https://www.leparisien.fr

  • Le loup est bien de retour en Ile-de-France - Le Parisien
    https://www.leparisien.fr/paris-75/le-loup-est-bien-de-retour-en-ile-de-france-26-11-2021-AMLGFS237FBDFJRNEO

    Alors que sa présence a été officialisée ce mardi dans le Calvados et dans l’Eure la semaine dernière, le loup vu « dans le secteur de Vernon » a en réalité été photographié sur le territoire des Yvelines, à Blaru. Un retour en Ile-de-France que les autorités ne veulent pour le moment pas confirmer.

    Cette fois, il est bien là. Près d’un siècle après sa disparition du pays, il fait son retour en Île-de-France. Il aura fallu presque 30 ans au loup gris, qui recolonise peu à peu le territoire en provenance d’Italie, pour gagner officiellement la région parisienne. Car « le spécimen du secteur de Vernon repéré le 11 novembre a effectivement été photographié côté Yvelines », lâche ce jeudi soir Nicolas Jean, directeur adjoint de l’Office français de biodiversité, en charge du suivi des grands prédateurs.

    #paywall

  • Paris : quand un hangar de logistique du « dernier kilomètre » se niche sous le périphérique - Le Parisien
    https://www.leparisien.fr/paris-75/paris-quand-un-hangar-de-logistique-du-dernier-kilometre-se-niche-sous-le

    Situé dans le XIXe arrondissement sur un terrain appartenant à la Ville, l’entrepôt P4 permet les livraisons de marchandises tout en laissant les camions à la porte de Paris.

    En cette fin de matinée, porte de Pantin (XIXe), les camions tentent à grands coups de klaxon de se frayer un chemin au cœur d’un trafic dense. À quelques mètres de là, trois #livreurs chargent leurs cargaisons et s’apprêtent à livrer des restaurants du nord de la capitale. Munis de vélos triporteurs, ils sortent du P4, un entrepôt situé sous le tablier du périphérique parisien. Géré par l’entreprise de #logistique urbaine Sogaris, lauréate de l’appel à projet « Logistique urbaine durable » lancé en 2017, l’entrepôt d’environ 1 000 mètres carrés, propriété de la mairie de Paris, est coexploité avec Ecolotrans.

    Yacine Kara, président d’Ecolotrans, société spécialisée en livraison écologique du dernier kilomètre assure la visite, un an après l’ouverture. Dans l’entrepôt, maintenu à une température de 2 à 4 degrés, des camions roulant au gaz naturel sont déchargés tôt le matin par son équipe d’une trentaine d’employés, qui approvisionne ensuite le nord de la capitale (XIXe, XXe, une partie du Xe) et quelques villes de Seine-Saint-Denis (Pantin, Le Pré-Saint-Gervais, Les Lilas). On compte 600 à 800 mouvements de stock journalier dans le P4.

    Priorité aux modes de livraison doux

    « On ne fait que du transport doux, à vélo, à pied, ou utilisant l’électrique et le gaz naturel. On veut maîtriser les externalités négatives, comme le bruit ou la pollution », détaille le chef d’entreprise, qui dispose d’une flotte d’une dizaine de véhicules électriques et d’une vingtaine de vélos triporteurs sur le site pour livrer de manière « décarbonée ».

    Un impératif : éviter que les camions n’encombrent un peu plus les villes. « Nos cœurs de ville doivent aller vers la fin de la circulation des camions. Pour parvenir à cet objectif, il faut des outils comme celui-ci, se félicite François Dagnaud (PS), maire du XIXe arrondissement. Cet espace permet de préserver l’approvisionnement tout en respectant l’environnement. »

    Ces locaux, les professionnels du secteur ne veulent plus les cacher. Comme le bâtiment P4, récompensé en septembre dernier d’un prix décerné par des professionnels de l’immobilier en septembre dernier, une quarantaine d’entrepôts ont ouvert leurs portes dans toute la France à l’occasion de la semaine de la logistique.

    Les consommateurs ont changé leurs habitudes

    « Avec le Covid, 2020 a été une année charnière dans les modes de distribution. Aujourd’hui, on a une pratique de consommation qui banalise la livraison, analyse Jonathan Sebbane, directeur général de Sogaris, gestionnaire du P4 dans le cadre d’une délégation de service public sur 18 ans. C’est intéressant de pouvoir montrer l’envers du décor pour mieux faire connaître la profession. »

    En plus de l’enjeu écologique, le secteur doit répondre à une problématique économique. Si la logistique est le cinquième plus gros « employeur » privé de France avec environ deux millions de salariés, elle peine néanmoins à attirer et de nombreux postes restent non pourvus. « Il faut des formations qui répondent aux besoins du secteur, chez les demandeurs d’emploi et les personnes en phase de reconversion, note Geoffroy Cailloux, sous-directeur des services marchands auprès de la direction générale des entreprises du ministère de l’Économie. Il y a aussi des postes à forte valeur ajoutée, comme les métiers high-tech, qui peuvent attirer d’autres profils. »

    Pour accompagner le P4, deux autres sites de logistique urbaine portés par Sogaris vont voir le jour à #Paris en 2022 : un entrepôt qui longera le périphérique au niveau de la porte de Champerret, et un « immeuble inversé » rue du Grenier Saint-Lazare (IIIe), en lieu et place d’un ancien parking.

  • #Covid-19 : pourquoi la cinquième vague est aussi « fulgurante » - Le Parisien
    https://www.leparisien.fr/societe/sante/covid-19-pourquoi-la-cinquieme-vague-est-aussi-fulgurante-23-11-2021-5RE6

    « Il y a dix jours, nous tablions sur 30.000 à 50.000 cas à la période de Noël mais, au regard de la croissance de l’épidémie, ce sera sans doute plus que ça si rien n’est fait ».

    […]

    « […] désormais, le critère qui va nous guider et éventuellement déclencher des mesures sanitaires fortes, ce sera la saturation des hôpitaux sur le territoire ».

    #France

    • l’ANFR dit avoir identifié dans un premier temps 24 sites mobiles concernés par le brouillage, à Clermont-Ferrand et dans plusieurs communes voisines, dans le compte-rendu de son enquête publié mercredi sur son site.

      . . . .
      Deux enquêteurs de l’ANFR venus de Lyon sont finalement parvenus à localiser le quartier puis l’immeuble hébergeant le brouilleur, grâce à un radiogoniomètre (NDLR : appareil de radiorepérage) fixé sur le toit de leur « véhicule laboratoire ».

