affordance.info

/mon_weblog

  • affordance.info : Facebook et l’algorithme du temps perdu
    https://www.affordance.info/mon_weblog/2022/07/facebook-algorithme-temps-perdu.html
    https://www.affordance.info/.a/6a00d8341c622e53ef02a308d8b516200c-600wi

    Un algorithme dans un réseau social c’est un peu comme un produit ou un rayon dans un supermarché. De temps en temps il faut le changer de place pour que les gens perdent leurs habitudes, traînent davantage et perdent du temps à la recherche de leurs produits et rayons habituels, et tombent si possible sur des produits et rayons ... plus chers. Mais également pour que dans cette errance artificielle ils soient tentés d’acheter davantage. Tout le temps de l’errance est capitalisable pour de nouvelles fenêtres de sollicitations marchandes.

    Or la question de l’urgence du changement est particulièrement d’actualité pour la firme qui risque pour la première fois de son histoire de perdre des parts de marché publicitaire, et qui, au cours des trois derniers mois de l’année dernière, avait annoncé qu’elle avait perdu des utilisateurs quotidiens pour la première fois en 18 ans d’histoire.

    #Facebook #GAFAM #Algorithme #EMI #Réseauxsociaux

  • affordance.info : 4 questions aux algorithmes (et à ceux qui les font, et à ce que nous en faisons)
    https://www.affordance.info/mon_weblog/2022/04/4-questions-algorithmes.html
    https://www.affordance.info/.a/6a00d8341c622e53ef0282e14f7a64200b-600wi

    La problème de la transparence comme de la redevabilité, même en se limitant aux algorithmes publics, c’est qu’un « algorithme » est un fait calculatoire et décisionnel qui ne peut être isolé de faits sociaux qui en déterminent les causes et les effets. Un algorithme est développé par des gens, qui obéissent à d’autres gens, et qui sont tous pris dans des déterminismes et des contraintes économiques, professionnelles, politiques, sociales, etc. Penser que l’ouverture et et la redevabilité des algorithmes suffira à régler l’ensemble des problèmes qu’ils posent n’a pas davantage de sens que penser que l’étiquetage des denrées alimentaires résoudra les problèmes de malbouffe, d’obésité et de surproduction agricole.

    #SNT #NSI #EMI #algorithmes #Réseauxsociaux #Facebook #Moteurderecherche

  • affordance.info : Ukraine. Para Bellum Numericum. Chronique du versant numérique d’une guerre au 21ème siècle.
    https://www.affordance.info/mon_weblog/2022/02/guerre-ukraine-numerique.html
    https://www.affordance.info/.a/6a00d8341c622e53ef0278806d9a68200d-600wi

    Il y a déjà de longues années, je présentais le média Twitter à mes étudiant.e.s en leur expliquant qu’il était vital de s’y intéresser car s’y donnaient à voir non seulement des informations vitales mais aussi à valeur patrimoniale que l’on se devait de suivre attentivement et, pour certaines d’entre elles, de s’efforcer de conserver. Et je prenais ce qui semblait alors assez surréaliste et baroque, l’une des premières « déclarations du guerre » ce faisant exclusivement via ce média. C’était le 14 novembre 2012, et le compte Twitter officiel de l’armée Israëlienne annonçait lancer des frappes sur le peuple palestinien vivant dans la bande de Gaza.

    Depuis cette première déclaration de guerre via Twitter, les choses ont énormément changé et c’est l’écosystème numérique dans son entier, avec au premier plan les grande plateformes sociales, qui jouent un rôle déterminant, à la fois dans des opérations de désinformation ou de propagande, mais aussi plus globalement sur le plan géostratégique et géopolitique.

    Il y a 10 ans de cela, déclarer la guerre sur Twitter était une anomalie. Aujourd’hui et avec la guerre aux portes de l’Europe en Ukraine, l’anomalie serait d’imaginer une guerre sans Twitter.

    A partir de ce que révèle chaque jour la guerre en Ukraine, je veux dans cet article essayer de faire un point, forcément provisoire, sur ce qui se joue lors d’une guerre dans, par, grâce et à cause des grands écosystèmes numériques et de leur écho médiatique et géopolitique.

    #Guerre #Médias_sociaux #Ukraine #Olivier_Ertzscheid

  • affordance.info : Ukraine. Para Bellum Numericum. Chronique du versant numérique d’une guerre au 21ème siècle.
    https://www.affordance.info/mon_weblog/2022/02/guerre-ukraine-numerique.html

    La guerre, les guerres, sont et seront de plus en plus numériques. Non plus simplement dans l’appareillage technologique impliqué dans la logistique et dans la gestion opérationnelle des frappes, mais dans tous les secteurs de la société et avec une internationalisation de la mise en visibilité des conflits qui échappe (en bonne partie) aux états engagés. L’amie tant regrettée Louise Merzeau expliquait que le numérique était un « milieu ». A ce titre il est ouvert à toutes les porosités, il capte toutes les attentions, il est traversable par toutes les opinions, et s’il ne modifie pas toujours la nature de ce qui le traverse il en modifie systématiquement la perception que nous en avons.

    Cet article s’efforce de tracer un tour d’horizon aussi complet que possible des manières dont les grands écosystèmes numériques mobilisent les espaces médiatiques et les terrains opérationnels dans lesquels se déploient les guerres modernes, et dont l’invasion de l’Ukraine sera certainement, hélas, un point de départ.

    Préparer et se préparer aux guerres numériques est une chose. Les citoyens comme les états-majors y semblent prêts. Créer les conditions d’une paix numérique est un tout autre chantier, dont ce conflit, notamment au travers des choix que feront les grandes plateformes, sera un révélateur implacable.

    https://www.affordance.info/mon_weblog/2022/03/ukraine-guerre-numerique-suite.html

    Cet article est la suite de celui paru le 28 février 2022 et intitulé « Ukraine. Para Bellum Numericum. Chronique du versant numérique d’une guerre au 21ème siècle. » Il continue d’explorer les enjeux et déclinaisons numériques, parfois poignantes, parfois anecdotiques, parfois vitales, du conflit en cours en Ukraine suite à l’invasion Russe.

