/fr

  • En RDC, le jeu trouble du milliardaire israélien Dan Gertler face aux sanctions américaines
    Selon Global Witness et la Plateforme de protection des lanceurs d’alerte en Afrique, l’homme d’affaires a réorganisé son empire pour continuer d’opérer dans le pays.

    Par Joan Tilouine Publié le 02 juillet 2020
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/07/02/en-rdc-le-jeu-trouble-du-milliardaire-israelien-dan-gertler-face-aux-sanctio

    En deux décennies, l’homme d’affaires israélien Dan Gertler est devenu milliardaire en République démocratique du Congo (RDC), sa « deuxième maison » comme il dit. Dans cet immense pays d’Afrique centrale, il a connu les guerres et s’est lié d’amitié avec Joseph Kabila, l’ancien chef de l’Etat (2001-2019) – une proximité utile pour ses acquisitions minières et pétrolières. Le successeur et allié de M. Kabila, Félix Tshisekedi, à peine proclamé vainqueur de l’élection présidentielle en janvier 2019, a rencontré Dan Gertler et s’interdit de le critiquer en public.

    Pourtant, avec ses circuits financiers offshore tortueux, le tycoon israélien – qualifié de « pilleur » des richesses extractives congolaises par des ONG locales et occidentales – aurait fait perdre plus de 1 milliard de dollars de revenus à l’Etat, dans un pays qui compte parmi les plus pauvres de la planète. Sa fortune (1,2 milliard de dollars en 2020, selon le magazine Forbes), il l’a amassée « grâce à des opérations minières et pétrolières opaques et corrompues portant sur des centaines de millions de dollars en RDC », selon le département du trésor des Etats-Unis, qui a décrété des sanctions économiques en décembre 2017 contre l’homme d’affaires, lequel conteste cette accusation. Six mois plus tard, quatorze de ses sociétés et véhicules financiers offshore ont été visés à leur tour par les autorités américaines. Il lui est désormais interdit de manipuler des dollars, la devise des affaires en RDC.

    “““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““
    RDC : un rapport révèle comment Dan Gertler a essayé d’échapper aux sanctions
    Publié le : 02/07/2020
    http://www.rfi.fr/fr/afrique/20200702-rdc-enquete-glencore-rapport-gertler-echapper-sanctions

    C’est une nouvelle enquête sur le milliardaire israélien Dan Gertler. Depuis décembre 2017, il est sous sanctions des États-Unis, accusé par le Trésor américain d’avoir servi d’intermédiaire dans la vente d’actifs miniers en RDC et ce qui aurait coûté au pays près d’un milliard et demi de dollars entre 2010 et 2012. Le nouveau rapport de Global Witness et PLAAFF, la plateforme de lanceurs d’alerte d’Afrique, explique comment Dan Gertler a essayé d’échapper à ces sanctions.

    Le rapport s’intitule « Des sanctions, mines de rien » et explique comment Dan Gertler a créé, à partir octobre 2017, quelques semaines avant l’annonce officielle des sanctions qui le frappent, une nouvelle holding Gerco SAS et une dizaine de sociétés.

    Différents prête-noms les chapeautent, sa femme, des membres de sa famille, des amis. Ces sociétés lui ont permis de continuer de faire des affaires en RDC. Elles ont encore obtenu des permis miniers à bas prix juste avant le départ du pouvoir de Joseph Kabila. L’une de ces sociétés a même signé un contrat avec la Gécamines, la société d’État. (...)

  • Dakar et Nairobi : la question des noms de rue mise en perspective, du pré au postcolonial
    https://neotopo.hypotheses.org/3221

    Dans le contexte actuel de retour sur les commémorations publiques et de leur éventuelle remise en cause pour leur caractère raciste en lien avec la colonisation, deux spécialistes mettent en perspective les politiques et...

    #African_Neotoponymy_Observatory_in_Network #ExploreNeotopo #Neotopo_vous_signale

    • Nairobi’s street names reveal what those in power want to remember, or forget

      The recent global events of civil and political unrest that started in the US have brought to the fore the complex dynamics of urban memorialisation. The protests have, in some places, led to renewed scrutiny of certain urban symbols such as commemorative statues – what they represent and how they are perceived and interpreted.

      Unlike monuments and statues, place names (toponyms) are intangible, and less imposing, but nevertheless, an indispensable part of the urban symbolic landscape. Their inscription, erasure and re-inscription is highly political.

      In a study of toponymy in Nairobi, Kenya, my colleague and I analysed how streets got their names. It’s important to examine this as street naming and renaming allows us to remember and forget events and people in history. It also articulates what values exist in pursuit of political or national interests.

      We explain how street names are imbued with symbolic references of power structures within a society. During the period of British rule (1895–1963), toponymy was used as an exercise of power – it reflected British control. Soon after Kenya gained independence, streets were renamed as a way to renounce the colonial regime and its ideology.

      But today, Kenyans are starting to question the naming of important public spaces after a few individuals, their families and political affiliates – the ‘political dynasties’.
      https://twitter.com/alaminkimathi/status/1228275553414807554?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E12

      In 1964, after Kenya had gained independence, a street naming subcommittee was formed under the town planning committee of Nairobi’s city council. This subcommittee came up with names or received suggestions from the public. There was then a vetting process and proposals were eventually sent to the Minister of Local Government for approval. Since then, different laws have been established to guide the naming and numbering of streets and properties, but the process has remained very much the same.

      Looking forward, the government should consider honouring other people who have contributed to the growth of Kenya as a country – for instance its athletes, academicians and artistes.

      It would also be important to point out how gender exclusive the street names are. For a long time, there was only one street named after a woman – Mama Ngina Street, Mzee Jomo Kenyatta’s wife. And later, after much lobbying, a street was named after Wangari Maathai, the 2004 Nobel Peace Prize winner. And in 2017, after the death of the firstborn daughter of Jomo Kenyatta, Margaret Wambui Kenyatta, Mugumo Road in Lavington was quietly renamed after her.

      How streets are named, or renamed, serves as an important indicator of the values of a society – and what those in power might want to remember, or forget.
      A colonial city

      The vital role of street toponymy in Nairobi emerged at the inception of the city, at the beginning of the 20th Century.

      Street names were used by the British colonisers to remove the indigenous identity of the previously marshy plain, known as Enkare Nyirobi (a place of cool waters), to create a new idyllic British city. Names such as Victoria Street, Coronation Avenue, Kingsway, Queensway and Elizabeth Way marked the modernising city to celebrate the British monarchy.

      In addition, names such as Whitehouse Road and Preston Road were named after railway officials. George Whitehouse, for instance, was the chief engineer of the Kenya-Uganda Railway. This is because Nairobi started as a railway depot.

