Agence Media Palestine | SOLIDARITE AVEC LA PALESTINE

https://agencemediapalestine.fr

  • La sécurité intérieure a refusé l’entrée aux Etats-Unis du directeur de Forensic Architecture
    Hakim Bishara, Hyperallergic, le 19 février 2020
    https://agencemediapalestine.fr/blog/2020/02/23/19784

    Organisée par Sophie Landres, l’exposition actuelle au MOAD met en lumière plus d’une douzaine d’enquêtes percutantes de Forensic Architecture. Elles incluent une enquête sur une frappe de drone par la CIA au Pakistan ; une analyse de l’assassinat d’un barbier par la police de Chicago qui a conduit à une investigation par le maire et le département de police de la ville ; une enquête sur l’utilisation d’armes chimiques par le régime syrien ; et une enquête sur le bombardement israélien de la ville palestinienne de Rafah qui a forgé la décision récente de la Cour pénale internationale d’ouvrir une investigation sur la possibilité de crimes de guerre israéliens.

    Le groupe a fait du bruit à la Biennale Whitney en 2019 avec une vidéo — Triple-Chaser (2019) — qui reliait le groupe Safariland, une compagnie dirigée par l’ancien vice-président du musée Whitney Warren Kanders, à des crimes de guerre à Gaza. La vidéo a provoqué une action juridique contre Safariland par le Centre européen pour les droits constitutionnels et humains. Le groupe a plus tard demandé que son travail soit retiré de l’exposition, peu avant que Kanders n’annonce sa démission.

    En conjonction avec l’exposition du MOAD, Forensic Architecture lance une enquête jointe avec des groupes locaux sur les violations des droits humains dans le centre de détention de Homestead en Floride, où les enfants migrants auraient été detenus dans des conditions inhumaines. True to Scale ouvre au public demain, le 20 février.

    Les Etats-Unis bloquent l’entrée d’un chercheur qui expose les violations israéliennes des droits humains
    Maureen Clare Murphy, Electronic Intifada, le 21 février 2020
    https://agencemediapalestine.fr/blog/2020/02/23/les-etats-unis-bloquent-lentree-dun-chercheur-qui-expose-les-vi

    Quand Weizman s’est rendu à l’ambassade américaine à Londres pour réitérer sa demande de visa, un employé lui a demandé de fournir des informations détaillées sur ses voyages des quinze dernières années. Il lui a aussi demandé de nommer tous ses contacts qui auraient pu déclencher l’algorithme, a dit Weizman aux médias..

    Weizman a dit qu’il avait refusé de fournir des informations supplémentaires à l’ambassade parce que le faire « aurait pu faire courir des risques aux personnes dont il aurait donné les noms » .

    L’année dernière, les Etats-Unis ont interdit l’entrée du pays à Omar Barghouti, un militant palestinien des droits humains, co-fondateur du mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions.

    L’administration de Trump a aussi révoqué le visa de la procureure générale de la Cour pénale internationale à cause de ses efforts d’ailleurs frustrés pour poursuivre des investigations sur des crimes de guerre qui auraient été perpétués par les forces américaines en Afghanistan.

    Les fonctionnaires américains ont aussi menacé d’imposer des sanctions ou de chercher à poursuivre pénalement des responsables de la Cour pénale internationale s’ils poursuivaient leurs investigations dans des crimes de guerre qui auraient été commis par Israël.

    Voir aussi ici :
    https://seenthis.net/messages/826651

    Et sur ce sujet, une liste d’expulsions aux frontières israéliennes ici :
    https://seenthis.net/messages/364741

    #Palestine #USA #Eyal_Weizman #Forensic_Architecture #censure #criminalisation_des_militants #criminalisation_des_universitaires #criminalisation_des_artistes #maccarthysme #Expulsion #Frontière

  • Oui, Israël veut la paix — après s’être débarrassé des Palestiniens
    Par Orly Noy, 17 février 2020 | Source : +972 | Trad. de l’anglais : CG pour l’Agence Média Palestine

    https://agencemediapalestine.fr/blog/2020/02/19/oui-israel-veut-la-paix-apres-setre-debarrasse-des-palestiniens

    Un panneau affiché à Tel Aviv par le Israeli Victory Project (IVP, Projet de la victoire israélienne) d’extrême-droite montre les dirigeants palestiniens Ismail Haniyeh et Mahmoud Abbas, les yeux bandés. La légende dit : « La paix se fait avec des ennemis vaincus ». (Oren Ziv)

    La semaine dernière, piétons et chauffeurs de Tel Aviv ont aperçu des panneaux particulièrement perturbants affichés dans toute la ville. Les panneaux, érigés par le groupe d’extrême droite « Projet de la victoire israélienne », montraient le président palestinien Mahmoud Abbas et le dirigeant du Hamas Ismail Haniyeh agenouillés, avec un bandeau sur les yeux, sur fond de destructions. La légende disait : « La paix se fait seulement avec des ennemis vaincus ».

