• Point de presse du 15 juin 2022
    Salle de presse - France-Diplomatie-Ministère des Affaires étrangères
    https://basedoc.diplomatie.gouv.fr/vues/Kiosque/FranceDiplomatie/kiosque.php?type=ppfr
    https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/israel-territoires-palestiniens/actualites-et-evenements/2022/article/situation-de-salah-hamouri-q-r-extrait-du-point-de-presse-15-06-22

    2. Situation de M. Salah Hamouri

    Q - Bonjour, voilà maintenant dix jours que l’avocat franco-palestinien Salah Hamouri a entamé sa nouvelle détention administrative. Autant que nous le sachions, Israël n’a pas répondu à vos demandes d’explications ce qui n’est pas étonnant puisque le dossier est secret. Il pourrait même être vide. La situation serait la même. L’ambassadrice d’Israël en France a-t-elle été convoquée par votre ministère afin de protester et d’obtenir ces fameuses explications ?

    Or, vous n’êtes pas sans ignorer que, dans le même temps, les autorités israéliennes ont décidé de ne pas renouveler sa carte de résident de Jérusalem. Une procédure est en cours devant la justice et la Cour suprême doit se prononcer en février 2023. Autant dire que, si rien n’est fait, Salah Hamouri pourrait rester en prison jusqu’au mois de février prochain puis être expulsé de sa ville natale !

    Il y a dix jours, vous avez émis le souhait que Salah Hamouri « soit libéré et qu’il puisse mener une vie normale à Jérusalem, où il est né et où il réside et que son épouse et ses enfants obtiennent le droit de s’y rendre pour le retrouver ».

    La famille de Salah Hamouri est en souffrance. La situation se répercute maintenant gravement sur la vie quotidienne de son épouse et ses enfants.

    Demandez-vous l’abandon de la procédure d’annulation de sa carte de résident de Jérusalem ?

    R - Le ministère de l’Europe et des affaires étrangères est pleinement mobilisé à Paris, Tel Aviv et Jérusalem sur la situation de M. Salah Hamouri et veille à lui apporter toute l’assistance possible.

    Aujourd’hui même, le consulat général de France à Jérusalem lui a rendu visite au titre de la protection consulaire, comme il l’avait fait les 21 mars et 19 mai dernier. Le consulat général de France à Jérusalem est en outre systématiquement présent au tribunal lors des audiences au cours desquelles M. Hamouri est amené à comparaître, notamment lors de la dernière audience du 9 mars.

    Nous avons conduit de multiples démarches auprès des autorités israéliennes au cours des derniers mois, notamment auprès du ministère israélien des affaires étrangères et de la présidence israélienne, pour demander que l’ensemble des droits de M. Hamouri soient respectés et qu’il puisse bénéficier de toutes les voies de recours.

    Nous souhaitons que Salah Hamouri puisse mener une vie normale à Jérusalem, où il est né et où il réside, et que son épouse et ses enfants obtiennent le droit de s’y rendre pour le retrouver./.

    #Salah_Hamouri #franceDiplo

  • Salle de presse - France-Diplomatie-Ministère des Affaires étrangères
    Déclarations officielles de politique étrangère du 07 juin 2022
    https://basedoc.diplomatie.gouv.fr/vues/Kiosque/FranceDiplomatie/kiosque.php?#Chapitre3

    3. Territoires palestiniens - Entretien téléphonique de M. Emmanuel Macron, Président de la République, avec M. Mahmoud Abbas, Président de l’Autorité palestinienne - Communiqué de la présidence de la République (Paris, 04/06/2022)

    Le Président de la République s’est entretenu par téléphone avec M. Mahmoud Abbas, Président de l’Autorité palestinienne, ce samedi 4 juin 2022.

    Le Président Abbas a félicité le Président de la République pour sa réélection.

    Le Président de la République a exprimé sa préoccupation face au regain de tension et à la détérioration de la situation dans les Territoires palestiniens. Il a déploré la poursuite de la politique de colonisation et a rappelé à Mahmoud Abbas l’engagement indéfectible de la France en faveur du respect des droits légitimes des Palestiniens.

    Le Président de la République a dit sa disponibilité pour contenir toute escalade et favoriser la reprise de négociations en vue d’aboutir à une paix juste et durable dans la région. Il a rappelé au Président de l’Autorité palestinienne l’attention particulière qu’il portait aux Lieux saints à Jérusalem, sur lesquels il s’est rendu en janvier 2020, et à la stabilité et la sécurité de toutes les parties prenantes de la région.

    Le Président de la République a, par ailleurs, présenté ses condoléances à Mahmoud Abbas et au peuple palestinien pour la mort de la journaliste Shireen Abu Aqleh et rappelé l’importance pour la France que toute la lumière soit faite sur les circonstances de sa mort./.

    (Source : service de presse de la présidence de la République)

    https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2022/06/04/entretien-telephonique-avec-mahmoud-abbas-president-de-lautorite-palestinienn
    #FranceDiplo #Shireen_Abu_Akleh

  • Salle de presse - France-Diplomatie-Ministère des Affaires étrangères
    Point de presse du 07 juin 2022
    https://basedoc.diplomatie.gouv.fr/vues/Kiosque/FranceDiplomatie/kiosque.php?type=ppfr
    https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/israel-territoires-palestiniens/actualites-et-evenements/2022/article/situation-de-salah-hamouri-q-r-extrait-du-point-de-presse-07-06-2022

    6. Situation de M. Salah Hamouri

    Q - Fin avril, vous aviez dit souhaiter que Salah Hamouri « soit libéré et qu’il puisse mener une vie normale à Jérusalem, où il est né et où il réside, et que son épouse et ses enfants obtiennent le droit de s’y rendre pour le retrouver ». Emprisonné depuis le début mars, l’avocat franco-palestinien devait être libéré ce 6 juin. Sa détention administrative vient d’être prolongée de trois mois. Preuve que les déclarations de la France ont peu de poids pour Tel Aviv. Ma question est simple : au-delà des mots (qui sont de peu d’effets comme on le voit) entendez-vous engager de véritables actions, concrètes et publiques, de coercition, afin qu’Israël cesse le harcèlement de Salah Hamouri (retrait de sa carte de résident de Jérusalem, suppression de sa couverture maladie, hackage Pegasus de son téléphone, éloignement de sa famille...) visant à ce qu’il quitte Jérusalem (ville où il est né) et le libère sans conditions ?

    R - Nous avons pris note avec préoccupation du prolongement de la détention administrative de M. Salah Hamouri. Sa situation fait et continuera de faire l’objet d’un suivi attentif. Nous avons en particulier conduit plusieurs démarches auprès des autorités israéliennes afin que ses droits soient respectés.

    Depuis sa dernière arrestation, le consulat général de France à Jérusalem a pu lui rendre visite à deux reprises au titre de la protection consulaire et est intervenu auprès des autorités israéliennes pour demander une nouvelle visite. Nous restons pleinement mobilisés pour obtenir des explications sur les raisons de sa détention et pour veiller à ce que l’ensemble des droits de M. Hamouri soit respecté et à ce qu’il puisse bénéficier de toutes les voies de recours.

    Nous souhaitons qu’il soit libéré et qu’il puisse mener une vie normale à Jérusalem, où il est né et où il réside, et que son épouse et ses enfants obtiennent le droit de s’y rendre pour le retrouver./.

    #Francediplo #Salah_hamouri

  • Israël : les Palestiniens sont victimes d’un apartheid
    Publié le 02.02.2022 - Amnesty International France
    https://www.amnesty.fr/discriminations/actualites/israel-les-palestiniens-sont-victimes-dun-apartheid

    Ségrégation territoriale et restrictions de mouvement, saisies massives de biens fonciers et immobiliers, expulsions forcées, détentions arbitraires, tortures, homicides illégaux… Après un long travail de recherche, notre nouveau rapport démontre que les lois, politiques et pratiques mises en place par les autorités israéliennes ont progressivement créé un système d’apartheid à l’encontre du peuple palestinien dans son ensemble.

    Après un travail de recherche de près de quatre ans, nous publions notre rapport, «  L’Apartheid commis par Israël à l’encontre des Palestiniens. Un système cruel de domination et un crime contre l’humanité  ». Sur la base d’une analyse juridique et d’une enquête de terrain minutieuses, il documente la mise en place par Israël, à travers des lois et des politiques discriminatoires, d’un système d’oppression et de domination institutionnalisé à l’encontre du peuple palestinien. Si ces violations sont plus fréquentes et plus graves dans les territoires palestiniens occupés (TPO), elles sont également commises en Israël et à l’encontre des réfugiés palestiniens, présents dans des pays tiers. (...)

    #apartheid

    • Amnesty International dissèque l’apartheid d’Israël
      Jean Stern > 1er février 2022
      https://orientxxi.info/magazine/amnesty-international-disseque-l-apartheid-d-israel,5346


      Démolition d’une maison palestinienne dans la ville d’Hébron, en Cisjordanie occupée, le 28 décembre 2021
      Hazem Bader/AFP

      L’organisation de défense des droits humains Amnesty International s’en prend au système cruel de domination sur la population palestinienne, qu’elle soit en Israël, dans les territoires occupés, à Gaza ou réfugiée. Ce tournant majeur d’Amnesty, qui réclame la saisine de la Cour pénale internationale, est un coup dur pour le gouvernement israélien. Orient XXI a lu le rapport en avant-première.

