreak were vaccinated, CDC study shows
      https://www.washingtonpost.com/health/2021/07/30/provincetown-covid-outbreak-vaccinated

      A sobering scientific analysis published Friday found that three-quarters of the people infected during an explosive coronavirus outbreak fueled by the delta variant were fully vaccinated. The report on the Massachusetts cases, from the Centers for Disease Control and Prevention, offers key evidence bolstering the hypothesis that vaccinated people can spread the more transmissible variant and may be a factor in the summer surge of infections.

    • Covid-19 : un regain de l’épidémie dans plusieurs régions en #Chine
      https://www.france24.com/fr/asie-pacifique/20210731-covid-19-un-regain-de-l-%C3%A9pid%C3%A9mie-dans-plusieurs-r%C3%A9

      Les autorités de Nankin ont ordonné à toutes les attractions touristiques et lieux culturels de ne pas ouvrir samedi, en raison de l’augmentation des transmissions nationales. Des centaines de milliers de personnes sont désormais confinées dans la province du Jiangsu, dont Nankin est la capitale, tandis que la ville a soumis ses 9,2 millions d’habitants à deux dépistages.

      La ville touristique de Zhangjiajie, dans la province du Hunan, où une poignée de personnes positives au Covid-19 ont assisté à une représentation théâtrale, a confiné ses 1,5 million d’habitants et fermé toutes les attractions touristiques vendredi, selon un communiqué officiel.

      […]

      En banlieue de Pékin, dans le district de Changping où deux malades ont été découverts, 41 000 personnes ont été placées en confinement jeudi. Il s’agit des premiers cas locaux enregistrés à Pékin, qui compte plus de 20 millions d’habitants, depuis six mois.

      #confinement

  • L’#espérance_de_vie des Américains a chuté d’un an et demi en 2020 - France 24
    https://www.france24.com/fr/info-en-continu/20210721-l-esp%C3%A9rance-de-vie-des-am%C3%A9ricains-a-chut%C3%A9-d-un-an-

    L’espérance de vie des Américains s’est réduite d’un an et demi en 2020, la plus forte chute depuis la Deuxième guerre mondiale, selon la principale agence fédérale de santé publique qui en attribue grandement la cause à la #pandémie de #Covid-19.

    Cette tendance inquiétante est nettement accentuée pour les minorités ethniques noires et hispaniques, selon les statistiques publiées mercredi par les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC).

    L’espérance de vie des Américains à la naissance est passée de 78,8 ans en 2019 à 77,3 ans en 2020. Cette durée de 77,3 années est la plus courte depuis 2003.

    Pour les #Afro-Américains, l’’espérance de vie chute de 2,9 ans, de 74,7 ans en 2019 à 71,8 ans en 2020. Pour les #Latinos, elle chute de trois ans, de 81,8 ans en 2019 à 78,8 ans en 2020.

    Le plus fort déclin concerne les hommes d’origine hispanique, qui perdent 3,7 années d’espérance de vie à la naissance, une situation qui s’explique à 90% par les ravages du Covid-19.

    Un autre facteur important est la hausse des décès par surdose médicamenteuse, une crise qui existait avant l’apparition du coronavirus, mais qui s’est aggravée : plus de 93.000 personnes sont mortes par overdose aux #Etats-Unis en 2020, un niveau jamais atteint lié à une hausse de la consommation des #opiacés pendant la pandémie.

    De 2014 à 2018, l’espérance de vie aux Etats-Unis a baissé sous l’effet des overdoses par opiacés, en particulier les opiacés de synthèse, comme le #fentanyl.

    • Usbek & Rica - Aux #USA, la peur du déclassement social fait déjà chuter l’espérance de vie
      https://usbeketrica.com/fr/article/us-declassement-social-esperance-de-vie

      Les Américains n’ont pas attendu la pandémie de Covid-19 pour être en mauvaise #santé. Si, dans les années 1960, ils avaient encore l’espérance de vie la plus élevée au monde - supérieure de 2,4 années à la moyenne des pays de l’OCDE – en 2019, l’#OMS estimait que les Etats-Unis étaient tombés à la 41ème ou 42ème position mondiale. Les citoyens américains peuvent désormais s’attendre à vivre à peu près aussi longtemps que les Péruviens ou les Thaïlandais. Ils sont ceux qui vivent le moins longtemps parmi les démocraties dites à hauts revenus. Cette mauvaise performance est d’autant plus remarquable que les dépenses de santé par américain et en pourcentage de leur richesse nationale sont un record mondial absolu. 

      Mais il y a pire encore. Alors que, jusqu’en 2020, la santé et la durée de vie moyenne s’amélioraient dans la plupart des pays du monde, elle se détériorait aux Etats-Unis, de façon nette depuis environ 2010. A cette date, l’espérance de vie avait atteint un plateau puis elle a diminué trois années de suite (2015, 2016, 2017).

