/events

  • CLX participe au Forum des Associations et du Bénévolat 2021, Lille
    https://www.facebook.com/events/385351839676484

    A vos agendas !! La MDA de Lille organise le 2 octobre prochain le Forum des associations et du bénévolat au Grand Sud.

    Ce Forum est une formidable occasion pour venir découvrir le large panel associatif qui existe à Lille, Hellemmes et Lomme.

    Ouvert à tous, l’événement est un excellent moyen de trouver une association dans laquelle s’engager, trouver une nouvelle activité pour l’année ou encore proposer ses services en qualité de bénévole.

    Entrée gratuite !

    AU PROGRAMME :

    – Plus de 150 stands associatifs
    – Des initiations
    – Des démonstrations
    – Des tables rondes
    – Une exposition d’artiste
    – Restauration sur place avec Graine de Toast et la La Roue Libre

  • Zaclay | Les Soulèvements de la Terre
    https://topophile.net/rendez-vous/zaclay-les-soulevements-de-la-terre

    LES 3 ET 4 JUILLET, RETROUVONS NOUS SUR LES TERRES DE SACLAY ! Pour marquer la fin de la saison 1 des Soulèvements de la Terre et de la semaine d’action Grand Péril Express (https://lessoulevementsdelaterre.org/blog/grandperilexpress) en Ile-de-France, un rassemblement est organisé à Zaclay (lien vers lévènement : https://www.facebook.com/events/335268771501209 ) les 3 et 4 juillet. C’est... Voir l’article

  • 24.06.21, Paris : ciné-débat « Un pays qui se tient sage » avec Arié Alimi
    http://www.davduf.net/4-projection-debat-un-pays-qui-se-tient-sage-de

    Une soirée LDH Paris/L’observatoire parisien des libertés publiques. La projection du film au 7 Parnassiens sera suivie d’une rencontre avec David Dufresne et #Arié_Alimi, avocat, membre de la Ligue des droits de l’Homme. Lieu : Les 7 Parnassiens Horaire : 20h Événement Facebook : https://www.facebook.com/events/331709095150223 L’observatoire parisien des libertés publiques

    https://site.ldh-france.org/paris/observatoires-pratiques-policieres-de-ldh Le mot du distributeur : « Alors que (...) #Agenda

    / Arié Alimi

  • #NECROPOLIS di #Arkadi_Zaides


    https://www.facebook.com/events/539434414128705

    Au plus près du réel, la pratique artistique d’Arkadi Zaides mêle inséparablement expérience chorégraphique et conscience politique pour susciter une réflexion critique sur l’état du monde à travers des projets aussi originaux que stimulants. Citons par exemple le solo Archive, dans lequel le conflit israélo-palestinien est mis en scène et en perspective avec acuité. Sa nouvelle pièce, NECROPOLIS,
    présentée en création à Montpellier Danse, se fonde sur une liste établie par la plateforme européenne
    UNITED for Intercultural Action afin de recenser les migrant(e)s mort(e)s en essayant d’atteindre l’Europe. Débutée en 1993 et régulièrement actualisée, elle dénombre déjà plus de 40 500 personnes disparues, en grande majorité non identifiées.
    Suite à la découverte de cette liste macabre, Arkadi Zaides et son équipe ont effectué un long travail de recherche dans l’optique d’une traduction scénique. Imbrication très dynamique de matériaux documentaires et d’éléments chorégraphiques, NECROPOLIS délivre une palpitante enquête sensible qui s’attache à inscrire des événements isolés dans un contexte géopolitique global et à saisir toutes les dimensions de la situation. Peu à peu, reliant entre eux les lieux où se trouvent les #corps des migrant(e)s mort(e)s, se dessine sous nos yeux un territoire fictif : Necropolis ou la cité des morts. Virtuel, il apparaît de plus en plus tangible au cours de la représentation. Conférant une présence ardente à ces fantômes qui nous hantent et leur offrant – enfin – un refuge, la pièce place les vivants aux côtés des morts ainsi que face à leurs propres responsabilités.

    https://www.montpellierdanse.com/spectacle/necropolis-2-2

    Teaser :
    https://vimeo.com/395979112

    #art #art_et_politique #mourir_aux_frontières #frontières #morts #décès #migrations #asile #réfugiés #danse #chorégraphie

    ping @karine4 @isskein @reka

  • Les Jeux olympiques ouvrent la voie aux technologies sécuritaires (Reporterre.net)
    https://www.crashdebug.fr/les-jeux-olympiques-ouvrent-la-voie-aux-technologies-securitaires-reporte

    Les Jeux olympiques de Paris 2024 ont prévu l’usage d’une débauche de technologies sécuritaires. Mais qui ont besoin d’être légalisées. C’est ce que commence à faire la proposition de loi sécurité globale, examinée par les sénateurs à partir de ce mardi 16 mars. Autant de mesures susceptibles de porter atteinte aux libertés publiques et à la vie privée, dénoncent ses détracteurs.

    Accéder à un lieu sécurisé après un simple scan de votre visage. Filmer avec des drones le moindre recoin d’espace public. Anticiper tout incident grâce à l’analyse du comportement de la foule. Voici quelques-unes des technologies sécuritaires en passe d’être utilisées à grande échelle à l’occasion des Jeux olympiques de Paris 2024. Et auxquelles la proposition de loi Sécurité globale, déjà adoptée par les députés, et discutée par les (...)

    https://www.senat.fr/dossier-legislatif/ppl20-150.html
    https://www.ouest-france.fr/societe/securite/le-texte-de-loi-securite-globale-arrive-au-senat-dans-un-climat-toujour
    https://www.laquadrature.net/2020/12/22/interdiction-des-drones-victoire-totale-contre-le-gouvernement
    https://anr.fr/fr/detail/call/appel-a-projets-flash-securite-des-jeux-olympiques-et-paralympiques-de-paris-2024/#
    https://www.laprovence.com/article/edition-marseille/5878758/une-armee-de-drones-pour-proteger-les-jo-a-marseille.html
    https://sd-magazine.com/grands-evenements/la-securite-des-jeux-olympiques-et-paralympiques-de-paris-2024
    https://www.aefinfo.fr/depeche/617169-jeux-olympiques-de-paris-2024-nous-souhaitons-pouvoir-utiliser-des-te
    https://www.lesechos.fr/tech-medias/intelligence-artificielle/la-reconnaissance-faciale-debarquera-aux-jo-2020-de-tokyo-136296
    https://www.lebigdata.fr/reconnaissance-faciale-contre-le-coronavirus-aux-jo-de-tokyo
    https://www.franceinter.fr/reconnaissance-faciale-officiellement-interdite-elle-se-met-peu-a-peu-en
    https://www.lemonde.fr/sport/article/2020/12/17/jo-de-paris-2024-un-projet-renforce-et-un-nouveau-budget-en-tres-legere-haus
    https://www.lesechos.fr/2005/06/13082004-jo-dathenes-les-plus-couteux-de-lhistoire-626684
    https://www.courrierinternational.com/article/2008/07/31/des-jeux-sous-haute-surveillance
    https://www.armand-colin.com/vous-etes-filmes-enquete-sur-le-bluff-de-la-videosurveillance-97822006
    https://www.interieur.gouv.fr/Actualites/L-actu-du-Ministere/Livre-blanc-de-la-securite-interieure
    https://www.defenseurdesdroits.fr/fr/communique-de-presse/2020/11/proposition-de-loi-securite-globale-lalerte-de-la-defenseure-des-
    https://stoploisecuriteglobale.fr
    https://twitter.com/search?q=%23Lois%C3%A9curit%C3%A9globale&src=typed_query
    https://twitter.com/search?q=%23StopLoiS%C3%A9curit%C3%A9Globale&src=typed_query
    https://www.facebook.com/events/1631303940402206


