Le Figaro - Politique - L’actualité du gouvernement et de l’opposition

/politique

  • Fabien Roussel, le communiste préféré du Figaro.

    Le communiste Fabien Roussel dit ne plus vouloir de « la gauche des allocations »
    https://www.lefigaro.fr/politique/le-communiste-fabien-roussel-dit-ne-plus-vouloir-de-la-gauche-des-allocatio

    « Pour être rescapé, il a fallu que j’entende... Il y a des discours (à gauche) qui ne passent pas » auprès des électeurs, a souligné Fabien Roussel. Ainsi, « les Français nous parlent d’assistanat en nous disant qu’ils travaillent et que eux (les bénéficiaires de minima sociaux, NDLR), ne travaillent pas », a-t-il ajouté. Selon le communiste, « la gauche doit défendre le travail et le salaire et ne pas être la gauche des allocations, minima sociaux et revenus de substitution ». « Je ne suis pas pour une France du RSA et du chômage », a-t-il insisté.

  • Les ciotti, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnait

    https://www.youtube.com/watch?v=qXCh984CQZw

    Le figaro : Assemblée nationale : Éric Ciotti veut rendre obligatoire le port de la cravate pour les députés
    https://www.lefigaro.fr/politique/assemblee-nationale-eric-ciotti-veut-rendre-obligatoire-le-port-de-la-crava

    Le député Eric Ciotti visé par une enquête pour « détournement de fonds publics »
    https://www.lemonde.fr/politique/article/2020/10/27/le-depute-eric-ciotti-vise-par-une-enquete-pour-detournement-de-fonds-public

    Le député (Les Républicains, LR) des Alpes-Maritimes, Eric Ciotti, est visé par une enquête du parquet de Nice pour « détournement de fonds publics », à la suite du signalement déposé par la branche locale de l’association Anticor, en septembre 2019. . . . . .

  • Déposée par la Nupes, la motion de censure contre le gouvernement sera débattue lundi à 16 heures
    https://www.lefigaro.fr/politique/deposee-par-la-nupes-la-motion-de-censure-contre-le-gouvernement-sera-debat

    Les groupes RN (89 députés) et LR (62) ont d’ores et déjà fait savoir qu’ils n’ont pas prévu de voter la motion, pas plus bien sûr que les troupes macronistes de Renaissance.

    L’opposition composée du RN et de LR ont décidé de ne pas s’opposer au gouvernement.

    #lol

  • ’Assemblée nationale française adopte la résolution sur le génocide ouïgour

    Communistes et insoumis se sont abstenus.

    Pour ceux qui ont voté https://pbs.twimg.com/media/FJjgsqRVcAMfC9S?format=jpg&name=4096x4096

    Mélenchon explique sur son blog que maxime vivas est son ami personnel. Il le soutien, ici il like un article faisant la promotion de son livre. L’article parle d’ailleurs des ouighours en France comme des fuyards, les comparant a des djihadistes.
    Cet ergonome retraité toulousain, qui précise « ne pas être spécialiste de la Chine », vient de publier un livre qui bénéficie d’une promotion planétaire orchestrée par Pékin, aux fins de discréditer les accusations de « génocide » au Xinjiang.

    https://pbs.twimg.com/media/FJjk2GrVgAATSzb?format=jpg&name=large

  • « Après Castex qui accusait fort opportunément sa fille de lui avoir filé le COVID, c’est au tour de Nathalie Elimas de convoquer ses enfants pour se défendre de ses accusations de #harcèlement et de #maltraitance sur ses collaborateurs.
    La lâcheté en marche… »
    https://www.lefigaro.fr/politique/accusations-de-harcelement-nathalie-elimas-se-dit-victime-d-une-attaque-d-u

    La secrétaire d’État, qui déplore une « diffamation caractérisée », se dit « sereine » face aux accusations. « Si je savais qui est à l’origine des fuites, je porterais plainte, probablement », assure-t-elle.

    #Nathalie-Elimas, secrétaire d’État chargée de l’Éducation prioritaire, s’est dite lundi 17 janvier « victime d’une attaque d’une grande violence », après la révélation de soupçons de harcèlement et de l’existence d’une enquête administrative sur le fonctionnement de son cabinet.

    « Depuis ce week-end, je suis victime d’une attaque d’une grande violence, à titre personnel. Je pense à mes enfants, qui ont très mal vécu ce week-end lorsqu’ils ont vu leur mère accusée de harcèlement », a-t-elle déclaré, manifestement émue, sur Radio J. C’est « très dur, très violent, la violence est inouïe pour mes enfants, mais sur le fond des choses je suis sereine », a-t-elle affirmé.

    « Tout s’est bien passé dans la bienveillance »

    « Ce qui se passe aujourd’hui ce sont des fuites extrêmement malveillantes, pour me déstabiliser probablement. La diffamation est caractérisée. Si je savais qui est à l’origine des fuites, je porterais plainte, probablement », a déclaré la secrétaire d’État, en poste depuis juillet 2020. « Ce qui se passe, c’est une enquête interne pour observer les ressources humaines du cabinet. Ce n’est pas une enquête judiciaire, ce n’est pas une enquête préalable », a-t-elle fait valoir.