      Anne Case et Angus Deaton, tous deux chercheurs à Princeton, ont étudié en profondeur le phénomène. Ils ont d’abord montré qu’une bonne proportion de l’augmentation de mortalité était liée à un petit nombre de causes : alcool, overdoses aux médicaments opioïdes et suicides. On réalise immédiatement que ces causes sont exclusivement d’origine humaine. Cette mauvaise santé américaine est due aux Américains. Case et Deaton ont ensuite cherché à déterminer les causes des causes, c’est-à-dire les raisons qui poussaient ces américains – majoritairement des #blancs, non hispaniques et sans diplôme – à attenter à leur santé. Ils ont observé que ni les revenus, ni les données économiques en général n’étaient suffisants pour justifier ce comportement. L’économie ne pouvait notamment pas expliquer la divergence entre les blancs non hispaniques et les autres communautés. Les auteurs ont émis l’hypothèse que c’étaient plutôt les circonstances sociales qui étaient en cause.

      Certains changements sociaux ayant commencé il y a longtemps – plusieurs décennies – auraient créé ce que Case et Deaton ont appelé « un désavantage cumulatif ». Ce désavantage se répercute sur la #mortalité et ce, dès le milieu de la vie puisque ce sont les blancs d’âge moyen qui meurent plus qu’avant (les seniors continuent de voir leur santé s’améliorer). Le marché du travail, sensible à la #concurrence internationale pour ces non diplômés, mais aussi un déclin social dont peuvent témoigner par exemple les indicateurs de mariage, se sont associés pour produire ce désavantage cumulatif.

      Les Américains blancs non hispaniques et non diplômés ont progressivement perçu cet avantage et l’ont interprété comme détruisant leurs perspectives. Ce mix les aurait amenés à mener une vie moins saine.

  • Travail détaché : Terra Fecundis lourdement condamnée pour son « business plan » de la fraude - France 24
    https://www.france24.com/fr/info-en-continu/20210708-travail-d%C3%A9tach%C3%A9-terra-fecundis-lourdement-condamn%C3%A9

    - « Germinal » à « Guantanamo » -

    Et le tribunal de stigmatiser au passage ces dizaines voire centaines d’entreprises agricoles françaises qui « ont pu profiter sans vergogne des services de Terra Fecundis en laissant d’autres se salir les mains ».

    Les conditions de travail et de logement étaient tellement déplorables que certaines exploitations étaient baptisées « Guantanamo », en référence au centre de détention américain à Cuba, ou encore « El Carcel » (la prison), avait souligné le président du tribunal à l’audience.

    Mais #Terra_Fecundis n’en aura pas fini avec la justice française. Le 18 mars 2022, devant le tribunal correctionnel de Nîmes, elle sera poursuivie pour les mêmes faits, mais pour la période 2016-2019. Et cette fois elle sera accompagnée sur le banc des prévenus par une petite dizaine d’exploitations agricoles françaises ayant profité de cette main d’oeuvre corvéable.

    https://seenthis.net/messages/862182

  • Chypre : la France dénonce une « démarche unilatérale » d’Erdogan et « une provocation »
    Publié le : 21/07/2021 - Avec Reuters
    https://www.france24.com/fr/europe/20210721-chypre-la-france-d%C3%A9nonce-une-d%C3%A9marche-unilat%C3%A9rale-

    Le dirigeant chypriote turc Ersin Tatar (à droite) et le président turc Recep Tayyip Erdogan (à gauche) participent à un défilé dans la partie nord de la capitale divisée de Chypre, Nicosie, le 20 juillet 2021. © Birol Bebek, AFP

    La diplomatie française a déploré, mercredi 21 juillet, la « démarche unilatérale » du président turc Recep Tayyip Erdogan qui, à Chypre-Nord, a poussé à une solution à deux États distincts et la réouverture de la ville fantôme de Varosha, symbole de la division de l’île. « Une provocation », selon Paris.

    La France a exprimé mercredi son soutien à Chypre au lendemain d’un déplacement sur l’île de Recep Tayyip Erdogan. À cette occasion, le président turc a une nouvelle fois appelé à des pourparlers sur la base de « deux États » distincts dans l’île et proposé de repeupler une ville abandonnée depuis l’intervention turque de 1974.

    Lors d’un entretien téléphonique, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a apporté son soutien à son homologue chypriote Nikos Christodoulides après la « démarche unilatérale et non concertée » de la Turquie, « qui constitue une provocation et porte atteinte au rétablissement de la confiance nécessaire à la reprise urgente des négociations en vue d’un règlement juste et durable de la question chypriote », peut-on lire dans un communiqué du Quai d’Orsay.

    Ce sujet sera abordé jeudi au Conseil de sécurité des Nations unies, dont la France assure la présidence mensuelle, est-il précisé dans le document.

    Recep Tayyip Erdogann était en visite mardi dans la capitale divisée de l’île méditerranéenne pour commémorer la prise de contrôle de la partie nord de Chypre par l’armée turque, le 20 juillet 1974. (...)

    #Chypre

  • Le cœlacanthe, poisson « préhistorique », beaucoup plus vulnérable qu’imaginé - France 24
    https://www.france24.com/fr/info-en-continu/20210617-le-c%C5%93lacanthe-poisson-pr%C3%A9historique-beaucoup-plus-vuln%

    Le cœlacanthe, une espèce de poisson « préhistorique » menacée d’extinction, est beaucoup plus vulnérable qu’on ne l’imaginait, selon une étude de biologistes marins parue jeudi.

