A Bruxelles, Hariri appelle à faire pression sur le régime syrien pour le retour des réfugiés

/a-bruxelles-hariri-appelle-a-faire-pres

  • A Bruxelles, Hariri appelle à faire pression sur le régime syrien pour le retour des réfugiés - L’Orient-Le Jour
    https://www.lorientlejour.com/article/1161641/a-bruxelles-hariri-appelle-a-faire-pression-sur-le-regime-syrien-pour

    Une absurdité de plus dans la guerre de Syrie. Souvenons-nous qu’on a beaucoup encouragé naguère les Syriens à se « réfugier » dans les pays voisins...

    Le Premier ministre libanais a appelé jeudi à l’ouverture à Bruxelles de la conférence de « Soutien à l’avenir de la Syrie et de la région », organisée conjointement par l’UE et l’ONU, la communauté internationale à faire pression sur le régime du président syrien Bachar el-Assad pour faciliter le retour des réfugiés de son pays. Il a en outre demandé aux pays donateurs d’accroître leur aide au Liban, soulignant que Beyrouth ne pouvait plus continuer à gérer cette crise comme cela se faisait jusque-là.

    « Le Liban assume ses responsabilités humanitaires, mais nous souhaitons la fin de l’exode syrien car cela constitue un lourd fardeau pour le Liban », a dit M. Hariri aux journalistes qui l’ont interrogé avant la session d’ouverture. « Nous souhaitons la fin (du conflit) en Syrie et que tous les déplacés rentrent chez eux. La meilleure solution à la crise est le retour de ces déplacés. C’est pour cela qu’il faut faire pression sur le régime en Syrie, pour permettre le retour des déplacés, car il n’est pas normal qu’il y ait 10 millions de déplacés en dehors de la Syrie », a insisté le Premier ministre.

    « La communauté internationale doit savoir que le Liban ne peut plus continuer comme il le faisait auparavant et qu’elle doit s’acquitter des montants que nous avons réclamés car il ne s’agit pas d’un luxe, mais d’une crise de déplacés syriens de grande ampleur qui touche notre pays, il s’agit d’un million et demi de déplacés sur notre territoire. Il faut traiter cette question avec le plus grand degré de responsabilité », a encore dit M. Hariri.

    Le Liban accueille plus d’un million de réfugiés syriens et la question de leur retour divise les responsables libanais. Certains, dont le président Aoun, appellent à organiser leur retour sans tarder, estimant que la Syrie, quasi-entièrement reconquise par les forces du régime, est désormais « sûre ». D’autres responsables, à l’instar du ministre de l’Éducation, Akram Chehayeb, également présent à Bruxelles, calquent leur point de vue sur celui de la communauté internationale et soulignent que les conditions objectives à un retour sécurisé ne sont pas encore totalement réunies.