Macron - Gilets Jaunes : « Éric Drouet est un produit médiatique »

/macron-gilets-jaunes-eric-drouet-est-un

  • Réaction à l’article du Point, pointé ici …https://seenthis.net/messages/756905 par @gjpvernant
    Macron : « Éric Drouet est un produit médiatique » - Le Point
    https://www.lepoint.fr/politique/emmanuel-berretta/macron-gilets-jaunes-eric-drouet-est-un-produit-mediatique-01-02-2019-229061
    … et en particulier, au chapeau de l’article :

    Le président de la République appelle les médias à se ressaisir et décortique l’influence des activistes et des Russes sur la frange radicale des Gilets jaunes.

    Le " plan d’action " délirant de Macron n’est que la mise en musique de l’analyse faite pour la Fondation Jean Jaurès par Roman Bornstein

    Plongée dans les comptes Facebook des "gilets jaunes"
    https://www.nouvelobs.com/politique/20190111.OBS8351/plongee-dans-les-comptes-facebook-des-gilets-jaunes.html

    EXCLUSIF. Pour la Fondation Jean-Jaurès, le journaliste Roman Bornstein s’est plongé à étudier les comptes Facebook de nombreux « gilets jaunes ». Edifiant.

    ou, ici, l’original, découpé en chapitres

    En immersion numérique avec les « Gilets Jaunes »
    https://jean-jaures.org/nos-productions/en-immersion-numerique-avec-les-gilets-jaunes

    Comment une pétition en ligne et un appel Facebook, semblables aux milliers d’autres qui naissent et meurent chaque jour dans l’anonymat des réseaux sociaux et l’indifférence des médias, ont-ils pu aboutir en quelques semaines à la constitution d’un mouvement en fonction duquel l’ensemble des acteurs du jeu démocratique sont désormais contraints de définir leur ligne politique et éditoriale ? Le journaliste Roman Bornstein se livre à une analyse inédite.

    Le texte se focalise sur les outils numériques employés par les " Gilets Jaunes ". En véritable #intellectuel_organique, Roman Bornstein décline, vus du pouvoir, les thèmes " classiques ", sur le nouvel algorithme de FaceBook, les bulles cognitives, puis le rôle des médias traditionnels, rappelant d’ailleurs que si le démarrage du mouvement s’est appuyé sur l’outil FB, le véritable coup d’accélérateur a été donné par le passage de quelques GJ à BFMTV, acquérant à l’occasion un statut de leaders, car visibles. Puis, il remonte leurs affinités avec l’extrême-droite.

    De cette trame découlent la totalité des axes évoqués par E. Macron : contrôle des réseaux et des médias (" hiérarchisation de l’information ",…)

    Cette approche " théorique ", E. Macron et le groupe autour de lui la connaissent sans doute plutôt bien, ayant eux-mêmes utilisé les mêmes ficelles, particulièrement les médias, dans leur raid pour conquérir le pouvoir. Il y a d’ailleurs, un côté " c’est pas du jeu ! " à leurs réactions quand ces mécanismes actionnés par d’autres jouent contre eux. E. Macron, visiblement de plus en plus paniqué, sans prises sur le déroulement de la crise et voyant son pouvoir menacé, y ajoute l’indémodable et centenaire " main de Moscou " actualisée en usine à trolls. Notons que l’argument, le fameux #décorticage (!) se dispense du moindre élément de commencement d’indice et vient quelque peu télescoper celui de " la faute à FB " : à quel moment VVP ou ses sbires ont-ils acquis (ou hacké…) les données de FB ? Dans la même veine, par une (fausse) preuve par association, E. Macron nous ressort la " #russosphère " de l’inénarrable " étude " sur l’affaire Benalla pondue par #EU_Disinfolab (tiens, d’ailleurs, il est où, N. Vanderbielst, dont les mots exacts étaient l’écosystème russophile ?) Il est assez cocasse de voir le président invoquer une " information " parfaitement #bidon au profit de la #hiérarchie_de_la_parole,…

    Dans ce texte (de commande ?) et dans les déclarations de Macron, pas un mot de la multidécennale crise de la représentation, pas une analyse socioéconomique du mouvement (rien sur l’accroissement des inégalités au profit des " #premiers_de_cordée ", rien sur une Europe du capital (ou de la finance) partant à l’assaut de l’Europe du travail,…) Juste une focalisation sur les dynamiques des médias et des réseaux.

