• Confinement et gens du voyage : un casse-tête quotidien, « On a peur de ce virus »
    https://www.sudouest.fr/2020/03/31/confinement-et-gens-du-voyage-un-casse-tete-quotidien-on-a-peur-de-ce-virus

    Un robinet pour des centaines de Roms dans un bidonville à Montpellier, quinze familles de gens du voyage français dans des caravanes avec seulement deux douches : pour certaines personnes en France, gestes barrière contre le coronavirus et confinement sont un casse-tête quotidien.

    (avec @rafumab)

  • Revue de presse sur migration et covid 19 en centre de rétention (Merci à Bénédicte Michalon)
    #migrants #centrederetention #France

    2020-03-19
    Malgré l’urgence sanitaire, les centres de rétention demeurent
    https://www.politis.fr/articles/2020/03/malgre-lurgence-sanitaire-les-centres-de-retentiondemeurent-
    41515/
    Chloé Dubois (collectif Focus)

    L’Observatoire de l’enfermement des étrangers appelle à la libération des personnes enfermées
    en centres de rétention administrative ou dans les zones d’attente aux frontières.
    La tension monte. Dans les centres de rétention administrative (CRA), des centaines de personnes
    étrangères attendent encore leur libération. Faute d’une décision de fermeture stricte de tous les
    lieux de rétentions – permettant d’enfermer les « sans-papiers » en vue d’une expulsion – exigée
    par le gouvernement, certaines juridictions ont ordonné, ces derniers jours, des dizaines de
    remises en liberté. Certains centres, presque vides, restent cependant ouverts. D’autres ne
    désemplissent pas, ou peu, et l’incompréhension demeure. Au regard de la loi, « une personne
    étrangère, n’ayant commis aucune infraction, ne peut être retenue qu’en vue d’une expulsion »,
    souligne David Rohi, responsable rétention à La Cimade. Or, depuis quelques jours, les expulsions
    ne sont plus envisageables. Face à la crise sanitaire mondiale provoquée par le virus Covid-19, les
    retours dans les pays d’origine représentent trop de risques de propagation du virus. Par ailleurs,
    la plupart des lignes aériennes ont été suspendues. Pour le responsable de La Cimade, « nous
    sommes donc là dans une situation d’enfermement abusive ».
    Libération immédiate des retenu.es
    Puisque rien ne justifie les enfermements, une dizaine d’organisations et d’associations
    regroupées au sein de l’Observatoire de l’enfermement des étrangers (OEE) ont appelé, mercredi
    18 mars, à la « libération immédiate » toutes les personnes retenues. Une exigence « absolue »,
    tant « juridique que sanitaire ». Dans son communiqué, l’Observatoire dénonce notamment le
    manque de mesures pour protéger les retenu·es et les personnes qui y travaillent comme
    l’absence de protocole sanitaire pour permettre de dépister d’éventuelles personnes porteuses
    du coronavirus.
    « Imaginez-vous être enfermé.e à l’intérieur d’un centre où il n’existe aucune "mesures barrières" ni
    rien pour se protéger, un lieu où les personnes continuent de manger ensemble au réfectoire et vivent
    dans la plus grande promiscuité, sans gants ni masques, s’indigne David Rohi. Ça commence à être
    très compliqué pour ces personnes et c’est très angoissant. » Ce mercredi matin, en dépit de toutes
    les recommandations gouvernementales visant à contenir le virus, près de 900 personnes étaient
    encore enfermées dans les CRA et une cinquantaine d’autres maintenues en zones d’attentes (ZA).
    « Des libérations individuelles ont été prononcées par des juges, mais ce ne sont pas les consignes du
    ministère de l’Intérieur, continue David Rohi. Ce que l’on nous confirme, côté préfecture et côté
    police, c’est que le fonctionnement des CRA est maintenu. » De nouveaux placements en rétention
    ont même été effectués ces derniers jours, entravant le confinement des lieux des personnes déjà
    présentes, les exposant potentiellement au virus. Interrogée par l’AFP, Laure Palun, directrice de
    l’Association nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers (Anafé) dénonce le « 
    contraste entre les mesures drastiques mises en place pour la population générale et l’insuffisance
    voire l’absence de mesures pour les étranger·es ».
    Adeline Hazan, la contrôleuse générale des lieux de privation de liberté a, elle aussi, demandé au
    gouvernement et au ministère de l’Intérieur la fermeture de tous les lieux de rétention, estimant
    que l’État manquait à son « obligation de protéger à la fois ses agents et les personnes qu’il a lui-même
    sous sa garde ». Pour l’heure, seuls les préfets de Guadeloupe (971) et des Pyrénées-
    Atlantiques (64) ont décidé la fermeture des CRA installés dans leur département.

    2020-03-19
    Rouen, Bordeaux, Lyon, Vincennes et Mesnil Amelot
    Centres de rétention : étrangers et policiers face au coronavirus

    par Julien Mucchielli / https://www.dalloz-actualite.fr/flash/centres-de-retention-etrangers-etpoliciers-
    face-au-coronavirus#.XnR_bS17Rdg

    Alors que le contentieux de la liberté des personnes retenues en centre de rétention administratif
    est toujours actif, se pose la question de la nécessité de maintenir des personnes enfermées, dans
    des conditions sanitaires non optimales, et alors que plusieurs pays, dont l’Algérie et le Maroc, ont
    fermé leurs frontières et leur liaison aérienne.
    Au premier jour du confinement sanitaire, mardi 17 mars, la cour d’appel de Rouen inaugurait la
    visioconférence pour le contentieux des libertés en droit des étrangers, qui fait partie des
    contentieux d’urgence maintenus en cette période de pandémie. Les avocats habituellement
    organisés en « défense massive », décident « au vu des circonstances », dit Me Vincent Souty, de
    n’y aller qu’à deux, avec Me Cécile Madeline. Première audience vidéo : un Soudanais apparaît à
    l’écran, dans une minuscule salle de type salle d’entretien avec avocat, entouré de près par deux
    fonctionnaires de police. Il ne parle pas français, le seul interprète disponible ne peut intervenir
    qu’au téléphone, qu’on place sous la vidéo, en haut-parleur, pour une « conf’call » judiciaire
    inédite. Le retenu suivant est arrivé menotté, en contact physique étroit avec les fonctionnaires
    qui l’escortent. « Ni les retenus, ni les fonctionnaires ne portaient de masques. Le policier avait
    même posé sa main sur le bras du retenu », rapporte Vincent Souty. « Le gouvernement demande
    à tout le monde de se confiner, et au centre de rétention administrative (CRA), ils se font des
    papouilles ! » ironise-t-il. « À un moment, on voyait quatre policiers et le retenu dans un tout petit
    espace », témoigne Cécile Madeline.
    Devant le juge des libertés et de la détention (JLD), les avocats ont déploré que « le préfet ait pris
    le risque sanitaire de placer M. (un ressortissant Algérien) en rétention, alors qu’il y a de forts
    risques de contamination au centre de Oissel », est-il écrit sur l’ordonnance. Puis, ils listent : au
    centre de rétention administrative de Oissel en Seine-Maritime (76), d’où ces retenus
    comparaissent, les occupants – ceux qui restent – sont livrés à eux-mêmes, sans consigne ni
    matériel. Les retenus dorment à six par chambre et se déplacent à leur gré à l’intérieur du centre.
    Les personnels de nettoyage et les associations qui offrent une assistance juridique aux personnes
    retenus ont exercé leur droit de retrait, mais la cantine fonctionne ; ainsi, tout le monde peut se
    réunir à table, dans le réfectoire du CRA. Ni les fonctionnaires de police, ni les retenus ni disposent
    de masque ou de gel hydroalcoolique, et les quantités de savon disponibles n’ont pas été
    augmentées. Ils ne disposent d’aucun mouchoir jetable, mais pour occuper les retenus, un babyfoot
    (qui n’est pas le divertissement idéal pour freiner la propagation d’un virus) a été mis à leur
    disposition.
    Interrogé sur le manque de matériel, le ministère de l’Intérieur affirme que « les personnels
    policiers intervenant dans les CRA ont reçu en dotation des équipements de protection
    appropriés ». Mais le fait même que des ordonnances de prolongation de rétention et des appels
    de la préfecture soient intervenus ce week-end encore, interroge sur la stratégie adoptée en temps
    de crise, alors que l’administration, malgré le matériel qu’elle dit avoir mis à la disposition des
    fonctionnaires de Police, ne semble pas être à même de faire respecter les règles sanitaires
    indispensables à la limitation de la propagation du virus. Dans un communiqué commun, les
    organisations membres de l’observatoire de l’enfermement des étrangers, dont le syndicat de la
    magistrature, estiment que « leur [les retenus] libération immédiate est une exigence absolue,
    tant juridique que sanitaire ».
    Sur ce point, le ministère de l’Intérieur explique que « seuls les étrangers en situation irrégulière
    qui ne présentent pas de symptômes évocateurs d’une infection par le covid-19 peuvent faire
    l’objet d’une procédure de placement en centre de rétention administrative (CRA). » Cette
    directive, en vigueur depuis mardi 17 mars, précise que « si lors de sa rétention, un étranger
    présente les symptômes évocateurs de l’infection par le covid-19, il est immédiatement placé en
    isolement dans une chambre simple et fait l’objet d’une évaluation médicale conduite par le
    médecin de l’unité médicale du CRA dans les meilleurs délais ».
    Enfin, « si l’évaluation médicale conclut à une infection par le covid-19, la rétention est
    immédiatement levée de la rétention et se traduit soit par une assignation à résidence (s’il dispose
    d’un hébergement), soit par une prise en charge médicale. »
    Le juge de la cour d’appel de Rouen a infirmé l’ordonnance de prolongation de rétention rendue
    le 14 mars. « Il apparaît en l’espèce que les consignes de sécurité, les mesures barrière
    recommandées pour lutter contre l’épidémie de coronavirus ne sont pas suffisamment respectées
    au centre de rétention administrative pour contrer la propagation de ce virus qualifié de
    pandémie mondiale », écrit-elle notamment. Les difficultés logistiques liées à la fermeture de
    frontières, d’aéroports sont également mentionnées, ainsi que les recommandations de l’OMS. En
    outre, la cour souligne qu’« éloigner M. […] alors que celui-ci vit en France, pays où le virus est
    actif et n’a pas atteint son développement maximum, alors qu’il est au centre de rétention où il a
    été noté que les mesures contre la contamination ne sont pas optimales, et même si M. était
    porteur sain, est un risque de faire rentrer le virus avec lui dans ce pays, de contaminer de
    nombreuses personnes et d’ainsi aider à la propagation du virus alors que toutes les mesures
    prises, y compris le confinement des personnes, ont un but contraire. » Tous les retenus de cette
    audience ont été libérés.
    À Lyon, une JLD statuant sur la prolongation de la rétention d’un Albanais, a rendu une
    ordonnance semblable, en déclinant et détaillant tous les motifs qui la conduisaient à prendre
    cette décision. La juge rappelle la situation sanitaire, le manque de matériel dédié au tribunal pour
    assurer la sécurité de tous, les vaines tentatives de faire fonctionner la visioconférence, la nonadaptation
    des locaux, souvent exigus et ne permettant pas le respect des règles sanitaires. Elle
    juge, dans son ordonnance rendue mercredi, que tous ces éléments constituent des
    « circonstances insurmontables » et empêchent la tenue de l’audience.
    Au CRA de Vincennes (qui est à Paris) et du Mesnil-Amelot (77), les conditions sanitaires sont
    semblables à celles du centre de Oissel. « La préfecture ne semble pas vouloir assumer la remise
    en liberté des personnes retenues », observe Me Patrick Berdugo. Seuls certains retenus ont été
    remis en liberté d’office, « ceux ressortissants de pays qui ont décidé la fermeture de leur espace
    aérien », explique Me Nayeli Magraner, qui représente un ressortissant colombien retenu au
    Mesnil-Amelot. Son client Mexicain a tenté, mercredi matin et sur papier libre, de déposer une
    DML au greffe du CRA, qui attend « un ordre de la préfecture », a-t-il été dit au retenu sans plus de
    précisions. En attendant d’éventuelles directives aux préfectures, c’est le juge qui libère les
    retenus. La cour d’appel de Paris, lundi 16 mars, a refusé le caractère suspensif de l’appel du
    parquet contre une ordonnance de mise en liberté rendue le 15 mars par le JLD et, le 17 mars,
    confirmé l’ordonnance du JLD. La plupart des décisions vont dans le même sens, mais pas toutes.
    Ainsi, mercredi 18 mars, la cour a maintenu un Malien en rétention au CRA de Vincennes
    (confirmant une ordonnance du JLD), estimant « qu’aucun cas de coronavirus n’a été dénoncé
    dans le centre de rétention administrative dans lequel se trouve l’intéressé, ledit centre
    comportant des unités dont, à la connaissance de la cour, le nombre de retenus par unité n’excède
    pas 50 personnes, lesdites personnes n’étant pas fixées dans une même pièce, par ailleurs, les vols
    pour le Mali ne sont pas, en l’état, suspendus ». Le fait qu’un test de dépistage du coronavirus n’ait
    été fait au CRA de Vincennes n’est pas mentionné dans la motivation de l’ordonnance. S’il est
    effectivement expulsé, le retenu sera placé en quatorzaine à son arrivée au Mali.
    Au Mesnil-Amelot, il restait, mercredi à la mi-journée, environ 170 retenus répartis sur les deux
    centres. À Bordeaux, le CRA a été intégralement vidé de ses retenus mardi soir. « La Cimade nous
    a contacté, explique Victoire Tirol, avocate à Bordeaux, pour assister les personnes pour qui elle
    avait rédigé des DML. » La préfecture de la Gironde avait demandé la prolongation de la rétention
    de quatre personnes ; huit autres comparaissaient en raison d’une demande de mise en liberté de
    leur part. Dans la soirée, tous ont été libérés « Il convient de constater que cette situation de fait
    (la fermeture des liaisons aériennes, ndlr), instaurée pour une durée indéterminée, vide la mesure
    de rétention administrative, dont Monsieur fait l’objet, de toute perspective », est-il écrit dans
    l’une de ces décisions.
    Le CRA de Bordeaux n’est pas resté longtemps vide. Dès mercredi, il a accueilli les six retenus du
    CRA d’Hendaye (qui a fermé) dont le JLD de Bayonne a refusé la mise en liberté, et deux du CRA
    de Mont-de-Marsan, dont la situation devrait être examinée par la cour d’appel de Bordeaux, qui
    pourrait tous les remettre en liberté.
    Lyon, 18 mars 2020, n° 20/00612
    Rouen, 17 mars 2020, n° 20/01226
    Bordeaux, 17 mars 2020, n° 20/02242
    Paris, 15 mars, n° 20/00966, n° 20/01182 et 17 mars 2020, n° 20/01200

