• Sociologues ou gardiens de la doxa ? Qui entache la réputation de notre discipline ? La réponse de Laurent Mucchielli
    https://blogs.mediapart.fr/laurent-mucchielli/blog/220821/sociologues-ou-gardiens-de-la-doxa-qui-entache-la-reputation-de-notr

    Huit sociologues qui n’ont jamais publié le moindre travail empirique sur l’analyse de la crise sanitaire, ni sur la pharmacovigilance, m’injurient par voie de presse, sur le fondement d’un seul argument (je ne comprendrais rien à la causalité) et de sources douteuses. Voici ma réponse.

    Le 19 août 2021, 8 collègues sociologues parisiens ont cru bon de publier dans le journal Le Monde une très courte tribune https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/08/19/vaccination-contre-le-covid-19-la-sociologie-ne-consiste-pas-a-manipuler-des toute entière dirigée contre ma personne, m’insultant, me diffamant et demandant au CNRS de me sanctionner. Il s’agit de Gérald Bronner, Alain Ehrenberg, Jean-Louis Fabiani, Olivier Galland, Nathalie Heinich, Jean-Claude Kaufmann, Pierre-Michel Menger et Dominique Schnapper. On trouvera ici ma réponse qui :

    1) rappelle l’argumentation de nos huit éminents collègues,
    2) montre qu’ils valorisent la censure de Mediapart en ignorant les arguments des journalistes et des intellectuels qui ont republié nos articles,
    3) montre que, en réalité, ils ne m’ont pas lu et ne connaissent manifestement pas grand chose au sujet,
    4) s’interroge sur leurs motivations et leurs présupposés,
    5) défend effectivement une autre conception de la sociologie que la leur.

    L’argumentation des censeurs
    Selon ces 8 éminents collègues, il est heureux que Mediapart m’ait interdit de publier sur les effets indésirables des vaccins anti-covid car je tromperais mes lecteurs en me parant de mon titre professionnel de directeur de recherche au CNRS et ainsi en « présentant comme scientifique » une analyse qui procéderait « au mieux, d’une erreur d’interprétation inadmissible et, au pire, d’une falsification de données » . Et voici leur explication : mon analyse « confond les décès intervenus durant une période consécutive à une vaccination avec ceux causés par la vaccination – une causalité qui, bien sûr, n’a été nullement avérée, et dont la probabilité est infinitésimale » . La conclusion arrive immédiatement : « C’est là un exemple de la confusion classique entre concomitance et causalité. Une faute de raisonnement qui ferait sourire de la part d’étudiants en première année mais qui, commise par un chercheur au CNRS, constitue une démonstration d’incompétence professionnelle » .
    Fichtre ! Une telle agressivité surprend !

    Et ce n’est pas tout. Non content d’être un imbécile, je serais de surcroît un dangereux complotiste. En témoignerait « la multiplication de publications complotistes commises par ce même sociologue depuis le début de la crise épidémique, et que recense avec précision le site Conspiracy Watch - L’observatoire du conspirationnisme, dans un article du 6 août ».

    Tout d’un coup, ce n’est donc plus un article qui est contestable mais tout mon travail depuis un an et demi qui est qualifié de « douteuse production ». Je ne ferais qu’étaler une « position idéologique » qui « n’a rien à voir avec de soi-disant travaux de recherche indigents, voire frauduleux ». Et ils concluent que j’incarnerais une « dérive » qui « entache la réputation de notre discipline » dont eux prétendent défendre « l’honneur » . Rien de moins !

    Ainsi, l’argumentation de nos éminents collègues tient en tout et pour tout dans deux affirmations :
    1) je ne comprends rien à l’imputabilité des effets indésirables des vaccins,
    2) je suis de toutes façons un affreux complotiste, ce mot discréditant à lui seul l’ensemble de mon travail. Et la messe (d’enterrement) serait dite.

    Mediapart est libre d’adopter la doxa, d’autres ne le font pas
    Ces collègues ignorent que je n’ai pas publié un mais deux articles sur le sujet (voir https://altermidi.org/2021/08/06/le-texte-de-laurent-mucchielli-depublier-par-mediapart et https://www.ardeur.net/2021/08/la-dangerosite-des-nouveaux-vaccins-anti-covid-est-un-fait-historique ).
    Le premier (celui « dépublié » par Mediapart – puisque mes critiques n’assument pas le mot « censure ») a été republié notamment sur un site d’information générale (AlterMidi) , créé par des journalistes indépendants qui ont de surcroît motivé leur décision en écrivant fort intelligemment ceci : « Nous ne sommes pas compétents pour établir la vérité, mais nous constatons que toutes les formes de pouvoir s’arment aujourd’hui de la vérité scientifique pour imposer une marche à suivre et que la science produit des vérités en fonction du contexte social. Voilà pourquoi, avec l’aimable autorisation de son auteur, nous prenons le parti de publier ci-dessous le volet refusé en laissant aux lecteurs la liberté de fonder leurs propres opinions ».

    Le second a été publié notamment sur le site de L’ardeur , où l’équipe rédactionnelle (des intellectuels de gauche, militants de l’éducation populaire) a également longuement expliqué http://www.ardeur.net/2021/08/pourquoi-nous-publions-un-article-de-laurent-mucchielli pourquoi elle s’engageait en nous publiant. Nos éminents critiques ne les ayant naturellement pas lus non plus, je leur fais un résumé : « L’argument selon lequel sa légitimité pourrait être mise en question par le fait qu’il intervient aujourd’hui dans le domaine sanitaire, pour lequel ‘il n’a pas de compétence universitaire ou scientifique particulière’, nous semble spécieux et inquiétant. Car c’est à une question bien plus large que le seul aspect sanitaire que nous sommes confrontés. (…)

    Nous entrons aujourd’hui, sous couvert d’un ‘état d’urgence sanitaire’, dans une phase de contrôle total de la population, un nouvel ‘ordre sanitaire’ calqué sur la mise en place de ‘l’ordre sécuritaire’ (…). Après l’instrumentalisation et la stigmatisation du jeune, forcément de banlieue, celle du ‘non-vacciné’. Ainsi que l’ont montré les philosophes Barbara Stiegler et Grégoire Chamayou, les penseurs du néo-libéralisme, de Lippman à Hayek, ont théorisé le principe d’un État fort, policier et carcéral, pour maintenir sous contrôle des populations qui risqueraient de ne pas comprendre ou accepter la condition qui leur est assignée. Nous nous y dirigeons à grands pas et, une nouvelle fois, celle qui se nomme encore la gauche, dans sa quasi-totalité, fait allégeance ». En outre, ils estiment que « L’argumentation de Mediapart est par ailleurs fallacieuse car elle repose sur l’idée que le texte de Laurent Mucchielli diffuserait de ‘fausses informations’ : la rédaction de Mediapart peut contester l’interprétation que le sociologue fait des chiffres qui appuient sa démonstration, il n’empêche que ceux-ci sont officiels (…). Nous savons le pouvoir des mots : étendre la notion de ‘fausses nouvelles’, jusque-là réservée aux faits eux-mêmes, à leur interprétation est porteur des dérives potentielles les plus graves ».
    Et les auteurs de conclure que la censure par Mediapart est « un geste proprement inouï : nous revendiquons de pouvoir lire des analyses critiques de la politique sanitaire dans des médias « de gauche ». Mediapart rejoint dans ce geste de censure Facebook, YouTube et l’ensemble des médias de propagande gouvernementale ».
    On le voit, il est permis de penser autrement que dans le béat conformisme ambiant. Et nous sommes très nombreux dans ce cas.

    A propos de l’innocuité des vaccins anti-Covid
    Même en s’y mettant à huit, mes éminents collègues ne m’ont manifestement pas lu, ce qui certes permet de gagner beaucoup de temps, mais est tout de même un peu gênant lorsque l’on se permet de proférer en public de telles injures.

    Les deux articles sur la pharmacovigilance sont signés par six personnes et non une seule. Les cinq autres auteurs sont deux collègues universitaires en informatique (Emmanuelle Darles) et en mathématique (Vincent Pavan), une biologiste ancienne chercheuse à l’INSERM (Hélène Banoun), un médecin généraliste (Éric Ménat) et un pharmacien hospitalier (Amine Umlil) qui est spécialiste de pharmacovigilance. Mon nom apparaît en premier car je suis le principal rédacteur, mais les cinq autres signatures ne sont pas là pour faire tapisserie. Elles traduisent le fruit du travail d’un petit groupe, comme pour la plupart des articles que j’ai publiés sur la crise sanitaire depuis un an et demi. Mon enquête sur la gestion politico-sanitaire de la crise du Covid a débutée en mars 2020.
    J’ai publié une soixantaine d’articles (que j’appelle les « épisodes » de la série) et une trentaine de collègues universitaires (de toutes disciplines) et de professionnels de santé (ambulatoires ou hospitaliers). Je suis également le rédacteur principal de cinq tribunes collectives, publiées entre septembre 2020 et janvier 2021, qui ont rassemblé à chaque fois entre 200 et 600 signataires, essentiellement des universitaires et des professionnels de la santé, du droit, de l’éducation et de la culture. Tout ceci est indiqué sur la page du site Internet https://www.lames.cnrs.fr/spip.php?article1536 de mon laboratoire sur laquelle il suffit de cliquer. Mais il est évidemment infiniment plus facile de se défouler en quelques lignes et en recopiant des sources de seconde voire de troisième main plutôt que d’étudier un peu sérieusement un dossier qui fait en réalité plusieurs centaines de pages.