      La première secousse a lieu en 2020, quand l’organisation de juristes israéliens Yesh Din emploie le terme « apartheid » pour qualifier un système autoproclamé démocratique qui, jusqu’à présent, passait entre les gouttes de l’analyse politique objective. La proximité rendant lucide, une autre ONG israélienne, B’Tselem, creuse le sillon en janvier 2021 en estimant qu’il est temps de dire « non à l’apartheid des rives du Jourdain à celle de Méditerranée » (...)

    • « Demander la fin de l’apartheid c’est demander la fin d’Israël »

      Mairav Zonszein מרב זונשיין sur Twitter : https://twitter.com/MairavZ/status/1488604261986586632

      This is really key. Israel’s existence is premised on systematically oppressing others to no end and a growing majority of Jewish Israelis came to terms with that. That doesn’t mean it can go on. There are Israelis who want a different state, but they are outcast.

    • […] l’Etat hébreu proteste
      https://information.tv5monde.com/info/amnesty-accuse-israel-d-apartheid-contre-les-palestiniens-l-et

      Dès lundi, M. Lapid avait demandé à Amnesty de « retirer » son rapport.

      « Amnesty était naguère une organisation estimée (...). Aujourd’hui, elle est exactement le contraire », a-t-il déclaré, accusant l’ONG d’être devenue « une organisation radicale ».

      […]

      Et bien sûr…

      Et de l’accuser d’antisémitisme.

      #sionisme #sans_vergogne #chutzpah

    • Tell me what’s untrue in Amnesty’s report on Israel
      Gideon Levy | Feb. 3, 2022 | Haaretz.com
      https://www.haaretz.com/opinion/.premium-tell-me-what-s-untrue-in-amnesty-s-report-on-israel-1.10587114

      As the curses and screeches subside – Amnesty are antisemites, the report is full of lies, the methodology is absurd – one must ask: What, precisely, is incorrect in the apartheid report?

      Was Israel not founded on an explicit policy of maintaining Jewish demographic hegemony, while reducing the number of Palestinians within its boundaries? Yes or no? True or false? Does this policy not exist to this day? Yes or no? True or false? Does Israel not maintain a regime of oppression and control of Palestinians in Israel and in the occupied territories for the benefit of Israeli Jews? Yes or no? True or false? Do the rules of engagement with Palestinians not reflect a policy of shoot to kill, or at least maim? Yes or no? True or false? Are the evictions of Palestinians from their homes and the denial of construction permits not part of Israeli policy? Yes or no? True or false?

      Is Sheikh Jarrah not apartheid? Is the nation-state law not apartheid? And the denial of family reunification? And the unrecognized villages? And the “Judaization”? Is there a single sphere, in Israel or the territories, in which there is true, absolute equality, except in name?

      To read the report is to despair. It’s everything we knew, but condensed. Yet no despair or remorse was felt in Israel. Most of the media marginalized and blurred it, and the hasbara choir batted it away. The propaganda minister, Yair Lapid, recited his lines and went on the attack even before the report was published. Diaspora Affairs Minister Nachman Shai was quick to follow. The international report has yet to be born that Israel won’t denounce while neglecting to respond to a single point it makes. One organization after another, some of them important and honest, call it apartheid, and Israel says: antisemitism.

      Please, prove Amnesty wrong. That there aren’t two systems of justice in the territories, two sets of rights and two formulas for the distribution of resources. That the legitimization of Evyatar is not apartheid. That Jews being able to reclaim their pre-1948 property while Palestinians are denied the same right is not apartheid. That a verdant settlement right next to a shepherd’s community with no power or running water is not apartheid. That Israel’s Arab citizens aren’t discriminated against systematically, institutionally. That the Green Line has not been erased. What’s not true?

      Even Mordechai Kremnitzer was frightened by the report and attacked it. His arguments: The report does not distinguish the occupied territories from Israel, and it treats the past as if it were the present. That’s how it goes when even leftist academia enlists in defense of Zionist propaganda. Accusing Israel of the sins of 1948 and calling it apartheid is like accusing the United States of apartheid because of the Jim Crow past, he wrote in Wednesday’s Haaretz.

      The difference is that institutionalized racism in the United States has gradually disappeared, whereas in Israel it’s alive and kicking as strong as ever. The Green Line has been obliterated too. It’s been one state for a while now. Why should Amnesty make the distinction? 1948 goes on. The Nakba goes on. A straight line connects Tantura and Jiljilya. In Tantura they massacred, in Jiljilya they caused an 80-year-old man to die, and in both cases Palestinian lives aren’t worth a thing.

      There is, of course, no propaganda without accolades for the justice system. “The important contribution of the government’s legal counsel and the courts, which, against a large political majority, prevented the banning of Arab candidates and lists for Knesset … An Arab party joining the coalition immediately puts the accusation of apartheid to ridicule,” wrote Kremnitzer.

      It’s so good to wave the High Court of Justice, which has not prevented a single occupation iniquity, and Mansour Abbas to prove there’s no apartheid. Seventy-four years of statehood without a new Arab city, without an Arab university or a train station in an Arab city are all dwarfed by the great whitewasher of the occupation, the High Court of Justice, and a minor Arab coalition partner, and even that one considered illegitimate.

      The world will continue to hurl the invective, Israel will continue to ignore it. The world will say apartheid, Israel will say antisemitism. But the evidence will keep piling up. What is written in the report does not stem from antisemitism, but will help strengthen it. Israel is the greatest motivator of antisemitic urges in the world today.

    • Israel’s incitement against Amnesty is part of broader delegitimization campaign against human rights defenders
      2022 February 3
      https://euromedmonitor.org/en/article/4884/Israel%27s-Incitement-Against-Amnesty-is-Part-of-Broader-Delegitimiz

      Geneva – The Israeli Ministry of Foreign Affairs has launched an incitement campaign against Amnesty International after the latter released a report on Tuesday concluding that Israel’s discriminatory and exclusionary laws, policies and practices against Palestinians amount to apartheid, Euro-Mediterranean Human Rights Monitor said in a statement.
      (...)
      Amnesty’s conclusion that Israel is an apartheid state is consistent with the conclusions of many human rights organizations including the Geneva-based Euro-Med Monitor, the New York-based Human Rights Watch, and the Israel-based B’Tselem.

      The report is also in line with a report prepared by Euro-Med Monitor’s Chairman of Board of Trustees, Prof. Richard Falk, and the American expert, Virginia Tilley, in March of 2017. The report was prepared at the request of the United Nations Economic and Social Commission for Western Asia (ESCWA). However, under political pressure, the Secretary-General of the United Nations Antonio Guterres instructed the Executive Secretary of ESCWA, Rima Khalaf, to withdraw the report from the website. Khalaf submitted her resignation on March 17 in response, and the report was subsequently withdrawn from the website.

      Amnesty’s report comes a day after Euro-Med Monitor released a report on settler violence during 2021. The Euro-Med Monitor’s report concluded that settler violence is directed and sponsored by the Israeli government, which provides settlers protection during and after their attacks on Palestinians. State-sanctioned Settler violence is yet another clear evidence of the double standards that reflects discrimination and apartheid practiced by Israel in the occupied Palestinian territories.

      Euro-Med Monitor expresses its solidarity with Amnesty, calling on the Israeli authorities to stop intimidating human rights defenders and take immediate measures to protect them and enable them to work easily and without penalties.

      The international community should take urgent measures to ensure the protection of Palestinian civilians from Israeli authorities’ violations and apartheid policies.

    • Israeli Apartheid Unmasked
      PCHR | Date : 2 February 2022
      https://pchrgaza.org/en/israeli-apartheid-unmasked

      The Palestinian Centre for Human Rights welcomes Amnesty International’s report on the Israeli apartheid system against Palestinians, and its conclusion that all Israeli institutions are involved in the apartheid system against Palestinians within Israel, the occupied Palestinian territory, and Palestinian refugees in diaspora. PCHR sees this stance by an international and pioneering organization against the Israeli apartheid against the Palestinian people is an invaluable contribution to the narratives that falls inline with previous reports issued less than a year ago by Human Rights Watch and B’Tselem. This definitely is a doorway leading to new opportunities of international collaboration to dismantle the last outpost of discrimination in the world.

      For more than quarter of a century, Palestinian human rights organizations documented the many facets of the Israeli apartheid system against Palestinians, best captured in the discriminative legal, legislative, political, and administrative foundations and practices that Israel employed to impose a Jewish hegemony over all territories under its control from the Jordan river to the Mediterranean sea. These practices inherently deprive Palestinians of their basic rights, dismantle Palestinian geography, fragment Palestinian society into administrative and political groups under Israeli control, not to mention the systematic usurpation of Palestinians’ natural resources and lands for the benefit of Jewish populations.

      A little over 20 years ago, in parallel with the first United Nations World Conference against Racism that was organized by the United Nations in Durban, South Africa in 2001, Palestinian civil society organizations sounded the alarm against the Israeli apartheid system. A parallel international civil society forum, with the majority of more than 1,300 non-governmental organizations, was held in Durban and released the Durban Declaration, which condemned Israel and its apartheid system against the Palestinian people, associating it with the past apartheid system in South Africa and all discriminative phenomena across the globe.