    « Tous les membres de mon cabinet ont été entendus, (...) les secrétaires, les chauffeurs, les conseillers, la ministre », a-t-elle dit, précisant qu’un rapport serait rendu « dans quelques semaines ». « Ce rapport n’a pas vocation à être rendu public. Moi, cela ne me dérangerait pas de le rendre public, je suis assez sereine », a-t-elle ajouté. « Parfois, dans la collaboration, ça dysfonctionne, il est possible qu’on mette un terme à une collaboration. C’est ça, et rien de plus. Tout s’est bien passé dans la bienveillance », a-t-elle assuré.

    Cinq sources ont indiqué à l’AFP samedi que Nathalie Elimas faisait l’objet d’une enquête administrative. Plusieurs de ces sources ont précisé qu’elle se voyait reprocher des faits de « harcèlement » voire de « maltraitance » sur des collaborateurs. Toutes ont préféré garder l’anonymat. Sollicité samedi, le ministère de l’Éducation nationale a confirmé qu’une enquête administrative était en cours « sur le fonctionnement ressources humaines du cabinet de Nathalie Elimas ».

    Quel dommage elle avait si bien défendu la méthode Blanquer et son protocole bien sûr !

    Selon une personne ayant travaillé au sein du cabinet, le harcèlement serait « généralisé ». Une seconde personne a évoqué sa « descente aux enfers », insistant sur les nombreuses « crises de colère » de celle qui était députée du Val-d’Oise jusqu’à son arrivée au gouvernement.

    Au moins trois sources ont aussi souligné qu’un autre des dysfonctionnements sur lequel l’enquête administrative se pencherait serait l’emploi au sein du cabinet d’un très proche de Nathalie Elimas, décrit par l’une de ces sources comme « intouchable ».

    • Encore une ? Eh beh Une épidémie ce gouvernement !

      Des précédents dans la macronie

      Depuis 2017 et l’élection d’Emmanuel Macron, plusieurs cas de harcèlement ont été dévoilés au sein du gouvernement ou chez des parlementaires de la majorité. En juillet 2021, le Monde révélait ainsi le management « brutal » du patron du service d’information du gouvernement (SIG), Michaël Nathan, auprès d’anciens collaborateurs. Une « mission d’audit » avait été lancée par le cabinet du Premier ministre Jean Castex pour éclairer le fonctionnement de cette instance chargée de suivre l’opinion et d’organiser la communication gouvernementale.

      Plusieurs députés de la majorité ont également été visés par des plaintes pour harcèlement. Une longue enquête publiée en mai 2020 par Mediapart révélait que cinq ex-collaborateurs de la députée LREM Laetitia Avia avaient accusé la parlementaire d’humiliations à répétition mais également, captures d’écran à l’appui, de propos racistes, homophobes, sexistes, etc. La députée de Paris avait à l’époque balayé les accusations, en assurant que les messages diffusés étaient « tronqués » et « sortis de leur contexte » et diffusés pour l’attaquer au moment où elle défendait sa proposition de loi sur le cyberharcèlement.

      Benoît Simian, député de Gironde (ex-LREM), est également accusé par son ex-compagne de « harcèlement » depuis leur séparation. Il doit être jugé en correctionnelle le 24 mars. Début janvier, plusieurs anciens assistants parlementaires de la députée LREM Sira Sylla l’ont accusée d’avoir usé de « méthodes abusives ». Elue pour la première fois en 2017, elle aurait travaillé avec pas moins de 17 collaborateurs. Parmi eux, trois ont pris la décision de porter l’affaire aux prud’hommes.

      https://www.liberation.fr/politique/accusee-de-harcelement-la-secretaire-detat-nathalie-elimas-denonce-une-attaque-dune-grande-violence-20220117_Y3UEVZV6BJHFNDXZTETFKD3DWI/&xtor=CS7-51-

    • La secrétaire d’Etat Nathalie Elimas, accusée de harcèlement moral, entretiendrait une relation jugée « toxique » avec l’un des conseillers de son cabinet, révèle Libé, « source d’un profond malaise ». Ils « font des scènes de ménage au ministère », selon un collaborateur.

  • Macron défend la « riche cohabitation » entre la #raison et la religion, permise grâce à la laïcité

    Le président de la République détaille dans L’Express les nombreuses « #continuités » qu’il décèle entre « #Dieu et la science ».

    C’est l’un des sujets sur lesquels le mystère demeure. Quel est le véritable rapport d’Emmanuel Macron au #spirituel ? Élevé dans un établissement jésuite de Picardie - à sa demande -, avant de multiplier ensuite les grandes écoles et les diplômes dans la capitale, le président de la République est-il un cartésien rationnel, ou un croyant qui se fait violence ? Pense-t-il qu’il faut « réparer » le lien entre l’Église et l’État qui « s’est abîmé », ou considère-t-il que les questions de mœurs - religieuses - ne sont « pas (s)on affaire » ?

    Pour répondre à toutes ces questions, L’Express a recueilli un texte du chef de l’État, publié ce mardi, jour de son quarante-quatrième anniversaire. Dans l’hebdomadaire, le locataire de l’Élysée débute par un éloge de la science dont, « jamais, sans doute, l’humanité » n’aura « autant eu besoin » qu’aujourd’hui. À la fois pour faire face à la pandémie, bien sûr, mais aussi pour affronter les bouleversements écologiques et environnementaux, ou encore pour permettre les innovations indispensables au progrès.

    L’#égalité des droits en dignité, nouvelle égalité des hommes devant Dieu ?