    https://pixabay.com/fr/illustrations/plat-reconnaissance-soin-du-visage-3252983

  • Winter Edition Line-Up !
    https://www.mydylarama.org.uk/Winter-Edition-Line-Up

    The #EFN #Short film #Festival winter edition is nearly upon us! Given the roaring success of the last few live-streamed events, the team is once more adopting their winning formula and showing carefully curated early shorts from first time and emerging directors. Once more, two prizes are up for grabs: the audience award and the critics’ prize. Judges this time around are Mydy’s [Abla Kandalaft->https://www.ablakandalaft.com, Genesis Cinema’s [Christina (...) EFN

    / Festival, Short

    https://www.ablakandalaft.com
    https://www.linkedin.com/in/christina-papasotiriou-86917a101
    https://www.linkedin.com/in/molly-cowderoy-29871a4a
    https://www.efnfestival.org/tickets
    https://www.facebook.com/events/462361325168549

  • (néo-)municipalisme et humanisme

    Message aux seenthisien·nes...

    Je vais animer un atelier avec des étudiant·es de master en urbanisme autour du #municipalisme et de l’#humanisme...

    Un thème qui est relativement nouveau pour moi...

    Je suis donc preneuse de vos suggestions, surtout bibliographiques sur ce thème...

    J’ai déjà quelques éléments, mais je suis sure que votre bibliothèque est plus riche que la mienne :-)

    #néo-municipalisme #ressources_pédagogiques #municipalisme

    • Tout dépend quelle tradition du municipalisme : liberal, libertaire, socialiste, communalisme ou inter-municipalisme ? cf https://m.uneseuleplanete.org/Qu-est-ce-que-le-municipalisme. D’un point de vue historique "Municipalités de tous pays, unissez vous ! L’Union Internationale des Villes ou l’Internationale municipale(1913-1940),
      Renaud Payre, Pierre-Yves Saunier : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00002762/document

    • Ok ! Je me suis permis de le préciser car comme le municipalisme a eu tendance à devenir un nouveau buzzword, on oublie parfois que ces stratégies politiques ont eu longues histoires qui ne se résume pas à la pensée de Murray Bookchin (même si sa pensée continue de beaucoup nous inspirer) !

    • @monolecte ça sera sous forme d’atelier, et pas de cours... mais il devrait y avoir un temps fort de présentation/discussion organisé par les étudiant·es lors de la Biennale des villes en transition (premier weekend d’avril, à Grenoble et distanciel) :-)

    • Du coup, en train de lire...

      Guide du municipalisme. Pour une ville citoyenne, apaisée, ouverte

      De plus en plus, nos villes sont devenues le lieu où sévissent la spéculation, les exclusions de toutes sortes et la ségrégation sociale. Pourtant, de l’Espagne aux États-Unis et à l’Afrique du Sud, en passant par le Chili, le Rojava syrien, la Serbie, la Pologne ou la France, des groupes renversent cette logique et inventent une nouvelle manière de vivre ensemble. Ce mouvement de démocratie radicale, qui s’ancre au niveau local mais se connecte au monde, place les citoyens au centre des décisions publiques et de la sauvegarde de l’intérêt général. Il réintroduit la démocratie directe en s’appuyant sur des valeurs sociales, féministes, écologiques et solidaires pour ouvrir le champ politique et en faire un espace d’émancipation et de transformation.

      Le municipalisme s’impose comme une alternative politique aux traditionnelles formes d’organisation et de pouvoir fondées sur la verticalité, la centralisation et le patriarcat. Ce guide est le fruit de la collaboration de plus de 140 maires, conseillers municipaux et militants du monde entier, tous investis dans le mouvement municipaliste mondial.

      Coordonné par la Commission internationale de Barcelona En Comú, il présente :

      – les bases théoriques du municipalisme et le rôle qu’il peut jouer, notamment dans la féminisation de la politique et la lutte contre l’extrême droite  ;

      – les outils pour préparer une candidature municipaliste, développer un programme participatif, rédiger un code éthique ou financer une campagne politique  ;

      – des exemples de politiques de transformation mises en œuvre dans des municipalités du monde entier en matière de logement, d’espace public ou de démocratie participative  ;

      – un répertoire des 50 principales plateformes municipales dans le monde.

      https://www.eclm.fr/livre/guide-du-municipalisme

    • POLICY ROUNDTABLE 17 RADICAL DEMOCRACY IN THE CITY COUNCIL

      Debate on the challenges, limits and opportunities of participatory procedures to develop real democracy at the local level.

      Speakers

      Elvira Vallés, Zaragoza City Council
      Bernardo Gutiérrez, MediaLab Prado, Madrid
      Gala Pin, Councilor for Participation and Districts, Barcelona City Council
      Brad Lander, Deputy Leader for Policy, New York City Council
      Áurea Carolina de Freitas, Councilor, Belo Horizonte City Council

      http://2017.fearlesscities.com/radical-democracy-in-the-city-council

      https://www.youtube.com/watch?v=xm7xOTsKpK8&feature=youtu.be

      #démocratie_radicale

    • Un #MOOC sur le municipalisme
      https://nos-communes.fr/actualites/mooc-sur-le-municipalisme

      Quelques captures d’écran :

      #Jonathan_Durand_Folco :

      « Dans [le] contexte [actuel] de crises et de revendications, c’est comme si il y avait une intuition qui est le fait que pour reconstruire la démocratie, on devait commencer à se réapproprier l’#espace_public comme tel et par la suite non seulement occuper des #places mais aussi à occuper les institutions. On pourrait dire que le relai organique de ces mouvements par la suite sera d’aller voir au plus près des conseils municipaux pour essayer de transformer les institutions de l’intérieur. Pour essayer de non seulement gouverner autrement, mais de pouvoir s’auto-gouverner et avec un certain relai revendications pour essayer de changer les choses par la suite »

      #Corinne_Morel_Darleux sur les limites du niveau local :