      Palestinian civil society and human rights organizations paid a hefty price in its struggle to unveil the Israeli apartheid system and its blatant and incessant breaches of international law at the expense of Palestinians. These organizations exerted all efforts to expose the practices by the Israeli apartheid and to end the Israeli impunity by pursuing legal channels to hold those responsible accountable. Over the years, Israel has countered with a relentless war against Palestinian civil society organizations, and human rights defenders to delegitimize them and dry up their sources of funding in its attempt to maintain its apartheid and its entrenched hegemony over the Palestinian people. This is evident in the recent classification of six Palestinian civil society organizations as terrorist organizations in November 2021, including 3 pioneering and internationally renowned human rights organizations.

      Raji Sourani, PCHR’s Director, commented about the Amnesty Report saying,

      “Israel has failed to silence our voices and delegitimize us. What we said more than 20 years ago is now repeated by Amnesty International, Human Rights Watch, and B’Tselem. We do not stand alone anymore, and these international voices echo ours. The Israeli Apartheid’s mask fell off, and a new stage of struggle has started at the international level to take down the apartheid and end all its crimes against the Palestinian civilians.”

    • Point de presse du 1er février 2022 - France-Diplomatie-Ministère des Affaires étrangères
      https://basedoc.diplomatie.gouv.fr/vues/Kiosque/FranceDiplomatie/kiosque.php?fichier=ppfr2022-02-01.html

      2. Rapport d’Amnesty International

      Q - Amnesty International rend public aujourd’hui son rapport intitulé « L’apartheid d’Israël contre les Palestiniens : système cruel de domination et de crime contre l’humanité ». L’ONG estime que ce système d’apartheid est à l’oeuvre depuis 1948. Elle lance donc un appel au Bureau du Procureur de la CPI pour examine l’applicabilité du crime contre l’humanité de l’apartheid dans le cadre de son enquête lancée le 3 mars 2021 sur les crimes commis dans les territoires palestiniens occupés (TPO). Tout en prenant soin d’éviter la comparaison avec l’apartheid d’Afrique du sud, Amnesty pense que « l’Assemblée générale des Nations unies devrait rétablir le Comité spécial contre l’apartheid, qui a été créé à l’origine en novembre 1962, pour se concentrer sur toutes les situations, y compris Israël et les TPO ». Que pensez-vous de ce rapport et surtout, que pensez-vous de ces propositions ? Par ailleurs, le ministre israélien des affaires étrangères, Yaïr Lapid, parle, à propos de ce rapport, « d’antisémitisme ». Pensez-vous également que cela relève de l’antisémitisme ?

      R - Les services du ministère de l’Europe et des affaires étrangères examineront attentivement ce rapport.

      La position de la France sur le conflit israélo-palestinien est connue, constante, et fondée sur le droit international.

      La France continuera d’oeuvrer en faveur d’une solution à deux Etats, qui doit permettre l’établissement d’un Etat palestinien indépendant, démocratique et contigu, vivant aux côtés de l’Etat d’Israël dans la paix et la sécurité, dans le cadre du droit international et des résolutions du Conseil de sécurité.

  • Israël : Bennett, c’est Netanyahou en pire
    27 octobre 2021 Par René Backmann | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/international/271021/israel-bennett-c-est-netanyahou-en-pire?onglet=full

    En désignant six ONG de la société civile palestinienne comme « organisations terroristes », le ministre de la défense israélien confirme que le gouvernement de Naftali Bennett, loin d’incarner le changement annoncé, poursuit et aggrave la politique de Benjamin Netanyahou. (...)

    #Interdiction_associations

    • Point de presse du 26 octobre 2021
      https://basedoc.diplomatie.gouv.fr/vues/Kiosque/FranceDiplomatie/kiosque.php?fichier=ppfr2021-10-26.html#Chapitre2

      2. Israël/Territoires palestiniens (26 octobre 2021)

      La France exprime sa préoccupation après la désignation par les autorités israéliennes de six organisations non gouvernementales palestiniennes humanitaires et de défense des droits de l’Homme comme organisations terroristes.

      La France réaffirme son attachement au rôle indispensable de la société civile dans la vie démocratique. Il est de la responsabilité des Etats de créer et de maintenir un environnement propice à leur travail.

      Nous souhaitons que des clarifications soient apportées par les autorités israéliennes.

      #FranceDiplo

    • Une responsable de l’ONU : la décision d’Israël de classer des institutions d’organisations « terroristes » est une attaque injustifiée contre la société civile palestinienne
      https://french.wafa.ps/Pages/Details/197807

      GENÈVE, le 26 octobre 2021, WAFA – La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet a déclaré que la décision d’Israël de désigner six organisations de la société civile palestinienne comme "organisations terroristes" est une attaque contre les défenseurs des droits humains, contre les libertés d’association, d’opinion et d’expression, et contre le droit à participation, et devrait être immédiatement révoqué.
      "Les organisations concernées font partie des groupes humanitaires et de défense des droits humains les plus réputés dans le territoire palestinien occupé et travaillent en étroite collaboration avec l’ONU depuis des décennies", a fait savoir la Haut-Commissaire des Nations Unies dans un communiqué.
      Les décisions de désignation en vertu de la loi antiterroriste israélienne de 2016 sont fondées sur des raisons extrêmement vagues ou infondées, y compris des activités tout à fait pacifiques et légitimes en matière de droits humains, telles que la fourniture d’une aide juridique aux Palestiniens en détention, l’organisation d’activités pour les femmes en Cisjordanie, et "promouvoir des mesures contre Israël dans l’arène internationale."
      « Revendiquer des droits devant l’ONU ou un autre organisme international n’est pas un acte de terrorisme, défendre les droits des femmes dans le territoire palestinien occupé n’est pas du terrorisme, et fournir une aide juridique aux Palestiniens détenus n’est pas du terrorisme », a souligné Bachelet. (...)

    • Israël qualifie la lutte pour les droits des Palestiniens de « terrorisme » – et inverse ainsi la réalité
      Jonathan Cook – Mardi 26 octobre 2021
      https://www.middleeasteye.net/fr/opinion-fr/israel-ong-palestiniennes-terroristes-cacher-crimes-apartheid-occupat

      En qualifiant des ONG palestiniennes de terroristes, l’objectif pour Israël est de mettre l’Europe dans l’embarras pour qu’elle cesse de financer des organisations qui documentent efficacement les crimes de guerre israéliens, et d’empêcher ainsi tout surveillance étroite

  • Israël va mettre en chantier 1355 nouveaux logements en Cisjordanie
    Publié le : 24/10/2021
    https://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20211024-isra%C3%ABl-va-mettre-en-chantier-1355-nouveaux-logements-en-cisjordani

    Pour la première fois depuis sa création, le gouvernement de Naftali Bennett défie ouvertement les États-Unis en publiant des appels d’offres pour la mise en chantier de 1 355 logements dans des colonies de peuplement en Cisjordanie.

    Avec notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul

    Ces 1 355 nouveaux logements seront construits dans sept colonies de peuplement en Cisjordanie. La ville d’Ariel, l’une des plus grandes de ces colonies, en accueillera à elle seule 729.

    Le ministère israélien de la Construction a également indiqué son intention de doubler la population juive de la vallée du Jourdain avec un projet de mise en vente de 1 500 unités de logement dans ce secteur d’ici à 2026. « Le renforcement de la présence juive en Cisjordanie est essentiel dans la vision sioniste », proclame Zeev Elkin.

    Et ce n’est pas tout. Ce mercredi, la commission de planification du ministère israélien de la Défense devrait donner un feu vert final pour la construction de plus de 3 000 logements en Cisjordanie. (...)

    #colonisation_de_peuplement

  • 3. Israël/Territoires palestiniens - Dégradation de la situation sécuritaire (10 mai 2021)
    https://basedoc.diplomatie.gouv.fr/vues/Kiosque/FranceDiplomatie/kiosque.php?fichier=ppfr2021-05-10.html

    La France exprime une nouvelle fois sa grave préoccupation face aux affrontements et aux violences qui ont lieu depuis plusieurs jours à Jérusalem, qui ont déjà fait plusieurs centaines de blessés et qui font désormais peser le risque d’une escalade de grande ampleur. La France condamne fermement les tirs de roquette depuis la bande de Gaza qui ont visé la nuit dernière le territoire israélien, en violation du droit international.

    La France appelle l’ensemble des acteurs à faire preuve de la plus grande retenue et à s’abstenir de toute provocation pour permettre un retour au calme dans les plus brefs délais. Toutes les actions qui concourent à l’escalade sur le terrain doivent cesser.

    Dans ce contexte, la France est vivement préoccupée par les menaces d’évictions forcées visant des résidents du quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est, qui relèvent de la politique de colonisation, illégale en droit international, et exacerbent les tensions. La France rappelle également son attachement à la préservation du statu quo historique sur l’Esplanade des Mosquées.

    Toutes les déclarations provocatrices et tous les appels à la violence et à la haine sont inacceptables et doivent cesser immédiatement./.