    2020-03-19
    Plaisir (sud-ouest de Paris)
    Coronavirus dans les Yvelines : les clandestins du centre de rétention de Plaisir seront-ils libérés ?
    Le Parisien / Julien Constant

    Dix-sept d’entre eux vivent dans la promiscuité avec les policiers. Leur libération sera accordée
    au cas par cas.
    Plaisir. Les locaux du centre de rétention au commissariat
    Même si deux personnes ont été libérées ce jeudi matin du centre de rétention de Plaisir (CRA),
    l’inquiétude monte tant du côté des policiers de la police aux frontières (PAF), qui les gardent, que
    dans chez leurs voisins du commissariat de Plaisir travaillant dans le même bâtiment. Il reste dixsept
    étrangers retenus dans les locaux du centre.
    « Si les visites ont été réduites elles continuent d’avoir lieu, précise Julien Le Cam du syndicat
    Alliance. Mes collègues disposent de gel hydroalcoolique pour se protéger et de gants la situation
    est loin d’être idéale ». Le barreau de Versailles, rappelle que les associations qui viennent en aide
    aux étrangers ne sont plus présentes physiquement au centre de rétention ce qui « aggrave encore
    la situation très fragile de ces personnes ». Ouvert en 2006, le CRA de Plaisir compte vingt-six
    places. La durée moyenne de la rétention avoisine quatorze jours, mais elle peut atteindre jusqu’à
    90 jours.
    Que faire des étrangers placés en rétention à Plaisir ? Épineuse question à l’heure où le pays est
    en confinement. La question de leur expulsion dans leur pays d’origine semble définitivement
    tranchée puisque les frontières de l’Europe sont officiellement fermées. « Et peu avant, en Algérie,
    les autorités avaient refusé d’accepter le débarquement de certains clandestins reconduits pour
    des raisons sanitaires », souligne une fonctionnaire.
    Neuf demandes déposées ce jeudi par les avocats
    Les arrestations d’étrangers en situation irrégulière ont été stoppées par les forces de l’ordre pour
    éviter d’augmenter le nombre des rétentions. Mardi dernier le ministre de l’Intérieur, Christophe
    Castaner a dispensé les personnes étrangères dont la durée de validité du titre de séjour est
    expirée à compter du 16 mars dernier d’accomplir les démarches pour en solliciter le
    renouvellement, de telle sorte qu’elles n’aient pas à se déplacer pour ce motif. La validité des titres
    de séjour sera prolongée jusqu’à 180 jours.
    « Mais la préfecture continue de délivrer des ordres de quitter le territoire », souligne une avocate
    Versaillaise spécialisée dans le contentieux lié aux étrangers. La juriste pense avec le soutien de
    l’association d’aide aux étrangers « France Terre d’Asile », demander massivement la libération
    de pensionnaires du centre de rétention de Plaisir en invoquant l’idée que « les conditions
    sanitaires n’y sont plus remplies ».
    En fait neuf demandes de remise en liberté sont déposées ce jeudi pour des étrangers retenus à
    Plaisir. La décision de la libération ou du maintien en rétention reviendra aux juges des libertés et
    de la détention de Versailles qui arbitrera le destin de chaque étranger en situation irrégulière au
    cas par cas. La première demande a été rejetée en début d’après-midi, le juge considérant les
    conditions d’accueil et de sécurité étaient remplies pour poursuivre la rétention.

    2020-03-19
    Rennes
    Coronavirus. Les Insoumis inquiets pour le sort des migrants dans les squats
    Ouest-France / https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-les-insoumisinquiets-
    pour-le-sort-des-migrants-dans-les-squats-6785715

    Les élus insoumis de Rennes s’inquiètent du sort des sans-abri et migrants vivant dans des squats
    à Rennes. Ils demandent à la mairie d’intervenir avec ou sans l’aide de la préfecture.
    Selon les élus Insoumis de Rennes, les placements en centre de rétention se poursuivent.
    Incompréhensible pour eux, en pleine période de confinement. | Joël Le Gall
    Après les associations, à leur tour, les élus insoumis de Rennes s’inquiètent du sort des sans-abri
    et migrants vivant dans des squats à Rennes, en pleine période de confinement, face à l’épidémie
    de coronavirus.
    Selon Jean-Paul Tual et Yannick le Gargasson, les placements en centre de rétention se
    poursuivent voire même devraient s’accélérer dans les jours qui viennent. Aucun geste barrière
    ne peut être respecté dans ce cadre !
    La Cimade assure de son côté que 21 personnes sont retenues au centre de rétention
    administrative de Rennes. Elle réclame leur mise en liberté.
    « Un abandon total »
    Les Insoumis alertent par ailleurs sur la situation dans les squats des Veyettes et du Manoir du
    Bois Perrin, qui ont besoin de conseils, d’aides matérielles (absence de chauffage, de gaz,
    difficultés d’accès à l’eau…) et de consignes claires. Pour l’instant, rien n’est prévu et la crise du
    coronavirus ne peut pas être intégrée dans des lieux où la promiscuité est importante et les règles
    d’hygiène impossibles à respecter. Il y a là un abandon total des pouvoirs publics.
    Les Insoumis saluent l’action de la maire de Rennes qui a décidé de déménager les deux gymnases
    Rennais (le gymnase du Haut-Sancé et le centre de loisirs Robert-Launay, N.D.L.R.) où étaient
    entassées des familles migrantes. Ce point est positif car elles seront désormais mieux isolées les
    unes des autres. Hélas, aucun moyen de transport n’a été prévu pour le déménagement, la Ville se
    repose sur les bénévoles qui n’ont… pas le droit de se déplacer !
    Réquisitionner les hôtels ?
    Pour rappel, la Ville se défend en disant qu’elle fait au mieux, en lien avec les associations,
    accomplissant des missions qui incombent normalement à l’État.
    Chaque soir, environ 850 migrants sont hébergés dans des hôtels par la municipalité. La maire,
    Nathalie Appéré, a invité, hier, mercredi 18 mars, la préfecture à réquisitionner des hôtels et des
    bâtiments d’hébergement : Seul l’État a les moyens de les réquisitionner pour que les sans-abri
    puissent respecter les consignes sanitaires pour se protéger et protéger les autres.
    Selon nos informations, en mairie, on s’alarme cependant du manque de réactivité des autorités
    préfectorales. Nous demandons solennellement à la maire de tout mettre en oeuvre pour que les
    personnes à la rue n’y soient plus, avec ou sans l’aide de la préfecture, soulignent les Insoumis.

    2020-03-19
    Bordeaux
    Justice : un juge bordelais a ordonné la libération de 12 sans-papiers en centre de rétention
    Sud-Ouest/ Yann Saint-Sernin https://www.sudouest.fr/2020/03/18/le-grand-flou-pour-lessans-
    papiers-en-retention-7342811-10142.php#article-comments

    La rétention administrative des sans-papiers a-t-elle encore un sens en contexte de confinement ?
    Non, a répondu mardi matin un juge des libertés et de la détention (JLD) bordelais. Celui-ci a
    ordonné la sortie des 12 sans papiers qui étaient retenus au Centre de rétention administrative
    (CRA) de Bordeaux.
    (Je n’ai pas accès à la totalité de l’article)

    2020-03-19
    Calais / Coquelles
    Le coronavirus vide (presque) totalement le centre de rétention de Lesquin
    La Voix du Nord / https://www.lavoixdunord.fr/728897/article/2020-03-19/le-coronavirusvide-
    presque-totalement-le-centre-de-retention-de-lesquin

    D’ici la fin de la semaine, la plupart des personnes sans-papiers placées au centre de rétention
    administrative de Lesquin devraient être libérées. Au regard du blocus mondial lié au coronavirus,
    il n’est simplement plus possible de les expulser.
    Lakhdar Belaïd | 19/03/2020
    En début de semaine, Jean-Baptiste Dubrulle, le bâtonnier de l’Ordre des avocats de Lille, écrivait
    au préfet des Hauts-de-France. Le responsable d’un ordre comptant plus de 1300 avocats
    demandait à l’Etat de ne pas prendre le risque de transformer le centre de rétention
    administrative de Lesquin en bouillon de culture.
    Le CRA compte, cette semaine, une soixantaine de retenus. Mardi, un Colombien recouvrait la
    liberté après son passage devant le juge des libertés et de la détention. Le lendemain, cinq autres
    étrangers aussi. Ce jeudi, la cadence s’est accélérée. Sur 46 dossiers examinés, plus de 37 cas ont
    abouti à un retour à la liberté. Dans le processus de privation de liberté des étrangers sans papiers,
    le JLD doit régulièrement se prononcer. Qu’il s’agisse de prolonger la rétention ou d’étudier des
    demandes de mise en liberté.
    « Les conditions d’hygiène sont discutables. Sans gants, sans bactéricide... Les gestes barrières ou
    la distanciation sociale sont impossibles »
    Depuis le début de la semaine, la préfecture, par le biais de son représentant en audience,
    maintient une position classique, celle d’avant la crise du Covid-19. Elle souhaite le maintien en
    CRA de ces candidats à l’éloignement. Une situation impossible pour des avocats comme Olivier
    Cardon ou Julie Gommeaux. « Les lignes aériennes sont fermées », insiste celle-ci, donnant le cas
    de l’Algérie. Elle dénonce également « les conditions de promiscuité au CRA ». « Les conditions
    d’hygiène sont discutables. Sans gants, sans bactéricide... Les gestes barrières ou la distanciation
    sociale sont impossibles. »
    Les juges semblent avoir été sensibles à ces arguments. Seuls neuf étrangers se sont vus refuser
    leur élargissement. Motif : leurs antécédents judiciaires. « Le risque à l’ordre public l’a emporté
    sur le risque à l’ordre sanitaire », soupire un défenseur. Entre 10 et 20 personnes doivent encore
    comparaitre ce vendredi. Une fois le CRA largement vidé, la préfecture devra se poser la question
    de recommencer à y placer des personnes prisonnières aujourd’hui d’un no man’s land davantage
    sanitaire que politique. En France, d’autres CRA suivent visiblement la même trajectoire.
    Coronavirus : libération de personnes étrangères retenues au centre de rétention de Cornebarrieu
    près de Toulouse
    Ce jeudi soir le juge des libertés et de la détention vient de libérer par ordonance 10 personnes
    étrangères retenues au CRA. Une victoire pour les associations mobilisées, d’autant que
    la préfecture de la Haute-Garonne vient de son côté d’ordonner la libération de 8 autres détenus.