    Venons-en à ce défoulement. Mes huit critiques n’ont en tout et pour tout qu’un seul argument intellectuel : je ne comprendrais rien à l’imputabilité des effets indésirables des vaccins, mon raisonnement ne serait donc même pas digne d’un étudiant de première année de sociologie. Tiens donc. Vérifions alors. Relisons ce que nous avons écrit dans ces deux articles qui discutent en réalité à chaque fois la question complexe de l’imputabilité. N’importe quel lecteur honnête peut y constater que nous avançons six arguments que je copie-colle simplement ici :

    1- « Sur tous les sites de pharmacovigilance du monde, on trouve les mêmes précautions d’interprétation indiquant que les déclarations d’effets indésirables imputées à tel ou tel médicament ne sont qu’une présomption de causalité (imputabilité). Cette présomption est cependant considérablement renforcée lorsque les décès surviennent très rapidement après la vaccination, ce qui est le cas comme on le verra avec les données américaines ».

    2- « Il est évident qu’il est très difficile de déterminer la cause exacte d’un effet indésirable grave lorsque le malade présente (ou présentait s’il est décédé) des comorbidités importantes, ou lorsque son dossier médical est insuffisamment connu. Le raisonnement vaut d’ailleurs aussi pour les morts réputés causées par la covid [morts de la covid ou avec la covid ?]. Et c’est aussi pour cette même raison que, quel que soit le médicament concerné (vaccin ou autre), il ne faut jamais l’administrer uniformément mais bien au cas par cas en fonction de l’état de santé général de la personne et des éventuelles spécificités de son histoire médicale ».

    3- « En matière de mortalité, la preuve ultime de l’imputabilité qu’est la répétition du même symptôme à la suite de la même médication ne peut par définition pas être fournie (on ne meurt qu’une fois…) ».

    4- Qu’on le veuille ou non, « il existe des faits (des effets indésirables graves sont constatés dans les heures et les jours qui suivent un acte médical) et il n’est pas possible de s’en débarrasser d’un revers de la main au prétexte que la causalité directe (a fortiori unique) n’est pas établie. C’est un peu comme si on voulait contester l’existence d’un homicide au motif que l’on n’a pas encore trouvé le coupable. Les déclarations de pharmacovigilance relatives aux effets indésirables graves de la vaccination sont là, il faut les interpréter et non tenter de les cacher sous le tapis ».

    5- « On verra que la comparaison avec d’autre médicaments montre qu’il se passe bel et bien quelque chose d’inédit pour ces vaccins génétiques anti-covid ». Car nous avons également prouvé par la comparaison avec d’autres pays et avec les vaccins contre la grippe saisonnière.

    6- « Autre exemple saisissant de parti-pris : à la fin du mois de mars 2020, il avait suffi de 3 cas de décès (liés en réalité à des auto-médications surdosées) remontés par la pharmacovigilance pour déclencher en France une tempête politico-médiatique sur le thème de la dangerosité de l’hydroxychloroquine. En d’autres termes, pour la plupart des journalistes [et de certains sociologues, donc], les statistiques sanitaires sont indiscutables quand elles vont dans le sens de la narration officielle, mais elles deviennent soudainement discutables lorsqu’elles contredisent cette même narration. Cette malhonnêteté intellectuelle devrait sauter aux yeux ».

    J’ai beau réfléchir, je ne vois pas quoi ajouter. En revanche, je serais curieux de connaître les publications scientifiques m’ayant manifestement échappées, qui permettant à mes éminents collègues d’affirmer que la probabilité (que les effets indésirables graves voire mortels déclarés par les médecins à la pharmacovigilance et attribués aux vaccins le soient effectivement) est « infinitésimale » . Cela me rassurerait sur leur « compétence professionnelle ».

    Quand la sociologie de salon perd le contact avec le réel
    Je terminerai par quatre arguments que je crois importants.

    1) Sur la civilité qui fait tellement défaut à ce genre de diatribe
    « Incompétence professionnelle », même pas « le niveau d’un étudiant de première année », grave atteinte à « la réputation de notre discipline », « fraude », « balivernes »… Pourquoi m’insulter, cher(e)s collègues ? Ne savez-vous donc pas parler normalement ? Comme des gens civilisés ? Accessoirement, connaissez-vous mon CV avant de me traîner dans la boue ? Ce langage est effarant, il traduit une grave et révélatrice incapacité à maîtriser ses émotions. On y reviendra.

    Drapés dans leur hautain mépris, mes huit éminents détracteurs ne respectent donc pas les règles déontologiques élémentaires de la disputatio scientifique. Ont-ils pris réellement connaissance de mon travail ? On vient de voir que non. M’ont-ils écrit pour m’interroger sur mon travail ? Jamais. Ont-ils manifesté l’envie de débattre dans un séminaire ou un autre cénacle universitaire quelconque ? Jamais. A l’image des journalistes sans doute trop heureux de les publier (on sait combien j’ai critiqué https://blogs.mediapart.fr/laurent-mucchielli/blog/150721/la-crise-sanitaire-revele-l-inquietant-declin-du-journalisme le traitement de la crise sanitaire par le journal Le Monde notamment, et ce journal s’est bien gardé de me prévenir et de me proposer un droit de réponse), mes collègues pratiquent la tentative d’assassinat à distance. C’est tellement plus confortable. Ce faisant, ils se mettent au niveau de ce qui s’étale tous les jours sur des réseaux sociaux comme Twitter devenus le lieu d’une lutte d’influence sauvage où tous les coups sont permis. Cette façon de faire bafoue les règles les plus élémentaires de la civilité et de la déontologie universitaire.

    2) Sur le « complotisme »
    Mes savants donneurs de leçons pratiquent allègrement le procès d’intention et l’invective gratuite. Me voilà donc « complotiste ». Je me permets de leur conseiller la lecture de mon article du 16 novembre 2020 https://blogs.mediapart.fr/laurent-mucchielli/blog/161120/le-complotisme-pour-les-nuls-l-occasion-d-un-recent-documentaire intitulé « Le complotisme pour les nuls ». Cette expression est devenue à la fois un fourre-tout pour caser toute forme de critique et une sorte de point Godwin qui sert à discréditer globalement une personne pour mieux éviter d’avoir à discuter précisément ses arguments. L’étape suivante consiste à suggérer que la personne a des accointances avec l’extrême droite, quand les prétendus débatteurs n’utilisent pas l’arme ultime consistant à accuser les gens d’antisémitisme (comme certains s’amusent actuellement à le faire sur la page que me consacre le site wikipedia). Tout ceci non seulement n’est pas sérieux, mais est de surcroît insultant et diffamatoire. Le vrai conspirationnisme est une forme de pensée magique visant à expliquer le réel par le jeu de forces occultes cachées. Ceci n’a strictement rien à voir avec l’analyse sociologique que je développe pour analyser la construction de la narration officielle que j’appelle « la doxa du covid » et dont j’analyse les acteurs et les discours dans un autre épisode (central) de la série (21 février 2021) https://blogs.mediapart.fr/laurent-mucchielli/blog/210221/qui-construit-la-doxa-du-covid .