    Ils ont établi que Latimeria chalimnae, parfois qualifié de « fossile vivant » et établi dans les eaux de l’Océan indien, autour des Comores, vit cinq fois plus longtemps qu’on ne le pensait. Il se reproduit aussi à un âge très tardif, à plus de 50 ans, une particularité qui le met à risque d’être pêché avant d’avoir pu perpétuer l’espèce.

    « On savait sa population en danger, mais avec ces nouveaux paramètres, nous montrons que le cœlacanthe est particulièrement en danger », dit à l’AFP Kélig Mahé, biologiste marin de l’Ifremer, et principal auteur de l’étude parue dans Current Biology.

    Il reste peut-être, selon lui, de 1.000 à 2.000 individus au large de l’Afrique de l’Est de cette espèce légendaire, qui est sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature.

    Vieux de 400 millions d’années, cet animal placide et imposant, à la robe bleue et tachetée de blanc, porte les prémisses -un poumon et un ancêtre de pattes- du passage, un peu plus tard, des poissons vers les premiers vertébrés terrestres.

    On le croyait disparu depuis au moins 70 millions d’années, jusqu’à ce que des pêcheurs en rapportent des spécimens en 1938.

    – Cavernes sous-marines -

    De rares études lui donnaient une espérance de vie d’une vingtaine d’années, pour une taille adulte atteignant deux mètres.

    « On a comparé ça au thon rouge, qui est un poisson fait pour une croissance super rapide, et on a trouvé ça bizarre », rapporte Kélig Mahé, alerté par son collègue Marc Herbin, du Muséum d’histoire naturelle de Paris, qui détient la plus grande collection au monde de cœlacanthes. Car beaucoup de choses ne collaient pas avec le peu qu’on connaît de l’animal.
    #photo1

    « On sait qu’il a un métabolisme très lent (à la différence du thon rouge, ndlr) et qu’en général une telle espèce a une croissance lente », souligne le chercheur. « Il vit seul dans des cavernes sous-marines, entre 100 et 1.000 m de fond, et sort la nuit pour se nourrir ».

    Autre indice, le temps de gestation supposé de l’embryon dans le corps de la femelle était de deux ans, une durée anormalement longue pour une existence d’à peine 20 ans.

    Les analyses initiales comptaient les stries de croissance des écailles, visibles au microscope, qui donnent l’âge d’un poisson comme le font pour les arbres les cernes de croissance du tronc.

    – Gestation de cinq ans -

    L’équipe de Kélig Mahé a repris l’expérience, avec des moyens plus conséquents que les précédentes. Spécialisée dans l’estimation de l’âge des espèces « commerciales » de poissons, elle en détermine entre 30 et 40.000 par an.

    Sous une lumière normale, les chercheurs ont retrouvé les stries des premières analyses. Mais en utilisant une lumière polarisée, qui répartit le champ électrique dans une direction donnée, « on a découvert plein de micro-stries, environ cinq pour chacune observée en lumière normale ».

    Ce sont ces micro-stries qui déterminent l’âge du poisson. Une analyse confirmée avec un autre laboratoire fournissant une image des écailles en 3D.

    Résultat, le spécimen le plus âgé étudié atteint 85 ans dans cette espèce à l’espérance de vie probablement centenaire. Sa période de gestation a aussi été revue à la hausse, de deux à cinq ans, en étudiant deux embryons conservé au Muséum. Un record dans le monde animal, où l’éléphant était en tête avec plus de deux ans pour la gestation.

    Mais cette lenteur relative le met en grand danger pour sa reproduction, parce que les chercheurs ont déterminé que le cœlacanthe atteignait la maturité sexuelle autour de 50 ans.

    « C’est très rare, même s’il existe un cas semblable avec les requins des grands fonds », indique M. Mahé. Comme le cœlacanthe « doit atteindre cet âge pour se reproduire, il ne faut pas qu’il lui arrive de problème jusque là » pour assurer sa descendance.

    https://s.france24.com/media/display/6642d1f2-cf85-11eb-906c-005056bfd1d9/w:980/p:16x9/fb4cd1153010d0ac6e177a4255a8be10b3c5c5c0.webp

  • #Syrie. Dans un pays ruiné, scrutin sans gloire pour Bachar Al-Assad
    https://orientxxi.info/magazine/syrie-dans-un-pays-ruine-scrutin-sans-gloire-pour-bachar-al-assad,4784

    Le président syrien s’apprête à se faire réélire ce 26 mai 2021 dans un pays appauvri et affamé. Minée par la corruption, la reconstruction est à la peine, tandis que la Russie ne parvient pas à trouver une solution globale, notamment avec la Turquie qui contrôle le nord-ouest.

    http://www.urtikan.net/dessin-du-jour/syrie-une-presidentielle-sans-suspense


    Dessin de Cambon pour #Urtikan.net

  • Bélarus : un opposant arrêté après le détournement de son avion sur Minsk – Libération

    https://www.liberation.fr/international/europe/belarus-un-opposant-arrete-apres-le-detournement-de-son-avion-sur-minsk-2

    https://www.liberation.fr/resizer/SEXCFQYjH41zlRPVYMXXJA0FHCo=/1200x630/cloudfront-eu-central-1.images.arcpublishing.com/liberation/J3ZNXNLX7BA3VCKFQAZ4NL47BA.JPG