    2020-03-19
    Toulouse
    Coronavirus : libération de personnes étrangères retenues au centre de rétention de Cornebarrieu près de Toulouse
    Corinne Carrière / France 3 / https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/hautegaronne
    toulouse/coronavirus-liberation-personnes-etrangeres-retenues-au-centre-retentioncornebarrieu-
    pres-toulouse-1803272.html

    Ce jeudi soir le juge des libertés et de la détention vient d’ordonner la libération de 10 personnes
    étrangères retenues au CRA (Centre de Rétention Administrative ) de Cornebarrieu près de
    Toulouse.
    Des dossiers portés par des associations et l’aide des avocats pour la défense des droits des
    étrangers (ADDE). Une libération au motif "d’absence de perspective d’éloignement".
    32 autres personnes attendent une décision du juge et devraient être elles aussi libérées pour le
    même motif.
    10 personnes étrangères du CRA libérées
    Anita Bouix, avocate et membre de l’association des avocats de toulouse (ADE) avec d’autres
    associations s’inquiétaient des risques encourus par 63 personnes étrangères détenues au CRA
    en raison de la suspicion de cas de coronavirus.
    De plus avec la fermeture des frontières annoncées par le président de la République, les
    conditions légales ne sont plus réunies pour maintenir ces personnes en détention.
    10 personnes ont donc été libérées par ordonnance du juge et 32 autres attendent une décision.
    8 personnes étrangères détenues au CRA libérées sur ordre de la préfecture de Haute-Garonne
    Les associations se réjouissent de cette décision même si elle "arrive un peu tard", surprises aussi
    de la décision de la préfecture qui jusqu’à ce mercredi refusait toute libération.
    La Préfecture de la Haute-Garonne que nous avions contacté le 17 mars dernier n’envisageait
    aucune libération et ne nous confirmait pas non plus une suspicion de cas de coronavirus.
    Nous apprenons d’autre part que 13 autres personnes étrangères auraient été libérées ce jeudi
    par la cour d’appel de Toulouse, des dossiers sans rapport avec l’épidémie de coronavirus
    Le Centre de Rétention de Cornebarrieu devrait donc fermer très prochainement, vidé de ses
    détenus, c’est en tout cas ce que demandent les associations.

    2020-03-18
    Coronavirus en France : en centre de rétention, "des conditions aux antipodes des préconisations"
    InfoMigrants / Charlotte Oberti
    La cour du CRA du Mesnil-Amelot en Seine-et-Marne, le 26 avril 2019. Crédit : Maëva Poulet

    Plusieurs associations demandent la remise en liberté urgente des quelque 900 personnes
    présentes dans les centres de rétention administrative en France. Des lieux, qu’elles jugent
    inadaptés aux mesures de protection contre le coronavirus prônées par le gouvernement.
    "À l’heure où le pays entre dans une période de confinement, l’Observatoire de l’enfermement des
    étrangers (OEE) s’alarme de voir que des personnes (hommes, femmes, enfants) sont toujours
    privées de liberté dans les centres de rétention administrative (CRA), les locaux de rétention
    administrative (LRA), les zones d’attente (ZA)." Face au coronavirus, plusieurs organisations ont
    appelé mercredi 18 mars à la "libération immédiate" de ces personnes enfermées. "C’est une
    exigence absolue, tant juridique que sanitaire."
    Et pour cause : dans ces lieux de privation de liberté, rien ne semble avoir changé depuis la mise
    en place des mesures drastiques décidées par le gouvernement francais pour enrayer la pandémie
    de coronavirus. "En CRA, les conditions de rétention sont aux antipodes de ce qui est préconisé
    par le gouvernement", s’alarme David Rohi, responsable rétention à la Cimade, association d’aide
    aux réfugiés qui intervient en CRA mais qui a suspendu toutes ces activités dans le contexte actuel.
    "Personne, absolument personne ne trouverait tolérable d’être exposé à ce genre de contexte."
    Mercredi dans la matinée, plus de 900 personnes étaient toujours retenues dans différents centres
    à travers le territoire français. "Les personnes mangent ensemble dans les réfectoires, les mesures
    de distances ne sont pas appliquées, les interactions sont nombreuses", dénonce encore David
    Rohi qui parle d’une situation extrêmement grave. "Tout cela représente un danger pour les
    retenus tout comme pour les gardiens. Le virus peut se propager."
    À l’heure actuelle, et malgré plusieurs suspicions, aucun cas de contamination au coronavirus n’a
    été confirmé dans un CRA en France.
    Les OQTF toujours valables pour les individus remis en liberté
    Face à la situation, plusieurs juges, de Paris à Bordeaux, ont commencé à libérer des personnes
    dont le prolongement de la rétention avait été demandé, expliquant que leur maintien venait
    contredire les recommandations sanitaires.
    Autre raison invoquée pour justifier les remises en liberté : les expulsions sont désormais
    impossibles. "D’abord parce que la plupart des liaisons aériennes avec les pays vers lesquels elles
    devaient être renvoyées ont été interrompues (...) Ensuite parce que leur éloignement du
    territoire serait contraire aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé qui visent
    à limiter les risques d’exportation ou d’importation de la maladie", indiquent encore les
    associations dans leur communiqué.
    Parmi ces remises en liberté, on compte les 12 retenus du CRA de Bordeaux, libérés "en raison de
    l’impossibilité pour certaines personnes d’être éloignées vers leur pays d’origine", indique-t-on
    du côté de la préfecture de Gironde. Mais ce centre ne fermera pas pour autant ses portes. Il doit
    même accueillir de nouvelles personnes : les six retenus évacués du CRA de Hendaye. Ces derniers
    n’ont eux pas reçu l’autorisation d’être remis en liberté par le juge des libertés et de la détention
    chargé de leur cas, selon une membre de la Cimade présente dans ce centre.
    Le CRA de Guadeloupe a quant à lui fermé mardi. À Mayotte, habituellement le centre le plus
    peuplé de l’Hexagone, plus qu’une poignée de personnes était retenue mercredi matin.
    Toutefois, une fois dehors, aucun dispositif particulier n’est prévu pour ces personnes, dont
    certaines sont en situation de grande précarité. Par ailleurs, les OQTF (Obligations de quitter le
    territoire français) qui visent ces individus remis en liberté ne sont pas pour autant annulées.
    "Techniquement, ils sont libérés pour sept jours. Passé ce délai, ils peuvent à nouveau être arrêtés
    par les autorités", explique David Rohi.
    "On a besoin de masques, on doit nettoyer les chambres"
    Du côté des CRA du Mesnil Amelot, où 167 personnes sont toujours retenues - et de Vincennes, où
    se trouvent plus de 110 personnes - , toujours selon des chiffres de la Cimade, la situation semble
    au point mort. Ces derniers jours, de nouvelles personnes ont même fait leur arrivée dans ces
    lieux. À l’intérieur, l’angoisse monte parmi les occupants.
    "On le dit à la police tous les jours : on a besoin de masques, on doit nettoyer les chambres, on le
    fera nous-mêmes, donnez-nous le matériel et on va nettoyer", a dénoncé un retenu dans
    une tribune publiée sur Internet.
    Du côté des préfectures, peu d’informations sont données quant à la situation dans les différents
    centres. La préfecture de Seine-et-Marne s’est contentée d’expliquer à InfoMigrants que "les flux
    d’arrivées sont limités pour préserver le confinement et les placements recentrés sur les fauteurs
    de trouble à l’ordre public et les sortants de prison".
    Le ministère de l’Intérieur n’a quant à lui jamais répondu aux interpellations des différentes
    associations.
    "Il n’y a clairement pas de volonté politique d’arrêter les placements en détention malgré les
    risques encourus par les personnes enfermées et malgré le risque de santé publique", tonne Dovid Rohi.

    2020-03-18
    Lille
    Coronavirus à Lille : Les pensionnaires oubliés des centres de rétention
    20 minutes / Mickaël Libert / https://www.20minutes.fr/lille/2743151-20200318-coronaviruslille-
    pensionnaires-oublies-centres-retention

    Dans les centres de rétention administrative (CRA), la situation inextricable des personnes en
    attente de reconduite à la frontière
    Les CRA fonctionnent à huis-clos (illustration) - S. Ortola / 20 Minutes
    Retenus à défaut d’être renvoyés. En raison du confinement lié à l’épidémie de coronavirus, il n’y
    a pas que l’économie qui tourne au ralenti. Les services administratifs ne sont pas épargnés ainsi
    que les tribunaux. Retenues dans des centres de rétention administrative (CRA), les personnes en
    situation irrégulière sur le sol français faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire
    (OQTF) sont dans le flou. Ni libérés, ni expulsés, certains de ces sans papiers ont entamé une grève
    de la faim.
    « Je devais être renvoyé au Maroc il y a quelques jours mais les vols ont été annulés. Alors on me
    garde ici et on ne me dit rien », explique par téléphone à 20 Minutes un jeune homme retenu dans
    un CRA du département. Lui était volontaire pour rentrer dans son pays d’origine, ce qui n’est pas
    le cas de ses nombreux compagnons de galère. « On est beaucoup ici. Certains avaient une famille,
    un logement ou un travail. On se retrouve enfermés sans même savoir ce que l’on va faire de
    nous », poursuit le jeune marocain.
    « Ils n’ont aucune perspective d’éloignement »
    Depuis que les mesures de confinement ont été renforcées pour lutter contre le coronavirus, les
    accès aux centres de rétention ont été fermés à toutes les personnes extérieures. « Ni les
    associations, ni les avocats ne peuvent entrer pour voir les personnes retenues qui, en plus, n’ont
    aucune perspective d’éloignement », regrette maître Emilie Dewaele, avocate spécialisée dans le
    droit des étrangers.
    Et l’avocate n’est pas la seule à s’inquiéter de la situation des personnes en CRA. La Ligue des
    Droits de l’homme (LDH) et le bâtonnier de l’ordre des avocats de Lille ont chacun écrit une lettre
    au préfet pour l’alerter. « Il nous semble nécessaire de lever les mesures de rétention après avoir
    examiné les personnes et pris les mesures pour assurer dans de bonnes conditions une garantie
    sanitaire », écrit la LDH.
    Des audiences au compte-gouttes et en visioconférence
    Libérer ces personnes ? Pas si facile. « Mardi, il n’y a eu qu’une seule audience du juge des libertés
    au cours de laquelle quelques personnes ont été libérées, assure maître Dewaele. Et ces audiences
    ne se font qu’en visioconférence et seulement pour les personnes qui étaient convoquées »,
    déplore-t-elle.
    Selon l’avocate et le jeune homme retenu au CRA, il n’y a pas de mesure particulière concernant
    l’épidémie. Contactée par 20 Minutes à ce sujet, la préfecture n’a pas donné suite. Dans le seul CRA
    de Lesquin, près de l’aéroport, plus de 70 personnes sont actuellement retenues. « Certains ont
    d’ailleurs entamé une grève de la faim pour qu’on ne les laisse pas dans cette situation », assure
    maître Dewaele.

    2020-03-17
    Toulouse
    Suspicion de coronavirus au Centre de Rétention de Cornebarrieu : les associations veulent la libération des détenus
    Corinne carrière / France 3 / https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/hautegaronne
    toulouse/suspicion-coronavirus-au-centre-retention-cornebarrieu-associationsveulent-
    liberation-detenus-1801732.html
    Centre de rétention administrative de Cornebarrieu-salle de déambulation / © DDM/Frédéric Charmeux