      Notamment utilisé par les criminels
      Accompagnés de six policiers de la BRI (Brigade de recherche et d’intervention) mandatés par le parquet de Paris, encagoulés, casqués et armés de fusils d’assaut, ils avaient pénétré dans l’immeuble pour identifier l’appartement.
      . . . . . .

  • Covid-19 : restaurants, trains, écoles... aérer, l’autre geste barrière oublié - Le Parisien
    https://www.leparisien.fr/societe/sante/covid-19-restaurants-trains-ecoles-aerer-lautre-geste-barriere-oublie-12-

    Il n’y a pas que le port du masque qui s’étiole. Alors que la barre des 12 000 nouveaux cas de Covid-19 a de nouveau été franchie ce jeudi soir, on n’ouvre pas assez nos fenêtres. C’est ce que montre le vaste testing que nous avons mené pendant dix jours.

  • Migrants : un test PCR ou la prison, la loi qui révolte les associations - Le Parisien
    https://www.leparisien.fr/societe/migrants-un-test-pcr-ou-la-prison-la-loi-qui-revolte-les-associations-05-
    https://www.leparisien.fr/resizer/Vu7L-Ww0RaJKLi55GmIFz454zG0=/1200x675/cloudfront-eu-central-1.images.arcpublishing.com/leparisien/LC3TG32H75PVLK2DVWXMALROKY.jpg

    Migrants : un test PCR ou la prison, la loi qui révolte les associations
    Depuis trois mois, les migrants qui refusent de subir un test PCR dans le cadre de leur mesure d’éloignement du territoire sont traduits devant la justice. « Une atteinte aux libertés fondamentales », pour leurs défenseurs.
    Comme au Mesnil-Amelot, le plus grand centre de rétention administrative (CRA) de France, les migrants multiplient les allers-retours avec la prison après avoir refusé de se soumettre à un test PCR. Depuis septembre 2020, Abdel (prénom d’emprunt), ressortissant tunisien de 34 ans, a passé huit mois en détention en France. Avant cela, il n’avait pas de casier judiciaire. Mais cette peine est le résultat de quatre condamnations pour « délit de soustraction à une mesure d’éloignement ».

    #Covid-19#migrant#migration#france#sante#CRA#OQTF#politiquemigratoire#testPCR#droit#prison

  • Ça se confirme, cette saison de chasse à l’électeur de droite sera un excellent millésime…

    Le contrôle des chômeurs va augmenter de 25 % dans les six prochains mois - Économie - Le Télégramme
    https://www.letelegramme.fr/economie/le-controle-des-chomeurs-va-augmenter-de-25-dans-les-six-prochains-mois

    Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a indiqué ce mercredi matin que les chômeurs vont davantage être contrôlés dans les six prochains mois pour vérifier qu’ils cherchent activement un emploi.

    C’est l’une des « annonces » à retenir de l’allocution d’Emmanuel Macron, mardi soir : les contrôles vont être renforcés pour vérifier si les chômeurs recherchent bien activement un emploi, sans quoi leur indemnité pourra être « suspendue ». Ce mercredi matin, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a précisé sur franceinfo que les contrôles vont effectivement augmenter de 25 % dans les six prochains mois.

    • Les chômeurs sommés par Emmanuel Macron de démontrer qu’ils veulent travailler
      https://blogs.mediapart.fr/wael-mejrissi/blog/101121/les-chomeurs-sommes-par-emmanuel-macron-de-demontrer-quils-veulent-t

      L’allocution présidentielle a duré vingt-sept minutes mais une phrase ne va pas manquer de faire couler beaucoup d’encre : « les demandeurs d’emploi qui ne démontreront pas une recherche active verront leur allocation suspendue ».

      Une phrase qui résonne comme une déflagration sociale absolument inouïe et dont les retombées vont durer un certain temps. Nul besoin de savoir l’éventail des mesures prises lors de cette intervention télévisée. Emmanuel Macron a livré toute la mesure de son inconséquence morale et sociale aux Français par cette phrase rappelant cruellement qu’il est et restera le président des riches. La réforme tant décriée de l’assurance-chômage est entrée en vigueur le premier octobre et déjà nombre de nouveaux chômeurs sont dans l’impasse. Entre des allocations chômage en baisse et des allocations chômage refusées à des chômeurs parce qu’ils ne cumulent pas au moins six mois d’activité, la pilule était déjà très dure à avaler. Mais voilà ces chômeurs renvoyés au rang de pestiférés de la nation. La vindicte présidentielle lancée contre les privés d’emplois face à des millions de téléspectateurs sera donc la contrepartie de cette allocation qu’ils percevront. Ces rejetés de la nation restent donc désespérément le maillon faible du paradigme macroniste. Les chômeurs, les précaires, les vulnérables, les malades, les intérimaires, les travailleurs pauvres comprennent alors que l’heure n’est plus à la solidarité entre les riches et les nécessiteux mais à une logique du chacun pour soi.

      Quelle arrière pensée sa cache derrière cette assertion prononcée par le président de la République ? Il faut bien évidemment comprendre que les chômeurs aiment l’oisiveté rémunérée et que pour bon nombre d’entre eux, cette situation qui les prive d’un salaire digne serait davantage choisie que subie. Une idée qui en dit long sur cette dichotomie entre Emmanuel Macron et la réalité du marché du travail. Plus subtile encore, ceux n’acceptant pas des emplois sous-payés seront également dans la catégorie de ces mal-aimés qui se complaisent dans le farniente. Face à un discours aux airs de dernière sommation pour les chômeurs, l’allocation chômage devient dans ce contexte non plus un droit mais une aumône piétinant par là-même la dignité de ces privés d’emploi. L’ubérisation de notre économie a créé en effet des milliers d’emplois mais des emplois précaires, sans protection contre les aléas de la vie et qui sont donc loin d’être des vecteurs d’émancipation sociale. Ils enracinement ceux qui les occupent dans une pauvreté persistante créant un cercle vicieux durable pour rester dépendant des quelques subsides gagnés parfois au péril de leur vie.

      Voilà ce qu’il faut donc faire aujourd’hui pour s’attirer les faveurs de l’Élysée et même comme ça, pas sûr que ces travailleurs seront touchés par la grâce présidentielle car ces « riens » ne seront jamais plus que les faire-valoir d’une politique économique prétendument vertueuse au moyen de statistiques montrant la courbe du chômage baisser mais sans jamais dévoiler l’ampleur de la détresse sociale qui se cache derrière ces emplois misérables.

