• Faire comme si on avait lu Descartes...
    Il y a un moment j’avais écris un article sur le conspirationnisme sur mon blog, dans lequel je mettais en rapport le doute de Descartes en exposant son explication avec le rôle du « malin génie » et l’attitude du conspirationniste. Ce qui pour moi constituait une trouvaille, et a ce moment là je n’avais vu aucun texte pousser ce rapprochement. - Pour résumer l’approche rapidement de mon article, il consistait a dire (sous l’inspiration de Chomsky) que les conspirations était une chose sommes toutes courantes et qu’elles ne constituait pas l’essentiel du problème du pouvoir, mais qu’une toute petite partie quotidienne d’une part, et d’autre part qu’on pouvait distinguer l’hypothèse d’une conspiration, à l’occasion, de l’idée que tout est conspirations (qui là relève réellement d’un conspirationnisme). http://triplebuze.blogspot.fr/2013/01/le-conspirationnisme.html

    Et voila t’y pas qu’un article récent de Slate fait aussi le rapprochement avec Descartes en qualifiant ce doute « d’hyperbolique », mais en faisant comme s’il l’avais lu alors que manifestement non... D’abord parce que l’explication que Descartes apporte sur ce doute, n’est pas dans le discours de la méthode (qui l’emploi en partie, mais ne l’explique pas), mais dans les méditations métaphysiques d’une part (ce que l’auteur ignore visiblement) et d’autre part en avançant que c’est Descartes qui qualifie son doute « d’hyperbolique ». L’auteur de l’article dit carrément :

    Comme quiconque l’a lu le sait, le doute cartésien constitue un moment dans une méthode générale pour se garantir que nous sommes par principe susceptibles d’accéder à la vérité, et c’est précisément pour cela qu’il est radical (« hyperbolique », comme il dit joliment)

    http://www.slate.fr/tribune/77000/conspirationnistes-11-septembre
    ...Alors que ce sont les commentateurs qui l’appelle ainsi, Descartes n’ayant jamais prononcé le mot, mais faisant référence a un malin génie [ genium malignum , dans le texte en latin]...

    Ça m’exaspère ceux qui font comme s’ils avaient lu des classiques pour faire ronflant, et qui disent n’importe quoi ! En plus dans la suite de son article, l’auteur se permet de faire la leçon aux autres...

    #conspiration #complot #imposture #philosophie #Descartes

  • Afis : information scientifique ou manipulation de l’opinion ? Fabrice Flipo

    Une science citoyenne est faite de scientifiques qui s’en tiennent aux faits relevant de leur compétence, est soucieuse d’éclairer les questions que se pose le citoyen-profane qui est seul dépositaire de la souveraineté démocratique, se tient à l’écart des choix collectifs, de même que l’enquête policière qui établit les preuves ne se substitue ni au jury ni au juge. Si les associations apportent des faits crédibles, elle les vérifie. Si les expertises sont biaisées, liées à des conflits d’intérêts ou sont insuffisamment pluralistes, elle le signale et y remédie.

    http://www.rue89.com/2013/08/29/afis-information-scientifique-manipulation-lopinion-245256

    La science permet d’établir des choses vrais, mais il n’est pas dit que ces choses vrais soit systématiquement bonne. Il n’y a pas « un vrai », « un fait », il y a des ensembles de vrais et de faits qui seront découvert selon une perspective que l’on parcours.

    J’avais déjà aussi critiqué sur mon blog l’avis de l’Afis sur les critique politique de l’organisation des sciences. En tant que Sceptique, je me reconnais dans les critiques sur les croyances au paranormal, mais dès que l’Afis parlent de politique, en général ça tourne au vinaigre. http://triplebuze.blogspot.fr/2013/04/des-scientifiques-sans-responsabilites.html
    Le problème évident c’est qu’elle croit faire le ménage de l’influence politique en balançant les associations or du champs scientifiques... mais sans jamais critiquer la manière politique dont sont distribué les budgets en science. Organisant ce que j’appelle des moratoires invisibles , ou certaines sciences ne sont pas faites parce que tout l’argent va dans les nanotech où d’autres perspectives qui sont présentés avec des possibles résultats pour le développement de techniques qui rapporterons des ventes et de la croissance.
    Le « pire », c’est que ce mécanisme corrompt des scientifiques qui andossent alors le role de voyant ou de politique au service du capitalisme, en rajoutant dans leur recherche de budget « développement durable », « nanotechnologie », « médecine », « sécurité »....

