Trump Shares Altered National Weather Service Forecast Map of Hurricane Dorian – gCaptain

/trump-shares-altered-national-weather-s

  • Trump Shares Altered National Weather Service Forecast Map of Hurricane Dorian – gCaptain
    https://gcaptain.com/trump-shares-altered-national-weather-service-forecast-map-of-hurricane-do


    U.S. President Donald Trump holds up a hurricane track chart with Acting DHS Secretary Kevin McAleenan as he talks to reporters during a status report meeting on Hurricane Dorian in the Oval Office of the White House in Washington, U.S., September 4, 2019. REUTERS/Jonathan Ernst

    President Donald Trump is drawing criticism for sharing a week-old National Weather Service map that had been altered to show the track of Hurricane Dorian extending further into the Gulf coast than had previously been predicted.

    Trump displayed the map before reporters on Wednesday during briefing on Hurricane Dorian from the Oval Office of the White House.

    The map, which is dated Thursday, August 29, 2019, included a seemingly hand-drawn, black semi-circle extending the 5-day cone into southwestern Georgia and parts of Alabama. The map was handed to him by Acting Secretary of Homeland Security Kevin McAleenan as President Trump explained “the original chart” that showed Dorian possibly heading into the Gulf of Mexico.

    • Le président du syndicat des employés de la NOAA proteste, l’équipe de campagne du président ajoute « le véritable marqueur du président » aux goodies vendus pour financer la campagne…

      Trump’s Dorian Brawl Leads to Dispute Within Weather Agency - Bloomberg
      https://www.bloomberg.com/news/articles/2019-09-07/trump-s-dorian-brawl-leads-to-dispute-within-u-s-weather-agency


      Photographer : Tom Brenner/Bloomberg

      As President Donald Trump dragged the brawl over his forecast for Hurricane Dorian into a sixth day, a U.S. agency released a statement bolstering his account — prompting a scathing response from the leader of an agency union.
      […]
      The weather service’s office in Birmingham, Alabama, had said in a tweet on Sunday that “no impacts from Hurricane Dorian will be felt across Alabama,” contradicting the president, who has persisted in arguing that his warning had been accurate.

      On Friday night, Dan Sobien, the president of the National Weather Service Employees Organization, tweeted: “Let me assure you the hard working employees of the NWS had nothing to do with the utterly disgusting and disingenuous tweet sent out by NOAA management tonight.

      In a telephone interview, Sobien said that the statement was “like nothing I’ve ever seen, ever,” and could prompt people to ignore future warnings. “I can’t think of another word for it other than managerial malpractice,” he said.

      NOAA needs to withdraw the statement,” he added, “they need to apologize to their employees and they need to go out and do a serious public relations campaign to try to renew the confidence of the American public in the National Weather Service.
      […]
      His campaign seized on the controversy as a fund-raising tool. Trump’s website offered “Official Donald J. Trump Fine Point Markers” along with items such as plastic straws — a dig at environmentalists who prefer paper straws — and “Make America Great Again” red caps.

    • Official Donald J Trump Fine Point Markers

      voisine avec le lot de 10 pailles en plastique recyclable…

      Trump Straws - Pack of 10 $15.00
      Liberal paper straws don’t work. STAND WITH PRESIDENT TRUMP and buy your pack of recyclable straws today.

      Please allow 12-14 business days.
      • BPA free
      • Reusable & Recyclable
      • 9" long
      • Pack of 10 identical straws as shown
      • Laser engraved
      • Made in USA

    • Météo. Quand Trump déclenche une tempête - Monde - LeTelegramme.fr
      https://www.letelegramme.fr/monde/meteo-quand-trump-declenche-une-tempete-10-09-2019-12379721.php


      Le président américain présentant son interprétation de la trajectoire de l’ouragan Dorian, en y intégrant, d’un coup de feutre noir, l’État de l’Alabama.

      Photo AFP

      Les fonctionnaires du service public américain de météorologie ne décolèrent pas contre Donald Trump. Contre vents et marées et malgré l’avis des scientifiques, le président américain a persisté dans sa version très personnelle de la menace de l’ouragan Dorian. La Maison Blanche a même tenté par la suite de désavouer les prévisionnistes.

      Comme souvent avec le président américain, tout est parti d’un tweet… Dimanche 1er septembre, Donald Trump écrit que « Caroline du Sud, Caroline du Nord, Géorgie et Alabama » seraient « très probablement touchés (beaucoup) plus fort que prévu » par l’ouragan Dorian, né quelques jours plus tôt dans l’Atlantique. Vingt minutes exactement plus tard, le bureau du National Weather Service - l’équivalent de Météo France - à Birmingham, dans l’Alabama, répondait : « L’Alabama ne subira PAS d’impact de Dorian. Nous répétons, aucun impact de l’ouragan Dorian ne sera ressenti dans l’Alabama ».