    « Et Dieu dans tout ça ? », interroge ensuite Emmanuel Macron. « Contrairement à ce que l’interprétation toute voltairienne des #Lumières françaises a longtemps imposé comme grille de lecture, ce programme de développement de l’#esprit_scientifique ne s’oppose en rien à l’expression des religions », estime le président de la République, rappelant « qu’il ne s’agit pas d’imposer un #positivisme_forcené, une #religion_de_la_science qui se substituerait à toutes les interprétations du monde ».

    À l’échelle de l’Europe, de nombreuses « continuités entre Dieu et la science, (entre) religion et raison », apparaissent ainsi aux yeux d’Emmanuel Macron. « L’égalité des droits de l’homme en #dignité et en #droits n’a-t-elle pas été préparée par l’égalité des hommes devant Dieu pensée par le #christianisme ? De même l’#esprit_critique défendu par les Lumières n’a-t-il pas été précédé par le rapport individuel au texte sacré défendu par le #protestantisme ? », feint-il d’interroger pour appuyer sa thèse.

    « Séparer l’#ordre_temporel de l’#ordre_spirituel »

    S’inspirant ensuite tour à tour de l’écrivain humaniste de la Renaissance Rabelais, du « penseur anglais Tom McLeish », ou encore du « grand Jürgen Habermas », Emmanuel Macron termine sa démonstration en citant Aristide Briand, célèbre porteur de la loi de 1905 sur la séparation des Églises et de l’État. « C’est en étant fidèle à (son) esprit, en suivant le chemin de concorde qu’il traçait que la France continuera à être une nation infiniment rationnelle et résolument spirituelle », estime le chef de l’État.

    Défenseur de la « riche cohabitation » - qui existe selon lui « en chacun de nous » - entre « aspiration à la raison et besoin de #transcendance », Emmanuel Macron affirme que « oui, la science et Dieu, la raison et la religion peuvent vivre côte à côte, parfois même se nourrir ». Ce que, d’ailleurs, il juge « même souhaitable ». Le tout, insiste-t-il cependant, grâce à au « cadre unique » de la laïcité, une « belle idée » dont la France dispose depuis un siècle. Et qui, en « séparant l’ordre temporel de l’ordre spirituel, rend (cela) possible ».

    https://www.lefigaro.fr/politique/macron-defend-la-riche-cohabitation-entre-la-raison-et-la-religion-permise-

    #Macron #Emmanuel_Macron #laïcité #religion #science

    • EXCLUSIF. Emmanuel Macron : «Ce en quoi je crois»

      Le chef de l’Etat expose sa vision de l’articulation entre rationalité et religion. L’une et l’autre peuvent se nourrir. « Cela est même souhaitable », écrit-il. Inattendu.

      Parce qu’il avait prévenu dès la campagne de 2017 - « Je ne sépare pas Dieu du reste » (confidence soufflée au JDD) -, nous avons eu envie de demander au chef de l’Etat : rationalité et spiritualité peuvent-elles, doivent-elles, vivre ensemble dans la France de 2022 ? Après une épidémie qui a mis la raison des uns sens dessus dessous, qui a vu la parole scientifique reléguée par les autres au rang de croyance en laquelle il est possible de ne pas avoir foi, Emmanuel Macron érige-t-il un mur entre science et religion ? Lui qui dans le passé n’a pas hésité à évoquer l’existence d’"une transcendance" le formule clairement dans le texte qu’il a écrit pour L’Express : « Aspiration à la raison et besoin de transcendance cohabitent en chacun de nous. »

      Cette certitude ne lui fait pas perdre de vue le nécessaire combat pour que « la science demeure un idéal et une méthode ». Inquiet de constater notamment la montée de l’intégrisme religieux, le président refait ici l’éloge de la laïcité, qui seule rend possible cette « cohabitation » en laquelle il croit de la rationalité et de la spiritualité.

      La pandémie que nous traversons en est l’exemple le plus prégnant. Sans la science qui, avec le conseil scientifique, les sociétés savantes, les médecins et les chercheurs du monde entier, a éclairé chacun de nos choix depuis le premier jour, nous aurions à déplorer beaucoup plus de décès. Sans la science qui, en quelques mois, a su inventer un vaccin, le produire et le distribuer, le monde continuerait de vivre au ralenti, de confinements en confinements, de drames en drames.

      La résolution du défi du siècle, le réchauffement climatique, est également indissociable de la science. A la fois pour comprendre la mécanique de ce phénomène, ce à quoi s’attellent régulièrement les milliers de scientifiques du Groupement international d’experts sur le climat. Et pour élaborer les solutions qui, énergies propres, stockage de carbone, matériaux biosourcés ou solutions agroécologiques, nous permettront de concilier développement humain et réduction des émissions de gaz à effet de serre, progrès et écologie.

      La science enfin se trouve au fondement des innovations qui changent et vont changer nos vies, elle est le moteur du progrès. Numérique, véhicules électriques, nouveau spatial : l’ensemble des produits et services qui façonnent notre époque de même que les révolutions qui, assises sur le quantique ou l’intelligence artificielle, feront la décennie sont marqués par une empreinte scientifique forte.

      Cette part croissante de la science dans le cours du monde exige des grandes puissances qu’elles investissent massivement dans ceux qui, chercheurs, techniciens, innovateurs, sont les artisans de la recherche et de l’innovation.

      Les acteurs privés bien sûr s’engagent qui, pour les plus importants, assument d’explorer des voies qui ne trouveront pas toujours d’issue marchande. Mais c’est d’abord à la sphère publique que revient la mission de constituer un terreau favorable à l’excellence scientifique.