      « La #proximité dans un village ou dans une petite ville notamment est aussi source de #conflits, de #promiscuité, elle est aussi source de blocages politiques. Il faut les prendre en compte et ne pas sacraliser le local »

      #Magali_Fricaudet : Municipalisme et droit à la ville

      Les 4 caractéristiques du municipalisme :
      – la #radicalité_démocratique —> « comment est-ce qu’on gouverne en obéissant », comment est-ce qu’on applique la #démocratie_directe des #assemblées, mais aussi des mécanismes de contrôle de l’exercice du pouvoir, soutenir l’#expertise_citoyenne, travailler sur un #code_éthique des élus pour contrôler leur mandat
      – la #féminisation de la politique —> féminiser la politique c’est aussi changer l’approche de la politique et remettre en cause, par la pratique, le #patriarcat et ses valeurs (#compétitivité, exercice d’un #pouvoir basé sur le culture du chef et l’#autorité), c’est faire de la politique en écoutant
      – la #transition_écologique (#relocalisation_de_l'économie, les #remunicipalisations), comment changer le #paradigme_économique à partir du #local, contribution à la relocalisation, encourager l’#agriculture_urbaine et la gestion des #biens_communs
      – les #droits et les droits dans leur #universalité —> c’est la question des #migrants, quand on parle de #droits_universels on parle de #droits_pour_tous. Référence au #document_local_d'identité qui donne droit à toustes aux #droits_essentiels, aux équipements publics
      #universalité_des_droits —> « on gouverne pour les gens et par les droits ». Il s’agit de partir des droits et pas de la « machine qui prend en charge les gens »

    • "Collectivités locales, reprendre la main, c’est possible !"

      Le nouveau rapport de l’AITEC « Collectivités locales, reprendre la main, c’est possible ! Politiques publiques de #transition démocratique et écologique : #résistances et #alternatives locales à la libéralisation » se fonde sur une enquête approfondie menée en 2017 auprès d’élu-e-s, d’agents territoriaux, et d’acteur-trice-s du monde associatif. Il met en avant des politiques publiques locales alternatives, plus démocratiques, plus justes et plus durables, à rebours de la libéralisation des marchés, du tout-privé et d’une économie hors-sol.

      L’aspiration modeste est de dresser un paysage non exhaustif des contraintes réglementaires que rencontrent les collectivités locales progressistes pour porter des politiques publiques locales de transition démocratique et écologique. Ce rapport propose des pistes pour saisir les opportunités permettant de créer un “écosystème” d’alternatives afin de renouveler ou inventer des formes de gouvernance locale plus démocratiques, justes et durables.

      Les politiques néolibérales d’austérité et de libéralisation des échanges commerciaux et financiers ont poussé dans le sens d’une transposition des règles du marché dans la sphère publique. Elles placent les grandes entreprises, souvent transnationales et fortes de moyens techniques et financiers importants, en partenaires idéaux des pouvoirs publics. Ces politiques participent de l’assèchement des systèmes de solidarités publics et de l’asphyxie de l’économie de proximité : remise en cause de l’universalité des services publics, difficultés de relocalisation de l’économie, gestion comptable déshumanisée des politiques publiques, etc. Elles étouffent les possibilités de développer les politiques nécessaires pour répondre aux défis sociaux et environnementaux auxquels nous faisons face localement et globalement.

      Pour autant, ces contraintes n’éliment pas la motivation de certaines collectivités à faire émerger tout un panel de solutions pour contre-carrer les ambitions de lucrativité et d’accaparement portées par les tenants de la doxa néolibérale. Trois entrées d’alternatives ont pu être identifiées :

      1. Premièrement, il s’agit de (re)démocratiser des services publics : remunicipaliser les services publics, investir dans des sociétés coopératives d’intérêt général (SCIC), ne pas s’enfermer dans des contrats de partenariats publics-privés etc. Cela permet de pouvoir garder la main publique sur les services et donc le contrôle des dépenses et des orientations, d’inclure les citoyen-ne-s dans les processus de contrôle et de décision, et d’orienter les (ré)investissements pour l’amélioration et l’accessibilité du service ;

      2. Deuxièmement, il s’agit d’aller vers une commande publique responsable : privilégier les achats publics locaux en prenant en compte les notions de cycle de vie ou de circuit-court, bien connaître l’offre territoriale pour adapter la demande publique aux capacités des TPE/PME et entreprises de l’économie sociale et solidaire (ESS), etc. Cela permet de prendre en compte l’impact social et environnemental de l’achat public tout en relocalisant l’économie et en soutenant les acteurs socio-économiques locaux ;

      3. Troisièmement, il s’agit de travailler avec et pour le tissu socio-économique du territoire : structurer l’offre des acteur-trice-s économiques locaux (familiaux, artisanaux, agricoles ou éthiques), faciliter l’accès au foncier et aux équipements publics pour les acteur-trice-s de l’ESS, soutenir des initiatives de coopératives citoyennes (d’habitant-e-s, d’énergies renouvelables, etc.), etc. Cela renforce l’offre locale face aux grands groupes, tout en allant vers une (re)démocratisation des rapports socio-économiques locaux.

      https://aitec.reseau-ipam.org/spip.php?article1663

      #rapport #AITEC

    • Le « municipalisme libertaire » de Bookchin : un chemin vers la reconquête démocratique ?

      Débat entre #Pinar_Selek, sociologue et militante féministe, et #Aurélien_Bernier, essayiste et défenseur de la démondialisation. Tous deux discutent des thèses de Murray Bookchin concernant le « #communalisme », et des expériences qu’elle nourrissent.

      Citation de Bookchin pour commencer le débat :

      https://www.youtube.com/watch?v=ejksnPBJVtU

    • Agir ici et maintenant. Penser l’#écologie_sociale de Murray Bookchin

      L’effondrement qui vient n’est pas seulement celui des humains et de leur milieu, mais bien celui du capitalisme par nature prédateur et sans limites. Historiquement désencastré du social et nourri par l’exploitation et la marchandisation des personnes, il étend désormais son emprise sur toute la planète et sur tous les domaines du vivant. C’est en se désengageant d’un constat fataliste et culpabilisant que nous retrouverons une puissance d’agir ici et maintenant. Quoi de mieux, pour cela, que de relire Murray Bookchin et d’appréhender toutes les expérimentations et pratiques qui se développent après lui, aujourd’hui, autour de nous ?

      Floréal M. Romero dresse ici le portrait du fondateur de l’écologie sociale et du municipalisme libertaire. Il retrace son histoire, son cheminement critique et politique. De l’Espagne au Rojava, en passant par le Chiapas, l’auteur propose, à partir d’exemples concrets, des manières d’élaborer la convergence des luttes et des alternatives pour faire germer un nouvel imaginaire comme puissance anonyme et collective.

