créateur d’emplois... et de tensions dans les territoires

/amazon-createur-d-emplois-et-de-tension

  • Amazon : créateur d’emplois... et de tensions dans les territoires
    https://www.latribune.fr/technos-medias/amazon-createur-d-emplois-et-de-tensions-dans-les-territoires-827561.html

    La firme de Seattle projette d’ouvrir un centre logistique de 185.000 m² au sud de Metz pour irriguer l’Europe de l’Est. À la clé : « plusieurs centaines d’emplois » sur un territoire délaissé par les industriels depuis 2008, selon les élus. Mais cette nouvelle ne réjouit pas tous les riverains, dont certains craignent qu’Amazon déforme leur ville et surestime les retombées économiques.

    Au-delà de l’incertitude sur les emplois promis, l’association de riverains redoute des « nuisances supplémentaires, liées à l’augmentation du trafic routier pouvant causer davantage d’encombrements, de nuisances sonores et de pollution », liste Xaviera Frisch. Sur la commune de 2.100 habitants, « les flux routiers générés sur une journée entière seront d’environ 3.600 déplacements supplémentaires, dont 700 déplacements de poids lourds », selon l’étude d’impact. Le centre logistique ayant vocation à fonctionner 7 jours sur 7, 24 heures sur 24, cela fait une moyenne d’un camion toutes les cinq minutes.

    « L’autoroute A31 passe juste à côté de notre village, et elle est déjà surchargée. Les voiries, pour l’instant, ne sont pas du tout adaptées à un tel volume de passage supplémentaire », ajoute l’association de riverains.

    L’étude évoque en effet un « léger impact », tempéré par les horaires décalés des futurs employés Amazon. Les entrepôts fonctionnent sur trois cycles différents : « une équipe le matin (5h40/12h50), une équipe l’après-midi (13h20/20h30) et une équipe de nuit lors des périodes de pointes d’activité », justifie l’étude.

    Pour tenter de réduire les nuisances en tout genre, des travaux d’aménagements sont engagés. Pour l’ensemble du Plateau de Frescaty, qui accueillera d’autres entreprises, « un programme pluriannuel d’investissements a été voté par les élus de Metz Métropole pour un montant de 35 millions d’euros », fait savoir Metz Métropole. Un budget qui comprend entre autres, les aménagements routiers et paysagers, la création de nouvelles mobilités sur le Plateau (environ 12 kilomètres de pistes cyclables vont être créés), la sécurisation du site ou encore la démolition. Le prix à payer pour accueillir, entre autres, les emplois du géant américain.

    #Amazon #Metz

  • Amazon : créateur d’emplois... et de tensions dans les territoires
    https://www.latribune.fr/technos-medias/amazon-createur-d-emplois-et-de-tensions-dans-les-territoires-827561.html

    La firme de Seattle projette d’ouvrir un centre logistique de 185.000 m² au sud de Metz pour irriguer l’Europe de l’Est. À la clé : "plusieurs centaines d’emplois" sur un territoire délaissé par les industriels depuis 2008, selon les élus. Mais cette nouvelle ne réjouit pas tous les riverains, dont certains craignent qu’Amazon déforme leur ville et surestime les retombées économiques.
    […]
    Au-delà de l’incertitude sur les emplois promis, l’association de riverains redoute des « nuisances supplémentaires, liées à l’augmentation du trafic routier pouvant causer davantage d’encombrements, de nuisances sonores et de pollution », liste Xaviera Frisch. Sur la commune de 2.100 habitants, « les flux routiers générés sur une journée entière seront d’environ 3.600 déplacements supplémentaires, dont 700 déplacements de poids lourds », selon l’étude d’impact. Le centre logistique ayant vocation à fonctionner 7 jours sur 7, 24 heures sur 24, cela fait une moyenne d’un camion toutes les cinq minutes.

    « L’autoroute A31 passe juste à côté de notre village, et elle est déjà surchargée. Les voiries, pour l’instant, ne sont pas du tout adaptées à un tel volume de passage supplémentaire », ajoute l’association de riverains.

    L’étude évoque en effet un « léger impact », tempéré par les horaires décalés des futurs employés Amazon. Les entrepôts fonctionnent sur trois cycles différents : « une équipe le matin (5h40/12h50), une équipe l’après-midi (13h20/20h30) et une équipe de nuit lors des périodes de pointes d’activité », justifie l’étude.

    Pour tenter de réduire les nuisances en tout genre, des travaux d’aménagements sont engagés. Pour l’ensemble du Plateau de Frescaty, qui accueillera d’autres entreprises, « un programme pluriannuel d’investissements a été voté par les élus de Metz Métropole pour un montant de 35 millions d’euros », fait savoir Metz Métropole. Un budget qui comprend entre autres, les aménagements routiers et paysagers, la création de nouvelles mobilités sur le Plateau (environ 12 kilomètres de pistes cyclables vont être créés), la sécurisation du site ou encore la démolition. Le prix à payer pour accueillir, entre autres, les emplois du géant américain.

    • Amazon, culture du secret ?

      Juste pour rire, voici ce que donne aujourd’hui gg:maps quand on cherche le site d’Amazon Boves, plus de 100 000 m2 (seulement…) près d’Amiens, site inauguré il y a maintenant 2 ans,…
      (on notera la date des images Google et CNES/Airbus, Landsat/Copernicus, Maxar Technologies : 2019…)

      Emmanuel Macron inaugure le nouveau centre logistique d’Amazon... qui annonce l’ouverture d’un futur entrepôt XXL
      https://www.usine-digitale.fr/article/emmanuel-macron-inaugure-le-nouveau-centre-logistique-d-amazon-qui-an

      A l’occasion du déplacement d’Emmanuel Macron à Boves [le mardi 3 octobre 2017] pour l’inauguration du cinquième centre logistique d’Amazon en France, le géant du e-commerce a annoncé la création prochaine d’un sixième centre logistique en région parisienne. Il ouvrira en 2018 à Brétigny-sur-Orge (Essonne). Le futur site doit permettre de créer 1 000 postes en CDI à temps plein dans les trois années suivant son ouverture. Avec 142 000 mètres carrés de surface, le centre de Brétigny-sur-Orge sera le plus grand site d’Amazon en France en termes de volume de stockage.

    • Il y a eut une rumeur de l’implantation d’un Amazon à quelques kilomètres de l’ex ZàD de Notre-Dame-des-Landes. En quelques semaine la mobilisation était prête à reprendre le flambeau, au point qu’ils ont dû faire un démenti. A cette occasion, j’avais fait une recherche pour comprendre d’où venait la rumeur et je me suis rendu compte que la même rumeur avait couru sur d’autres territoires, comme une sorte de test pour savoir où la population serait le moins susceptible de s’opposer à son implantation...