    Un peu de cartographie radicale puisqu’on est en train d’en faire un livre à paraître dans pas longtemps. On me demande souvent ce qui peut être « radical » dans la cartographie, c’est une question à laquelle il est difficile de répondre tant ce domaine est complexe et multiparamétrique. Mais on pourrait dire que la cartographie qui illustre cette histoire est de la cartographie radicale, surtout si elle rend visible l’ensemble du paysage (l’espace) dans lequel cette affaire se déroule et montre qu’il y a un truc qui cloche

    Loukachenko détourne un vol de la Ryanair reliant Athènes à Vilnius et arrête un journaliste exilé.

    Qui nous explique pourquoi - alors que les biélorusses ont leurré le pilote en prétextant une menace (une bombe ?) à bord - l’avion est contraint d’atterrir sur un aéroport qui est à presque trois fois la distance du plus proche qu’il est supposé choisir ? et qui parcourt quatre fois la distance de vol qu’il aurait eu à faire si il avait poursuivi sa route jusqu’à Vilnius ?

    Bélarus : un opposant arrêté après le détournement de son avion sur Minsk

    Un vol Ryanair entre Athènes et Vilnius a été intercepté par des avions de chasse qui l’ont contraint à se détourner pour atterrir sur l’aéroport de Minsk au Bélarus, où un journaliste opposant au régime d’Alexandre Loukachenko qui se trouvait à bord a été arrêté

  • Pourquoi les palestiniens protestent ils à Gaza ?

    – 95 % de l’eau n’est pas potable.
    – 4 heures d’électricité par jour.
    – 45 % de chômage.
    – 46% des enfants souffrent d’anémie aiguë.
    – 50% des enfants n’expriment aucun désir de vivre.
    – 2 millions de personnes interdites de circuler.

    #Israel #israël #Gaza #Gazaouis #CrimesdeGuerre #Palestine #BDS #Apartheid #colonisation
    #nakba #Ramallah #violences #Arabes_israéliens ##Palestine_assassinée #occupation #colonisation #racisme #sionisme Tsahal l’#armée_israélienne

    • Palestine et pétainisme Badia Benjelloun

      Toute honte bue, le gouvernement français a condamné la riposte armée des Palestiniens à la dépossession de leurs terres, maisons et villes. Il s’est abstenu de commenter l’origine de ce nouvel embrasement en Palestine. L’expulsion de leur domicile des Palestiniens à Cheikh Jarrah, Silwan, Khan Al Ahmar pour les quartiers de Jérusalem mais aussi des villes de Jaffa, Um Fahm, près de Haïfa dans les territoires conquis en 1948 par l’entité occupante sont des crimes de guerre.

      https://data.over-blog-kiwi.com/1/44/00/64/20210518/ob_2375d4_ezgif-com-gif-maker.webp

      Que les expropriations soient validées par la Cour Suprême de l’entité militaro-ethnique renforce le caractère de l’illégitimité de cette organisation terroriste fondée en 1948 sous le patronage des Etats occidentaux. Cette pratique d’obéir, voire de devancer, les ordres d’une puissance occupante est l’une des expressions du pétainisme, une forme de gouvernement et d’idéologie moultepolitique qui remonte à 1815, exposée par Alain Badiou dans son opus De quoi Sarközy est-il le nom ?(1). Les deux moteurs du pétainisme selon le philosophe sont la vassalisation (à une puissance étrangère) et la peur que les gouvernants ont d’une partie de la population démunie, violentée par l’oppression économique et policière, et dès lors potentiellement révolutionnaire. A cet égard, les successeurs de Sarközy, le plus outrageusement et ostensiblement américain et sioniste des présidents français, constituent une parfaite continuité du transcendal pétainiste.

      Alors que les peuples du monde entier ne peuvent contenir leur colère et leurs larmes face à des provocations, car qu’est-ce donc que d’envoyer colons et armée sur l’Esplanade des mosquées le sept et le dix mai au moment où soixante-dix mille Palestiniens priaient en ce mois du Ramadan, sacré pour les Musulmans ? et face aux crimes de l’entité occupante, manifestent leur solidarité, Macron a répété l’antienne vide de sens : « Israël a le droit de se défendre ». Les Palestiniens, eux, les colonisés, sans Etat protecteur, ne l’auraient sans doute pas.

      Ce droit, ils l’ont pris.
      Agressés par l’armée et les colons, les habitants du quartier Sheikh Al Jarrah, au Nord de Jérusalem, ont fait appel aux branches armées de la résistance palestinienne à Gaza pour les défendre. Le recours à l’Autorité palestinienne, nom donné aux collaborateurs palestiniens chargés de faire la police pour le compte de l’occupant dans de minuscules territoires sous son administration et de lui livrer les résistants depuis 1993, est impossible par définition et après moultes vérifications de son rôle de supplétif. La concertation entre les différents groupes palestiniens ne fut pas longue pour décider d’intervenir. Ils s’y étaient préparés depuis de nombreux mois voire des années.

