[UJFP]

/spip.php

  • L’anti-tatarisme des Palestiniens (et des banlieues) n’existe pas - A propos de Miss Provence et de l’antisémitisme (le vrai)
    samedi 26 décembre 2020 par Houria Bouteldja - [UJFP]
    http://www.ujfp.org/spip.php?article8254

    Nous publions ce texte d’Houria Bouteldja, initialement publié sur Mediapart avant d’être dépublié, car il ne respecte pas la Charte de participation [*].

    Nous ne comprenons pas les raisons de ce qui apparaît être une censure. Médiapart a-t-il cédé à la polémique initiée par Gilles Clavreul, ex DILCRAH et grand pourfendeur devant l’Eternel de l’antiracisme politique ? A-t-il feint, comme Clavreul, de ne pas comprendre le propos de HB et de lui faire dire autre chose ?
    La Commission communication externe pour la Coordination de l’UJFP le 26 décembre 2020

    (...)

    ““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““

    Clavreul, Césaire et moi. De l’Innocence des uns et de la Conscience des autres.
    mercredi 30 décembre 2020 par Houria Bouteldja
    http://www.ujfp.org/spip.php?article8260

    Nous publions ce texte d’Houria Bouteldja en réponse aux attaques infâmes dont elle fait l’objet, après la « dépublication » de son article par Médiapart. Cet article en question, L’anti-tatarisme des Palestiniens (et des banlieues) n’existe pas - A propos de Miss Provence et de l’antisémitisme (le vrai) avait été hébergé alors sur notre site.

    La Commission communication externe, pour la Coordination nationale de l’UJFP le 30-12-2020

    (...)

    #antisionisme #antisémitisme #anticolonialisme

  • Covid à Gaza : la situation pourrait devenir hors de contrôle
    Publié le : 24/11/2020
    Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil
    https://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20201124-covid-%C3%A0-gaza-la-situation-pourrait-devenir-hors-de-contr%C3%B4le

    Le ministère de la Santé de la bande de Gaza ne cache plus son inquiétude : le nombre de cas de coronavirus augmente rapidement dans cette enclave palestinienne et le système hospitalier pourrait être rapidement débordé. Pour le moment, certaines procédures médicales non-essentielles ont été reportées. Mais la dégradation de la situation sanitaire se poursuit à un rythme rapide.

    « La situation empire de jour en jour », affirme à RFI un habitant de la bande de Gaza joint par téléphone. Alors que l’enclave palestinienne avait été épargnée par la pandémie jusqu’au mois d’août, elle est désormais touchée de plein fouet. Ces derniers jours, plus de 600 cas ont été recensés quotidiennement sur une population de deux millions d’habitants. Et le taux de tests positifs est très élevé : il est de près de 25%.

    Dans les hôpitaux, la situation est de plus en plus difficile. Le territoire compte aujourd’hui 109 patients en état critique mais jusqu’à récemment, il n’y avait que 100 lits en soins intensifs. Les cliniques de jour ont été fermées pour deux semaines et les opérations chirurgicales non-essentielles reportées. Désormais, la bande de Gaza compte 150 lits en soins intensifs. Mais la rapide propagation des cas pourrait rendre cet effort insuffisant en quelques jours.

    Malgré la situation sanitaire, les autorités du Hamas n’ont pas imposé de restrictions de déplacement. Dans un territoire déjà très pauvre, où près de 50% de la population active est au chômage, elles cherchent à éviter tout nouveau coup porté à l’activité économique. Mais ces derniers jours, deux roquettes ont été tirées vers Israël. Des tirs interprétés comme un message d’alerte : le Hamas veut faire pression pour obtenir de l’aide.

    #GAZA

  • De l’art d’utiliser le fanatisme religieux pour légitimer le racisme d’État lundi 19 octobre 2020 par Coordination nationale de l’UJFP
    http://www.ujfp.org/spip.php?article8120

    L’assassinat atroce d’un enseignant par un jeune fanatique nous émeut et nous bouleverse tous. Les enseignants, en général méprisés par le pouvoir, s’interrogent sur les conditions d’exercice de leur métier et sur la liberté d’enseigner.

    Le jeune terroriste a agi avec les motivations d’un fanatique religieux, qui prétend se revendiquer de l’islam. Il faudra dire un jour les ravages psychologiques qu’auront fait guerres et répressions génocidaires en Tchétchénie.

    Ce crime atroce se double désormais d’une exploitation sans vergogne.

    Autrefois, le pouvoir protestait contre l’idée qu’il y aurait un racisme d’État et niait l’existence d’une islamophobie. À présent, ce même pouvoir veut interdire de lutter contre l’islamophobie, en s’en prenant à des associations musulmanes, dont le CCIF, calomnié, sali, injurié parce qu’il veut faire respecter les droits des citoyens musulmans en France et lutter contre les discriminations.

    Il y a quelque chose de totalitaire dans la nouvelle étape du discours raciste et islamophobe d’État qui vient d’être franchie avec l’introduction frauduleuse dans le débat national du concept du « séparatisme » supposé qu’entretiendraient nos concitoyens de culture musulmane, croyants ou non, avec la Nation. (...)


