https://khn.org

  • THE LANCET #COVID-19 COMMISSION TASK FORCE ON SAFE WORK, SAFE SCHOOL, AND SAFE TRAVEL

    Designing infectious disease resilience into school buildings through improvements to #ventilation and air cleaning
    APRIL 2021
    https://static1.squarespace.com/static/5ef3652ab722df11fcb2ba5d/t/608839f6d2394f40306d1e5d/1619540471284/Safe+Work+TF+Desigining+infectious+disease+resilience+April+202

    La partie sur les méthodes qu’il ne faut pas utiliser, parce que d’efficacité non prouvée et parce qu’elles génèrent de la #pollution ;

    Other strategies that have recently been implemented or considered in many schools (such as bipolar ionization, plasma systems, portable air cleaning units with ionizers or UV, dry hydrogen peroxide, photocatalytic oxidation) are generally considered less scientifically defensible due to their often unproven efficacies and due to their potential for degrading the quality of the air through the generation of harmful secondary pollutants.

    Untargeted and excessive deep surface cleaning efforts (e.g., using foggers or electrostatic sprayers) should not be employed for the same reasons. Instead, schools should focus their resources on reducing the risk of #SARS-CoV-2 airborne transmission.”

    #aérosols #écoles

  • Analysis: How the US Invested in the War on Terrorism at the Cost of Public Health | Kaiser Health News
    https://khn.org/news/article/analysis-public-health-pandemic-war-on-terrorism

    Yes, President Donald Trump made the U.S. response far worse with lies and denial and sidelining the government’s top medical experts. But the lack of adequate public health agencies and sufficient personnel in most of the country made targeted and rapid response most likely impossible.

    #santé_publique #priorités

  • Birx Joins Air-Cleaning Industry Amid Land Grab for Billions in Federal Covid Relief | Kaiser Health News
    https://khn.org/news/article/former-trump-adviser-deborah-birx-joins-air-cleaning-industry-amid-land-grab-fo

    Un exemple type de dépenses publiques aux #Etats-Unis, qui vont aller dans les poches des prestataires qui ont compris qu’il suffit d’embaucher un ancien (et possiblement futur) membre du gouvernement fédéral pour toucher le pactole, même si leurs prestations peuvent être dangereuses pour la #santé, en l’occurrence des enfants.

    Marwa Zaatari, an indoor air quality consultant and a member of the American Society of Heating, Refrigerating and Air-Conditioning Engineers’ epidemic task force, said she has counted more than 125 schools or districts that have already bought air cleaner models the EPA has linked to “potentially harmful byproducts” such as ozone or formaldehyde. She estimated at least $60 million was spent.

    Instead, air quality experts say, the best solutions come down to basics: adding more outdoor air, buying portable HEPA filters and installing MERV 13 filters within heating systems. But school boards are often lured by aggressive claims of 99.9% efficiency — based on a test of a filter inside a small cabinet and not a classroom. “Every dollar you use for this equipment is a dollar you remove from doing the right solution,” Zaatari said.

  • Coronavirus Deranges the Immune System in Complex and Deadly Ways | Kaiser Health News
    https://khn.org/news/article/covid-autoimmune-virus-rogue-antibodies-cytokine-storm-severe-disease

    In some people with severe covid, however, helper T cells don’t stand down when the infection is over, said James Heath, a professor and president of Seattle’s Institute for Systems Biology.

    About 10% to 15% of hospitalized covid patients Heath studied had high levels of these cells even after clearing the infection. By comparison, Heath found lingering helper T cells in fewer than 5% of covid patients with less serious infections.

    In affected patients, helper T cells were still looking for the enemy long after it had been eliminated. Heath is now studying whether these overzealous T cells might inflict damage that leads to chronic illness or symptoms of autoimmune disease.

    “These T cells are still there months later and they’re aggressive,” Heath said. “They’re on the hunt.”

    [...]

    New research shows that the coronavirus may activate preexisting autoantibodies, as well as prompt the body to make new ones.

    In the January study**, half of the hospitalized covid patients had autoantibodies, compared with fewer than 15% of healthy people. While some of the autoantibodies were present before patients were infected with SARS-CoV-2, others developed over the course of the illness.