      Des salves de roquettes s’abattent sur des points sensibles dans les territoires de 1948. D’une portée de 250 km, les roquettes artisanales sont plus précises, elles perturbent l’aéroport international de Tel Aviv où les vols ont été suspendus, attaquent des pipelines. Elles échappent en bonne part au ‘dôme de fer’ censé les capter et les inactiver, financé très généreusement par les Usa et elles atteignent n’importe quel point de la Palestine historique occupée depuis 1948.

      Tenir six mois
      Les brigades Azzedine al Qassam, bras armé du Hamas, affirment disposer d’un arsenal qui leur permettraient de maintenir leur pression offensive durant six mois. C’est la nouveauté et la surprise de cet affrontement entre des forces assurément asymétriques. Le nombre, la précision et la portée des roquettes ont fait des dégâts d’une ampleur inattendue et grande impression.

      Liebermann, ancien ministre de la Sécurité en convient. Il déplore que soit donnée en spectacle au monde la difficile situation militaire de l’entité sioniste face à une formation militaire populaire, non étatique. Il n’a pas hésité à souligner que cette guerre est une opportunité pour l’actuel chef de gouvernement de prolonger son mandat. Il est exposé à un procès pour corruption aggravée et de plus une crise profonde traverse la société israélienne.

      Dans la ‘seule démocratie’ au Moyen Orient, quatre élections législatives se sont déroulées en moins de deux ans sans que n’ait pu être dégagée une majorité de gouvernement stable et consistante. Pour la première fois de l’histoire, le parti des ‘Arabes’, soit celui des Palestiniens non expulsés en 1948, a un rôle à jouer pour la composition d’une majorité à la Knesset et donc dans le choix d’un exécutif.

      L’unité palestinienne.
      L’autre inédit réside dans le soulèvement simultané des Palestiniens de la Cisjordanie et de la Palestine de 1948. Plusieurs fronts ont été ouverts, obligeant à une dispersion des forces de répression. C’est à l’occupant que revient en réalité cette prouesse.

      Fort de l’impunité conférée par le soutien de l’Occident rejoint par les Etats arabes vassaux, l’entité a multiplié ses agressions contre les Palestiniens de Jaffa et de Umm al Fahm, près de Haïfa. Là aussi, les ‘Arabes israéliens’ sont expulsés de leurs maisons. Comble de la perversion, quand les constructions sont déclarées illégales, l’arsenal juridique discriminatoire est très fourni et s’étoffe sans cesse depuis 1948, ou que la zone soit répertoriée comme d’intérêt militaire, les Palestiniens sont contraints de détruire eux-mêmes leur domicile sous peine d’avoir à payer (3) l’intervention d’une entreprise israélienne. L’actuelle guerre contre ce peuple dépossédé de tout réalise l’unité totale des Palestiniens, fragmentés géographiquement entre Gaza, la Cisjordanie elle-même morcelée par le Mur de séparation et les innombrables check-points et la Palestine de 1948.

      Le Hamas a déclaré sa séparation de la mouvance des Frères musulmans. Le Hamas se considère comme autonome de cette nébuleuse idéologique, récupérée par les régimes rétrogrades du Qatar et de la Turquie d’Erdogan et de son parti, israélo-compatibles. Cette autonomie nouvelle lui redonne une grande liberté d’action, de quoi se consacrer à la lutte pour la libération sans attendre une aide financière humanitaire à la fois parcimonieuse et soumise aux orientations du moment des donateurs. Cette étape est importante, elle marque une rupture très nette avec son positionnement antérieur aligné sur celui de la Turquie et des EAU sur la guerre qui n’a rien de civile instaurée en Syrie par les proxy de l’OTAN. Khalid Mechaal, ancien chef démissionnaire du Hamas, vient cependant d’être réintégré comme responsable des affaires extérieures au sein de son bureau politique. La direction militaire de son côté souligne l’importance de sa coopération avec le Hezbollah libanais, l’Iran et la Syrie. Un équilibre semble se dessiner entre l’aile du refus et celle de l’ex direction étrangère.

      Centralité de la Palestine.
      Le problème palestinien n’est évidemment pas religieux. Le projet sioniste, fou, repose sur l’invention aberrante d’une terre sans peuple pour un peuple sans terre. Il faut donc à cette idéologie incarnée par toutes les variantes de l’éventail politique représentées à Tel Aviv effacer toute trace des Palestiniens, quitte à s’en approprier des traits de leur culture, musicale ou culinaire par exemple. Les colons fondamentalistes de Jérusalem se promettent de détruire toutes les Eglises chrétiennes (4) qu’ils considèrent comme relevant d’un rite impie. L’aversion des intégristes ne se limite donc pas aux seuls musulmans. Au fur et à mesure que disparaît la génération des pionniers fondateurs de l’Etat juif qui affichait une idéologie libérale laïque (tout en instituant une loi de citoyenneté théocratique) l’intégrisme religieux imprègne de plus en plus tout le spectre politique. Il est clairement suprémaciste et ouvertement raciste.