    Ce lundi, deux personnes étrangères retenues au centre de rétention administrative de
    Cornebarrieu, près de Toulouse, sont placées en isolement en raison de suspicion de
    contamination au coronavirus. Des associations demandent de "libérer en urgence" les 63
    étrangers enfermés dans le centre.
    Dans un communiqué, plusieurs associations qui viennent en aide aux étrangers enfermés au
    centre de rétention administrative (CRA), déclarent qu’il est "urgent de libérer l’ensemble des
    étrangers enfermés au centre de rétention de Cornebarrieu".
    Un risque pour les étrangers enfermés et le personnel
    Anita Bouix, avocate et membre de l’association ADE (association des avocats de Toulouse)
    s’inquiète du risque de propagation. D’autant plus que, selon cette avocate, une nouvelle personne
    a été admise au centre de rétention ce lundi 16 mars, malgré la suspicion de coronavirus.
    En maintenant des étranger.e.s dans un lieu confiné dans lequel ils et elles ont été en contact avec
    des personnes malades, l’administration fait courir un risque de contamination à l’ensemble des
    étranger.e.s retenu.e.s ainsi qu’au personnel du centre.
    Toujours pour les associations, cette situation : "porte également atteinte à la dignité de
    l’ensemble des retenu.e.s et méconnaît de manière totalement injustifiée l’impératif
    constitutionnel de santé publique".
    Contactée, la préfecture d’Occitanie se refuse à confirmer ces cas estimant que l’Agence Régionale
    de Santé (ARS) Occitanie est la "seule habilitée à répondre."
    Les associations réclament la libération des 63 étrangers retenus au CRA
    Si la cour d’appel de Toulouse n’ordonne pas aujourd’hui la libération des 63 personnes
    enfermées, par le biais de l’aide des avocats pour la défense des droits des étrangers (ADDE),
    les associations vont déposer dès demain une demande de remise en liberté.
    Anita Bouix précise que pour des raisons sanitaires, il est impensable de maintenir ces personnes
    au centre de rétention. Elles ont toutes la possibilité de se loger à l’extérieur et de rester confiné
    pour se protéger et protéger les autres du Covid-19.
    Les frontières sont aujourd’hui fermées et les conditions légales permettant le maintien en centre
    de rétention de ces personnes ne sont manifestement plus réunies.
    C’est surprenant que la Ministre de la Justice ait compté les procédures de prolongation de la
    rétention des étranger.e.s parmi les contentieux essentiels qui doivent être maintenus malgré la
    fermeture des tribunaux.
    Les services de l’Etat que "toutes les mesures adéquates ont donc été prises pour répondre aux
    exigences sanitaires de limitation de la propagation du virus. Il n’existe donc aucune raison
    sanitaire justifiant une telle libération."
    Les cours d’appel de Bordeaux et Paris auraient pris des décisions contraires au motif de l’intérêt
    général et afin de respecter les consignes données par le président de la République.
    Dans ces conditions et avant que la situation ne devienne intenable, seule la libération de
    l’ensemble des étranger.e.s retenu.e.s en centre de rétention permettra de concilier l’impératif de
    santé publique avec le respect de la dignité, l’intégrité physique et le droit à la santé de ces
    personnes.
    Pour l’association la Cimade, c’est du "grand n’importe quoi".
    Depuis les annonces du président de la République pour lutter contre la propagation du
    coronavirus, l’association la Cimade n’est plus en mesure d’intervenir au centre de rétention.
    Les personnes retenues n’ont de ce fait plus aucune assistance juridique. "Les audiences
    s’effectuent sans les personnes, impossible de vérifier les conditions de régularité des procédures,
    c’est du grand n’importe quoi" nous précise un bénévole de la Cimade.
    La loi prévoit pourtant « qu’un étranger ne peut être placé ou maintenu en rétention que pour le
    temps strictement nécessaire à son départ".
    Selon ce bénévole, les personnes actuellement au centre de rétention de Lesquin, refusent
    désormais de fréquenter le réfectoire de peur d’être contaminées.
    La situation est complexe et met en danger ces personnes : "Elles n’ont pas de masques à leur
    disposition et le personnel de surveillance semble peu équipé pour se protéger. Enfin, le médecin
    de l’office français d’immigration et d’intégration n’effectue plus de visite".
    Mesures de prévention renforcées dans les établissements pénitentiaires
    Le ministère de la justice demande aux établissements pénitentiaires de renforcer la prévention
    face à l’épidémie de coronavirus :
    • Les activités en milieu confiné, enseignement, activités socio-culturelles, sport, seront
    suspendues.
    • Les promenades et activités sportives en plein air ou en espace non confiné seront
    maintenues avec les aménagements nécessaires.
    • Il en ira de même pour le travail et la formation professionnelle dans les espaces
    permettant de respecter les mesures barrière.
    • Des mesures particulières seront mises en oeuvre pour les visites : parloirs limitation du
    nombre de visiteurs, limitation des visites d’enfants et de personnes
    vulnérablvulnérables.
    L’activité dans les services de placement de la protection judiciaire de la jeunesse sera maintenue
    avec des mesures de précaution : suspension des activités collectives à l’extérieur des
    établissements et contrôle sanitaire étroit des activités collectives à l’intérieur des établissements.

    2020-03-17
    Toulouse
    Coronavirus : la tension monte au centre de rétention administrative de Cornebarrieu

    Au centre de rétention administrative de Cornebarrieu, deux hommes auraient été mis à l’isolement suite à une suspicion de cas de coronavirus. L’angoisse des personnes en rétention
    augmente d’heure en heure, explique Sarra, une jeune Algérienne.
    Deux cas de coronavirus auraient été détectés au CRA de Cornebarrieu / DDM Archives
    (Je n’ai pas accès à la totalité de l’article)

    2020-03-17
    « Sans papiers » en rétention : les remises en liberté s’intensifient
    Olivier Bertand / Médiapart

    Avec la pandémie, les appels se multiplient pour vider les centres de rétention où des « sanspapiers
     » sont enfermés : trop dangereux, inutile avec la fermeture de frontières. Si l’administration reste sourde, de plus en plus de juges libèrent.
    Dans le centre de rétention administrative (CRA) de Lesquin, près de l’aéroport de Lille, des
    hommes ont arrêté de fréquenter le réfectoire. « Au moins un cas de coronavirus » aurait été
    détecté, selon eux. Ils ont peur, sont en grève de la faim (comme à Lyon) et veulent que cela se
    sache. « On préfère mourir de faim que de cette merde », écrivent-ils dans un texte. Joint par
    téléphone, Kheir-Eddine (26 ans) raconte : « Vendredi, un avocat a dit à l’un de ses clients que son
    audience était reportée parce qu’on avait trouvé un cas au centre. Tout le monde a paniqué. Un
    policier a essayé de nous rassurer en nous disant que c’était juste une suspicion ». Dans les CRA,
    où la France enferme les « sans-papiers » qu’elle compte expulser, les agents portent désormais
    des masques, des gants, utilisent du gel.
    « Nous, on est enfermés à 18 et on n’a rien, poursuit Kheir-Eddine. Des gens sont arrêtés dans le
    métro, dans le tramway, on ne sait pas d’où ils arrivent, on a peur quand ils débarquent. Même les
    policiers, on ne veut plus qu’ils s’approchent de nous. » L’un de ses camarades, Sidi-Mohamed,
    ajoute que les salariés de l’Ordre de Malte, chargés à Lesquin du soutien juridique, « ont peur de
    parler avec les détenus [sic], ils ne s’approchent plus ».
    La Cimade, qui apporte de l’aide juridique aux étrangers en CRA, a décidé pour sa part
    d’y « suspendre ses activités ». Les autres associations réfléchissent à la même mesure. « Dès
    vendredi, nous avons interpellé les pouvoir publics, le ministre de l’intérieur, pour demander la
    fermeture de tous les centres de rétention, précise David Rohi, responsable rétention à la
    Cimade. Dans un contexte où la fermeture des frontières empêche de toute façon les éloignements,
    il faut éviter de propager le virus dans des lieux où, malgré la bonne volonté, la promiscuité, les
    contacts, empêchent de protéger les personnes. Dans plusieurs centres, des malades très
    vulnérables restent enfermés alors qu’ils seraient extrêmement exposés si l’épidémie se
    répandait. »
    De nombreux avocats, des organisations, lancent des appels à vider les centres de rétention, dont
    la raison d’être, la préparation de l’éloignement d’étrangers, a momentanément disparu. Dès le 25
    février, la Direction générale des étrangers en France a fait savoir aux greffes des juges des libertés
    et de la détention « l’arrêt complet des transferts vers l’Italie ». Puis le Maroc et l’Algérie ont
    interrompu toutes leurs liaisons maritimes et aériennes en provenance ou à destination de la
    France. L’espace Schengen s’est à son tour fermé hier.
    « À l’intérieur même de l’Union européenne, d’autres pays ferment leurs frontières intérieures,
    relève Flor Tercero, avocate toulousaine, membre d’Avocats pour la défense des droits des
    étrangers (ADDE). L’Allemagne, le Danemark, la Tchéquie, l’Autriche… Il faut remettre en liberté
    toutes les personnes que l’on ne peut plus éloigner. Elles ne sont pas enfermées pour des délits
    mais pour permettre leur éloignement rapide. Si ce dernier devient impossible, elles n’ont rien à
    faire en rétention. On met les gens en danger sans raison. »
    Au CRA de Toulouse justement, deux personnes retenues ont été placées à l’isolement lundi en
    raison d’une suspicion de contamination. Le Cercle des voisins, collectif de citoyens mobilisés
    autour du centre, a lancé une pétition et cosigné (avec Médecins du monde, le Gisti, le Syndicat
    des avocats de France…) un texte qui dénonce « un risque de contamination à l’ensemble des
    étrangers retenus ainsi qu’au personnel du centre ». Ils trouvent « particulièrement surprenant
    que la ministre de la justice ait compté les procédures de prolongation de rétention parmi les
    contentieux essentiels qui doivent être maintenus malgré la fermeture des tribunaux ».
    Une juge des libertés et de la détention toulousaine, tenant compte pour sa part de la situation, a
    ordonné dimanche les remises en liberté de deux personnes, leur éloignement ne
    pouvant « intervenir à bref délai ». D’autres décisions de justice commencent à aller dans ce sens
    et les CRA de plus petites tailles, Nîmes, Sète, Nice, commencent à se vider.
    Des magistrats prennent leurs responsabilités lorsque l’administration s’obstine, malgré le
    danger qu’elle fait courir aux personnes. La cour d’appel de Bordeaux a ainsi libéré lundi soir un
    Camerounais dont la rétention venait d’être prolongée de trente jours. Après avoir auditionné
    l’homme par visioconférence « en raison de l’épidémie de coronavirus », la magistrate a rappelé
    que « l’autorité judiciaire conserve la possibilité d’interrompre à tout moment la prolongation du
    maintien en rétention lorsque les circonstances de droit ou de fait le justifient ». En l’occurrence,
    ici, les « perspectives d’éloignement […] fortement compromises » et les « risques de
    contamination accrus dans un contexte de pandémie mondiale due au coronavirus ».
    À Paris, une vice-présidente du tribunal judiciaire a rendu dimanche une ordonnance longuement
    motivée pour refuser la prolongation de rétention d’un Tunisien. En décidant de maintenir des
    reconduites à la frontière, écrit-elle, l’administration « prendrait le risque de faire entrer le
    virus […] dans un pays où les infrastructures sanitaires sont déjà fragiles ». La mise à exécution
    d’une mesure d’éloignement, poursuit-elle, « alors que le premier ministre Édouard Philippe a
    appelé dans son discours le 14 mars à adopter un comportement responsable et
    solidaire », serait « disproportionnée au regard du but poursuivi et du danger qu’elle fait courir à
    la population française et mondiale ». Après un appel du procureur, la cour d’appel de Paris a
    considéré à son tour que le maintien en rétention « contredirait les directives de l’Organisation
    mondiale de la santé ».
    À Marseille, la justice est plus lente à saisir l’enjeu sanitaire. Lundi, toutes les demandes de
    prolongation ont été accordées. Il est vrai que la juge des libertés et de la détention de permanence
    cette semaine, surnommée « Madame 100 % », ne libère quasiment jamais. Lundi, seuls les retenus
    disposant d’interprètes ont pu comparaître devant elle. Les autres ont été renvoyés au CRA, jugés
    sans avoir le droit d’être entendus.
    Dans le centre, seul un parloir sur quatre reste à disposition. Des parents venus à 14 heures ont
    patienté jusqu’à 17 h 30 hier sans pouvoir entrer. Le rythme des arrestations a ralenti ; hier, seule
    une personne sortant de maison d’arrêt a été placée en rétention. Ceux qui arrivent avant 18
    heures passent devant un médecin. Les autres sont placés dans une cellule d’isolement jusqu’au
    matin. Les trois quarts des policiers portent des masques, mais les retenus n’en ont pas. « Ils
    savent, souffle l’un des salariés, que les frontières sont fermées mais on les garde ici sans
    protection. C’est une situation très angoissante pour eux. »
    Depuis mercredi 18 mars, toutefois, les remises en liberté s’intensifient, avec de fortes disparités
    d’un centre de rétention à l’autre. De plus en plus de juges des libertés et de la détention refusent
    les prolongations demandées par des préfectures malgré la pandémie. Leurs décisions s’appuient
    sur le risque de contagion autant que sur l’absence de perspectives d’éloignement. Quelques CRA
    sont fermés ou sur le point de l’être. À Strasbourg et Hendaye par exemple (les effectifs de police
    ont été redéployés vers les frontières). À Sète, il ne reste mercredi soir que 7 personnes retenues
    (5 ont été libérées dans la journée).
    La Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté, Adeline Hazan, a d’ailleurs
    demandé mardi au gouvernement « de procéder sans délai à la fermeture temporaire des centres
    et locaux de rétention administrative ». Elle souligne « l’absence totale d’information de la
    population retenue », l’hébergement collectif dans la promiscuité, « le maintien de la restauration
    collective et un défaut complet de protection ». Dans de telles conditions, souligne-t-elle, « l’Etat
    manque à son obligation de protéger à la fois ses agents et les personnes qu’il a lui-même placées
    sous sa garde ».
    Dans certains centres, la police aux frontières se montre désormais favorable elle-même à la
    fermeture. Mais les préfectures refusent pour l’instant. La situation devient pourtant difficile à
    gérer pour les policiers, et une partie des associations et entreprises qui interviennent à l’intérieur
    ont fait jouer leur droit de retrait ou semblent sur le point de le faire. Cela concerne le conseil
    juridique, les demandes d’aide au retour, l’achat de produites de première nécessité, le ménage,
    la nourriture... Pour la santé, les médecins ne prennent plus que les urgences afin de limiter
    déplacements et contacts.
    En revanche, alors que les restaurants sont fermés à l’extérieur, les réfectoires restent ouvert dans
    les centres. Mais une partie des retenus ne veulent plus y aller. À Marseille une partie d’entre eux
    se sont rebellés, une porte a été enfoncée et des renforts ont dû être appelés. Le calme semble
    revenu ce soir. Parce que des demandes de remise en liberté ont été effectuées pour tout le monde
    compte tenu du risque sanitaire. Les retenus s’accrochent à cet espoir.