      C’était donc bien ça « notre projet » tant vanté par l’actuel président d’une caste qui ne connaît même pas l’odeur de la pauvreté, c’est une économie qui brade la force de travail des plus fragiles pour financer l’évasion fiscale des plus aisés. En somme un monde qui marche sur la tête.

    • Annonces d’Emmanuel Macron : comment Pôle emploi va contrôler les chômeurs
      https://www.leparisien.fr/economie/emploi/annonces-demmanuel-macron-comment-pole-emploi-va-controler-les-chomeurs-1

      250000 contrôles vont être réalisés entre décembre et mai prochain, soit 25 % de plus qu’en temps normal. Les agents s’inquiètent déjà « de ce rôle de sanction » qui va s’intensifier. Voici comment Pôle emploi va procéder.

      #paywall #chômeurs #emploi #contrôle #ORE

    • Pour paraphraser son allocution et son projet, il devrait afficher dans toutes les préfectures cette pensée impavide du glacial Richelieu : « La raison ne permet pas d’exempter les peuples de toutes charges, parce qu’en perdant en tel cas la marque de leur sujétion, ils perdraient aussi la mémoire de leur condition ; et que s’ils étaient libres de tributs, ils penseraient l’être de l’obéissance. Il faut les comparer aux mulets qui, étant accoutumés à la charge, se gâtent par un long repos plus que par le travail. »
      citation de « Grève en consigne » dans Un anonyme de la fin du XXᵉ siècle – L’INSOMNIAQUE. Collection à couteaux tirés (épuisé)
      illustration du même éditeur


      http://www.insomniaqueediteur.com/publications-categories/a-couteaux-tires

      Macron sur les pas du cardinal de Richelieu « l’esprit de notre nation ». De nation à nationalisme il n’y a qu’un pas.
      En visite sur le site Richelieu de la Bibliothèque nationale de France, tout juste restauré, le président a salué un lieu d’histoire contribuant à « l’art d’être Français ».
      https://www.lefigaro.fr/culture/a-la-bnf-emmanuel-macron-met-en-garde-contre-le-retrecissement-de-la-france
      Discours du président frappadingue à la BNF le 28 septembre 2021 :
      https://www.elysee.fr/index.php/emmanuel-macron/2021/09/28/le-president-emmanuel-macron-visite-la-fin-de-chantier-de-la-bibliotheque-nat

  • Des étudiants font la queue pour des aides alimentaires et des services d’urgence ferment, et l’Etat dépense des dizaines de millions d’euros pour le système policier
    https://ricochets.cc/Des-etudiants-font-la-queue-pour-des-aides-alimentaires-et-des-services-d-

    ... MISÈRE DES JEUNES ... ET 145 MILLIONS D’ACHAT DE VÉHICULES BLINDÉS POUR LA POLICE Les militant s bénévoles pour la distribution alimentaire se sentent dépassés « moralement et psychologiquement » face au nombre de jeunes en situation de précarité VIDÉO. « Il faut arriver en avance » : 400 étudiants font la queue pour recevoir de la nourriture - Linkee organise toutes les semaines des distributions de sacs de nourritures pour les étudiants en situation de précarité, touchés par la crise sanitaire et la fin (...) #Les_Articles

    / #Le_monde_de_L'Economie, Autoritarisme, régime policier, démocrature...

    #Autoritarisme,_régime_policier,_démocrature...
    https://www.leparisien.fr/video/video-paris-des-centaines-detudiants-dans-la-queue-des-distributions-alim
    https://basta.media/Etudiants-confinement-campus-RSA-jeune-distribution-alimentaire-entraide-Li

  • Hauts-de-Seine : entre pollution et Covid-19, les purificateurs d’air ont le vent en poupe chez les particuliers - Le Parisien
    https://www.leparisien.fr/hauts-de-seine-92/hauts-de-seine-entre-pollution-et-covid-19-les-purificateurs-dair-ont-le-

    La société Abiotec, basée au Plessis-Robinson, s’est associée à un distributeur pour ouvrir dans la capitale un showroom dédié à la vente directe de purificateurs d’air aux particuliers. Un marché qui se développe depuis le début de la pandémie de Covid-19.

    Des purificateurs d’air, Sandrine Cals, assistante de direction pour le groupe Etam, en possède deux. Un pour le salon, un autre entre le bureau et la chambre, dans son appartement du VIIIe arrondissement de #Paris. « Comme j’avais déjà attrapé le Covid une fois, je voulais m’équiper pour renouveler l’air à la maison avec une machine certifiée anti-covid, raconte la jeune femme. L’idée, c’était de me rassurer. »

    #paywall

  • Le chanteur Jean-Luc Lahaye et sa fille en garde à vue dans une affaire de viols sur mineures - Le Parisien
    https://www.leparisien.fr/faits-divers/le-chanteur-jean-luc-lahaye-et-sa-fille-en-garde-a-vue-dans-une-affaire-d

    Décidément, les ennuis — artistiques et judiciaires — s’accumulent pour Jean-Luc Lahaye. Programmé pour un grand showcase au festival Fabu’Loos à Loos (Nord) fin septembre, le chanteur de variété âgé de 68 ans avait dû renoncer à se produire en raison d’une polémique née sur les réseaux sociaux : de nombreux internautes s’étaient offusqués de l’invitation d’un « pédocriminel », rappelant sa condamnation pour corruption de mineurs en 2015. Les organisateurs avaient ainsi annulé sa venue. Ce qu’ils ignoraient, en revanche, c’est que l’interprète de « Femme que j’aime » et « Papa chanteur » était visé discrètement par une nouvelle enquête préliminaire ouverte par le parquet de Paris.
    Sous emprise du chanteur

    Selon des sources concordantes, Jean-Luc Lahaye a été interpellé ce mercredi matin à Paris par les policiers de l’Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP) et placé en garde à vue pour « viols et agressions sexuelles sur mineur de plus de 15 ans » ainsi que « corruption de mineur ». Le chanteur est soupçonné d’avoir abusé sexuellement de deux adolescentes âgées de 16 et 17 ans. Les faits remonteraient aux années 2013-2014.