      L’objectif colonial commun est donc à la fois de nier l’existence des Palestiniens et de les faire partir. Le grignotage permanent continuel des terres, les expulsions, les emprisonnements, le harcèlement continuel des Palestiniens vise à les faire disparaître par toute sorte de moyens. Les faire partir et/ou les exterminer (solution extrême inapplicable en raison du frein éthique partagé par toutes les sociétés, marqué par le martelage du précédent nazi auquel les sionistes ont contribué) tel est le but du nettoyage ethnico-religieux entrepris dès le 15 mai 1948. Cet événement et cette date ont fait des Palestiniens un peuple composé pour moitié de réfugiés puisque près de 800 000 ont fui les exactions d’une armée de terroristes lors de la Naqba (la Catastrophe). Ils sont devenus désormais plus de sept millions à revendiquer leur droit au retour.

      En dehors de rares exceptions, tous les peuples ont tenu à manifester leur solidarité avec la Palestine dans cette énième épreuve, bravant souvent les interdictions liées à la crise sanitaire. Ceux du monde arabe n’ont pas manqué à l’appel, y compris quand ils sont dirigés par des gouvernements qui ont consenti à normaliser leurs relations avec Tel Aviv. En Iraq, pays déchiqueté et très affaible depuis son invasion en 2003, des milliers de partisans de Moqtada Sadr ont manifesté dans plusieurs villes.

      Après une éclipse de quelques années liée aux problématiques locales et nationales nées avec le ‘printemps arabe’, la Palestine reprend sa place centrale. La création d’une colonie de peuplement en plein cœur du monde arabe est vécue comme une réplique tardive de l’impérialisme occidental et l’attaque de Jérusalem qui concentre des enjeux culturels et religieux considérables a réveillé des réactions et des émotions que l’on croyait taries.

      Les Etats attaqués par l’OTAN ces dernières années faisaient tous partie du front du refus et n’avaient jamais établi des accords de paix avec l’occupant. L’Irak, le Soudan, la Libye et la Syrie appartiennent à cette série tragique. Partitionné en 2011, le coup d’Etat de 2019 au Soudan a évincé Omar el Bachir et pour lever les sanctions économiques imposées par les Usa, le nouveau régime soudanais a accédé à la condition de Trump, établir des relations diplomatiques avec Israël.

      Toute la politique étrangère des Usa au Moyen Orient depuis 1967 consiste à protéger Israël, de façon prioritaire bien au-delà de ses propres intérêts nationaux stratégiques. Il n’est plus tabou de le reconnaître depuis la publication par deux universitaires étasuniens Stephen Walt et John Mearsheimer en 2007 de leur travail Le Lobby israélien et la politique étrangère des Usa. (5)

      Depuis cette date, l’émergence de la Chine comme rivale économique, danger vital pour leur suprématie, a contraint les Usa à déployer plus d’efforts militaires, diplomatiques, de renseignements, d’opérations de contre-insurrections diverses en Afrique. Et donc à réduire (relativement) leurs moyens au Proche Orient arabe. Cette tendance à vouloir retirer les troupes d’Irak, d’Afghanistan et de Syrie est certes contrecarrée. Des supplétifs comme les milices djihadistes et des firmes militaires privées font bien l’affaire pour entretenir le chaos dans tous les pays dans le voisinage de l’occupant israélien.

      Pressions-Sanctions.
      De plus en plus des voix s’élèvent pour demander des pressions effectives comme des sanctions économiques contre Tel Aviv afin de l’obliger à cesser ses crimes de guerre. La campagne internationale BDS (Boycott Désinvestissement Sanctions) initiée en 2005 par 171 ONG palestiniennes ne cesse de prendre de l’ampleur malgré les efforts de propagande sioniste de l’assimiler à une discrimination antisémite. La Cour européenne des droits de l’homme a tranché (6) en septembre 2020, le boycott est une protestation d’une politique garantie par la liberté d’expression démocratique.

      Une partie des Démocrates étasuniens commence à poser le problème de la conditionnalité de l’aide étasunienne à Israël. La majorité de la jeunesse juive étasunienne ne se reconnaît pas dans cette barbarie perpétrée au nom du judaïsme qu‘elle tient à ne pas confondre avec le sionisme. En France, l’Union des juifs de France pour la paix rappelle ses positions très nettes en faveur des droits nationaux palestiniens, elles sont tout à fait opposées à la colonisation rampante de la Palestine. L’UJFP précise que le CRIF ne représente qu’une infime minorité des juifs en France et qu’il représente les intérêts de l’Etat hébreu de Tel Aviv et pas celle d’une communauté religieuse. Elle était signataire de l’appel pour la manifestation du 15 mai, interdite par Darmanin quelques jours après qu’elle fut autorisés par les autorités préfectorales compétentes en la manière.

      Se basant sur le droit constitutionnel en vigueur en France, les organisateurs ont maintenu la manifestation. Le résultat de son interdiction et l’extrême concentration des forces de police sur le site de son départ ont abouti au surgissement des couleurs du drapeau palestinien dans de nombreux lieux de la capitale.