    **https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7852238

    [...]

    Dr. Shiv Pillai, a Harvard Medical School professor, notes that autoantibodies aren’t uncommon. Many healthy people walk around with dormant autoantibodies that never cause harm.

    For reasons scientists don’t completely understand, viral infections appear able to tip the scales, triggering autoantibodies to attack, said Dr. Judith James, vice president of clinical affairs at the Oklahoma Medical Research Foundation and a co-author of Luning Prak’s study.

    #auto-anticorps #auto-immunité #covid-19

  • Sur Twitter, je tombe sur cet article :
    They Pledged to Donate Rights to Their COVID Vaccine, Then Sold Them to Pharma
    https://khn.org/news/rather-than-give-away-its-covid-vaccine-oxford-makes-a-deal-with-drugmaker
    qui mentionne :
    A few weeks later, Oxford—urged on by the Bill & Melinda Gates Foundation—reversed course. It signed an exclusive vaccine deal with AstraZeneca that gave the pharmaceutical giant sole rights and no guarantee of low prices—with the less-publicized potential for Oxford to eventually make millions from the deal and win plenty of prestige.

    De fil en aiguille, je me retrouve à lire :
    Journalism’s Gates keepers
    https://www.cjr.org/criticism/gates-foundation-journalism-funding.php

    As philanthropists increasingly fill in the funding gaps at news organizations—a role that is almost certain to expand in the media downturn following the coronavirus pandemic—an underexamined worry is how this will affect the ways newsrooms report on their benefactors. Nowhere does this concern loom larger than with the Gates Foundation, a leading donor to newsrooms and a frequent subject of favorable news coverage.

    #gates_foundation

    • Tim McCormack, a Maine lawyer who represented a whistleblower in a 2007 kickback case involving Esformes, said these cases “are not just about stealing money.”

      “This is about betraying their duty to their patients. This is about using their vulnerable, sick and trusting patients as an ATM to line their already rich pockets,” he said. He added: “These pardons send the message that if you are rich and connected and powerful enough, then you are above the law.”

      The Trump White House saw things much differently.

      “While in prison, Mr. Esformes, who is 52, has been devoted to prayer and repentance and is in declining health,” the White House pardon statement said.

      #trump #fascisme

  • Eureka ! Two Vaccines Work — But What About the Also-Rans in the Pharma Arms Race ? | Kaiser Health News
    https://khn.org/news/article/eureka-two-vaccines-work-but-what-about-the-also-rans-in-the-pharma-arms-race

    Vu l’existence des #vaccins autorisés il est devenu difficile de trouver des volontaires pour tester d’autres vaccins.

    #sars-cov2 #covid-19

  • Old Drug Turned ‘Cash Cow’ as Company Pumped Price to $40K a Vial, Emails Show | Kaiser Health News
    https://khn.org/news/mallinckrodt-orphan-drug-acthar-turned-cash-cow-as-drugmaker-raised-price-to-40

    Et couvert par l’Etat (qui, un jour, va arguer des dépenses excessives pour augmenter la part à payer par le patient)

    Revenue from Medicare rose from under $50 million in 2011 to $725 million in 2018.

  • Il y a vraiment quelque chose que je ne comprends pas. On n’arrête pas de nous expliquer que les masques artisanaux, ainsi que ceux en papier, ne servent pas se protéger soi-même, mais à éviter de contaminer les autres :
    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-l-article-a-lire-si-vous-comptez-vous-munir-d-un-masque-gra

    Comme l’a rappelé Sibeth Ndiaye sur franceinfo, lundi 20 avril, il n’y a "pas de consensus scientifique à ce stade sur l’utilité de l’utilisation du masque pour tous les Français". Plus précisément, les spécialistes s’accordent à dire qu’une protection en tissu n’est pas suffisante pour empêcher une personne d’être contaminée par le Covid-19. Mais elle permet de freiner la propagation de l’épidémie, en limitant les projections de gouttelettes dans lesquelles se trouvent le coronavirus.

    Mais dans ce cas, pourquoi ce luxe de précautions (ne les tenir que par les élastiques…), pourquoi le lavage compliqué… ? Puisque de toute façon le masque de nous protège pas nous-même ?