  • affordance.info : Le convoi de la liberté : nouveau variant insurrectionnel ?
    https://www.affordance.info/mon_weblog/2022/02/convoi-de-la-liberte.html

    Les mouvements sociaux (a fortiori s’ils sont ou se prétendent insurrectionnels) sont toujours imprévisibles. Imprévisibles au moins dans leur ampleur et dans le succès qu’ils rencontreront dans l’opinion. On peut, à rebours et en se retournant, gloser à l’infini sur les signes qui auraient potentiellement permis de prévoir le succès et l’ampleur du mouvement des Gilets Jaunes mais la réalité c’est que l’ampleur et le succès des mouvements sociaux demeurent fondamentalement imprévisibles.

    Depuis maintenant quelques semaines est en train de se structurer, en France, l’équivalent transposé du mouvement des routiers canadiens autour du « convoi de la liberté », avec un point d’orgue annoncé pour ce week-end autour de Paris.

    Ce mouvement peut-il, en France, avoir le même succès et le même impact que celui des Gilets Jaunes ? Voici quelques réflexions en deux temps. D’abord sur les points de convergence entre le mouvement des Gilets Jaunes et celui du convoi de la liberté en France. Puis sur leurs différences.

    Source : https://twitter.com/i/events/1491440614751227907

    • Parmi les revendications, évidemment, le retrait des « Pass », mais aussi de nombreuses protestations contre la hausse des prix, pour la démocratie… Un communiqué du groupe « France Convoy » indique que « l’urgence est démocratique, sociale, écologique, l’accès aux soins pour tous et non sécuritaire ». Aucun syndicat, aucun parti, mais un cri de colère protéiforme venu de nombreux anonymes.

      Comme lors des Gilets Jaunes, il ne sert donc à rien de critiquer à priori « l’impureté » de cette mobilisation, mais plutôt de veiller à ce que le mouvement aille vers l’anticapitalisme et la défense des libertés. Qui peut nier l’urgence de luttes puissantes, surtout dans cette période de campagne électorale putride ? Qui peut tolérer l’apathie générale malgré la gravité de la situation ?

      Et comme dans tout mouvement, il y a différentes sensibilités, plus ou moins radicales : blocage total ou partiel ? Pacifisme ou autodéfense face à la police ? Rien n’est encore tranché.

      Quel que soit l’ampleur réelle de ces convois, une chose est sure : les formes traditionnelles de protestation ne font absolument pas peur au régime néolibéral et autoritaire. Par contre, lorsque les blocages se généralisent, que les lieux de pouvoir sont ciblés, que l’économie est menacée, les puissants tendent l’oreille. C’est ce que projette le « convoi de la Liberté ».

      Nantes Révoltée

      https://www.nantes-revoltee.com/%f0%9f%9a%9b-convoi-de-la-liberte-le-mouvement-qui-veut-emmerder-ma

    • Comme lors des Gilets Jaunes, il ne sert donc à rien de critiquer à priori « l’impureté » de cette mobilisation, mais plutôt de veiller à ce que le mouvement aille vers l’anticapitalisme et la défense des libertés. Qui peut nier l’urgence de luttes puissantes, surtout dans cette période de campagne électorale putride ? Qui peut tolérer l’apathie générale malgré la gravité de la situation ?

      Cette vieille propension de l’extrême gauche avant-gardiste à sauter sur tout ce qui bouge pour tenter de se l’approprier, c’en est presque comique ! Alors qu’il est assez évident que ce mouvement est une qanonerie, voilà qu’on va le repeindre en mouvement anti-capitaliste. Par curiosité, je me demande ce qu’aurait dit « Nantes révoltée » de la marche sur Rome ou des émeutes parisiennes de 1934.

      Je note aussi le « il ne sert donc à rien de critiquer ». Alors vous m’excuserez mais tout le monde n’a pas des œillères et ne fantasme pas sur le peuple en action, on critiquera tant qu’on le pourra tous ces mouvements proto-fascistes qui naissent devant nous.

    • Ils sont plutôt arrières gardistes avec leur « tout ce qui bouge est rouge » (pour citer un autre exemple, ils n’ont rien capté de l’"anticapitalisme" des S.A, utilisés puis liquidés par le régime nazi). Les trois principaux sites « radicaux », Nantes révoltée, Cerveaux non disponibles, Lundi matin sont dans une course à l’audimat, surpublient sans lire (ex Lundi Matin avec Zagdanski, publié après la critique du Manifeste conpsi. un débat entre covidonégationnistes), rédigent par copié-collés chelous (Nantes Révoltée, reprenant un expert désinformateur ayant son rond de serviette sur je ne sais quelle chaine d’infos en continu), quant à Cerveaux non disponibles ils ont choisi un nom dont ils font une profession de foi.
      Si un avant-gardisme existait il ne renierait pas la formule de Lénine « seule la vérité est révolutionnaire » et commencerait par une prise en compte de la matérialité de l’épidémie et des moyens d’y parer, plutôt que de gagater sur le contrôle biopolitique (refus de penser).

      voir, par exemple : Quelles communautés sanitaires ? Séminaire (Valérie Gérard)

      Si la pensée politique tournée vers l’émancipation s’est appuyée, ces dernières décennies, aussi bien sur une critique du biopouvoir, ou de la biopolitique (à partir de Foucault, d’Arendt ou d’Agamben), que sur une critique de la science ou plus généralement de la rationalité occidentale, la crise sanitaire a montré les limites de cette tradition, ses mésusages, et la nécessité de la problématiser.

      https://laparoleerrantedemain.org/index.php/2022/01/24/quelles-communautes-sanitaires-seminaire

    • Ne méprisez pas l’expression d’une colère citoyenne et populaire qui doit être écoutée !