    À l’époque, les deux mineures étaient, selon leurs déclarations, sous emprise du chanteur dont elles appréciaient les tubes. Le chanteur aurait eu des rapports sexuels avec elles et leur aurait demandé, par Internet et caméras interposées, de se dévêtir et de prendre des poses sexuelles. Les deux mineures avaient alors porté plainte contre lui lors d’une première enquête, avant de se rétracter.
    Sa fille soupçonnée d’avoir fait pression

    Parmi les deux victimes concernées figure l’adolescente pour laquelle Lahaye avait été condamné pour corruption de mineur en 2015. Cette fois, les policiers enquêtent sur des soupçons de viols sur cette même jeune femme. Les deux victimes ont en effet redéposé plainte en début d’année, expliquant avoir pris conscience des agressions subies avec le recul et s’être détachées de leur admiration de Jean-Luc Lahaye. Ce qui a conduit le parquet de Paris à diligenter une nouvelle enquête préliminaire.

    D’après nos informations, la fille du chanteur, Margaux, a également été placée en garde à vue ce mercredi matin pour « subornation de témoin ». et « complicité de viol » Elle est soupçonnée d’avoir fait pression sur les deux adolescentes pour les astreindre au silence. Deux autres femmes ont également été placées en garde à vue pour « non-dénonciation de crime » et « complicité de viol ». Il s’agit des mères des deux victimes. Elles aussi admiratrices du chanteur, elles auraient poussé leurs filles à avoir des relations avec Jean-Luc Lahaye et les auraient même accompagnées lors de rencontres.

    Jean-Luc Lahaye avait été condamné à un an d’emprisonnement avec sursis le 18 mai 2015 dans cette première partie de l’affaire. La garde à vue du chanteur peut durer 48 heures avant un possible déferrement. En raison de ses antécédents judiciaires, la justice pourrait demander son placement en détention provisoire.

  • « Tu as pactisé avec l’ennemi » : qui est le commissaire Bourdon, mis au placard après s’être excusé dans une cité de Corbeil - Le Parisien
    https://www.leparisien.fr/essonne-91/tu-as-pactise-avec-lennemi-un-commissaire-de-lessonne-prive-de-responsabi

    Patrick Visser-Bourdon, commissaire de police à Corbeil-Essonnes, a présenté des excuses lors d’une réunion publique après qu’une maman du quartier des Tarterêts a été gazée lors d’une intervention en septembre. Il a été privé de responsabilités. Portrait d’un policier atypique.

  • Le Bourget : un homme [représentant des salariés] tente de s’immoler par le feu à l’entrepôt H&M bloqué par une grève - Le Parisien
    https://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/le-bourget-un-homme-tente-de-simmoler-par-le-feu-a-lentrepot-hm-bloque-pa

    Depuis le début du mois, les salariés de l’entrepôt H&M bloquent le site du Bourget pour dénoncer le plan de sauvegarde pour l’emploi que leur propose la direction.

    « J’ai 50 ans, je suis préparatrice de commandes depuis 17 ans, s’emporte Nacira. On a tout donné, tout donné pour notre travail et on nous met à la porte comme des rats. Je suis en colère ! » La quinquagénaire n’est pas la seule à être à bout.

    Ce mardi, vers 10 heures, un de ses collègues et représentant du personnel de H&M a tenté de s’immoler par le feu, au sein de l’entrepôt du Bourget bloqué depuis début octobre par des salariés de l’entreprise, pour protester contre la fermeture du dépôt et la suppression de 153 emplois hors intérimaires. Selon les premiers éléments, l’homme s’est aspergé d’essence mais n’a heureusement pas commis le geste fatal.

    Les secours sont arrivés rapidement sur les lieux pour prendre en charge la victime. Une trentaine de personnes étaient présentes. La police s’est également rendue sur les lieux. « Avec la grève, il n’en pouvait plus », confie Gemina Mehiaoui, déléguée syndicale CGT sur ce site, qui est le seul entrepôt de France de H&M.

    « Il était complètement imbibé d’essence »

    « Ce matin, nous avions une réunion de négociation à laquelle je participais, relate la syndicaliste. Elle portait sur les primes supralégales (dans le cadre du plan de sauvegarde de l’emploi). Mon collègue était particulièrement calme, alors qu’il est habituellement très présent et engagé dans les discussions. Là, au contraire, je le voyais même marmonner tout seul, presque allongé sur son siège. »

    Et de poursuivre son témoignage : « À un moment donné, il a quitté la salle mais je ne l’ai pas vu s’absenter. On a ensuite entendu boom d’une pierre jetée contre un carreau de la fenêtre. On est tous allés voir. Notre collègue était en train de prendre une bouteille pour s’asperger d’essence, il voulait s’immoler. Heureusement, nous sommes tous sortis, nous avons couru et plusieurs personnes ont réussi à se précipiter sur lui pour l’en empêcher. Il était complètement imbibé d’essence. »

    Pris en charge par les pompiers, l’homme a été transporté à l’hôpital universitaire Avicenne, à Bobigny, pour être soigné. « Un salarié vient d’avoir de ses nouvelles par téléphone. Il a, semble-t-il, très mal aux yeux, précise Gemina Mehiaoui, en ce début d’après-midi. Tout le monde est dans un état de stress, nous sommes très choqués. »

    tout ça à cause qu’on peut pas employer que des intérimaires

    #commerce #logistique #grève #licenciements

  • Colombes : des policiers abattent un homme armé les menaçant d’un couteau
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/10/22/colombes-des-policiers-abattent-un-homme-arme-les-menacant-d-un-couteau_6099

    « Je salue le sang-froid des policiers de Colombes qui ont neutralisé un homme les menaçant avec un couteau. Plus que jamais, nous devons rester vigilants et, plus que jamais, les forces de l’ordre sont en première ligne », a tweeté #Gérald_Darmanin

    Montrouge : trois mois de prison avec sursis pour l’homme qui agitait des couteaux devant l’Office de l’immigration
    https://www.leparisien.fr/hauts-de-seine-92/montrouge-il-brandit-un-couteau-devant-des-policiers-et-recoit-un-coup-de

    L’homme, « débouté de l’asile », a été jugé en comparution immédiate, ce vendredi pour menace de mort. Il a finalement été condamné pour port d’arme prohibée et usage de stupéfiants.

    Mercredi, un homme de 27 ans a été interpellé agitant des couteaux à longue lame, devant l’Office français de l’immigration (Ofii) et de l’intégration à Montrouge, dans les Hauts-de-Seine.

    Jugé en comparution immédiate ce vendredi, il a été relaxé pour les faits de menace de mort, mais reconnu coupable d’usage illicite de stupéfiants et de port d’arme prohibé de catégorie D. Il a été condamné de trois mois d’emprisonnement avec sursis par le tribunal de Nanterre.