      Other streets were named after administrative and political leaders of the time such as Hardinge, Elliot, and Sadler, all of whom were commissioners of the British East Africa Protectorate.

      Leading settler farmers and business people also had their names imprinted on the landscape. They included: Grogan Road after Sir Ewart Grogan – a pioneer businessman, and Delamere Avenue, after Lord Delamere – a pioneer settler farmer.

      Apart from the British and European street names, there were a few Indian names such as Bazaar Street and Jevanjee Street. This is because of the large Indian community in Kenya, many of whom originally came to Kenya as railway workers. “Bazaar” refers to a business area or market, while Jevanjee was a prominent Indian businessman in early Nairobi who owned the first newspaper company – The East African Standard.

      What was starkly missing were African street names during that period. This was a clear indication of the political and social dynamics of the time that put the European first, the Indian second and the African third.
      Decolonising and Africanising

      There was a shift at Kenya’s independence, in 1963. The city’s streets were redefined as symbols of nationalism and pan-Africanism. The process was not devoid of challenges. There were inconsistencies – for instance in terms of ethnic representation – owing to the diverse interests that needed to be accommodated. It was an enormous task for the new government.

      Generally, under the new government, street names acted as sites for the restitution of justice (for those that suffered under British rule) and symbols of memory, ethnic diversity and unity.

      The renaming of the streets happened in waves. The first was in 1964, with Delamere Avenue (which cuts the central business district into two) being changed to Kenyatta Avenue, after the first president of Kenya – Jomo Kenyatta. Hardinge Street was changed to Kimathi Avenue after the leader of the Mau Mau Movement – Dedan Kimathi.

      The streets were often renamed after the political elite, a good number of whom came from the Kikuyu community, such as Kenyatta Avenue, Koinange Street, James Gichuru and Harry Thuku Road.

      There’s a lot of political consideration that goes into street renaming too. For instance, in 1969, a street was named after Tom Mboya, a popular Minister who was assassinated that same year. Some called for Government Road (along which he was assassinated) to be named after him, others proposed St. Austin’s Road, along which he lived. Both options were rejected by the government, Government Road being too central and St. Austin’s being too peripheral. Victoria Street was the compromise. Government Road was later renamed to Moi Avenue and St. Austin’s Road to James Gichuru Road.

      In independent Kenya the purpose of the toponymic changes was twofold: to erase names of the colonisers who were deemed as imposters and to celebrate the new heroes: Kenya’s political leaders and freedom fighters. The latter, such as Dedan Kimathi being celebrated superficially by the new political bourgeoisie.

      Additionally, in the spirit of pan-Africanism, other African leaders such as Kwame Nkrumah, Albert Luthuli and Julius Nyerere were celebrated through street names. Beyond the African continent, leaders who fought for black liberation and civil rights in America, such as Ralph Bunche and William Du Bois were also honoured.
      The future of street naming

      Nairobi’s street names are like a small history lesson. The County Government should consider putting up signs that tell people their former names, to show how the city has evolved over time.

      More must also be done to ensure these spaces celebrate future heroes. There is a need to enforce the Kenya Information and Communications (Numbering) Regulations 2010 and the establishment of a National Addressing System as proposed by the Communications Authority of Kenya in 2016. In addition, a national body for dealing with place names, similar to the South African Geographical Names Council, should be instituted.

      Finally, public participation should be an integral part of the street naming process, because people are the primary producers and users of names.

      https://theconversation.com/nairobis-street-names-reveal-what-those-in-power-want-to-remember-o

      –---

      Sénégal : « Les populations n’utilisent pas les noms coloniaux des rues »

      Au Sénégal, sur l’île Gorée, au large de Dakar, la « place de l’Europe » devient désormais « la place de la Liberté et de la Dignité Humaine ». Une décision prise par le conseil municipal de ce site symbolique de la mémoire de l’esclavage et de la traite des Noirs. De son côté, le maire de la commune du Plateau, dans le centre-ville de Dakar, a proposé récemment de lancer une réflexion sur les noms des rues hérités de la colonisation. Michel Ben Arrous est géographe et chercheur. Il a co-écrit l’an dernier avec Liora Bigon une étude de l’IFAN, l’institut fondamental d’Afrique noire, « Les noms de rues à Dakar. Héritages (pré) coloniaux et temps présent ».

      RFI : Est-ce que vous êtes surpris par la relance de ce débat sur les noms de rue à Dakar dans le sillage du décès de George Floyd aux États-Unis ?

      Michel Ben Arrous : Pas vraiment, dans la mesure où c’est un débat qui ressurgit régulièrement dans la presse sénégalaise ou dans les médias sociaux. Ce qui est remarquable par contre, c’est justement le contexte et le télescopage de logiques assez différentes aux États-Unis, au Sénégal, en France ou ailleurs.

      Ce débat n’est pas nouveau, en quoi les noms des rues, cette toponymie coloniale est-elle symboliqu ?

      Les noms eux-mêmes, évidemment il y a un tas de noms coloniaux qui vont glorifier des administrateurs, des généraux, des militaires, tout ce qu’on veut… Mais l’ensemble de ces noms remplit quand même une fonction de prise de possession de Dakar. Ils sont concentrés dans une zone qui s’appelle « Le Plateau » qui reçoit une petite population française colonisatrice. Et on ne trouve ces noms-là qu’au Plateau qui représente à l’heure actuelle 3% de la population. La Médina qui a été créée dans le sillage de l’épidémie de peste de 1914 reçoit des numéros. Donc, les noms vont distinguer la ville coloniale de cette Médina qui, elle, est forcément mise à part dans la ville puisqu’elle n’est pas nommée. Et si l’on sort ensuite du Plateau, de la Médina et qu’on va vers la ville actuelle, la plupart des rues ne sont pas nommées du tout. L’objectif visé, c’est évidemment de faire œuvre idéologique : on va glorifier la France, on va glorifier ses serviteurs. Mais rien n’indique que cette visée idéologique fonctionne. Avant les colonisateurs , il y avait des villages qui ont été détruits, des villages lébous qui ont conservé leurs noms. Et les noms eux-mêmes se sont répartis dans la ville. Et on va retrouver ces noms-là , Soumbédioune, Kaye, Thann… à d’autres endroits de la ville. Ce sont ces noms-là que les populations continuent à utiliser. Ils n’utilisent pas les noms de rue coloniaux.

      À Dakar, certaines rues ont déjà changé de nom depuis l’indépendance. Comment est-ce que cela a évolué ? Quelles ont été les politiques des autorités successive ?