    • Ce qui m’embête c’est que ce n’est pas que Sibeth. Un peu partout ça explique à la fois que les masques sont destinés à éviter de contaminer les autres, mais que ça ne protège pas le porteur, et en même temps qu’il faut faire super-attention à comment on le manipule (genre sinon on risque d’être contaminé ? alors qu’on n’est de toute façon pas protégé par le masque ?).

    • Ah non en fait, ceux-là disent qu’« en théorie », le masque est efficace également pour le porteur :
      https://www.liberation.fr/checknews/2020/04/23/ce-schema-viral-sur-l-efficacite-des-masques-est-il-juste_1785952

      Bertrand Dautzenberg et Rémi Reuss s’accordent à dire que les protections établies selon le cahier des charges de l’Afnor fonctionnent « de la même manière dans les deux sens ». En théorie, donc, ce type de masques, bien porté, pourrait également filtrer à 70% les particules reçues dont la taille est supérieure ou égale à trois microns. En appliquant cette donnée au cas numéro 1 (où une personne porteuse d’un masque fait face à une personne contaminée), cela réduit le risque, sans permettre là non plus de donner de valeur précise. « Pour les particules plus fines, plus légères, qui demeurent après un éternuement par exemple, le masque ne sera d’aucune aide » prévient Rémi Reuss. De même, des particules émises par la personne malade pourront se déposer sur le masque, et le risque de contagion dépendra largement du fait que la personne qui le porte le touche avec ses mains, et se frotte les yeux, par exemple.

    • C’est pas « théorique », de nombreux éléments le démontre, même si ce n’est pas la panacée sans être articulé à l’emploi d’autres moyens (test, recherche, soin plus médicaux). Toutes ces bêtises visent à prolonger la dépossession des concernés, à conforter leur monde.
      C’est dans le même mouvement qu’on dit que ça ne sert à rien et que c’est très compliqué. Deux mensonges grossiers pour disqualifier ce que Lucien Bonnaffé nommait (en matière de pathologies mentales) le « potentiel soignant du peuple ». Tout ne vilipendant l’"assistance", on nous demande de nous en remettre à l’État, « la science », l’hôpital, quitte à agrémenter ça d’un « lavez vous mes mains » et d’un contrôle d’un confinement parfaitement incohérent en termes sanitaires, dans les modalités totalement contradictoires dans lesquels il est établi, des modalités insensées (et je ne parle pas que du maintien d’activités productives inutiles et nuisibles). La seule égalité qui leur importe c’est que l’on soit aussi incohérent qu’un État qui désorganise le soin et la prévention. Ainsi, on s’est focalisé sur un indicateur ultra technique (la réa et la saturation de ses capacités, alors que seuls 30% des personnes placées en « ventilation intensive » survivent...) sans jamais se fonder sur la mise en oeuvre de pratiques sociales partageables. Et en s’attaquant à celles qui se mettent en place (amendes contre des protagonistes d’action de solidarité, interdiction policière de distributions de vivres). Les gestionnaires du capital haïssent la démocratie réelle dans ce qu’elle a de productif. Il faut défendre l’anti-production capitaliste, par tous les moyens nécessaires.

      Dans bon nombre de collectifs, il ya eu des recherches sur les données scientifiques et techniques concernant les masques, jetables et lavables. Si je potasse la doc qui a été éclusée, « consensus scientifique » ou pas (les défenseurs de la pénuries, les défenseurs des professionnels de la profession, les scientistes les plus craignoss, etc), dont une partie est d’ailleurs ici même, j’essaierais de faire un point sur la filtration des particules selon les matériaux.
      Il n’y aucune protection absolue (même avec blouses, gants FFP2, etc), d’autant que la théorie souffre des errements inévitables de la pratiques des mieux informés et formés.
      Mais il y a un moment ou un minimum de logique suffit : si on enlève mal un masque en le touchant, un lavage de main immédiat, systématique et un tant soit peu technique, suffit à éviter que ce manquement ait des conséquences.
      Ce qui leur importe c’est de sauver ce qu’ils peuvent de leur légitimité, ils ont beau détruire l’hôpital depuis 50 ans, l’hospitalisme-centrisme reste leur geste barrière contre l’appropriation collective d’une prévention (dont ils se foutent bien que ça épargnerait un pan du pognon de dingue des soins) et de la santé, qu’il faut comme le reste déléguer à d’autres.