    3) Sur les sources d’information de mes détracteurs
    J’aimerais demander à mes huit savants accusateurs quelles sont leurs sources pour mettre ainsi en cause mon travail. Leur article n’en mentionne que trois, deux sources journalistiques (une dépêche type fact-check de l’ #AFP et la déclaration de la rédaction de Mediapart contre mon article) et un article https://www.conspiracywatch.info/laurent-mucchielli-de-mediapart-a-francesoir.html d’un site Internet intitulé Conspiracy Watch. Ce site m’a en effet consacré tout un article à charge pour m’assimiler en fin de compte à l’extrême droite sous prétexte qu’untel ou untel reprendrait ici ou là tel ou tel de mes propos. De la part d’un site qui a soutenu depuis un an et demi (avec d’autres https://www.leparisien.fr/societe/covid-19-plus-d-un-quart-des-francais-pensent-que-le-coronavirus-a-ete-fa comme Jérôme Fourquet, directeur du pôle opinion et stratégies d’entreprises à l’IFOP) que l’hypothèse de l’accident de laboratoire à Wuhan relevait du complotisme, cela fait sourire (voir notre analyse https://blogs.mediapart.fr/laurent-mucchielli/blog/100521/l-epidemie-de-coronavirus-probablement-pour-origine-un-accident-de-l ). Il s’agit d’un site assurant manifestement avant tout la promotion personnelle de son créateur, un certain Rudy Reichstadt que l’Observatoire du néo-conservatisme présentait en 2013 https://anticons.wordpress.com/2013/09/09/rudy-reichstadt-opportuniste-neo-conservateur comme « un opportuniste de la galaxie néo-conservatrice », un « expert autoproclamé », « proche de BHL », « disciple de Pierre-André Taguieff et très proche de Caroline Fourest », « c’est surtout le jeu des réseaux qui lui a permis d’exister ». Plus récemment, Le Monde Diplomatique a raconté également https://www.monde-diplomatique.fr/mav/158/BREVILLE/58491 comment « il s’impose dans les médias en tant qu’expert ès théories du complot. Il multiplie les entretiens et les tribunes dans Le Monde, Libération, Le Parisien, etc. Quand les universitaires Gérald Bronner et Pierre-André Taguieff ne sont pas libres, c’est lui qu’on invite pour commenter les dernières élucubrations sur tel ou tel attentat ». Pascal Boniface, Frédéric Lordon, Jean Ziegler et bien d’autres ont ainsi eu à subir ses attaques généralement pleines de mauvaise foi et d’amalgames. Chacun jugera si M. Reichstadt est ou non plus crédible que moi en matière de lutte contre l’extrême droite.

    J’en profite pour dire de façon générale que ce chantage permanent à l’extrême droite est non seulement profondément ridicule me concernant (j’ai combattu l’extrême droite toute ma vie, mon dernier livre https://www.fayard.fr/documents-temoignages/la-france-telle-quelle-est-9782213716800 paru en mars 2020 est tout entier dirigé contre cette idéologie) mais aussi et surtout très dangereux sur le double plan intellectuel et politique.

    Il s’agit en réalité de la stratégie du pouvoir exécutif actuel que de se poser pour 2022, comme il l’a déjà fait en 2017, en rempart contre l’extrême droite. Se dire de gauche et reprendre à son compte cette rhétorique revient donc à se tirer une balle dans le pied. De gauche intellectuelle et politique, il n’y en aura bientôt plus du tout si chacun se jette ainsi dans les bras du pouvoir actuel. Que des intellectuels se droitisent en vieillissant n’est hélas pas original. Mais que la direction d’un syndicat comme Sud Éducation (qui titre un communiqué récent https://www.sudeducation.org/communiques/pour-la-vaccination-contre-lextreme-droite « Pour la vaccination, contre l’extrême droite ») ne le comprenne pas est juste atterrant. Et il n’est pas le seul.

    4) Sur la sociologie de salon et « la réputation de notre discipline »
    Résumons : huit sociologues qui n’ont jamais publié le moindre travail empirique sur l’analyse de la crise sanitaire et de sa gestion politique, ni sur la pharmacovigilance, m’injurient et me diffament sur le fondement d’un seul argument (je ne comprends rien à la causalité) et des informations tirées de deux coupures de presse et d’un article d’un site Internet qui ne vaut pas tripette. Oserais-je dire que c’est très faible intellectuellement ? Et que cela ressemble davantage à un règlement de compte qu’à une critique scientifique ?

    Que vous ai-je donc fait de si insupportable, cher(e)s collègues ?

    Certes, bien que n’étant nullement opposé à la vaccination en soi , je critique en revanche ce que j’appelle l’idéologie vaccinale https://wonderfulnews.world/mucchielli qui, comme toute idéologie, divise stupidement le monde en amis en ennemis (pro et anti). Certes encore, je critique ce laisser-passer sanitaire incroyablement discriminatoire https://blogs.mediapart.fr/laurent-mucchielli/blog/170821/le-laisser-passer-sanitaire-un-dispositif-discriminatoire-au-sens-de (principe d’égalité entre les citoyens) en indiquant de surcroît qu’il n’a aucun fondement épidémiologique puisque la vaccination ARNm ne garantit pas de la contamination ni de la transmission du virus (ce qui est juste un fait, que l’on connaît, ou pas).

    Certes enfin, je soutiens que les quatre vaccins ARNm fabriqués en urgence par les industriels pour profiter de l’aubaine financière ont des effets indésirables plus nombreux et plus graves qu’aucun autre vaccin utilisé massivement ces trente dernières années. Et j’en conclus que la moindre des précautions serait donc de réserver ces vaccins aux personnes réellement menacées par les formes graves de Covid et de décréter de toute urgence un moratoire pour toutes les autres catégories de la population, dans l’attente de données et d’analyses plus approfondies. Je l’ai écrit, je le maintiens et je suis prêt à le défendre devant n’importe qui.

    Alors, est-ce un crime, un sacrilège, qui justifie que l’on souhaite me brûler en place publique ? Peut-être après tout, mais dans ce cas ces sociologues me permettront de leur répondre qu’ils ne font à mes yeux qu’incarner les mécanismes de domination idéologique des élites et les pressions de conformité que je mets en lumière dans mon analyse, qu’ils sont ainsi de bons petits soldats de la doxa, et qu’ils rejoignent la liste de ces intellectuels (voire une précédente polémique https://blogs.mediapart.fr/laurent-mucchielli/blog/261020/doxa-anti-raoultiste-et-police-de-la-pensee ) prenant le risque d’être peut-être considérés dans le futur comme ayant été en quelque sorte les idiots utiles d’une vaste opération idéologico-commerciale.

    Mais peut-être aussi y a-t-il autre chose qui permette de comprendre cette haine ? A vrai dire, pour certains, je me doute de la réponse. J’ai déjà eu l’occasion de dire ce que je pensais de la sociologie de salon de l’un d’entre eux (voilà qu’il me fait à mon tour le coup du « danger sociologique » ! https://www.puf.com/content/Le_danger_sociologique ). Certains sont probablement par ailleurs des soutiens politiques de l’actuel président de la République (je remarque que trois d’entre eux https://www.liberation.fr/checknews/2019/03/19/qui-sont-les-intellectuels-qui-ont-refuse-l-invitation-a-debattre-avec-ma étaient au fameux dîner de l’Élysée le 18 mars 2019, y servant de décor ou de caution), ce qui est évidemment leur droit mais n’est pas mon cas. Enfin, j’ai sans doute aussi le malheur de m’inspirer régulièrement de Pierre Bourdieu pour analyser doxas et sociodicées dans cette affaire. Or chacun sait combien au moins quatre autres de mes huit accusateurs ne cessent de régler leurs comptes avec Bourdieu même longtemps après sa mort. Et l’on devinera que je trouve cela pitoyable. Je n’ai pas connu Bourdieu et je ne suis pas de votre génération. Je tente simplement de faire mon métier de sociologue et mon devoir d’intellectuel engagé sur la gestion politico-sanitaire de cette crise, comme je l’avais fait auparavant à plusieurs reprises, par exemple sur les émeutes de 2005 ou sur le mouvement des gilets jaunes de 2018-2019.

    Comme plusieurs d’entre vous, je ne me suis jamais senti cantonné à un micro-domaine de spécialité. Mais je ne pratique pas la sociologie de salon. Au cours de mon enquête en cours, comme déjà dit, j’ai interviewé une cinquantaine de médecins et de chercheurs, publié une soixantaine d’articles et une bonne trentaine de collègues (tous « complotistes » et « incompétents » aussi du coup ?), passé des semaines à analyser des données statistiques. Bref, j’ai beaucoup travaillé sur la gestion politico-sanitaire de cette crise. Pas vous que je sache (mais j’attends avec grand intérêt vos publications sur le sujet). Alors la moindre des honnêtetés intellectuelles et des civilités serait de prendre au sérieux ce travail avant de prétendre porter sur lui un jugement global, a fortiori aussi caricaturalement lapidaire. A vrai dire, j’aimerais beaucoup pouvoir débattre davantage avec des collègues sociologues, dans le cadre d’un séminaire de recherche par exemple.

    Mais là, franchement, avec un langage aussi violent, des sources aussi superficielles et une argumentation aussi faible, croyez-vous être crédibles dans votre prétention à sauvegarder la « réputation de notre discipline » ? Je crains fort, au contraire, que ce genre de règlements de compte ne convainque que celles et ceux qui partagent vos petites émotions hargneuses, et fasse en définitive plus de tort que de bien à notre discipline.