      Les premiers changements de nom ont eu lieu sous Senghor [Léopold Sédar Senghor, président de la République du Sénégal de 1960 à 1980]. La place Protet a été rebaptisée « place de l’Indépendance ». Gambetta a été rebaptisé « Lamine Gueye ». En même temps, il n’y a pas forcément volonté de rupture puisque [William] Ponty qui est un gouverneur colonial a été remplacé par [George] Pompidou, par ce même Senghor. Les premières renominations fortes ont été faites sous Abdou Diouf [président de 1981 à 2000] et se sont poursuivies sous [Abdoulaye] Wade [2000-2012] et à l’heure actuelle. Mais la chose la plus remarquable, ce n’est pas tellement le nom des rues qui changent, c’est qui a le pouvoir de nommer, qui a le pouvoir de changer ? Sous Senghor, tout se passer par décret présidentiel. Avec Diouf et avec Wade, on a une décentralisation qui commence et ce pouvoir de nommer ou de renommer est désormais dévolu aux communes. Et à l’heure actuelle, ce qu’on voit, c’est une revendication, je ne sais pas si on peut dire populaire parce qu’il faudrait voir dans quelles mesures elle est véritablement populaire, mais une revendication par le bas de pouvoir aussi intervenir dans cette question du nom des rues.

      Il y a une figure qui cristallise particulièrement, c’est celle de Faidherbe, ancien gouverneur de Saint-Louis. Il y a sa statue, un pont à son nom. Que pensez-vous de ces appels à déboulonner cette statue ?

      Faidherbe est d’abord un point de fixation dans un débat qui est beaucoup plus large. La question de fond, c’est le modèle commémoratif. On parle de Faidherbe, mais on pourrait parler de Jules Ferry. La rue Jules Ferry à Dakar, ce Jules Ferry qui était à la Chambre des députés parlait d’un « devoir de colonisation des races supérieures sur les races inférieure ». Ce nom de ferry est peut-être au moins significatif que celui de Faidherbe. On peut aller beaucoup plus loin. On a gardé les plaques bleues, les lettres blanches sur un fond bleu. C’est aussi une présence coloniale qui reste dans la ville. Ce qui est drôle à Dakar, c’est que l’une des rues qui ne pose absolument pas problème, c’est l’avenue de la République. On la conçoit tous comme la République sénégalaise alors que cette avenue de la République, c’était très clairement au moment de la nomination de la IIIe République française, qui était la République colonialiste par excellence.

      À titre de comparaison, comment cela a évolué dans d’autres pays du continent ?

      En sciences sociales, on a l’habitude de comparer Dakar à Nairobi, la capitale du Kenya étant le modèle absolu de décolonisation des noms de rue. Ce qu’on remarque, si on rentre dans le détail, c’est qu’effectivement tous les noms qui célébraient la colonisation britannique ont disparu, mais ils ont été remplacés à l’époque de [Jomo] Kenyatta [1894–1978] par des noms qui célébraient son propre parti politique, ses propres amis politiques et qui négligeaient totalement d’autres courants de la société kenyane. Dans un contexte différent, en Algérie, la plupart des noms de rue ont été remplacés dans un arabe très pur qui permettait aussi de passer sous silence la composante berbère de la population. Et ce que l’on remarque à l’heure actuelle, c’est que les jeunes générations sont celles qui utilisent le moins les noms officiels. Donc, il ne suffit pas de changer les noms si on reprend la même logique pour régler les problèmes. A côté de ça, au Maroc, on va trouver des plaques qui donnent des anciens noms et des plaques, juste en dessous ou au-dessus, qui donnent les nouveaux noms et qui coexistent sans que pratiquement personne ne les utilise d’ailleurs. À Dakar, quand je vais chez moi, je ne vais pas donner le numéro de la rue que personne ne connait. Je ne le sais même pas, c’est « AAB » quelque chose. Si je dis à un chauffeur de taxi de m’emmener là-bas il ne comprendra pas. Si je lui dis : amenez-moi à Amitié 2, c’est un nom de quartier. Et ça, c’est un point de repère qui est utilisé. Mais ces noms de rue curieusement polarisent un débat, fort, alors qu’ils sont relativement peu utilisés. Il y a ceux qui veulent déboulonner, il y a ceux qui veulent remplacer, il y a ceux qui veulent expliquer. Mais tout cela revient au fond à se poser la questio : à quoi veut-on que servent les noms de rue ? À quoi veut-on que servent les statues ?

      http://www.rfi.fr/fr/podcasts/20200629-s%C3%A9n%C3%A9gal-les-populations-n-utilisent-pas-les-noms-rues-colonia

      #Dakar #Sénégal #Nairobi #noms_de_rue #toponymie #commémorations #post-colonial #décolonial

      ping @cede

  • Coronavirus : retour du confinement dans une vingtaine de municipalités de Lisbonne - Le Soir
    https://www.lesoir.be/309596/article/2020-06-26/coronavirus-retour-du-confinement-dans-une-vingtaine-de-municipalites-de

    Face à une remontée des cas d’infections de Covid-19, plusieurs quartiers de la périphérie de Lisbonne, capitale du Portugal, vont à nouveau devoir observer un confinement durant deux semaines à partir de mercredi prochain, a annoncé jeudi le Premier ministre du pays, Antonio Costa.

    #reconfinement
    Et comme c’est par taches, on imagine un peu les inégalités : les pauvres sont plus malades (ils habitent des foyers plus gros, plus dense et ont moins accès à ce luxe qu’est l’espace) ? C’est eux qui vont être reconfinés...

    À côté de ça, la désinvolture des soirées électorales est choquante... Cette manière de ne pas vouloir prévenir la deuxième vague de la pandémie est une faute politique et morale.

  • Covid-19 au Kurdistan irakien : urgence sanitaire ou manipulation politique ? - RFI

    Alors que l’Iran semble faire face à une deuxième vague de coronavirus, la petite région frontalière du Kurdistan irakien s’inquiète elle aussi. Le ministre de la Santé a annoncé mardi que 75% des cas dans la région avaient été déclarés durant le dernier mois. Une urgence sanitaire pour certains, une manipulation politique pour d’autres afin de contrôler une population en colère.