    Dimanche matin, le maire de Tel Aviv Ron Huldai a ordonné que les panneaux soient démontés, disant que les images « incitaient à la sorte de violence qui rappelle l’Etat islamique et les Nazis ». Mais ce qui était vraiment perturbant à propos des panneaux n’est pas l’incitation. Israël n’a pas besoin de chefs de claque pour la violence qu’il exerce contre le peuple palestinien. Ce qui est particulièrement écoeurant est la manière dont le panneau expose à la vue de tous les aspects les plus sombres et les plus malsains du regard collectif d’Israël vis-à-vis de nos voisins.

    D’abord, le texte lui-même. « La paix se fait seulement avec des ennemis vaincus ». Quiconque espère mettre à genoux son ennemi (et les yeux bandés, pour faire bonne mesure) ne s’intéresse absolument pas à un protocole de paix — il s’intéresse seulement à la soumission. Voici l’amère vérité au coeur de tous les « pourparlers de paix » et des négociations avec les Palestiniens : Israël veut mettre à genoux les Palestiniens et les forcer à accepter de honteux accords de défaite, tout en remerciant les Israéliens des « concessions douloureuses » que nous avons été contraints de supporter. (...)

  • Amazon offers free delivery to Israeli settlements, but not to Pa
    https://www.alaraby.co.uk/english/news/2020/2/14/amazon-offers-free-delivery-to-israeli-settlements-investigation-finds

    Amazon offers free shipping to Israeli settlements in the occupied West Bank while charging customers who list their country as the Palestinian Territories, the Financial Times reported on Friday.

    Amazon’s website states the promotion applies to customers with shipping addresses in Israel on qualifying orders over $49.

    Upon running West Bank addresses listed as Israeli through Amazon’s delivery portal, the FT found that the world’s biggest online retailer offers free shipping to settlements on occupied Palestinian territory, which are deemed illegal under international law.

    Customers who select “Palestinian Territories” as their address, however, are subject to shipping and handling fees upwards of $24, the FT reported.

    Amazon spokesman Nick Caplin told the FT customers within the occupied Palestinian territories can enter their addresses and select Israel as their country to qualify for the promotion. These details are not specified on Amazon’s website.

    When contacted by The New Arab, Caplin chalked the discrepancy up to a “logistical issue” that is “not a sign of any other consideration.”

    #Palestine #ONU #Territoires_Occupés #Territoires_67 #Colonies #Colonisation #Complicité #Boycott #BDS

  • Les Nations Unies publient la liste des compagnies profitant des crimes de guerre israéliens
    Ali Abunimah, Electronic Intifada, le 12 février 2020
    https://agencemediapalestine.fr/blog/2020/02/13/les-nations-unies-publient-la-liste-des-compagnies-profitant-de

    Israël a réagi avec colère à la publication de la liste.

    Gilad Erdan, le ministre des affaires stratégiques du pays, a affirmé qu’elle « prouve une fois de plus l’antisémitisme permanent et la haine d’Israël de la part des Nations Unies ».

    Incapable de défendre ses violations du droit international, Israël diffame maintenant régulièrement comme antisémites même les plus modérées de ses critiques.

    Voir aussi :
    https://seenthis.net/messages/825418

    #ListeONU

    #Palestine #ONU #Territoires_Occupés #Territoires_67 #Colonies #Colonisation #Complicité #Boycott #BDS

    #Airbnb, #Expedia, #TripAdvisor, #Booking, #eDreams, #Opodo, #Altice, #SFR, #Motorola, #Alstom, #Egis

    #AXA, #Puma, #Hewlett_Packard, #Hyundai, #Volvo, #Caterpillar, #Heidelberg_Cement, #Cemex, #G4S, #Elbit

  • Annonce du porte-parole de l’armée israélienne : Continuez à tirer sur des enfants palestiniens | Agence Media Palestine

    https://agencemediapalestine.fr/blog/2020/02/11/annonce-du-porte-parole-de-larmee-israelienne-continuez-a-tirer

    Le dégoût, toujours, chaque jours.

    par Gidéon Levy

    Des soldats israéliens tirent sur des enfants. Quelquefois ils les blessent et quelquefois ils les tuent. Quelquefois les enfants se retrouvent en mort cérébrale, quelquefois handicapés. Quelquefois les enfants ont lancé des pierres aux soldats, quelquefois des cocktails Molotov. Quelquefois, par chance, ils se trouvent au milieu d’une confrontation. Ils n’ont presque jamais mis la vie de soldats en danger.

