Une catastrophe écologique liée à l’incendie d’une usine Seveso cet été est-elle passée inaperçue ?

/une-catastrophe-ecologique-liee-a-l-inc

  • Les biais du “fast checking” de Libération…

    J’ai été interrogé il y a quelques jours par une fast-checkeuse de
    Libération sur mon récent article (27 septembre), dédié à l’incendie
    de la station d’épuration d’Achères du SIAAP sur mon blog du Diplo.

    L’appel faisait suite à une première enquête, davantage travaillée,
    d’Arrêt sur images.

    Déjà au téléphone il était clair qu’elle n’y connaissait rien…

    A l’arrivée, elle passe complètement à côté du sujet.

    Occultation totale de l’origine du sinistre (trois mois et demi après, on n ’en sait rien...), de la “gouvernance” désastreuse du syndicat, de la corruption à ciel ouvert qui y règne, des conséquences à long terme (3 à 5 ans) de l’incendie sur l’environnement…

    A contrario la fast checkeuse se fait enfumer par le SIAAP, qui la
    noie dans des statistiques (maison) de poissons morts, ou pas morts,
    l’essentiel du message consistant à affirmer que tout est quasiment
    rentré dans l’ordre, circulez, y a rien à voir, ligne de défense que
    le SIAAP met en oeuvre depuis 15 jours…

    Très éclairant !

    L’article sur Check News de Libé :

    « Une catastrophe écologique liée à l’incendie d’une usine Seveso cet
    été est-elle passée inaperçue ?

    Par Emma Donada 9 octobre 2019 à 11:29

    L’incendie de l’usine d’épuration d’Achères, principale station de la
    région parisienne, a provoqué la mort de centaines de poissons, cet
    été.

    Question posée par François le 01/10/2019

    Bonjour,

    Vous nous avez posé cette question que nous avons modifiée : « Un
    article du Monde diplomatique du 27 septembre évoque une catastrophe écologique majeure passée sous silence : l’incendie de la station d’épuration d’Achères le 3 juillet. Pourquoi une telle indifférence des médias ? »

    https://www.liberation.fr/checknews/2019/10/09/une-catastrophe-ecologique-liee-a-l-incendie-d-une-usine-seveso-cet-ete-e