      #nuage_de_Tchernobyl

    • Masques

      Point de vue généraux, épidémiologistes et autres professionnels contribuant au soin
      https://seenthis.net/messages/840915
      https://seenthis.net/messages/837114
      https://seenthis.net/messages/837114

      Masques en tissu : données technico-pratiques (à compléter car nous avons utilisé d’autres sources que je n’ai pas retrouvé ou signalé ici, et que des patrons bien plus ergonomiques et sûrs sont désormais au point, après plusieurs prototypes, série, lectures, confrontations)
      https://seenthis.net/messages/832910

      Argument basique, soit les soignants sont stupides de réclamer des protections, soit c’est appuyé sur une longue histoire (asepsie, hygiène, prévention bactériologique). Si on dit que les quidams en ont pas besoin c’est non seulement en raison de conditions pratiques (je suis pas secrétaire, technicienne de surface ou réanimateur dans un service covid ) mais parce qu’on veut faire du soin une activité à part réservée (les autres sont des aidantes, au mieux). Il suffit de voir à quel point même ce qui est médical (cliniques privés) ou paramédical hors hôpital a pas été mobilisé (on voit que les test sérologiques vont aux machines dédiées Abbot et pas aux labos vétos qui pourraient le faire sans ce monopole).

      Il en découle que qui est est susceptible d’être en contact avec des bipèdes contaminés dont la majorité ne présente pas de symptômes, quiconque est contraint de fréquenter des lieux confinés (cage d’escalier, ascenseur, commerce, transport, bureau, etc) ou gouttelettes et aérosols peuvent contenir le corona virus peut trouver bénéfice à une protection du même type, même si entre un FFP2 bien utilisé (notons que ça se fait à plusieurs dans le meilleur des cas, voir des photos de préparation d’entrée en "zone covid") qui protégerait à 98 ou 99% et un masque en tissu qui selon les versions (avec ou sans filtre) protège de 70 à 90% et plus. Mais dans la vie extra hospitalière, ces mesures sont théoriques (réalisées expérimentalement par des tests) : si on a pas d’accident, que la distance physique est maintenue sauf moments très brefs (croiser de trop près quelqu’un au supermarché, etc), on peut penser que de très nombreuses contaminations sont évitées.

      De plus, au lieu de nous gendarmer jusqu’à la lie, de telles pratiques, parce qu’elles impliquent des échanges, de la relation, permettent une #appropriation_collective des données sanitaires, de la connaissance de l’épidémie et du virus, des gestes barrières, non pas par une pédagogie descendante (dont on voit actuellement comment elle est littéralement insoutenable, la confusion et les contradictions des messages officiels, conduisent à faire n’importe quoi, car rien ne vaut) mais par un apprentissage en commun, par l’expérience partagée, dite, remise en cause, contradictoire.

      Ils veulent du "travail bénévole" (comme ils disent) quitte à l’imposer, mais se refusent à reconnaître l’apport du #travail_invisible (sauf quand il parviennent à le transformer en support de profit).

      Depuis la mobilisation contre la loi travail, il y a eu tout un taff de fait sur les masques (lacrymos) dans divers réseaux et collectifs, il y a une expérience,des fabrications (de masques avec valves, qui convienne pas pour le corona, mais sont plus respirants, ce qui permet de bouger davantage). C’est remis en chantier depuis début mars avec l’arrivée de l’épidémie. (j’ai d’ailleurs tendance à penser que c’est aussi la difficulté à gouverner une population masquée qui inquiète après des années de mobilisations peu enclines à pactiser avec l’ordre social).
      La production, l’intelligence, l’inventivité sont sociales, collectives, ça se vérifie fort bien parmi des minorités. L’étatisme d’aujourd’hui ne sait plus composer avec ces dimensions collectives, il ne sait qu’individualiser. Même la Chine avec ses atroces "comité de quartiers" remis en route face au Covid 19 permet de vérifier qu’il n’y aura pas de politique sanitaire sans une implication populaire active (même partielle, et au pire, instrumentale et odieuse). On en a pour un an ? deux ans ? Et il faudrait attendre "la solution médicale" tout en faisant le plus possible comme avant. No way. Demain commence aujourd’hui.