    Quelquefois les soldats tirent intentionnellement sur des enfants, quelquefois par erreur. Quelquefois ils visent les enfants à la tête ou en haut du corps, et quelquefois ils tirent en l’air et ratent, touchant les enfants à la tête. C’est comme ça quand un corps est petit.

    Quelquefois les soldats tirent avec l’intention de tuer, quelquefois pour punir. Quelquefois ils utilisent des balles ordinaires et quelquefois des balles d’acier enrobées de caoutchouc, quelquefois à distance, quelquefois dans une embuscade, quelquefois à bout portant. Quelquefois c’est la peur, la colère, la frustration et un sentiment de n’avoir pas le choix qui les font tirer, ou une perte de contrôle, quelquefois c’est de sang froid. Les soldats ne voient jamais leurs victimes après coup. S’ils voyaient ce qu’ils ont causé, ils seraient susceptibles d’arrêter de tirer.

    #israel #palestine #occupation #colonisation #tueurs_d_enfants

  • Piégés et sans voix : les Palestiniens décrits dans le plan de Trump
    par Ahmed Abu Artema | Agence Media Palestine
    https://agencemediapalestine.fr/blog/2020/01/31/pieges-et-sans-voix-les-palestiniens-decrits-dans-le-plan-de-tr

    Les Palestiniens ne se battent pas pour améliorer leurs conditions de détention, nous voulons le retour des réfugiés et la fin de l’occupation. (...)

  • Allez à Gaza et criez « plus jamais ça »
    Par Gideon Levy, 23 Janvier 2020 | Traduction : L. pour l’Agence Média Palestine
    https://agencemediapalestine.fr/blog/2020/01/24/allez-a-gaza-et-criezplus-jamais-ca

    Il est très important de se souvenir du passé, et il n’est pas moins important que d’être conscient et de faire face à ce qu’il se passe dans le présent. Les dizaines de chefs d’État qui sont arrivés en Israël hier se souviennent peut-être du passé, mais ils gomment le présent. En se taisant, en détournant leurs yeux de la réalité tout en s’alignant de manière inconditionnelle sur les positions Israël, ils ne manquent pas seulement à leurs devoirs, ils trahissent aussi la mémoire du passé au nom duquel ils sont venus ici. Être reçus par Israël sans faire mention de ses crimes, commémorer l’Holocauste tout en ignorant les leçons à en tirer, visiter Jérusalem sans aller dans le ghetto qu’est Gaza lors de la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste, il est difficile de trouver plus grande hypocrisie.

    traduction de cet article : https://seenthis.net/messages/822018
    #GAZA

  • Fauda, d’Israël : un drame immoral, qui exploite et transforme la souffrance des Palestiniens en un divertissement
    Orly Noy – 7 janvier 2020 – Middle East Eye – Traduction : BP pour l’Agence Média Palestine|
    https://agencemediapalestine.fr/blog/2020/01/09/fauda-disrael-un-drame-immoral-qui-exploite-et-transforme-la-so

    La troisième saison de cette série télévisée populaire traite des opérations dans la bande de Gaza assiégée.

    La série télévisée Fauda (le « chaos », en arabe) traite de l’histoire d’une unité clandestine israélienne, la Mistaravim, dont les commandos, déguisés en arabes, vont effectuer des missions à l’intérieur des territoires palestiniens occupés. (...)

    #Gaza

  • 2020, l’année de la fin pour Gaza | Gidéon Levy
    https://agencemediapalestine.fr/blog/2020/01/06/2020-lannee-de-la-fin-pour-gaza

    C’est comme ça quand on s’amuse, le temps file. Il y a huit ans, en 2012, les Nations Unies ont publié un rapport intitulé « Gaza en 2020 : un endroit vivable ? » La réponse était contenu dans le corps du rapport : non. Sauf si des mesures étaient mises en œuvre pour la sauver. Source : Haaretz via Agence Media Palestine

  • ETUN-Palestine, le réseau des syndicats européens pour la Palestine, publie un rapport (en anglais) sur les droits des travailleu.se.rs palestinien.nes, le rôle de l’occupation israélienne, et la complicité européenne :

    Report : European complicity with Israel’s occupation : Undermining Palestinians’ Right to Decent Work
    ETUN Palestine, décembre 2019
    http://www.etun-palestine.org/site/2019/12/17/report-european-complicity-with-israels-occupation-undermining-pales

    La présentation est traduite ici en français :