    • http://triplebuze.blogspot.fr/2013/04/des-scientifiques-sans-responsabilites.html
      1) Comme d’habitude, il y a des camps en guerre. L’expression :

      Je suis toujours étonné de la naïveté des scientifiques et de ses défenseurs vis-a-vis des questions politiques

      l’évoque clairement. Est ce nécessaire d’opposer le camp des scientifiques et celui des autres ? Ne peut on pas envisager de considérer la science comme un bien commun et ses contempteurs comme des égarés ?

      2) Les questions abordées (décision d’allocation des budgets, problème des brevets,financement des chercheurs) sont réelles, elles ne sont pas à proprement parler
      scientifiques, mais plutôt politiques, et sont abordées par des scientifiques et des
      politiques, voire des citoyens.

      3) Pour ce qui concerne les scientifiques, il est clair par contre que leurs travaux montrent que :
      – l’utilisation des OGM ne constitue nulle part un problème de santé publique, et les
      inconvénients qu’on leur trouve (monopole étranger du à l’interdiction nationale des recherches sur les sujet, risques potentiel lié à l’inconnu qu’on ne cherche pas à réduire) ne concernent pas la santé en général.
      – l’utilisation des téléphones portables ne pose pas de problèmes de santé publique et les inconvénients qu’on leur trouve (nuisances sonores dans le métro, addiction à la pornographie) ne concernent pas la santé en général.

      Ce sont donc des débats distincts..

    • Heu « naïveté », ça signifie guerre maintenant ? La guerre pour moi c’est un truc total dans lequel on est pris. La on parle d’allocation budgétaire.
      Sinon je suis d’accord avec ton 2. J’ai pas l’impression d’avoir écrit autre chose.
      Quand au 3, j’ai jamais dit le contraire, si j’utilise peu le portable et que je suis contre les OGM, ce ne sont pas pour des questions sanitaires, mais d’impact sociaux et politique. J’ai tjs tenu cette position.

  • "Parler en langue"

    En gros, dans une assemblée de croyants, soudainement une personne ou plusieurs se mettent a « parler » dans qq.chose qui ressemble plus ou moins a une langue, mais que personne ne comprend.
    [...] Pour la comprendre a mon avis, il faut la replacer dans le cadre général d’une croyance institutionnelle qui est en perte de vitesse, et d’adhérent, vis a vis d’autres croyances concurrentes, plus ou moins instituées. Cette nouvelle pratique apparu au début du siècle aux États-Unis, viendrait apporter « un plus », un élément qui peu trouver de l’intérêt chez des adeptes et qui permettent de les fidéliser au lieu qu’ils aillent voir ailleurs.
    L’auto-persuasion fonctionne parce que elle permet de se sentir dans un groupe, et qu’elle correspond tout de même dans un cadre général de croyance dans laquelle elle prend sens.

    http://triplebuze.blogspot.fr/2013/08/parler-en-langue.html
    #religion #scepticisme

  • http://triplebuze.blogspot.fr/2013/05/manifestation-contre-les-homophobes-et.html

    La vision de la presse sur la manifestation contre les homophobes et les cathos intégristes d’hier soir a Montpellier.
    http://languedoc-roussillon.france3.fr/2013/05/15/face-face-entre-catholiques-anti-mariage-gay-et-anarchi
    Ils insistent étrangement sur notre caractère « anarchiste » qu’ils séparent bien de « la gauche ». A mon avis histoire de faire croire a une position neutre qui se situerai entre deux extrêmes.
    Dans la réalité, les passants nous ont rejoins. Pour certain.e.s ils découvraient ce que faisaient les veilleurs, et on tout de suite préféré être solidaire de notre action et chanter avec nous.
    Fascistes, intégristes ; Hors de nos vie ! Hors de nos rue !
    Nous avons choisis de faire un départ collectif. Pour éviter l’attaque par les gens de la ligue du midi, qui lors de la précédente action des veilleurs était venu frappé un jeune des JC dans un bar (il n’était pas parti collectivement).

