Gilets jaunes et presse bourgeoise

/gilets-jaunes-et-presse-bourgeoise

  • « A l’échelle individuelle, les déterminismes sociaux sont invisibles. La réponse du journalisme pour dissimuler ses déterminismes sociaux consiste donc toujours à revenir à l’échelle individuelle. »
    https://www.arretsurimages.net/chroniques/le-matinaute/gilets-jaunes-et-presse-bourgeoise

    A partir de quel moment peut-on analyser un système comme un système ? A partir de quel moment l’addition des milliers de cas individuels forme-t-elle un système ? La question est aussi valable pour la manière dont ces journalistes rendent compte de l’actualité. Je pense à l’effarante nouvelle révélation de "Mediapart "sur la charge de police dans laquelle la militante d’ATTAC niçoise septuagénaire Geneviève Legay a été blessée. On savait déjà qu’une chaîne de télévision, CNews, a ignoré ses propres images incriminant la police. On savait déjà que les autorités (dont le procureur de Nice Jean-Michel Prêtre) ont multiplié les intox pour disculper la police. Quand on apprend que la commissaire Hélène P., chargée de superviser l’enquête, est la compagne du commissaire Rabah Souchi qui a dirigé la charge policière (« Mediapart » cite un nom complet, mais pas l’autre), est-on encore dans un dérapage individuel, ou dans un système ? Quand on apprend que le procureur Prêtre était parfaitement au courant de ce lien de proximité, est-on dans une anecdote individuelle, ou dans un système ? Si ce procureur Prêtre n’était pas rapidement sanctionné, serait-on encore dans une anecdote individuelle, ou dans un système ? Et pour en revenir aux journalistes , quand on entend que les radios du matin ne font pas de cette révélation de "Mediapart "un de leurs principaux titres, est-on dans leur libre choix, ou dans un système ? Et alors, comment nommer ce système ?

    https://twitter.com/gunthert/status/1115536790419640325