      Comme à la grande époque des Gilets Jaunes, la dissémination des manifestants a désorganisé les plans de la préfecture. Des rendez-vous alternatifs diffusés par la messagerie Whatsapp ont servi efficacement de leurres et ont mobilisé du personnel répressif et leurs innombrables véhicules place de la Bastille, vide de manifestants. Un immense drapeau palestinien avait été accroché un moment sur les marches de l’Opéra Bastille, raison pour laquelle aussi sans doute des dizaines de cars y ont afflué- trop tard. D’autres rassemblements, très dynamiques avaient lieu ailleurs en particulier à République.

      Palestine plus que jamais vivante.
      Une jeunesse ardente a été repoussée sur le boulevard Barbès à hauteur du métro Château Rouge. Elle a ‘tenu’ le boulevard jusqu’à la porte de Clignancourt près de quatre heures. Elle a été renforcée par l’arrivée de jeunes des cités qui bordent le boulevard Ney. Quand fut donné l’assaut final par les forces de l’ordre, les quelques six cents personnes se sont évaporées dans les dédales de leurs cités. CRS et BRAV (brigades de répression de la violence motorisée, résurrection des voltigeurs de Pasqua corps dissout en 1986 à l’occasion des Gilets Jaunes) sont restés bredouilles dans leur chasse.

      Bien mieux que ne pourraient le faire toutes les commémorations nostalgiques de la Commune de Paris, cette jeunesse française a renoué avec la tradition des combats de rue livrés aux régimes pétainistes, qu’ils portent le nom de Thiers, de Pétain ou de Macron. 73 ans d’occupation, de destruction de sociocides, de dispersion mais la Palestine aujourd’hui ressoude ses membres disloqués, reconstitue son corps, est plus que jamais vivante, on a entendu son cœur battre à Paris ce 15 mai.

      Badia Benjelloun
      16 mai 2021.

      (1) https://www.babelio.com/livres/Badiou-De-quoi-Sarkozy-est-il-le-nom-/96549
      (2) https://french.almanar.com.lb/2070246
      (3) https://www.france24.com/en/20200830-denied-permits-palestinians-raze-own-homes-in-jerusalem
      (4) https://imemc.org/article/59791
      (5)https://www.editionsladecouverte.fr/le_lobby_pro_israelien_et_la_politique_etrangere_americaine-978
      (6) https://europalestine.com/2020/09/16/bds-le-jugement-historique-de-la-cour-europeenne-des-droits-de-lhomme

      Source : http://www.librairie-tropiques.fr/2021/05/palestine-et-petainisme.html

      #palestine, #géopolitique, #Badia_Benjelloun, #pétainisme #france #occupation

    • Israeli Settlers Burn Church in Jerusalem rappel

      A hundred year old church was burned, Friday, by right-wing Israeli settlers, who broke a number of windows of the church and hurled Molotov cocktails inside.The damage to the church was substantial, with burning throughout the first floor of the building.

      The church was built in Jerusalem in 1897, and housed the Palestinian Bible College until 1947, when parishioners were pushed out by Jewish armed gangs, during the violence accompanying the creation of the state of Israel.

      Christians make up 2% of the population of both Israel and the Palestinian Territories – the number used to be around 15%, but many Christians from the Holy Land have emigrated due to the harsh conditions of the Israeli occupation, and discrimination against them by the Israeli state.

      This is not the first time that Israeli right-wingers have destroyed churches and church property – a number of Christian churches were destroyed during the second intifada (uprising) which began in 2000, and many more were destroyed by Israeli forces during the 1948 and 67 wars.

      In 2006, an Israeli couple tried to firebomb an ancient church in Nazareth, the city where Chrisitians believe that Jesus Christ lived 2,000 years ago. An Israeli court which tried the case failed to convict the couple of any charges.

      A leader who, in the church, was assaulted on Friday, Zachariah al-Mashriqi, told reporters that the attack on the church was a clear attempt to provoke Palestinians to respond in anger. He urged Palestinian Christians to respond to the attack with virtue and patience.

      Al-Mashriqi urged the Israeli government to act responsibly and condemn the attack, and work on investigating the attack to find out who was involved and actually file charges in the case. He asked the Israeli government to protect holy sites in the city of Jerusalem, as these sites come under increasing attack by Israeli settlers.

      Source : https://imemc.org/article/59791
      #eglise_Orthodoxe

  • « Palestinian Lives Matter » : la cause palestinienne « en plein renouveau » | Marc Daou
    https://www.france24.com/fr/moyen-orient/20210518-palestinian-lives-matter-la-cause-palestinienne-en-plein-renouvea

    La question palestinienne est revenue sur le devant de la scène internationale en raison des violences en cours, depuis le 10 mai, entre l’État hébreu et le Hamas, et des tensions à Jérusalem. Inspirée par les luttes pour l’égalité et la justice ailleurs dans le monde, une nouvelle génération de Palestiniens entend donner un nouvel élan à cette cause mise en quarantaine diplomatique depuis plusieurs années. Décryptage avec Ziad Majed, professeur à l’Université américaine de Paris et spécialiste du Moyen-Orient. Source : France 24

  • Itamar Ben Gvir, un ultranationaliste accusé d’avoir attisé les violences à Jérusalem
    https://www.france24.com/fr/moyen-orient/20210514-itamar-ben-gvir-un-ultranationaliste-accus%C3%A9-d-avoir-attis%C3

    Le chef de la police en Israël a accusé le député Itamar Ben Gvir d’avoir mis de l’huile sur le feu à Jérusalem et d’être en partie responsable des violentes manifestations qui ont rallumé les mèches du conflit israélo-palestinien. Retour sur le parcours de cet ultranationaliste dont l’entrée en mars à la Knesset semble avoir renforcé la confiance de l’extrême droite israélienne.