      Essai autant que manifeste, ce livre est une analyse personnelle et singulière de la pensée de Bookchin qui trouve une résonance bien au-delà de l’expérience de l’auteur. Il apporte des conseils pratiques pour sortir du capitalisme et ne pas se résigner face à l’effondrement qui vient.

      https://www.editionsducommun.org/products/agir-ici-et-maintenant-floreal-m-romero

    • L’illusion localiste. L’arnaque de la décentralisation dans un monde globalisé

      Rapprocher le pouvoir du citoyen , instaurer la « démocratie participative, soutenir le développement territorial et l’économie « de proximité…

      A l’approche des élections municipales, on assiste à une surenchère des mots d’ordre localistes et décentralisateurs. On les retrouve dans tous les discours politiques, de la gauche à l’extrème-droite en passant par la droite et les socio-démocrates.

      La participation des habitants et les promesses de changement « par en bas » sont dans tous les programmes. Les démarches et les listes « citoyennes », plus ou moins instrumentalisées par les partis traditionnels, se multiplient. Même le président de la République s’affiche localiste : en réponse à la crise de « Gilets jaunes », il promet une nouvelle phase de décentralisation pour la deuxième moitié de son mandat. A en croire nos élites, c’est donc par l’action municipale ou régionale que les problèmes économiques, sociaux, environnementaux ou démocratiques pourraient être résolus...

      Ce livre s’attache à déconstruire ce mensonge. Car la mondialisation, elle, ne rapproche pas le pouvoir du citoyen, mais l’éloigne considérablement. Les décisions économiques sont concentrées aux mains des grandes firmes et de leurs actionnaires, et s’imposent aux peuples par delà les principes démocratiques. Les droits sociaux sont en régression permanente à cause de la concurrence internationale. Et la classe politique n’en finit plus de se discréditer en obéissant aux injonctions des marchés.

      La « mondialisation heureuse » ayant fait long feu, c’est le « localisme heureux » qu’à présent on cherche à nous vendre. Le terroir et les circuits courts pour compenser les ravages de la mondialisation. Le régionalisme pour masquer le désengagement de l’État, la destruction ou la privatisation des services publics.

      Cette « illusion localiste » doit être dénoncée. Non pas que l’action de proximité soit négligeable, car s’engager dans la vie locale est tout à fait nécessaire. Mais pour sortir du piège de la mondialisation, cela ne suffit pas. Plutôt que d’opposer l’action locale et celle de l’État, mieux vaudrait les articuler.

      http://www.editions-utopia.org/2019/11/04/lillusion-localiste

    • Un séminaire en ligne (et en italien) avec #Iolanda_Bianchi, qui a écrit une thèse de doctorat sur Barcelone:

      Città, beni comuni, partecipazione: Esiste il modello Barcellona? Seminario online di formazione con Iolanda Bianchi

      PRESENTAZIONE
      Barcellona è stata al centro delle mobilitazioni popolari contro le politiche di austerità che si svilupparono in Spagna a partire dal 2011 (il cosiddetto movimento degli indignados - M-15). Nel 2015 fu eletta al governo della città una coalizione civica «Barcelona en comú» guidata da Ada Colau, un’attivista per il diritto all’abitare. Da allora il governo locale si è impegnato a mettere in campo politiche volte a correggere le distorsioni dello sviluppo urbano di segno neoliberale, sui temi della regolamentazione degli alloggi turistici (a partire dal piano PEUAT del 2017), della vivibilità dello spazio pubblico (la pedonalizzazione di isolati urbani, i cosiddetti «superblocchi» o «supermanzanas»), della gestione dei beni comuni. Queste iniziative sono state segnate da successi come da fallimenti. Alla luce di questa esperienza, in questo seminario discutiamo del cosiddetto «modello Barcellona» di neo-municipalismo, in connessione con le esperienze italiane di campagne per il diritto alla città e all’abitare in cui noi in prima persona siamo stati coinvolti in questi anni.

      IOLANDA BIANCHI è una studiosa di processi politici in una dimensione urbana. Ha conseguito il dottorato di ricerca in urbanistica e politiche pubbliche presso l’Università Autonoma di Barcellona e l’Istituto Universitario di Architettura di Venezia. La sua ricerca si focalizza sulle forme alternative di soddisfacimento dei bisogni e dei diritti primari alla scala urbana, osservate dal punto di vista delle collaborazioni tra società civile e istituzioni pubbliche. Attualmente è ricercatrice post-dottorato «Juan de la Cierva» presso l’IGOP, l’Istituto di Governo e Politica Pubblica dell’Università Autonoma di Barcellona. E’ autrice di numerosi articoli scientifici in riviste internazionali e italiane.

      https://www.facebook.com/events/409241853637821

    • Hello,

      La Fondation Roi Baudouin a initié pas mal de travaux, réflexions, projets visant à développer au niveau communal des analyses et/ou des projets qu’on pourrait qualifier « d’inspiré.e.s par un certain humanisme ». Je discerne un lien avec les études en urbanisme et je trouve (un peu « vite fait »...) par exemple 2 documents qui me semble potentiellement inscrits dans la liaison entre les thématiques Commune/Humanisme/Urbanisme (mais les « ismes », dont le municipal, sont sous-jacents, non spécifiquement étudiés). Cela pourrait être utile par exemple comme fond documentaire pour un tel atelier ? ;-)

      – La pauvreté des enfants au niveau local : cartographie communale
      https://www.kbs-frb.be/fr/cartographie_pauvreteinfantile
      – Communes Alzheimer Admis – Un guide pour vous inspirer
      https://www.kbs-frb.be/fr/Virtual-Library/2011/295136

  • #Valence 5 décembre : Rassemblement unitaire pour nos droits, nos libertés et notre dignité
    https://ricochets.cc/Valence-5-decembre-Rassemblement-unitaire-pour-nos-droits-nos-libertes-et-

    Rassemblement unitaire pour nos droits, nos libertés et notre dignité RDV Samedi 5 décembre de 14h30, VALENCE, fontaine monumentale Dans la lignée du aassemblement unitaire du 28 Novembre pour la défense de nos droits et nos libertés, nous appelons à une nouvelle manifestation ce samedi 5 décembre. Cet appel est élargi à une marche pour le droit de tou·te·s à vivre dignement. Il s’inscrit dans un appel national à lutter contre la précarité, la pauvreté et la réforme de l’assurance chômage. L’inique loi (...) #Les_Articles

    / Valence

    https://www.facebook.com/events/193750802366758

  • Plusieurs milliers de personnes dans la rue contre la loi de sécurité globale (Reporterre)
    https://www.crashdebug.fr/plusieurs-milliers-de-personnes-dans-la-rue-contre-la-loi-de-securite-glo

    J’ai vu sur twitter des manifs un peut partout en France, et avec beaucoup de monde, aussi Bravo à toutes et à tous, vous avez compris les risques majeurs de cette loi. Et il n’est pas question simplement de pouvoir filmer les policiers, lisez cet article pour comprendre.