    L’homme, « débouté de l’asile, de nationalité bangladaise » selon Didier Leschi, [ex gauchiste, ex chevenenementiste] directeur de l’Ofii a été filmé et diffusé sur les réseaux sociaux, dans la matinée de mercredi, devant les locaux de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii), à Montrouge, tournant en rond et armé.

    « Il est venu sans rendez-vous et demandait un logement », précise une source policière. Sa demande refusée, l’homme, détenteur d’une attestation de demandeur d’asile est revenu armé devant les locaux de l’Ofii et a alpagué un agent de sécurité.

    « On a quelqu’un devant nos portes avec deux couteaux, énormes »

    Les employés de l’office ont alerté la #police en ces termes : « On a quelqu’un devant nos portes avec deux couteaux, énormes. Il a l’air un peu énervé. » Le Bangladais faisait en effet les cent pas sur le trottoir, dans une sorte de carré délimité par des lignes de sécurité.

    Quand les forces de l’ordre sont arrivées sur place, le Bangladais a levé la main droite, le couteau toujours en main. Il pointait le second couteau sur son ventre, menaçant de se tuer si les forces de l’ordre approchaient. Les trois policiers ont dégainé leur Taser.

    L’un d’eux a crié au moins deux fois « Lâche ton couteau ». Sans succès. Alors un des membres de l’équipage a appuyé sur la détente. Effet immédiat : l’homme s’est effondré au sol, lâchant les couteaux.

    je comprends pas pourquoi le ministre ne communique pas pour dénoncer le laxisme de ces policiers, lui qui par ailleurs ose twitet à l’occasion du centenaire de la naissance de Brassens un bout de la seule chanson d’icelui qui exonère un policier et un seul.

    « Le r’présentant d’la loi vint, d’un pas débonnaire.
    Sitôt qu’il m’aperçut il s’écria : " Tonnerre !
    On est en plein hiver et si vous vous geliez ! "
    Et de peur que j’n’attrape une fluxion d’poitrine,
    Le bougre, il me couvrit avec sa pèlerine »
    #Brassens poke @JeanCASTEX

    alors qu’il aurait engagé des poursuites contre

    « En voyant ces braves pandores
    Etre à deux doigts de succomber
    Moi, j’bichais car je les adore
    Sous la forme de macchabées. »

  • Dérives alimentaires : une star du crudivorisme visée par la justice

    https://www.leparisien.fr/faits-divers/derives-alimentaires-une-star-du-crudivorisme-visee-par-la-justice-22-10-


    Avec plus de 600 saisines, dont 70 en 2020, Thierry Casasnova est la personnalité la plus signalée à la Miviludes.

    Depuis une dizaine d’années, Thierry Casasnovas s’est fait connaître par ses vidéos, cumulant plus de cent millions de vues, où il défend le manger cru et l’abstinence pour mieux vivre, régénérer et détoxifier son corps.
    Une information judiciaire, notamment pour des faits « (d’)exercice illégal de la médecine », a été ouverte à la fin de l’été à l’encontre du naturopathe Thierry Casasnovas, l’ex chantre du jeûne et crudivorisme sur YouTube, a-t-on appris jeudi auprès du parquet de Perpignan (Pyrénées-Orientales).

    Cet influenceur, basé dans le village de Taulis à une trentaine de kilomètres de Perpignan, qui était jusqu’en juin dernier l’un des Youtubeurs francophones les plus influents dans le domaine, avec 525 000 abonnés et des dizaines de millions de vues cumulées, avait annoncé mi-juin qu’il arrêtait sa chaîne YouTube et se retirait « de la vie publique » dans une ultime vidéo.

    Thierry Casanovas disait être « épuisé par le harcèlement » dont il était l’objet, en particulier du fait de la Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) qu’il qualifiait de « police de la pensée ». Avec plus de 600 saisines, dont 70 en 2020, il est la personnalité la plus signalée à la Miviludes.
    Manger cru et abstinence pour mieux vivre

    Courant 2020, le parquet de Perpignan a ouvert une information judiciaire à son encontre pour « exercice illégal de la profession de médecin », « abus de faiblesse » et « pratiques commerciales trompeuses », avant de confier le 3 août dernier le dossier à un juge d’instruction.

    Depuis une dizaine d’années, ce naturopathe s’est fait connaître par ses vidéos, cumulant plus de cent millions de « vues », où il défend le manger cru et l’abstinence pour mieux vivre, régénérer et détoxifier son corps. Parallèlement, le Youtubeur y faisait la promotion d’une marque d’extracteur de jus indispensable à ces pratiques alimentaires.

    Selon ces vidéos, ces pratiques peuvent prévenir voire guérir cancer, diabète ou dépression… Il y rejette la médecine traditionnelle et ne « croit pas à la vaccination ». Il n’hésite pas également à affirmer que lui « ministre de la Santé », le coronavirus « serait réglé rapido : bain froid et jeûne pour tout le monde, un petit jus de carottes et vas-y que je t’envoie », affirme-t-il face caméra.

    S’il a aujourd’hui quitté YouTube, Thierry Casanovas indique dans sa dernière vidéo du 12 juin que ses adeptes pourront toujours suivre « le message » de son association Régènère sur un autre réseau social, la messagerie Telegram.

    Début juin, l’association nationale de défense des victimes des sectes, (Unadfi) saisie par plusieurs familles dont des proches suivant les préceptes de Régènère, a déposé plainte contre l’influenceur notamment pour « abus de faiblesse », « exercice illégal de la médecine et de la pharmacie » et « mise en danger délibéré d’autrui », peut-on voir sur son site.

    #secte #antivax #casanovas

  • Electricité : « On s’est sentis trahis », témoigne l’un des clients de Leclerc Energie poussés vers la sortie
    https://www.leparisien.fr/economie/consommation/electricite-on-sest-sentis-trahis-temoigne-lun-des-clients-de-leclerc-ene

    Sébastien est l’un des 140 000 abonnés à l’offre de la filiale du géant de la grande distribution. Ce dernier a décidé d’interrompre cette activité et a demandé à ses clients de souscrire un nouveau contrat chez la concurrence d’ici ce vendredi. Sous peine de se voir privés l’électricité.

    « On nous l’a faite un peu à l’envers ! » Sébastien, 39 ans, ne cache pas son agacement lorsqu’il raconte la mésaventure vécue avec le fournisseur Leclerc Énergie. Comme lui, 140 000 abonnés à cette offre du fournisseur d’électricité de la filiale énergie du géant français de la grande distribution se sont vus signifier, par simple mail, la fin de leur contrat. Ils ont même jusqu’à ce vendredi pour trouver un nouveau fournisseur, sous peine de se retrouver sans électricité.