    #sociologue_de_salon : #Gérald_Bronner, #Alain_Ehrenberg, #Jean-Louis_Fabiani, #Olivier_Galland, #Nathalie_Heinich, #Jean-Claude_Kaufmann, #Pierre-Michel_Menger et #Dominique_Schnapper

    #Conspiracy_Watch #agression #complotisme #censure #analyse_critique #politique_sanitaire #médias #conformisme #analyse_sociologique
    la #doxa du #covid #Jérôme_Fourquet #IFOP #Rudy_Reichstadt #Pierre-André_Taguieff #Caroline_Fourest #crise sanitaire #pharmacovigilance #police_de_la_pensée #Bourdieu #sociologie #Laurent_Mucchielli

  • Un député LREM demande la dissolution de la CGT des Bouches-du-Rhône - Ration [Tournure faussement interrogative du titre supprimée, ndc]
    https://www.liberation.fr/checknews/2019/03/29/un-depute-lrem-a-t-il-demande-la-dissolution-de-la-cgt-des-bouches-du-rho

    Mohamed Laqhila, député LREM, a annoncé dans un communiqué vouloir saisir le Premier ministre pour discuter d’une éventuelle dissolution de l’antenne départementale de la CGT, qui avait empêché le 25 mars la tenue d’un meeting LREM.

    #réaction #régime_autoritaire #libertés_publiques

  • Sexisme, violences sexuelles : non, « le Figaro » n’est pas épargné - Libération
    https://www.liberation.fr/checknews/2019/03/12/sexisme-violences-sexuelles-non-le-figaro-n-est-pas-epargne_1714317

    Plusieurs cadres du quotidien conservateur avaient laissé entendre que seuls les médias de gauche étaient concernés par les différentes affaires de harcèlement des femmes dans les rédactions. Notre enquête montre le contraire.

    Bonjour,

    Votre question était la suivante : « Est-il vrai, comme le laisse entendre Guillaume Roquette, directeur de la rédaction du Figaro Magazine, sur Twitter que Libération est le seul média concerné par les questions de harcèlement ou de cyberharcèlement ? Quels autres médias s’interrogent sur ces comportements au sein de leur rédaction ? »

    Vous faites référence à la réaction de plusieurs responsables du Figaro après les révélations de Checknews au sujet de la Ligue du LOL. Ce groupe Facebook privé créé il y a une dizaine d’années regroupait des personnes, très majoritairement des hommes, qui travaillaient pour plusieurs d’entre eux dans des titres de presse dits de gauche comme Libération, Slate ou les Inrocks. À la suite des révélations de CheckNews et des nombreux témoignages de victimes, accusant plusieurs membres de la Ligue du LOL de harcèlement, plusieurs journalistes (dont deux de Libération) ont été licenciés.

    Dans son numéro du mardi 12 février, Libération était revenu à chaud sur cette affaire en titre : « Ligue du LOL : les médias à l’heure des comptes ». En réaction à cette une, plusieurs cadres du Figaro avaient réagi en laissant entendre que le problème du harcèlement des femmes était cantonné à Libération ou à la « presse de gauche ».

    Guillaume Roquette, directeur de la rédaction du Figaro Magazine, a ainsi demandé à Libé de « laver son linge sale en famille » sans « mouiller » les autres médias.

    Judith Waintraub, journaliste au Figaro Magazine, ironisait sur le fait que les médias touchés étaient tous de gauche. Idem pour ses collègues Jean-Christophe Buisson ou Eric Zemmour. D’autant que plusieurs autres affaires ont depuis été mises au jour, avec des licenciements ou suspensions à la clé, dans plusieurs médias dits « progressistes » : le Monde, le Huffington Post, Vice ou les Inrocks par exemple.
    Sexisme à l’ancienne

    Si rien n’est sorti concernant le Figaro, cela ne veut pas dire que le journal est pour autant épargné. C’est ce qui ressort de l’enquête et des entretiens que CheckNews a pu mener avec près de 30 personnes.

    Malgré l’omerta qui règne au sein de la rédaction sur les questions de harcèlement, CheckNews a pu établir l’existence de pratiques sexistes, proches du harcèlement et parfois connues de la direction, du fait d’un groupe restreint d’hommes, qui occupent des positions de pouvoir.

    Selon nos informations, une université dissuade par exemple ses étudiants de postuler dans un service du journal après l’expérience d’une jeune journaliste ayant postulé. Plus récemment, quelques semaines avant les révélations sur la Ligue du LOL, une dizaine de journalistes femmes du quotidien se sont plaintes auprès d’une cheffe de service d’un rédacteur en chef adjoint pour des avances répétées et insistantes faites à des journalistes précaires. Deux témoignages d’agression sexuelle nous ont aussi été rapportés. Dans les deux cas, par peur de représailles professionnelles, les victimes n’ont pas averti la direction, ni porté plainte.
    « Le dimanche, il n’y avait que des femmes : c’était le jour des adjointes »

    Dès les premiers moments de l’enquête, les premières personnes interrogées nous ont prévenus : « Le Figaro c’est une forteresse. Personne ne parle. » Autre difficulté : la réticence politique de certains ou de certaines envers #MeToo, perçu comme un mouvement de « délation organisée ». Mais le plus grand obstacle a été la peur de certaines sources d’être identifiables en interne, y compris quand il s’agit de personnes qui n’y travaillent plus. La quasi-totalité des propos et témoignages rapportés le sont donc de façon anonyme.

    C’est le cas par exemple d’un ancien journaliste et chef au Figaro qui l’assure d’emblée : « C’est une boîte de gens bien élevés. Donc il n’y a pas de Ligue du LOL. Personne ne harcèle publiquement, personne n’insulte. Mais oui, il y a une rédaction machiste. Un machisme ordinaire je dirais. » Il se souvient ainsi d’une époque pas si lointaine où « le comité de rédaction était composé à 99 % d’hommes ». Sauf le dimanche, « où il n’y avait que des femmes : c’était le jour des adjointes ». S’il se félicite qu’il y ait « depuis quelques années une politique volontariste de rattrapage », il reconnaît que la rédaction du Figaro « part de loin ». D’ailleurs, à chaque fois « qu’une femme est nommée » à un poste de responsabilité, « ça fait jaser ».

    Plusieurs journalistes interrogées par CheckNews confirment cette analyse : « Globalement, au Figaro, j’ai plutôt l’impression de travailler avec des gens bien, assure Marie*, une journaliste en poste depuis plusieurs années dans le quotidien. Après, on a nos quelques mecs lubriques bien insistants, bien gênants… » Une autre ajoute : « A ma connaissance il n’y a jamais eu de comportement façon Ligue du LOL. En revanche, un sexisme à l’ancienne chez certains. Pas tous, il y a beaucoup de gens super ! »
    « Le Figaro, c’est Mad Men »

    Pour résumer l’ambiance qui règne au sein de la rédaction, un journaliste a cette formule : « Le Figaro c’est Mad Men : des hommes d’un certain âge qui parlent beaucoup des femmes beaucoup plus jeunes. » Il ajoute : « J’ai assisté à des pauses clopes où c’était une boucherie dès qu’une petite nouvelle arrivait. Ils parlent d’elle comme d’un morceau de viande. C’est des conversations de lycéens, sauf que ces personnes ont 3 enfants. »

    Quelle forme prend, concrètement, ce « sexisme à l’ancienne » ? L’une des journalistes interrogées par CheckNews raconte : « Un jour je propose à un collègue voisin de bureau, un grand reporter, quelqu’un d’important dans le journal, s’il veut que je lui apporte un café. Il me répond "Non, je préférerais que tu me tailles une pipe". Tout le monde a éclaté de rire. Moi j’étais mal, je ne savais plus où me mettre. » Elle se souvient aussi de la « pluie de blagues sexistes » qui s’est abattue sur un service quand « plusieurs femmes sont tombées enceintes au même moment » : « Ça ne s’arrêtait pas sur les hormones, les caprices etc. » Une ancienne stagiaire, restée pendant deux mois boulevard Haussmann, se souvient aussi comment ses collègues masculins du service international lui ont demandé de « faire une danse de pom-pom girl » devant eux.

    Nathalie*, qui a depuis quitté la rédaction, se remémore un cinglant « Elle est pas contente, elle doit avoir ses règles », lancé à une femme, à l’époque cheffe de service. En sortant du comité de rédaction de 10 heures, cette dernière regrettait le peu de place qui lui avait été accordé pour le chemin de fer, se souvient Nathalie, qui avait assisté à la scène : « Elle avait un certain âge, elle était de toute évidence ménopausée. C’était d’une violence terrible, d’autant plus que les hommes, eux aussi chefs de service, qui avaient entendu la réflexion riaient grassement et bruyamment dans la salle. »
    « Un traquenard »

    Au-delà des saillies sexistes, les journalistes interrogés s’accordent à décrire un système bien rodé au Figaro, où une poignée d’hommes, tous en position de pouvoir dans la rédaction, se rapprochent systématiquement des jeunes femmes du journal en situation de précarité dès leur arrivée pour leur proposer des rendez-vous (déjeuners ou dîners). Tous évoquent un groupe restreint d’hommes, bien identifiés. « Il existe un sexisme institutionnalisé au Figaro », détaille un journaliste passé plusieurs années par la rédaction, avec « 3 ou 4 hommes à qui il est impossible de s’en prendre, sous peine de voir sa carrière ruinée ».