    Et pourtant, 4 mois auparavant, cette même Fondation Jean Jaurès sortait un texte, tout aussi repris par l’Obs qu’ils pourraient lire (peut-être, même, relire ? en tous cas en intégrer le sens) :

    Vers un exil fiscal de l’intérieur : comment Macron favorise la " #sécession_des_riches "
    https://www.nouvelobs.com/economie/20180919.OBS2596/vers-un-exil-fiscal-de-l-interieur-comment-macron-favorise-la-secession-d

    Les mesures d’allégement de la fiscalité du capital, entrées en vigueur le 1er janvier dernier, ne sont-elles qu’une gigantesque niche fiscale ? Ces mesures, qui profitent aux 400.000 ménages les plus riches de France, sont la plus forte baisse d’impôts jamais accordée aux « 1% », dénonce ce jeudi 20 septembre une note de la Fondation Jean-Jaurès dont « l’Obs » publie ci-dessous des extraits en exclusivité. Le texte montre comment cette réforme va mécaniquement accentuer la concentration des revenus et des patrimoines aux mains des ménages du haut de l’échelle, pour un impact sur l’investissement et l’emploi plus qu’incertain.

    Dont le chapeau, relu à la lumière des événements ultérieurs, se révèle prémonitoire : la sécession des riches, vue de l’autre bord, est devenue une révolte des pauvres (on en revient à Agrippa Menenius,…, https://seenthis.net/messages/753604) le président Macron ayant réactivé un front de la lutte des classes chère à Warren Buffet.


  • Off : Macron est complètement à la masse.
    https://www.lepoint.fr/politique/emmanuel-berretta/macron-gilets-jaunes-eric-drouet-est-un-produit-mediatique-01-02-2019-229061

    Selon lui, il est évident que les Gilets jaunes radicalisés ont été « conseillés » par l’étranger. « Les structures autoritaires nous regardent en se marrant, ajoute-t-il. Il ne faut pas se tromper. On est d’une naïveté extraordinaire. [...] Le boxeur, la vidéo qu’il fait avant de se rendre, il a été briefé par un avocat d’extrême gauche. Ça se voit ! Le type, il n’a pas les mots d’un Gitan. Il n’a pas les mots d’un boxeur gitan. Nous n’avons pas construit, comme beaucoup de nations autoritaires, les anticorps au système. Donc, nous, on est des pitres ! La communication officielle ou celle de tous les mouvements traditionnels, elle est très peu active, très peu relayée. Les gens qui sont surinvestis sur les réseaux sont les deux extrêmes. Et après, ce sont des gens qui achètent des comptes, qui trollent. C’est Russia Today, Spoutnik, etc. Regardez, à partir de décembre, les mouvements sur Internet, ce n’est plus BFM qui est en tête, c’est Russia Today. »

    • « Si on veut rebâtir les choses dans notre société, on doit accepter qu’il y ait une hiérarchie des paroles, reprend-il […] »
      […]
      « Il doit y avoir une capacité à rehiérarchiser les paroles. Ça, c’est fondamental. »

      On n’est pas sorti·e·s de l’auberge !

    • Parce que, sinon, le complotisme nourrit l’autoritarisme.

      Dit Jupiter en réclamant l’autorité d’être le seul à s’exprime et de choisir qui doit s’exprimé ou comment doivent parler les gitans.

      Mon passage préféré c’est quand il dit ; « Il y a un vrai travail sur ce qu’est la presse, sur ce qu’est la fonction politique, sur ce que sont les syndicats, les partis politiques. » 2 jours après Schiappa chez Hanouna.

      Il y a des trolls de la fachosphère, de la gauchosphère, de la russosphère mais je reconnais qu’illes n’arrivent pas à la cheville des trolls elyséens.

    • Sinon, encore un thème à la noix venu du shithole country : c’est un coup des russes. (La dernière lubie en date : vague de froid aux États-Unis, on est prié d’imaginer si les Russes ou les Chinois décident de pirater le réseau électrique et de couper le chauffage des Américains…).