  • #Madagascar, au bout de l’espoir - Reporters
    https://www.france24.com/fr/%C3%A9missions/reporters/20210514-madagascar-au-bout-de-l-espoir

    C’est l’une des catastrophes les moins médiatisées au monde. À Madagascar, 1,5 million de personnes sont frappées par une grave crise alimentaire et ont besoin d’une aide d’urgence. Plusieurs dizaines de personnes sont déjà mortes de faim. En cause, la #sécheresse sans précédent qui s’est abattue sur le sud de l’île ces dernières années et a détruit la quasi-totalité des cultures. Alors que le Programme alimentaire mondial demande une aide d’urgence de 62,45 millions d’euros, notre correspondante Gaëlle Borgia s’est rendue dans la région d’Anosy, la plus durement frappée par la crise.

    À Madagascar, depuis six mois, hommes, femmes, personnes âgées et enfants meurent de faim dans l’indifférence générale. Des villages reculés de l’extrême sud, difficilement accessibles, sont devenus des mouroirs. Les images d’enfants squelettiques sont choquantes.

    Selon le Programme alimentaire mondial (Pam), 1,5 million de Malgaches ont actuellement besoin d’une aide alimentaire d’urgence, sans quoi ils ne survivront pas. En cause : une sécheresse inédite et galopante, due au dérèglement climatique mondial.

    Pluies inexistantes

    Ces dernières années, les pluies se sont faites de plus en plus rares dans le sud du pays, voire sont devenues inexistantes, à tel point que la quasi-totalité des cultures de la région ont été détruites et les terres sont devenues infertiles. La majorité des habitants dépend pourtant de l’agriculture pour survivre.

    Tandis que le gouvernement malgache refuse toujours de déclarer l’état d’urgence, le Pam a demandé 62,45 millions d’euros aux pays donateurs pour sauver les populations de la #famine.

    Dans ce reportage, nous nous sommes employés à faire témoigner ces victimes de la faim et à expliquer les causes multiples de cette catastrophe : entre criminalité, corruption, pauvreté et politique, les crises alimentaires malgaches sont récurrentes et complexes. Selon l’ONG Care, elles font partie des dix crises les moins médiatisées au monde.

    Villages mouroirs

    Le tournage s’est principalement déroulé dans la région d’Anosy, à l’extrême sud de Madagascar, une des zones les plus reculées et les plus dangereuses de l’île.

    Le chauffeur qui nous a accompagnés, ainsi que le gérant de la société de location de véhicules par laquelle nous sommes passées, craignaient pour notre sécurité, car le district d’Amboasary Atsimo, où nous nous sommes rendus, est régulièrement le théâtre d’attaques de Dahalo, ces bandits ruraux qui font des razzias dans les villages et tuent.

    Nous avons eu l’impression de tourner dans des villages mouroirs, où les rares personnes visibles attendent l’aide alimentaire pour survivre, en se cachant des Dahalo, tandis que la majorité a déserté cette zone dévastée par la sécheresse.

    La situation est si dramatique que nous avons transporté de grosses quantités de riz, d’huile et de sel à l’attention des habitants des villages où nous avons tourné.

    Le sourire des enfants, nos larmes sur le tournage

    La plupart des enfants, adolescents et personnes âgées que nous avons rencontrés n’avaient plus que la peau sur les os et semblaient anesthésiés, sidérés par la faim. Parce qu’ils sont plus vulnérables que les adultes, ce sont eux qui dépérissent en premier.

    Nous avons eu l’impression, au milieu de ces silhouettes squelettiques et silencieuses, de nous trouver dans des villages de zombies errants. Mais dès lors que le Programme alimentaire distribuait les fameux petits sachets de farine enrichie appelés « Plumpy’Doz », le sourire et l’énergie des enfants revenaient aussitôt. Le changement soudain était assez frappant. « Plumpy, Plumpy ! » est devenu leur cri de joie préféré.

    Il est rare de pleurer sur un tournage. Cette fois, nous avons versé des larmes.

  • Violences à Jérusalem : des sportifs appellent à la paix et au respect des droits de l’Homme
    Publié le : 12/05/2021
    https://www.france24.com/fr/sports/20210512-violences-%C3%A0-j%C3%A9rusalem-des-sportifs-appellent-%C3%A0-la-

    Des footballeurs arabes et musulmans apportent sur les réseaux sociaux leur soutien aux Palestiniens et appellent à la paix devant l’escalade des tensions depuis une semaine au Proche-Orient, où les forces de sécurité israéliennes multiplient les représailles aux manifestations et aux tirs de roquette. (...)

    Pogba, Mahrez et Salah du côté des Palestiniens (...)