    • http://www.islamophobie.net/2020/10/19/dissoudre-le-ccif-la-bascule-dun-etat-de-droit-vers-larbitraire
      De CCIF - lundi 19 octobre 2020

      Il y a dix ans, la dissolution du CCIF n’était réclamée que par les groupuscules identitaires de l’ultra-droite, que notre association a plusieurs fois fait condamner pour incitation à la haine et apologie du terrorisme. Parce que le CCIF a choisi le droit, il était alors accusé par ces groupuscules de faire du « djihad judiciaire » ; cela parce qu’il fut insupportable pour eux d’être condamnés par la justice du pays dont ils prétendent entreprendre la Reconquista. A l’époque, l’expression était ridicule.

      Cette accusation de « djihad judiciaire » a aujourd’hui pénétré dans la classe politique qui est au pouvoir, et qui prétendait en 2017, pour se faire élire, être un barrage à l’extrême-droite. La dissolution du CCIF est aujourd’hui réclamée par le ministre de l’intérieur en personne, Gérald Darmanin, au nom du projet de loi contre les « séparatismes », projet que nous avons dénoncé dès février 2020, au moment où ce mot avait été introduit dans le débat public par le président Emmanuel Macron, dans un discours sur la Reconquête républicaine. Nous avons montré comment ce discours guerrier pouvait provoquer ce qu’il prétendait précisément combattre : le repli et le rejet. (...)

  • TRIBUNE - Réaction aux propos de Meyer Habib envers Edgar Morin
    dimanche 19 juillet 2020 - [UJFP]
    http://www.ujfp.org/spip.php?article7976

    Cette tribune nous a été transmise par des élus et citoyens de la 8e circonscription des Français de l’étranger et concerne les propos récents de Meyer Habib envers Edgar Morin.

    Par Lepetitjournal.com International | Publié le 14/07/2020.

    Nous, Français de l’étranger, indignés par les propos outranciers de Meyer Habib à l’égard d’Edgar Morin

    Français d’Italie, d’Israël, de Grèce et de Turquie, nous condamnons fermement la dernière provocation partisane et outrancière de Meyer Habib, député de notre circonscription électorale et notre représentant à l’Assemblée nationale, dénaturant toujours plus le lien démocratique qui unit une communauté de citoyens à son représentant élu. (...)

    Pour visualiser l’audition : http://videos.assemblee-nationale.fr/video.9246235_5ef34cd66ae3b.commission-des-affaires-etran

  • Déclaration de Georges Abdallah lue lors de la manifestation du 27 juin 2020 à Paris, contre l’annexion de la Cisjordanie, contre l’occupation sioniste et en soutien à la résistance du peuple palestinien
    lundi 29 juin 2020 par Georges Abdallah - [UJFP]
    http://www.ujfp.org/spip.php?article7949

    Cher·e·s ami·e·s, Cher·e·s Camarades,

    Dans des conditions particulièrement difficiles, les masses populaires palestiniennes et leurs avant-gardes révolutionnaires se battent sans relâche, depuis la fin des années soixante. L’émergence et l’affirmation de la révolution palestinienne contemporaine, suite à la défaite de la bourgeoisie arabe et ses divers régimes en 1967, ont certes suscité l’enthousiasme des masses populaires et des forces vives dans le monde arabe, surtout dans le Machrek...

    Cependant les réactionnaires de tous bords n’ont jamais voulu, et ne peuvent pas vouloir, cohabiter avec ce foyer révolutionnaire dans cette région et cautionner en quelque sorte une réelle Résistance à l’entité sioniste qui, soi dit en passant, n’est pas simplement un instrument parmi tant d’autres au service de l’impérialisme pour le pillage et la domination de la région. Il est en fait un prolongement organique de l’impérialisme occidental. C’est bien pourquoi la lutte du peuple palestinien assume dans la région une tâche bien plus compliquée que toute autre lutte de libération nationale contre le colonialisme traditionnel. (...)

    #Georges_Abdallah

  • Que sait-on des insultes antisémites entendues lors du rassemblement pour Adama Traoré ?
    Par Anaïs Condomines 14 juin 2020 à 15:59 - Libération
    https://www.liberation.fr/checknews/2020/06/14/que-sait-on-des-insultes-antisemites-entendues-lors-du-rassemblement-pour
    https://medias.liberation.fr/photo/1319085-prodlibe-2020-0821-checknews-antisemite.jpg?modified_at=15

    (...) Dans la vidéo, on entend effectivement, au moins à trois reprises, l’insulte « sale juif ! » sans qu’il soit possible de déterminer précisément la ou les personnes à l’origine de ce cri. De nombreux internautes incriminent l’homme noir portant une casquette, identifiable sur les images, l’objectif du téléphone se tournant régulièrement vers son visage. Mais d’après nos observations, il est uniquement possible de lui attribuer avec certitude les propos suivants : « Descends me voir en tête à tête, descends me voir si t’es un homme. »

    Plus généralement, il est également possible d’entendre, à cet instant, de nombreuses huées et un chant repris en masse par les personnes présentes. A quelques mètres devant, un membre du comité Adama, au micro, scande son slogan habituel « Pas de justice, pas de paix », invitant les manifestants à « faire abstraction », comme le montre la journaliste Sarah Benichou, qui a sous-titré la vidéo après avoir nettoyé la piste de bruits parasites.