      Cette colère et cette défiance remontent certainement à l’année 2008. N’oublions pas qu’en 2005 le peuple français avait refusé par référendum le projet de traité constitutionnel européen, et que le traité de Lisbonne en 2008 a été une trahison de la démocratie au mépris de cette décision souveraine !

      Le groupe France Convoy se définit comme pacifiste et il n’entrera pas dans la capitale.

      Mais rassurez vous tout ça n’ira pas très loin !

    • affordanceinfo le retour

      Ce qui renforce les discours complotistes :

      Tectonique des contestations sociales : les admins du groupe FB #convoidelaliberte (+ de 344k membres, cad + que les + gros groupes #giletsjaunes à l’époque) se font kickban depuis hier soir. Du coup la migration vers leurs comptes et groupes #telegram est massive.

      comme à chaque grand mouvement social, ces « blocages » arbitraires (aucune justification n’est fournie) par Facebook (aka #Meta) posent d’énormes questions de transparence et renforcent tous les discours complotistes sur les liens de la plateformes avec le ou « les » pouvoirs.

      https://twitter.com/Affordanceinfo2/status/1491757433030643712?cxt=HHwWgMC47ene5LMpAAAA

    • « Une colère citoyenne » ? Tu crois vraiment à ce que tu écris ou t’es dans une transe lfiste continue ?

      Il a été très clairement démontré qu’absolument tout ce concept est parti de qanon, de l’alt(far) right, et ensuite en France des mêmes genre de groupe louisfouchiste, complotiste, extrême droite, etc… Et t’oses appeler ça « une colère citoyenne » ?

      Tu devrais répondre à la question un peu plus haut en essayant d’être sincère : aurais-tu dis pareil en vivant lors des émeutes de 34 à Paris ou la marche sur Rome ? « oui mais c’est une révolte citoyenne, faut essayer de le comprendre et faut faire en sorte que ce mouvement aille vers nos idées » ?

      Quand un mouvement est dès le départ organisé (pas du tout « récupéré », non, organisé totalement) par les groupes complo facho, ya strictement rien à tenter de s’intégrer dedans, c’est à critiquer, pas à collaborer.

    • Il a été très clairement démontré qu’absolument tout ce concept est parti de qanon, de l’alt(far) right

      Alors qu’il est assez évident que ce mouvement est une qanonerie...

      Ce convoi s’est peut-être inspiré d’une certaine façon de celui d’Ottawa mais de là à dire qu’ils sont tous qanonnistes, louisfouchistes, complotistes, c’est encore une forme de #diabolisation qu’on a connu également au début du mouvement des Gilets jaune en 2018.

      Et t’oses appeler ça « une colère citoyenne » ?

      Parfaitement ! Je ne vois que La Souffrance d’un Peuple !

    • Non mais marielle arrête d’utiliser la technique de l’homme de paille en critiquant des mots jamais écrits, ça ne trompe que toi même… Personne n’a jamais écrit « ils sont tous qanonistes ». Mais : ça a été organisé par la mouvance complo-facho-fouchiste, etc, très clairement. Tous les gros groupes FB principaux qui organisent donc ceux qui mettent en branle les gens, qui font de la logistique, qui mettent en contact etc, sont tenus par des complotistes ou liés à l’extrême droite. Si tu sais pas faire la différence entre « qui suit », et « qui organise » (ou que tu fais exprès de confondre), comment tu veux dialoguer ?

      Ce mouvement est donc organisé par des sales gens aussi bien au Canada qu’ici. Donc oui oui très clairement il faut diaboliser cette organisation, et c’est juste de l’opportunisme malsain que de croire que les trois pélos de gauche vont magiquement transformer ça en un truc émancipateur.

      Le fait que des groupes complo-facho arrivent à galvaniser l’attention et le ressentiment de milliers de gens très différents, c’est… comme qui dirait pas nouveau hein. C’est même un peu le principe même de comment ils sont arrivés au pouvoir, et à l’hégémonie culturelle à divers moments de l’histoire.

      Que la gauche qui arrive pas à mobiliser à ce niveau arrive ensuite à la traine en disant « on va tenter de s’insérer là dedans et récupérer ça pour le faire tourner à notre sauce » c’est… naïf ? (pour rester, très, gentil)

    • Pour être allée trois fois manifester contre le pass sanitaire à Annecy avec le CNRR et quelques membres du POI (parti ouvrier indépendant), j’ai pu constaté par moi même l’ hétérogénéité de ce mouvement, où on y trouve les amis de Zemmour, qui eux sont irrécupérables ainsi que les Patriotes, les adeptes de médecine douce avec qui on peut discuter, les soignants et pompiers suspendus, les gilets jaunes, les anars et les gars du NPA qui refusent la societé de surveillance généralisée.

      Je ne suis pas complètement naive ! je fais bien la différence entre les êtres faibles, « ceux qui ne sont rien », qui ne font que subir le rapport de pouvoir des dominants, (qui ont tout accepté depuis deux ans, les attestations, la règle des 1- 10 - 100km, le couvre feu...), ces âmes perdues qui me plongent dans un immense désarroi et les autres fachos.

      Comment on a pu en arriver là ? A votre avis ?

      Il n’empêche qu’il faut refuser cette société de la maltraitance et la politique des libéraux qui nous gouvernent depuis quelques années déjà et qui massacrent tous nos acquis sociaux de manière très autoritaire et avec beaucoup de mépris pour la détresse humaine !

      Et

      Félicitations à Emmanuel Macron : la France n’est plus une démocratie « complète » depuis 2020 et est classée comme une démocratie « défaillante » pour la 2e année consécutive.

