Livres écrits par Lukas Stella - Intoxication mentale - L’invention de la crise - Stratagèmes du changement

#linventiondelacrise

  • TRAHISON DES INSTITUTIONS, LA MORT DE L’ÉTAT

    "Les institutions françaises n’existent plus... l’État est mort !"
    L’invitée de "Politique & Eco", Valérie Bugault, docteur en droit de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, explique pourquoi lÉtat français a disparu avec la première loi d’urgence sanitaire du 23 mars 2020 et en quoi elle viole la Constitution de la Vème République. Dès cette date, l’exécutif s’est affranchi des règles institutionnelles françaises au profit d’entreprises mondialisées, en témoigne la réception par Emmanuel Macron du club du Dolder (Big Pharma), en août dernier, présidé par le PDG de Pfizer, Albert Bourla.

    Dans cet état de vide juridique, nous sommes désormais entrés dans une période de transition. Période débouchant le 1er janvier 2022 sur la présidence française de l’UE qui, selon Valérie Bugault, actera une liquidation de l’État français au profit d’une intégration de l’Europe fédérale, antichambre d’un gouvernement mondial. En attendant, Valérie Bugault appelle les Français à prendre conscience de la scission entre l’exécutif et les institutions dans le but d’imposer un projet alternatif. 


    https://youtu.be/sm4DJyZ_R7M

    --

    LES RAISONS CACHÉES DU DÉSORDRE MONDIAL

    Comment l’idée de démocratie a-t-elle cédé le pas au chaos universel ? Derrière les apparences, qui sont les réels protagonistes de la géopolitique mondiale ? Les Gilets jaunes sont-ils une résurgence du rêve occidental ? Une analyse juridique, institutionnelle, économique et monétaire, qui considère les évolutions historiques nationales et internationales, permet de saisir la réalité cachée du pouvoir actuel. Derrière le pouvoir politique apparent se profile, dans un jeu d’ombres et de lumières, le véritable pouvoir mondial.
    Les États ne sont majoritairement plus des entités autonomes et souveraines mais des coquilles vides, dénuées de légitimité politique. Depuis l’époque des Grandes découvertes et de la fusion, par Oliver Cromwell, des puissances militaire et financière, le « fait politique » a progressivement, partout dans le monde, cédé la place au « fait économique ».
    Les actuelles « démocraties » ne représentent pas les intérêts des populations mais les intérêts de ceux qui financent les campagnes électorales et les « partis ». Les donneurs d’ordre se cachent derrière les pantins politiques et l’anonymat des capitaux pour échapper à toute responsabilité. Les financiers, véritables responsables politiques, imposent ainsi leurs intérêts catégoriels aux populations en toute impunité. Ces grands détenteurs de capitaux opèrent à partir de leur quartier général de la City et répartissent leurs forces dans les paradis fiscaux qui ont fleuri aux quatre coins du monde. Les allégeances actuelles fonctionnent sur le modèle de l’hommage-lige féodal, à la réserve près que ces liens de subordination sont occultes.
    Dans les coulisses, le véritable modèle de nos démocraties modernes est le fonctionnement des mafias, qui contrôlent la Société par les récompenses matérielles et la terreur.

    --

    Voir aussi
    L’INVENTION DE LA CRISE
    Escroquerie sur un futur en perdition

    http://inventin.lautre.net/linvecris.html#linventiondelacrise
    http://inventin.lautre.net/livres.html#LukasStella

  • LA CRISE EST LA NORME

    La panique des uns fait le bonheur des autres. Le capitalisme n’est pas affaibli par la crise, avoir une crise de temps à autre est son fonctionnement normal. Le krach est un outil financier. La crise est déclenchée par les spéculateurs les plus avisés pour accélérer et accroitre énormément et rapidement leurs profits sur le dos des plus petits qui ne l’ont pas vu venir.

    Cette crise était annoncée de longue date, les spéculateurs milliardaires ont utilisé le coronavirus pour mieux la déclencher et en tirer les meilleurs profits, quitte à ébranler l’équilibre général.

    L’économie et la production ne représentent moins de 10 % des richesses, les 90 % restant traficotent dans les sphères de la haute finance, dans des bulles financières spéculatives, qui rapportent bien plus que l’économie réelle pour ceux qui en ont les moyens et savent y faire. Si l’économie s’en retrouve affaiblie c’est pour mieux faire payer les populations. Quand certains perdent d’autres gagnent, rien ne se perd, la circulation de l’argent s’accélère considérablement pour un moment seulement.

    Lukas Stella

    --
    Voir L’INVENTION DE LA CRISE, Escroquerie sur un futur en perdition.
    http://inventin.lautre.net/linvecris.html#linventiondelacrise