    2020-03-17
    Lille
    Coronavirus : grève de la faim au centre de rétention de Lille-Lesquin
    Depuis l’annonce, vendredi 14 mars, qu’au moins un cas de coronavirus a été détecté au Centre de
    rétention administrative Lesquin, les étrangers retenus refusent de s’alimenter pour demander
    leur remise en liberté.
    Clémence de Blasi

    Les Centres de rétention administrative, lieu de grande promiscuité, sont dans une situation critique avec
    la pandémie en cours. Ici le CRA de Saint-Exupéry, près de Lyon. Photo : N.Barriquand / Mediacités.
    Soit on meurt de faim, soit on meurt du coronavirus, résume Ahmed, 35 ans, enfermé depuis 14
    jours au Centre de Rétention Administrative (CRA) de Lesquin, au sud de Lille. On a tous très peur,
    ce sont nos vies qui sont en jeu. Ici, c’est la panique et tout le monde s’en fout : on s’est adressés à
    plein de gens et personne ne nous répond. Pour qu’on nous écoute, je ne vois pas d’autre moyen
    que la grève de la faim… » Cet Algérien, père de deux enfants, vit en France depuis une dizaine
    d’années. Comme les autres personnes retenues près de l’aéroport de l’agglomération lilloise, il
    attend avec angoisse d’être fixé sur son sort.
    « La personne infectée a d’abord été placée à l’isolement, puis évacuée en ambulance la semaine
    dernière, raconte Kheir-Eddine, 26 ans. Depuis, les policiers ont des masques, des gants, du gel.
    Nous, rien du tout à part du savon : on ne peut pas vraiment se protéger. Le stress nous rend
    malades, on ne sort plus de nos chambres. » Le jeune homme, né en Algérie lui aussi, attend depuis
    35 jours sur le site de Lesquin, après cinq ans passés en France sans papiers.
    « Tout est fermé : il n’y a plus d’activités, nous ne pouvons plus recevoir de visites de nos proches,
    ni des associations pour l’assistance juridique. Les audiences avec le juge ont lieu par
    visioconférence, c’est compliqué. Le centre n’a même pas été désinfecté. Tout ce que nous pouvons
    faire, pour éviter d’être malades, c’est de ne plus aller dans les espaces collectifs. Je n’ai pas mangé
    depuis quatre jours. Et tant que je ne serai pas libéré, je vais continuer », poursuit-il.
    « A quoi bon nous garder ? »
    Ouvert en novembre 2006, le CRA de Lille-Lesquin peut retenir jusqu’à 86 personnes. Selon nos
    informations, 70 hommes environ y seraient actuellement enfermés. Dans un communiqué
    commun rédigé lundi, ceux-ci déplorent notamment le report de nombreuses audiences du juge
    des libertés et de la détention. « C’est à l’occasion de ces audiences que nous pouvons être libérés.
    Et nous ne pouvons pas rester enfermés sans autorisation du juge, écrivent-ils. La plupart des
    liaisons internationales en avion sont annulées. Si dans tous les cas nous ne pouvons pas être
    expulsés, à quoi bon nous garder ? »
    « Les seules infos que nous avons, c’est à la télé. Les policiers ne nous disent rien, ils sont sympas
    mais ne peuvent rien faire pour nous. Il faut qu’une décision soit prise. Nous avons tous signé une
    demande de remise en liberté, envoyée au juge. A l’extérieur, nous avons des logements, on
    pourrait se confiner. Ici, des gens continuent d’arriver, nous ne sommes pas en sécurité », déplore
    Kheir-Eddine.
    Jointe par Mediacités, la direction du CRA ne s’est pas encore exprimée sur la situation. Dans les
    centres de Vincennes (Val-de-Marne), du Mesnil-Amelot (Seine-et-Marne) ou de Lyon (Rhône),
    d’autres actions (grèves de la faim, blocages, tentatives d’évasions collectives, départs de feu) sont
    également menées.
    Fermeture des frontières
    La durée de rétention maximum dans les CRA est de 90 jours. D’après un rapport publié en 2018
    par plusieurs associations (la Cimade, France terre d’asile, Ordre de Malte France notamment), la
    durée moyenne de rétention au CRA de Lille-Lesquin est de 10,1 jours. Avec la pandémie, des
    associations multiplient les appels à vider les centres de rétention, dans lesquels le virus pourrait
    rapidement se propager. Elles évoquent notamment une mise en danger liée à la promiscuité.
    « Plusieurs personnes ont été libérées du CRA aujourd’hui, note Sophie Danset, avocate au barreau
    de Lille, coordinatrice de la permanence étrangers cette semaine. Deux moyens ont été retenus :
    l’incompatibilité de la rétention, compte tenu de la crise sanitaire, et l’absence de perspective
    d’éloignement avec la fermeture des frontières. » A situation exceptionnelle, réponse
    exceptionnelle : dans les prochains jours, le centre de rétention administrative de Lille-Lesquin
    pourrait bien être amené à se vider. Selon nos confrères de Mediapart, ceux de Nîmes, Sète et Nice
    commencent à l’être dès aujourd’hui.

    2020-03-16
    Nîmes
    Coronavirus à Nîmes : le tribunal et la cour d’appel réduisent considérablement leur activité
    Midi Libre / https://www.midilibre.fr/2020/03/16/coronavirus-a-nimes-le-tribunal-et-la-courdappel-
    reduisent-considerablement-leur-activite,8803639.php

    Face à l’épidémie, la cour d’appel et le tribunal judiciaire réduisent considérablement leur activité.
    Le tribunal judiciaire et la cour d’appel viennent d’adapter leur fonctionnement à l’épidémie de
    Coronavirus qui sévit actuellement. Ce lundi soir, le premier président de la cour d’appel de
    Nîmes, lors d’un entretien téléphonique a indiqué qu’une série de réunions s’était tenue ce lundi
    16 mars pour organiser les nouvelles de mesurees destinées à limiter la propagation du virus.
    Michel Allaix a indiqué en substance que seuls les contentieux les plus urgents seraient maintenus
    comme les audiences concernant le contentieux de la détention. Sauf urgence, les audiences de la
    chambre des appels correctionnels seront reportées. La chambre de l’instruction qui examine
    notamment les demandes de remises en liberté sera maintenue, a expliqué le premier président
    qui avait préparé depuis plusieurs jours un plan de continuité. Les audiences qui concernent les
    personnes placées en hospitalisation d’office devraient être maintenues pour analyser la situation
    des personnes placées en psychiatrie. De la même façon, la question des personnes placées au
    centre de rétention administrative (CRA) et devant passer devant un juge des libertés et de la
    détention continuera d’être examinée par les JLD, a indiqué la première présidence de la cour
    d’appel déclinant localement une circulaire de la Garde des Sceaux. Sauf urgence toujours, la
    chambre des mineurs est appelée à réduire son activité, a-t-on appris ce lundi soir. " Nous
    organisons par ailleurs des remontées d’information à la chancellerie, ce qui nécessite la rédaction
    de rapports et le maintien d’une équipe administrative à la cour d’appel", a ajouté Michel Allaix.

  • Une remarque intéressante : en Italie en moyenne, « avant » Covid-19, il y a environ 1800 morts par jour (toutes causes confondues, selon cet article).
    https://www.sudouest.fr/2020/03/22/coronavirus-l-italie-durcit-encore-son-confinement-renfort-de-medecins-cuba

    Ce bilan est effroyable : dans le monde d’avant la pandémie, un peu moins de 1 800 Italiens mouraient chaque jour.

    En France, je vois qu’il y a eu 610000 morts en 2018, c’est-à-dire en moyenne 1670 morts par jour.

    Avec 800 mort par jour en Italie hier, et une progression toujours exponentielle, on voit bien qu’on n’est pas du tout avec des chiffres anecdotiques, même ramené aux principales causes de mortalité (cancers, maladies cardio-vasculaires). Par exemple, en 2013, les tumeurs ont tué 164000 personnes en France : ça fait environ 450 morts du cancer par jour (je suppose, en gros, que les chiffres sont proches en Italie).

    On pourrait donc écrire qu’aujourd’hui, Covid-19 va faire deux fois plus de morts que le cancer en Italie (et quatre fois dans quelques jours, huit fois plus dans une dizaine de jours, etc.). Ou que, dans cinq jours en Italie, Covid-19 tuera plus de personne chaque jour que toutes les autres causes de décès confondues.

    Les chiffres des causes de décès en France en 2013 :
    https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/esp2017_5_principales_causes_de_deces_et_de_morbidite.p

    • Depuis dimanche dernier les prévisions les plus pessimistes à disposition du gouvernement ont été publiées :

      350 000 morts si on ne fait rien, à comparer aux 600 000 morts annuels en France.

      (Jean Michel Blanquer évoquait 50% à 70% de la population potentiellement infecté et Le Monde a publié des extraits des travaux d’épidémiologistes).

      Le cas italien confirme ces prévisions puisqu’ils sont à 800 morts/jour et que cela s’accélère encore sans qu’on ne voit arriver ni le pic ni la pente descendante. L’augmentation continue des personnes testées comme contaminées augure que la décrue n’arrivera pas avant 5 à 10 jours étant donné le décalage temporel entre morts constatés et contaminés constatés.

      Actuellement Il est quasiment certain qu’en Italie il y aura au moins 20 000 morts d’ici deux semaines.

  • Coronavirus : pourquoi le taux de mortalité est-il aussi bas en #Allemagne  ?
    https://www.sudouest.fr/2020/03/19/coronavirus-pourquoi-le-taux-de-mortalite-est-il-aussi-bas-en-allemagne-734

    « Nous avons reconnu très tôt ici la maladie dans notre pays : nous sommes en avance en matière de diagnostic, de détection », affirme Christian Drosten, directeur de l’Institut de virologie à l’hôpital de la Charité à Berlin. Ce critère, associé à l’important maillage territorial de laboratoires indépendants en Allemagne qui dès janvier – alors que le nombre de cas positifs était encore très faible – ont commencé à tester les gens, aurait permis aux docteurs du pays de mieux diagnostiquer la maladie et d’écarter en quarantaine les cas les plus à risque.

    Ces nombreux laboratoires augmentent la capacité de dépistage, estimé à quelque 12 000 par jour par l’Institut Robert Koch (IRK), qui pilote la lutte contre l’épidémie. Se faire tester en Allemagne reste compliqué mais, aux dires des experts, plus simple que dans d’autres pays : l’apparition de symptômes couplée au contact avec un cas confirmé ou une personne revenant d’une zone à risque suffisent.

    • des tests immunologiques seraient aussi intéressants, car, si j’ai développé des anticorps, cela veut dire que, dans certains cas, notamment les relations d’aide et de soin, je pourrais à nouveau travailler sans risquer d’être infectée.

    • Deux causes principales pour expliquer la faible mortalité allemande :
      L’Allemagne est dans le peloton de tête en nombre de lits de soins intensifs (https://seenthis.net/messages/832342) et de lits de réanimation (https://seenthis.net/messages/832636) ; les tests sont beaucoup plus systématiques (ce que facilite grandement leur gratuité) d’où une prise en charge beaucoup plus précoce.

      J’y ajoute, après lecture des deux articles ci-dessous, un suivi médical soigneux des sujets contacts et des malades isolés à domicile, et le nombre plus élevé de sujets jeunes PCR positifs du fait que les tests ne se cantonnent pas aux cas les plus sévères.

      Par ailleurs grâce aux tests et l’isolement qui s’en suit, on diminue le nombre de contaminations et on évite ainsi que les capacités hospitalières soient dépassées.