      Quant à eux, tous autant qu’ils sont du côté de la gouvernementalité (média inclus donc), il leur arrive de parler vrai ( « J’assume de mentir » de Sibeth Ndiaye quand ils ne brouillent pas les pistes (« Mon ennemi, c’est la finance », Hollande). Il sont très occupé à ruiner ce que l’on sait ou peut savoir pour mieux commander. N’oublions pas d’en tenir compte.

      #masques #care #valeur_d'usage

    • Le masque chirurgical protège efficacement les soignants contre COVID-19
      https://www.infectiologie.com/UserFiles/File/spilf/recos/choix-des-masques-14-avril-2020.pdf

      Les masques chirurgicaux recommandés dans les précautions complémentaires Gouttelettes ont deux objectifs
      1.Protéger ceux qui les portent contre le risque de contact entre des gouttelettes > 5 μm contenant des microorganismes et les muqueuses du nez et de la bouche
      2. Porté par un patient atteint d’une infection respiratoire, prévenir la contamination de l’entourage en retenant les gouttelettes émises lors de la toux, des éternuements et de la parole.

      [...]

      Il est maintenant admis que la transmission de SARS-CoV-1 est très majoritairement assurée par des grosses gouttelettes. Des travaux chinois ont montré qu’un placement des lits des patients à plus d’1,50 m dans une salle commune était un facteur fortement associé à l’absence de transmission du virus (5). En revanche, les manœuvres invasives respiratoires génèrent des aérosols de petites particules nécessitant le port d’un masque FFP2, afin de protéger les professionnels de soins d’une transmission (6, 7).

      Je ne suis pas sûr que la première affirmation du dernier paragraphe est partagée par tout le monde.

    • Le Pharmachien canadien a bien expliqué pourquoi il ne fallait pas considérer que ça protégeait le porteur :
      http://lepharmachien.com/masques

      Ça protège peut-être un peu… mais pas trop… et donc il ne faut pas considérer être protégé quand on porte un masque artisanal, sinon ça va laisser penser qu’on peut se rapprocher les uns des autres, yolo on danse sur le dancefloor alors que non. Le seul truc dont on est sûr c’est que ça capte une grosse partie de TES gouttelettes quand tu parles et tousses qui n’iront pas sur les autres ou même juste dans l’air (qui ensuite seraient attraper par les passants).

      Le lavage bah c’est parce que tu le salies toi-même en parlant et toussant dedans, et après tu le manipules avec tes mains, et donc tu fous du virus sur tes mains et ensuite sur le mobilier où tu vas etc. Donc si tu fais attention à pas le manipuler n’importe comment et que tu le laves à température désinfectante régulièrement, tu diminues drastiquement le fait d’en mettre partout ailleurs, aucun rapport avec ta protection à toi : c’est toujours pour les autres.

    • Widely Used Surgical Masks Are Putting Health Care Workers at Serious Risk - Scientific American
      https://khn.org/news/widely-used-surgical-masks-are-putting-health-care-workers-at-serious-risk

      The allowance for surgical masks made more sense when scientists initially thought the virus was spread by large droplets. But a growing body of research shows it’s spread by minuscule viral particles that can linger in the air as long as 16 hours.

      A properly fitted N95 will block 95% of tiny air particles—down to three-tenths of a micron in diameter, which is the hardest to catch—from reaching the wearer’s face. But surgical masks, designed to protect patients from a surgeon’s respiratory droplets, aren’t effective at blocking particles smaller than 100 microns, according to mask maker 3M Corp.

  • Contrairement aux affirmations à l’emporte-pièce de...