      L’affaire aurait pu s’arrêter là, mais le président Trump, cherchant le dernier mot, a persisté pendant des jours, transformant l’histoire en bras de fer politique, déclenchant la consternation dans la communauté scientifique et ouvrant un gouffre entre les hauts responsables de l’administration et les milliers de fonctionnaires des services météo, qui ont vécu l’épisode comme une trahison.

      On ne sait pas pourquoi le Président a inclus l’Alabama dans son tweet initial. Désir de se montrer mobilisé auprès des habitants de l’État ? En tout cas, il est allé jusqu’à présenter dans le Bureau ovale une carte où, d’un coup de feutre noir (voir plus haut), l’Alabama se retrouvait incluse dans le prolongement de la trajectoire possible de l’ouragan, au-delà de cinq jours. Dorian n’a jamais touché l’Alabama. Il n’est même pas entré à l’intérieur des terres américaines, remontant au large de la côte Est en direction du Canada.
      Mais la Maison Blanche a mis la pression sur les hauts responsables politiques de l’Administration océanique et atmosphérique (NOAA), qui chapeaute les services météo, afin qu’ils désavouent leurs propres prévisionnistes ! Le ministre du Commerce, Wilbur Ross, serait allé jusqu’à menacer de les limoger, selon le New York Times. Dont acte : les informations initiales montraient que des vents forts « pouvaient toucher l’Alabama », a déclaré la NOAA, vendredi, dans un communiqué sec, épinglant son bureau de l’Alabama et précisant qu’il existait, à un moment, une faible probabilité de vents forts (mais pas de catégorie ouragan) dans l’Alabama… Ce lâchage politique a stupéfait les météorologues, transformant l’affaire en crise interne.

      Une enquête interne a été lancée par le scientifique en chef de la NOAA. Le patron du service météorologique national, Louis Uccellini, a fermement défendu les siens, lundi, lors d’une conférence annuelle de météorologie, qui se tient… dans l’Alabama. « Quand les téléphones et les réseaux sociaux ont commencé à s’agiter vers 10 h, le 1er septembre », a dit Louis Uccellini, « ils ont mis fin à ce qu’ils pensaient être des rumeurs ». « Le bureau de Birmingham a fait cela pour empêcher toute panique », a-t-il martelé, défendant l’« intégrité » des prévisionnistes. La salle a répondu par une standing ovation. « Nous soutenons complètement le service météo de Birmingham, tous les météorologues les soutiennent », a expliqué Bill Murray, président de The Weather Factory, un prévisionniste qui a assisté à la scène.

      Les prévisions météo sont un acte d’équilibriste aux États-Unis. Le Centre national des ouragans, un petit service basé à Miami qui dépend de la NOAA, doit éviter de produire des prévisions d’itinéraires erronées ou trop étroites, ce qui coûterait des vies, mais une prévision trop large conduirait à l’évacuation inutile de millions de personnes.

      L’exactitude des prévisions sur la course d’un ouragan a encore une marge d’erreur de l’ordre d’une centaine de kilomètres à 48 heures, mais elle s’est nettement améliorée depuis les années 1970, au point qu’au début des années 2000, le centre a commencé à produire des cartes à quatre et cinq jours. Mais prédire au-delà de cinq jours reste un exercice trop aléatoire, d’où la révolte contre le coup de feutre du Bureau ovale qui prolongeait la prévision officielle.

    • On ne rigole pas avec les cartes aux É.-U. ni avec les pressions sur la fonction publique : commission d’enquête parlementaire sur l’affaire Dorian vs Alabama

      U.S. House panel probes Commerce Secretary Ross over Trump Dorian tweet kerfuffle - Reuters
      https://www.reuters.com/article/us-trump-hurricane-congress-idUSKCN1VW282

      A U.S. House panel on Wednesday opened an investigation into U.S. Commerce Secretary Wilbur Ross’ potential role in the National Oceanic and Atmospheric Administration’s decision to rebuke an Alabama weather service office for dismissing a warning on Twitter from President Donald Trump about Hurricane Dorian.

      Representative Eddie Bernice Johnson, the Democrat who chairs the Science, Space and Technology Committee, said in a letter Wednesday to Ross that in an apparent effort to back Trump’s “incorrect tweet ... Commerce officials may have taken a number of steps to pressurize NOAA into supporting the president’s assertions.
      […]
      The panel seeks all communications between the White House and Commerce related to the Trump Dorian Alabama tweet and the subsequent statement by Sept. 20. It also asks Ross whether Commerce officials issued any threats “employment-related or otherwise” if the White House or Commerce Department was involved in writing the unsigned statement.