Lobbying et transparence : le règne des faux-semblants - Page 1

/lobbying-et-transparence-le-regne-des-f

  • Lobbying et transparence : le règne des faux-semblants - Page 1 | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/france/081119/lobbying-et-transparence-le-regne-des-faux-semblants

    C’est devenue clair dans le monde entier, la lutte contre la corruption est un des piliers majeur de la recomposition d’une alternative politique crédible et efficace.

    a loi Sapin 2 a été votée fin 2016. C’est la première à encadrer en France les activités de lobbying, notamment par le biais du répertoire des représentants d’intérêts qui documente leurs actions et dépenses. Près de trois ans plus tard, la publication des activités des représentants d’intérêts atteint son rythme de croisière, avec déjà un an et demi de données accessibles. Mais les informations détaillées dans le répertoire restent bien loin de la transparence et ne permettent guère de savoir ce qui se passe concrètement.

    En se penchant, pour exemple, sur les géants américains du numérique (Google, Facebook, Amazon, Apple, Microsoft et Uber), on se rend compte du flou du dispositif. Avec un montant de dépenses en lobbying déclaré entre 1 et 1,25 million d’euros pour l’année 2018, Google se place sur la deuxième marche du podium, ex aequo avec BNP Paribas et EDF, et juste derrière Total, première des entreprises. Les contours des budgets déclarés, cependant, ne sont pas forcément similaires et la comparaison s’avère complexe.

    En 2017, Mediapart avait raconté comment le gouvernement avait renoncé in extremis, sous la pression du Medef et de hauts fonctionnaires pas pressés d’exposer les coulisses de leur pouvoir, à exiger de ces professionnels de l’influence qu’ils dévoilent l’identité de toutes leurs cibles.

    Aujourd’hui, dans un rapport sur « un meilleur encadrement du lobbying », l’association Transparency International France confirme les défauts du répertoire actuel : une périodicité trop faible (mise à jour seulement tous les ans), l’absence de déclaration du lien entre activité et décision, le manque d’information sur les interlocuteurs… Elle réclame la modification du décret encadrant le répertoire, pour prendre en compte ces lacunes.

    Sylvain Waserman, vice-président MoDem de l’Assemblée nationale, va également dans ce sens : « Il faut aller beaucoup plus loin dans la granularité de ces déclarations pour pouvoir avoir une vision panoramique des influences sur une loi. Je ne crois pas que ce soit un gros problème pour les lobbyistes d’aller un peu plus loin dans le détail. »

    À la suite de nos demandes, le secrétaire général de l’Élysée, Patrick Strzoda, s’est retranché derrière « le secret des affaires » pour ne rien dire de ces rencontres, et garder ces réunions opaques. Selon lui, tous les documents ayant trait à ces rencontres « font état du modèle de développement », mais également « d’informations précises sur leur statut juridique ou leur situation économique », ce qui justifie qu’ils n’aient pas été communiqués à Mediapart.

    #Lobbying #Corruption #Secret #Crise_démocratique