    Donc, j’ai sous-titré la fameuse vidéo.
    Point méthodo : J’ai travaillé avec un logiciel de montage son pour nettoyer la piste audio, isoler des voix du brouhaha et bien entendre. Je laisse ici la piste originale, sans aucun modification de fréquence ni nettoyage.
    Mini thread. pic.twitter.com/VXMGBF6gm7
    — Sarah Ben (@sarahbenichou82) June 14, 2020
    https://twitter.com/sarahbenichou82/status/1272128333849989121
    Moins d’une heure après la publication de la vidéo par le compte Twitter de Valeurs actuelles, l’information est reprise par la Préfecture de police de Paris qui, sur les réseaux sociaux, parle alors d’un cri scandé par « les manifestants », généralisant de fait la tenue de ces propos antisémites à toutes les personnes présentes.

    "Sales juifs" scandé par les manifestants. Le préfet de Police signale ces propos antisémites à la justice. pic.twitter.com/3aSaQfmvjK
    — Préfecture de Police (@prefpolice) June 13, 2020

    Or, vérification faite, il apparaît douteux d’affirmer que ces propos ont été massivement relayés par la foule.

    En effet, la vidéo de Valeurs actuelles est mise en ligne à 16h33, soit deux heures exactement après la survenue des événements – la banderole ayant été déployée peu après 14h30. Durant ce laps de temps, aucune mention de l’insulte ne figure sur les réseaux sociaux. Les premières réactions à ces propos apparaissent, d’après nos observations, à partir de 16h54, soit vingt minutes après la publication de la vidéo. (...)

    https://seenthis.net/messages/860635

    • Personne n’a émis l’hypothèse que c’était de la manipulation ? Non seulement parce que c’est absurde dans une manif antiraciste, parce que cela semble absurde de traiter des fachos de sales juifs, mais aussi et peut-être surtout parce que la vidéo a été postée tellement vite sur le site de Valeurs Actuelles après avoir été filmée que ce ne serait pas si inimaginable qu’elle ait été commanditée par celui qui l’a filmée et relayée. Suis-je trop complotiste ?

    • Oui, mais je veux dire encore plus manipulé, c’est à dire que même le cri émanerait d’une personne qui voulait discréditer la manif, au même titre que celui qui tient la caméra... Bon, je délire peut-être, et on ne pourra de toute façon pas le prouver...

    • Bon, alors, je délire avec toi.
      Hypothèse :
      Ils étaient 2 ou 3 et ils pensaient qu’ils pouvaient entraîner les manifestant.e.s à reprendre leur slogan, alors ils auraient filmé les gens qui l’auraient scandé.
      Ça n’a pas marché, ils se sont contenté d’enregistrer leurs propres voix sans montrer leur visage tout de même.

    • Oui, il gueule ça dès qu’il se passe quelque chose. Pas de bol, si ça s’agite, c’est que les identitaires font leur show. V’là que le boute-en-train de la pref a manqué d’à-propos. Et fait un flop. L’autre filme. C’est en boîte !! Ça diffuse, ça relaie. On ne change pas une technique éprouvée. Quand même, c’est à se demander qui a acheté le tissu du calicot.

      #coproduction

    • HONTE AUX DIRIGEANTS DU CRIF !
      mardi 16 juin 2020 par Dominique Vidal
      Dominique Vidal, le 15 juin 2020.
      http://www.ujfp.org/spip.php?article7920

      Hier, tout était confus. Un observateur de bonne foi aurait pu croire que des manifestants samedi, place de la République, avaient crié « Sales Juifs ! ». Vingt-quatre heures plus tard, il s’agit d’un mensonge qui n’a aucune excuse.

      Quiconque veut s’informer sait :

      1) Que cette insulte antisémite a été proférée par UNE ou DEUX personnes sur les DIZAINES DE MILLIERS rassemblées ;

      2) Qu’elle l’a été dans une vidéo relayée par l’hebdomadaire d’extrême droite « Valeurs Actuelles », dont le cameraman a soigneusement évité de nous montrer le visage du ou des deux salopard(s) ;

      3) Que moins d’une heure plus tard, le préfet Didier Lallement publiait un communiqué attribuant ce cri honteux « aux manifestants » ;

      4) Qu’Assa Traore, s’adressant à la foule, a clairement appelé à l’union des chrétiens, des musulmans et des juifs en condamnant toute forme d’antisémitisme.

      Voilà ce que les dirigeants du CRIF savaient lorsqu’ils ont rédigé leur newsletter d’aujourd’hui. Cela ne les a pas empêchés, toute honte bue, de reprendre la version diffamatoire du préfet, en y ajoutant une inacceptable mise en cause de Jean-Luc Mélenchon.

      Il faut le dire clairement : le CRIF a désormais pour fonction de défendre, non plus les intérêts bien compris des Juifs de France, mais uniquement la politique de l"extrême droite israélienne dans sa politique antipalestinienne, mais aussi dans ses alliances avec les leaders populistes, négationnistes, voire antisémites d’Europe centrale. Et pour cause : en France, c’est aussi l’extrême droite qui a fait main basse sur le CRIF.

      Francis Khalifat et son groupe ont à nouveau baissé le masque : ce sont des tricheurs et des menteurs, dont les dérives alimentent, jour après jour, l’antisémitisme.

