Si la littérature est une niche

/Si-la-litterature-est-une-niche

    • Devine ce que j’ai enregistré avec régal tout à l’heure ?! Quand bien même je ne suis pas trop en accord avec la source de motivation de ce texte (elle est la seule écrivaine sur la dernière pétion en date des artistes pour les #gilets_jaunes), il est, comme toujours avec elle, rempli de superbes papillotes-pétards-de-mots !
      (par contre j’attends un peu pour la mise en ligne car quelques coquilles, qui ne lui ressemblent pas, pourraient être corrigées dans les heures / jours à venir, qui sait, @lundimatin ?! et tant que je vous tiens, c’est quand que vous réparez votre flux rss ici ?)


  • Un texte extraordinaire de Nathalie Quintane sur lundimatin, extrait :

    "Dans la pétition signée par les artistes, il y avait quand même beaucoup beaucoup de gens du cinéma.

    Et si vous vous étonnez qu’ils aient mis 6 mois à la faire, cette pétition, c’est que vous ne savez visiblement pas combien de temps ça prend de faire un film.

    N’importe quel écrivain vous dira que faire un livre, ça prend une bonne année.

    Donc dans six mois les écrivains signeront une pétition : novembre 2019.

    Deuxième explication : contrairement à ce qu’on serait en droit de conclure, les écrivains ne font pas actuellement le canard, ils souffrent simplement d’un manque de légitimité. Ils se disent : « Mais si on lance une pétition, personne ne la remarquera, et on sera encore ridicules. »

    « Et d’ailleurs, admettons que j’aille en manif — ou même sur un rond-point !! –, comment les gens sauront que je suis écrivain ? Ça se voit pas. »

    Quand on est écrivain, la plupart du temps, ça se voit pas.

    Si vous êtes un acteur ou une actrice, ça se voit, que vous êtes acteur ou actrice.

    Quand vous êtes Michel Houellebecq, ça se voit, que vous êtes Michel Houellebecq.

    Mais quand vous êtes écrivain, ça se voit pas.

    C’est la raison pour laquelle il est possible (j’en connais) qu’il y ait des écrivains et des poètes sur les ronds-points ou en manif. Rien de ce qui est dit ici n’écarte cette éventualité.

    Troisième explication : Nous, les écrivains, étant donnés notre sens du détail et notre hyper-sensibilité, on a la capacité de développer toute une théorie subtile sur la limite en deçà de laquelle l’Etat peut toujours légitimement être dit de droit (Etat de droit).

    D’accord, y a 1 morte, 24 éborgnés, une demi-douzaine de mains arrachées et 280 blessures à la tête chez les manifestants, mais justement on peut l’écrire et je l’écris : dans un état autoritaire, je ne pourrais pas l’écrire ; c’est donc la preuve que je suis dans un état de droit, moi, en ce qui me concerne.

    Non seulement ça, mais en tant qu’écrivain, je peux l’écrire intensément. C’est ma petite contribution.

    Comme le colibri qui porte dans son bec son petit seau pour éteindre l’incendie.

    Nous, les écrivains, on est un peu comme des colibris internes en médecine : on répare, on console, on soigne, on porte notre petit seau.

    « Ferme ta gueule deux minutes et bouge ton cul » n’est pas une phrase qu’on dit à l’écrivain.

    L’autre jour, l’attaché de presse de ma maison d’édition me disait : « La littérature, c’est devenu une niche. » En effet."

    https://lundi.am/Si-la-litterature-est-une-niche

    • Déjà, faudra attendre que Paris ait froid et que Paris ait faim (je parle de ceux qui habitent plutôt dans l’ouest et le centre-ouest ; les autres, ils connaissent).

      Vous avez déjà entendu une table de critiques littéraires préparant la rentrée début juillet dans un restaurant de fruits de mer ?

      Moi oui.

      Là, pour que la sensibilité se réveille, faudra attendre la Gestapo.

      Gestapo, section française
      http://www.13emerue.fr/dossier/la-carlingue

      La Carlingue est le surnom attribué à la fois au 93 rue Lauriston dans le 16ème arrondissement de Paris, siège de la Gestapo française, et s’applique également aux membres de cette branche française de la Gestapo, principalement des voyous et malfrats engagés par les nazis pour effectuer les basses besognes des SS.