    Le rendez-vous parisien était fixé mardi 17 novembre à partir de 16h, place Édouard-Herriot, à côté de l’Assemblée nationale. Le rassemblement contre la proposition de loi relative à la sécurité globale a rassemblé déjà plus de 2.000 personnes en cette fin d’après-midi.

    Plusieurs appels ont convergé. Celui des syndicats de journalistes et d’associations de protection des droits de l’Homme, mais aussi la manifestation des Gilets jaunes, qui fêtent aujourd’hui leur deuxième anniversaire, ainsi que de multiples collectifs et (...)

    https://www.facebook.com/events/1018423805359936
    https://twitter.com/theoroumier/status/1328762811502260227
    https://www.francebleu.fr/infos/societe/rennes-plus-de-350-manifestants-contre-la-loi-securite-globale-1605614117
    https://twitter.com/T_Bouhafs/status/1328777345407266817

  • #J2 Event Photos Une semaine pour Steve : chaque jour une photo pour exiger #JusticePourSteve. Pour #Nantes, voir détails en description >
    https://www.flickr.com/photos/valkphotos/50517105826

    Flickr

    ValK. a posté une photo :

    Informations pour la semaine #JusticePourSteve à #Nantes du 21 au 28 octobre 2020 : https://44.demosphere.net/rv/5076 et https://www.facebook.com/events/357310798661416

    Photo : La Grue Titan sera désormais toujours associée au nom de Steve. C’est là que se sont donné rendez-vous celleux qui souhaitaient lui rendre hommage, à proximité de l’endroit où il a été retrouvé la veille.
    #Nantes, le 30 juillet 2019.
    .
    Samedi 22 juin 2019 à 4h40 du matin, Steve Maia Caniço est mort, noyé, suite à une attaque policière extrêmement violente lors de la fin de la Fête de la Musique au bord de la Loire. De nombreuses personnes tomberont dans le fleuve réputé particulièrement dangereux à cet endroit, 14 seront secourues par les pompiers. Le corps de Steve ne sera retrouvé que le 29 juillet.
    Rappel / suivi des faits les premiers jours : https://seenthis.net/messages/788917
    De nombreux articles sont rassemblés depuis par ici https://seenthis.net/recherche?recherche=Steve%20Cani%C3%A7o&follow=all&order=score et là https://nantes.indymedia.org/search/find_content?search%5Bsearch_terms%5D=steve+
    Album photo dédié : https://www.flickr.com/photos/valkphotos/sets/72157709736852047
    .
    #photo : ValK.
    voir + de photos : https://frama.link/valk
    infos, liens et soutien : https://liberapay.com/ValK

  • Une semaine pour Steve : Event Photos - Chaque jour une photo pour exiger #JusticePourSteve. Sur Nantes voir détails en description >
    https://www.flickr.com/photos/valkphotos/50513166783

    Flickr

    ValK. a posté une photo :

    Informations pour la semaine #JusticePourSteve à #Nantes du 21 au 28 octobre 2020 : https://44.demosphere.net/rv/5076 et https://www.facebook.com/events/357310798661416

    Photo : une amie de Steve regarde la Loire dans la direction où le corps de son ami a été retrouvé la veille. Hommage pour Steve, #Nantes, le 30 juillet 2019.
    .
    Samedi 22 juin 2019 à 4h40 du matin, Steve Maia Caniço est mort, noyé, suite à une attaque policière extrêmement violente lors de la fin de la Fête de la Musique au bord de la Loire. De nombreuses personnes tomberont dans le fleuve réputé particulièrement dangereux à cet endroit, 14 seront secourues par les pompiers. Le corps de Steve ne sera retrouvé que le 29 juillet.
    Rappel / suivi des faits les premiers jours : https://seenthis.net/messages/788917
    De nombreux articles sont rassemblés depuis par ici https://seenthis.net/recherche?recherche=Steve%20Cani%C3%A7o&follow=all&order=score et là https://nantes.indymedia.org/search/find_content?search%5Bsearch_terms%5D=steve+
    Album photo dédié : https://www.flickr.com/photos/valkphotos/sets/72157709736852047
    .
    #photo : ValK.
    voir + de photos : https://frama.link/valk
    infos, liens et soutien : https://liberapay.com/ValK

  • Subventions à des aéroports largement déficitaires, avions vers nulle part, la folie de la civilisation industrielle n’a pas de limites - Actions de résistance le 3 octobre
    https://ricochets.cc/Subventions-d-aeroports-largement-deficitaires-avions-vers-nulle-part-la-f

    Si nous vivons dans une petite planète « finie » aux ressources limitées, en revanche la folie de la civilisation industrielle est illimitée. Exemples avec la folie de l’aviation civile : Faut-il que l’on s’arrête de manger, de se chauffer et de se vêtir pour qu’une minorité de la population puisse continuer à prendre l’avion ? C’est la question que posent des organisations citoyennes mobilisées ce samedi 3 octobre contre les projets de construction, d’extension et d’aménagement des aéroports. Baptisé (...) #Les_Articles

    / #Résistances_au_capitalisme_et_à_la_civilisation_industrielle

    https://www.bastamag.net/Aeroports-vides-en-france-sans-passager-inutile-cher-millions-euros-subven
    https://lareleveetlapeste.fr/alerte-censure-tous-les-comptes-des-militants-climats-bloques-par-
    https://www.facebook.com/groups/439957359958141/permalink/670003883620153
    https://www.facebook.com/events/634107380535405
    https://www.liberation.fr/debats/2020/09/16/marchons-pour-reduire-le-trafic-aerien_1799545
    https://www.fr24news.com/fr/a/2020/09/le-vol-de-qantas-vers-nulle-part-se-vend-en-10-minutes.html
    https://www.franceinter.fr/emissions/le-billet-de-charline-vanhoenacker/le-billet-de-charline-vanhoenacker-28-septembre-2020
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/10/01/les-encheres-de-la-5g-rapportent-2-786-milliards-d-euros-a-l-etat-orange-obt
    https://www.monde-diplomatique.fr/2020/07/DESCAMPS/61986
    https://www.consoglobe.com/aviation-biocarburants-cg

  • Rouen, 2/10/20 : Avant-première Un pays qui se tient sage à l’Omnia Cinéma
    http://www.davduf.net/rouen-2-10-20-avant-premiere-un-pays-qui-se-tient

    Le mot du distributeur :

    « Alors que s’accroissent la colère et le mécontentement devant les injustices sociales, de nombreuses manifestations citoyennes font l’objet d’une répression de plus en plus brutale. Le documentaire « Un pays qui se tient sage » invite à approfondir, interroger et confronter leurs points de vue sur l’ordre social et la légitimité de l’usage de la violence par l’État. » Lieu : Omnia Cinéma Horaire : 20h30 Événement Facebook : https://www.facebook.com/events/1013923872357797 Une (...) #Agenda