      “““““““““““““““““““““““““““““
      Lu dans la presse - Publié le 15 Juin 2020
      France - "Sales juifs" entendu à la manifestation contre les violences policières, la justice saisie
      http://www.crif.org/fr/revuedepresse/france-sales-juifs-entendu-la-manifestation-contre-les-violences-policieres-la
      Communiqué du Crif - Le Crif dénonce avec fermeté les cris antisémites proférés lors de la manifestation tenue samedi après-midi
      http://www.crif.org/fr/communiquedepresse/communique-du-crif-le-crif-denonce-avec-fermete-les-cris-antisemites-proferes-
      Lu dans la presse | Publié le 15 Juin 2020
      France - Antisémitisme : "Sales juifs", vous avez dit ?
      http://www.crif.org/fr/revuedepresse/france-antisemitisme-sales-juifs-vous-avez-dit

  • #France : #Castaner redoute une montée du #communautarisme

    Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a déclaré jeudi qu’il redoutait une montée du communautarisme en France à la faveur de l’épidémie de #coronavirus et des mesures de #confinement, susceptibles selon lui de provoquer un #repli_communautaire.

    “Je crains le risque de communautarisme et que le communautarisme puisse se développer”, a-t-il déclaré lors d’une audition en visioconférence devant la mission parlementaire portant sur l’impact, la gestion et les conséquences de l’épidémie de coronavirus.

    “L’organisation du renforcement communautaire dans une période où une société doute est quelque chose à laquelle tous les pays ont pu faire face”, a-t-il ajouté. “C’est un sujet qui peut provoquer du repli sur soi et peut provoquer du repli communautaire, c’est un sujet de #préoccupation que nous suivons et que nous analysons pour nous préparer à la sortie du confinement, le moment venu”.

    Christophe Castaner a également évoqué, sans donner plus de précisions, des “réseaux d’ultra droite et d’ultra gauche”, très actifs “sur les réseaux sociaux” et appelant “à préparer un certain nombre d’actes qu’ils voudraient commettre à la sortie de la période de confinement”.

    https://fr.reuters.com/article/idFRKCN21R1EB


    https://cache.media.eduscol.education.fr/file/Reprise_deconfinement_Mai2020/69/5/Fiche-Replis-communautaires_1280695.pdf
    –-> attention à ne pas critiquer devant vos enfants les « mesures gouvernementales », car ielles peuvent après en parler à l’école et... tac :

    certaines questions et réactions d’élèves peuvent être abruptes et empreintes d’#hostilité et de #défiance : remise en question radicale de notre société et des valeurs républicaines, méfiance envers les discours scientifiques, fronde contre les mesures gouvernementales, etc.

    #risque #repli_communautariste #communautarisme #déconfinement #ultra_droite #ultra_gauche #extrême_droite #extrême_gauche #mesures_gouvernementales #fake-news #école #valeurs_républicaines #idéaux_républicains #France #radicalisation #complotisme #idées_radicales #mots #vocabulaire #terminologie #communauté #universalisme #intégration #cohésion_sociale #lien_social #identité #lien_positif #vigilance #peur #religion #vengeance #apocalypse #antagonismes #confusion #autorité_scientifique #science #signalement #indivisibilité_de_la_République #unicité_du_peuple_français #égalité_hommes_femmes #laïcité #esprit_critique #complotisme #socialisation_positive
    #géographie_culturelle

    ping @cede @karine4

    via @isskein

  • La nouvelle version US sur les colonies israéliennes est conforme à « Vous tuerez »
    Par Gideon Levy. Traduction MDH pour l’UJFP de l’article paru dans Haaretz, le 21 novembre 2019.
    http://www.ujfp.org/spip.php?article7532

    Donald Trump est en train de devenir l’un des plus dangereux ennemis d’Israël ; il fait tout son possible pour le corrompre, en augmenter la pourriture, et le rendre de plus en plus répugnant aux yeux du monde éclairé. Et pour aggraver cette corruption, son Secrétaire d’État vient de retourner les Dix Commandements à l’envers.

    A présent dites : « Vous commettrez des pillages » et bientôt « Vous tuerez ».

    Sans aucune posture morale ni autorité légale – derniers domaines où l’administration Trump est capable de juger- Mike Pompeo vient d’annoncer que les colonies de peuplement en Cisjordanie ne constituent pas une violation du droit international.

    Difficile d’imaginer une plaisanterie plus amère. Aux États Unis une déclaration est actuellement en cours pour statuer que le viol n’est pas contraire à la loi. Cela veut dire que le viol deviendra légal, ou moral ? Certainement pas. Il en va de même pour les colonies.

    Pas un seul juriste international d’envergure ne peut accepter cette déclaration américaine. Pas un seul homme d’état à travers le monde ne peut l’accepter, sauf l’extrême droite en Israël et aux USA. Cette intimité idéologique entre l’administration Trump et Israël n’est qu’une nouvelle infamie. Trump et Pompeo, tout comme la plupart des Israéliens, n’ont pas la moindre idée au sujet des colonies, de la manière dont elles se sont implantées, de leur expansion sauvage, et de leurs objectifs, ils n’ont en tête que la propagande diffusée par les lobbies juifs, israéliens et chrétiens évangéliques. (...)

