Fête des pailhasses — Wikipédia

/F%C3%AAte_des_pailhasses

  • Je me rends compte que hier, on n’est pas allés à la fête des Pailhasses de Cournonterral, tout près de #Montpellier :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/F%C3%AAte_des_pailhasses

    À l’origine, les Pailhasses étaient les habitants de Cournonterral et les Blancs ceux d’Aumelas, mais désormais chacun choisit le camp auquel il veut se joindre. Résurgence médiévale ou païenne, la fête des Pailhasses permet d’évacuer les frustrations éventuelles entre villageois et tout le monde peut ainsi entamer le Carême avec plus de sérénité…

    […]

    Le bayle trouva un substitut. Durant trois heures, les Pailhasses donnent la chasse aux Blancs à travers les rues du bourg, en s’efforçant de les salir à coup de "peilles" (en occitan : « serpillières ») imbibées de lie2. Mais toute personne passant par là est considérée comme participant au jeu et peut être salie. À la fin de la période, les ex-Blancs attrapés sont carrément plongés dans des cuves remplies de lie. Les Blancs ont cependant l’initiative puisque ce sont eux qui provoquent en quelque sorte les Pailhasses qu’ils croisent sur leur chemin.

    Dans la bande-annonce de Sans toit ni loi d’Agnès Varda, une scène aux paillasses au bout d’une minute :
    https://www.dailymotion.com/video/x9rz77

    Sinon, en vrai ça donne ça :
    https://www.youtube.com/watch?v=t8CUpJEK4Dw

    • Une amie prenait tranquillement son café à Montpellier quand une furie est rentrée dans le bar, a tout envoyé paître posé son lourd sac à dos, elle avait l’air d’un vagabonde, mais c’était curieux, elle ressemblait à Sandrine Bonnaire que cette amie avait déjà vue dans A nos amours de Maurice Pialat quelques années auparavant et surtout cette vagabonde était suivie dans ses mouvements par un caméraman qui paraissait la filmer.

      Quelques mois plus tard cette amie a découvert cette scène en allant voir Sans toit ni loi et s’y est vue lors d’une très brève seconde.

      J’ai rencontré cette amie il y a une dizaine d’années et c’est plus ou moins à l’occasion de cette rencontre que cette amie m’a raconté cette histoire. Je me suis empressé de télécharger « Sans toit ni loi » d’Agnès Varda et je me suis jeté sur cette scène. J’ai à peine reconnu mon amie que je ne connaissais pas du tout à l’époque. Mais j’avais, je le jure, un vague souvenir de cette brève apparition à l’écran. Cela avait à voir avec l’expression de surprise sur le visage de ma future amie. Que j’allais rencontrer 25 ans plus tard. Il y a dix ans.

    • @corinne2 Merci tu es gentille. Cela rejoint certaines préoccupations d’un texte que je suis en train d’écrire à propos des figures de l’invisible notamment. Sandrine Bonnaire fait partie de ces figures.

      Pour le moment j’avais écrit ceci : « Le 15 juin 2008, Sandrine Bonnaire présentait son film Elle s’appelle Sabine à propos de sa sœur Sabine, autiste donc, au cinéma L’Univers à Fontenay-sous-Bois, dans le Val-de-Marne, et dans la discussion qui a suivi la projection du film, elle m’a souri, de ce sourire ty-pique dans les films qui voit son visage se transformer, passant d’une certaine dureté à, au contraire, un visage radieux comme illuminé par ses deux merveilleuses fossettes, et elle m’a souri parce que je lui faisais remarquer que les images d’archives de son film avaient finale-ment la portée inverse de celle qui était visée quand elle les avait filmées, à savoir tenter de sauvegarder un peu de l’étrangeté de sa sœur pour s’en souvenir plus tard, quand elle irait mieux, et, ce qui se produit, in fine, c’est que ces images sont, au contraire, la sauvegarde d’une grâce engloutie sous des années de maltraitance aux psychotropes, et ce sourire de Sandrine Bonnaire, sourire qui m’était indubitablement adressé, aurait pu me faire m’évanouir, vrai-ment. Je suis sensible. Aux fossettes. À celles de Sandrine Bonnaire en particulier. »

      Mais je vois bien comment ce signalement d’@arno risque de me faire changer.