    Rapport : Complicité européenne avec l’occupation israélienne : Saper le droit des Palestiniens à un travail décent
    ETUN Palestine, décembre 2019
    https://agencemediapalestine.fr/blog/2019/12/19/rapport-complicite-europeenne-avec-loccupation-israelienne-sape

    #Palestine #ETUN #syndicats #Europe #travail

  • 20 points forts de l’impact de BDS en 2019
    Palestinian BDS National Committee (BNC), le 19 décembre 2019
    https://www.bdsfrance.org/20-points-forts-de-limpact-de-bds-en-2019

    Comment la campagne de boycott contre Israël s’est-elle accrue en 2019 ?
    Nora Barrows-Friedman, Electronic Intifada, le 30 décembre 2019
    https://agencemediapalestine.fr/blog/2020/01/01/comment-la-campagne-de-boycott-contre-israel-sest-elle-accrue-e

    #BDS #Palestine #boycott #2019 #bilan

  • Gaza 2020 : le territoire palestinien a-t-il atteint le point de non-retour ?
    Par Megan O’Toole – Lundi 30 décembre 2019 | Middle East Eye édition française
    https://www.middleeasteye.net/fr/decryptages/gaza-2020-le-territoire-palestinien-t-il-atteint-le-point-de-non-reto

    Il y a sept ans, dans le contexte du siège israélien, l’ONU prédisait que Gaza pourrait être invivable d’ici 2020. Des analystes estiment toutefois que ce moment est arrivé il y a bien longtemps

    (...) Nous sommes maintenant pratiquement en 2020. Les projections de l’ONU à propos de l’explosion des besoins de Gaza se sont révélées exactes, et les services essentiels n’ont pas rattrapé leur retard.

    Le taux de chômage atteint près de 50 %, le ratio de médecins et d’infirmières par personne a chuté, plus des deux tiers des ménages souffrent d’insécurité alimentaire et l’eau de l’aquifère de Gaza est potable à hauteur de seulement 3 %, selon les statistiques officielles et les organismes d’aide humanitaire.

    « La prévision concernant le caractère invivable [de Gaza] s’est réalisée », déclare à Middle East Eye Michael Lynk, le rapporteur spécial de l’ONU sur la situation des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés. « L’outil de mesure utilisée par l’ONU et par toute autre organisation internationale pour évaluer les conditions de vie de la population est la dignité humaine, et celle-ci a disparu à Gaza depuis des années maintenant. »

    #Gaza

  • Les organisations de défense des droits de l’homme se félicitent des observations finales du Comité des Nations Unies pour l’élimination de la discrimination raciale sur la ségrégation raciale et l’apartheid des deux côtés de la Ligne verte | Agence Media Palestine
    https://agencemediapalestine.fr/blog/2019/12/24/les-organisations-de-defense-des-droits-de-lhomme-se-felicitent

    Déclaration commune

    Al-Haq – Droit au service de l’être humain

    BADIL Centre de ressources pour la résidence des Palestiniens et les droits des réfugiés

    Centre palestinien pour les droits humains

    Centre Al Mezan pour les droits humains

    Association Addameer pour le soutien aux prisonniers et les droits humains

    Adalah – Centre juridique pour les droits de la minorité arabe en Israël

    Coalition civile pour les droits palestiniens à Jérusalem

    Institut du Caire pour les Etudes sur les droits humains

    Coalition Internationale de l’Habitat – Réseau pour les droits à l’habitat et à la terre

    20 décembre 2019 – Trad. CG pour Agence Media Palestine

    Les organisations pour la défense des droits humains, palestiniennes, régionales et internationales saluent l’adoption, vendredi 12 décembre 2019, par le Comité des Nations Unies (UN) sur l’élimination de la discrimination raciale (désigné ci-après comme le CERD, ou « le Comité ») de ses Observations finales sur Israël qui mettent en lumière, pour la première fois, les politiques israéliennes et ses pratiques de ségrégation raciale et d’apartheid vis-à-vis du peuple palestinien des deux côtés de la Ligne verte. Publiées après examen d’Israël par le Comité lors de sa 100e session les 4 et 5 décembre 2019 à Genève, ces observations finales reflètent l’engagement actif des organisations de la société civile palestinienne, régionale et internationale dans le processus d’examen.