    Les personnes qui acceptent d’en parler évoquent une drague « très bourgeoise » et « à l’ancienne ». L’ancien chef interrogé se souvient ainsi de « ces dragueurs lourds, qui portent publiquement leur morale en bandoulière », de ces « pères de famille bien catholiques, qui se montrent bien insistants avec les jeunes femmes ».

    Une journaliste, qui a accepté un de ces rendez-vous, le qualifie en un mot : un « traquenard ». « En quelques minutes, tu comprends pourquoi tu es là. Il m’a parlé de mon style "intrigant, sensuel". Il commentait le physique de mes collègues. Et finit par me proposer de venir boire des verres chez lui », se souvient-elle.

    Les personnes visées évoquent un « malaise » causé par ces comportements « lubriques », « insistants » voire « insupportables ». D’autant plus que les journalistes visées sont majoritairement des stagiaires ou des salariées en contrats précaires, pour qui refuser les avances d’un homme à la position hiérarchique très élevée se révèle très compliqué. Plusieurs expliquent ainsi qu’elles n’auraient eu « aucun problème » à repousser sèchement des avances d’une personne extérieure, mais que la situation était problématique dans le cas de rédacteurs en chef ou de membres de la direction, qui peuvent évidemment peser dans la décision d’octroyer un stage ou de renouveler un CDD.

    « Soit les jeunes femmes ne se rendent pas compte, soit elles ne savent pas vers qui se tourner », regrette Sophie*, journaliste du Figaro qui raconte la difficulté de se saisir de ces sujets en interne. « Quand tu es en stage, ou que tu commences ta carrière, tu ne vas pas saisir les Ressources Humaines. Et ce n’est pas un sujet dont on parle vraiment au Figaro. En tant que femme, on se sent un peu seule face à ces problématiques dans la rédaction. On a peur d’en parler, mais aussi peur de se retrouver face à une personne qui ne comprendrait pas de quoi on parle. »
    Une plainte en interne

    Ces dernières semaines, la situation a toutefois évolué : une dizaine de journalistes de plusieurs services (Madame Figaro, Le Figaro Etudiant, LeFigaro.fr etc.) se sont formellement plaints. En cause, l’insistance d’un rédacteur en chef adjoint à proposer « régulièrement » des rendez-vous avec « les femmes journalistes précaires qui commençaient leur carrière », en stage ou en CDD, selon plusieurs sources internes. Un comportement insistant, comme CheckNews a pu le confirmer en consultant plusieurs mails.

    Début janvier, quelques semaines avant les révélations sur la Ligue du LOL, une journaliste, « mieux placée dans la rédaction » que les personnes visées, est ainsi allée voir une responsable haut placée du journal pour dénoncer ces agissements. Ce que cette dernière nous a confirmé. Ensuite ? Difficile de savoir précisément ce qu’il s’est passé. Le journaliste visé n’a pas donné suite à nos sollicitations. Sa supérieure hiérarchique directe, membre de la direction, se cantonne, elle, à indiquer qu’elle a convoqué tous ses « encadrants » pour leur demander d’être « vigilant » sur ces sujets. À notre connaissance, il n’y a eu dans cette affaire ni enquête interne, ni sanction formelle.
    Des stages déconseillés au Figaro

    Autre conséquence directe de certains comportements : le département journalisme d’une université française dissuade désormais ses étudiantes et étudiants d’envoyer des candidatures de stage à un service prestigieux du Figaro, comme l’ont confirmé à CheckNews plusieurs membres du personnel enseignant. En cause, les remarques sur le physique et les propositions déplacées du chef du service en question, lors d’un entretien avec une jeune journaliste il y a un peu plus d’un an. Cette dernière était venue voir une de ses responsables pédagogiques « en larmes, en tremblant, totalement bouleversée ».

    « C’était l’un de ses premiers contacts avec le monde professionnel, ça devait être l’une de ses premières expériences, raconte une de ses enseignantes. Elle pensait qu’elle allait pouvoir parler de ses capacités professionnelles… Nous nous sommes retrouvées un peu démunies d’autant plus qu’elle ne voulait pas entamer de procédure plus formelle, tout simplement parce qu’elle avait peur, ce qui était tout à fait compréhensible. »

    Des témoignages et des échanges de mails que CheckNews a pu consulter indiquent que ce même journaliste, à la position hiérarchique très importante, fait partie des journalistes qui se rapprochent systématiquement des jeunes journalistes femmes pour leur proposer des rendez-vous.
    « On n’a pas fait ce qu’il fallait. »

    Parmi les faits rapportés les plus graves figurent également deux cas qui relèvent de l’agression sexuelle.

    Patrick Bele, représentant syndical SNJ au Figaro, contacté par CheckNews, raconte : « Il y a quatre ans, un chef de service a essayé d’embrasser une stagiaire, dans l’ascenseur, sans son consentement. Je l’ai croisée dans le couloir, à la sortie de l’ascenseur. Elle n’était pas bien. Elle a refusé de se plaindre auprès de la direction. C’est souvent le cas au Figaro : face à des gens qui sont dans une position hiérarchique élevée, ou qui sont connus, une stagiaire se dit qu’elle peut mettre en péril sa carrière. C’est pour ça que les plaintes ne remontent pas. La personne harcelée est partie à l’issue de son stage. On n’a pas fait ce qu’il fallait. »

    Une autre journaliste, Marine*, elle en CDI au moment des faits, et toujours en poste, raconte une expérience similaire avec un autre haut responsable du journal, lui aussi toujours en poste : « C’était il y a quelques années, dans un ascenseur. Il m’a dit que mon rouge à lèvres l’excitait, et il m’a collé contre la paroi de l’ascenseur, en essayant de m’embrasser de force. Je l’ai violemment repoussé. Je n’ai pas porté plainte, et je n’ai pas averti la direction à cause du climat sexiste qui règne au Figaro : j’aurais fini par être sanctionnée, d’une façon ou d’une autre. Cet homme est intouchable. »
    « On ne va pas s’arrêter au tweet de Roquette »

    Contacté par CheckNews, le directeur des rédactions, Alexis Brézet, assure qu’aucun cas de harcèlement ou d’agression ne lui est remonté : « Pour le moment ni moi, ni les RH n’avons été saisis. Après personne ne peut être sûr qu’il n’y en a pas. » Il assure que son journal prend le sujet « très au sérieux depuis longtemps » et se « donne les moyens » pour entendre de potentielles victimes : « Nous nous sommes dotés d’une charte, qui ne date pas d’hier, très claire contre le harcèlement sexuel. On s’est également doté d’une plateforme de signalement de comportements sexistes. Pour l’instant il n’y en a pas eu. »

    Cette plateforme, obligatoire depuis 2016 et la loi Sapin 2, permet en effet aux salariés de dénoncer des comportements non éthiques au sein de leur société, de manière anonyme. Problème, selon un représentant syndical du Figaro, interrogé par CheckNews : « La plateforme ne parle que de corruption. On a donc demandé plusieurs fois à la direction qu’ils mettent en avant le fait que la plateforme s’adresse aussi aux salariés victimes de harcèlement sexuel, ou de violences sexistes. Cela n’a pas encore été fait. »

    « La parole est extrêmement difficile à recueillir au Figaro [sur ces questions], regrette le même élu qui assure que lors d’un récent comité d’entreprise, la direction générale du journal a annoncé qu’elle envisageait une campagne d’affichage contre le harcèlement pour sensibiliser. « On ne va pas s’arrêter au tweet de Roquette pour dire il n’y a pas de ça chez nous », conclut-il. Des propos confirmés par l’élu SNJ Patrick Bele : « Le Figaro n’est pas une entreprise hors sol. On n’a jamais été épargné par ce phénomène ».

    Désormais, les salariés sauront en tout cas vers qui se tourner : selon nos informations, le Figaro a annoncé hier, le 11 mars, en interne la nomination d’une référente en charge d’accompagner les salariés en matière de harcèlement sexuel et agissements sexistes. Comme la loi les y oblige.

    *Les prénoms ont été changés
    Vincent Coquaz , Robin Andraca

  • Ces #photos de #Mai_68 censées montrer la violence du mouvement sont-elles authentiques ?

    Un média de gilets jaunes a publié une série d’une trentaine de clichés, sans légende et sans crédit, pour montrer que le mouvement de Mai 68 était plus violent que l’actuel. A une exception près, toutes les photos sont authentiques.


    https://www.liberation.fr/checknews/2019/03/22/ces-photos-de-mai-68-censees-montrer-la-violence-du-mouvement-sont-elles-
    #photographie #violence
    ping @isskein @albertocampiphoto

  • Ian B., membre du collectif Désarmons-les interpellé à Paris ! – Désarmons-les !
    https://desarmons.net/index.php/2019/03/26/ian-b-membre-du-collectif-desarmons-les-interpelle-a-paris

    Ce lundi 25 mars en fin d’après-midi, alors qu’il rentrait d’une conférence qu’il dispensait sur le maintien de l’ordre, Ian B, membre de notre collectif a été interpellé à sa sortie du train.

