QF 747 Explosive Depressurisation - YouTube

?v=OjLu5bfpyL8

  • Boeing a rencontré des problèmes techniques lors des tests du futur long courrier 777X
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/09/07/boeing-a-rencontre-des-problemes-techniques-lors-des-tests-du-futur-long-cou

    Déjà très affecté par la crise de son 737 MAX, l’avionneur subit un nouveau coup dur alors que le premier vol d’essai de l’appareil a déjà été repoussé à début 2020.

    Englué dans la crise de son 737 MAX, Boeing a rencontré des problèmes techniques jeudi soir lors des tests de son futur long-courrier 777X avec des inspecteurs de l’agence fédérale de l’aviation (FAA), ont indiqué vendredi 6 septembre à l’Agence France-Presse (AFP) des sources concordantes.

    Ces tests dits de pressurisation font partie du processus d’approbation de l’avion, a expliqué à l’AFP un porte-parole de la FAA. Ils visent à soumettre l’appareil à des conditions dépassant les conditions opérationnelles réelles pour s’assurer de sa fiabilité, de son intégrité et de sa sécurité.

    Les tests ont dans la foulée été suspendus, a déclaré à l’AFP un porte-parole de Boeing, se refusant à dire toutefois si ces anomalies allaient reporter le premier vol d’essai du 777X prévu début 2020. « L’incident est en train d’être examiné et l’équipe est en train de travailler pour comprendre l’origine du problème. »

    Le porte-parole a insisté sur le fait que ces tests étaient les derniers d’une série que Boeing est en train de conduire sur le 777X depuis plusieurs mois.

    Selon une source proche du dossier ayant requis l’anonymat auprès de l’AFP, une porte de l’avion a été emportée lors du test.

    • Boeing a rencontré des problèmes techniques jeudi soir lors des tests […] Ils visent à soumettre l’appareil à des conditions dépassant les conditions opérationnelles réelles pour s’assurer de sa fiabilité, de son intégrité et de sa sécurité.

      Oh, ces euphémismes sont de beaux éléments de langage livrés par Boeing : la précision « dépassant les conditions opérationnelles » ferait comprendre que c’est pas très grave pour la sécurité, puisqu’un avion, « en vrai », ne subirait pas de telles conditions… Et l’avion n’a pas raté son test, il a « rencontré des problèmes techniques ».

      Ah ah, quand on a été recalé au permis de conduire parce qu’on s’est emplâtré un lampadaire, on peut toujours prétendre qu’on a juste « rencontré des problèmes », et qu’on a été (inutilement et injustement) soumis à des tests qui « dépassent les conditions opérationnelles réelles »… et que donc on a « reporté » l’examen du permis de conduire à une date ultérieure.

    • On parle quand même de la perte d’une porte de l’appareil lors d’un test (au sol) de pressurisation au delà de l’altitude standard… Bon, c’est off, ça reste donc au conditionnel, mais s’il s’agissait, en vol, d’une porte arrière il n’est pas garanti que l’intégrité structurelle de l’appareil soit conservée (pour parler comme les techos). En clair, il pourrait perdre sa queue.

      Deux vidéos sur la décompression explosive :
      • une rupture d’étanchéité en vrai sur un vol de la Quantas en juillet 2008
      https://www.youtube.com/watch?v=OjLu5bfpyL8

      • un test au sol
      https://www.youtube.com/watch?v=4yG2h1aDB6k


      où il est conclu que tout va bien (enfin, pas forcément pour le mannequin près de la fenêtre). On notera que la différence de pression est d’environ 0,5 atmosphère (8 psi, si j’ai bien entendu) ce qui correspond à la pression à l’altitude du Mont-Blanc (5000 mètres). À 12000 mètres, limite haute du domaine de vol en long courrier, la pression extérieure est plutôt de l’ordre de 0,1 atmosphère…