    #Leclerc #électricité #énergie #france #linky #économie #privatisation #client #commerce

  • Un sous-marin américain a heurté un objet non identifié en mer de Chine
    https://www.lemonde.fr/international/article/2021/10/07/un-sous-marin-americain-a-heurte-un-objet-non-identifie-en-mer-de-chine_6097

    L’incident s’est produit samedi 2 octobre, dans une zone revendiquée par la Chine. Le « Connecticut », à propulsion nucléaire, participait à un exercice naval international.

    Un sous-marin nucléaire américain a heurté un objet non identifié alors qu’il patrouillait le week-end des 2 et 3 octobre en mer de Chine méridionale, selon des informations de l’US Navy et de source indépendante, révélées jeudi 7 octobre. La région est largement revendiquée par la Chine.

    « Le Connecticut_ a heurté un objet dans l’après-midi du 2 octobre alors qu’il naviguait en immersion dans les eaux internationales de la région indo-pacifique_ », a annoncé l’US Navy dans un communiqué. « Il n’y a pas de blessure mortelle », précise le communiqué, laissant entendre que des marins ont pu être blessés légèrement.

    Le Connecticut, qui est un sous-marin à propulsion nucléaire de la classe Seawolf, a été endommagé mais reste en état de fonctionnement, a ajouté l’US Navy.

    Selon le Naval Institute, un centre de réflexion proche de l’US Navy, le Connecticut participait à un exercice naval international en mer de Chine méridionale lors de l’incident.

    La liberté de navigation en jeu
    La Chine revendique presque la totalité de la mer de Chine méridionale et a construit des avant-postes militaires sur des petites îles et des atolls dans la région.

    Les Etats-Unis et leurs alliés patrouillent régulièrement dans les eaux internationales de la région pour faire valoir leurs droits à la liberté de navigation, au grand déplaisir de la Chine.

    #FoN #Freedom_of_Navigation

    • Accident rare d’un sous-marin américain en mer de Chine du Sud
      https://www.lemonde.fr/international/article/2021/10/09/accident-rare-d-un-sous-marin-americain-en-mer-de-chine-du-sud_6097750_3210.


      Le sous-marin d’attaque rapide de classe Seawolf USS Connecticut quitte le chantier naval de Puget Sound pour des essais en mer, en décembre 2016.
      THIEP VAN NGUYEN II / AP

      La Chine a fait part de sa préoccupation après que la marine américaine a révélé une collision en plongée.

      Un objet inconnu, heurté en immersion, a endommagé le sous-marin nucléaire d’attaque USS Connecticut et blessé onze membres de son équipage, a révélé l’US Navy, jeudi 7 octobre. L’accident s’est produit le 2 octobre « dans les eaux internationales de la région Indo-Pacifique », selon elle, en mer de Chine du Sud, a précisé la presse. L’événement tombe mal pour la flotte américaine, en pleine période de fortes tensions militaires avec la Chine autour de Taïwan et dans le contexte du pacte Aukus – la livraison prévue de submersibles à propulsion nucléaire à l’Australie.

      L’USS Connecticut, navire de la classe Seawolf, en service depuis vingt-quatre ans, est un des plus performants et furtifs au monde. Il venait de participer à des exercices alliés avec le Japon et le Royaume-Uni. « Le sous-marin reste sûr et stable. La centrale nucléaire de propulsion et les espaces du sous-marin n’ont pas été affectés et demeurent pleinement opérationnels », a communiqué le commandement américain de la flotte du Pacifique. Le navire a rejoint l’île de Guam pour réparations.

      Aucune blessure vitale n’est déplorée, mais le nombre des blessés témoigne d’un choc important, estiment les spécialistes. Dans l’attente d’informations supplémentaires, tout reste possible pour l’expliquer : conteneur ou déchet, autre sous-marin ou drone sous-marin, forage clandestin, rocher. Dans le Pacifique, le dernier accident grave en plongée vécu par la sous-marinade américaine date de 2005, quand l’USS San-Francisco a cogné par l’avant un mont immergé, faisant un mort et une vingtaine de blessés.

      « Loup combattant »
      L’accident a de l’importance, car naviguer dans cette région riche en ressources naturelles est devenu une affaire stratégique, à mesure que Pékin sanctuarise ses approches et assoit sa puissance militaire sur des îlots disputés par de nombreux Etats riverains. « La Chine est gravement préoccupée » par cette collision, a d’ailleurs déclaré le porte-parole du ministère des affaires étrangères chinois, Zhao Lijian, jeudi, en demandant des explications sur les circonstances de l’accident.

      La mer de Chine s’encombre dangereusement, attirant toujours plus de navires de guerre de l’Indo-Pacifique, d’Occident et de Russie. Il s’agit là de défendre la liberté de navigation que conteste la Chine, mais aussi de mener des exercices avec des partenaires locaux, ou de conduire des missions de renseignement. Des sous-marins, nombreux, se croisent désormais dans la zone. « Si la Chine, la Russie ou tout autre pays sont en train d’adopter des tactiques sous-marines conflictuelles de type “loup combattant”, à l’image de l’attitude non professionnelle de la Chine dans les airs et sur la mer, ce devrait être un rappel à l’ordre pour tout le monde », écrit Craig Hooper, dans le magazine américain Forbes.

    • Le sous-marin américain endommagé en mer de Chine avait heurté un relief - Le Parisien
      https://www.leparisien.fr/faits-divers/le-sous-marin-americain-endommage-en-mer-de-chine-avait-heurte-un-relief-

      Endommagé par un objet non identifié début octobre en mer de Chine, le sous-marin nucléaire américain avait en fait heurté un relief sous-marin, selon les premiers résultats de l’enquête. L’USS Connecticut a « percuté un mont sous-marin qui n’était pas signalé sur les cartes alors qu’il opérait dans les eaux internationales dans la région indo-pacifique », a indiqué une porte-parole de l’US Navy, la capitaine de frégate Hayley Sims, dans un communiqué.

      Les résultats de l’enquête sur l’incident ont été remis au commandant de la 7e Flotte, le vice-amiral Karl Thomas, qui doit maintenant décider si des sanctions doivent être prises, a précisé la porte-parole.

      Ce submersible à propulsion nucléaire de la classe Seawolf avait heurté un objet d’abord non identifié dans l’après-midi du 2 octobre, alors qu’il naviguait en immersion en mer de Chine méridionale. Onze marins avaient été blessés. L’incident l’avait forcé à faire surface mais, encore en état de naviguer, il avait pu rejoindre l’île de Guam, territoire des États-Unis dans le Pacifique.