    ....la CNN...
    Remdesivir : Covid-19 patients recovering quickly after getting experimental drug - CNN
    https://www.cnn.com/2020/04/16/health/coronavirus-remdesivir-trial/index.html

    ... et Bret Stephens (New York times)...
    Opinion | The Story of Remdesivir - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2020/04/17/opinion/remdesivir-coronavirus.html

    ...les résultats partiels d’une étude en cours (connus grâce à une « fuite »- qui a fait bondir la valeur en bourse de la compagnie pharmaceutique mère...) ne prouvent nullement l’efficacité du #remdesivir, comme expliqué ci-dessous :

    What’s Happening With Remdesivir ? | In the Pipeline
    https://blogs.sciencemag.org/pipeline/archives/2020/04/17/whats-happening-with-remdesivir

    But now that it’s out there, let’s talk about what’s in the leak. Gilead stock jumped like a spawning salmon in after-market trading on this, and one of the reasons was that that 113 of the 125 patients were classed as having “severe disease”. People ran with the idea that these must have been people on ventilators who were walking out of the hospital, but that is not the case. As AndyBiotech pointed out on Twitter, all you had to do was read the trial’s exclusion criteria: patients were not even admitted into the trial if they were on mechanical ventilation. Some will have moved on to ventilation during the trial, but we don’t know how many (the trial protocol has these in a separate group).

    Note also that this trial is open-label ; both doctors and patients know who is getting what, and note the really key point: there is no control arm . This is one of the trials mentioned in this post on small-molecule therapies as being the most likely to read out first, but it’s always been clear that the tradeoff for that speed is rigor. The observational paper that was published on remdesivir in the NEJM had no controls either, of course, and that made it hard to interpret. Scratch that, it made it impossible to interpret. It will likely be the same with this trial – the comparison is between a five-day course of remdesivir and a ten-day course, and the primary endpoint is the odds ratio for improvement between the two groups.

    Et ce d’autant plus que la « fuite » survient juste après l’annonce de l’arrêt avant-terme de deux études chinoises sur le remdesivir (ce qui avait eu un mauvais effet sur la cotation en bourse...)

    More Small Molecule Clinical Data Against Covid-19, As of April 16 | In the Pipeline
    https://blogs.sciencemag.org/pipeline/archives/2020/04/16/more-small-molecule-clinical-data-against-covid-19-as-of-april-16

    I refer to trials of Gilead’s remdesivir in China, one for moderate cases and one for severe ones, both of which were updated yesterday to “suspended” on ClinicalTrials.gov. That took people by surprise, and Gilead’s stock dropped in response.

    #mic-mac #manipulations # #sars-cov-2 #coronavirus #covid-19 #pharma

    • Data on Gilead’s #remdesivir show no benefit for #coronavirus patients
      https://www.statnews.com/2020/04/23/data-on-gileads-remdesivir-released-by-accident-show-no-benefit-for-corona

      Étude chinoise prématurément interrompue dont une mouture a été confiée à l’OMS qui l’a accidentellement rendu public (voir ci-dessous) avant d’être retirée,

      According to the abstract, 158 patients received remdesivir and 79 patients were in the control arm; one patient in the control arm withdrew before receiving treatment. The abstract said that for time to clinical improvement, the hazard ratio was 1.23, which would normally mean the patients on remdesivir improved more slowly than those in the control group.

      However, in a previous note to investors preparing them for the data, Umer Raffat, a biotech analyst at Evercore ISI, had said to expect the opposite arrangement: that a hazard ratio of 1.2 would show patients were doing better. It is not certain how the hazard ratio is being described in the abstract.

      Whether or not the drug benefit is trending in a positive or negative direction, the difference described in the abstract is not statistically significant, meaning that the study failed.

    • Le remdesivir accélère nettement la guérison des patients Covid-19, annoncent les Etats-Unis - Heidi.news
      https://www.heidi.news/sante/le-remdesivir-permet-d-accelerer-la-guerison-des-patients-covid-19-se-felici

      Folle journée pour le remdesivir, cet antiviral évalué dans plusieurs essais cliniques de par le monde. L’immunologiste Anthony Fauci, directeur du National Institute of Allergy and Infectious Diseases (Niaid) et membre éminent de la task force Covid-19 américaine, a annoncé mercredi 29 avril la réussite du principal essai contrôlé randomisé américain. Le traitement expérimental aurait permis de réduire d’un tiers le temps de récupération des patients Covid-19 sévères, et les résultats suggèrent fortement un bénéfice en survie.