    #FranceDiplo

    • Questions au Gouvernement du 11 mai 2021
      Elsa Faucillon
      @ElsaFaucillon
      https://twitter.com/ElsaFaucillon/status/1392108071455969294

      Monsieur le ministre, les vies palestiniennes comptent. La France cherche une position de soit disant « équilibre » sans condamner la politique de colonisation et d’apartheid. Il n’y aura pas de paix sans justice ! #SaveSheikhJarrah

      ““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““"
      Clémentine Autain
      @Clem_Autain
      https://twitter.com/Clem_Autain/status/1392132807674241029

      "Par votre voix, la France n’est pas en colère, elle n’exige rien, elle exprime sa « préoccupation ». Elle ne trouve pas les mots pour condamner les exactions d’une armée aux ordres d’un gouvernement d’extrême droite qui vise à consolider la domination israélienne."

  • Israel’s ultra-Orthodox are its latest neo-fascist thugs
    Gideon Levy | Apr. 24, 2021 | 11:41 PM - Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/opinion/.premium.HIGHLIGHT-israel-s-ultra-orthodox-are-its-latest-neofascist-thugs-

    The most frightening and depressing thing that happened in Jerusalem recently isn’t the pogroms against the Palestinians. These of course are endlessly frightening and depressing, but most frightening and depressing is something new about the identity of the assailants.

    We already had the Lehava phalanxes, the La Familia militias and the hilltop thugs, and now the ultra-Orthodox have joined in. There’s a new bully in the neighborhood and they’re scarier than all the rest.

    The rioters in shtreimels might sweep Israel to fascist places it hasn’t known before, thanks to their huge electoral potential. The ultra-Orthodox are the reserves of the neo-Nazi movement developing in Israel, and they promise a great future for MKs Bezalel Smotrich and Itamar Ben-Gvir.

    Without the ultra-Orthodox, those two are a mere curiosity. Thanks to the ultra-Orthodox, their party might become the Alternative for Germany or the Sweden Democrats of Israel, yet much more extreme than those two most far-right parties in Western Europe. The brownshirts could change their color to white. This is frightening because the ultra-Orthodox are many, and it’s depressing because there was once a different ultra-Orthodox majority that I once respected and knew, one fallen victim to persecution and ostracism.

    The original sin was the establishment of huge ultra-Orthodox settlements in the 1990s that became the largest settlements in the West Bank, much larger than their ideological predecessors. What began as a low-cost housing solution, free of political beliefs, became extreme nationalism. With terrifying speed, those who until a generation ago were considered non-Zionist or political doves with leaders like Rabbi Elazar Shach and Rabbi Ovadia Yosef became bearers of the flag of Israeli fascism.

    Where are the days when they burned trash bins only because of desecration of the Sabbath, and who would have thought we would miss those days? Where are the rabbis who said “there’s no obstacle to relinquishing parts of the Land of Israel” and “relinquishing [these lands] for peace is not relinquishing,” as Rabbi Shach said.

    The fear came true: The views of the ultra-Orthodox were decided by their place of residence. They proved that it’s impossible to live on stolen Palestinian land without hating its owners. They settled in the Palestinian West Bank and became wonderfully integrated into the apartheid landscape around them. They became haters of Arabs and supporters of the far right. The road from there to participation in pogroms was short.

    In last month’s election they expressed this clearly. The Religious Zionism alliance became the third largest party in their community. In Jerusalem it won 9 percent of the vote and in Betar Ilit 10 percent, six times more than Likud. In Bnei Brak and in Modi’in Ilit, the largest Jewish city in the territories, it’s the third largest party. With reserves like this, one day we’ll have a Kahanist as prime minister; half of Israel already considers Naftali Bennett a legitimate candidate and even longs for him.

    True, only a few hundred ultra-Orthodox took part in the pogroms, but the rabbis did nothing to stop them, maybe because they knew that the genie was out of the bottle. Now the numbers will grow. The young ultra-Orthodox might change the rules of the game.

    The pictures from the past few days in Jerusalem are terrifying. Leave aside “proper” media coverage, which tries to maintain “balance” when on one side is the occupation, which has no balance. Leave aside the shocking pronouncements by the public security minister and the police commanders who condemned only Palestinian violence. This violence is the most justified and restrained act of resistance against injustice and other violence, and it comes as a direct response to the police’s ongoing abuse of the Palestinians in Jerusalem and the pogroms against them by far-right extremists.

    Make no mistake: The mass attacks on Arabs in Jerusalem are the harbingers of Israeli neo-Nazism. Intimidating marches, beatings, arson, looting and calls for death are exactly what neo-Nazism looks like. God save us from its ultra-Orthodox emissaries who have joined the fray.

    #Jerusalem #pogroms

    • The privatization of violence: Right-wing Jerusalem thugs are an arm of the state
      Don’t look at the rioters in Jerusalem as some eccentric Haredi nationalists, a mob unrelated to us, the civilized Israelis
      Amira Hass | Apr. 26, 2021- Haaretz.com
      https://www.haaretz.com/opinion/.premium-the-privatization-of-violence-right-wing-jerusalem-thugs-are-an-ar

      “When you hear the cries ‘May your village burn down,’ does that represent you?” Suleiman Masswadeh, a reporter for the Kan Public Broadcasting Corporation, asked a young woman who participated in the rioting by Lehava – a hard-right, anti-Arab organization – in downtown Jerusalem on Thursday. Sporting a “Kahane was right” sticker on her chest, she replied: “Not in that way. I don’t say that it should burn down, but that you should leave the village and we’ll go live in it.”

      Now that’s an answer that sums up our history in a nutshell: It’s not necessary to burn things down, it’s enough merely to expel the Palestinians and then inhabit their homes.

      The Lehava people are not alone in this battle. Almost at the outset of the holy month of Ramadan on April 12, the Israel Police created a provocation when they blocked the Damascus Gate plaza as a sitting and gathering place for Jerusalem’s young men, with the pathetic excuse of easing access for the masses of worshippers. And yet such a step wasn’t taken prior to the coronavirus period, when the number of worshippers was far greater.

      So why now? Whether the provocation was the result of foolishness, or a deliberate attempt to destroy the atmosphere of togetherness typical of these days of Ramadan – it should be viewed in a more general context, as Yudith Oppenheimer and Aviv Tatarsky of Ir Amim, an NGO that focuses on Israel’s policies in Jerusalem, write on the website Siha Mekomit (Local Call, the Hebrew version of the +972 website): "Those who are following what’s been happening in Jerusalem in the past two years will detect a direct line linking incessant police harassment in [the East Jerusalem neighborhood of] Isawiyah and the events of recent days at the Damascus Gate.

      "What the two have in common is the targeting of an area in which there is active Palestinian life, entering it with large police forces and unrelenting attempts to cause friction during a period whose end is not in sight.”

      “Why did the Israel Police declare a curfew here of all places,” ask Oppenheimer and Tatarsky, and reply: “The implied message is: You want a holiday? Fine, observe it in your own home, behind walls and doors. The holiday lights are on display above Damascus Gate as they are every year, but the city square is empty, battered and bleeding, and the municipality that put up the lights is keeping mum. The police are creating ‘evidence’ by means of ongoing friction with the Palestinian residents. In the end, if not by force then by even more force, the disturbing pictures surface, which in turn justify the additional use of force and the further displacement of Palestinian residents from their public sphere.”

      Just as there is a connection between the police harassment in Isawiyah and at Damascus Gate, there’s a connection between the right-wing spectacles of hatred and high-handedness in downtown Jerusalem and the Old City – and the attacks by the settlers throughout the West Bank (another one was reported at the time this article was being written on Saturday: Israelis leaving the outpost of Havat Ma’on attacked farmers from the village of Al-Tawani who were working their land. According to initial reports, two Palestinians and two activists from the Israeli-Palestinian anti-occupation group Ta’ayush, who escorted them, were wounded.

      Lehava and the impassioned young people who answer its call are among the privatized branches of the government, the Jerusalem Municipality and the police, who implement their policy of making Palestinians disappear from the public sphere – just as the hilltop hooligans are another privatized arm for implementing the government policy of cramming Palestinians into densely populated enclaves and taking over most of the area of the West Bank.

      Land-grabbing right-wing NGOs with a religious and messianic patina, such as Regavim, Amana, Elad, Ateret Cohanim and Ad Kan, are other nongovernment branches, which, with their impressive financial resources, constitute a tailwind for the state’s institutions and their consistent Zionist policy. Their mother ship is the Gush Emunim movement and its incarnation as the Yesha (Judea and Samaria) Regional Council.

      Individual, unbridled and messianic violence – which for decades has been met by one blind eye and one winking eye of the law enforcement authorities – is a vital component of the belligerence of the most Jewish country in the world. In its democratic way (namely, with the support of most of its Jews), this Jewish state is working on the erasure of the Palestinian past, present and future in this land.

      The appetite of those rioters, the ultranationalist right-wing posses in Jerusalem and the South Hebron Hills, increases with every judicial decision that permits the takeover by a right-wing NGO of a Palestinian neighborhood such as Sheikh Jarrah and Silwan, with every uninvestigated attack against a Palestinian farmer on his own land by Israelis who emerge from Havat Ma’on or Yitzhar, with every license allowing the Civil Administration to declare Palestinian land as state land, and to allocate it to a settlement or adjacent outpost.