      Depuis cinq ans, la France qui, de Louis Pasteur à Pierre et Marie Curie, se distingue par une tradition hors norme confirmée par les récents prix Nobel et médaille Fields obtenus par ses ressortissants, renoue avec une stratégie d’investissement massif dans ce domaine. La loi de programmation pour la recherche, dotée de 25 milliards d’euros sur dix ans, scelle un effort inédit pour rattraper le retard pris et permettre la montée en gamme de nos universités et de nos laboratoires de recherche. Nous avons aussi, dès 2017 puis à la faveur de France relance et de France 2030, acté de grandes ambitions pour l’intelligence artificielle, le quantique ou encore la santé.

      Au niveau européen, notre pays a été à l’initiative pour que le programme-cadre de recherche et développement de la Commission se dote d’un budget à la hauteur des enjeux - près de 100 milliards d’euros - et consente enfin un effort pour la recherche fondamentale et les jeunes chercheurs.

      Il ne s’agit toutefois là que d’un début, un rattrapage et une indispensable modernisation qui nous permettent plus d’ambition de changement et d’investissement pour l’avenir.

      Mais l’enjeu n’est pas seulement budgétaire, il est culturel. Car, parallèlement à l’augmentation du besoin de science, la remise en cause du discours scientifique n’a cessé de se développer dans nos sociétés.

      Le complotisme gagne du terrain et prend des formes de plus en plus extrêmes, comme en témoigne l’emprise croissante de la mouvance QAnon.

      L’intégrisme religieux, et ses explications totalisantes qui privilégient la foi sur la raison, la croyance sur le savoir et excluent le doute constructif, devient de plus en plus prégnant.

      L’avènement de l’ère du « tout-se-vaut » disqualifie chaque jour un peu plus l’autorité du chercheur, dont la parole est mise au même niveau que celle des commentateurs.

      En même temps que nous nous donnons les moyens d’atteindre l’excellence scientifique, il est donc nécessaire d’agir pour que la science demeure un idéal et une méthode, que le « vrai » retrouve ce statut d’"évidence lumineuse" que décrivait Descartes.

      Voilà pourquoi j’ai lancé le 29 septembre 2021 la commission les Lumières à l’ère numérique. Présidé par le sociologue Gérald Bronner, ce collectif de 14 experts reconnus formulera des propositions pour faire reculer le complotisme et éviter que le flux informationnel auquel chacun est confronté ne présente des faits orthogonaux à ce qui dit le consensus scientifique, ce qui est trop souvent le cas.

      Voilà pourquoi aussi la nation tout entière doit se mobiliser pour opposer au complotisme le raisonnement éclairé, au relativisme la culture des faits et la reconnaissance de l’autorité scientifique, à l’intégrisme une République ferme dans sa défense, forte de ses valeurs, nourrie par ses débats. Gaston Bachelard définissait « l’esprit scientifique » comme la faculté à « se défaire de l’expérience commune » et à accéder à cette idée que « rien ne va de soi, rien n’est donné, tout est construit ». Il nous faut faire de la formation à l’esprit scientifique dès le cycle primaire. L’école en effet ne saurait seulement instruire. Elle doit faire des républicains, c’est-à-dire forger des êtres informés et libres. Citoyens. Ce sera là un grand défi des années à venir.

      Et Dieu dans tout ça ? Contrairement à ce que l’interprétation toute voltairienne des Lumières françaises a longtemps imposé comme grille de lecture, ce programme de développement de l’esprit scientifique ne s’oppose en rien à l’expression des religions.

      D’une part parce qu’il ne s’agit pas d’imposer un positivisme forcené, une religion de la science qui se substituerait à toutes les interprétations du monde. Comme l’a si bien résumé Rabelais, la science ne vaut en effet que lorsqu’elle est éclairée et guidée par les sciences humaines, la philosophie, le politique et s’inscrit dans un débat démocratique visant à construire l’intérêt général.

      Dieu et la science ne s’opposent pas ensuite parce que la croyance en l’un est souvent allée historiquement avec le développement de l’autre. Les travaux sont anciens qui ont montré combien l’islam avait nourri une tradition d’algèbre, d’astronomie et de médecine puissante. Plus récemment, le penseur anglais Tom McLeish a fait état des apports réciproques entre développement de la science et développement du fait religieux lors de la petite Renaissance du XIIIe siècle - un évêque anglais aurait même eu l’intuition du big bang. Dans son dernier ouvrage, le grand Jürgen Habermas a montré comment la philosophie grecque a pu se nourrir du religieux, et notamment de la rupture avec les mythes à l’âge coaxial (de 800 à 200 av. J.-C.).

      Au-delà, je crois profondément qu’il peut exister des continuités entre Dieu et la science, religion et raison. Regardons notre Europe ! L’égalité des droits de l’homme en dignité et en droits n’a-t-elle pas été préparée par l’égalité des hommes devant Dieu pensée par le christianisme ? De même l’esprit critique défendu par les Lumières n’a-t-il pas été précédé par le rapport individuel au texte sacré défendu par le protestantisme ?

      Oui, la science et Dieu, la raison et la religion peuvent donc vivre côte à côte, parfois même se nourrir. Cela est même souhaitable tant aspiration à la raison et besoin de transcendance cohabitent en chacun de nous.