    #Covid-19#Moyen-Orient#Iraq#KRG#Crisepolitique#Crisesanitaire#migrant#migration

    http://www.rfi.fr/fr/podcasts/20200611-le-covid-kurdistan-irakien-urgence-sanitaire-manipulation-politique

  • Irak : les déplacés du Covid-19 - RFI

    Confinement, couvre-feu, comme presque tous les pays du monde, l’Irak a aussi mis en place des mesures de restriction pour lutter contre le coronavirus. Seulement voilà, le pays compte près d’1,5 million de déplacés et de réfugiés. Alors comment fait-on face à l’épidémie lorsqu’on vit sous une tente ou dans habitat précaire ? Il y a évidemment les risques liés au virus, mais aussi l’impact psycho-social sur ces populations souvent très fragiles. L’ONG Première urgence internationale a mis en place un programme de suivi afin d’aider les personnes vulnérables dans les camps, mais aussi dans les villes irakiennes

    #Covid-19#Iraq#KRG#ONG#Camp#Humanitaire#Pandémie#Santé#confinement#soutienspychosocial#migrant#migration

    http://www.rfi.fr/fr/podcasts/20200620-irak-les-d%C3%A9plac%C3%A9s-covid

  • Mongolie : une démocratie devant les urnes
    http://www.rfi.fr/fr/asie-pacifique/20200624-mongolie-d%C3%A9mocratie-devant-urnes-antoine-maire


    Bureau de vote en Mongolie
    REUTERS/Jason Lee

    La démocratie libérale de Mongolie, enclavée entre des puissants voisins, vote ce mercredi 24 juin pour relancer son avenir. Des élections législatives importantes dans un paysage politique fragmenté pour diriger un pays très dépendant de son secteur minier. Entretien avec le spécialiste de la Mongolie, Antoine Maire.

    Antoine Maire est chercheur associé à la Fondation pour la recherche stratégique, spécialiste politique et économique de la Mongolie, auteur de l’ouvrage Les Mongols, insoumis publié en 2016 aux Ateliers Henry Dougier.

    RFI : Qu’est-ce qui se joue ce mercredi en Mongolie et quels sont les enjeux portés par ces élections législatives ?

    Antoine Maire : Le premier enjeu est économique. La Mongolie a été frappée comme tous les pays par le Covid-19, avec assez peu de cas et aucune victime. En revanche, cela a mis l’économie à l’arrêt. Le pays a subi une récession de 10,7% environ au 1er trimestre. Donc l’un des enjeux de cette élection, c’est de redémarrer l’économie dès que la crise sera passée avec un enjeu principal sur la diversification. La Mongolie est très dépendante du secteur minier qui représente plus de 90% de ses exportations et pratiquement 30% de son Produit intérieur brut. Un des enjeux sera donc de mettre en place une stratégie de développement et de croissance qui permette à la fois la diversification de l’activité économique, mais aussi l’intégration de l’ensemble de la population à la croissance. Car la Mongolie a encore un taux de pauvreté important, estimé à environ un tiers de la population.

    Le deuxième enjeu est politique. La Mongolie a fait sa transition démocratique en 1990 et c’est dotée d’une Constitution démocratique en 1992 plus, en 2019, d’un amendement important à cette Constitution qui vise à renforcer la stabilité gouvernementale et à favoriser une forme de décentralisation vers la prise de décision politique. Donc l’enjeu du nouveau gouvernement sera de mettre en œuvre cette nouvelle Constitution et de vérifier si tout se passe bien dans le nouveau cadre constitutionnel.

    Le troisième enjeu est lié à la lutte contre la corruption. La précédente mandature qui a débuté en 2016 a été marquée par des affaires de corruption importantes. Il y a eu notamment un scandale sur la distribution de prêts garantis par l’État à des PME qui étaient principalement utilisés par les parlementaires. Donc la confiance de la population s’est fortement érodée. Cela se traduit par un paysage politique assez fragmenté au moment de cette élection, avec un nombre de candidats indépendants particulièrement élevé, avec environ 200 candidats indépendants qui se présentent et qui témoignent de cette défiance du corps électoral à l’égard de ses élites politiques. Un des enjeux sera donc de restaurer la confiance avec l’opinion et avec la population. Cela passera par la mise en place d’une stratégie de croissance, mais aussi par une exemplarité dans la pratique du pouvoir.

    Et puis il y a un quatrième enjeu plus politique : c’est la préservation de cette spécificité mongole, qui est très marquée depuis le début des années 1990. La Mongolie est une démocratie libérale qui tranche avec les modèles autoritaires qui sont mis en place par ses voisins et il y a toujours une interrogation sur la pérennité de ce modèle, étant donné les principaux enjeux politiques qui peuvent s’exercer sur le pays. Le parlementarisme a été fortement critiqué. On a deux acteurs qui sont actuellement en place qui sont le président Khaltmaa Battulga (chef de l’État depuis 2017) et le Premier ministre Ukhnaa Khurelsukh (depuis 2016) qui sont plutôt en faveur d’un exécutif fort. Donc la préservation de cette spécificité mongole et la capacité des autorités à la faire vivre constituent le quatrième enjeu de cette élection.

  • Le même jour :

    Glyphosate : Bayer remporte une victoire juridique importante sur le RoundUp
    http://www.rfi.fr/fr/am%C3%A9riques/20200624-proc%C3%A8s-roundup-bayer-victoire-juridique-importante-glyphosate-cali

    La Californie avait obligé par ordonnance l’entreprise Monsanto à mentionner le risque cancérigène du RoundUp sur l’étiquette de ce désherbant. Un risque que Bayer, qui a racheté Monsanto en 2018, a toujours contesté. Pour le groupe allemand, ses produits à base de glyphosate sont inoffensifs s’ils sont utilisés conformément aux instructions.

    Le juge californien a donné raison à Bayer. Selon lui « plusieurs organisations », dont l’agence américaine de protection de l’environnement, ont conclu à l’insuffisance de preuves qui montrent que le glyphosate cause le cancer. Pour Bayer, cette décision est d’autant plus importante que le RoundUp est l’un de ses produits phares, et notamment aux États-Unis.

    Roundup : Bayer annonce un accord d’indemnisation de 10 milliards de dollars avec près de 100 000 plaignants américains
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/06/24/roundup-bayer-annonce-un-accord-d-indemnisation-de-10-milliards-de-dollars-a

    Le groupe allemand Bayer a annoncé, mercredi 24 juin, qu’il versera entre 10,1 et 10,9 milliards de dollars (entre 8,9 et 9,6 milliards d’euros) pour solder les procédures lancées par près de 100 000 Américains ayant souffert d’un cancer qu’ils imputent à leur exposition au Roundup, un pesticide à base de glyphosate produit par Monsanto.

  • Emploi, chômage : Emmanuel Macron reçoit de nouveau les syndicats
    http://www.rfi.fr/fr/%C3%A9conomie/20200623-emploi-ch%C3%B4mage-macron-va-nouveau-recevoir-les-syndicats

    Emmanuel Macron réunit à nouveau ce mercredi 24 juin les organisations patronales et syndicales. Le président de la République pourrait apporter ses premiers arbitrages sur le chômage partiel et de la réforme de l’assurance chômage.