    Il a été placé en garde à vue pour port d’arme prohibée, en l’occurence des munitions vides qui illustraient son exposé et qu’il transportait sur lui.

    Il est actuellement détenu dans les locaux du commissariat du 7ème arrondissement.

    On ne peut s’empêcher de lier cet évènement au travail de fond, de recensement et d’accompagnement des blessé.e.s, qu’accomplit notre collectif depuis plusieurs semaines afin de visibiliser les violences policières inédites que subissent les Gilets Jaunes.

    Nous dénonçons cette interpellation aux allures d’enlèvement, qui s’apparente aux agissements d’une police politique, dont les intimidations vont croissantes à l’encontre des acteurs de la contestation sociale. Nous demandons la libération immédiate et inconditionnelle de Ian et la restitution de l’intégralité de son matériel de conférence !

    Le Collectif Desarmons-les

    Du 29 au 31 mars 2019, bloquons l’usine Alsetex et toutes les usines d’armement des forces de l’ordre !
    https://paris-luttes.info/du-29-au-31-mars-2019-bloquons-l-11834

    #armes_de_la_police #répression #police #maintien_de_l'ordre #intimidation

    • Un fiché S d’ultragauche qui transportait des grenades en garde à vue, Aziz Zemouri, Presse policière
      https://www.lepoint.fr/societe/un-fiche-s-d-ultragauche-qui-transportait-des-grenades-en-garde-a-vue-26-03-

      [Monsieur], 33 ans, considéré comme membre de l’ultragauche, a été interpellé hier à la gare Montparnasse. Il transportait de nombreuses armes dans ses bagages.

      Ian libéré avec un rappel à la loi ! , Mise à jour : aujourd’hui à 19h06

      https://paris-luttes.info/ian-b-de-desarmons-les-interpelle-11869

      Incroyable mais vrai, Ian vient d’être libéré avec un rappel à la loi, on attend les détails pour donner de plus amples informations sur cette nouvelle péripétie sécuritaire en macronie …

      # Mise à jour : aujourd’hui à 17h49

      Communiqué de l’Assemblée Des Blessé-es

      Ce lundi 25 mars en fin d’après-midi, alors qu’il rentrait d’une conférence qu’il dispensait sur le maintien de l’ordre, Ian B, membre de Désarmons-les et de l’Assemblée Des Blessé-es, a été interpellé à sa sortie du train.

      Il a été placé en #garde_à_vue pour port d’arme prohibée, en l’occurrence des munitions vides qui illustraient son exposé et qu’il transportait sur lui.

      Il est actuellement détenu dans les locaux du commissariat du 7e arrondissement.

      On ne peut s’empêcher de lier cet évènement au travail de fond, de recensement et d’accompagnement des blessé-es, qu’accomplissent nos collectifs depuis plusieurs semaines afin de visibiliser les violences policières que subissent les Gilets Jaunes, et depuis de nombreuses années sur les habitants des quartiers populaires, et tout ceux qui luttent.

      Ian est un spécialiste reconnu pour ses expertises sur l’usage disproportionné de la force dans le maintien de l’ordre, ses articles sur la dangerosité des armes ont largement été diffusé dans la presse nationale, et de nombreux médias audio et télévisuels ont fait appel à lui. En plein débat sur les armes mutilantes, ses interventions sur le sujet ont permis d’informer la population sur la nocivité de ces armes de guerre, voire d’identifier les projectiles et notamment les grenades (confondues avec les fumigènes) et ainsi éviter des mains arrachées.

      Il est évident que l’état veux faire payer à Ian son soutien aux victimes des forces de l’ordre, blessées, ou tuées.

      Nous dénonçons cette interpellation aux allures d’enlèvement, qui s’apparente aux agissements d’une police politique, dont les intimidations vont croissantes à l’encontre des acteurs de la contestation sociale.

      Nous demandons la libération immédiate et inconditionnelle de Ian et la restitution de l’intégralité de son matériel de conférence !

      RENDEZ-VOUS 18H, AU COMMISSARIAT DU 7e ARRONDISSEMENT,
      9 RUE FABERT (ESPLANADE DES INVALIDES).

      Assemblée Des Blessé-es, des Familles et des Collectifs contre les violences policières.

      # Mise à jour : aujourd’hui à 17h13

      Propagande policière suite à l’interpellation de Ian B.
      "Un fiché S d’ultragauche qui transportait des grenades en garde à vue" - "Une figure de l’Ultra-gauche fichée "S" interpellée avec des munitions policières" - « un leader de la mouvance anarcho-autonome susceptible d’inciter ou de se livrer à des actes subversifs violents contre les institutions ou les forces de l’ordre »...

      Plusieurs médias (Le Point, LCI...), visiblement en manque de sensationnalisme, reprennent avec toute la finesse journalistique qui leur est propre la #communication_policière à propos de cette interpellation... Rappel rassemblement de soutien à 18h devant le commissariat du 7e, solidarité face à la répression !

      Le #rappel_à_la_loi étant une reconnaissance de culpabilité ( qui fournit la "reine des preuves", l’aveu), on devrait en savoir plus sur ce qui a motivé son acceptation (niveau de pression et de menaces).

      Un militant d’ « ultragauche » armé de grenades a-t-il été arrêté à Paris lundi ?
      https://www.liberation.fr/checknews/2019/03/26/un-militant-d-ultragauche-arme-de-grenades-a-t-il-ete-arrete-a-paris-lund

      Contactée par CheckNews en fin d’après midi, Lucie Simon, une des avocates de Ian B, a infirmé formellement l’interdiction de séjour à Paris de son client évoqué par Le Point. « C’est faux, le contrôle judiciaire a été levé il y a deux ans. » L’avocate a aussi annoncé le depôt prochain d’une plainte pour violation du secret professionnel, « une plainte contre X visant les fonctionnaires ayant diffusé des informations dont les avocats, à ce stade de l’enquête, n’étaient même pas au courant ».

    • Les chiens de garde et le pilori ! 26 mars 2019, desarmons-les, Communiqué

      https://desarmons.net/index.php/2019/03/26/les-chiens-de-garde-et-le-pilori

      Il n’a pas fallu entendre longtemps pour entendre les chiens de garde hurler au loup et brandir le parfait arsenal de l’#ennemi_intérieur pour justifier l’#arrestation on ne peut plus politique et ciblée d’un membre de notre collectif.

      Tout y est : “figure de l’ultragauche”, “assignation à résidence”, “fiche S”, “fiche J”, “mouvance contestataire radicale”, “mouvance anarcho-autonome”. Et pour peaufiner le tableau, on saupoudre de souffre avec la DGSI, le Renseignement Intérieur, tout le petit monde secret qui se dispense bien de jamais devoir se justifier sur ses affirmations, ses investigations et dont les fuites savamment orchestrées auprès de journalistes trop contents de manger dans les mains des puissants, achèvent de convaincre tout un chacun que le pilori s’impose.

      Aujourd’hui nos champions se nomment Aziz Zemouri pour le Point et Georges Brenier pour LCI. Le journalisme à la petite journée a de beaux jours devant lui : pas besoin de vérifier l’information, en matière de propagande c’est l’information qui a valeur de vérité.

      Fiche J ? Non Ian (on conservera son souhait de dénomination ici, n’en déplaise aux vautours qui sont prompts à livrer leur prochain à la vindicte populaire) n’a jamais été avisé qu’il écopait d’une fiche J et n’a par conséquent pas pu enfreindre une interdiction de Paris.

      Fiche S ? Comme les fiches J, il semble qu’elles soient furieusement contagieuses, et ce proportionnellement au degré de paranoïa du pouvoir en place. Malgré de nombreuses sollicitations de la société civile, on ne sait toujours pas quels sont, à ce jour, sinon la subjectivité d’agents du renseignement territorial, les conditions d’attribution d’une fiche S. De même que la qualification d’appartenance à une mouvance d’ultra-gauche est un moyen bien commode pour ouvrir la foire à l’enchère émotionnelle à qui vendra la plus belle corde de chanvre pour l’extrémiste capturé. On a pu voir dans l’affaire Tarnac, qu’au bout de 10 ans et des dizaines de milliers de pages d’instruction il ne restait que peau de chagrin, le vide béant de politiciens en perte de légitimité, de policiers en pleine querelle et débâcle institutionnelle et le foulard rouge agité par un médiocre Cassandre des temps modernes, M. Alain Bauer.