    • La question demeure à ce jour,

      A German Exception ? Why the Country’s Coronavirus Death Rate Is Low - The New York Times
      https://www.nytimes.com/2020/04/04/world/europe/germany-coronavirus-death-rate.html

      Paywall pour moi, mais trouvé ici :
      A German exception ? Why the country’s coronavirus death rate is low - The Economic Times
      https://m.economictimes.com/news/international/world-news/a-german-exception-why-the-countrys-coronavirus-death-rate-is-low/articleshow/74989886.cms

      They call them corona taxis: Medics outfitted in protective gear, driving around the empty streets of Heidelberg, Germany, to check on patients who are at home, five or six days into being sick with the coronavirus.

      They take a blood test, looking for signs that a patient is about to go into a steep decline. They might suggest hospitalization even to a patient who has only mild symptoms; the chances of surviving that decline are vastly improved by being in a hospital when it begins.

      “There is this tipping point at the end of the first week,” said professor Hans-Georg Kräusslich, head of virology at University Hospital in Heidelberg, one of the country’s leading research hospitals. “If you are a person whose lungs might fail, that’s when you will start deteriorating.”

      Heidelberg’s corona taxis are only one initiative in one city. But they illustrate a level of engagement and a commitment of public resources in fighting the epidemic that help explain one of the most intriguing puzzles of the pandemic: Why is Germany’s death rate so low?

      The virus and the resulting disease, COVID-19, have hit Germany with force: According to Johns Hopkins University, the country had more than 92,000 laboratory-confirmed infections as of midday Saturday, more than any other country except the United States, Italy and Spain.

      But with 1,295 deaths, Germany’s fatality rate stood at 1.4% compared with 12% in Italy; around 10% in Spain, France and Britain; 4% in China; and 2.5% in the United States. Even South Korea, a model of flattening the curve, has a higher fatality rate: 1.7%.

      “There has been talk of a German anomaly,” said Hendrik Streeck, director of the Institute of Virology at the University Hospital Bonn. Streeck has been getting calls from colleagues in the United States and elsewhere.

      “‘What are you doing differently?’ they ask me,” he said. “‘Why is your death rate so low?’”

      There are several answers to this question, experts say — a mix of statistical distortions and very real differences in how the country has taken on the epidemic.

      The average age of those infected is lower in Germany than in many other countries. Many of the early patients caught the virus in Austrian and Italian ski resorts and were relatively young and healthy, Kräusslich said.

      “It started as an epidemic of skiers,” he said.

      As infections have spread, more older people have been hit, and the death rate — only 0.2% two weeks ago — has risen, too. But the average age of contracting the disease remains relatively low, at 49. In France, it is 62.5, and in Italy 62, according to their latest national reports.

      Another explanation for the low fatality rate is that Germany has been testing far more people than most nations. That means it catches more people with few or no symptoms, increasing the number of known cases but not the number of fatalities.

      “That automatically lowers the death rate on paper,” said Kräusslich.

      But there are also significant medical factors that have kept the number of deaths in Germany relatively low, epidemiologists and virologists say, chief among them early and widespread testing and treatment, plenty of intensive care beds and a trusted government whose social distancing guidelines are widely observed.

      Testing
      In mid-January, long before most Germans had given the virus much thought, Charité hospital in Berlin had already developed a test and posted the formula online.

      By the time Germany recorded its first case of COVID-19 in February, laboratories across the country had built up a stock of test kits.

      “The reason why we in Germany have so few deaths at the moment compared to the number of infected can be largely explained by the fact that we are doing an extremely large number of lab diagnoses,” said Dr. Christian Drosten, chief virologist at Charité, whose team developed the first test.

      By now, Germany is conducting around 350,000 coronavirus tests a week, far more than any other European country. Early and widespread testing has allowed authorities to slow the spread of the pandemic by isolating known cases while they are infectious. It has also enabled lifesaving treatment to be administered in a more timely way.

      “When I have an early diagnosis and can treat patients early — for example, put them on a ventilator before they deteriorate — the chance of survival is much higher,” Kräusslich said.

      Medical staff, at particular risk of contracting and spreading the virus, are regularly tested. To streamline the procedure, some hospitals have started doing block tests, using the swabs of 10 employees, and following up with individual tests only if there is a positive result.

      At the end of April, health authorities also plan to roll out a large-scale antibody study, testing random samples of 100,000 people across Germany every week to gauge where immunity is building up.

      One key to ensuring broad-based testing is that patients pay nothing for it, said Streeck. This, he said, was one notable difference with the United States in the first several weeks of the outbreak. The coronavirus relief bill passed by Congress last month does provide for free testing.

      “A young person with no health insurance and an itchy throat is unlikely to go to the doctor and therefore risks infecting more people,” he said.

      Tracking
      On a Friday in late February, Streeck received news that for the first time, a patient at his hospital in Bonn had tested positive for the coronavirus: A 22-year-old man who had no symptoms but whose employer — a school — had asked him to take a test after learning that he had taken part in a carnival event where someone else had tested positive.

      In most countries, including the United States, testing is largely limited to the sickest patients, so the man probably would have been refused a test.

      Not in Germany. As soon as the test results were in, the school was shut, and all children and staff were ordered to stay at home with their families for two weeks. Some 235 people were tested.

      “Testing and tracking is the strategy that was successful in South Korea, and we have tried to learn from that,” Streeck said.

      Germany also learned from getting it wrong early on: The strategy of contact tracing should have been used even more aggressively, he said.

      All those who had returned to Germany from Ischgl, an Austrian ski resort that had an outbreak, for example, should have been tracked down and tested, Streeck said.

      A Robust Public Health Care System
      Before the coronavirus pandemic swept across Germany, University Hospital in Giessen had 173 intensive care beds equipped with ventilators. In recent weeks, the hospital scrambled to create an additional 40 beds and increased the staff that was on standby to work in intensive care by as much as 50%.

      “We have so much capacity now, we are accepting patients from Italy, Spain and France,” said Susanne Herold, a specialist in lung infections at the hospital who has overseen the restructuring. “We are very strong in the intensive care area.”

      All across Germany, hospitals have expanded their intensive care capacities. And they started from a high level. In January, Germany had some 28,000 intensive care beds equipped with ventilators, or 34 per 100,000 people. By comparison, that rate is 12 in Italy and 7 in the Netherlands.

      By now, there are 40,000 intensive care beds available in Germany.

      Some experts are cautiously optimistic that social distancing measures might be flattening the curve enough for Germany’s health care system to weather the pandemic without producing a scarcity of lifesaving equipment like ventilators.

      “It is important that we have guidelines for doctors on how to practice triage between patients if they have to,” Streeck said. “But I hope we will never need to use them.”

      The time it takes for the number of infections to double has slowed to about eight days. If it slows a little more, to between 12 and 14 days, Herold said, the models suggest that triage could be avoided.

      “The curve is beginning to flatten,” she said.

      Trust in Government
      Beyond mass testing and the preparedness of the health care system, many also see Chancellor Angela Merkel’s leadership as one reason the fatality rate has been kept low.

      Merkel has communicated clearly, calmly and regularly throughout the crisis as she imposed ever-stricter social distancing measures on the country. The restrictions, which have been crucial to slowing the spread of the pandemic, met with little political opposition and are broadly followed.

      The chancellor’s approval ratings have soared.

      “Maybe our biggest strength in Germany,” said Kräusslich, “is the rational decision-making at the highest level of government combined with the trust the government enjoys in the population.”

    • Covid-19 : le faible taux de mortalité en Allemagne - Sciences et Avenir
      https://www.sciencesetavenir.fr/sante/pourquoi-y-a-t-il-si-peu-de-cas-mortels-de-covid-19-en-allemagne_14

      [...] Mais comme l’explique la Süddeutsche Zeitung, ce chiffre ne signifie pas que le virus est moins mortel en Allemagne qu’ailleurs. Il s’agit en réalité d’une « déformation #statistique », car il faut tenir compte de différents critères comme le nombre de cas non recensés, qui serait plutôt faible, mais aussi la gravité des symptômes. Sont ainsi prises en compte dans les statistiques allemandes de nombreuses personnes ne présentant que des formes légères de la maladie, tandis qu’en Italie c’est le contraire qui se produit, induisant un fort taux de mortalité, qui indiquerait plutôt qu’un grand nombre de personnes jeunes infectées sont passées à travers les mailles du filet.

      [...]

      La Süddeutsche Zeitung dénombre cinq critères pouvant influencer le taux de mortalité : l’âge des personnes [testées] infectées (en Allemagne 80% ont moins de 60 ans, en Italie 56% ont plus de 60 ans), la santé pulmonaire, la pollution atmosphérique, la résistance aux antibiotiques, et enfin la qualité et les capacités du système de santé.

      La question des tests qui permet de limiter les contaminations et une prise en charge plus précoce est aussi abordée plus loin.

    • merci @kassem Quand tu te dis que c’est un des acteurs majeurs de l’#Europe, tu peux te demander elle est où là l’#Europe tant vanté par macron avec le retard criminel qu’à pris la France ?
      Comme si la bande d’#incapables_LREM ne parlait pas allemand, n’avait pas d’ambassadeur, pas de surveillance ni d’espionnage des pays voisins.
      Y’a pas besoin de chercher très loin, dès le début du mois de janvier les allemands se sont préparés pendant qu’en france ils détruisaient les retraites et lançaient des LBD.
      #on_viendra_vous_chercher

      Le 24 février 2020, le Ministre de la Santé Jens Spahn déclarait en effet : « L’épidémie de coronavirus est arrivée en Europe. Nous devons donc nous attendre à ce qu’elle se propage aussi en Allemagne. L’Allemagne s’y est au mieux préparée. » Cette préparation a commencé dès le début du mois de janvier, avant même que le premier patient infecté soit identifié le 27 janvier en Bavière. Une seule procédure a dès lors été appliquée à tous les cas identifiés, aux personnes contact et aux personnes en provenance de zones à risque : mise en quarantaine immédiate, puis tests en fin de quarantaine. Ces mesures ont permis de circonscrire les trois clusters allemands (en Bavière, Rhénanie-du-Nord-Westphalie et dans le Bade-Wurtemberg) dès la fin février, dans le but d’interrompre le plus vite possible les chaînes d’infection.

  • Coronavirus : la #chloroquine, une piste pour lutter contre l’épidémie
    Une vingtaine d’essais cliniques sont en cours en Chine pour évaluer l’effet de cet antipaludéen, mais cette approche thérapeutique ne fait pas l’unanimité.

    Par Sandrine Cabut Publié aujourd’hui à 09h36, mis à jour à 17h44

    La course aux traitements contre le nouveau #coronavirus a remis sur le devant de la scène la chloroquine (Nivaquine), un antipaludéen commercialisé depuis soixante-dix ans. En Chine, près d’une vingtaine d’essais cliniques sont en cours pour explorer l’efficacité de cette molécule ou d’un analogue, l’hydroxychloroquine (Plaquenil), chez des patients infectés par le SARS-CoV-2, selon le registre chinois des essais cliniques.

    En France, une étude clinique vient d’être lancée par le professeur Didier Raoult, directeur de l’IHU Méditerranée Infection (Marseille). Evoqués lundi 16 mars dans une vidéo par ce dernier, les résultats préliminaires semblent spectaculaires : au bout de six jours de traitement par #Plaquenil, 25 % seulement des patients seraient encore porteurs du virus, la proportion étant de 90 % chez ceux ne recevant pas le traitement. La charge virale à J + 6 serait encore plus basse chez les malades traités en plus par un antibiotique, l’#azithromycine.

    Dans sa présentation, le professeur #Raoult ne précise pas si ces résultats portent sur l’ensemble des 24 malades prévus dans le protocole, une publication scientifique est attendue.

    Mais, pour ce spécialiste des maladies infectieuses, membre du conseil scientifique sur le nouveau coronavirus qui vient d’être mis en place par le ministre de la santé, il y a suffisamment d’arguments pour utiliser dès maintenant ce traitement, très peu onéreux, chez des malades du #Covid-19. « En Chine, en Iran, en Corée du Sud, en Arabie saoudite, l’hydroxychloroquine et la chloroquine font déjà partie des protocoles thérapeutiques, conseillés par des experts, pour certains de renommée mondiale. Il y a urgence à organiser de telles recommandations en France, et c’est ce que j’ai proposé aux autorités sanitaires », indique-t-il. D’autres équipes hospitalières françaises ont manifesté leur intérêt pour le protocole marseillais, qui est proposé, on ne sait pas à quelle échelle, à des patients hospitalisés, hors cadre d’étude clinique.

    De son côté, le gouvernement britannique a récemment inscrit sur la liste des médicaments interdits à l’exportation parallèle la chloroquine, l’hydroxychloroquine, et une combinaison d’antiviraux, pour parer aux besoins éventuels de patients britanniques atteints de Covid-19 et anticiper des ruptures de stock de ces produits.