    Avant cet examen, nos organisations ont soumis plusieurs rapports au Comité, y compris un rapport commun de 60 pages soumis par Al-Haq, BADIL, le Centre palestinien pour les droits humains (PCHR), le Centre Al Mezan pour les droits humains, Addameer, la Coalition civile pour les droits palestiniens à Jérusalem (CCPRJ), l’Institut du Caire pour les Etudes sur les droits humains (CIHRS), et la Coalition Internationale de l’Habitat – Réseau pour les droits à l’habitat et à la terre (HIC-HLRN), rapport qui détaille la création par Israël d’un régime institutionalisé de domination raciale et d’oppression systématiques sur le peuple palestinien dans son ensemble, ce qui équivaut au crime de l’apartheid, en violation de l’article 3 de la Convention internationale pour l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale (désignée ci-après comme « la Convention »).

    Dans une déclaration commune au Comité le 2 décembre 2019, les organisations ont argué que, depuis la Nakba de 1948, Israël a institué une série de lois discriminatoires, de politiques et de pratiques qui forment le fondement de son régime institutionalisé de domination raciale et d’oppression sur le peuple palestinien. En conséquence, les groupes ont pressé le CERD d’examiner la politique israélienne envers le peuple palestinien dans son ensemble, étape vers l’élimination de la fragmentation politique, juridique et géographique imposée au peuple palestinien et qui étaye le régime d’apartheid d’Israël.

    En conséquence de nos requêtes, le Comité a adopté plusieurs recommandations importantes reconnaissant les politiques et les pratiques de ségrégation raciale et d’apartheid d’Israël vis-à-vis du peuple palestinien des deux côtés de la Ligne verte, et incitant Israël à veiller à ce que ses politiques et ses pratiques « ne soient pas discriminatoires, intentionnellement ou par leurs effets, envers les citoyens palestiniens d’Israël [et] les Palestiniens des territoires palestiniens occupés » (paragraphe 3 des Observations finales). De plus, le Comité a appelé Israël à respecter ses obligations envers le peuple palestinien dans les territoires palestiniens occupés, de bonne foi et « en accord avec la lettre et l’esprit de la Convention et du droit international » (paragraphes 9-10). (...)

  • Désormais, tout palestinien est un antisémite
    Par Gideon Levy, Haaretz, 8 décembre 2019 – Traduction : JPB pour l’Agence Média Palestine
    https://agencemediapalestine.fr/blog/2019/12/08/desormais-tout-palestinien-est-un-antisemite

    La peste se propage. Sous couvert de la (juste) guerre contre l’antisémitisme, l’Europe et les États-Unis font taire toutes les voix qui osent critiquer Israël. Sous couvert de cette guerre, ils portent atteinte à leur liberté d’expression. Chose incroyable, ce nouveau phénomène ne déclenche aucune protestation comme on aurait pu s’y attendre. Des lois qualifiant l’antisionisme d’antisémitisme et le mouvement anti-occupation d’antisémite sont adoptées à des majorités écrasantes. A présent, elles font le jeu d’Israël et de l’establishment juif, mais elles sont susceptibles d’enflammer de l’antisémitisme quand se poseront les questions sur l’étendue de leur ingérence.

    La semaine dernière, le phénomène a frappé la France, berceau de la révolution. L’Assemblée nationale française a adopté à une large majorité un projet de loi qui adopte la définition de l’antisémitisme émise par l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste, qui assimile l’antisionisme à l’antisémitisme. Liberté ? Égalité ? Fraternité ? Pas quand cela implique Israël. Ici, ces valeurs sont bâillonnées. (...)

    traduction de cet article :
    https://seenthis.net/messages/814809

  • Le comble européen ou quand l’Europe finance la recherche des Israéliens, Turcs, Américains...
    https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/defense-si-si-l-europe-finance-la-recherche-des-groupes-concurrents-aux-eu


    Les groupes israéliens, dont Elbit Systems, ont reçu 1,7 milliard d’euros de financements européens de la part de l’UE.
    Crédits : Matthieu Sontag via Wikipedia (CC-BY-SA)

    Stupéfiant !? L’Union européenne finance des programmes de recherche et d’innovation de groupes israéliens, turcs, américains ou encore suisses et norvégiens. Des groupes qui sont en retour de plus en plus redoutables sur le marché communautaire et sur le grand export.

    Cela parait incroyable et pourtant les données sont là, très froides. L’une des annexes de l’étude de la Fondation pour la recherche stratégique (FRS) portant sur « la stratégie des entreprises étrangères en Europe », qui s’appuie sur les statistiques de l’Union européenne (UE), est pour le moins inattendue : l’Europe finance des programmes de recherche (excellence scientifique, primauté industrielle et défis sociétaux) au profit de groupes étrangers, qui y ont accès le plus légalement du monde en tant que membres associés au même titre que les groupes européens. Et pourtant ces groupes sont très souvent les rivaux directs et redoutables de groupes européens... en Europe et sur le grand export. L’UE ne tire-t-elle pas une balle sur ses champions européens ?

