• Ou alors on peut laisser les riches se palucher sur leurs écrans à XXX euros pendant que 99% des visiteurs se promènent avec un écran normal, dont plus de la moitié sur un écran de téléphone ressemblant à un timbre poste...

    • puisque tu en parles, « adaptive-images » envoie des images adaptées aux mini-écrans et mini-bande passante

    • @bohwaz, les écrans des riches d’aujourd’hui deviendront très prochainement la norme pour tout le monde. Ce genre de posture, je l’ai lue à chaque étape du Web, et à chaque fois ça s’est révélé totalement dépassé quelques années après : quand les écrans sont passés de 800 à 1024, blah blah les pauvres ils n’en auront jamais… quand on est passé du Modem à l’ADSL et l’illimité, blah blah c’est un truc de riche… les ordinateurs portables blah blah… J’ai commencé le Web avec un modem 14.4, un écran bien pourri et bien bombé et des images minuscules en Gif en 216 couleurs. Faire héberger son propre site « dynamique » était une vue de l’esprit, et louer un serveur dédié derrière une connexion haut débit un rêve de taré. Et tout ça coûtait un bras (surtout la connexion internet). À chaque évolution j’ai entendu l’explication selon laquelle le nouveau truc était un machin de privilégiés. Aujourd’hui tu as ton offre triple-play, un ordinateur (possiblement portable) à un prix invraisemblable, ton écran externe carrément offert (changer le câble électrique revient bientôt plus cher qu’acheter un bel écran LCD…). Même l’« internet » était systématiquement présenté comme « un truc de riche occidental » ; jusqu’au jour où on on a découvert que dans les pays du tiers-monde, les gens n’avaient certes pas de connexion ADSL chez eux, mais passaient beaucoup de temps dans les cyber-cafés (avec, du coup, généralement une plutôt bonne connexion et des écrans récents) ; l’image du « truc de riche » en a pris un coup.

      Par ailleurs, les gens que tu voies ici, si tu te souviens bien, participent au développement d’un CMS. C’est-à-dire d’un outil qui vise à simplifier la création de sites pour tout le monde. Donc : toutes ces nouveautés/évolutions, il faut évaluer rapidement comment faciliter leur intégration pour que le webmestre final ne renonce pas à créer un site Web parce que c’est trop compliqué, ou fabrique un site mal fichu avec des images directement au format Raw sorties de son appareil photo (image_reduire sur le texte complet d’un article, mine de rien, ça change tout).

      @fil : à ma connaissance, justement, la question ici ne porte que sur les écrans retina, et pas sur la bande passante. Même problème, en gros, que quand on a commencé à voir des écrans 1024 et en même temps des connexions ADSL. On avait le moyen de détecter facilement la taille de l’écran, mais pas la vitesse de connexion. On a assez souvent (mea culpa) simplifié le problème (comme bohwaz : l’idée du « truc de riche ») en considérant que les gens qui surfaient avec un grand écran avaient aussi certainement une bonne connexion. C’était faux à l’époque, et ça l’est encore plus aujourd’hui (retina signifierait bonne connexion) : justement les écrans haute définition étant pour l’instant avant tout sur des supports mobiles, il y a des chances que la haute définition corresponde à des connexion 3G. Non seulement bande passante pas terrible, mais en plus risque d’exploser le forfait (parce que c’est rarement en illimité actuellement).

      On a plusieurs difficultés, ici :
      – retina, d’accord, mais avec le risque de balancer de gros fichiers systématiquement sur des connexions mobiles médiocres ou pas illimitées ;
      – retina, donc double définition, qui s’ajoute au responsive design (sur un smartphone on a déjà une réduction automatique des grandes images puisque l’écran est plus petit) ; donc risque de balancer des images à quatre fois la définition (au lieu de deux), ce qui devient un peu excessif…

    • Il est clair qu’on va être obligés de se positionner par rapport à cette nouvelle technologie, mais ça laisse des questions : va-t-elle forcément l’emporter et devenir la norme (c’est pas simplement des écrans plus définis les retina, ils obéissent à des logiques très spécifiques) ? S’il faut passer à un moment à des techniques qui prennent en compte ces écrans, quand le faire (pas forcément maintenant ou le nombre d’utilisateurs n’est pas légion…) ? Il me semble qu’il vaut en tout cas mieux pour l’instant éviter de travailler dans cet environnement (déjà qu’on est nombreux à être sur mac) pour les graphistes et intégrateurs…