  • Drôme septembre : vendredi 25 Youth for Climat à Valence, samedi 26 rassemblements devant des sites industriels dangereux
    https://ricochets.cc/Drome-vendredi-25-septembre-Youth-for-Climat-a-Valence-samedi-26-rassemble

    Deux événements de luttes écologiques annoncées les 25 et 26 : Grève scolaire mondiale pour le climat #7 Vendredi 25 septembre à Valence Pour chacune des parties du programme, le RDV est au kiosque Peynet à l’heure indiquée ! 10h action de DC (désobéissance civile ) « étiquettes ouïghours » (ça consiste à coller discrètement des étiquettes dénonçant le génocide sur les vêtements des marques qui y participent) 11h30-12h30(-13h) ; pique nique partagé vegan 12h30-14h30 ; jeux et animations 14h30 ; marche pour le (...) #Les_Articles

    / #Résistances_au_capitalisme_et_à_la_civilisation_industrielle, #Drôme, #Ecologie

    https://www.facebook.com/events/1047998205617709
    https://dangersindustriels.gogocarto.fr/annuaire#/liste/26?cat=all@+b7i
    https://notremaisonbrule.gogocarto.fr/annuaire#/fiche/Notre-maison-brule-Centrale-nucleaire-de-Tricastin/F/26@44.68,4.77,9z?cat=all

  • Fehlender Schutz für Schwarze lesbische Geflüchtete
    #Mengia_Tschalaer

    NGO-Zahlen deuten darauf hin, dass in Bayern etwa 95 Prozent der Asylanträge, die von Schwarzen lesbischen Frauen gestellt werden, beim Bundesamt für Migration und Flüchtlinge (BAMF) erst einmal eine Ablehnung erfahren.

    Dies steht im Gegensatz zu der allgemeinen Ablehnungsrate von schwulen Männern von 50 Prozent und der von heterosexuellen Frauen von etwa 30 Prozent. Obwohl die Zahlen zu LSBTI-Asylanträgen nur eine Schätzung sind, weil das BAMF Asylfälle von LSBTI nicht gesondert erfasst, scheinen diese jedoch zu zeigen, dass lesbische Asylsuchende auf der Suche nach Flüchtlingsschutz in Deutschland besonderen Herausforderungen gegenüberstehen.
    Frauen und Kinder gelten als besonders schutzbedürftig

    Dies gilt insbesondere für Schwarze lesbische Frauen afrikanischer Herkunft, welche oft Formen von LSBTIQ-Feindlichkeit wie soziale Ächtung, Rassismus und (sexuelle) Gewalt erfahren.

    In Übereinstimmung mit einer kürzlich erlassenen EU-Richtlinie erkennt Deutschland Menschenrechtsverletzungen aufgrund der sexuellen Ausrichtung und der Geschlechtsidentität als Asylgrund an. Darüber hinaus erkennt Deutschland mit der Ratifizierung der Istanbuler Konvention von 2011, dass geschlechtsspezifische Gewalt eine Verfolgung darstellen kann und daher Flüchtlingsschutz gewährleistet werden soll. Tatsächlich werden Frauen und Kinder zusammen mit den Opfern von Sexhandel als die schutzbedürftigsten und am stärksten gefährdeten Personen im europäischen Asylsystem betrachtet.

    Wie die 2019 Statistik des Bundesamtes für Migration und Flüchtlinge zeigt, haben in Deutschland über 50 Prozent der heterosexuellen Frauen erfolgreich den Flüchtlingsstatus als Opfer geschlechtsspezifischer Verfolgung (Zwangsheirat, FGM, Ehrenmord, Vergewaltigung, häusliche Gewalt oder Zwangsprostitution) erlangt. Lesbische Geflüchtete kämpfen jedoch darum, erlebte Gewalt und Menschenrechtsverletzungen für den Flüchtlingsschutz geltend zu machen.

    [Wer mehr über queere Themen erfahren will: Der Tagesspiegel-Newsletter Queerspiegel erscheint monatlich, immer am dritten Donnerstag. Hier kostenlos anmelden: queer.tagesspiegel.de]

    Ein Beispiel dafür ist Hope, eine lesbische Frau aus Uganda deren Asylfolgeverfahren zurzeit in Bayern läuft. In mehreren Gesprächen erzählt sie ihre Geschichte. Sie war 15 Jahre alt, als sie ihre erste sexuelle Begegnung mit einer Frau hatte. Zwei Jahre später verheiratete ihr Vater sie gegen ihren Willen mit einem Freund - einem älteren Mann mit mehreren Frauen -, um ihre sexuelle Orientierung zu „korrigieren“.

    Nach etwa einem Jahr verließ Hope die missbräuchliche Ehe, die dazu geführt hatte, dass sie infolge körperlicher Gewalt zwei Mal schwanger wurde und die Babys verlor. Sie überzeugte ihren Vater, sie an studieren zu lassen. Dort lernte sie eine Frau kennen, mit der sie fast zehn Jahre lang in einer Beziehung lebte. Angesichts der sich rasant verschärfenden politische Lage für queere Menschen in Uganda, war das Paar sehr vorsichtig und hielt seine Beziehung geheim.
    In den Fängen von Menschenhändlern

    Die Nachbarn schöpften über die Jahre jedoch Verdacht und 2017 wurde Hopes Wohnung von einem Mob durchsucht. Dabei erlitt ihre Partnerin so schwere Verletzungen, dass sie ins Krankenhaus behandelt werden musste. Hope verbrachte eine Woche in Polizeigewahrsam. Kurz nach ihrer Entlassung entschloss sie sich zur Flucht aus Angst vor weiteren sozialen Repressalien und staatlicher Verfolgung.

    Mit der Unterstützung ihrer Mutter arrangierte Hope eine Flugreise nach Italien über ein lokales Reisebüro. Bei ihrer Ankunft in Italien stellt sich jedoch heraus, dass die Agentin dieses „Reisebüros“ Mitglied eines Menschenhandelsrings war. Hope wurde Opfer von Sexhandel. Während eines Monats bediente Hope etwa fünf Kunden pro Tag. Dann verhalf ihr ein „Stammkunde“ zur Ausreise nach Deutschland, wo sie im Februar 2018 Asyl beantragte.

    [Wenn Sie alle aktuellen Entwicklungen zur Coronavirus-Krise live auf Ihr Handy haben wollen, empfehlen wir Ihnen unsere runderneuerte App, die Sie hier für Apple-Geräte herunterladen können und hier für Android-Geräte]

    Im August 2018 wies das BAMF ihren Asylantrag mit der Begründung zurück, dass ihre Darstellung von Homosexualität, Trauma und Schmerz nicht glaubwürdig seien. Das BAMF rechtfertigt die Entscheidung damit dass Hopes Anspruch auf Schutzgewährung nicht im engeren Sinne unter den Flüchtlingsbegriff der Genfer Flüchtlingskonvention von 1951 fällt, weil „sie keine begründete Furcht vor Verfolgung nennen konnte“.

