• Ni Foucault 2.0, ni Debord 2.0 - France Culture - A lire ailleurs
    https://alireailleurs.tumblr.com/post/146000332994/ni-foucault-20-ni-debord-20-france-culture

    Dans son livre, Harcourt interroge ce qu’il appelle la “société d’exposition”, pour savoir si nous sommes dans une “société du spectacle” ou une société surveillée, panoptique… Qu’est-ce qui nous pousse à nous mettre sur l’écran ? Etre visible est devenu le moyen de communiquer et de s’organiser à l’heure des réseaux. Pourtant, malgré son talent visionnaire, Orwell dans 1984 nous promettait un futur écrasant tout désir. Nous sommes dans son exact inverse : l’exacerbation du désir. “Or ce sont les mêmes technologies qui créent du désir qui rendent possible la surveillance”.
    image

    La surveillance prophétisée par Orwell est entrée dans nos vies sans contrainte extérieure autre que les innombrables services que ces technologies nous rendent. Pourtant “mettre une iwatch à son poignet n’est pas bien différent que de mettre un bracelet électronique” car cela informe un tiers de tous nos mouvements. Par contre, c’est visiblement la nature du pouvoir qui les opère qui a changé, qui ne relève pas de contraintes organisées. Nous ne sommes plus tant face à une logique de la surveillance, mais confrontés à une logique très différente : la logique prédictive qui déconstruit les façons de gouverner et de faire société. La différenciation progressive des sphères d’activités, pourtant très institutionnalisées, entre le pouvoir économique, social et politique, se floute. “Facebook comme Apple gouvernent. L’Etat fait du commerce.” Les courtiers en données vendent toute forme de données. “La rationalité a longtemps dépendu de la différence entre ces sphères. Mais une fois qu’elles ne le sont plus, nous sommes démunis pour la comprendre ou la critiquer.”

    Nos inquiétudes se noient dans la séduction et la distraction permanente que proposent ces objets. Pour Harcourt, il nous faut comprendre comment le pouvoir circule aujourd’hui. Le discours dominant est que le Big data va nous donner accès à de nouvelles vérités qu’on ne savait voir avant. Mais ce n’est pas ça que fait le numérique : il distribue le pouvoir de manière nouvelle. Comment imaginer des formes de désobéissances qui prennent en compte le désir et la séduction intrinsèques à nos objets ?

    #Surveillance #Surveillance_volontaire


  • Ni Foucault 2.0, ni Debord 2.0 - France Culture
    https://alireailleurs.tumblr.com/post/146000332994

    Dans l’émission la Suite dans les idées, Sylvain Bourmeau recevait Bernard Harcourt (@bernardharcourt), professeur de droit à la Columbia University où il dirige le Center for Contemporary Critical Thought, et directeur d’études à l’Ecole des hautes Etudes en Sciences Sociales. Bernard Harcourt est également l’auteur de Exposed, un essai qui interroge la question du désir et de désobéissance à l’heure du numérique. Dans son livre, Harcourt interroge ce qu’il appelle la “société d’exposition”, pour savoir si nous sommes dans une “société du spectacle” ou une société surveillée, panoptique… Qu’est-ce qui nous pousse à nous mettre sur l’écran ? Etre visible est devenu le moyen de communiquer et de s’organiser à l’heure des réseaux. Pourtant, malgré son talent visionnaire, Orwell dans 1984 nous promettait un futur (...)

    #surveillance