    • New U.S. stance on Israeli settlements is akin to ‘Thou shalt murder’
      Gideon Levy | Nov. 21, 2019 | 12:34 PM | 7
      https://www.haaretz.com/opinion/.premium-new-u-s-stance-on-israeli-settlements-is-akin-to-thou-shalt-murder

      Donald Trump is turning out to be one of Israel’s most dangerous foes; he’s doing everything possible to corrupt it, deepen its rot and make it increasingly more repugnant in the eyes of the enlightened world. To worsen the corrosion, his secretary of state went so far this week as to turn the Ten Commandments on their head.

      From now on, say “Thou shalt steal,” and soon, “Thou shalt murder.” Absent any moral standing or legal authority – the last areas where the Trump administration can pass judgment – Mike Pompeo announced that the West Bank settlements don’t violate international law.

      One could hardly think of a more bitter joke. A declaration by the United States that rape no longer violates the law is already in the works. Will rape then become legal or moral? Of course not. The same applies to the settlements. (...)

  • À propos de la polémique sur l’étoile jaune à la manifestation contre l’islamophobie - [UJFP]
    http://www.ujfp.org/spip.php?article7493

    Il est souvent très difficile d’accepter que l’on soit privilégié. C’est un fait social historique presque toujours vrai : les privilégiés minimisent voire nient leurs propres privilèges.
    Dans notre société, il existe des privilèges bourgeois, masculins, blancs, hétérosexuels, chrétiens, cisgenres etc.

    #intersectionnalité #racisme #islamophobie

  • Lettre du cinéaste marocain Nadir Bouhmouch aux organisateurs du Festival de film documentaire DocAviv (Tel Aviv) - [UJFP]
    http://www.ujfp.org/spip.php?article7466

    Par Nadir Bouhmouch. Publié le 28 octobre 2019 sur le site TACBI (Tunisian Campaign for the Academic and Cultural Boycott of Israel).

    Aux organisateurs de DocAviv,

    Je tiens à vous remercier pour votre invitation, et pour avoir envisagé de projeter notre film « Amussu » à l’occasion de votre prochaine édition. Cependant, je dois décliner votre invitation à nous voir soumettre notre film.

    En tant que cinéaste, je suis un parmi des centaines d’artistes, d’universitaires et d’intellectuels marocains qui ont signé le manifeste du Boycott Académique et Culturel d’Israël au Maroc (MACBI). Et j’ai soutenu activement l’appel des Palestiniens lancé en 2005, appel au Boycott, au Désinvestissement et aux Sanctions (BDS) contre l’État d’Israël. Mon soutien au BDS et mon adhésion au MACBI font partie d’une obligation morale. Ils résultent de ma conviction politique inébranlable du devoir d’agir directement : contre l’occupation militaire terrifiante de l’État sioniste en Cisjordanie, à Gaza et à Jérusalem-Est ; contre un système raciste d’apartheid qui place les Ashkenazim au sommet, les Juifs Mizrahim et Éthiopiens au centre et les Palestiniens au bas ; contre un processus colonial actif d’expropriation de maisons et de terres ; contre l’exclusion des réfugiés palestiniens de leurs propres terres ; et aussi contre la destruction de la culture palestinienne - y compris les films brûlés lors du bombardement par Israël des archives de la Palestine Film Unit à Beyrouth. (...)

    https://www.youtube.com/watch?v=8RQqrG0tTDc


    #BDS

  • Islamophobie et négationnisme : l’ignoble tour de force d’Éric Zemmour
    dimanche 29 septembre 2019 - [UJFP]
    http://www.ujfp.org/spip.php?article7398

    Tout le gratin des névrosé.e.s du « grand remplacement », de l’« inversion de la colonisation » et de « l’extermination de l’homme blanc hétérosexuel catholique » s’est donné rendez-vous à Paris ce samedi, à l’initiative de Marion Maréchal-Le Pen, organisatrice de la première « Convention de la droite » [*]. Au programme, les obsessions habituelles : immigration, islam et dissolution de l’identité virilo-nationale.

    À l’aise comme un poisson dans les eaux croupies des droites extrêmes, Éric Zemmour, le médiacrate au racisme encore récemment avéré, s’est fendu d’une intervention particulièrement odieuse – et particulièrement applaudie –, dont une petite phrase prononcée sur le ton du bon mot nous a heurté plus encore que toutes les autres : « Le nazisme est parfois un peu raide et intolérant, mais de là à le comparer avec l’islam… ». (...)

  • L’UJFP lance un appel pressant à développer la solidarité avec les agriculteurs de Gaza : Khuza’a saison 4 - [UJFP]
    dimanche 8 septembre 2019 par Coordination nationale de l’UJFP
    http://www.ujfp.org/spip.php?article7367

    Les graines de l’avenir :
    Pour la pépinière des paysans de Khuza’a et Abasan

    Sous la menace des balles,
    sur leurs terres souvent ravagées par les chenilles des bulldozers et les aspersions de défoliants,
    soumis à un blocus interdisant toute exportation et décidant arbitrairement les maigres importations,
    étranglés financièrement pas un système bancaire aussi impitoyable que partout au monde,

    Les paysans de Khuza’a et Abasan proclament :

    « Nous continuerons à cultiver nos terres, maîtres de nos savoirs et de notre travail,
    et pour cela, nous vous demandons votre aide pour échapper au lobby des semenciers et produire nous-mêmes les graines de nos jardins maraîchers. » (...)