      Beau bilan pour celui qui prétend être le champion de la démocratie libérale.

      Attac France

      https://www.lepoint.fr/societe/en-2021-la-france-est-restee-une-democratie-defaillante-10-02-2022-2464209_2

      « Les résultats reflètent l’impact négatif de la pandémie sur la démocratie et la liberté dans le monde pour la deuxième année consécutive, avec l’extension considérable du pouvoir de l’État et l’érosion des libertés individuelles », selon l’étude.

      https://seenthis.net/messages/948639

    • @biggrizzly les gilets jaunes comme ce convoi de la « liberté » ne sont pas des mouvements massifs. Ils font beaucoup de bruit et pour ce qui est des gilets jaunes particulièrement, ils ont eu le mérite de faire autre chose que des manifs plan-plan, ce qui fait qu’à 500 000 (chiffre large) ils ont été plus efficaces pour se faire entendre que 3 000 000 de personnes qui défilent contre une réforme des retraites. Ce qui doit faire réfléchir les « progressistes », ce sont les moyens d’action à mettre en œuvre pour faire plier la bourgeoisie, cela suppose notamment de revoir le fonctionnement de certains outils, comme les syndicats.

    • Face au néolibéralisme autoritaire, la casse sociale et un pouvoir d’achat en berne, des milliers de personnes expriment leur colère ! Nous devons y répondre par une rupture démocratique, sociale, écologique, non par la répression.
      #ConvoidelaLiberte
      #UnionPopulaire

      https://video.twimg.com/ext_tw_video/1492432202583445506/pu/vid/320x320/yWdFZAIXMvyzXtTE.mp4?tag=12

      https://twitter.com/TrouveAurelie/status/1492434847352201219?cxt=HHwWhoC97cPlmLYpAAAA

  • affordance.info : Les pervers du métavers
    https://www.affordance.info/mon_weblog/2022/01/pervers-metavers.html

    A peine quelques mois après l’annonce du Métavers par Zuckerberg, à peine quelques jours après le lancement de « Horizon Worlds » qui en est la première pierre, voici donc la première affaire d’agression sexuelle dans le métavers. Cela s’est passé pendant une opération de test d’Horizon Worlds et la jeune femme a indiqué :

    « Je n’ai pas seulement été tripotée hier soir, il y avait également d’autres personnes qui soutenaient ce comportement, et m’ont fait me sentir isolée dans cet espace. »

    Réaction de Facebook par la voix de Vivek Sharma, vice-président Horizon Worlds :

    « L’incident est absolument malheureux »

    Mais d’ajouter :

    « C’est quand même un bon retour pour nous (sic). Il nous faut désormais rendre la fonctionnalité de blocage plus facile d’utilisation (sic). »

    La vie c’est simple comme l’ajout d’une fonctionnalité de blocage. Vieille antienne à laquelle on nous habituait déjà, sur un autre mode, dans cette publicité du ministère des PTT en 1983 ;-)

    • Début 2000 mon avatar dans les mondes Blaxxun (héritiers de ce que Canal+ avait sorti quelques années plus tôt), mon avatar, donc, à l’époque, était une nana. Les autres avatars, parfois, c’était un canard ou un monstre. Ou des hommes et des femmes. Et c’était bon enfant. Et je ne me suis jamais fait agressé. Les agresseurs n’étaient pas là, de toute évidence.

      Je n’ai pas la réponse à la question, et ma question est vraiment naïve. Mais que se passe-t-il si les avatars sont volontairement asexués ? Est-ce juste possible d’imaginer cela ? Est-ce que cela réduit donc tant que cela l’expérience utilisateur, si on évite d’amener la dimension sexuelle, la dimension de genre, dans le métavers ?

    • En prétendant transposer massivement et quasi-instantanément d’immenses communautés humaines dans des environnements entièrement artefactuels, il devient impératif et absolument vital, que cette transposition soit précédée de ce que Lessig indique à la toute fin de son texte, à savoir : « un engagement autour de valeurs fondamentales, par le biais d’une constitution promulguée en pleine conscience. »

      Pleine conscience ? Alors que le numérique se déploie justement « à la manière d’un fétiche » ?

      https://www.unilim.fr/interfaces-numeriques/471

  • affordance.info : Je n’ai pas eu le temps de faire plus court.
    https://www.affordance.info/mon_weblog/2021/11/le-temps-de-faire-pus-court.html

    Faire court. Imiter le court. Reproduire le court. Faire rythme. Ce défilement est avant tout un battement, une pulsation. Le format aujourd’hui c’est la pulsation. C’est pourquoi il importe de savoir comment en contrôler la vitesse. La vitesse de ces enchaînements déterminés algorithmiquement dans le seul but de fabriquer des routines d’aliénation scopique, cette capacité à ne valoriser le court que tant qu’il concourt à fabriquer de l’artificiellement long en continu, ce refus total et programmatique du discontinu, cela interroge aujourd’hui notre capacité plus globale, plus politique, à nous confronter à des régimes narratifs nécessitant d’articuler le temps long comme autre chose que la simple agrégation de séquences courtes.

    #Format #Numérique #SNT #NSI

  • Tremblez, les wokes veulent interdire le latin et le grec ! Vraiment ? http://www.slate.fr/story/219375/wokes-interdire-cours-latin-grec-faux-obsession-mediatique-etats-unis-reforme-

    « Ils veulent annuler les cours de latin » is the new « elles veulent interdire La Belle au bois dormant ».

    Spoiler : non. Ni aux États-Unis, ni en France. Et la disparition progressive de l’enseignement des langues anciennes n’a rien à voir avec eux.