    Car c’est une véritable auberge espagnole pour tous ces groupes étrangers basés dans une quinzaine de pays. Ils ont déjà pu largement piocher dans les crédits du 7ème programme cadre de recherche et développement technologique (4,14 milliards sur un total de 50,5 milliards d’euros sur la période 2007-2013), puis dans ceux d’Horizon 2020 (2,85 milliards au 20 septembre 2018 sur les 79 milliards d’euros couvrant la période 2014-2020). Soit deux des plus grands programmes de recherche au monde financés par des fonds publics, eux-mêmes alimentés par l’argent des contribuables européens. Au total, une part de 10% du montant du PCRDT a été allouée à des Etats associés et à des Etats tiers, contre 8% pour H2020.

    Suisse, Israël et Norvège dans le top 3
    Quels sont les pays qui en profitent le plus ? Les groupes suisses font une razzia sur les financements européens : 43% des montants distribués aux Etats associés au titre du 7eme PCRDT (2 milliards au total) et 33% dans le cadre de H2020 (1 milliard d’euros). Soit un joli pactole de 3 milliards au total. Les groupes israéliens ont également très bien compris tout l’intérêt que pouvaient avoir ces fonds de recherche européens. Et cela a bien marché pour eux puisqu’ils ont ravi la deuxième place du podium : 875,1 millions au titre du 7eme PCRDT, puis 704,1 millions dans le cadre de H2020. Soit un total de 1,58 milliard d’euros obtenus. Au troisième rang s’est imposée la Norvège qui talonne Israël avec 1,54 milliard de subsides reçus de l’UE. Suivent ensuite la Turquie (333,9 millions d’euros) et... les Etats-Unis (127,6 millions d’euros). Des pays qui pourtant s’équipent pour certains comme Israël principalement de matériels militaires « Made in USA » et qui n’offrent pas les mêmes conditions de financements aux groupes européens.
    […]
    Elbit et IAI chassent les financements européens
    Pragmatiques et opportunistes, les groupes israéliens, en particulier Elbit Systems et IAI, qui sont au fil du temps devenus de redoutables concurrents des groupes de défense en Europe et à l’export, sont de grands chasseurs de financements européens. Au cours des vingt dernières années, les groupes israéliens ont reçu 1,7 milliard d’euros de financements européens. En contrepartie, Israël a de son côté financé ces programmes à hauteur de 1,4 milliard d’euros. Elbit Systems et IAI sont en quête de financements de l’UE dans des projets « °liés aux domaines spatial, sécurité, transport et ICT (technologies de l’information et de la communication, ndlr), en position de participant mais aussi de coordinateur° », expliquent les deux auteurs, Hélène Masson et Kevin Martin.

    Selon l’étude de la FRS, « 21.300 entités israéliennes ont soumis des projets, dont 3.080 ont été retenus, impliquant 4.435 participants. Parmi ces derniers, on compte 2.450 chercheurs académiques, 1.270 chercheurs travaillant en entreprises et 175 dans d’autres secteurs ». Israël peut au final « se targuer d’un positionnement réussi dans le FP7 et H2020 », se situant respectivement au 17ème et au 15ème rang des Etats bénéficiaires. En outre, les différentes entités israéliennes impliquées ont coordonné respectivement 779 et 502 projets sur les deux périodes.

    Concernant la participation d’Israël à H2020, l’accord d’association garantissant son admissibilité à des financements a été signé in extremis en juin 2014 après de nombreux mois de négociations. « L’UE a imposé de nouvelles conditions qui stipulent que les participants opérant dans des colonies juives ne sont pas autorisés à demander un financement, a précisé la FRS. Au cours des discussions, Israël avait souligné qu’en l’absence d’accord, l’impact serait majeur pour le financement de la recherche nationale (réduction de 40% des financements) ». En attendant, les groupes israéliens poursuivent leur montée en puissance grâce en partie à l’Union européenne. Un gag ? Non. Et dire que certains organismes de recherche européens très pointus font l’objet de restrictions budgétaires…

  • Personne en Israël ne savait qu’ils commettaient un massacre et ils ne s’en sont pas souciés | Gidéon Levy (Haaretz via
    https://agencemediapalestine.fr/blog/2019/11/19/personne-en-israel-ne-savait-quils-commettaient-un-massacre-et-

    Le pilote du bombardier ne savait pas. Les supérieurs qui lui donnaient des ordres ne savaient pas non plus. Le ministre de la défense et le commandant en chef ne savaient pas. Ni le commandant de l’armée de l’air. Le porte-parole de l’armée qui… Source : Agence Media Palestine