      “Disappearing” the Palestinians from the public sphere and crowding them into enclaves may turn out to be a preface to another mass expulsion of Palestinians from the country. That crime against humanity was in the past advocated by a religious Jew like Meir Kahane and a secular Jew like Rehavam Ze’evi, and is now being repeated by their successors, the Hardalim (Haredi nationalists) Itamar Ben-Gvir and Bezalel Smotrich, in various guises.

      Don’t look at the rioters in Jerusalem as just some eccentric Hardalim and Haredim, a rabble that is unrelated to us, the civilized Israelis who, with good taste and good manners, ostensibly uphold the rule of law. The rioters are becoming stronger and multiplying, because Israelis who consider themselves “decent” centrists (and support parties including Labor, Kahol Lavan and Yesh Atid) have lived and are living in peace with these despicable acts of Israel’s governments and their privatized and reinforced satellites.

      Perhaps if this country’s friends – Europe and the United States – warn Israel about its policies and impose sanctions against it – the Israeli “center” will wake up and stop being silent, indifferent, remaining on the sidelines or actively supporting that policy.

    • Point de presse du 26 avril 2021 - France-Diplomatie-Ministère des Affaires étrangères
      https://basedoc.diplomatie.gouv.fr/vues/Kiosque/FranceDiplomatie/kiosque.php?fichier=ppfr2021-04-26.html#Chapitre3

      3. Israël/Territoires palestiniens - Dégradation de la situation sécuritaire (26 avril 2021)

      La France est vivement préoccupée par les tensions et les violences des derniers jours à Jérusalem, notamment autour de la vielle ville, ainsi qu’en Cisjordanie. Elle condamne fermement les tirs de roquette depuis la bande de Gaza qui ont visé des zones habitées du territoire israélien en violation du droit international. La France rappelle dans ce contexte son attachement indéfectible à la sécurité d’Israël.

      La France appelle l’ensemble des acteurs à la retenue, à mettre un terme à toutes les violences et à permettre un retour au calme dans l’ensemble des territoires palestiniens. Toutes les actions qui concourent à l’escalade doivent cesser.

      Les violences des derniers jours viennent souligner la nécessité de la relance d’un processus politique crédible, dans le cadre du droit international et sur la base de la solution des deux Etats. La France y est engagée aux côtés de ses partenaires allemand, égyptien et jordanien.

      #FranceDiplo

  • Les Etats-Unis reconnaissent la marocanité du Sahara en échange de relations diplomatiques entre Maroc et Israël
    10 décembre 2020
    https://www.yabiladi.com/articles/details/102824/etats-unis-reconnaissent-marocanite-sahara-echange.html

    Le président américain sortant Donald Trump a annoncé la signature d’un accord entre les Etats-Unis et le Maroc, reconnaissant la souveraineté du royaume sur le Sahara.

    « Aujourd’hui, j’ai signé une proclamation reconnaissant la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental. La proposition d’autonomie sérieuse, crédible et réaliste du Maroc est la SEULE base d’une solution juste et durable pour une paix et une prospérité durables », a-t-il indiqué sur son compte Twitter.

    Today, I signed a proclamation recognizing Moroccan sovereignty over the Western Sahara. Morocco’s serious, credible, and realistic autonomy proposal is the ONLY basis for a just and lasting solution for enduring peace and prosperity !
    — Donald J. Trump (@realDonaldTrump) December 10, 2020

    Le président américain a indiqué, dans un autre tweet, que le Maroc a accepté de normaliser ses relations avec Israël, décrivant une « grande percée pour la paix au Moyen-Orient ».

    Another HISTORIC breakthrough today ! Our two GREAT friends Israel and the Kingdom of Morocco have agreed to full diplomatic relations – a massive breakthrough for peace in the Middle East !
    — Donald J. Trump (@realDonaldTrump) December 10, 2020

    Dans un communiqué confirmant la première annonce, le cabinet royal a indiqué ce jeudi que le roi Mohammed VI s’est entretenue par téléphone avec le président des Etats-Unis d’Amérique. « Lors de cet appel, le président américain a informé Sa Majesté le Roi qu’il a publié un décret présidentiel, avec un effet immédiat, annonçant que les Etats-Unis d’Amérique reconnaissent, pour la première fois de leur histoire, la pleine souveraineté du Royaume du Maroc sur toute la région du Sahara marocain », indique le communiqué relayé par l’agence MAP.

    #IsraelMaroc

    • Exclusive: U.S. nears sale of four sophisticated drones to Morocco - sources
      By Mike Stone, Patricia Zengerle | December 10, 20207:06 PM
      https://www.reuters.com/article/us-usa-morocco-drones-exclusive-idUSKBN28K2R4

      WASHINGTON (Reuters) - The United States is negotiating the sale of at least four sophisticated large aerial drones to Morocco, according to three U.S. sources familiar with the negotiations, and is expected to discuss the deal with members of Congress in the coming days.

      The sources did not indicate whether the deal, which has been in the works for several months, was related to the agreement brokered with U.S. help for Morocco to normalize relations with Israel.

      While the State Department has authorized the sale of the unmanned aerial vehicles, the sources said, it was not known if the U.S. officials have approved exporting the drones with weapons attached, two of the people said.

      The deal must be approved by members of Congress, who may receive notification as soon as Friday, one of the people said. Congress could block a final agreement but that was not expected two of the people said.

      The four MQ-9B SeaGuardian drones made by General Atomics have a range of 6,000 nautical miles (11,100 km) and could survey huge swaths of sea and desert.

      A deal with Morocco would be among the first drone sale after President Donald Trump’s administration moved ahead with its plan to sell more drones to more countries by reinterpreting an international arms control agreement called the Missile Technology Control Regime (MTCR).

      Following the Trump administration’s reinterpretation of the MTCR, U.S. Senators introduced legislation that would block the export, transfer or trade of many advanced drones to countries that are not close U.S. allies. Sales would be allowed to NATO members, Australia, New Zealand, South Korea, Japan and Israel.

      Still, this fall drone sales moved ahead to Taiwan and the United Arab Emirates. The UAE sale drew criticism from some members of the U.S. Senate.

      The U.S. State Department and Morocco’s Washington embassy did not immediately respond to a request for comment.

    • Maroc-Etats-Unis : Contrat de 1MM$ pour 4 drones et des missiles de précision
      Article modifié le 2020/12/12 à 00h21
      https://www.yabiladi.com/articles/details/102919/maroc-etats-unis-contrat-pour-drones-missiles.html

      Comme annoncé jeudi 10 décembre, l’administration Trump a soumis à l’approbation du Congrès un nouveau projet de contrat d’armement au profit du Maroc, d’une valeur d’un milliard de dollars, indique Reuters.

      Les armed commandées par le royaume comprennent quatre drones MQ-9B SeaGuardian, fabriqués par la société privée General Atomics, et des missiles à guidage de précision Hellfire, Paveway et JDAM fabriquées par Lockheed Martin, Raytheon et Boeing, expliquent des sources à la même agence de presse.

      Ce nouveau développement intervient dans le sillage de la reprise des relations diplomatiques entre le Maroc et Israël grâce à une médiation des Etats-Unis.

    • Sahara occidental : « La politique étrangère marocaine n’a jamais été dans le marchandage »
      Publié le : 12/12/2020, Par : Nina Kozlowski
      https://www.rfi.fr/fr/podcasts/invit%C3%A9-afrique/20201212-sahara-occidental-la-politique-%C3%A9trang%C3%A8re-marocaine-n-a-jamais

      Ce 10 décembre, les États-Unis d’Amérique ont acté la reconnaissance de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, tandis que le Maroc a annoncé la reprise de ses relations diplomatiques avec Israël. Deux décisions historiques concomitantes, qui laissent penser à un « deal » entre le Royaume et Donald Trump, au dépend des engagements marocains en faveur de la Palestine. Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères au Maroc, réfute cette idée, il est l’invité de Nina Kozlowski. (...)

    • Déclarations officielles de politique étrangère du 11 décembre 2020
      France-Diplomatie-Ministère des Affaires étrangères
      https://basedoc.diplomatie.gouv.fr/vues/Kiosque/FranceDiplomatie/kiosque.php?fichier=bafr2020-12-11.html

      4 - Maroc-Israël

      Q - Avez-vous une réaction au rétablissement des relations entre le Maroc et Israël ? Ce rétablissement se produit avec l’annonce que les Etats-Unis reconnaissent la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental. Dans quelle mesure cette reconnaissance change la donne dans le conflit sur le Sahara occidental et le rôle des Etats-Unis ? Quelle est la position de la France ? Est-elle modifiée ?

      Deux points : Est-ce que l’annonce de la normalisation entre Royaume du Maroc et l’Etat d’Israël peut avoir un effet sur la politique de l’UE envers le dossier du Sahara occidental ? Et est-ce que ce rapprochement a bénéficié d’une quelconque intercession française ou de la part d’élus français franco-marocains ou franco-israéliens ?