      Nous avons, en France, un cadre unique qui, séparant l’ordre temporel de l’ordre spirituel, rend possible cette riche cohabitation : la laïcité. Artisan de cette belle idée, Aristide Briand disait : « Il fallait que la séparation ne donnât pas le signal de luttes confessionnelles ; il fallait que la loi se montrât respectueuse de toutes les croyances et leur laissât la faculté de s’exprimer librement. »

      C’est en étant fidèle à l’esprit de Briand, en suivant le chemin de concorde qu’il traçait que la France continuera à être une nation infiniment rationnelle et résolument spirituelle.

      Nation de citoyens libres de critiquer et libres de croire.

      https://www.lexpress.fr/actualite/politique/exclusif-emmanuel-macron-ce-en-quoi-je-crois_2164676.html

      déjà signalé par @arno ici:
      https://seenthis.net/messages/940839

    • Chères lectrices, chers lecteurs,

      Suite à l’ajout il y a quelques semaines du mot « iel » dans notre dictionnaire en ligne Dico en ligne Le Robert (https://dictionnaire.lerobert.com/definition/iel), un débat animé nourrit les réseaux sociaux, débat qui a été repris par certains médias et par des personnalités politiques.

      Si une majorité d’entre vous a fait part de sa satisfaction à voir apparaître ce mot dans un dictionnaire Le Robert, d’autres ont pu se montrer surpris, sinon indignés. Positivons : que la controverse autour de notre langue, de son évolution et de ses usages, puisse parfois être vive, parfois houleuse, ce n’est pas nouveau, on peut même y voir un excellent signe de sa vitalité.
      Nous souhaitons néanmoins préciser ici pourquoi nous avons intégré ce mot dans Dico en ligne Le Robert et vous donner un éclairage sur les critères et les circuits de décision qui président à l’intégration d’un mot dans un dictionnaire Le Robert.

      Depuis quelques mois, les documentalistes du Robert ont constaté un usage croissant du mot « iel ». La fréquence d’usage d’un mot est étudiée à travers l’analyse statistique de vastes corpus de textes, issus de sources variées. C’est cette veille constante qui nous permet de repérer l’émergence de nouveaux mots, locutions, sens, etc.

      Le mot « iel » a été discuté début octobre en comité de rédaction Le Robert, au cours duquel il a été décidé de l’intégrer dans notre dictionnaire en ligne : si son usage est encore relativement faible (ce que nous avons souligné dans l’article en faisant précéder la définition de la marque « rare »), il est en forte croissance depuis quelques mois. De surcroît, le sens du mot « iel » ne se comprend pas à sa seule lecture – dans le jargon des lexicographes, on dit qu’il n’est pas « transparent » –, et il nous est apparu utile de préciser son sens pour celles et ceux qui le croisent, qu’ils souhaitent l’employer ou au contraire… le rejeter.

      Est-il utile de rappeler que Le Robert, comme tous les dictionnaires, inclut de nombreux mots porteurs d’idées, présentes ou passées, de tendances sociétales, etc. ? Ce qui ne vaut évidemment pas assentiment ou adhésion au sens véhiculé par ces mots. Dit plus clairement : ce n’est pas le sujet pour nos lexicographes. La mission du Robert est d’observer l’évolution d’une langue française en mouvement, diverse, et d’en rendre compte. Définir les mots qui disent le monde, c’est aider à mieux le comprendre.

      Charles Bimbenet

      Directeur général des Éditions Le Robert

    • https://www.lesnouvellesnews.fr/iel-woke-et-le-ministre-de-leducation-nationale

      Un dictionnaire définit le pronom « Iel », Jean-Michel Blanquer s’insurge, Elisabeth Moreno y voit un progrès. Le Figaro magazine accuse l’école d’endoctriner les enfants, le ministre de l’Education tarde à réagir.

      « Iel Iels : Pronom personnel sujet de la troisième personne du singulier et du pluriel, employé pour évoquer une personne quel que soit son genre. L’usage du pronom iel dans la communication inclusive. » Depuis que Le Petit Robert a ajouté ce pronom dans sa nouvelle édition, les polémiques vont bon train. A tel point que les responsables du dictionnaire ont dû s’expliquer dans Le Figaro notamment : « On a constaté que ce mot prenait de l’ampleur et nous l’avons intégré » a expliqué Marie-Hélène Drivaud, lexicographe du Petit Robert qui se défend de tout militantisme.

      Au singulier l’usage du pronom est revendiqué par les personnes qui se définissent comme non-binaires (ne se reconnaissent dans aucun genre) et au pluriel il enthousiasme celles et ceux qui en ont assez que « le masculin l’emporte » et trouvent absurde de dire « ils » dans une assemblée comptant 99 femmes et un homme.

      Bronca dans les rangs des conservateurs. Le député de la majorité présidentielle François Jolivet, jusqu’ici peu connu, estime que les utilisateurs de ces nouveaux vocables sont des « militants d’une cause qui n’a rien de français », le « wokisme ». L’affaire est à ses yeux assez grave pour qu’il saisisse l’Académie française (qui a toujours été hostile à la féminisation des titres et fonctions). L’élu voit en cette mention dans le dictionnaire « le stigmate de l’entrée dans notre langue de l’écriture dite “inclusive”, sans doute précurseur de l’avènement de l’idéologie “woke”, destructrice des valeurs qui sont les nôtres ».