    J’ai pris des bonnes résolutions. Par exemple, j’ai décidé de faire mon lit tous les matins (= étendre la couette d’une façon approximative). J’ai également décidé de ne plus cliquer sur les titres ridicules, du type « Face à l’idéologie “woke”, Jean-Michel Blanquer annonce un plan européen pour le latin et le grec ». Donc je n’ai rien lu sur Jean-Michel Blanquer, les cours de grec et le wokisme, jusqu’à ce que je tombe sur cet excellent décryptage d’Elodie Safaris.

    À partir de cet article, elle est allée regarder les liens. En réalité, dans l’article, rien ne concerne la France. Pour une raison assez simple à comprendre : en France, personne n’a demandé la fin des cours de grec ou de latin. C’est donc un non-sujet ici. Comme d’habitude, on parle en réalité des États-Unis –ce qui, rappelons-le à Jean-Michel Blanquer, ne correspond pas géographiquement à sa fiche de poste.

    L’article cite une enquête du Figaro de juin dernier dans lequel une prof italienne raconte qu’une fois, un élève l’a interrogée sur la misogynie de Platon et une autre fois sur le racisme et le sexisme de Homère. Oh mon Dieu... Mais c’est... terrible.

    Cette histoire des wokes contre le latin aura fait à certains toute l’année. Quasiment tous les mois, on a eu nos articles à la titraille bien accrocheuse...

    #débunking #panique-morale #madeInJean-MiMiBlanquer

  • affordance.info : Le Resto U n’est pas rentable. Alors on le ferme.
    https://www.affordance.info/mon_weblog/2021/10/le-resto-u-nest-pas-rentable.html
    https://www.affordance.info/.a/6a00d8341c622e53ef026bdef9b92e200c-600wi

    Ce matin sur France Inter, alors que la réalité de la situation dans les universités c’est que désormais chaque campus est devenue une succursale des restos du coeur (merci à eux d’ailleurs puisqu’eux, ils filent à bouffer à nos étudiant.e.s), ce matin sur France Inter j’ai appris que le resto U de l’université Paris 8 en Seine Saint-Denis, plus précisément celui de l’IUT de Montreuil, n’avait pas ouvert depuis un an et ne réouvrirait probablement pas. Parce que ce n’était pas "rentable. La présidente de l’université y était rapidement interviewée et elle avait l’air presque aussi résignée que désabusée.

  • affordance.info : La liberté de financer : Estelle est nue dans le Tipeee.
    https://www.affordance.info/mon_weblog/2021/09/estelle-tipeee-hebergeur-financeur.html

    Free Speech : si c’est gratuit (de pouvoir s’exprimer en ligne) c’est toi le récit.
    Free Reach : si c’est gratuit (d’atteindre de telles audiences) c’est toi le produit.
    Free Funding : même quand c’est toi qui finance, ce n’est toujours pas toi le banquier.

  • "Le fait est que sur le volume global des publications (niveau), sur leur circulation individuelle (vitesse), et sur leurs partages collectifs (accélération), Facebook n’est pas en capacité de fournir des dispositifs humains de modération adaptés, et qu’il n’est pas davantage en capacité de fournir des dispositifs algorithmiques de modération « soutenables » (c’est à dire qui répondent aux besoins). Mais il doit pour survivre au moins économiquement, affirmer qu’il est en capacité de le faire. Il fait donc ce que toute entité morale ou politique, singulière ou collective, ferait dans ces cas là : il triche et il ment. Il ajoute du discrétionnaire dans une architecture qui ne devrait être que fonctionnelle. Il installe des régimes d’arbitraire parce qu’il est incapable de standardiser des arbitrages."

    https://www.affordance.info/mon_weblog/2021/09/facebook-vip-xcheck.html

    https://www.affordance.info/.a/6a00d8341c622e53ef026bdef17462200c-500wi

    #Facebook #RéseauxSociaux

  • Un algorithme de Facebook confond des personnes noires avec des singes
    https://www.rtbf.be/info/medias/detail_un-algorithme-de-facebook-confond-des-personnes-noires-avec-des-singes?i

    Un algorithme de recommandation de Facebook a demandé à des utilisateurs s’ils souhaitaient voir d’autres "vidéos sur les primates" sous une vidéo d’un tabloïd britannique montrant des personnes noires, a révélé le New York Times vendredi. https://www.nytimes.com/2021/09/03/technology/facebook-ai-race-primates.html

    La vidéo du Daily Mail, vieille de plus d’un an, est intitulée "un homme blanc appelle les flics contre des hommes noirs à la marina". Elle ne montre que des personnes, pas de singes.


    Facebook apologized on Friday for mislabeling and said it was looking into its recommendation feature to “prevent this from happening again.”Credit...Jim Wilson/The New York Times

    En dessous, la question "voir plus de vidéos sur les primates ?" avec les options "Oui / Rejeter" s’est affichée sur l’écran de certains utilisateurs, d’après une capture d’écran diffusée sur Twitter par Darci Groves, une ancienne designer du géant des réseaux sociaux.

    "C’est scandaleux", a-t-elle commenté, appelant ses ex-collègues de Facebook à faire remonter l’affaire.

    "C’est clairement une erreur inacceptable", a réagi une porte-parole de Facebook, sollicitée par l’AFP. "Nous présentons nos excuses à quiconque a vu ces recommandations insultantes."

    #Facebook #intelligence_artificielle #racisme

  • affordance.info : Faut-il se désabonner des morts ?
    https://www.affordance.info/mon_weblog/2021/07/se-desabonner-des-morts.html
    https://www.affordance.info/.a/6a00d8341c622e53ef0282e11026d8200b-600wi

    Par Olivier Ertzscheid

    13 juil 2021
    Faut-il se désabonner des morts ?

    [Pour Philippe Aigrain]

    Nos vies numériques sont aussi tissées de fils soudainement coupés. D’amis, de connaissances, et de ceux-là de nos hérauts que nous suivions sans les connaître vraiment, et qui soudainement ont la mauvaise idée d’aller jacter avec la camarde.