      R - La France se félicite de l’annonce de la reprise des relations diplomatiques entre le Maroc et Israël, qui sont pour elle deux partenaires essentiels. Elle salue, dans ce cadre, le rappel par les autorités marocaines de leur soutien à la solution des deux Etats vivant côte à côte dans la paix et la sécurité, comme de l’importance des négociations entre les parties pour parvenir à une paix durable. Avec ses partenaires, la France est déterminée à contribuer à une reprise du dialogue sur la base du droit international et des paramètres agréés.

      Le conflit au Sahara occidental n’a que trop duré et fait peser un risque permanent de tensions, comme nous l’avons vu récemment à Guerguerate. La France est attachée à la recherche d’une solution politique dans le cadre de la légalité internationale. Elle est, sur cette base, favorable à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable, conformément aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies. Dans cette perspective, elle considère le plan d’autonomie marocain comme une base de discussions sérieuse et crédible./.

      #FranceDiplo

  • Salle de presse - France-Diplomatie-Ministère des Affaires étrangères
    Point de presse du 04 septembre 2020
    https://basedoc.diplomatie.gouv.fr/vues/Kiosque/FranceDiplomatie/kiosque.php?fichier=ppfr2020-09-04.html

    4. Situation de M. Salah Hamouri

    Q - Les autorités israéliennes ont annoncé avoir entamé des démarches pour expulser l’avocat franco-palestinien Salah Hamouri. Quelle est la position de la France ?

    R - Nous avons appris que les autorités israéliennes avaient notifié hier à Salah Hamouri la révocation de son titre de séjour à Jérusalem. Le ministère de l’Europe et des affaires étrangères, à travers le Consulat général de France à Jérusalem et l’Ambassade de France à Tel Aviv, a engagé des démarches pour obtenir des explications sur les motifs de cette décision et son retrait sans délai. Nous maintenons un contact étroit avec Salah Hamouri et son entourage.

    M. Salah Hamouri doit pouvoir mener une vie normale à Jérusalem, où il est né et où il réside. Son épouse et son fils doivent également obtenir le droit de se rendre à Jérusalem pour le retrouver.

    La situation de Salah Hamouri est suivie attentivement et à haut niveau par les autorités françaises./.

    #Francediplo #Salah_Hamouri

  • Salle de presse - France-Diplomatie-Ministère des Affaires étrangères
    Déclarations officielles de politique étrangère du 02 juillet 2020
    https://basedoc.diplomatie.gouv.fr/vues/Kiosque/FranceDiplomatie/kiosque.php?fichier=bafr2020-07-02.html

    2 - Israël - Situation de M. Salah Hamouri (2 juillet 2020)

    Nous avons appris l’arrestation et le placement en détention de notre compatriote M. Salah Hamouri mardi 30 juin à Jérusalem, moins de deux ans après sa remise en liberté à laquelle nous avions beaucoup travaillé.

    La France demande que l’ensemble des droits de M. Salah Hamouri soient respectés. Notre consulat général à Jérusalem veille à ce que notre compatriote puisse pleinement bénéficier de la protection consulaire prévue par la Convention de Vienne de 1963.

    Le ministère de l’Europe et des affaires étrangères et son réseau diplomatique et consulaire s’attachent à obtenir des éclaircissements sur les motifs de son arrestation, maintiennent un contact étroit avec l’entourage de M. Hamouri et sont pleinement mobilisés auprès des autorités israéliennes pour que la situation de M. Hamouri et de son épouse soit réglée au plus vite.

    La situation de M. Hamouri est suivie attentivement et à haut niveau par les autorités françaises.

    #FranceDiplo #Salah_Hamouri

  • Salle de presse - France-Diplomatie-Ministère des Affaires étrangères
    https://basedoc.diplomatie.gouv.fr/vues/Kiosque/FranceDiplomatie/kiosque.php?fichier=ppfr2020-01-09.html

    1. Israël/Territoires palestiniens (9 janvier 2020)

    La France condamne les récentes décisions des autorités israéliennes visant à permettre la construction de 1 936 unités de logements en Cisjordanie.

    Ces décisions s’inscrivent dans un contexte préoccupant d’accélération de la colonisation en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. La colonisation est illégale sous toutes ses formes au regard du droit international, et notamment de la résolution 2334 du Conseil de sécurité des Nations unies. Elle contribue à attiser les tensions sur le terrain et sape les conditions d’une paix juste et durable entre Israéliens et Palestiniens, fondée sur la solution à deux Etats.

    La France appelle les autorités israéliennes à renoncer à ces projets comme à tous ceux qui participent de la remise en cause de la solution des deux Etats.

    #FranceDiplo

  • Salle de presse - France-Diplomatie-Ministère des Affaires étrangères
    Point de presse du 19 novembre 2019
    https://basedoc.diplomatie.gouv.fr/vues/Kiosque/FranceDiplomatie/kiosque.php?fichier=ppfr2019-11-19.html

    3. Israël/Territoires palestiniens - Colonisation

    La politique israélienne de colonisation dans les territoires occupés est illégale au regard du droit international, en particulier le droit international humanitaire, et contrevient aux résolutions du Conseil de sécurité. La colonisation contribue également à attiser les tensions sur le terrain et sape la solution des deux Etats .

    Telle est la position constante de la France. Nous regrettons toute décision susceptible d’encourager la poursuite de la colonisation.

    Q - Quelle est votre réaction suite à la l’annonce des Etats-Unis qui considèrent plus les colonies israéliennes contraires au droit international ?

    R - Je vous renvoie à ma déclaration de ce jour.

    Retour sommaire

    4. Israël - Situation de M. Omar Shakir

    Q - Quelle est votre réaction à l’expulsion du chercheur Israël/Palestine de Human Rights Watch par Israël ?

    R - La France a pris note de la décision de la Cour suprême israélienne du 5 novembre de valider la révocation du permis de travail d’Omar Shakir, directeur de l’ONG Human Rights Watch pour Israël et la Palestine.

    Il est de la responsabilité des Etats de créer et de maintenir un environnement propice au travail et à la sécurité de la société civile, y compris les ONG. Nous marquons cette position avec constance dans nos contacts avec les autorités israéliennes, à titre bilatéral et aux côtés de nos partenaires européens.

    Dans ce cadre, la France appelle les autorités israéliennes à revenir sur leur décision de révoquer le permis de séjour d’Omar Shakir.

    #FranceDiplo

    ““““““““““““““““““““““““““““
    Moyen-Orient
    La politique israélienne de colonisation est contraire au droit international
    Intervention de M. Nicolas de Rivière, représentant permanent de la France auprès des Nations unies
    Conseil de sécurité - 20 novembre 2019
    https://onu.delegfrance.org/La-politique-israelienne-de-colonisation-dans-les-territoires-pales

    • La colonisation israélienne en territoire palestinien reste une violation du droit international (ONU)
      20 novembre 2019
      https://news.un.org/fr/story/2019/11/1056531

      Devant le Conseil de sécurité des Nations Unies, l’envoyé de l’ONU au Moyen-Orient a rappelé mercredi que la colonisation israélienne en territoire palestinien est contraire au droit international.

      « Je saisis cette occasion pour rappeler que nous regrettons l’annonce faite le 18 novembre par les États-Unis qui ne considèrent plus les colonies comme incompatibles avec les conventions internationales », a déclaré le Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, Nickolay Mladenov.

      « La position de l’ONU reste inchangée », a souligné M. Mladenov. « Conformément à la résolution 2334 du Conseil de sécurité des Nations Unies, les activités de peuplement constituent une violation flagrante au regard du droit international et un obstacle majeur à la réalisation de la résolution des deux États et à une paix juste, durable et globale », a-t-il rappelé. (...)

  • Point de presse du 13 novembre 2019
    Salle de presse - France-Diplomatie-Ministère des Affaires étrangères
    https://basedoc.diplomatie.gouv.fr/vues/Kiosque/FranceDiplomatie/kiosque.php?fichier=ppfr2019-11-13.html

    2. Gaza - Tirs de roquettes (13 novembre 2019)

    La France déplore l’escalade en cours à Gaza. Elle condamne les tirs de roquettes qui visent depuis hier des zones habitées du territoire israélien depuis la Bande de Gaza. Elle rappelle que les attaques visant délibérément des civils sont contraires au droit international humanitaire.

    La France rappelle le droit des Israéliens comme des Palestiniens à vivre dans la paix, la dignité et la sécurité et déplore les victimes civiles, de part et d’autre. Elle exprime sa solidarité aux populations touchées.

    La France appelle les parties à la retenue et rappelle les obligations de protection des civils et de respect du droit international humanitaire. Elle soutient les efforts de médiation conduits par le coordonnateur spécial pour le processus de paix, N. Mladenov, ainsi que par l’Egypte.

    La France rappelle qu’il n’y aura de stabilité durable à Gaza sans retour de l’Autorité palestinienne et sans une levée du blocus assortie de garanties de sécurité crédibles pour Israël.

    Q - Comment réagissez-vous aux affrontements entre Israël et le Djihad islamique ?

    R - Je vous renvoie à ma déclaration du jour.

    #FranceDiplo

  • » EU: ALL Israeli Settlement Activity is Illegal Under International Law
    November 5, 2019 9:09 PM – IMEMC News
    https://imemc.org/article/eu-all-israeli-settlement-activity-is-illegal-under-international-law

    The European Union (EU), on Tuesday, denounced Israeli plans to build thousands of new housing units as well as opening settlement roads in the occupied West Bank and stressed that all settlement activities are illegal under international law.