      COP21 : non il n’a jamais pu être établi à l’encontre de Ian des ” suspicions d’actions avec d’autres camarades contre l’organisation de la COP21 “, y compris par l’appui des fameuses notes blanches, aussi blanches que leur dénomination. Aujourd’hui Ian, après plusieurs recours contre l’assignation à résidence devrait bientôt voir son dossier examiné à la Cour Européenne des Droits de l’Homme.

      Un “véritable arsenal” dans ses valises ? Ces grenades ont été systématiquement collectées sur des lieux de manifestations après le terme de celles-ci et se sont donc consumées, et si certaines contiennent encore leur principe actif (le gaz CS sous forme de biscuit), elles ne constituent en rien un arsenal, sauf à être déposées au cœur d’un brasier et y dégager les fameuses fumées qui asphyxient nombre de manifestants ces dernières semaines. (...) [et avec un article des procureurs de LCI]

    • Un membre du collectif « Désarmons-les » a été interpellé lundi et placé en garde à vue jusqu’à mardi soir. « Il a été arrêté directement à sa sortie du train, il était clairement ciblé, estime un militant du collectif. S’agit-il d’un coup de pression par rapport au travail de recensement des blessés que nous faisons ? » Le collectif appelle à des rassemblements partout en France du vendredi 29 au dimanche 31 mars, sur différents sites de fabrication de matériel de maintien de l’ordre, telles que LBD, grenades lacrymogènes ou de désencerclement (voir la carte réalisée par Basta !). @bastamag
      https://www.bastamag.net/Un-membre-du-collectif-Desarmons-les-arrete-avant-les-rassemblements-du-we

  • Sexisme, violences sexuelles : non, « le Figaro » n’est pas épargné - Libération
    https://www.liberation.fr/checknews/2019/03/12/sexisme-violences-sexuelles-non-le-figaro-n-est-pas-epargne_1714317

    Guillaume Roquette, directeur de la rédaction du Figaro Magazine, a ainsi demandé à Libé de « laver son linge sale en famille » sans « mouiller » les autres médias.

    Judith Waintraub, journaliste au Figaro Magazine, ironisait sur le fait que les médias touchés étaient tous de gauche. Idem pour ses collègues Jean-Christophe Buisson ou Eric Zemmour. D’autant que plusieurs autres affaires ont depuis été mises au jour, avec des licenciements ou suspensions à la clé, dans plusieurs médias dits « progressistes » : le Monde, le Huffington Post, Vice ou les Inrocks par exemple.
    Sexisme à l’ancienne

    Si rien n’est sorti concernant le Figaro, cela ne veut pas dire que le journal est pour autant épargné. C’est ce qui ressort de l’enquête et des entretiens que CheckNews a pu mener avec près de 30 personnes.

    Malgré l’omerta qui règne au sein de la rédaction sur les questions de harcèlement, CheckNews a pu établir l’existence de pratiques sexistes, proches du harcèlement et parfois connues de la direction, du fait d’un groupe restreint d’hommes, qui occupent des positions de pouvoir.

    Selon nos informations, une université dissuade par exemple ses étudiants de postuler dans un service du journal après l’expérience d’une jeune journaliste ayant postulé. Plus récemment, quelques semaines avant les révélations sur la Ligue du LOL, une dizaine de journalistes femmes du quotidien se sont plaintes auprès d’une cheffe de service d’un rédacteur en chef adjoint pour des avances répétées et insistantes faites à des journalistes précaires. Deux témoignages d’agression sexuelle nous ont aussi été rapportés. Dans les deux cas, par peur de représailles professionnelles, les victimes n’ont pas averti la direction, ni porté plainte.
    « Le dimanche, il n’y avait que des femmes : c’était le jour des adjointes »

    Dès les premiers moments de l’enquête, les premières personnes interrogées nous ont prévenus : « Le Figaro c’est une forteresse. Personne ne parle. » Autre difficulté : la réticence politique de certains ou de certaines envers #MeToo, perçu comme un mouvement de « délation organisée ». Mais le plus grand obstacle a été la peur de certaines sources d’être identifiables en interne, y compris quand il s’agit de personnes qui n’y travaillent plus. La quasi-totalité des propos et témoignages rapportés le sont donc de façon anonyme.

    C’est le cas par exemple d’un ancien journaliste et chef au Figaro qui l’assure d’emblée : « C’est une boîte de gens bien élevés. Donc il n’y a pas de Ligue du LOL. Personne ne harcèle publiquement, personne n’insulte. Mais oui, il y a une rédaction machiste. Un machisme ordinaire je dirais. » Il se souvient ainsi d’une époque pas si lointaine où « le comité de rédaction était composé à 99 % d’hommes ». Sauf le dimanche, « où il n’y avait que des femmes : c’était le jour des adjointes ». S’il se félicite qu’il y ait « depuis quelques années une politique volontariste de rattrapage », il reconnaît que la rédaction du Figaro « part de loin ». D’ailleurs, à chaque fois « qu’une femme est nommée » à un poste de responsabilité, « ça fait jaser ».

    Plusieurs journalistes interrogées par CheckNews confirment cette analyse : « Globalement, au Figaro, j’ai plutôt l’impression de travailler avec des gens bien, assure Marie*, une journaliste en poste depuis plusieurs années dans le quotidien. Après, on a nos quelques mecs lubriques bien insistants, bien gênants… » Une autre ajoute : « A ma connaissance il n’y a jamais eu de comportement façon Ligue du LOL. En revanche, un sexisme à l’ancienne chez certains. Pas tous, il y a beaucoup de gens super ! »
    « Le Figaro, c’est Mad Men »

    Pour résumer l’ambiance qui règne au sein de la rédaction, un journaliste a cette formule : « Le Figaro c’est Mad Men : des hommes d’un certain âge qui parlent beaucoup des femmes beaucoup plus jeunes. » Il ajoute : « J’ai assisté à des pauses clopes où c’était une boucherie dès qu’une petite nouvelle arrivait. Ils parlent d’elle comme d’un morceau de viande. C’est des conversations de lycéens, sauf que ces personnes ont 3 enfants. »

    Quelle forme prend, concrètement, ce « sexisme à l’ancienne » ? L’une des journalistes interrogées par CheckNews raconte : « Un jour je propose à un collègue voisin de bureau, un grand reporter, quelqu’un d’important dans le journal, s’il veut que je lui apporte un café. Il me répond "Non, je préférerais que tu me tailles une pipe". Tout le monde a éclaté de rire. Moi j’étais mal, je ne savais plus où me mettre. » Elle se souvient aussi de la « pluie de blagues sexistes » qui s’est abattue sur un service quand « plusieurs femmes sont tombées enceintes au même moment » : « Ça ne s’arrêtait pas sur les hormones, les caprices etc. » Une ancienne stagiaire, restée pendant deux mois boulevard Haussmann, se souvient aussi comment ses collègues masculins du service international lui ont demandé de « faire une danse de pom-pom girl » devant eux.

    Nathalie*, qui a depuis quitté la rédaction, se remémore un cinglant « Elle est pas contente, elle doit avoir ses règles », lancé à une femme, à l’époque cheffe de service. En sortant du comité de rédaction de 10 heures, cette dernière regrettait le peu de place qui lui avait été accordé pour le chemin de fer, se souvient Nathalie, qui avait assisté à la scène : « Elle avait un certain âge, elle était de toute évidence ménopausée. C’était d’une violence terrible, d’autant plus que les hommes, eux aussi chefs de service, qui avaient entendu la réflexion riaient grassement et bruyamment dans la salle. »
    « Un traquenard »

    Au-delà des saillies sexistes, les journalistes interrogés s’accordent à décrire un système bien rodé au Figaro, où une poignée d’hommes, tous en position de pouvoir dans la rédaction, se rapprochent systématiquement des jeunes femmes du journal en situation de précarité dès leur arrivée pour leur proposer des rendez-vous (déjeuners ou dîners). Tous évoquent un groupe restreint d’hommes, bien identifiés. « Il existe un sexisme institutionnalisé au Figaro », détaille un journaliste passé plusieurs années par la rédaction, avec « 3 ou 4 hommes à qui il est impossible de s’en prendre, sous peine de voir sa carrière ruinée ».

    Les personnes qui acceptent d’en parler évoquent une drague « très bourgeoise » et « à l’ancienne ». L’ancien chef interrogé se souvient ainsi de « ces dragueurs lourds, qui portent publiquement leur morale en bandoulière », de ces « pères de famille bien catholiques, qui se montrent bien insistants avec les jeunes femmes ».

    Une journaliste, qui a accepté un de ces rendez-vous, le qualifie en un mot : un « traquenard ». « En quelques minutes, tu comprends pourquoi tu es là. Il m’a parlé de mon style "intrigant, sensuel". Il commentait le physique de mes collègues. Et finit par me proposer de venir boire des verres chez lui », se souvient-elle.