    Question subsidiaire : Combien d’allocation chômage représente la verroterie pendu au plafond ?

    https://lamarmite.bandcamp.com/track/la-roue-des-hamsters


    #chômage

  • Coronavirus au Portugal : Lisbonne voit resurgir la pandémie
    http://www.rfi.fr/fr/europe/20200614-coronavirus-portugal-lisbonne-voit-resurgir-pand%C3%A9mie

    Sans vouloir vraiment l’avouer, les autorités portugaises sont préoccupées. La troisième phase du déconfinement du pays a d’ailleurs été décalée pour Lisbonne et la vallée du Tage. Le Portugal enregistre en moyenne 300 nouveaux cas de Covid-19 par jour. C’est le deuxième pays après la Suède à connaître cette situation.

    300 cas quotidiens, c’est le seuil d’alerte sanitaire : il a été lancé dans les hôpitaux. Après une nette diminution, les hospitalisations repartent légèrement à la hausse. La plupart des nouveaux cas de Covid-19, 80 ou 90 %, se trouvent dans la région de Lisbonne. Des foyers communautaires sont apparus dans des usines, des entrepôts, des entreprises de construction.

  • La Croatie de nouveau épinglée pour des violences exercées contre des migrants

    L’organisation de défense des droits de l’homme Amnesty international est repartie à la charge dénonçant la violence des forces de police croates à l’égard des migrants dans un rapport publié cette semaine, et demandant à la Commission européenne de prendre position. Ce qu’elle a fait.

    Selon le communiqué de l’ONG publié cette semaine soir, seize migrants ont été « ligotés, brutalement battus et torturés » par des policiers croates, après avoir illégalement franchi la frontière. L’organisation cite des médecins bosniens et plusieurs migrants ayant raconté avoir été frappés avec des « bâtons en fer, des matraques et des crosses de pistolet », avant d’être renvoyés vers la Bosnie.

    L’épisode se serait déroulé dans la nuit du 26 au 27 mai, près de la frontière avec la Bosnie. « On a été en contact avec un groupe de 16 personnes, raconte Lola Schulmann, chargée des dossiers Réfugiés et Migrants à Amnesty International France à Béatrice Léveillé du service international de RFI, des ressortissants pakistanais et afghans... et avec des médecins qui interviennent du côté bosnien de la frontière ». Les médecins ont raconté les blessures souvent infligées aux migrants, « des fractures dont ils mettent plusieurs mois à guérir ».

    L’Union européenne interpellée

    « Ce qui est catastrophique, c’est que l’Union européenne donne de l’argent à ces fonctionnaires croates pour protéger la frontière et ces personnes commettent des actes de torture », poursuit Lola Schulmann. Amnesty a interpellé la Commission européenne qui a réagi ce vendredi 12 juin. « Nous sommes très préoccupés par ces allégations », a déclaré un porte-parole de l’exécutif européen, Adalbert Jahnz lors du point de presse quotidien. « La violence, l’humiliation et les traitements dégradants des demandeurs d’asile et migrants n’ont pas leur place dans l’Union européenne et doivent être condamnés », a-t-il ajouté.

    La Commission prévoit d’envoyer, quand la situation sanitaire le permettra, une mission sur place, dans le cadre d’un mécanisme de surveillance européen du respect des droits fondamentaux aux frontières. Mais ce n’est pas la première que l’organisation de défense des droits de l’homme dénonce de semblables faits. Des milliers de migrants empruntent chaque année la dite Route des Balkans pour essayer de rejoindre l’Europe occidentale. La plupart passent par la Croatie, pays membre de l’UE, le plus souvent en provenance de la Bosnie. Le ministère croate de l’Intérieur a immédiatement démenti « des allégations qui comme d’habitude et sans aucune preuve mettent en cause la police croate accusée de blesser des migrants », rapporte l’AFP. Il a cependant annoncé qu’une enquête serait ouverte sur ces accusations.

    http://www.rfi.fr/fr/europe/20200613-croatie-nouveau-%C3%A9pingl%C3%A9e-violences-exerc%C3%A9es-migrants-fro

    #covid-19 #migration #migrant #croatie #violence #frontiere #refoulement

  • L’indéboulonnable connerie raciste à la française, donc. C’est aussi émouvant que du Manuel Valls en train de te mansplainer son féminisme. Ou les César qui justifient 12 nominations à Polanski avant de lui filer le « Meilleur réalisateur ».
    https://www.lemonde.fr/politique/live/2020/06/14/en-direct-suivez-l-allocution-d-emmanuel-macron-sur-le-deconfinement-et-l-ap

    « Mais ce combat noble est dévoyé lorsqu’il se transforme en communautarisme, en réécriture haineuse ou fausse du passé. Ce combat est inacceptable lorsqu’il est récupéré par les séparatistes, a-t-il toutefois souligné. Je vous le dis très clairement ce soir, mes chers compatriotes, la République n’effacera aucune trace ni aucun nom de son histoire. Elle n’oubliera aucune de ses œuvres. Elle ne déboulonnera pas de statue. Nous devons plutôt lucidement regarder ensemble toute notre histoire, toutes nos mémoires, notre rapport à l’Afrique en particulier pour bâtir un présent et un avenir possible d’une rive, l’autre de la Méditerranée, avec une volonté de vérité et en aucun cas de revisiter ou de nier ce que nous sommes. » 

    M. Macron a également salué les forces de l’ordre, piliers de l’« ordre républicain ». « Ils sont exposés à des risques quotidiens en notre nom. C’est pourquoi ils méritent le soutien de la puissance publique et la reconnaissance de la nation », a-t-il déclaré.

    Toujours cette façon de détourner le sujet : les gens manifestent pour dénoncer, avant tout, la violence de la police. La violence en général, et les violences racistes en particulier de la police. Et le racisme banalisé qui s’exprime en permanence avec les contrôles au faciès, le tutoiement, etc. Et le gars digresse sur son attachement à « notre histoire », les statues, les œuvres, histoire de donner du grain à moudre aux éditorialistes. Les manœuvres de ces gens sont d’une bassesse et d’une saleté proprement inimaginables.

  • Inde : face à la propagation du coronavirus, des États ferment à nouveau leurs frontières
    #Covid-19#migrant#migrationinterne#inde#frontiere#fermeture

    http://www.rfi.fr/fr/asie-pacifique/20200613-inde-face-%C3%A0-la-progression-coronavirus-%C3%A9tats-ferment-%C3%A0-n

    Les frontières internes sont théoriquement rouvertes depuis le début du mois de juin. Mais devant la progression de l’épidémie, de nombreux États indiens reviennent sur cette décision du gouvernement central et restreignent la liberté de circulation des citoyens.