    “In October 2019, Israeli authorities approved the advancement of well over 2,000 housing units in illegal settlements in the occupied West Bank,” said an EU spokesperson in a statement.

    “The European Union’s position on Israeli settlement policy in the occupied Palestinian territory is clear and remains unchanged: all settlement activity is illegal under international law and it erodes the viability of the two-state solution and the prospects for a lasting peace, as reaffirmed by UN Security Council Resolution 2334.”

    The spokesperson also stressed that construction of separate roads for settlers and Palestinians entrenches fragmentation of the West Bank.

    “Israeli authorities also approved a building permit for the construction of a new tunnel road, which bypasses Bethlehem to the west. The progressive construction of a separate road network, connecting settlements and outposts to each other and to the road network in Israel while circumventing Palestinian towns and communities, is entrenching the fragmentation of the West Bank.”

    #n°ième

    • Point de presse du 05 novembre 2019
      https://basedoc.diplomatie.gouv.fr/vues/Kiosque/FranceDiplomatie/kiosque.php?fichier=ppfr2019-11-05.html
      1. Israël - Territoires Palestiniens - Approbation de la construction de 2342 logements en Cisjordanie et de travaux d’infrastructure près de Bethléem (4 novembre 2019)

      La France condamne les récentes décisions des autorités israéliennes visant à permettre la construction de 2342 de logements en Cisjordanie, ainsi que les travaux d’infrastructure à proximité de Bethléem.

      Ces décisions s’inscrivent dans un contexte préoccupant d’accélération de la colonisation en Cisjordanie et à Jérusalem-Est et sapent les conditions d’une paix juste et durable entre Israéliens et Palestiniens, fondée sur la solution à deux Etats.

      La France appelle les autorités israéliennes à renoncer à ces projets comme à tous ceux qui remettraient en cause la solution des deux Etats.

    • For first time, UN body calls on Israel to amend or cancel Jewish Nation-State Law; Adalah to Israeli AG: Oppose law at Supreme Court
      06/11/2019
      https://www.adalah.org/en/content/view/9846

      UN CESCR: Israeli law violates int’l treaty, recommends restoring Arabic’s official status, & details Israeli violations of Bedouin rights; Israel obligated to defend Nation-State Law before UN Commission on Racism next month.

      A United Nations body has – for the first time – called on Israel to amend or cancel its Jewish Nation-State Law in order to comply with an international human rights convention that it ratified in 1991.

      The UN Committee on Economic, Social and Cultural Rights (UN CESCR)’s Concluding observations on the fourth periodic report of Israel, released on 18 October 2019, includes a list of concerns, recommendations, and actions that Israel must take in order to comply with its obligations.

      https://www.adalah.org/uploads/uploads/E_C-12_ISR_CO_4_37524_E%20.pdf

  • Le coup de gueule de Dominique de Villepin contre le plan pour les Proche Orient
    https://rmc.bfmtv.com/mediaplayer/video/le-coup-de-gueule-de-dominique-de-villepin-contre-le-plan-pour-les-proche

    Plan pour le Proche Orient par l’administration Trump : « 50 milliards pour fermer sa gueule et accepter d’être dépouillé de ses droits ? C’est ignoble ! » selon Dominique de Villepin

    • Point de presse du 26 juin 2019
      Salle de presse - France-Diplomatie-Ministère des Affaires étrangères
      https://basedoc.diplomatie.gouv.fr/vues/Kiosque/FranceDiplomatie/kiosque.php?fichier=ppfr2019-06-26.html

      2. Conférence de Manama

      Q - La France est-elle représentée à la réunion de Manama ? Comment évaluez-vous cette initiative américaine ?

      R - La France est représentée à cette conférence par le chef de son service économique à Manama.

      Notre position sur le règlement du conflit israélo-palestinien a été rappelée à de nombreuses reprises et n’a pas varié : nous sommes attachés à un cadre, celui du droit international, en particulier les résolutions du Conseil de sécurité ; à une méthode : la négociation ; à un objectif : deux Etats - Israël et la Palestine - vivant dans la paix et la sécurité au sein de frontières reconnues, avec Jérusalem pour capitale de ces deux Etats.

      Nous sommes prêts à accompagner tout plan économique en faveur des Territoires palestiniens dès lors qu’il intervient de manière complémentaire à des efforts politiques conduits sur la base de ces paramètres internationalement agréés./.

    • La cheffe du FMI estime possible de relancer l’économie palestinienne
      Par AFP — 26 juin 2019
      https://www.liberation.fr/depeches/2019/06/26/la-cheffe-du-fmi-estime-possible-de-relancer-l-economie-palestinienne_173

      La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) Christine Lagarde a estimé possible de relancer l’économie palestinienne, en s’adressant mercredi à la conférence de Bahreïn sur le volet économique d’un plan de paix américain au Proche-Orient.

      Le FMI n’a cessé de mettre en garde contre la détérioration de l’économie palestinienne avec le blocage de recettes fiscales en raison d’une dispute entre l’Autorité palestinienne et Israël et le blocus israélien imposé depuis plus d’une décennie à la bande de Gaza.

      Devant les participants à la conférence, Mme Lagarde a déclaré que l’économie palestinienne risquait de se contracter de 15% et salué le plan présenté par le conseiller de la Maison-Blanche, Jared Kushner, qui se concentre sur la création, pour l’instant encore théorique, d’emplois.

      « Donc, s’il y a un plan économique et s’il y a urgence, il faut s’assurer que l’élan soit maintenu », a-t-elle déclaré lors de la deuxième journée de l’atelier « De la paix à la prospérité ». (...)

    • Trump’s Golan Heights Diplomatic Bombshell Was Bound to Drop. But Why Now?
      Anshel Pfeffer | Mar 21, 2019 9:18 PM
      https://www.haaretz.com/israel-news/elections/.premium-trump-s-golan-heights-diplomatic-bombshell-was-bound-to-drop-but-w?

      Trump couldn’t wait until Netanyahu joined him in Washington on Monday, and his calculated move right before the election could cause Israel damage

      Since no one is any longer even trying to pretend that Donald Trump isn’t intervening in Israel’s elections on Prime Minister Benjamin Netanyahu’s behalf, the only question left to ask following the U.S. president’s announcement on Twitter that “it is time for the United States to fully recognize Israel’s sovereignty over the Golan Heights,” is on the timing.

      Why now? Since Netanyahu is flying to Washington next week anyway, surely it would have made more sense for Trump to make the announcement standing by his side in the White House.

      You don’t need to be a conspiracy theorist to speculate, that given the extremely intimate level of coordination between Trump and Netanyahu’s teams, the timing is no coincidence. For a possible reason why Trump didn’t wait for Netanyahu to arrive in Washington before lobbing his diplomatic bombshell, check out Netanyahu’s pale and worried features at the press conference on Wednesday where he stated that Iran has obtained embarrassing material from Benny Gantz’s phone.

      Netanyahu is petrified that the new revelations on his trading in shares in his cousin’s company, which netted him $4.3 million and may have a connection with the company’s dealings with the German shipyard from which Israel purchases it submarines, could dominate the last stage of the election campaign. That’s why he so blatantly abused his position as the minister in charge of Israel’s intelligence services, to claim he knew what Iran had on Gantz. He desperately needs to grab back the news agenda.

      But the Gantz phone-hacking story, which leaked to the media last Thursday evening, has proven a damp squib. There is no credible evidence, except for the word of a panicking prime minister, that whoever hacked his phone, even assuming it was the Iranians, have anything to blackmail Gantz with. So the next best thing is to get a friend with 59 million followers on Twitter to create a distraction. Conveniently, this happened just before the agenda-setting primetime news shows on Israeli television.

      And how useful that Secretary of State Mike Pompeo is currently in Israel anyway and has just visited the Western Wall, accompanied by Netanyahu – another diplomatic first as previously senior U.S. officials, including Trump during his visit in 2017, refrained from doing so together with Israeli politicians, to avoid the impression that they were prejudging the final status of eastern Jerusalem.

      A recognition of Israeli sovereignty on the Golan is also the perfect political gesture as far as Netanyahu is concerned. The Golan isn’t the West Bank, and certainly not Gaza. There is near-complete consensus among Israelis today that under no circumstances should Israel relinquish its control over the strategic Heights. Certainly not following eight years of war within Syria, during which Iran and Hezbollah have entrenched their presence on Israel’s northern border. Netanyahu’s political rivals have absolutely no choice but to praise Trump for helping the Likud campaign, anything else would be unpatriotic.

      They can’t even point out the basic fact that Trump’s gesture is empty. Just as his recognition of Jerusalem as Israel’s capital was. It won’t change the status of the Golan in international law and with the exception of a few client-states in Latin America, no other country is going to follow suit. It could actually cause Israel diplomatic damage by focusing international attention on the Golan, when there was absolutely no pressure on Israel to end its 51-year presence there anyway. Trump’s tweet does no obligate the next president and a reversal by a future U.S. administration would do more damage to Israel than the good that would come from Trump’s recognition.