      Et la tirade du député a été boostée par le ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports en personne qui a amplifié son message en tweetant son « soutien » au député, ajoutant : « l’écriture inclusive n’est pas l’avenir de la langue française. Alors même que nos élèves sont justement en train de consolider leurs savoirs fondamentaux, ils ne sauraient avoir cela pour référence » a affirmé Jean-Michel Blanquer.

      Elisabeth Moreno, la ministre chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances ne partage pas l’avis de son collègue de l’Education nationale. Pour elle, « iel » est un progrès. Mardi 17 novembre sur France Info elle demandait : « Que l’on dise que potentiellement, on peut dire ‘iel’, parce que ça vient enrichir la langue et c’est un pronom neutre, pourquoi c’est si choquant ? », a-t-elle interrogé ?

      Le ministre de l’Education ne cesse de dénoncer le wokisme. Un courant venu des Etats-Unis signifiant être éveillé à la lutte contre les discriminations- qui a, comme tout courant, ses brebis galeuses. Mais le mot woke est beaucoup utilisé en France par les conservateurs pour disqualifier celles et ceux qui combattent diverses discriminations.

      Et quand le Figaro Magazine accuse l’école d’endoctriner « nos enfants », Jean-Michel Blanquer tarde à prendre la défense des enseignants et de l’école dont il est le ministre. La Une du Figaro Magazine du 12 novembre titrée « Comment on endoctrine nos enfants » accuse l’école de « dérive organisée » parce qu’elle prônerait, selon ce journal, « antiracisme » « idéologie LGBT+ » ou « décolonialisme ». De nombreux syndicats d’enseignants s’en sont indignés. Mais lorsque le ministre a été appelé à réagir le 17 décembre au Sénat, il a voulu pointer du doigt la fameuse idéologie woke.

      La sénatrice qui l’a interpelé, Laurence Rossignol, a été claire : « je pensais que l’antiracisme et la lutte contre l’homophobie faisaient partie des valeurs universelles, de celles que déclinent la devise de la République Liberté, Egalité et Fraternité » Et elle lui a tendu une perche : « les enseignants ont besoin de vous entendre leur dire que l’antiracisme, la lutte contre l’homophobie sont bien des valeurs que l’école a pour mission de transmettre ». Et la réponse du ministre fut poussive. Après un développement sur les missions de base de l’école et les valeurs qui doivent être transmises avec les parents, il a fini par rappeler que « la lutte contre le racisme, le féminisme, la lutte contre l’homophobie s’intègrent complètement dans la liberté, l’égalité, la fraternité ». S’il a dit très clairement, « je soutiens les professeurs qui sont dans cette transmission des valeurs », il a ajouté un bémol et voulu dénoncer « des courants venus de l’extérieur qui ont une influence » et « ce serait une erreur de ne pas les voir ». Reprenant la parole, Laurence Rossignol l’a remercié pour sa réponse mais a tenu à évoquer les priorités. Certes on peut discuter de ces nouvelles idéologies a-t-elle admis mais rappelant le récent suicide d’une adolescente victime de racisme et d’homophobie, elle a insisté : « aujourd’hui, ce dont il faut d’abord protéger nos élèves, c’est le racisme, l’antisémitisme et l’homophobie, c’est ce qui les tue. »

      Exit le #sexisme comme d’habitude. "Iel" c’est pour lutter contre l’invisibilisation des femmes, mais on veut bien lutter contre le racisme dont sont victimes seulement les hommes, l’antisémitisme quant il touche les hommes et l’homophobie contre les gays uniquement mais les discriminations dont sont victimes les élèves filles le rôle de l’école c’est de les augmenter car on est au pays des droits de l’homme.

      Il parait que " Élisabeth Moreno estime qu’il n’est pas « choquant » d’utiliser le pronom neutre « iel »" selon le figaro mais je trouve pas la video
      https://www.lefigaro.fr/politique/c-est-un-progres-elisabeth-moreno-estime-qu-il-n-est-pas-choquant-d-utilise

    • J’ai une édition de 2002. J’y trouve par exemple les mots « négro », « bicot », « chinetoque » et « youpin ». Je pense que je vais écrire à Monsieur la Dame qui fait secrétaire à l’Académie* pour lui dire que je suis ravi qu’on respecte ainsi nos valeurs et traditions nationales.

      Note* : évidemment l’abruti qui a lancé l’« affaire » s’est fait un devoir d’adresser son courrier à « Madame le secrétaire ». Après il est allé changer de slip, parce que c’était trop fort comment il a humilié les mal-écrivants. (Si à 50 ans, tu n’as pas publiquement interpellé « Madame le ministre » ou « Madame le député », tu n’es pas vraiment un député de droite.)

      Note** : je pense que l’abruti en question a aussi repassé son courrier au correcteur orthographique (made in America mais tant pis), et a fait plancher tout son staff, l’a fait relire par tous les correcteurs de l’Assemblée, histoire qu’il s’y subsiste rigoureusement aucune faute d’orthographe, de grammaire ou de tournure, sinon après ça fait pingouin sur les réseaux sociaux.