  • Coronavirus et surveillance de masse : entretien avec Olivier Tesquet
    http://www.rfi.fr/fr/podcasts/20200523-coronavirus-surveillance-masse-entretien-olivier-tesquet

    La surveillance de masse est-elle en train de se répandre sur la planète à la faveur de la pandémie de coronavirus ? Pour en discuter, L’Atelier des médias a reçu Olivier Tesquet, journaliste à Télérama, spécialiste des questions liées au numérique. Olivier Tesquet observe minutieusement, depuis une dizaine d’années, les dispositifs de surveillance à travers le monde. C’est un travail qu’il a débuté d’abord chez Owni, un média en ligne dédié aux questions du numérique, et qu’il poursuit chez Télérama. Son (...)

    #algorithme #smartphone #StopCovid #TraceTogether #biométrie #contactTracing #technologisme #facial #reconnaissance #COVID-19 #santé #surveillance (...)

    ##santé ##CNIL

  • Comment le confinement a montré les limites de la société du tout-numérique
    http://www.rfi.fr/fr/podcasts/20200613-antonio-casilli-comment-le-confinement-a-montr%C3%A9-les-limites-la-soc

    Antonio Casilli, professeur de sociologie à Télécom Paris et chercheur associé à l’EHESS, est l’invité de L’Atelier des médias. Son regard de sociologue avisé sur les questions du numérique est précieux en ces temps de crise. Dans cet entretien avec Antonio Casilli, il est question des chaînes logistiques durant le confinement (des entrepôts aux « travailleurs du dernier kilomètre »), de la façon dont le télétravail a été organisé et vécu (surcharge cognitive), des microtravailleurs du web et de leur rôle (...)

    #Amazon #COVID-19 #GigEconomy #santé #télétravail #travail #technologisme #FoodTech

    ##santé

  • Grèce : nouvelle extension du confinement dans les #camps de demandeurs d’asile

    En Grèce, les autorités ont à nouveau prolongé le confinement des principaux camps de demandeurs d’asile pour 15 jours supplémentaires, soit jusqu’au 21 juin. C’est la troisième fois que ce confinement est prolongé depuis le mois de mai, officiellement en raison de la lutte contre la pandémie de coronavirus. Un virus qui a pourtant relativement épargné le pays, où moins de 200 victimes ont été recensées depuis le début de la crise sanitaire.

    C’est début mai que le confinement de la population grecque a été levé. Depuis, celui-ci se poursuit pourtant dans les centres dits « d’accueil et d’identification » de demandeurs d’asile. Des camps où s’entassent au total près de 35 000 personnes et qui se situent sur cinq îles de la mer Égée - à l’image de #Moria sur l’île de #Lesbos - ou à la frontière terrestre avec la Turquie, comme le centre de l’#Evros.

    Officiellement, il s’agit pour les autorités grecques de lutter contre la propagation du coronavirus. Or, parmi l’ensemble des demandeurs d’asile, seuls quelques dizaines de cas ont été signalés à travers le pays et aucune victime n’a été recensée.

    Avant la crise sanitaire, la tension était vive en revanche sur plusieurs îles qui abritent des camps, en particulier à Lesbos fin février et début mars. Une partie de la population locale exprimait alors son ras-le-bol, parfois avec violence, face à cette cohabitation forcée.

    Athènes a d’ailleurs l’intention de mettre prochainement en place de premiers centres fermés ou semi-fermés. Notamment sur l’île de Samos et à Malakassa, au nord de la capitale. La prolongation répétée du confinement pour plusieurs dizaines de milliers de demandeurs d’asile semble ainsi s’inscrire dans une logique parallèle.

    http://www.rfi.fr/fr/europe/20200607-gr%C3%A8ce-nouvelle-extension-confinement-les-camps

    #asile #migrations #réfugiés #extension #prolongation #confinement #coronavirus #covid-19 #Grèce #camps_de_réfugiés

    ping @luciebacon @karine4 @isskein

    • Νέα παράταση εγκλεισμού στα ΚΥΤ των νησιών με πρόσχημα τον κορονοϊό

      Αν δεν υπήρχε ο κορονοϊός, η κυβέρνηση θα έπρεπε να τον είχε εφεύρει για να μπορέσει να περάσει ευκολότερα την ακροδεξιά της ατζέντα στο προσφυγικό.

      Από την αρχή της εκδήλωσης της πανδημίας του κορονοϊού η κυβέρνηση αντιμετώπισε την πανδημία όχι σαν κάτι από το οποίο έπρεπε να προστατέψει τους πρόσφυγες και τους μετανάστες που ζουν στις δομές, αλλά αντιθέτως σαν άλλη μια ευκαιρία για να τους στοχοποιήσει σαν υποτιθέμενη υγειονομική απειλή. Εξού και δεν πήρε ουσιαστικά μέτρα πρόληψης και προστασίας των δομών, αγνοώντας επιδεικτικά τις επείγουσες συστάσεις ελληνικών, διεθνών και ευρωπαϊκών φορέων.

      Δεν προχώρησε ούτε στην άμεση εκκένωση των Κέντρων Υποδοχής και Ταυτοποίησης από τους περισσότερους από 2.000 πρόσφυγες και μετανάστες που είναι ιδιαίτερα ευπαθείς στον κορονοϊό - άνθρωποι ηλικιωμένοι ή με χρόνια σοβαρά προβλήματα υγείας. Αντιθέτως, ανέβαλε στην πράξη με προσχηματικές αοριστολογίες ή και σιωπηρά για τουλάχιστον δύο μήνες τη σχετική συμφωνία που είχε κάνει το υπουργείο Μετανάστευσης και Ασύλου με την κυρία Γιόχανσον στις αρχές Απριλίου.

      Με άλλα λόγια, αν δεν υπήρχε ο κορονοϊός, η κυβέρνηση θα έπρεπε να τον είχε εφεύρει για να μπορέσει να περάσει ευκολότερα την ακροδεξιά της ατζέντα στο προσφυγικό. Στην πραγματικότητα, αυτό ακριβώς κάνει ο υπουργός Μετανάστευσης και Ασύλου : χρησιμοποιεί την πανδημία του κορονοϊού για να παρατείνει ξανά και ξανά την καραντίνα σε δομές. Ιδίως στα Κέντρα Υποδοχής και Ταυτοποίησης στα νησιά, όπου εξελίχθηκαν σε φιάσκο οι άτσαλες και βιαστικές απόπειρες του υπουργού Νότη Μητασράκη και του υπουργού Προστασίας του Πολίτη Μιχάλη Χρυσοχοΐδη να επιβάλουν με επιτάξεις, απευθείας αναθέσεις και άγρια καταστολή έργα πολλών δεκάδων εκατομμυρίων ευρώ για τη δημιουργία νέων Κέντρων Υποδοχής και Ταυτοποίησης, πολλαπλάσιας χωρητικότητας από ατυτή των σημερινών.

