Des César aux violences policières, le vieux monde résiste à la révolution féministe - Page 1

/des-cesar-aux-violences-policieres-le-v

  • On a vraiment une sacrée bande de vedettes, avec la REM… Marlène Schiappa a été "choquée" par les images de la marche des femmes, mais...
    https://www.huffingtonpost.fr/entry/marlene-schiappa-images-marche-femmes_fr_5e653a93c5b6670e72f9cc64

    “Quand j’ai découvert ces vidéos postées sur les réseaux sociaux, j’ai tout de suite échangé avec le ministre de l’Intérieur puisque je connais son engagement pour défendre les droits des femmes”, a d’abord expliqué la secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes.

    […]

    “J’ai été assez choquée par un certain nombre d’images, notamment des images où l’on voit des femmes traînées dans le métro”, raconte la ministre avant de poursuivre, dans une forme de justification des actes policiers : “mais de quoi on parle ? On parle d’une manifestation de nuit, organisée par des groupes antifascistes, anticapitalistes, féministes qui ont décidé de faire une manif’ de nuit. (...) Le rapport demandé par le ministre de l’Intérieur indique que le tracé de la manifestation n’aurait pas été respecté et que ça aurait occasionné les faits que l’on voit là.”

    Violences policières après une marche féministe : Schiappa se dit « choquée » mais défend les policiers
    https://www.bfmtv.com/societe/violences-policieres-apres-une-marche-feministe-schiappa-se-dit-choquee-mais-

    Marlène Schiappa a ensuite tenu à souligner le travail mis en place par le gouvernement dans la restauration du lien de confiance entre les femmes et les forces de l’ordre. 

    « […] Mon travail, c’est de renouer le lien de confiance entre les femmes et les forces de l’ordre. C’est ce que nous faisons, c’est notre travail. Nous avons fait un audit sur comment les femmes sont accueillies dans les commissariats », explique encore la ministre. 

    Elle a ensuite réagi aux slogans lancés durant la manifestation de samedi, au cours de laquelle les policiers ont été comparés à des violeurs et des assassins. 

    « Je sais que les forces de l’ordre, tous les jours, sont en première ligne pour défendre et protéger les femmes face aux violences conjugales, je ne veux pas l’occulter. Je ne suis pas d’accord avec les slogans, il convient de ne pas rajouter de la violence à la violence mais d’être dans un travail de restauration de la confiance », conclut-elle.