    Des précautions en cas de grossesse

    Les spécialistes français sont cependant partagés sur l’efficacité antivirale de ces molécules et sur leur rapport bénéfice-risque. La question est notamment posée du risque d’intoxication à forte dose et d’une potentielle génotoxicité (effet délétère sur les gènes). Depuis 2018, en France, les RCP (résumé des caractéristiques du produit) de la chloroquine puis de l’hydroxychloroquine – toutes deux commercialisées par Sanofi – ont été modifiés. Ces documents officiels d’information stipulent désormais que les femmes et hommes en âge de procréer doivent utiliser une contraception efficace pendant le traitement et jusqu’à huit mois après son arrêt.

    La chloroquine ne doit pas être administrée pendant la grossesse, sauf en l’absence de thérapeutique plus sûre. Des précautions jugées excessives par des professionnels de santé, mais qui, après l’affaire de la Dépakine (responsable de malformations et de troubles du neurodéveloppement chez les enfants de femmes traitées avec cet antiépileptique pendant leur grossesse), ont de quoi interroger si la Nivaquine et le Plaquenil devaient être prescrits largement dans un contexte d’épidémie. Le point en cinq questions.

    Quelles sont les indications actuelles de ces médicaments ?

    Antipaludéen de synthèse mis au point dans les années 1930 en Allemagne, la chloroquine a été commercialisée en 1949. D’abord arme essentielle de prévention et de traitement du paludisme, son utilisation a décliné du fait du développement de résistances des plasmodiums et d’autres médicaments. Un arrêt de commercialisation de ce médicament, délivrable uniquement sur ordonnance, est désormais prévu en France. « Suite à la baisse de la demande, liée à la présence sur le marché d’autres options thérapeutiques, notre fournisseur a arrêté la production du principe actif », précise Sanofi.

    La chloroquine, et surtout l’hydroxychloroquine, ont aussi des indications dans des maladies auto-immunes comme le lupus et la polyarthrite rhumatoïde, et en prévention des lucites (allergies au soleil). « Le Plaquenil est aujourd’hui l’un des traitements de base du lupus systémique, maladie qui touche une personne sur 2 000 », explique la professeure Nathalie Costedoat-Chalumeau, interniste (hôpital Cochin, AP-HP).

    Que sait-on de leurs effets sur le SARS-CoV-2 ?

    Les rares publications scientifiques sur le sujet sont, pour l’instant, issues du premier pays touché chronologiquement par le virus : la Chine. Un premier article publié le 25 janvier dans la revue Cell Research fait état d’une grande efficacité in vitro de la chloroquine sur ces virus. Rapidement, des essais cliniques ont été lancés en Chine et des résultats préliminaires positifs portant sur une centaine de malades ont été annoncés lors d’une conférence de presse le 15 février, puis repris le 19 février dans une lettre au journal spécialisé BioScience Trends, sans données chiffrées.

    Fin février, Zhong Nanshan, scientifique de renom et principal conseiller médical du gouvernement chinois sur le sujet, a précisé, lors d’une conférence de presse, que le SARS-CoV-2 devenait indétectable en quatre jours chez les malades traités par chloroquine (alors que le temps moyen d’excrétion chez des patients dans d’autres études serait de l’ordre de douze, voire vingt jours). Face à ces données préliminaires, peu précises et non validées par les canaux habituels de la science, une partie du corps médical reste réservée.

    Louant le pragmatisme des Chinois, Didier Raoult a lancé un essai clinique, qui a reçu l’approbation d’un comité de protection des personnes (CPP) et de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Prévue chez 24 malades, l’étude évalue les effets de 600 mg/jour d’hydroxychloroquine pendant dix jours, sur la durée d’excrétion du virus et la sévérité de l’infection. Il s’agit d’un essai ouvert, l’évolution des malades inclus étant comparée à celle de patients pris en charge ailleurs et traités de façon symptomatique. « Je connais bien l’hydroxychloroquine, dont j’ai découvert l’efficacité dans deux pathologies dues à des bactéries intracellulaires, la maladie de Wipple et la fièvre Q, et j’ai une expérience sur 4 000 patients », souligne le professeur Raoult, qui plaide, dans ce contexte, pour un partage en temps réel des résultats.

    Sont-ils efficaces sur d’autres virus ?

    Dans un article de synthèse de deux pages (Antiviral Research, en ligne le 5 mars), Frank Touret et Xavier de Lamballerie (unité des virus émergents, université de Marseille) appellent la communauté scientifique à considérer les publications sur la chloroquine et le nouveau coronavirus à la lumière de précédentes expériences avec cette molécule comme antiviral.

    L’activité antivirale in vitro de la chloroquine a été identifiée dès la fin des années 1960, écrivent les deux chercheurs, en précisant que cette propriété, qui existe aussi avec l’hydroxychloroquine, concerne de nombreux virus différents, y compris le coronavirus du SRAS. Une efficacité contre une variété de virus (dont Zika, le virus grippal A H5N1) a été montrée chez des souris et d’autres modèles animaux. Mais, jusqu’ici, aucun essai clinique dans le cadre d’infection virale aiguë (chikungunya, dengue) ou chronique (HIV) n’a été couronné de succès, soulignent les deux chercheurs. « In vitro, la chloroquine a une activité antivirale directe. Elle empêche le cycle viral de s’effectuer normalement, en modifiant le pH, explique Xavier de Lamballerie. In vivo, c’est moins clair, l’action antivirale pourrait être plutôt indirecte, par des effets anti-inflammatoires, immunomodulateurs, comme avec la ribavirine. Je ne pense pas que l’activité antivirale de la chloroquine soit très puissante chez l’homme, mais l’immunomodulation qu’elle induit peut être intéressante à certaines phases d’une infection. »

    A l’IHU Mediterranée Infection, au sein de l’hôpital de la Timone à Marseille, un chercheur montre des tablettes de Nivaquine, contenant de la chloroquine, et de Plaqueril, contenant de l’ hydroxychloroquine. GERARD JULIEN / AFP
    Par ailleurs, certains soulignent la capacité de la chloroquine à faciliter l’entrée du zinc dans les cellules ciblées par le coronavirus, ce qui permettrait à ce métal sous forme ionique d’entraver sa réplication. Face à cette hypothèse, Xavier de Lamballerie invite à la prudence.

    Ces médicaments sont-ils difficiles à manier ?

    La chloroquine, considérée comme un médicament à marge thérapeutique étroite, est « hautement toxique en cas de surdosage, particulièrement chez les enfants », écrit le réseau français des centres régionaux de pharmacovigilance (CRPV) sur son site, dans un texte daté du 5 mars. La gravité de l’intoxication aiguë « provient du caractère précoce et brutal de survenue des troubles cardio-vasculaires », souligne le réseau.

    « Chez l’adulte, la dose dangereuse est estimée à partir de 2 g de chloroquine en une prise » (une dose à comparer avec les 500 mg deux fois par jour recommandés dans le protocole chinois de traitement du Covid-19). « En l’état des connaissances actuelles, (…) la chloroquine ne présente pas une balance bénéfice-risque favorable dans la prise en charge des infections à coronavirus Covid-19, estime le réseau des CRPV. Ainsi, son utilisation dans cette indication doit donc être actuellement exclue, en dehors d’essais cliniques ou de prises en charge spécialisées. »

    La chloroquine est-elle à risque pour les femmes enceintes ?

    En 2018, Sanofi a demandé à l’ANSM une modification des informations concernant la chloroquine, les autorités japonaises ayant identifié en 2015-2016 un risque génotoxique (délétère sur les gènes) pour un médicament de la même famille, la primaquine.

    L’analyse conduite par l’Agence, à partir de données de la littérature et de celles fournies par le laboratoire, « a mis en évidence que la chloroquine est génotoxique, qu’il existe des incertitudes sur le risque cancérogène et qu’elle a un impact sur la fertilité et des effets tératogènes [malformations] et fœto-létaux chez le rat », indique l’ANSM. Compte tenu de ces éléments et « conformément aux recommandations européennes », précise-t-elle, l’Agence a demandé de faire figurer sur les notices et les RCP la nécessité pour les femmes et les hommes d’une contraception pendant le traitement par chloroquine et jusqu’à 8 mois après son arrêt. Il est aussi précisé que cette molécule ne doit pas être utilisée en cas de grossesse, sauf en absence d’alternatives plus sûres. Le RCP de l’hydroxychloroquine a été modifié dans le même sens.

    A la demande de l’ANSM, les laboratoires Sanofi sont en train de réaliser des études complémentaires pour mieux caractériser le risque génotoxique de ces deux molécules.

    « La génotoxicité peut concerner les cellules reproductrices, spermatozoïdes et ovocytes. A un certain niveau de risque, cela pose donc la question de l’obligation de contraception et d’une contre-indication pendant la grossesse, explique la docteure Sophie Gautier (CRPV de Lille), membre du groupe de travail « grossesse » de l’ANSM. En ce qui concerne le risque tératogène de la chloroquine, on ne peut pas l’exclure mais il n’y a pas de signal clinique. »

    En décalage avec ces mentions sur les RCP et les notices, le site Internet du centre de référence sur les agents tératogènes (CRAT), destiné aux médecins, écrit que, « dans le paludisme, l’utilisation de la chloroquine est possible, quel que soit le terme de la grossesse ». Dans les autres pathologies, « si la chloroquine est nécessaire à l’équilibre maternel, son utilisation est possible quel que soit le terme de la grossesse, à la dose efficace la plus faible possible ». Une discordance assumée par la docteure Elisabeth Elefant, responsable du CRAT, qui insiste sur les « très nombreuses et rassurantes » données chez les femmes enceintes exposées à la chloroquine.

    « Cette molécule a été très largement utilisée en Afrique pendant des décennies et il n’a pas été observé de malformations, précise-t-elle. Quant aux données de génotoxicité, ce sont des tests faits en premier lieu pour évaluer les risques cancérigènes et, de ce point de vue, nous n’avons pas d’inquiétude documentée pour la chloroquine. Enfin, s’agissant d’une potentielle atteinte des cellules reproductrices qui conduirait à des problèmes en cas de grossesse, on s’inspire des données des médicaments cancéreux comme le cyclophosphamide, mais ici c’est un risque théorique. »

    Face aux nouvelles préconisations, « ingérables et infondées », selon les termes de la docteure Elefant, surtout pour l’hydroxychloroquine (Plaquenil) – largement plus prescrite que la chloroquine pour des maladies inflammatoires –, la responsable du CRAT et des sociétés savantes de médecine interne de rhumatologie et de dermatologie ont plaidé en 2018 auprès de l’ANSM pour faire évoluer le dossier. « La France est le seul pays à demander une contraception jusqu’à huit mois après la fin du traitement, alors même que le Plaquenil fait l’objet d’un essai chez des femmes, en prévention des fausses couches à répétition », note encore Mme Elefant.

    Pour les prescripteurs, c’est surtout la perspective de contre-indication pendant la grossesse qui posait problème. « Je n’ai aucune arrière-pensée sur le rapport bénéfice-risque du Plaquenil dans le lupus. L’interdire pendant la grossesse, compte tenu des données rassurantes dont nous disposons, aurait été extrêmement problématique. Heureusement, en concertation avec l’ANSM, nous avons pu faire évoluer la mention sur la grossesse dans le RCP, avec des termes un peu plus positifs », souligne la médecin interniste Nathalie Costedoat-Chalumeau. En pratique, les médecins continuent à prescrire ce médicament chez les femmes enceintes qui en ont besoin. Quant à la contraception pendant le traitement et huit mois après, aucun des prescripteurs que nous avons interrogés ne l’exige.

    https://www.lemonde.fr/sciences/article/2020/03/17/la-chloroquine-une-piste-pour-lutter-contre-le-sars-cov-2_6033364_1650684.ht

    • Le #Plaquenil semble être une piste thérapeutique sérieuse, à condition de ne pas avoir d’antécédents cardiaques : à Marseille les 24 personnes prises en charge par D. Raoult ont quasiment toutes été guéries. La Salpêtrière s’y est mise depuis vendredi (avec précautions et limites évoquées plus bas), Lille aussi, depuis hier, le labo qui produit la molécule en met aujourd’hui à dispo pour traiter 300 000 malades après des essais jugés « prometteurs » (voir article du « Monde » d’aujourd’hui) et tout un pan de l’élite médicale parisienne se voit obligée d’avaler son chapeau (voir le mea culpa tweeté par l’épidémiologiste de la Pitié qui a fait un virage à 180° sur la question...)

      Mais d’après une amie soignée / suivie en ambulatoire par l’équipe de la Salpêtrière les équipes soignantes déconseillent formellement l’automédication et la prise de Plaquenil chez soi et sans suivi médical, dès les premiers symptômes ; pas de prise de Plaquenil sans surveillance médicale constante et notamment sans avoir fait d’électrocardiogramme préalablement, car risque cardiaque (ce risque est-il lié directement au Plaquenil ou à un antibiotique associé, ce n’est pas encore clair).