    Axel Kahn fit récemment le récit digne de sa mort à venir, de son inéluctable. Il disait « L’humus de mon corps, quand il sera putréfié, permettra de participer, peut-être, dans la terre, à l’éclosion d’une marguerite. Et l’idée qu’il y ait un peu de molécules d’Axel Kahn dans une pâquerette, cela me réjouit. »

    Faut-il se désabonner des morts ?

    Cette fois c’est Philippe Aigrain qui nous quitte, d’un accident de montagne. Je le connaissais peu. Et l’admirais beaucoup. Si sa disparition me touche autant c’est qu’à chaque rencontre, à chaque échange, il n’était que gentillesse, discrétion, et convictions remarquables et remarquablement défendues.

    Je l’avais croisé pour la dernière fois dans la cave de chez C&F Editions. Il y a des gens, et ils sont rares, avec qui tu sais que tu ne pourras qu’être d’accord, précisément parce qu’ils ont une certaine vibration, une musique, un accord, et que cet accord se dégage de l’ensemble de ce qu’ils sont et de ce qu’ils font. Du peu que j’en ai vu, il me semble que Philippe Aigrain était de ceux-là. Il avait cet accord, celui qui engage nécessairement le vôtre.

    1200px-Philippe_Aigrain_-_Journée_du_domaine_public_2012

    Faut-il se désabonner des morts ?

    Il y a longtemps c’est un autre modèle devenu copain des réseaux, Jean Véronis, qui filait à l’anglaise. Et puis la copine collègue Louise Merzeau aussi. Deux espiègles chacun à leur façon. Et maintenant Philippe Aigrain. Les traces qu’ils laissent.

    Faut-il se désabonner des morts ?

    Il y a aussi ces étudiantes et ces étudiants, en presque 20 ans on en croise des vies, on en voit aussi hélas qui se terminent bien trop tôt.

    Faut-il se désabonner des morts ?

    Ceux qu’on déteste aussi, et ceux que l’on combat. Il ne faut pas souhaiter la mort des gens. Même de ceux-là.

    Faut-il se désabonner des morts ?

    Chaque réseau social sa mémoire, son rappel, ses rites, ses mémoires. Les anniversaires Facebook de ceux qui ne sont plus, ce rappel incongru qui tape au coeur qui tachycarde à l’inattendu. Faut-il se désabonner des morts ? Les mentions Twitter de comptes qui se sont tus, qui rappellent qu’ils existaient et que nous les suivons toujours. Faut-il se désabonner des morts ? Les blogs aussi dont certains avaient choisi d’y tenir le récit de leur vie maladie. Le récit mal à dire. L’impudeur de ces récits de fin de vie, ou de ces thérapies à ciel ouvert et lourd et tant d’issues incertaines, cette impudeur transpire la pudeur refusée et déniée à ces corps auscultés, perforés, amputés dans la tranchée de la maladie qui nous fait parfois si mal à lire et peut-être à elles et eux, certainement même, qui est leur mal en dit.

    Faut-il se désabonner des morts ?

    Philippe Aigrain, en son accord, était aussi un poète. J’aime beaucoup sa série « Fissures », dont le 20ème poème commence ainsi :

    « la terre assoiffée rétractant sa croûte révèle un pavage secret d’hexagones cabossés »

    #Philippe_Aigrain

  • Le récit d’un petit fait curieux. De McFly et Carlito à Zemmour et Papacito.

    Ou comment l’#anecdotisation médiatique du fait politique étouffe notre démocratie...
    https://www.affordance.info/mon_weblog/2021/06/le-recit-dun-petit-fait-curieux.html

    À l’aide de trois anecdotes, on peut faire le portrait d’un homme. (Nietzsche)

    ... L’anecdote c’est l’arrière-plan qui s’installe en premier plan. Du vase de Soissons aux problèmes gastriques de Napoléon, et bien avant d’ailleurs, l’anecdote aujourd’hui n’a plus uniquement pour fonction de construire une image des personnalités politiques.

    L’anecdote sature aujourd’hui l’espace politique de 2 manières : soit par le récit des anecdotes elles-mêmes, soit par l’anecdotisation des faits politiques au service d’un agenda (au mieux) ou de l’occupation d’un vide (au pire). Anecdotiser un fait ou une déclaration politique c’est y déceler ou y plaquer « un petit fait curieux » et s’agiter pour que du fait ou de la déclaration on ne conserve plus que cette curiosité là.

    Mais l’anecdote est également un mode de récit qui joue sur une connivence souvent invérifiable. Et qui permet aussi, de manière paradoxale, d’euphémiser les discours les plus violents, ou tout au contraire de muscler les récits les plus lénifiants. Telle est la force de l’anecdote. Entre le brouhaha et l’hallali. McFly et Carlito. Zemmour et Papacito...

    Il est assez effarant de constater aujourd’hui, corrélativement à l’augmentation massive de l’abstention lors de différents scrutins, que le fait politique est essentiellement traité au prisme de l’anecdote par la majorité des chroniqueurs et éditorialistes. Plus qu’une éditocratie aux errances audimateuses et à la langue eczémateuse, c’est peut-être à une nouvelle « anecdocratie » que nous faisons face actuellement. La version « face » d’une monnaie dont le côté « pile » serait celui de la technocratie déjà tant condamnée. L’anecdocratie pour nous sauver de la technocratie. La vieille histoire du remède pire que le mal.

    Moralité.

    Le stade ultime de la politique, ou son degré zéro, n’est plus le storytelling. Les récits sont épuisants et nous sommes épuisés.

    Le stade ultime de la politique, ou son degré zéro, n’est même plus le clash. Toutes les outrances ont déjà été énoncées et dénoncées.