    Nous avions aussi un tract, que nous avons distribué :

    « Intégriste, tu t’installes pas, tu pries chez toi ! »
    Voilà déjà désormais quelques semaines qu’en parallèle de la mobilisation homophobe contre le « mariage pour tous » s’est développé un mouvement national de prières de rue : « les veilleurs ». Sous prétexte de « défendre le droit des enfants à avoir un père et une mère », on assiste surtout à des manifestations de catholiques intégristes au sein même de l’espace public avec prêtres, soutanes, bougies... Bien étonnant quand on sait que ce sont les mêmes personnes qui critiquent violemment et ouvertement les prières de rue des personnes de confession musulmane (alors que dans le dernier cas, ce n’est pas de la provocation mais uniquement lorsqu’il n’y a plus de place dans les lieux de culte) !! Ces gens-là n’ont aucun droit supérieur à pouvoir prier au sein de l’espace public, qu’ils retournent dans leurs lieux de culte et cesse leurs attaques contre l’égalité !

    Le mouvement des veilleurs fait également le lit au développement de groupuscules identitaires, nationalistes, fascistes qui profitent de cette occasion pour réaffirmer leur volonté d’imposer par la force leurs idées d’une France ou d’une région « purifiée » qui sous couverts de tradition et de nostalgie, veulent propager l’intolérance, le racisme, ou imposer leur religion. Loin du pacifisme de façade, rappelons des faits : A Montpellier le 30 avril, un militant d’une organisation de jeunesse a été sauvagement agressé dans un restaurant du centre-ville, à la suite d’un rassemblement contre une prière de rue, par un des participants au mouvement des Veilleurs, en l’occurrence un membre de l’organisation d’extrême-droite La Ligue du Midi. De manière plus générale, ce sont également les mêmes (ou complices) qui participent aux mouvements pro-vie contre le droit à l’avortement ou qui cautionnent les agressions violentes et récentes (ou non) contre les LGBT (Lesbienne, Gay, Bisexuel—le, Transexuel-le) dans la rue, les bars...

    Laisser développer les mouvements intégristes religieux, c’est laisser développer un ordre conservateur, qui supprime des libertés et des droits fondamentaux, que peu d’entre nous voulons finalement. Face à ce mouvement obscurantiste qui prend de l’ampleur, s’installe dans l’espace public pour imposer son intégrisme religieux, organisons-nous pour réaffirmer haut et fort...

    « Intégriste, tu t’installes pas, tu pries chez toi ! »
    Collectif Antifasciste 34 : antifa34[at]riseup.net

  • Des scientifiques sans responsabilités

    Je suis toujours étonné de la naïveté des scientifiques et de ses défenseurs vis-a-vis des questions politiques. Parfois je me demande dans quelle mesure cela pourrait relever d’une stratégie visant a se maintenir propre, tout en participants ou validant certaines politiques (une tactique que l’extrême droite, elle, exploite clairement).
    Par ce billet je n’entends pas pour autant défendre ce projet de « science citoyenne » (et c’est quoi un citoyen si ce n’est un participant au nationalisme du pays ou il se trouve, c’est-à-dire en fait un idiot de patriote) dont j’ignore tout par ailleurs, mais bien critiquer une soit-disante innocence de scientifique et d’une science « neutre ».

    http://triplebuze.blogspot.fr/2013/04/des-scientifiques-sans-responsabilites.html

