« Etats-Unis. L’agence de presse officielle du capitalisme américain Associated Press reconnait enfin les assassinats ciblés d’animateurs de protestations antiracistes. @rebel_workers @OlivierCyran Puzzling number of men tied to Ferguson protests have died //t.co/xbhVHwhGPI »

/1108083463557709824

  • ce qui se passe à Ferguson mérite quelques secondes d’attention. Depuis 2014 les militant.e.s là-bas qui ont impulsé le mouvement #BlackLivesMatter meurent les uns après les autres. De mort violente.
    L’hypothèse d’une série d’exécutions commises par un groupe de tueurs suprémacistes blancs ne peut plus être étouffée, même si la police et la justice s’y emploient fermement.
    Police, the FBI and Homeland Security have monitored black activists throughout the country, especially after Michael Brown’s killing.” D’autres témoignages glaçants et des précisions importantes dans cet article du média indépendant Black Agenda Report.

    The Fight for Justice Takes Its Toll on Ferguson Activists | Black Agenda Report
    https://www.blackagendareport.com/fight-justice-takes-its-toll-ferguson-activists
    http://www.blackagendareport.com

    Darren Seals, one of the two activists who were shot and found in burning cars, had said in a November 2014 Facebook post that he had been shot before. Some activists in St. Louis also often suffer from depression and isolation, and have limited access to therapy and other resources.

    St. Louis is one of the most segregated cities in the US, with Delmar Blvd. dividing the more affluent white population from neighborhoods that are up to 98 percent black in North St. Louis. The Ferguson protests in 2014 were a flash-point, but “there’s a long history of this kind of violent reaction to black folks in St. Louis generally, and certainly violent reaction to protesters,” said Blake Strode, the executive director of ArchCity Defenders, a nonprofit civil rights law firm that has worked on dozens of cases of police brutality.

    “St. Louis has the highest murder rate in America.”

    Besides the unexplained deaths, Ferguson activists have experienced myriad threats to their physical and mental well-being. In 2014, one young activist, Josh Williams, was arrested after lighting a garbage can on fire while protesting the police killing of another black man, Antonio Martin, according to activists. He was convicted a year later, after pleading guilty for arson, burglary, and theft, and sentenced to prison for eight years. He told Vice News that his harsh sentence was to make an example out of him, and that prison guards verbally abuse him with racist slurs.

    https://seenthis.net/messages/768521

    • Je me permets de libérer ici l’entièreté du thread trèsimportant de Olivier Cyran :

      Sans vouloir ajouter à l’accablement général – mais ce qui se passe à Ferguson mérite quelques secondes d’attention. Depuis 2014 les militant.e.s là-bas qui ont impulsé le mouvement #BlackLivesMatter meurent les uns après les autres. De mort violente.
      https://twitter.com/OlivierCyran/status/1108279806104428544
      Etats-Unis. L’agence de presse officielle du capitalisme américain Associated Press reconnait enfin les assassinats ciblés d’animateurs de protestations antiracistes. @rebel_workers @OlivierCyran
      Puzzling number of men tied to Ferguson protests have died
      https://twitter.com/contre_capital/status/1108083463557709824

      Deandre Joshua a été abattu d’une balle dans la tête puis brûlé dans sa voiture en 2014, au plus fort des protestations qui avaient suivi le meurtre par un policier blanc d’un jeune homme noir désarmé de 18 ans, Michael Brown.
      Son camarade Darren Seals, vu sur Internet en train de réconforter la mère de Michael Brown, a connu le même sort deux ans plus tard. Le corps criblé de balles, la voiture incendiée. Dans ces deux affaires l’enquête n’a toujours rien donné.
      Marshawn McCarrel, de Columbus, dans l’Ohio, très impliqué lui aussi dans les mobilisations de Ferguson, meurt en février 2016 d’une balle dans la tête. Les enquêteurs concluent... au suicide.
      En mai 2017, deuxième "suicidé" par balle : Edward Crawford Jr., 27 ans. C’est lui qu’on voit retourner une grenade lacrymogène aux envoyeurs sur cette photo célèbre, couronnée d’un prix Pulitzer.
      Octobre 2017 : le corps sans vie de Danye Jones, autre jeune militant de Ferguson, est retrouvé pendu à un arbre dans le jardin de sa maison. Suicide, continue de marteler la police. Lynchage, accuse sa mère.
      Un mois plus tard, c’est au tour de Bassem Masri de succomber. Cet Américano-Palestinien de 31 ans s’était fait remarquer par ses « livestreams » téméraires au cœur des manifestations violemment réprimées de Ferguson. Cette fois, la police conclut à un décès par overdose.
      Incroyable : c’est au sixième mort seulement que des soupçons commencent à affleurer dans la presse mainstream – grâce notamment à cet article de l’agence American Press (AP), beaucoup repris aux USA et utilisé comme source pour ce thread. 
      L’hypothèse d’une série d’exécutions commises par un groupe de tueurs suprémacistes blancs ne peut plus être étouffée, même si la police et la justice s’y emploient fermement.
      À Ferguson, cela fait des années pourtant que les militant.e.s qui ont allumé la mèche de BlackLivesMatter vivent dans la peur. Cori Bush, une figure du mouvement, évoque « le harcèlement, les intimidations, les menaces de mort et les tentatives d’assassinat » dont elle fut et continue d’être la cible. La maison de Cori Bush a été vandalisée, sa voiture percutée et envoyée dans le décor pendant qu’elle conduisait. Un jour un inconnu lui tire dessus alors qu’elle est au volant, manquant de tuer sa fille de 13 ans. On peine à concevoir le mélange de stress, de deuil, de colère, de terreur et d’impuissance dans lequel vivent les rescapé.e.s de la lutte de 2014. Inutile de préciser qu’elles n’ont aucune aide à attendre d’une police notoirement raciste – et peut-être impliquée elle-même dans ce qui ressemble fort à une série d’assassinats politiques. Sans doute que dans dix ou vingt ans Hollywood en tirera un film à oscars – on essaiera d’attendre moins longtemps pour témoigner de la solidarité aux militant.e.s en danger.
      “Police, the FBI and Homeland Security have monitored black activists throughout the country, especially after Michael Brown’s killing.” D’autres témoignages glaçants et des précisions importantes dans cet article du média indépendant Black Agenda Report.
       https://www.blackagendareport.com/fight-justice-takes-its-toll-ferguson-activists