      Η επιβολή καραντίνας στα ΚΥΤ στα νησιά ξεκίνησε στις 24 Μαρτίου, αρκετά πριν την επιβολή καραντίνας στο γενικό πληθυσμό, και από τότε ανανεώνεται συνεχώς. Το Σάββατο 20 Ιουνίου οι υπουργοί Μηταράκης και Χρυσοχοΐδης έδωσαν άλλη μια παράταση υγειονομικού αποκλεισμού των ΚΥΤ μέχρι τις 5 Ιουλίου, οπότε και θα συμπληρωθούν 3,5 μήνες συνεχούς καραντίνας. Τουλάχιστον για τα μάτια των ξενοφοβικών, καθώς στην πράξη οι αρχές αδυνατούν να επιβάλουν καραντίνα σε δομές που εξαπλώνονται σε μεγάλη έκταση έξω από τους οριοθετημένους χώρους των ΚΥΤ.

      Οι υπουργοί ανακοίνωσαν επίσης παράταση της καραντίνας στις δομές της Μαλακάσας, της Ριτσώνας και του Κουτσόχερου, όπου είχαν εμφανιστεί κρούσματα πριν από πολλές εβδομάδες, και έκτοτε δεν υπάρχει ενημέρωση για νέα κρούσματα μέσα στις δομές, παρόλο που έχει παρέλθει προ πολλού το προβλεπόμενο χρονικό όριο της καραντίνας.

      Πρόκειται για σκανδαλωδώς προκλητική διαχείριση, επικοινωνιακή και μόνο, τόσο του προσφυγικού και μεταναστευτικού όσο και του ζητήματος του κορονοϊού.

      https://www.efsyn.gr/node/248622

      #hotspot #hotpspots

      –—

      Avec ce commentaire de Vicky Skoumbi, reçu le 21.06.2020 via la mailing-list Migreurop :

      Sous des prétexte fallacieux, le gouvernement prolonge une énième fois les mesures de restriction de mouvement pour les résidents de hotspots dans les #îles et pour trois structures d’accueil au continent, #Malakasa, #Ritsona et #Koutsohero. Le 5 juillet, date jusqu’à laquelle court cette nouvelle #prolongation, les réfugiés dans les camps auront passés trois mois et demi sous #quarantaine. Je rappelle que depuis au moins un mois la population grecque a retrouvé une entière liberté de mouvement. Il est fort à parier que de prolongation en prolongation tout le reste de l’été se passera comme cela, jusqu’à la création de nouveaux centres fermés dans les îles. Cette éternisation de la quarantaine -soi-disant pour des raisons sanitaires qu’aucune donné réel ne justifie, transforme de fait les hotspots en #centres_fermés anticipant ainsi le projet du gouvernement.

      #stratégie_du_choc

    • Pro-migrant protests in Athens as Greece extends lockdown

      Following protests in Athens slamming the government for its treatment of migrants, the Greek government over the weekend said it would extend the COVID-19 lockdown on the migrant camps on Greek Aegean islands and on the mainland.

      Greece has extended a coronavirus lockdown on its migrant camps for a further two weeks. On Saturday, Greece announced extension of the coronavirus lockdown on its overcrowded and unsanitary migrant camps on its islands in the Aegean Sea for another fortnight.

      The move came hours after some 2,000 people protested in central Athens on Saturday to mark World Refugee Day and denounced the government’s treatment of migrants.

      The migration ministry said migrants living in island camps as well as those in mainland Greece will remain under lockdown until July 5. It was due to have ended on Monday, June 22, along with the easing of general community restrictions as the country has been preparing to welcome tourists for the summer.

      The Greek government first introduced strict confinement measures in migrant camps on March 21. A more general lockdown was imposed on March 23; it has since been extended a number of times. No known coronavirus deaths have been recorded in Greek migrant camps so far and only a few dozen infections have surfaced. Rights groups have expressed concern that migrants’ rights have been eroded by the restrictions.

      On May 18, the Greek asylum service resumed receiving asylum applications after an 11-week pause. Residence permits held by refugees will be extended six months from their date of expiration to prevent the service from becoming overwhelmed by renewal applications.

      ’No refugee homeless, persecuted, jailed’

      During the Saturday protests, members of anti-racist groups, joined by residents from migrant camps, marched in central Athens. They were holding banners proclaiming “No refugee homeless, persecuted, jailed” and chanting slogans against evictions of refugees from temporary accommodation in apartments.

      More than 11,000 refugees who have been living in reception facilities for asylum seekers could soon be evicted. Refugees used to be able to keep their accommodation for up to six months after receiving protected status.

      But the transitional grace period was recently reduced significantly: Since March of this year, people can no longer stay in the reception system for six months after they were officially recognized as refugees — they only have 30 days.

      Refugee advocacy groups and UNHCR have expressed concern that the people evicted could end up homeless. “Forcing people to leave their accommodation without a safety net and measures to ensure their self-reliance may push many into poverty and homelessness,” UNHCR spokesperson Andrej Mahecic said last week.

      The government insists that it is doing everything necessary “to assure a smooth transition for those who leave their lodgings.”

      Moreover, UNHCR and several NGOs and human rights groups have spoken out to criticize the Greek government’s decision to cut spending on a housing program for asylum seekers by up to 30%. They said that it means less safe places to live for vulnerable groups.

      Asylum office laments burden, defends action

      In a message for World Refugee Day, the Ministry for Migration and Asylum said Greece has found itself “at the centre of the migration crisis bearing a disproportionate burden”, news agency AFP cites.

      “The country is safeguarding the rights of those who are really persecuted and operates as a shield of solidarity in the eastern Mediterranean,” it added.

      Government officials have repeatedly said Greece must become a less attractive destination for asylum seekers.

      The continued presence of more than 36,000 refugees and asylum seekers on the islands — over five times the intended capacity of shelters there — has caused major friction with local communities who are demanding their immediate removal.

      An operation in February to build detention centers for migrants on the islands of Lesbos and Chios had to be abandoned due to violent protests.

      Accusations of push-backs

      Greece has also been repeatedly accused of illegal pushbacks by its forces at its land and sea borders, which according to reports have spiked since March.

      On land, a Balkans-based network of human rights organizations said migrants reported beatings and violent collective expulsions from inland detention spaces to Turkey on boats across the Evros River. In the Aegean, a recent investigation by three media outlets claims that Greek coast guard officers intercept migrant boats coming from Turkey and send them back to Turkey in unseaworthy life rafts.

      Athens has repeatedly denied using illegal tactics to guard its borders, and has in turn accused Turkey of sending patrol boats to escort migrant boats into its waters.