      But none of that matters when all Netanyahu is fighting for is his political survival and possibly his very freedom, and he will use every possible advantage he can muster.

      In 1981, Israel passed the Golan Law, unilaterally extending its sovereignty over the Golan. A furious President Ronald Reagan responded by suspending the strategic alliance memorandum that had just been signed between the U.S. and Israel. The no less furious Prime Minister Menachem Begin hit back, shouting at the U.S. Ambassador Sam Lewis, “are we a vassal state? Are we a banana republic? Are we fourteen-year-old boys that have to have our knuckles slapped if we misbehave?”

      In 2019, the U.S. is treating Israel as a vassal state and a banana republic by flagrantly interfering in its election. This time the Israeli prime minister won’t be complaining.

    • Israël demande la reconnaissance de l’annexion du Golan suite à la découverte de pétrole | Jonathan…
      https://seenthis.net/messages/430645

      Israel steps up oil drilling in Golan | The Electronic Intifada
      https://electronicintifada.net/blogs/charlotte-silver/israel-steps-oil-drilling-golan

      The members of the strategic advisory board of Afek’s parent company include Dick Cheney, the former US vice-president, the media tycoon Rupert Murdoch and Larry Summers, the former secretary of the US treasury.

    • Plateau du Golan-Damas condamne les propos « irresponsables » de Trump
      22 mars 2019 Par Agence Reuters
      https://www.mediapart.fr/journal/international/220319/plateau-du-golan-damas-condamne-les-propos-irresponsables-de-trump
      Le gouvernement syrien a condamné vendredi les propos du président américain Donald Trump, lequel a déclaré que l’heure était venue pour les Etats-Unis de reconnaître la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan.

      BEYROUTH (Reuters) - Le gouvernement syrien a condamné vendredi les propos du président américain Donald Trump, lequel a déclaré que l’heure était venue pour les Etats-Unis de reconnaître la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan.

      Dans un communiqué publié par l’agence de presse officielle Sana, une source au ministère syrien des Affaires étrangères estime que la déclaration de Trump illustre le « soutien aveugle des Etats-Unis » à Israël et ajoute que Damas est déterminé à récupérer le plateau du Golan par « tous les moyens possibles ».

      Les déclarations de Donald Trump ne changent rien à « la réalité que le Golan est et restera syrien », ajoute cette source, estimant qu’elles reflètent une violation flagrante de résolutions du Conseil de sécurité de l’Onu.

      A Moscou, également, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, citée par l’agence de presse RIA, a déclaré que tout changement de statut du Golan représenterait une violation flagrante des décisions des Nations unies sur cette question.

    • Point de presse du 22 mars 2019
      https://basedoc.diplomatie.gouv.fr/vues/Kiosque/FranceDiplomatie/kiosque.php?type=ppfr
      1. Golan
      Q - Sur le Golan, le président américain Donald Trump vient d’annoncer que le temps est venu de reconnaître la souveraineté israélienne sur les Hauteurs du Golan, « qui est d’une importance stratégique et sécuritaire décisive pour l’Etat d’Israël et pour la stabilité régionale ». Cette analyse a-t-elle un sens, et une telle reconnaissance, venant après la négation américaine d’une paix négociée concernant le statut de Jérusalem, va-t-elle déclencher une réaction diplomatique française au nom de la seule France, de la France à l’UE, et de la France à l’ONU ?

      R - Le Golan est un territoire occupé par Israël depuis 1967. La France ne reconnaît pas l’annexion israélienne de 1981. Cette situation a été reconnue comme nulle et non avenue par plusieurs résolutions du Conseil de sécurité, en particulier la résolution 497 du Conseil de sécurité des Nations Unies.

      La reconnaissance de la souveraineté israélienne sur le Golan, territoire occupé, serait contraire au droit international, en particulier l’obligation pour les Etats de ne pas reconnaître une situation illégale.

  • Salle de presse - France-Diplomatie-Ministère des Affaires étrangères - Point de presse du 09 novembre 2018
    https://basedoc.diplomatie.gouv.fr/vues/Kiosque/FranceDiplomatie/kiosque.php?type=ppfr#Chapitre3

    3. Territoires palestiniens - Colonisation (7 novembre 2018)

    Le comité de planification et de construction du district de Jérusalem a approuvé le 7 novembre les plans pour la construction de 792 unités de logements dans les colonies de Ramat Shlomo et de Ramot, situées au nord de Jérusalem.

    La France condamne cette nouvelle décision visant à permettre la construction de centaines de nouveaux logements dans les colonies de Jérusalem-Est.

    Ces décisions, ainsi que les démolitions et évacuations qui touchent les populations palestiniennes en zone C, et en particulier dans la zone E1, participent d’une même stratégie qui menace directement la viabilité d’un futur Etat palestinien.

    Nous appelons donc les autorités israéliennes à reconsidérer ces décisions et à abandonner cette stratégie de colonisation afin de préserver la solution des deux Etats avec Jérusalem comme capitale, à laquelle la France réitère son attachement./.

    #Francediplo

  • Palestinian prisoners’ hunger strike in Israeli jails ends - Palestinians - Haaretz
    http://www.haaretz.com/middle-east-news/palestinians/.premium-1.792174

    The hunger strike of Palestinian prisoners in Israeli jails ended after 40 days on Friday night, according to the Israel Prison Service and Palestinian officials.
    The hunger strike ended after Israel reached an agreement with the Palestinian Authority and the Red Cross over prisoners’ visitation rights, according to the prison service. The sides agreed that the prisoners would be eligible for two visits a month, as was in the past before being reduced to one visit a month.
    The strike ended in time for the month-long Muslim fast of Ramadan, which begins on Saturday.
    Despite Public Security Minister Gilad Erdan’s remarks according to which there will be no negotiations and that the prisoners’ demands won’t be met, the strike ended following days of talks that peaked on Friday night. This, while the prison service attempted to reach some understandings over the strike prior to U.S. President Donald Trump’s arrival in Israel earlier this week. The prison service stressed that there were no negotiations with the prisoners, but rather that “understandings” had been reached.

    #Palestine #grèvedelafaim #Israël

  • Liban. Hezbollah (21 mai 2013)

    La Grande Bretagne demande que la branche militaire du Hezbollah soit inscrite sur la liste européenne des organisations terroristes. (1) Bruxelles pourrait examiner cette requête début juin. Londres argue que le Hezbollah est responsable de l’attentat à l’aéroport de Burgas (Bulgarie, 18 juillet 2012) qui a coûté la vie à cinq Israéliens et un Bulgare (juillet 2013) et qu’il a été impliqué dans la préparation d’opérations contre des touristes israéliens à Chypre. Les Etats membres de l’Union européenne – notamment la France et la Suède - ont toujours été réticents à adopter cette mesure avec le souci de préserver le fragile équilibre politique libanais, de continuer à considérer le Hezbollah comme un parti politique et de garder une ligne de communication avec un mouvement qui, par ailleurs, offre de nombreux services sociaux à la population libanaise. Certains s jugent que la distinction entre parti politique et branche militaire du Hezbollah n’est pas pertinente et que le Hezbollah devrait être considéré comme une seule entité (2).

    Le contexte est favorable à l’examen de la demande britannique par les Européens. La participation du Hezbollah libanais aux combats dans la ville de Qoussaïr (Syrie) aux côtés du régime d’Assad ne peut que contrecarrer les objectifs de ceux qui soutiennent l’opposition syrienne. La Grande Bretagne (en 2008) et les Pays Bas sont les deux seuls Etats membres qui ont déjà inscrit le Hezbollah (branche militaire) sur leur liste nationale de personnes et d’organisations terroristes. C’est aussi le cas des Etats Unis. La France (3) et la Suède ont fait savoir qu’elles n’avaient encore rien décidé. L’inscription sur une « liste terroriste » européenne vaut interdiction de toutes opérations bancaires sur le territoire européen (ce qui rend impossible par exemple la collecte de fonds à destination), gel des avoirs, interdiction de circuler, etc. Les sanctions sont modulables. Elles doivent être décidées à l’unanimité des 27.

    Britain asks EU to put Hezbollah armed wing on terror list (21 May 2013)

    (1) http://www.euronews.com/newswires/1963974-uk-asks-eu-to-put-hezbollah-military-wing-on-terror-list-diplomat
    (2) http://www.defenddemocracy.org/media-hit/why-doesnt-europe-think-hezbollah-is-a-terror-group
    (3) http://basedoc.diplomatie.gouv.fr/vues/Kiosque/FranceDiplomatie/kiosque.php?type=ppfr

    • Voir aussi :
      http://seenthis.net/messages/138311

      La seule personne qui a clairement impliqué le Hezbollah en Bulgarie, l’ancien ministre de l’intérieur Tsvetanov, a désormais tellement de casseroles que la piste bulgare me semble sérieusement compromise.

      Cette pression anglaise me semble surtout « favorable » dans le sens où dans quelques semaines, ce sera trop tard…

    • Exact. Londres, et d’autres, jugent que le bon moment est arrivé parce que les arguments bulgare et chypriote fournissent un bon prétexte « européen » pour aller de l’avant. La vraie raison est ailleurs : Qoussaïr et l’avenir de la Syrie.