    #Gaza

  • Va en paix, Yann Moix, le sionisme pardonne l’antisémitisme ordurier !
    http://www.ujfp.org/spip.php?article7365

    Le moindre dérapage ou la moindre ambiguïté face à l’antisémitisme, le moindre soupçon de complaisance avec l’islamisme radical, la moindre critique des crimes israéliens vous fait écarter rapidement des ondes et des plateaux de télévision. C’est arrivé à des humoristes ou à des journalistes des quartiers populaires ou encore à l’inspecteur du travail Gérard Filoche, le plus souvent injustement. Source : UJFP

  • Du « Falasha » juif éthiopien à l’israélien noir, indésirable : une des trajectoires de l’apartheid israélien
    dimanche 4 août 2019 par Coordination nationale de l’UJFP
    http://www.ujfp.org/spip.php?article7320

    L’un d’ eux vient d’ être tué.

    Ils n’acceptent pas d’être la cible de violences policières érigées en système.
    et nous les comprenons.

    Quoique juif israélien le jeune Solomon Tekah, 19 ans, n’avait pas la bonne couleur de peau.

    Quand l’enquête sur le meurtre est menée, aucun policier n’est jamais inculpé. L’affaire est classée et l’officier toujours acquitté.

    Aucune des promesses du gouvernement à leurs parents et frères aînés pour mettre fin aux discriminations dont ils font l’objet, à la violence policière, au contrôle au faciès, aux meurtres à répétition n’a été tenue.

    Aussi
    De tout le pays les jeunes soldats et lycéens sont descendus dans la rue. Ils sont résolus et ils continueront. Ils sont prêts à ce que cette protestation dure.
    Ils ont peur pour leur avenir, se révoltent contre l’injustice, ils sont dans l’insécurité. Ils espèrent être écoutés et que des « Blancs » se joindront à eux.
    Nous les soutenons. (...)

    https://seenthis.net/messages/790716

  • Georges Ibrahim Abdallah toujours debout. -
    mercredi 31 juillet 2019 par Pierre Stambul [UJFP]
    http://www.ujfp.org/spip.php?article7316

    25 juillet. Je ne suis pas seul à venir à la prison de Lannemezan visiter un prisonnier politique. Plusieurs Basques sont venus en famille (avec les enfants) pour voir leurs proches. Il y a 13 prisonniers politiques basques espagnols dans cette prison, souvent condamnés à de très lourdes peines.

    Georges me tombe dans les bras. Il sera quasiment impossible pendant ces trois heures de discussion intensive de le faire parler de sa situation de prisonnier. Quand je lui demande comment il va, il me demande des nouvelles de Ma santé. Et quand j’évoque l’État libanais qui a demandé sa libération et son extradition par la voix du président Aoun, il me dit doucement : « tu sais, le Liban est un tout petit pays, une sorte de confetti, et les choses importantes ne se décident pas là-bas ». De fait, la visite de l’ambassadeur du Liban en France à Lannemezan aurait dû être, (couplée à une visite de Macron au Liban prévue en mars 2019) le moment de sa libération. Le voyage de Macron a été annulé la veille et reporté sine die.

    Quand je le quitte, aucune tristesse de sa part. Il insiste pour que je prenne sa bouteille d’eau, canicule oblige, et file vers sa cellule.

    35 ans de prison, un scandale absolu.

    Georges ne m’a pas parlé de lui, mais je tiens à faire ce rappel.
    (...)
    Georges est arrêté en 1984 en France pour détention de faux papiers. On lui « collera » sur le dos les deux assassinats et il est condamné à la prison à perpétuité pour « complicité » (!!) en 1987.
    Le directeur de la DST (Direction de la Surveillance du Territoire) de l’époque, Yves Bonnet (qui sera plus tard député de Cherbourg), a reconnu publiquement depuis avoir « fabriqué les preuves » contre Georges.
    Georges est libérable depuis 1999. En 2003, la Cour régionale de Pau autorise sa libération, mais le ministre de la Justice Perben s’y oppose. Georges est accusé d’être un djihadiste alors que c’est un marxiste qui est toujours resté fidèle à ses idéaux. La demande de libération de 2013 échouera sur pression conjointe venue des Etats-Unis (Hillary Clinton) et d’Israël. (...)

    #Georges_Abdallah

    • Lannemezan. Yves Bonnet raconte les dessous de l’affaire Abdallah
      Publié le 07/01/2012
      https://www.ladepeche.fr/article/2012/01/07/1255561-yves-bonnet-raconte-les-dessous-de-l-affaire-abdallah.html

      J’ai un problème de conscience avec cette affaire. La France a trahi la parole donnée et on a voulu faire croire qu’à l’époque, Bonnet avait négocié tout seul. Je trouve cela ignoble car cela revenait à me mettre directement dans le collimateur des FARL. Aujourd’hui, presque 30 ans après les faits, je trouve anormal et scandaleux de maintenir encore Georges Ibrahim Abdallah en prison. Je considère qu’il avait le droit de revendiquer les actes commis par les FARL comme des actes de résistance. Après on peut ne pas être d’accord, c’est un autre débat. Mais il faut se souvenir du contexte, aussi, des massacres de Sabra et Chatilah dont les coupables n’ont jamais été punis. Et aujourd’hui, la France garde cet homme derrière les barreaux alors qu’elle a libéré Maurice Papon ? J’aimerais rappeler aussi qu’on a remis en liberté l’assassin de Chapour Baktiar, qui lui, sur ordre de l’Iran, avait décapité l’ancien Premier ministre au couteau et lui avait coupé les mains. Ce type-là, qui a commis un crime atroce, a été libéré moins de 20 après les faits. Georges Ibrahim Abdallah, lui, est plus mal traité qu’un serial killer alors qu’il a commis des actes politiques.