      According to UNHCR, around 3,000 asylum seekers arrived in Greece by land and sea since the start of March, far fewer people than over previous months. Some 36,450 refugees and asylum seekers are currently staying on the Aegean islands.

      https://www.infomigrants.net/en/post/25521/pro-migrant-protests-in-athens-as-greece-extends-lockdown

      #résistance

    • Greek government must end lockdown for locked up people on Greek islands

      COVID-19-related lockdown measures have had an impact on the lives of everyone around the world and generated increasing levels of stress and anxiety for many of us. However, the restriction of movement imposed in places like Moria and Vathy, on the Greek islands, have proven to be toxic for the thousands of people contained there.

      When COVID-19 reached Greece, more than 30,000 asylum seekers and migrants were contained in the reception centres on the Greek islands in appalling conditions, without access to regular healthcare or basic services. Médecins Sans Frontières (MSF) runs mental health clinics on the islands.

      In March 2020, a restriction of movement imposed by the central government in response to COVID-19 has meant that these people, 55 per cent of whom are women and children, have essentially been forced to remain in these overcrowded and unhygienic centres with no possibility to escape the dangerous conditions which are part of their daily life.

      Despite the fact that there have been zero cases of COVID-19 in any of the reception centres on the Greek islands, and that life has returned to normal for local people and tourists alike, these discriminatory measures for asylum seekers and migrants continue to be extended every two weeks.

      Today, these men, women and children continue to be hemmed in, in dire conditions, resulting in a deterioration of their medical and mental health.

      “The tensions have increased dramatically and there is much more violence since the lockdown, and the worst part is that even children cannot escape from it anymore,” says Mohtar, the father of a patient from MSF’s mental health clinic for children. “The only thing I could do before to help my son was to take him away from Moria; for a walk or to swim in the sea, in a calm place. Now we are trapped.”

      MSF cannot stay silent about this blatant discrimination, as the restriction of movement imposed on asylum seekers dramatically reduces their already-limited access to basic services and medical care.

      In the current phase of the COVID-19 epidemic in Greece, this measure is absolutely unjustified from a public health point of view – it is discriminatory towards people that don’t represent a risk and contributes to their stigmatisation, while putting them further at risk.

      “The restrictions of movement for migrants and refugees in the camp have affected the mental health of my patients dramatically,” says Greg Kavarnos, a psychologist in the MSF Survivors of Torture clinic on Lesbos. “If you and I felt stressed and were easily irritated during the period of the lockdown in our homes, imagine how people who have endured very traumatic experiences feel now that they have to stay locked up in a camp like Moria.”

      “Moria is a place where they cannot find peace, they cannot find a private space and they have to stand in lines for food, for the toilet, for water, for everything,” says Kavarnos.

      COVID-19 should not be used as a tool to detain migrants and refugees. We continue to call for the evacuation of people, especially those who belong to high-risk groups for COVID-19, from the reception centres to safe accommodation. The conditions in these centres are not acceptable in normal times however, they have become even more perilous pits of violence, sickness, and misery when people are unable to move due to arbitrary restrictions.

      https://www.msf.org/covid-19-excuse-keep-people-greek-islands-locked

    • La Grèce prolonge à nouveau le confinement dans les camps de migrants

      Athènes a annoncé vendredi une prolongation jusqu’à la fin du mois d’août du confinement dans les camps de migrants installés sur ses îles et le continent. Le pays connaît une hausse du nombre d’infections mais aucun décès n’a encore été enregistré dans les camps de migrants.

      Les camps de migrants de Grèce resteront confinés au moins jusqu’à la fin du mois d’août. Vendredi 31 juillet, le ministère des Migrations a déclaré que le confinement – entré en vigueur le 21 mars – sera prolongé jusqu’au 31 août "pour prévenir l’apparition et la diffusion des cas de coronavirus". Il s’agit de la 6e prolongation du confinement des camps de migrants, alors que la population grecque, elle, est sortie du confinement le 4 mai dernier.

      La Grèce, avec 203 décès dus au Covid-19, n’a pas été aussi sévèrement touchée que d’autres pays européens et aucun décès n’a été enregistré dans les camps de migrants.

      Mais ces derniers sont surpeuplés, en mer Egée particulièrement. Plus de 26 000 demandeurs d’asile y vivent, pour une d’une capacité d’accueil de moins de 6 100 places. Une situation qui génère de plus en plus de tensions avec la population locale.

      Néanmoins, la prolongation du confinement des seuls camps de migrants ne constitue pas moins une discrimination manifeste des droits des personnes migrantes, ont dénoncé de nombreuses ONG dans un communiqué publié le 17 juillet.

      “Nous sommes de plus en plus inquiets car les températures montent, nous sommes au milieu de l’été, et les migrants sont obligés de vivre dans des espaces saturés avec trop peu d’accès à l’hygiène, l’eau manque ainsi que les produits sanitaires dans la plupart des camps. Il y a un donc un risque que ces prolongement indéterminés provoquent d’importants problèmes sanitaires au sein des camps puisque les gens ne peuvent même plus sortir pour se faire soigner ou acheter des médicaments et des produits de première nécessité”, a indiqué à InfoMigrants Adriana Tidona, chercheuse spécialiste des questions migratoires en Europe pour Amnesty International.
      Augmentation du nombre de cas

      Si les autorités grecques veulent que les migrants restent dans des camps, elles invitent les touristes à venir dans le pays. Les aéroports grecs et les frontières ont ainsi été rouverts aux touristes étrangers. Or, ces mesures se sont accompagnées d’une augmentation du nombre de cas de Covid-19 dans le pays.

      Depuis le 1er juillet, plus de 340 cas confirmés ont été enregistrés parmi les près de 1,3 million de voyageurs entrant en Grèce, a indiqué mardi la protection civile

      Mardi, la Grèce a annoncé qu’elle rendait le masque obligatoire dans les magasins, les banques, les services publics et la quasi-totalité des lieux clos, en réponse à une résurgence des infections.


      https://www.infomigrants.net/fr/post/26383/la-grece-prolonge-a-nouveau-le-confinement-dans-les-camps-de-migrants

  • L’Italie veut se protéger des départs de migrants depuis la Libye
    #Covid-19#migrant#migration#italie#politiquemigratoire#frontiere

    http://www.rfi.fr/fr/europe/20200609-l-italie-veut-prot%C3%A9ger-d%C3%A9parts-migrants-depuis-la-libye

    L’été 2019 a été profondément marqué par la politique anti-migrants de Matteo Salvini, leader de la Ligue souverainiste et ancien ministre de l’Intérieur, qui avait fermé tous les ports italiens aux ONG secourant les naufragés en mer. Depuis septembre, c’est un gouvernement de coalition entre le Parti démocrate et le Mouvement 5 étoiles que dirige Giuseppe Conte. Avec le retour des beaux jours, et en toile de fond le Covid-19, Rome cherche l’appui de l’Europe pour gérer la situation en cas de reprise massive des débarquements sur ses côtes.