La Suite Du Monde

https://www.lasuitedumonde.com

  • La Suite Du Monde
    https://www.lasuitedumonde.com

    Face à l’effondrement en cours, la Suite du Monde acquiert puis libère des terres agricoles et biens immobiliers afin d’y développer des projets liés à l’habitat, la production agricole, l’énergie, l’organisation communaliste, l’événementiel, l’éducation, ou toute activité permettant davantage d’autonomie. Elle multiplie les activités de recherche, d’expérimentation et de conseil afin de rendre multipliables ces Communes Imaginées, connectées entre-elles.

    • La suite du monde :

      Nous intégrons les meilleurs outils afin de permettre une organisation autonome et décentralisée des lieux et des budgets, tels qu’Aragon, DAOstack, Busy, Osmose - entre autres amis.

      Aragon :

      Aragon empowers you to freely organize and collaborate without borders or intermediaries. Create global, bureaucracy-free organizations, companies, and communities.

      DAOStack :

      DAOstack alimente les entreprises décentralisées, les fonds et les marchés pour prendre des décisions rapides et innovantes à grande échelle.

      Busy :

      1 Écrire et publier un post sur Steem
      2 La communauté upvote votre message
      3 Obtenez des récompenses en Steem

      Osmose :

      osmose collectIve ecosystème blockchain

      nouveaux services décentralisés pour une révolution coopérative massive

      Ne manque qu’un seul mot clé dans ce charabia : #bullshit

      Mais je suis bien conscient que je suis un petit peu vieux con sur le coup...

      J’ai oublié : faut aussi aller sur Facebook et Instagram. Ils s’organisent, mais avec les outils et les méthodes des capitalistes.

    • Intéressante discussion avec @marclaime ce week-end sur ces nouvelles formes qui dépassent l’organisation traditionnelle, cette démocratie du frottement (souvent décourageante), en faisant de l’écologie ou de la politique comme une start-up.

    • Je vais voir comment je peux alimenter cà, c’est aussi gondolant que consternant. Comme je suis abonné à des plate-formes qui inondent les journalistes de communiqués de presse « écolos » ça donne une idée des tendances « biosourcées »...

    • Ce w-e j’ai recroisé une tête connue.
      http://www.rfi.fr/emission/20190602-lecoeur-erwan-sociologue-analyste-politique-ecologie-politique

      Et il m’a dit sa lassitude devant les querelles de chapelle de l’écologie, qu’il était de plus en plus convaincu qu’il fallait faire feu de tout bois et accepter des stratégies différentes s’il s’agissait de sauver la planète. Que des petits jeunes qui montent un gentil festival sur le plateau et se font virer par des méchants totos, c’est vraiment nul.

      Moi, avec mon petit bouquin Égologie qui suggère que parmi les alternatives écolo il y a pas mal de branle-nouille pour améliorer sa petite vie, j’ai l’air de la mauvaise coucheuse... Je n’ai pas trop su répondre, même si je ne me trouve pas si intolérante que ça et prête à reconnaître que si on n’a pas tou·tes envie de faire la même chose, c’est pas grave, on a des envies et des compétences différentes.

      J’y réfléchis depuis et finalement je me dis que non, tout n’est pas sympa en écologie, il y a des choses contre-productives ou inacceptables.

      Le greenwashing ? On récupère ce qui est récupérable et il y a des initiatives écolo qui s’offrent à ça en échange de pas grand chose : un petit verdissement d’un procédé vite noyé sous l’effet-rebond et l’entreprise a son label vert, parfois dispensé par une ONG qui avait jusqu’ici une belle histoire. L’écologie qui vend des indulgences, rassure tout le monde alors que la situation est inquiétante et que les solutions labellisées n’ont aucun intérêt global, elle est toxique car elle empêche de prendre des mesures plus radicales (car non, une baisse de la hausse d’indicateurs inquiétants n’est pas une bonne nouvelle).

      L’écofascisme ? Mouais, non, et si c’est la seule solution que voit Aurélien Barrau on a du souci à se faire. Parce qu’on ne préserve pas la planète per se, elle est assez grande pour se sauver toute seule, c’est nos conditions de vie décente que nous souhaitons préserver et elles supposent un minimum de respect pour l’auto-détermination des peuples (non, ce n’est pas ça qui nous a mis dedans mais l’habitude qu’on prise les pays riches d’aller puiser chez les autres).

      Non, tout n’est pas un petit geste dans la bonne direction. Le petit geste a eu une valeur éducative mais maintenant qu’on sait tou·tes ce qu’il se passe, il faudrait arrêter de les utiliser comme doudous. Celles et ceux qui s’en satisfont ne méritent pas d’être traité·es comme du poisson pourri, elles et ils sont aussi captifs que tout le monde et s’arrangent comme ils peuvent... Mais on ne va pas les applaudir non plus, cette question mérite plus de volontarisme que de petits gestes !