  • Gidéon Levy : assassiner le leader du Jihad Islamique n’apporte rien à Israël. Alors pourquoi l’avoir fait ? | Agence Media Palestine
    https://agencemediapalestine.fr/blog/2019/11/14/gideon-levy-assassiner-le-leader-du-jihad-islamique-napporte-ri

    Gidéon Levy, Haaretz le 14 novembre 2019

    Une fois encore, la sacro-sainte unité est venue. Une fois de plus, nous formons un seul peuple, sans opposition ni débat public, une parade d’hommes et de pom-pom girls dans les médias, une effusion de sang sans regrets, comme cela se produit toujours dans ces situations nauséabondes, « calme, nous tournons ».

    Israël simule une scission parmi le peuple, qui se produit toujours comme par magie à chaque assassinat. Nous discutons de la vie mais nous sommes d’accord sur la mort, tant que les morts sont des Arabes. Si nous sommes automatiquement d’accord pour toutes les actions militaires, il n’ya pas vraiment de polarisation ni de débat, et c’est vraiment dommage.

    Une opposition juive doit encore naître qui condamnera une action violente des forces de défense israéliennes quand elle commencera. La résistance ne vient que quand elle commence à échouer. Les gens ont ensuite le courage de manifester, mais il est toujours trop tard. Au début, seule peut émerger la question marginale du timing, ce refuge de lâches. Nous aurions dû le faire avant, cela aurait dû être plus tard, mais pas maintenant ; l’opération actuelle, par exemple, est apparemment ternie par des considérations électorales, comme si cela pouvait être prouvé.

    Si le bain de sang est inévitable, le moment choisi n’est pas important. Et si c’est criminel et nuisible, aucun timing ne changera cela. Juste décider. Même la haine du Premier ministre Benjamin Netanyahu a été oubliée : Yair Lapid se félicite de l’attaque, Benny Gantz la loue comme étant « la bonne décision » et Amir Peretz déclare : « Le plus important est de fournir un soutien total à Tsahal. » Pourquoi ? Parce que. Toujours ? Oui.

    On peut accepter l’argument voulant que Baha Abu al-Ata soit responsable des tirs de roquettes incessants sur Israël, mais il faut savoir que le siège de la bande de Gaza est responsable de plus de roquettes que tous les commandants du Jihad islamique et du Hamas réunis, et Bien sûr, personne n’en parle. Abu al-Ata a grandi dans la bande de Gaza dans des conditions qu’aucun Israël ne peut imaginer, et a choisi la voie de la résistance militaire, une voie brutale. Il y a aussi des Israéliens qui ont choisi de servir leur peuple dans l’armée.

    L’assassinat d’Abou al-Ata ne sert à rien. Qu’avons-nous gagné ? Comment son assassinat et celui des autres ont-ils servi les intérêts d’Israël ? Si même cette question n’est jamais débattue, alors nous sommes victimes d’une grave paralysie cérébrale. La situation d’Israël est-elle plus sûre le lendemain de l’assassinat ? Les communautés du sud sont-elles en meilleure forme ? Le djihad islamique est-il plus faible ? L’armée israélienne est-elle devenue plus forte ? Les réponses sont non et non. Aucun des généraux ou des analystes n’a réussi à expliquer ce que Israël a tiré de tout cela.

    l méritait la peine de mort. Bien, nous vous avons entendu, mais qu’avons-nous gagné ? Voici un bilan provisoire : plus de haine à Gaza, s’il ya encore de la place pour plus de haïr envers ceux qui ont détruit la vie de cinq générations et qui n’ont pas cessé. Beaucoup de sang a été versé et continue de couler – 22 Palestiniens ont été tués dans la bande de Gaza mercredi soir, la destruction et la peur semées des deux côtés ne produisant rien. Et bien sûr, il est clair que le futur héritier d’Abou al-Ata sera de plus en plus extrême et dangereux, de même que ceux qui ont remplacé les centaines de dirigeants et de commandants qu’Israël a tués au fil des ans, le tout en vain .

    Les éliminations acclamées de Khalil al Wazir, Ahmed Yassin, Abdul Aziz Rantisi, Thabet Thabet, Ahmed Jabari ou Abbas Musawi n’ont rien donné ; les assassinats héroïques de toutes ces personnes ont été vains. Israël n’a rien gagné d’eux, si ce n’est plus de sang versé.

