[DATA] Les morts invisibles du coronavirus : la vérité derrière les chiffres officiels

/data-les-morts-invisibles-du-coronaviru

  • [DATA] Les morts invisibles du coronavirus : la vérité derrière les chiffres officiels | Le Média
    https://www.lemediatv.fr/articles/2020/data-les-morts-invisibles-du-coronavirus-la-verite-derriere-les-chiffres-o

    Les chiffres officiels de décès dus au Covid-19 publiés chaque jour sont-ils grossièrement sous-estimés ? Pour le vérifier, Le Média a analysé les données de mortalité du mois de mars et les a comparées au nombre officiel de victimes. Nos résultats indiquent une sous-estimation considérable du nombre de décès dus au Covid-19.

    Pas lu, je suis nul en chiffres, mais peut-être que pour les courbes du jour... @arno

    • Intéressant, mais attention aux variations annuelles :

      Pour comparer les décès survenus en 2020 aux décès de 2018 et 2019, il est important de tenir compte des fluctuations importantes du nombre de décès par jour selon les mois et les années. La France comptabilise en moyenne 585 000 décès chaque année depuis 2015 (légèrement plus en 2019 – 612 000 décès – qu’en 2015 – 593 700 décès –, en raison de l’arrivée à des âges de forte mortalité des générations nombreuses du baby-boom). Chaque jour, ce sont donc en moyenne 1 670 personnes qui décèdent en France. Ce nombre de décès journaliers est plus élevé en hiver (mois de décembre, janvier et février), de l’ordre de 1 830, et plus faible chaque année, entre mai et septembre, aux environs d’un peu plus de 1 500.

      Les variations d’une année sur l’autre peuvent aussi être importantes, en particulier les mois d’hiver, l’effet de la grippe saisonnière étant très différent d’une année sur l’autre, à la fois par son ampleur et par sa durée. Ainsi, le nombre moyen de décès journaliers au mois de janvier a été beaucoup plus important en 2017 que les autres années. S’agissant des décès survenus au mois de février, leur nombre quotidien a été beaucoup plus élevé en 2015 et en 2019. Enfin, l’épisode de grippe hivernale de l’hiver 2017-2018 ayant été particulièrement intense et long, les décès quotidiens ont été beaucoup plus importants en mars 2018 que pour les mois de mars des autres années. Les modélisations de Santé Publique France permettent chaque année d’estimer le surcroît de mortalité observée, notamment en hiver, et le rôle joué par la grippe saisonnière. L’épidémie de grippe hivernale 2018-2019, dont le pic a été atteint début février 2019, a été de durée limitée (8 semaines) mais avec une mortalité élevée, inférieure cependant à l’épidémie de l’hiver précédent (2017-2018) dont la durée avait été exceptionnellement longue. Concernant l’épidémie de grippe hivernale 2019-2020, il n’a pas été observé d’excès de mortalité toutes causes confondues jusqu’au début du mois de mars (cf. Santé Publique France).

      https://insee.fr/fr/information/4470857#tableau-figure1_radio1