      #paywall

    • Remdesivir for the Treatment of Covid-19 — Preliminary Report | NEJM
      https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa2007764
      https://www.nejm.org/na101/home/literatum/publisher/mms/journals/content/nejm/0/nejm.ahead-of-print/nejmoa2007764/20200522-01/images/img_small/nejmoa2007764_f1.jpeg

      Étude randomisée en double aveugle, resultats préliminaires : n’est clairement utile à ce stade des résultats que dans le groupe modérément oxygéno-requérant,

      The benefit was most apparent in patients with a baseline ordinal score of 5 (requiring oxygen), a finding most likely due to the larger sample size in this category (since the interaction test of treatment by baseline score on the ordinal scale was not significant). Confidence intervals for baseline ordinal scores of 4 (not receiving oxygen), 6 (receiving high-flow oxygen), and 7 (receiving ECMO or mechanical ventilation) are wide. We note that the median recovery time for patients in category 7 could not be estimated, which suggests that the follow-up time may have been too short to evaluate this subgroup. Additional analyses of outcomes such as the time to a one- or two-point improvement on the ordinal scale score will be conducted after the full cohort has completed 28 days of follow-up and may provide additional insight into the treatment of this critical subgroup. Our findings highlight the need to identify Covid-19 cases and start antiviral treatment before the pulmonary disease progresses to require mechanical ventilation.

    • Covid-19 : remdésivir (Veklury°) autorisé dans l’Union européenne, avec beaucoup d’incertitudes et d’inconnues
      https://www.prescrire.org/fr/203/1845/58853/0/PositionDetails.aspx

      Quelle efficacité pour les patients gravement atteints ? À partir de cette analyse intermédiaire, la mortalité à 14 jours a été estimée à 7 % dans le groupe remdésivir, versus 12 % dans le groupe placebo. La différence n’est pas statistiquement significative (p = 0,06), autrement dit il y a une probabilité non négligeable que la différence soit due au hasard. La durée médiane avant amélioration clinique (définie surtout par la fin de l’hospitalisation ou l’arrêt de l’apport en oxygène) a été de 11 jours dans le groupe remdésivir versus 15 jours dans le groupe placebo (différence statistiquement significative, p < 0,001). La différence sur ce critère a été rapportée uniquement chez les patients dont l’état à l’inclusion justifiait au moins un apport en oxygène (12 jours versus 18 jours), mais pas chez ceux moins gravement atteints (5 jours, sans différence entre les deux traitements). D’autres analyses n’ont pas montré d’efficacité du remdésivir chez les patients les plus gravement atteints qui, au moment de leur inclusion dans l’essai, recevaient une ventilation, invasive ou non. Chez les patients sous ventilation invasive à l’inclusion, une augmentation de la mortalité avec le remdésivir a même été évoquée.

      5 jours ou 10 jours ? Dans un autre essai randomisé, mais non aveugle, deux durées de traitement par remdésivir ont été comparées : 5 jours versus 10 jours, chez 402 patients hospitalisés à cause d’un covid-19 grave, justifiant pour la plupart au moins un apport en oxygène, et âgés en moyenne de 62 ans. Seulement 43 % du groupe « 10 jours » ont reçu réellement 10 jours de traitement et 27 % des patients de ce groupe n’ont reçu que 5 jours ou moins de traitement. La mortalité à 14 jours a été de 8 % dans le groupe « 5 jours » versus 11 % dans le groupe « 10 jours ». Ces résultats sont difficiles à interpréter car malgré la répartition par tirage au sort, les patients du groupe « 5 jours » étaient moins fréquemment atteints d’une forme grave de covid-19 que ceux du groupe « 10 jours », avec, à l’inclusion, 26 % des patients sous ventilation invasive ou non dans le groupe 5 jours, versus 35 % dans le groupe « 10 jours ». Cependant, il n’est pas exclu qu’un traitement prolongé par remdésivir ait eu un effet délétère. Selon le RCP, le traitement doit durer au minimum 5 jours et au maximum 10 jours.