      #Yves_Bonnet

  • Feu sur la liberté d’expression en Europe
    dimanche 30 juin 2019 par Coordination nationale de l’UJFP
    http://www.ujfp.org/spip.php?article7264

    Il aura fallu que Yossi Bartal, guide au musée juif de Berlin, démissionne pour qu’apparaissent toutes les manœuvres de l’État d’Israël, toutes ses compromissions aussi.

    La démission de Yossi Bartal(1) se produit huit jours après celle du Directeur du musée, Peter Schäfer (2).

    Peter Schäfer avait protesté avec 240 intellectuels juifs (dont Avraham Burg et Eva Illouz) pour s’opposer à une motion du Parlement allemand qui considérait le mouvement BDS comme antisémite. Il a été directement attaqué par l’ambassadeur d’Israël, Jeremy Issacharoff et Josef Schuster, directeur de l’équivalent du Crif allemand qui n’ont pas hésité à utiliser des « fake news » pour le salir.

    L’année dernière déjà le budget d’une exposition consacrée à Jérusalem, montrant aussi son versant palestinien a été divisé par 2 à la suite d’une intervention de Benjamin Netanyahou (qui réclamait l’annulation totale du budget). De son côté, Josef Schuster avait critiqué le fait que la majorité des employés du musée n’étaient pas juifs. Et les détracteurs de la liberté d’esprit du musée sont soutenus par l’ALD, le parti d’extrême droite…

    Un panier de crabe insoupçonné que nous révèle son (ex) guide. (...)

    ““““““““““““““““““““““““““““““““““““““"
    (1) Opinion Why I Resigned From Berlin’s Jewish Museum
    Yossi Bartal - Jun 22, 2019 9:39 AM
    https://www.haaretz.com/opinion/why-i-resigned-from-berlin-s-jewish-museum-1.7398301

    Last Monday, after guiding hundreds of different tour groups from Germany and around the world to various exhibitions, I submitted my resignation as a guide at the Jewish Museum of Berlin in protest against the crass political intervention by the German government and the State of Israel in the work of the museum.

    The shameful firing of Peter Schäfer, among the most important scholars of Judaism in the world, in the wake of an aggressive campaign of “fake news” conducted by the Israeli Ambassador to Germany, Jeremy Issacharoff, and Josef Schuster, president of the Central Council of Jews in Germany, made it clear that the German government is not interested any more in guarding the artistic and academic autonomy of the museum. And I am not interested in working for an institution that relinquishes its independence to serve the political interests of this or that state.

    From the beginning, working as a Jewish guide at a Jewish museum where most of the staff and visitors are not Jews presented personal, political and pedagogical challenges. Thus questions of representation of the other and of speaking in their name have accompanied the work of the museum since its opening in 2003.

    Is it appropriate for a German state museum to be called a Jewish museum at all, or must it be under the complete control of the official Jewish community (that itself only represents part of German Jewry)? Is a Jewish museum, in the absence of a similar institution addressing the Muslim community or other minority groups, responsible for providing space for the perspectives of children of migrants in Germany, many of whom live in neighborhoods nearby, and for conducting Jewish-Muslim dialogue?

    Should the museum function as a forum in which various opinions in the Jewish world can be heard, those touching on Israel as well? The answer of the head of the Jewish community, the Israeli ambassador and right-wing journalists, who for years have been running a toxic and untruthful campaign against museum staff, is an absolute no.

    Thus a significant portion of the criticism of the museum suggests, or even declares openly, that the very fact that many of the staff members of the museum are not Jews negates their right to social activism that is not in keeping with the political preferences of the Jewish community’s representatives. This discourse reached the point of absurdity when Schuster, the leader of a community in which many members are not considered Jewish according to halakha, negated the museum’s right to call itself Jewish.

    But we should not be confused by the legitimate criticism over the lack of Jewish representation in leading positions in Germany, because this criticism is raised only when non-Jews dare, even in the most sensitive way, to criticize policies of the Israeli government, or to come out against anti-Muslim racism. Proof of this may be seen in the Jewish community’s support for the 10 officials who have been nominated to fight anti-Semitism in the country: All 10 are non-Jews, and all 10 support the position that strong criticism of the occupation and of Israel’s religiously discriminatory character should be seen as an expression of anti-Semitism.

    Not surprisingly, the extreme right-wing “Alternative for Germany” is the party that, by way of parliamentary questions, has been leading the campaign against the museum for the last year, as reported sympathetically by the house newspaper of Benjamin Netanyahu. Despite the Israeli Embassy’s contention that it is not in contact with members of the party, its opposition to museum activities is based on a fervent rejection of democratic discourse, and its absolute conflation of the interests of the Israeli government with those of world Jewry. Already in the past year, as part of an exhibition on Jerusalem and its significance to three religions, the museum was forced to cancel a lecture on the status of LGBTQ Palestinians in East Jerusalem because the Israeli ambassador suspected that the speaker, God help us, supports BDS.