    Dass Hope jedoch einer Zwangsheirat und Vergewaltigung in der Ehe, häuslicher Gewalt und Sexhandel ausgesetzt war – Menschenrechtsverletzungen welche in direktem Zusammenhang mit ihrer sexuellen Orientierung stehen -, wurde in der Entscheidung völlig übersehen. Diese Gewalt wurden entweder als nicht direkt mit ihrem LSBTI-Asylantrag verbunden oder einfach als nicht glaubwürdig eingestuft. Dies beinhaltet auch den Sex-Trafficking-Vorfall.
    Sichtbarkeit würde Lesben in Uganda in Gefahr bringen

    Darüber hinaus stellte der Entscheider die Sexualität von Hope aufgrund des Mangels an (sichtbarem) Sex in Frage. Es schien ihm unglaubhaft, dass Hope keinen Geschlechtsverkehr mit Frauen während der Mittelschule hatte und dass sie es „schaffte“, fast zehn Jahre lang heimlich in einer Beziehung mit ihrer Partnerin zu leben.

    Für Hope wäre Sichtbarkeit jedoch mit großem Risiko verbunden gewesen. „Ich habe mich nie ganz geoutet. Ich kann das in Uganda nicht tun, sonst werde ich zu Tode geprügelt oder lande im Gefängnis. Die Polizei schützt dich nicht. Ich spreche also nie über diese Dinge", sagt sie.

    Und schließlich bemängelt der Entscheider, dass Hope keine gleichgeschlechtliche Beziehung in Deutschland unterhalten habe, obwohl dies nun ohne Angst vor Repressalien möglich wäre.
    Outing gegenüber deutschen Beamten fällt schwer

    Warum wurden die Episoden von Gewalt in Hopes queerer Asylgeschichte nicht mit ihrer Homosexualität in Beziehung gesetzt, könnte man fragen. Und warum wurde Hope den Flüchtlingsschutz verweigert, obwohl die Istanbuler Konvention von 2011 geschlechtsspezifische Gewalt als Fluchtgrund anerkennt?

    „Lesbische Asylsuchende sind im deutschen Asylsystem einer doppelten Diskriminierung ausgesetzt, weil sie Frauen und lesbisch sind“, sagt eine Psychologin, die in einer Beratungsstelle in Bayern lesbischen Frauen in ihren Asylanträgen hilft. Sie möchte ihren Namen zum Schutz ihrer Klientinnen nicht nennen.

    Nach Angaben der Lesbenberatungsstelle ist der häufigste Grund für die Ablehnung der, dass es für die Frauen unglaublich schwierig ist, sich gleich im ersten Moment dem/der Entscheider*in gegenüber zu outen. „Für viele Frauen sind sogar die Worte ,Ich bin lesbisch’ extrem schwierig auszusprechen", sagt die Beraterin.

    Zudem berufen sich Entscheider*innen oft auf westliche Stereotypen von Homosexualität. Vorstellungen von Zwangsehen und die Möglichkeit, dass auch lesbische Frauen Kinder haben, werden hingegen ausgeblendet. Letzteres wird tatsächlich oft als Grund für die Unglaubwürdigkeit und somit Ablehnung genannt.
    Ein positiver Bescheid macht Hoffnung

    Und letztlich wird erwartet, dass lesbische Geflüchtete, die häufig traumatisiert sind, Gewaltereignisse mit großer Genauigkeit - einschließlich genauer Daten und Orte - wiedergeben um ihre sexuelle Orientierung als „schicksalhaft und irreversibel“ (so der Wortlaut des deutschen LSBT-Asylgesetzes) darzustellen.

    Da Schwarze lesbische Geflüchtete die in Deutschland einen Asylantrag stellen meist weder dem heteronormative Opferbild von Mutterschaft und weiblicher Verletzlichkeit entsprechen noch den typisch westlichen „gay lifestyle“ verkörpern, scheint ihr Leid, ihr Schmerz und ihr Angst vor Verfolgung im deutschen Asylwesen oft unerkannt zu bleiben.

    Ein positiver Entscheid vom April 2020 im Fall einer lesbischen Geflüchteten aus Uganda lässt jedoch neue Hoffnung aufkeimen. Angesichts der zunehmenden Kriminalisierung von Homosexualität in Uganda sprach das Bayerische Obergericht nach elf Jahren Wartezeit ein positives Urteil aus.

    Es ist jedoch anzunehmen, dass der Weg bis zur Gleichberechtigung für Schwarze lesbische Frauen im Deutschen Asylwesen noch lang und steinig sein wird.
    Mengia Tschalaer ist Marie-Curie Research Fellow an der School of Sociology, Politics and International Studies der Universität von Bristol.

    Policy Brief: http://www.bristol.ac.uk/media-library/sites/policybristol/briefings-and-reports-pdfs/2020-briefings-and-reports-pdfs/Tschalaer_Briefing_86_Lesbian_Asylum_seekers_DE.pdf

    #migration #asylum #Germany #LGBTQ* #BAMF #sexuality #sexual_orientation #homosexuality

    https://www.tagesspiegel.de/gesellschaft/queerspiegel/asylgrund-homosexualitaet-fehlender-schutz-fuer-schwarze-lesbische-gefluechtete/25938886.html

    • #Safe_House „La Villa” – die LSBT*IQ-Geflüchtetenunterkunft

      Laut International Lesbian, Gay, Bisexual, Trans and Intersex Association (#ILGA) gibt es weltweit 72 Länder und Territorien mit antihomosexuellen Gesetzen, das sind 37 Prozent von 197 bewerteten Staaten. In 13 Ländern Afrikas und Asiens droht Homosexuellen sogar die Todesstrafe, darunter im Iran, in Saudi-Arabien und Teilen Nigerias. Sie gilt auch in wichtigen Reiseländern wie den Vereinigten Arabischen Emiraten und Katar, wird dort aber laut ILGA aktuell nicht vollstreckt.

      Seit der sogenannten Flüchtlingskrise 2015 wurde deutlich, dass sich unter den geflüchteten Männern und Frauen immer wieder homo-, bi- und transsexuelle Menschen befinden, die auf Grund der obengenanneten Verfolgung in ihrer Heimat zu uns gekommen sind. Leider mussten sie erleben, dass sie auch in den deutschen Erstaufnahmeeinrichtungen und Gemeinschaftsunterkünften von ihren Mitgeflüchteten oft offener Diskriminierung und Ausgrenzung ausgesetzt sind – wie schon in ihren Herkunftsländern.