    Le stade ultime de la politique, ou son degré zéro, c’est donc l’anecdote. La politique n’apparaît plus aujourd’hui que comme « le court récit de petits faits curieux » qui n’existent que dans leurs commentaires. « Subordonnant les personnages aux circonstances. » Julien Odoul est un playboy qui a tourné des vidéos de charme. Jean-Luc Mélenchon est un complotiste. Emmanuel Macron est cool sait reconnaître l’odeur de « substances ».

    L’anecdote, le mot vient du grec [anekdotos] désignant « ce qui n’est pas publié, inédit ». Or la démocratie est un espace de rendu public. L’anecdote quand elle devient le moteur de tout le cycle politique et de son commentaire, c’est l’inverse de la démocratie. De manière anecdotique, on appellera ça une époque pré-fasciste.

  • Parcoursup2021 Sucks. Encore plus que d’habitude.
    https://www.affordance.info/mon_weblog/2021/06/parcoursup2021-sucks.html

    Donc comme les collègues l’expliquent eux-mêmes lors des (rares) portes-ouvertes, avec une honnêteté navrée, bah cette année ça va encore plus être la loterie que d’habitude. Voilà. Et tout cela n’est pas le fruit du hasard ou de l’incompétence. Tout cela est sciemment organisé, de manière structurelle. Non pas parce que les gens sont méchants mais parce que les gens, ces gens-là en tout cas, ont un projet et un agenda politique qui est d’éparpiller façon puzzle le service public d’enseignement (supérieur). Et qu’ils savent parfaitement comment y arriver. Pas à pas. La réforme Blanquer du bac n’a pas pour objectif d’en finir avec les filières et la sur-représentation des disciplines scientifiques. Elle a pour objet de casser toute possibilité de repères stables et collectifs et d’atomiser les parcours individuels. Alors et alors seulement, on pourra, sous prétexte d’égalité et à grands renforts d’algorithmes changeants et de procédures toujours plus fragmentées, opaques et incohérentes, vous mettre exactement là où le patronat aura besoin, ou là où le secteur privé (de l’enseignement supérieur) aura le plus d’intérêts. Il n’est qu’à observer depuis déjà trois ans l’explosion des recrutements (et des écoles) « hors procédure » liés à Parcoursup pour s’en convaincre.

    Ensuite du côté des enseignants du supérieur. Là encore les choses sont variables selon les formations et les filières mais la constante cette année c’est que la plupart des formations et des filières ont reçu un peu ou beaucoup plus de dossiers de candidatures que les années précédentes (puisque les jeunes n’ont de toute façon pas d’autre choix comme je vous l’expliquais précédemment). Cette augmentation totalement artificielle pèse très lourdement sur les processus de recrutement et achève de saborder même les meilleures volontés. A force d’avoir chaque année davantage de dossiers à traiter et toujours moins de postes de titulaires pour le faire, on finit par avoir la tentation d’aller au plus simple, c’est à dire au plus injuste, c’est à dire à la seule sélection sur la base des notes. Et c’est en effet ce que font de plus en plus de formations tout en entretenant le mensonge structurel consistant à affirmer que « oui oui on regarde les dossiers ».

    Comme l’objectif de ce système est politique et assumé, il s’agit de décourager y compris les plus radicalisés de la bonne volonté, les gens et les équipes qui continuent de penser que le minimum que l’on doit à ces jeunes gens et ces jeunes filles c’est d’examiner leur dossier et de prendre en compte autre chose que simplement leurs notes. Nous par exemple ;-) Alors pour ces gens-là cette année, le ministère a sorti une nouvelle version de Parcoursup, percluses d’autant de bugs et d’incohérences qu’une étude sur la chloroquine pilotée par Didier Raoult. Je vous raconte...

    • Ensuite du côté des enseignants du supérieur. Là encore les choses sont variables selon les formations et les filières mais la constante cette année c’est que la plupart des formations et des filières ont reçu un peu ou beaucoup plus de dossiers de candidatures que les années précédentes (puisque les jeunes n’ont de toute façon pas d’autre choix comme je vous l’expliquais précédemment). Cette augmentation totalement artificielle pèse très lourdement sur les processus de recrutement et achève de saborder même les meilleures volontés. A force d’avoir chaque année davantage de dossiers à traiter et toujours moins de postes de titulaires pour le faire, on finit par avoir la tentation d’aller au plus simple, c’est à dire au plus injuste, c’est à dire à la seule sélection sur la base des notes. Et c’est en effet ce que font de plus en plus de formations tout en entretenant le mensonge structurel consistant à affirmer que « oui oui on regarde les dossiers ».

      Je confirme l’abominable constat.

  • affordance.info : Parcoursup2021 Sucks. Encore plus que d’habitude.
    https://www.affordance.info/mon_weblog/2021/06/parcoursup2021-sucks.html
    https://www.affordance.info/.a/6a00d8341c622e53ef0278802da46f200d-600wi

    Bon. Ayant très immodestement écrit l’un des deux meilleurs articles de tous les temps au sujet de #Parcoursup (l’autre étant disponible sur Lundi matin), j’étais décidé à fermer ma bouche cette année pour essentiellement deux raisons : la première c’est qu’en tant que parent j’ai de nouveau un enfant mien dans cette loterie, et la seconde c’est que cette année encore plus que les précédentes j’ai - ainsi que les collègues avec qui nous assurons le recrutement du meilleur DUT Infocom de la galaxie connue - pleuré des larmes de sang durant des semaines entières à force de constater le niveau d’incurie présidant aux supposées « mises à jour » de la plateforme et à ce qu’elle produisait au final comme automatisation ou acceptation des inégalités.
    216 900 jeunes sans aucune proposition acceptée.