      Menaces et tensions
      Pékin, qui revendique la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale, s’était à l’époque montré passablement agacé par la localisation de ce sous-marin nucléaire américain. Interrogé sur les premiers résultats de l’enquête américaine, le gouvernement chinois a exhorté mardi les États-Unis à « donner des détails » sur l’accident. Washington « n’a jamais donné d’explication claire sur les intentions du sous-marin nucléaire, ni le lieu précis de l’accident », a affirmé devant la presse un porte-parole de la diplomatie chinoise, Wang Wenbin.

      M. Wang a exhorté les États-Unis à « cesser » d’envoyer des sous-marins nucléaires en mer de Chine, faute de quoi ce type d’incident deviendra « plus fréquent ». Cette zone Indo-Pacifique est depuis quelque temps une zone de tensions. La Chine y construit des îles et atolls pour la contrôler, tandis que les États-Unis et leurs alliés patrouillent régulièrement dans les eaux internationales de la région pour faire valoir leur droit à la liberté de navigation.

    • Sous-marin endommagé en mer de Chine : l’US Navy relève le commandement de ses fonctions - Le Parisien
      https://www.leparisien.fr/international/sous-marin-endommage-en-mer-de-chine-lus-navy-releve-le-commandement-de-s

      Les trois officiers aux commandes de l’USS Connecticut, un sous-marin à propulsion nucléaire, ont « perdu la confiance de l’US Navy ». Ils ont heurté un mont sous-marin jusqu’ici inconnu en mer de Chine, un secteur jalousement convoité par Pékin.

      « Bon sens, prudence et respect de procédures » : voilà ce qui a manqué aux trois officiers qui commandaient le sous-marin nucléaire de l’US Navy endommagé le mois dernier en mer de Chine après avoir heurté un mont sous-marin.

      Le vice-amiral Karl Thomas, commandant de la 7e Flotte, a relevé de leurs fonctions le capitaine de frégate Cameron Aljilani, commandant de l’USS Connecticut, un sous-marin à propulsion nucléaire de la classe Seawolf, le capitaine de corvette Patrick Cashin, commandant en second du submersible, et le maître principal Cory Rodgers, sous-officier le plus haut gradé à bord, a indiqué l’US Navy dans un communiqué. Tous trois ont désormais « perdu la confiance de l’US Navy ».

    • USS Connecticut (SSN 22) Command Leadership Relief > United States Navy > display-pressreleases
      https://www.navy.mil/Press-Office/Press-Releases/display-pressreleases/Article/2833857/uss-connecticut-ssn-22-command-leadership-relief

      Vice Adm. Karl Thomas, Commander, U.S. 7th Fleet, relieved Cmdr. Cameron Aljilani as commanding officer, Lt. Cmdr. Patrick Cashin as Executive Officer, and Master Chief Sonar Technician Cory Rodgers as Chief of the Boat, of Seawolf-class fast-attack submarine USS Connecticut (SSN 22), on Nov. 04, 2021, due to loss of confidence. Thomas determined sound judgement, prudent decision-making and adherence to required procedures in navigation planning, watch team execution and risk management could have prevented the incident.

      Mouais, ce n’est pas tellement en tant que sous-officier le plus gradé (motif débilissime…) qu’il est viré mais bien parce qu’il était le responsable de l’utilisation du sonar…

  • La giga escroquerie à 5,8 millions d’euros d’aides Covid de « PA7 », l’influenceur français de Dubaï - Le Parisien
    https://www.leparisien.fr/faits-divers/la-giga-escroquerie-a-58-millions-deuros-daides-covid-de-pa7-linfluenceur

    https://www.leparisien.fr/resizer/zrdTt27yJsIzuZvEC2UTZKODt98=/932x582/cloudfront-eu-central-1.images.arcpublishing.com/leparisien/2L7HZGTJ4FF7NCBRMZMRCJ5L34.jpg

    Avec son teint hâlé, son sourire immaculé et son allure de personnage de téléréalité, « PA7 » réunit tous les clichés de l’influenceur. Après avoir connu un petit succès sur YouTube avec des vidéos de figures de scooter, ce Parisien de naissance de 24 ans officie désormais sur Snapchat et Instagram, où plus de 62 000 abonnés suivent son quotidien idéalisé fait de luxe et d’aphorismes sur la réussite. On le voit ainsi flâner dans des palaces à Monaco, Saint-Tropez ou Genève. Ou encore poser avec des voitures haut de gamme ou des animaux sauvages à Dubaï, terre d’exil des influenceurs français. « Le savoir coûte plus cher que l’argent », philosophe-t-il.

    • Quand je pense que dans ma jeunesse, je détestais viscéralement les années 80 de mon adolescence, à cause de leur vulgarité et de leur culte du fric. Alors je dois avouer que cette mode des influenceur·ses de Dubaï, leurs grosses voitures et leurs gros seins/lèvres, hé bé…

      Caroline Receveur, Nabilla… Zoom sur les influenceurs qui ont déménagé à Dubaï - NRJ.fr
      https://www.nrj.fr/actus/caroline-receveur-nabilla-zoom-sur-les-influenceurs-qui-ont-demenage-a-dubai-713

      Depuis le début de la crise sanitaire, les influenceurs sont de plus en plus nombreux à déménager à Dubaï. Nabilla, Caroline Receveur, Jazz, Jessica Thivenin, Manon Marsault... Les influenceuses vivent leur meilleure vie dans la cité-Etat. Des millions d’abonnés adorent suivre leur quotidien de rêve dans la ville de luxe.

  • Pourquoi vos vieux smartphones, tablettes ou consoles seront privés d’Internet à partir de jeudi - Le Parisien
    https://www.leparisien.fr/high-tech/pourquoi-vos-vieux-smartphones-tablettes-ou-consoles-seront-prives-dinter

    À partir de ce jeudi, 16h01 précises, les connexions à Internet n’aboutiront plus sur des appareils vendus avant 2017 et qui n’ont pas fait de mises à jour ou ne peuvent plus en recevoir.

    (...)

    En fin de vie après 20 ans de service, le certificat « racine » IdentTrust DST Root CA X3 pose problème. Sous ce nom cryptique se cache une validation numérique d’un autre certificat, ISRG Root X1, qui permet, lui, d’accéder à Internet de manière chiffrée et donc sécurisée, et reconnue par les serveurs et les navigateurs.