    Accusations of anti-Semitism, which carry enormous weight in Germany, lead more and more to censorship and self-censorship. Cultural institutions in Germany, which are supposed to provide a stage for critical positions, are threatened financially and politically if they even dare to host artists and musicians who at any time expressed support for non-violent resistance to the Israeli occupation. This policy of fear-mongering that Miri Regev leads in Israel is imported by supporters of Israel to Germany. Only in Germany, because of its great sensitivity to anti-Semitism and deep identification with Israel in the wake of the Shoah, are there politicians not only on the right but on the left as well who vehemently endorse the silencing of criticism of Israel.

    The extreme right’s ascendance to power in places across the globe is based in great part on the constriction of democratic space and the intimidation and sanctioning of anyone who dares to oppose suppressive nationalist policies. The efforts of the Ministry of Strategic Affairs and the Foreign Ministry, in cooperation with Jewish and right-wing organizations around the world, to defame and slander anyone who refuses to join their campaign of incitement against human rights activists, has now led to the firing of an esteemed scholar, strictly because he chose to defend the rights of Israeli academics to oppose the designation of the BDS movement as an anti-Semitic movement.

    Against this paranoid impulse toward purges, which to a great extent recalls the years of McCarthyism in the United States, one must take a clear public stance. If the firing of Peter Schäfer has a moral, it is that no matter how much approbation a person has received for his opposition to anti-Semitism and support for Israel, opposition to Netanyahu’s anti-democratic policies is enough to turn him into an enemy of the people and the nation.

    If the German and Israeli governments are interested in the Jewish Museum representing only their narrow political interests and denying its staff members freedom of expression, I am not interested in having a part in it. So despite my deep respect for the museum’s staff, I proffered my resignation. I and many other Jews of my generation do not want or need a kashrut certificate from the State of Israel or the heads of the institutional Jewish community, nor, certainly, from the German government. Judaism, as a pluralistic and democratic world culture, will continue to exist after the racist, ultra-nationalist politics that has taken over many communal institutions passes from the world.

    The writer has lived in Berlin for 13 years and works as a tour guide.

    ““““““““““““““““““““““““““““““““
    (2) https://seenthis.net/messages/788398

  • Gaza au-delà de toute limite - [UJFP]
    http://www.ujfp.org/spip.php?article7165

    Ainsi donc la même rengaine est repartie, en boucle dans nos médias et dans les réactions des gouvernements occidentaux, 437 attaques de roquettes sur Israël qui répond en bombardant le territoire. Engrenage de la violence, spirale de la violence, on compte les morts de chaque côté, dans une symétrie parfaite 5 en Israël, 20 à Gaza, et toujours pas de contexte, ni aucune mise en perspective.

  • https://christinedelphy.wordpress.com/2019/02/19/antisemitisme-islamophobie-negrophobie

    On ne peut pas continuer à appeler à faire barrage au Rassemblement National en pratiquant la grille de lecture de l’extrême droite, tenir des propos qui légitiment le racisme que l’on prétend combattre, banaliser la parole islamophobe, critiquer Salvini en refusant de faire accoster l’Aquarius et en organisant la chasse à l’homme noir à nos frontières, déformer la laïcité à des fins d’exclusion, instrumentaliser l’antisémitisme pour stigmatiser les gilets jaunes et faire taire la protestation, accuser d’antisémitisme ceux qui critiquent la politique israélienne à l’encontre les palestiniens, dévoyer les revendications sociales sur le terrain identitaire, être sur le terrain du racisme en essentialisant les roms, les arabes, les musulmans, les noirs, les asiatiques, discourir sur l’égalité républicaine en ignorant les contrôles au faciès, les discriminations racistes à l’emploi et au logement, s’indigner de façon sélective en ignorant que ces dernières semaines et ces derniers mois des tags ont aussi appelé à tuer les arabes, à mettre dehors les nègres, les bicots, les arabes, les bougnoules à mettre l’islam dehors.

    J’ai découvert Christine Delphy il y a un mois lors de toute une série d’émissions d’ A Voix nue sur France Culture ( https://www.franceculture.fr/emissions/a-voix-nue/christine-delphy-15-se-dire-feministe

    ) et franchement j’étais impressionné par la brillance de son intelligence. A propos du débat en cours, je verse sa tribune du côté de l’intelligence.

    Edit, 20 février, cette tribune est de Fabienne Haloui, ce qui est indiqué mais ne m’avait pas sauté aux yeux apparemment. Merci à @aude_v pour la correction.

  • Contre les actes antisémites, contre leur instrumentalisation, pour le combat contre toutes les formes de racisme - [UJFP]
    mardi 19 février 2019
    http://www.ujfp.org/spip.php?article6932
    http://www.ujfp.org/local/cache-vignettes/L457xH265/19fev-040d2.jpg?1550340403

    Nous soussignés associations, partis, syndicats, indépendants, sommes toutes et tous activement impliqués dans la lutte contre le racisme sous toutes ses formes. La lutte contre l’antisémitisme fait partie à part entière de notre combat antiraciste. Nous condamnons fermement les actes antisémites, qui surgissent dans un contexte social et politique particuliers. (...)

    #instrumentalisation