    • Dans le droit de réponse de sputniknews.com

      En date du 1er février 2019, le magazine Le Point a publié un article contenant les propos du Président de la République française sur la place des médias dans la crise des Gilets jaunes. Comme le note le journaliste Emmanuel Berretta , le Président affleure la question de « la Russie de Poutine, à travers Russia Today ou Sputnik ».

      Concrètement, Emmanuel Macron déclare que « les gens qui sont surinvestis sur les réseaux sont les deux extrêmes. Et après, ce sont des gens qui achètent des comptes, qui trollent. C’est Russia Today, Spoutnik, etc ».

      un droit de réponse légitime et à force de jouer au con, y’en a bien un qui va sortir son Beretta.


      https://encyclopedie-des-armes.com/index.php/armes/pistolets-modernes/185-9-mm-beretta
      #Macron ! 12 balles dans la peau

    • Je rêve de lire l’article qui fera enfin la jonction (sourcée, pas conspi) entre les pays & multinationales qui utilisent les usines à clics / trolls en russie, aux states, en israël, ici aussi, et comment celles-ci sont en train de faire basculer le World Wild Vraie Vie. Parce que Macron a beau jeu de crier aux vilains boots russes, que ce soit lui, Poutine, Trump et cie, tous, et bien d’autres, utilisent allègrement les #algorithmes comme ça leur chante et sont en train de négocier des accords qui avec google, qui avec facebook, etc. Alors c’est mega saoulant de les voir utiliser cet argument en mode conspirationniste seulement quand ça les chante
      #groumph

    • J’ai regardé le docu d’Arte sur le soft power russe et ça mélangeait tout : les médias russes en langues étrangères (genre France 24 en anglais sauf que nous on dit la vérité, pas ce qui nous arrange) et les usines à trolls étaient mises dans le même sac. Ça décrédibilisait complètement l’enquête sur les usines à trolls et les jeux d’influence en dessous de la ceinture, de remettre en cause les procédés d’influence ultra classiques comme les médias d’État internationaux. D’autant qu’ils ne décryptaient pas les biais de RT ou Spoutnik, ne dénonçaient pas un travail d’info frauduleux mais se contentaient de dire que c’est pas du jeu. Résultat : manque de crédibilité et manque de matière sur les médias en question parce qu’il fallait regarder de près leur travail, pas comme ça de manière surplombante.

      Sur le sujet, une copine US me dit que chez elle, dans les médias plutôt de gauche, on pense que les Gilets jaunes ont été téléguidés par les Russes. Je comprends qu’avec l’affaire Trump cette perspective soit flippante mais ce qu’il me semble, c’est que ce mouvement est vite devenu autre chose, une colère légitime, souvent basée sur des analyses simplistes mais sur des valeurs que je partage : démocratie, égalité. Et que c’est le seul obstacle qui s’est dressé devant la fascisation du pays quand Mélenchon reprend les recettes du FN (BBR, République étriquée, propos agressif sous prétexte de parler vrai), quand Macron poursuit dans le mépris et la manip. Si fascisation des Gilets jaunes il y a, c’est le fait des BFM et compagnie qui servent la soupe à ceux d’entre eux qui sont politisés à l’extrême droite. Il y a quelques semaines les intervenant.es d’une émission se fritaient pour savoir si ces modo fascistes de groupes FB avait profité de leur reconnaissance médiatique pour grossir ou s’ils avaient été reconnus médiatiquement parce qu’ayant grossi par reconnaissance de leurs pairs sur FB. La poule ou l’œuf. En tout cas, cette reconnaissance médiatique fait partie du cercle vicieux.

      En nous montrant des GJ fascistes ou en les accusant de ces trucs nauséabonds, ces salauds pensent éteindre une colère correctement exprimée (et au fond très républicaine, qui interroge le pays sur ses valeurs profondes et sa volonté de vivre ensemble - ce qui perso me laisse un peu indifférente mais c’est un moindre mal) et ne laissent comme perspective que la fascisation. Et ça, c’est inquiétant, qu’on ne rende audible que des colères fascistes et qu’on refuse d’entendre les autres.