    Pourquoi Israël continue-t-il ses assassinats ciblés ? Parce que ça peut. Parce que ce sont des histoires héroïques. Parce qu’il aime les combattants palestiniens morts. Parce que le désir de vengeance et de punition le rend fou. C’est ainsi que vous montrez aux gens que vous faites quelque chose sans vous retenir. C’est ainsi que vous pourrez exécuter des gens tout en affirmant qu’Israël n’a pas la peine de mort. Parce que c’est le moyen d’éviter la vraie solution. Parce que personne n’a le courage de parler de la vraie solution : lever le blocus et parler directement au Hamas. Parce que tout le monde ici applaudit aux assassinats et n’ose jamais les interroger. Demandez-leur à Kahol Lavan et au Parti travailliste, demandez à presque tous les Israéliens s’ils sont opposés. Nous sommes tous en faveur.

    Traduction : Agence Média Palestine

    Source : Haaretz

    #Israël #Palestine #Gaza #Gideon_Levy

  • Updated: Army Kills Five Palestinians, Injures 25, In Gaza
    November 12, 2019 5:41 PM – IMEMC News
    https://imemc.org/article/tuesday-army-kills-four-palestinians-injures-25-in-gaza

    The Palestinian Health Ministry has confirmed, Tuesday, that a Palestinians died from serious wounds he suffered earlier after the Israeli army fired missiles targeting several Palestinians in Beit Lahia, in northern Gaza.

    The Health Ministry said the Palestinian, identified as Ibrahim Ahmads ad-Dabous , 23, died from serious wounds he suffered in the Salateen area, northwest of Beit Lahia.


    His family said he just married just two months ago.

    He was seriously injured when the army killed Zaki Ghannam , 25, after it fired missiles targeting several resistance fighters in Beit Lahia, in the northern part of the coastal region, also leading to the injury of three Palestinians.

    #Palestine_assassinée

    • Gaza updates- Death toll of Israel’s assaults reaches 10
      By َQudsN / November 12, 2019
      http://qudsnen.co/gaza-updates-death-toll-of-israels-assaults-reaches-10

      Gaza (QNN)- Ten Palestinians were murdered on Tuesday while 45 others were wounded in the Israeli escalation against the Gaza strip, said the Ministry of Health.

      The Ministry stated that the martyrs are Zaki Ghannameh (25 years old), Bahaa Abu ata ( 42 years old), Islamic Jihad leader, and his wife Asmaa Abu Ata (39 years old).

      Israeli airplanes also killed Muhammad Hammoudeh (20 years old), I brahim Dabous (23 years old), Abdullah Balbisi (26 years old), Abdussalam Ahmad (28 years old), Muhammad Abu Shekel (31 years old), Rani Abu Naser (35 years old), and Jihad Abu Khater (22 years old).

      45 Palestinians were also wounded, including 25 children, in the escalation which the Israelis claim to be targeting the resistance only.

      On the other hand, the Palestinian resistance continues to fire retaliation missiles at Israeli targets. Approximately 20 Israelis were reportedly injured, most of them had panic attacks, however the Israeli authorities continue to impose media blackout on the numbers of Israeli casualties.

    • Israël a tué 32 de mes amis
      Hamza Abu Eltarabesh – The Electronic Intifada – 13 décembre 2019 – Traduction : BP pour l’Agence Média Palestine
      https://agencemediapalestine.fr/blog/2019/12/19/israel-a-tue-32-de-mes-amis

      J’ai rencontré al-Dahous pour la première fois quand il est venu faire la peinture de ma maison.

      C’était il y a environ un an. Je lui avais été présenté par mon cousin Muhammad Ashour, un décorateur d’intérieur.

      Ibrahim était très réservé. Ce n’est qu’après deux jours de travail chez moi que je l’ai entendu parler.

      Tout en étant un silencieux, Ibrahim pouvait aussi être très drôle. Quand il sortait une blague, tout le monde autour de lui se mettait à rire.

      Il a fallu à Ibrahim et à mon cousin environ une semaine pour peindre ma maison. Au cours de leur dernière journée de travail, nous avons eu une conversation à propos de l’importante offensive d’Israël contre Gaza, durant l’été 2014.

      J’ai été stupéfait quand Ibrahim m’a dit qu’Israël avait détruit sa maison qui venait d’être construite au cours de l’été.

      Et il a été stupéfait quand je lui ai dit que depuis la deuxième Intifada – éclatée en septembre 2000 -, Israël avait tué 31 de mes amis.

      « Je pourrais bien être le numéro 32 » a-t-il dit.

      Le propos n’aurait pas porté à rire, si ce n’avait été la façon dont Ibrahim l’a prononcé. Et je n’ai pas pu arrêter mon fou rire.

      Cela était typique d’Ibrahim. Son sens de l’humour était sombre.

      « Tant de rêves »

      Tragiquement, son propos s’est avéré prémonitoire. (...)