    • J’avais vu ça, mais je ne comprends pas. Parce que ça te dit que tu ne pourras plus de te connecter à internet, mais que si tu utilises Firefox, alors tu pourras. Donc ça n’a pas de sens dit comme ça.

  • Abus en psychiatrie : le cri d’alarme des médecins
    https://www.leparisien.fr/societe/sante/abus-en-psychiatrie-le-cri-dalarme-des-medecins-25-09-2021-EQRFMTWQOVEC3K

    Il va tirer un trait sur quinze ans d’hôpital. A son grand regret, Mathieu Bellahsen rendra vendredi sa blouse. « Aujourd’hui, il n’est plus possible d’être lanceur d’alerte, les représailles sont immédiates », déplore ce psychiatre grande gueule, ancien chef de pôle à l’unité d’Asnières (Hauts-de-Seine) de l’hôpital Roger-Prévot-de-Moisselles.

    Alors que s’ouvrent ce lundi les assises de la santé mentale, plusieurs soignants nous racontent comment, en dénonçant des dérives comme l’isolement et la contention, ils se retrouvent « harcelés », « placardisés », « mis à pied » par leur direction. D’ailleurs, le débat sur ces pratiques, « en inflation » depuis trente ans, ne sera pas abordé lors de ces deux journées. Une omission dénoncée par 187 signataires dont 90 psychiatres, dans une tribune que nous publions.

    Chambres fermées à clé

    Pour le docteur Bellahsen, les ennuis ont commencé après la nuit du 7 au 8 mai 2020. Dans son service, deux patients testés positifs sont transférés en unité Covid, obligeant les autres, cas contacts, à se confiner. Mais, dans la soirée, un psychiatre de garde et la direction décident de fermer leurs chambres à clé. En l’apprenant, Mathieu Bellahsen voit rouge : « Au lieu de leur dire de bien s’isoler et de respecter les gestes barrière, ils les ont traités comme des citoyens de seconde zone, en bloquant les serrures, selon un vieux préjugé d’irresponsabilité des malades mentaux. »

    Le chef de pôle prévient aussitôt la contrôleuse générale des lieux de privation de liberté, une autorité indépendante. Ce n’est pas la première fois qu’il reproche à la direction « ses méthodes » : en unité Covid, les patients sont « cloîtrés », dit-il, durant quatorze jours. C’est ce que constate, sur place, la contrôleuse, Adeline Hazan, qui découvre des patients « enfermés à clé 24 heures sur 24 sans que leur état clinique psychiatrique le justifie ». Son rapport édifiant révèle « une confusion absolue entre les notions de confinement sanitaire et d’isolement psychiatrique ».

    Les jours s’écoulent en pyjama de papier, dans des chambres sans douche ni télé ni notion du temps. Au même moment, dans une autre unité verrouillée, une femme brise sa fenêtre de désespoir et tombe de deux étages. Mais voilà, quelques jours plus tard, la direction reçoit une lettre de l’équipe infirmière, alertant sur des difficultés de longue date avec l’encadrement médical, ciblant notamment #Mathieu_Bellahsen.

    #psychiatrie

    • Plusieurs témoignages dénonçant des #violences_gynécologiques qui auraient eu lieu au sein de l’#hôpital Tenon situé à Paris ont récemment fait surface, incriminant particulièrement le chef du service de #gynécologie, le professeur Émile Daraï. Dans le cadre de l’enquête sur l’endométriose que FLUSH a débutée en 2019, nous publions aujourd’hui des témoignages complémentaires qui mettent en lumière ses agissements.

       ! Attention, certains des faits décrits ci-dessous sont violents et pourraient heurter la sensibilité de certaines personnes.

      Certaines l’appellent le « boucher », d’autres le considèrent comme leur « héros ». Elles sont toutes atteintes d’#endométriose, une maladie gynécologique méconnue qui toucherait au moins une femme sur dix. Elle se caractérise par la présence dans le corps de tissus similaires à celui de l’endomètre, la muqueuse intérieure de l’utérus qui se désagrège pendant les règles. Parfois ces tissus saignent, créent des adhérences entre les organes, tiraillent. L’endométriose peut être très handicapante. Certaines femmes en souffrent, d’autres non. Peu de médecins connaissent et savent prendre en charge cette pathologie. Le quotidien de ces femmes est fait de douleurs, pendant les règles et parfois en permanence, pour dire le moins. Dans leur parcours, ces femmes ont cherché les meilleurs spécialistes. Elles ont été orientées par d’autres professionnels de santé ou par des femmes qui avaient entrepris la même quête du Graal. Après leur passage à l’hôpital Tenon, elles pensaient être des exceptions, mais il n’en est rien.

      « J’ai envie de pleurer parce que je réalise que je viens d’assister à un #viol et que je n’ai rien dit. »

      Le 13 septembre dernier, le collectif Stop VOG a publié sur son compte Twitter, sous le hashtag #StopOmerta, un témoignage d’interne passé par le service gynécologie de l’hôpital Tenon : « J’ai envie de pleurer parce que je réalise que je viens d’assister à un viol et que je n’ai rien dit. » Cette personne parle d’un #médecin « dont la renommée n’est plus à faire ». Puis, elle décrit : « sans prévenir, il insère [un spéculum] dans le vagin de la dame. D’un coup. Elle se crispe sous la douleur. Ses muscles se contractent et font ressortir l’instrument. Le médecin le renfonce plus fort. Il hurle : ‘Détendez-vous !’. Elle gémit. Il est évident qu’elle est terrorisée. ‘J’ai dit détendez-vous ! Je ne peux pas vous examiner, là !’ Il s’exaspère. Le spéculum ressort encore. Il le renfonce de plus en plus brutalement. Elle se cabre presque. » Sur les réseaux sociaux, les témoignages ont afflué, incriminant le professeur Émile Daraï.

      voir aussi Pour une M.E.U.F. (Pour une Médecine Engagée Unie et Féministe)
      https://seenthis.net/messages/930805

    • Violences obstétricales : un deuxième médecin du service gynécologie de l’hôpital Tenon mis en cause

      https://www.leparisien.fr/faits-divers/violences-obstetricales-un-deuxieme-medecin-du-service-gynecologie-de-lho

      Après les témoignages mettant en cause les pratiques du professeur Emile Daraï, chef du service gynécologie à l’hôpital Tenon, à Paris, et visé par une enquête pour viol sur mineur, un autre médecin de ce même établissement de l’AP-HP est sous le coup d’un signalement pour des violences obstétricales supposées.

      #paywall