      N’étant pas hospitalisée, donc, elle n’en prend pas (ils ne l’hospitaliseront qu’en cas de détresse respiratoire). A charge au corps de se défendre tout seul, comme un grand… (C’est douloureux, et avec le #Plaquenil administré sous contrôle la charge virale baisserait probablement beaucoup plus vite.)

      En résumé, pour prendre ce médicament (à condition de ne pas avoir de problème cardiaque), il faut être hospitalisé. Or Il y a une incapacité des hôpitaux à prendre en charge tous les patients (fermetures de milliers de lits de ces 20 dernières années) : ils n’admettent que les cas critiques, les cas les plus légers sont traités en ambulatoire. La prescription du Plaquenil se fait dans ce cadre et ces contraintes-là.

    • Concernant la chloroquine, il est très probable qu’elle soit efficace, au vu de son mode d’action connu. Mais il est impératif de disposer d’une confirmation la plus rapide possible, scientifiquement évaluée, des essais cliniques en cours.

      « Face aux coronavirus, énormément de temps a été perdu pour trouver des médicaments » Bruno Canard, directeur de recherche au CNRS et spécialiste des coronavirus

      https://www.lemonde.fr/sciences/article/2020/02/29/bruno-canard-face-aux-coronavirus-enormement-de-temps-a-ete-perdu-pour-trouv

    • Un antipaludéen pourra-t-il contrer l’épidémie de Covid-19 ?

      La chloroquine, efficace in vitro sur le SARS-CoV-2, a été adoptée dans l’arsenal thérapeutique par les autorités sanitaires chinoises à la suite d’essais cliniques encore très peu détaillés.

      (LeMonde - Par Hervé Morin Publié le 26 février 2020 à 15h00 - Mis à jour le 27 février 2020 à 15h25)

      https://www.lemonde.fr/sciences/article/2020/02/26/un-antipaludeen-pourra-t-il-arreter-l-epidemie-de-covid-19_6030931_1650684.h

      Dans une vidéo intitulée « Coronavirus : fin de partie ! » mise en ligne mardi 25 février, l’infectiologue Didier Raoult fait état d’une « excellente nouvelle » sur le front de la lutte contre le coronavirus SARS-CoV-2 : la chloroquine, un antipaludéen ancien et peu onéreux, aurait apporté des « améliorations spectaculaires » chez des patients infectés. Le Covid-19 « est probablement l’infection respiratoire la plus facile à traiter », ajoutait le directeur de l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée infection.

      https://www.youtube.com/watch?v=8L6ehRif-v8&feature=emb_logo

      Le « repositionnement » de cette molécule (principe actif de la Nivaquine et de la Savarine) peut-il donc résoudre la crise actuelle, comme le laisse entendre Didier Raoult ? La chloroquine avait déjà été testée contre le SARS-CoV lors de l’épidémie de SRAS, en 2003, et son efficacité avait alors été établie « et oubliée », selon le chercheur français. Le 15 janvier, il rappelait déjà dans un court article bibliographique de l’International Journal of Antimicrobial Agents, signé avec deux de ses collègues, le potentiel de la chloroquine face au Covid-19, citant nombre des travaux effectués depuis l’épidémie de SRAS montrant son efficacité comme antiviral.

      L’épidémie engendrée par le nouveau coronavirus a poussé des équipes à tester l’efficacité de la chloroquine contre le SARS-CoV-2 in vitro. Une étude publiée début février a ainsi montré sa capacité d’inhibition du virus sur des cultures cellulaires, combiné au Remdesivir du laboratoire Gilead, un antiviral déjà expérimenté lors des épidémies d’Ebola.

      Essais cliniques en Chine

      L’irruption du nouveau coronavirus a aussi suscité de nombreux essais cliniques mis en place en urgence notamment auprès de patients chinois. Le site Clinical.org, géré par les instituts de santé américains (NIH), fait état de plusieurs dizaines d’essais en lien avec Covid-19, mais aucun cependant ne porte la mention « chloroquine ». En revanche le site chinois recensant les essais cliniques nationaux est plus fourni concernant cette molécule.

      L’annonce du professeur Raoult s’appuie sur une très courte « lettre » adressée à la revue BioScience Trends le 18 février et publiée en ligne le même jour. Trois chercheurs de la ville de Qingdao (est de la Chine) mentionnent des essais cliniques en cours dans plus de dix hôpitaux chinois. « Pour l’instant, les résultats sur plus de cent patients ont démontré que le phosphate de chloroquine est supérieur au médicament contrôle [traitement habituel] dans l’inhibition de la pneumonie, qu’il améliore les résultats de l’imagerie pulmonaire, favorise la disparition du virus et réduit la durée de la maladie », écrivent-ils.

      Le contenu de l’article scientifique reprend en fait celui d’un point presse du gouvernement central chinois qui s’est tenu le 17 février, au cours duquel les autorités ont annoncé qu’un consensus s’était dégagé pour inscrire la chloroquine dans l’arsenal thérapeutique national contre l’épidémie de Covid-19. Ces guides destinés aux soignants sont régulièrement actualisés : on en est actuellement à la sixième version pour la présente épidémie.

      Contre-indications pour les plus de 65 ans

      Le 20 février, dans le Chinese Journal of Tuberculosis and Respiratory Diseases, des experts de la province du Guangdong publiaient un article de consensus reprenant ces conclusions. La posologie indiquée était de 500 mg deux fois par jour pendant dix jours. Ils listaient un certain nombre de contre-indications – parmi lesquelles l’âge : les plus de 65 ans, la tranche d’âge dont la létalité est la plus élevée, faisaient partie des personnes chez qui l’administration de chloroquine était considérée comme contre-indiquée. Le point presse et les préconisations d’usage de la chloroquine avaient été mentionnés par l’agence de presse Xinhua le 17 février.

      Le faible nombre de patients concernés par ces essais cliniques, l’absence de précisions sur le traitement de référence qui a servi de point de comparaison et l’absence d’éléments chiffrés et de détails sur l’état clinique initial des patients invitent cependant à une lecture prudente de cette annonce.

      Pour l’heure, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) n’a pas inclus la chloroquine dans la liste des traitements prioritaires face au Covid-19, mais les études où ce médicament est testé dans cette nouvelle indication figurent bien dans la liste des essais en cours dressée par l’institution.

      Pour Bruno Canard, directeur de recherche au laboratoire architecture et fonction des macromolécules biologiques (Centre national de la recherche scientifique - Aix-Marseille université), « il est très probable que la chloroquine fonctionne ». Mais « il est impératif de disposer d’une confirmation la plus rapide possible, évaluée scientifiquement », des essais cliniques évoqués par Didier Raoult. Il faudra aussi prendre en compte les facteurs de risques liés à l’utilisation de cette molécule.

      La chloroquine pourrait être un « cas parfait de repositionnement », mais des précédents incitent à la « prudence » : face au chikungunya, malgré une efficacité sur des cultures de cellules infectées, la chloroquine avait été abandonnée, rappelle Bruno Canard, « faute d’efficacité réelle » lors de l’essai clinique. Contre la dengue et Zika, la chloroquine n’avait pas non plus tenu les promesses initiales.

      D’autres spécialistes sont circonspects face aux données chinoises encore lacunaires, mettant aussi en garde contre l’automédication, s’agissant d’un médicament dont certains effets secondaires peuvent être redoutables - même si la chloroquine n’est disponible que sur prescription, elle est présente dans de nombreuses armoires à pharmacie familiales.

      Ces réserves ne découragent pas l’équipe de Didier Raoult, qui sera en première ligne pour soigner d’éventuelles personnes infectées, et espère pouvoir faire usage de la chloroquine. Il lui faudrait pour cela disposer du feu vert des autorités sanitaires. Pour l’heure, celles-ci semblent dans l’expectative. Mercredi 26 février, le directeur de la santé, Jérôme Salomon, lors d’un point presse consacré au nouveau coronavirus, a constaté qu’« aujourd’hui, la communauté scientifique n’est pas très convaincue. Ce qui ne veut pas dire qu’il ne faut pas s’y intéresser ».

      Une voix autorisée chinoise pourrait changer l’appréciation de la molécule : lors d’une conférence de presse donnée jeudi 27 février à Pékin, Zhong Nanshan, qui dirige le groupe d’expert chargé de la lutte contre le virus à la Commission nationale de la santé chinoise, a indiqué que parmi les traitements testés dans les essais cliniques en cours, un seul avait un impact positif, rapporte l’AFP. Il s’agit de la chloroquine, qui permettrait de rendre indétectable le virus chez les patients après environ quatre jours de traitement, indique la même dépêche.

    • #coronavirus : le traitement à la #chloroquine réduit la charge virale à 6 jours pour 75 % des patients selon le Pr Raoult
      | 17 mars 2020 | par Caducee.net | | Partager

      Dans une vidéo de 18 minutes, le professeur Raoult annonce des résultats spectaculaires dans le cadre de l’essai clinique mené sur 24 patients. Au bout de 6 jours de traitement, 75 % des patients traités avec du Plaquenil ne seraient plus porteurs du virus contre 10 % seulement des patients qui n’ont pas reçu ce traitement.

      « C’est spectaculaire. La charge virale moyenne avec ce virus est normalement de 20 jours. Et tous les gens qui meurent à cause du coronavirus ont encore le virus. Ne plus avoir de virus, ça change le pronostic. »
       

      « Si vous n’avez plus de microbe, vous êtes sauvés. »
      Un traitement de 600 mg par jour de Plaquenil pendant 10 jours

      Ces premiers résultats semblent confirmer les résultats obtenus en chine lors d’un essai sur plus de 100 patients. Le traitement à la chloroquine avait également favorisé une conversion négative des patients au virus ainsi que la réduction de la durée des symptômes ».

      L’azithromycine pour les cas les plus sérieux

      Le virologue recommande dans la vidéo d’associer à la chloroquine un antibiotique et de préférence l’azithromycine.

      Selon le Pr Raoult, l’azithromycine a montré son efficacité in vitro contre un grand nombre de virus, bien que cela soit un antibiotique. C’est pour cela que quitte à administrer un antibiotique il recommande l’azithromycine.

       « L’azithromycine améliore le pronostic des gens infectés en réduisant le risque de complication bactérienne »

      Selon les documents transmis par le Pr Raoult, quasiment tous les patients traités sous Plaquenil azithromycine sont négatifs au Coronavirus SARS-COV2 au bout de 6 jours de traitement.

       
      Le Pr Raoult recommande également de dépister systématiquement tous les patients présentant des symptômes comme la toux et de la fièvre afin de démarrer le traitement en cas de positivité sans attendre les signes de gravité. La reduction de la contagiosité serait alors d’autant plus forte. 

      Même si ces résultats doivent être confirmés sur un nombre de patients plus important pour être probants, il n’en demeure pas moins que le Plaquenil pourrait rapidement devenir une option thérapeutique pour un grand nombre de cas.

      https://www.caducee.net/actualite-medicale/14783/coronavirus-le-traitement-a-la-chloroquine-reduit-la-charge-virale-a-6-jour

  • « En ce dimanche », en France, le croyant va aller partager ses miasmes dans la joie (plus près de toi Seigneur). Les Italiens, eux, ont tout fermé (mêmes les obsèques).

    Suspension de toutes les messes publiques en Italie jusqu’au 3 avril
    https://www.vaticannews.va/fr/eglise/news/2020-03/suspension-des-messes-publiques-en-italie.html

    Cette décision inédite implique l’annulation des messes en semaine comme le dimanche, mais aussi le report des mariages et l’interdiction des cérémonies d’obsèques, une décision particulièrement douloureuse dans cette période de surmortalité induite par le coronavirus.

    L’Église italienne assume cette décision en s’appuyant sur le décret gouvernemental qui est entré en vigueur ce dimanche 8 mars, et qui suspend explicitement au moins jusqu’au vendredi 3 avril « les cérémonies civiles et religieuses, y compris les funérailles » dans la totalité du territoire italien.

    […]

    Les messes publiques étaient déjà suspendues depuis la fin du mois de février dans certains diocèses du nord de l’Italie, et notamment à Milan, le plus grand diocèse du monde en nombre de prêtres incardinés.

    Montpellier : en ce dimanche, les cultes sont maintenus https://www.midilibre.fr/2020/03/14/montpellier-en-ce-dimanche-les-cultes-sont-maintenus,8798896.php

    Messes et célébrations lithurgiques auront lieu. Mais des précautions sont prises.

    Pour ce dimanche, jour de culte chrétien, les messes et célébrations liturgiques sont maintenus. Avec, néanmoins, des mesures de précautions, notamment celle de s’abstenir du traditionnel geste de paix via un serrement de mains ou une embrassade.

    […]

    Du côté de l’Église réformée pas de changements notables mis à part l’annulation de la célébration mensuelle de la cène (partage du pain et du vin).