    Les personnes visées évoquent un « malaise » causé par ces comportements « lubriques », « insistants » voire « insupportables ». D’autant plus que les journalistes visées sont majoritairement des stagiaires ou des salariées en contrats précaires, pour qui refuser les avances d’un homme à la position hiérarchique très élevée se révèle très compliqué. Plusieurs expliquent ainsi qu’elles n’auraient eu « aucun problème » à repousser sèchement des avances d’une personne extérieure, mais que la situation était problématique dans le cas de rédacteurs en chef ou de membres de la direction, qui peuvent évidemment peser dans la décision d’octroyer un stage ou de renouveler un CDD.

    « Soit les jeunes femmes ne se rendent pas compte, soit elles ne savent pas vers qui se tourner », regrette Sophie*, journaliste du Figaro qui raconte la difficulté de se saisir de ces sujets en interne. « Quand tu es en stage, ou que tu commences ta carrière, tu ne vas pas saisir les Ressources Humaines. Et ce n’est pas un sujet dont on parle vraiment au Figaro. En tant que femme, on se sent un peu seule face à ces problématiques dans la rédaction. On a peur d’en parler, mais aussi peur de se retrouver face à une personne qui ne comprendrait pas de quoi on parle. »
    Une plainte en interne

    Ces dernières semaines, la situation a toutefois évolué : une dizaine de journalistes de plusieurs services (Madame Figaro, Le Figaro Etudiant, LeFigaro.fr etc.) se sont formellement plaints. En cause, l’insistance d’un rédacteur en chef adjoint à proposer « régulièrement » des rendez-vous avec « les femmes journalistes précaires qui commençaient leur carrière », en stage ou en CDD, selon plusieurs sources internes. Un comportement insistant, comme CheckNews a pu le confirmer en consultant plusieurs mails.

    Début janvier, quelques semaines avant les révélations sur la Ligue du LOL, une journaliste, « mieux placée dans la rédaction » que les personnes visées, est ainsi allée voir une responsable haut placée du journal pour dénoncer ces agissements. Ce que cette dernière nous a confirmé. Ensuite ? Difficile de savoir précisément ce qu’il s’est passé. Le journaliste visé n’a pas donné suite à nos sollicitations. Sa supérieure hiérarchique directe, membre de la direction, se cantonne, elle, à indiquer qu’elle a convoqué tous ses « encadrants » pour leur demander d’être « vigilant » sur ces sujets. À notre connaissance, il n’y a eu dans cette affaire ni enquête interne, ni sanction formelle.
    Des stages déconseillés au Figaro

    Autre conséquence directe de certains comportements : le département journalisme d’une université française dissuade désormais ses étudiantes et étudiants d’envoyer des candidatures de stage à un service prestigieux du Figaro, comme l’ont confirmé à CheckNews plusieurs membres du personnel enseignant. En cause, les remarques sur le physique et les propositions déplacées du chef du service en question, lors d’un entretien avec une jeune journaliste il y a un peu plus d’un an. Cette dernière était venue voir une de ses responsables pédagogiques « en larmes, en tremblant, totalement bouleversée ».

    « C’était l’un de ses premiers contacts avec le monde professionnel, ça devait être l’une de ses premières expériences, raconte une de ses enseignantes. Elle pensait qu’elle allait pouvoir parler de ses capacités professionnelles… Nous nous sommes retrouvées un peu démunies d’autant plus qu’elle ne voulait pas entamer de procédure plus formelle, tout simplement parce qu’elle avait peur, ce qui était tout à fait compréhensible. »

    Des témoignages et des échanges de mails que CheckNews a pu consulter indiquent que ce même journaliste, à la position hiérarchique très importante, fait partie des journalistes qui se rapprochent systématiquement des jeunes journalistes femmes pour leur proposer des rendez-vous.
    « On n’a pas fait ce qu’il fallait. »

    Parmi les faits rapportés les plus graves figurent également deux cas qui relèvent de l’agression sexuelle.

    Patrick Bele, représentant syndical SNJ au Figaro, contacté par CheckNews, raconte : « Il y a quatre ans, un chef de service a essayé d’embrasser une stagiaire, dans l’ascenseur, sans son consentement. Je l’ai croisée dans le couloir, à la sortie de l’ascenseur. Elle n’était pas bien. Elle a refusé de se plaindre auprès de la direction. C’est souvent le cas au Figaro : face à des gens qui sont dans une position hiérarchique élevée, ou qui sont connus, une stagiaire se dit qu’elle peut mettre en péril sa carrière. C’est pour ça que les plaintes ne remontent pas. La personne harcelée est partie à l’issue de son stage. On n’a pas fait ce qu’il fallait. »

    Une autre journaliste, Marine*, elle en CDI au moment des faits, et toujours en poste, raconte une expérience similaire avec un autre haut responsable du journal, lui aussi toujours en poste : « C’était il y a quelques années, dans un ascenseur. Il m’a dit que mon rouge à lèvres l’excitait, et il m’a collé contre la paroi de l’ascenseur, en essayant de m’embrasser de force. Je l’ai violemment repoussé. Je n’ai pas porté plainte, et je n’ai pas averti la direction à cause du climat sexiste qui règne au Figaro : j’aurais fini par être sanctionnée, d’une façon ou d’une autre. Cet homme est intouchable. »
    « On ne va pas s’arrêter au tweet de Roquette »

    Contacté par CheckNews, le directeur des rédactions, Alexis Brézet, assure qu’aucun cas de harcèlement ou d’agression ne lui est remonté : « Pour le moment ni moi, ni les RH n’avons été saisis. Après personne ne peut être sûr qu’il n’y en a pas. » Il assure que son journal prend le sujet « très au sérieux depuis longtemps » et se « donne les moyens » pour entendre de potentielles victimes : « Nous nous sommes dotés d’une charte, qui ne date pas d’hier, très claire contre le harcèlement sexuel. On s’est également doté d’une plateforme de signalement de comportements sexistes. Pour l’instant il n’y en a pas eu. »

    Cette plateforme, obligatoire depuis 2016 et la loi Sapin 2, permet en effet aux salariés de dénoncer des comportements non éthiques au sein de leur société, de manière anonyme. Problème, selon un représentant syndical du Figaro, interrogé par CheckNews : « La plateforme ne parle que de corruption. On a donc demandé plusieurs fois à la direction qu’ils mettent en avant le fait que la plateforme s’adresse aussi aux salariés victimes de harcèlement sexuel, ou de violences sexistes. Cela n’a pas encore été fait. »

    « La parole est extrêmement difficile à recueillir au Figaro [sur ces questions], regrette le même élu qui assure que lors d’un récent comité d’entreprise, la direction générale du journal a annoncé qu’elle envisageait une campagne d’affichage contre le harcèlement pour sensibiliser. « On ne va pas s’arrêter au tweet de Roquette pour dire il n’y a pas de ça chez nous », conclut-il. Des propos confirmés par l’élu SNJ Patrick Bele : « Le Figaro n’est pas une entreprise hors sol. On n’a jamais été épargné par ce phénomène ».

    Désormais, les salariés sauront en tout cas vers qui se tourner : selon nos informations, le Figaro a annoncé hier, le 11 mars, en interne la nomination d’une référente en charge d’accompagner les salariés en matière de harcèlement sexuel et agissements sexistes. Comme la loi les y oblige.

    #sexisme #discrimination #travail #femmes

    • une université dissuade par exemple ses étudiants de postuler dans un service du journal […] … une dizaine de journalistes de plusieurs services […] se sont formellement plaints. […] les salariés sauront en tout cas vers qui se tourner

      Du coup j’ai compris que ce sont des hommes qui sont harcelés et qui sauront vers qui se tourner.

  • Gilets jaunes : a-t-on vu des « sulfateuses » à acide dans les manifs, comme le dit un syndicaliste policier ?
    [spoiler : nop !]
    [se poiler encore plus : même la @prefet44 ne peut entretenir le mytho]
    [se poiler jaune en repensant à tous les mythos deversés sur twitter par Linda Kebbab, déléguée Unitité SGP Police, avant que son compte ne se fasse sulfater par sa hiérarchie...]

    En résumé : deux membres des forces de l’ordre assurent, sur la base de témoignages qui leur ont été rapportés mais que nous n’avons pu vérifier, que des sulfateuses à acide sont bien présentes dans certains cortèges de gilets jaunes. Les préfectures des lieux concernés et les directions de la police disent n’avoir jamais eu de remontées en ce sens. Quant à l’utilisation de lance-amarres, elle a été par deux fois rapportée à Nantes (par un syndicaliste et par le Service com’ de la police), à deux dates différentes, sans que la préfecture de Loire-Atlantique n’en ait eu connaissance, et sans que nous n’en ayons eu de preuve matérielle.

    Un #factchecking de @CheckNewsfr / @Libe : https://www.liberation.fr/checknews/2019/03/05/gilets-jaunes-a-t-on-vu-des-sulfateuses-a-acide-dans-les-manifs-comme-le-