    • Avec notamment le partage (#pdf) d’une intervention d’Alexandre #Grothendieck en décembre 1970
      http://www.mediafire.com/view/?wy7q7ycyyy9qrm9

      Il est assez peu courant que des #scientifiques se posent la question du rôle de leur science dans la société. J’ai même l’impression très nette que plus ils sont haut situés dans la hiérarchie sociale, et plus par conséquent ils se sont identifiés à l’establishment, ou moins ils sont contents de leur sort, moins ils ont tendance à remettre en question cette religion qui nous a été inculquée dès les bancs de l’école primaire : toute connaissance scientifique est bonne, quel que soit son contexte ; tout #progrès technique est bon. Et comme corollaire : la recherche scientifique est toujours bonne. Aussi les scientifiques, y compris les plus prestigieux, ont-ils généralement une connaissance de leur science exclusivement « de l’intérieur », plus éventuellement une connaissance de certains rapports administratifs de leur science avec le reste du monde. Se poser une question comme : la science actuelle en général, ou mes recherches en particulier, sont elles utiles, neutres ou nuisibles à l’ensemble des hommes ? Cela n’arrive pratiquement jamais, la réponse étant considérée comme évidente, par les habitudes de pensée enracinées depuis l’enfance et léguées depuis des siècles. Pour ceux d’entre nous qui sommes des enseignants, la question de la finalité de l’enseignement, ou même simplement celle de son adaptation aux débouchés, est tout aussi rarement posée.

      #éthique

    • Merci à toi pour le texte initial : c’est un sujet dont on parle trop peu et qui est au coeur de ce mythe délétère du « progrès » qu’on nous serine depuis maintenant quoi, un siècle ?

      C’est-à-dire qu’il ne s’agit pas de quelques scientifiques à l’âme diabolique, mais bien de la contribution courante, impensée, mécanique et microscopique à ce « progrès », avec enthousiasme et je dirais même, souvent, une certaine naïveté - ou plus précisément : le goût de la découverte, cette euphorie-là, l’emporte sur toute considération éthique.

  • Le #conspirationnisme : danger et impasse d’une critique sociale - Coordination des Groupes Anarchistes
    http://www.c-g-a.org/?q=content/le-conspirationnisme-danger-et-impasse-dune-critique-sociale

    Les théories conspirationnistes sont de retour, notamment sur Internet. Il faut constater que les sites et vidéos de théorie du complot fleurissent sur internet et ont de l’écho. Même si les théories du complot ont toujours existé, elles ont su s’adapter à ce nouveau média et toucher une population assez large. Il n’est plus rare de constater les relents « conspi » de certains discours en manifestation. Même à Saint-Imier, aux rencontres internationales anarchistes, quelques personnes faisaient part de leur volonté de parler du groupe de Bilderberg ou de la commission trilatérale, comme « LE » sujet dont il faut parler, dépassant en importance tous les autres. Dans le rap français aussi, on trouve des textes reprenant pleinement les thèses conspirationnistes : par exemple Rockin’ Squat (ancien membre du groupe Assassin) et Keny Arkana, deux artistes renommé·e·s et politisé·e·s, qui n’ont pas hésité à « dénoncer » les Illuminati, groupe secret qui comploterait pour dominer le monde. Les théories du complot sont souvent associées à l’antisémitisme, le racisme et la haine de l’autre, on imagine une sorte de fantasme qui permet de justifier un État fort, autoritaire, fasciste pour s’attaquer à un bouc émissaire. Historiquement les succès des théories du complot ont toujours permis l’expansion des thèses d’extrême-droite et pourtant, ceux et celles qui portent ce discours ne sont pas toujours de mauvaise foi. C’est pourquoi il nous parait important de réagir, de proposer un discours politique sur ce sujet afin de mettre en garde contre cette façon de raisonner. Il faut pour cela connaître et identifier ce type de propos et ensuite analyser les pièges dans lesquels il ne faut pas tomber.

    @bug_in