« C’est un outil de surveillance de masse qui va déshumaniser les rapports sociaux », estime la Quadrature du Net

/2642419-20191104-reconnaissance-faciale