      À suivre. En somme, comme pour tout nouveau médicament et encore plus ceux autorisés par AMM conditionnelle, il y a de nombreuses inconnues autour du remdésivir. Elles concernent à la fois ses effets indésirables et son efficacité au-delà de celle d’un placebo, ce qui incite à la prudence. Des résultats incomplets et fragiles d’un seul essai ont montré une amélioration clinique un peu plus rapide avec le remdésivir, mais uniquement chez des patients dont l’état justifie un apport en oxygène, et sans effet démontré sur la mortalité. En l’état actuel des connaissances, et en dehors du cadre de la recherche clinique, un traitement par remdésivir n’est pas justifié chez les patients dont l’état ne justifie pas un apport en oxygène, ni chez les patients les plus gravement atteints, dont l’état justifie une ventilation invasive.
      ©Prescrire 13 juillet 2020

    • Covid-19 : comment Gilead a vendu son remdésivir à l’Europe
      https://seenthis.net/messages/888882

      Testé sans grand succès contre Ebola, le remdésivir a été opportunément repositionné au début de l’épidémie de Covid-19, sur la base d’études antérieures avec d’autres coronavirus (SARS-CoV-1 et MERS-CoV). Gilead n’a pas grand-chose à perdre : il ne sait que faire des doses qu’il n’a pas utilisées lors des essais cliniques menés en Afrique.

      Le 6 février, un petit essai est lancé avec 237 patients recrutés dans les hôpitaux de Wuhan, foyer chinois de l’épidémie. L’espoir est immense, alors que la ville est déjà confinée depuis deux semaines, mais les résultats sont loin d’être à la hauteur : publiés en avril dans la prestigieuse revue scientifique The Lancet, ils ne montrent aucune efficacité sur la mortalité.

      Le cours de Gilead perd quelques points sur les indices boursiers, mais le laboratoire américain ne se décourage pas. Un essai de plus grande ampleur − un millier de patients − a été lancé en février aux Etats-Unis : Gilead compte dessus pour convaincre la FDA, l’agence américaine du médicament. Un peu ébranlé par les résultats chinois, le laboratoire modifie cependant son critère d’efficacité principal : ce ne sera plus la mortalité, mais la « durée de récupération ».

  • Something Far Deadlier Than The Wuhan Virus Lurks Near You | Kaiser Health News
    https://khn.org/news/flu-far-deadlier-than-wuhan-virus

    Influenza has already sickened at least 13 million Americans this winter, hospitalizing 120,000 and killing 6,600, according to the CDC. And flu season hasn’t even peaked. In a bad year, the flu kills up to 61,000 Americans.

    Worldwide, the flu causes up to 5 million cases of severe illness worldwide and kills up to 650,000 people every year, according to the World Health Organization.

    And yet, Americans aren’t particularly concerned.

    [...]

    If Americans aren’t afraid of the flu, perhaps that’s because they are inured to yearly warnings. For them, the flu is old news. Yet viruses named after foreign places — such as Ebola, Zika and Wuhan — inspire terror.

    “Familiarity breeds indifference,” Schaffner said. “Because it’s new, it’s mysterious and comes from an exotic place, the coronavirus creates anxiety.”

    #grippe #virus #mortalité

  • Electronic Health Records Creating A ‘New Era’ Of Health Care Fraud | Kaiser Health News
    https://khn.org/news/electronic-health-records-creating-a-new-era-of-health-care-fraud-officials-say

    Aux #Etats-Unis des #dossiers_de_santé_électroniques délétères pour le patient parce que défaillants, sont malgré tout créés et utilisés en connaissance de cause parce que leurs création et utilisation permettent d’obtenir des subventions de l’Etat.

    #fraude #criminel #santé #états-unis

  • Hidden #FDA Reports Detail Harm Caused by Medical Devices
    https://www.medscape.com/viewarticle/910150

    La FDA permet à de nombreuses entreprises de fabrication d’appareils médicaux de ne pas rendre public les dysfonctionnements de leurs créations en attendant leur ré-évaluation (puis souvent retrait du marché).

    The growing cadre of #exceptions to the injury- and death-reporting rules strikes Dr. Michael Carome, director of the Public Citizen Health Research Group, as a retreat by the FDA from making crucial #information available for researchers and #patients.

    “It’s just another example of a flawed oversight system,” he said, “bent toward making it easier for industry rather than making protection of public health the primary goal.”

    #santé #etats-unis #délétère