    • Jean-Mimi soutient qu’« il est très bon de féminiser les noms de profession, c’est pas quelque chose de difficile à faire, et on le fait », alors que toute cette fadaise est partie d’une lettre adressée à « Madame le secrétaire perpétuel », laquelle Madame-le a une opinion très tranchée sur le sujet : Hélène Carrère d’Encausse, l’Académie française et le “politiquement incorrect”
      https://www.courrierinternational.com/article/vu-despagne-helene-carrere-dencausse-lacademie-francaise-et-l

      Sur la féminisation des titres et des fonctions, d’abord, à laquelle elle s’oppose. “Même si c’est une femme, elle est, et insiste en ce sens, secrétaire perpétuel (genre grammatical masculin) et non secrétaire perpétuelle

  • Le Figaro : Covid-19 : Emmanuel Macron prononcera une allocution solennelle mardi à 20 heures
    https://www.lefigaro.fr/politique/covid-19-emmanuel-macron-prendra-tres-prochainement-la-parole-20211105

    Le président de la République doit « faire un point sur la situation sanitaire (...), la reprise économique, et les réformes qui sont conduites dans le pays ». . . . . .

    en_vedette #france #macron #emmanuel_macron #actualités_françaises #enmarcheverslefn #gouvernement_macron #réformes_antisociales #police

    • Il crie « Macron démission » en plein direct du JT
      http://www.lessentiel.lu/fr/news/insolites/story/il-crie-macron-demission-en-plein-direct-du-jt-19196019

      « Macron démission, Benalla en prison », a crié un perturbateur pendant le JT de « France 2 », délocalisé en région, ce jeudi.

      Les joies du direct, diront les personnes soucieuses de dédramatiser. Toujours est-il que le présentateur Julian Bugier et ses collègues ont connu un premier journal télévisé de 13 heures délocalisé plutôt mouvementé, à Dieppe. D’ici à l’élection présidentielle de l’année prochaine, France 2 a en effet décidé de proposer des JT en région « à la rencontre des Français » une fois par mois.


      Problème, la première délocalisation a donné lieu à l’intervention d’un agitateur venu crier à plusieurs reprises « Macron démission, Benalla en prison » en direct. Le journaliste n’a pas perdu son calme pour autant : « Il y a quelques perturbations ici en plateau, c’est normal, c’est du direct », a-t-il réagi.

      Le perturbateur n’est pas apparu à l’antenne, mais son message est passé...

      #Information #JT en direct

  • Les sénateurs votent pour le retour du cumul des mandats
    https://www.lefigaro.fr/politique/non-cumul-des-mandats-les-senateurs-votent-pour-le-retour-du-cumul-des-mand
    La chambre haute a approuvé la proposition de loi visant à autoriser de nouveau le cumul d’un mandat local avec un mandat national, interdit depuis 2017.

    Les sénateurs se sont prononcés mardi 12 octobre au soir en faveur d’une proposition de loi revenant sur le non-cumul des mandats, instauré en 2014 et mis en place lors des élections législatives et sénatoriales de 2017. Elle souhaite permettre aux députés et sénateurs d’être maires ou adjoints d’une commune de moins de 10.000 habitants.

    #sénat #sénateurs #politique #accaparement #France #cumul #Démocratie (malade)

    • 88% des députés cumulards en 2012

      En 2012, 77% des sénateurs et 88% des députés exerçaient alors au moins un autre mandat électif. La loi de 2014 a mis fin à ce cumul et a permis indirectement une plus grande féminisation du Parlement, en renouvelant la classe politique. L’Assemblée nationale compte désormais plus de 38% de femmes, et le Sénat 32%.

      La loi actuelle, votée lors du quinquennat de François Hollande, empêche d’être à la fois parlementaire (député, sénateur, député européen) et élu local. Promulguée en 2014, elle a permis un renouveau dans la classe politique dès les élections de 2017.

  • La sénatrice EELV Esther Benbassa, accusée de harcèlement moral, exclue du groupe écologiste
    https://www.lefigaro.fr/politique/la-senatrice-eelv-esther-benbassa-accusee-de-harcelement-moral-exclue-du-gr

    La sénatrice EELV Esther Benbassa, accusée dans une enquête de harcèlement moral à l’encontre de ses collaborateurs, a été exclue par son groupe au Sénat, a annoncé ce dernier mardi 14 septembre au soir.

    Après avoir entendu la sénatrice et en conformité avec leur règlement intérieur, les sénateur.trice.s ont décidé d’exclure Esther Benbassa du groupe parlementaire à compter du 15 septembre », précise le groupe Ecologiste, Solidarité et Territoires, dans un communiqué. « Mme Benbassa n’a pas contredit une partie des témoignages et elle n’a, à ce jour, pas jugé opportun de porter plainte en diffamation contre ces accusations », fait-il valoir pour justifier sa décision.

    Les sénateurs du groupe « regrettent que la justice ne soit pas saisie pour des faits d’une telle nature » mais « ne remettent pas en cause (les) témoignages (des collaborateurs, ndlr) et prennent toute la mesure des difficultés que représentent souvent l’engagement de poursuites judiciaires ». Ils « réitèrent tout leur soutien à celles et ceux qui ont témoigné d’une grande souffrance au travail », continuent « de travailler sur la prévention du harcèlement moral et sexuel au travail », et mènent « une réflexion plus large sur le sujet avec les élu.e.s, les collaborateur.trice.s et les syndicats ».