    Oui mais voilà je suis tombé hier sur une des interventions de la figure tutélaire de l’ESR, oscillant entre un Voldemor sous anxiolytiques et une Gorgone Méduse aux fantaisies capillaires éreintantes, j’ai nommée Frédérique Vidal. Dont l’argumentaire se résume en trois points auxquels je vais sommairement répondre :

    « tout va bien, les profs et les services des rectorats sont formidables »

    Là j’ai surtout envie de crier dans son oreille avec la délicatesse d’un Jean-Marie Bigard répondant aux questions d’un journaliste sur le port de l’étoile jaune comme signe de refus de la vaccination. Et accessoirement je tiens à ta disposition, Frédérique, les échanges de mails avec les services (totalement dépassés) du rectorat à chaque fois que nous les sollicitions pour l’un des innombrables bugs de cette année. Mais c’est vrai qu’ils sont gentils. Formidablement dépassés et incompétents sur les points techniques (à moins bien sûr que la compétence ne se mesure à l’aune de la capacité à répondre « nous sollicitons la plateforme et revenons vers vous rapidement »), mais gentils, en effet.

    « 7 bacheliers sur 10 ont reçu une ou plusieurs propositions »

    Fume. Il y avait 723 000 bacheliers l’année dernière - et il y en a davantage cette année. Ce qui signifie que si les chiffres avancés par la ministre sont vrais (d’ailleurs on vérifie comment hein ?), 506 100 bacheliers auraient reçu une ou plusieurs propositions. Cette immarcescible quiche étant supposée maîtriser la soustraction au regard des coupes qu’elle continue d’opérer dans le renouvellement des postes de titulaires, cela veut surtout dire qu’à ce jour 216 900 lycéen.ne.s n’ont toujours reçu absolument aucune proposition de Parcoursup (à titre d’information, l’année dernière à la même époque ils étaient plus de 400 000 sans réponse positive ... donc en effet c’est ... « mieux »).

    Cette année ces 216 900 lycéen.ne.s sont par ailleurs en train de plancher sur le fumeux « grand oral » du Bac de l’oncle Jean-Michel Fétide Blanquer, lequel grand oral contient, je le rappelle, un temps de discussion sur l’orientation choisie ("échangez avec le jury sur votre projet d’orientation"). Autant vous dire, que pour 216 900 jeunes gens et jeunes filles à ce jour, cette discussion sur le « projet d’orientation » se prépare avec la même motivation qu’un entretien de renouvellement de ses droits chez pôle emploi. Comment peut-on même imaginer que ces jeunes gens et jeunes filles préparent un oral sur leur projet d’orientation quand leur avenir s’appelle « refus », quand leur espoir s’appelle « en attente » et quand leur présent se résume à « 0 propositions d’admission » ?!

    Capture d’écran 2021-06-02 à 09.30.41

    « tout le monde se réjouit d’en avoir fini avec le tirage au sort comme modalité de sélection pour l’entrée dans le supérieur. »

    Alors là. Mais alors là bordel. J’ai un stock de métaphore conséquent me permettant d’éviter les injures mais même lui (le stock) il a tendance à s’épuiser devant des gens qui osent tout à ce point et que c’est même à cela qu’on les reconnaît (comme l’écrivait Audiard). Donc pour une remise en contexte historique rapide sur cette histoire de « tirage au sort », on se réfèrera utilement au début du thread du Professeur Logos sur Twitter dont je me permets de reprendre ici les premiers éléments :

    1/ #ParcourSup, c’est le jour de la marmotte : les mêmes éléments de langage, d’année en année. Au départ, il y avait la volonté idéologique de reprendre la loi Devaquet (si tu savais) sur la sélection, avec une mise en concurrence croisée établissements/candidats.

    2/ Aussi le ministère avait-il mis en place cette opération d’enfumage : un « tirage au sort » pour régler un nombre infime de cas, bien inférieur au nombre de candidats découragés par Parcoursup, problème qu’un traitement rationnel et humain aurait solutionné en une semaine chrono.

    3/ Tout l’enjeu était de parvenir à faire croire qu’il s’agissait d’un problème de plateforme, et pas de 15 ans de sous-investissement, dans le temps même où les enfants du babyboom de l’an 2000 devenaient adultes.

    4/ Il y eu deux étages d’enfumage pour faire oublier la démographie : le matraquage d’un problème fictif (APB fonctionne par tirage au sort) et l’inepte marronnier « Parcoursup fait-il mieux qu’APB ? » En 2006, APB parvenait à 76% d’affectations INSTANTANEMENT ; 53% en premier vœu …

    Et pour la suite, c’est par là :-)

    Bien. Maintenant laissez-moi vous expliquer pourquoi Parcoursup nous amène, contrairement aux affirmations de Frédérique Voldemor Gorgone Vidal, vers toujours davantage de « tirage au sort ».

  • affordance.info : Le centimètre sentimental.
    https://www.affordance.info/mon_weblog/2021/04/centimetre-sentimental.html
    https://www.affordance.info/.a/6a00d8341c622e53ef0263e9a07c45200b-600wi

    Je parle souvent d’une anecdotisation des régimes de surveillance, palpable dans la multiplication des dispositifs connectés dans nos environnements comme dans nos pratiques quotidiennes. Cet AirTag est une pierre de plus dans ce jardin. Il faut se souvenir qu’aux tout débuts de l’industrialisation du commerce des traces numériques, c’étaient avant tout des mères de familles américaines qui payaient pour utiliser les services de sociétés leur permettant de créer des comptes « amis » avec leurs enfants sur le réseau Facebook pour mieux les espionner ou bien encore pour géolocaliser ceux-ci en permanence dès qu’ils sortaient de la maison. Avec l’AirTag tout est plus simple, t’en colles-un dans le cartable de ton fils et c’est bingo. Marche aussi bien sûr pour faire du testing entre amoureux surtout épris de doute sur l’honnêteté de l’autre. Il ne s’agit pas simplement d’un capteur de plus. Il s’agit d’un capteur de plus que nous disposons où nous voulons. Et la nuance est de taille.