    Climat de « terreur »
    Esther Benbassa a fait part dans un autre communiqué de son « exclusion » du groupe, dont elle a été la vice-présidente et dont elle s’était mise en retrait depuis début juillet. La sénatrice associe cette décision à un « simulacre de procédure interne » et à une « sommation de répondre aux accusations anonymes relayées par un article de presse ». La décision a été prise « sans transmission de pièces à charge ou à décharge, sans audition de témoins ou de victimes présumées, en violation des dispositions du règlement intérieur du groupe et du principe de présomption d’innocence », déplore l’élue de Paris. Esther Benbassa indique s’être rendue devant le groupe le 9 septembre « non pas pour me justifier, puisque je ne suis condamnée de rien, mais pour m’expliquer, et réitérer mes excuses pour les maladresses et les erreurs ».

    Dans son enquête, Mediapart rapporte les témoignages de huit anciens collaborateurs et six anciens étudiants que l’élue employait à l’École pratique des hautes études. Tous évoquent un climat de « terreur » instauré par la sénatrice, fait de pressions, de chantage à l’emploi et d’humiliations systématiques, souvent à l’occasion de mails, individuels ou collectifs, et de SMS consultés et retranscrits en partie par Mediapart. Conséquence de cette gestion, le turn-over des collaborateurs a été très important, puisque plus de 18 assistants parlementaires ont été employés en deux mandats, décompte Mediapart. Dans un communiqué de « soutien aux victimes de harcèlement », le syndicat CGT des collaborateurs parlementaires avait souligné que « la profession, du fait de son lien avec la politique et les rapports de pouvoir, est bien souvent trop entachée par ce type de violence ».

    #EELV #harcèlement #violence #sénat #Médiapart #europe #france #écologie #ecologie #domination #sociopathes #femmes #pouvoir #Esther_Benbassa

  • Aprés avoir semé, la récolte commence Poitiers : la permanence du député LREM Sacha Houlié incendiée, une enquête ouverte

    La permanence à Poitiers du député LREM Sacha Houlié a été « volontairement incendiée » dans la nuit du jeudi 19 au vendredi 20 et une enquête est ouverte, selon le député et le parquet de Poitiers.

    La suite : https://www.lefigaro.fr/politique/poitiers-la-permanence-du-depute-lrem-sacha-houlie-incendiee-une-enquete-es

    http://news45.tradenews.la/wp-content/uploads/2020/11/le-depute-lrem-sacha-houlie-victime-dun-accident-capillaire-sa-drol

    #EnMarche #Poitiers

  • Géographie de la fracture vaccinale : pourquoi la défiance prospère dans le sud
    https://www.lefigaro.fr/politique/geographie-de-la-fracture-vaccinale-pourquoi-la-defiance-prospere-dans-le-s

    Sur la base des données de l’Assurance Maladie, le géographe de la santé de l’université de Montpellier, Emmanuel Vigneron, a dressé à une très fine échelle une carte inédite de la couverture vaccinale. Le chercheur a calculé pour chaque territoire un « indice comparatif de vaccination » qui neutralise statistiquement l’effet de l’âge des populations locales pour faire ressortir d’autres paramètres influant sur le taux de vaccination. En Ile-de-France ou dans l’agglomération lyonnaise par exemple, la carte fait ainsi apparaître les clivages sociologiques avec un taux de vaccination nettement moins élevé dans les banlieues populaires que dans les arrondissements bourgeois.

  • Michaël Delafosse, l’atypique maire socialiste de Montpellier
    https://www.lefigaro.fr/politique/michael-delafosse-l-atypique-maire-socialiste-de-montpellier-20210725

    Un mandat sous le signe de Chronos. Depuis son élection à la mairie de Montpellier, puis à la tête de la métropole, il y a un an, le socialiste Michaël Delafosse, s’est imposé une course contre la montre. Contre le Covid. Contre l’insécurité. Contre les dérives communautaires. Pour la gratuité des transports. Pour une ville verte traversée de pistes cyclables. En témoigne, dans son bureau, un compteur qui dit le temps qui passe et affiche, en chiffres rouge vif, un mystérieux 1693, soit le nombre de jours qui reste au soixante-deuxième maire de la cité pour la transformer et l’apaiser. Sur l’étagère, juste à côté de ses promesses de campagne, trône le livre de Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur puis dernier premier ministre de François Hollande, Chaque jour compte.

    #paywall alors j’ai pas la suite, mais vu le début j’ai drôlement l’impression que Le Figaro le trouve trop cool, notre maire socialiste.

  • Emmanuel Macron prêt à assouplir le passe sanitaire pour accélérer la campagne de vaccination
    https://www.lefigaro.fr/politique/emmanuel-macron-pret-a-assouplir-le-passe-sanitaire-pour-accelerer-la-campa

    Ça « passe » ou ça casse. Avant même sa présentation en Conseil des ministres, le projet de loi de l’exécutif sur les nouvelles mesures sanitaires suscite déjà de vives oppositions. Au sein de la classe politique, d’abord, où La France insoumise et la droite sénatoriale ont annoncé lundi leur intention commune de saisir le Conseil constitutionnel. Mais, au sein de l’opinion publique, aussi, où quelque 115.000 personnes ont manifesté ce week-end un peu partout en France.

    « Il faut savoir entendre cela, l’inquiétude monte très vite, glisse-t-on dans l’entourage d’Emmanuel Macron. Nous entrons dans un moment de pédagogie et de conviction pour ramener les indécis vers la vaccination. » Pour tenter de les convaincre, l’Élysée a demandé aux ministres du gouvernement de se déployer sur les ondes pour expliquer les risques liés à la quatrième vague de Covid et tenter de lever les doutes sur la vaccination.