      Dieser Zustand war unhaltbar. Daher hat die AIDS-Hilfe Frankfurt (AHF) früh gefordert, dass es für diese spezielle Zielgruppen einen besonderen Schutzstatus und entsprechende Schutzräume geben muss, um sie vor weiterer Diskriminierung zu bewahren und ihnen eine Perspektive in unserer freiheitlichen Gesellschaft zu eröffnen. Schon früh ermöglichte die AHF den Rainbow Refugees – eine Ehrenamtsgruppe, die sich für die Belange von LGBT*IQ-Geflüchteten einsetzt – die kostenfreie Raumnutzung für einen wöchentlichen Stammtisch im Switchboard. Die Kooperation wurde ausgebaut und besteht bis heute: es gibt inzwischen auch eine Ehrenamts-Gruppe für die La Villa. Die Nöte der Geflüchteten wurden durch die große Nachfrage nach Unterstützung und Hilfe noch sichtbarer und es war dringend notwendig, ein adäquates Angebot zu schaffen. Die Idee für eine Gemeinschaftsunterkunft für LGBT*IQ-Geflüchtete wurde geboren.

      So hat die AHF Anfang 2017 das Konzept für ein „Safe House“ erstellt und dank pragmatischer und unkonventioneller Unterstützung durch das Sozialdezernat der Stadt Frankfurt gemeinsam umsetzen können: Anfang April 2018 eröffnete die von den Bewohner*innen selbst benannte Gemeinschaftsunterkunft La Villa.

      Das Projekt begann mit 7 Bewohner*innen. Inzwischen ist das Haus mit 19 Bewohnern*innen in zehn Doppel- und zwei Einzelzimmern, wovon eines als Notfallzimmer dient, fast voll belegt. Die meisten Bewohner*innen sind schwule, junge Männer, aber auch Transfrauen und genderfluide Menschen haben dort eine sichere Unterbringung gefunden. Der jüngste Geflüchtete ist 21 Jahre, der Älteste 43 Jahre alt. Die Geflüchteten kommen aus dem Irak, Syrien, Iran, Marokko, Russland, Jamaika, Kuba, Aserbaidschan, Sudan und Kuwait. Der Bildungs- bzw. Ausbildungsstand der Bewohner*innen ist sehr unterschiedlich, genauso wie deren Einreise nach Deutschland. Die meisten der Bewohner*innen sprechen Englisch und/oder Französisch, einzelne auch schon recht gut Deutsch.

      Um das Zusammenleben zu verbessern gibt es einmal pro Monat ein verbindliches Hausmeeting. Thema ist zum Beispiel die Gemeinschaftsküche und die damit verbundenen typischen WG-Probleme wie Nutzung und Sauberkeit und wie diese gelöst werden können. Zur weiteren Stärkung des Gemeinschaftsgefühls wurden bereits kurz nach der Eröffnung Aktivitäten organisiert, die oft durch Ehrenamtliche und Spenden ermöglicht wurden. Dazu zählen beispielsweise der Besuch eines Eintrachtspiels, der Malteser-Social-Day mit Stadtführung und Bootsfahrt oder der ARCO-Weihnachtsempfang der Commerzbank, gemeinsames Kochen oder eine Ramadan-Feier.

      Viele Bewohner*innen haben sich seit ihrem Einzug weiterentwickelt. Das betrifft vor allem die Stärkung und Stabilisierung des eigenen Selbst. Die überschaubare Einrichtungsgröße mit 20 Bewohner*innen bietet Sicherheit sowie eine vertrauensvolle Atmosphäre und hilft auch traumatisierten Personen, Ruhe zu finden und sich langsam zu öffnen. Daraus resultiert das große Bemühen, auch bei einem negativen Bescheid und Abschiebedrohung, z.B. in ein Ausbildungsverhältnis zu kommen, um ihr Leben in ihrer neuen „Heimat“ zu regeln: Ein Bewohner hat trotz Sprachniveau B1 bereits einen Ausbildungsplatz im Hilton-Hotel gefunden.

      Nur fünf Bewohner*inner der La Villa haben einen gesicherten Aufenthalt – eine Bewohner*in hat subsidiären Schutz, zwei haben Asyl, zwei die Anerkennung als Flüchtling. Alle anderen sind im Asyl-Klageverfahren. Davon haben einige wenige bereits ihre zweite Ablehnung bekommen und nur eine Duldung erhalten, weil sie nicht in ihre Heimatländer abgeschoben werden können.

      Stand Februar 2019

      Ansprechpartner*innen:

      Petra Diabaté, M. A.
      Hausleiterin „La Villa“ und Sozialberaterin
      E-Mail: petra.diabate@ah-frankfurt.de
      Telefon: 01 76 / 22 54 88 73
      Fax: 0 69 / 75 00 56 31

      Mark Hayward
      Hausleiter „La Villa“ und Sozialberater
      E-Mail: mark.hayward@ah-frankfurt.de
      Telefon: 01 59 / 01 63 10 46
      Fax: 0 69 / 75 00 56 31

      #accomodation #safe_space #Frankfurt

      https://www.frankfurt-aidshilfe.de/content/safe-house

    • OPEN DYKES*_Gleichberechtigung im Asylverfahren für lesbische und queere geflüchtete Frauen
      Online-Veranstaltung*

      Eine Verletzung der Freiheit der sexuellen Orientierung und Geschlechtsidentität begründet in Deutschland ein Recht auf Asyl – trotzdem wird dieses Recht statistisch gesehen vor allem Schwarzen lesbischen und queeren Frauen* vorenthalten, die aufgrund ihrer Sexualität in ihren Heimatländern unter Unterdrückung und Verfolgung leiden. Dr. Mengia Tschalaer (Universität Bristol) hat im Rahmen ihrer Forschungen zu LSBTTIQ und Flucht in Deutschland festgestellt, dass diese Diskriminierung auf stereotypen Vorstellungen von lesbischer Sexualität beruht, die offensichtlich nicht mit den Lebensrealitäten der abgelehnten Asylbewerber_Innen übereinstimmen. Kaum berücksichtigt werden in den Asylentscheidungen auch Formen der Verfolgung und Gewalt wie Zwangsheirat, Vergewaltigung in der Ehe und häuslicher Gewalt, obwohl in Deutschland seit Ratifizierung der Istanbul-Konvention geschlechtsspezifische Gewalt als eine Verfolgung anerkannt ist und daher Flüchtlingsschutz gewährleistet werden soll.
      Was muss sich ändern, um die strukturelle Diskriminierung von Schwarzen lesbischen und queeren geflüchteten Frauen* abzubauen? Nach einem einführenden Vortrag durch Dr. Mengia Tschalaer diskutieren Monique Richards (Unicorn Refugees, PLUS Rhein-Neckar e.V.), Sara Schmitter (LeTRa), Margret Göth (Dipl.-Psychologin, PLUS Rhein-Neckar e.V.) in einer Online-Veranstaltung, welchen Konflikten sich Schwarze lesbische und queere Frauen* ausgesetzt sehen und welche Handlungsbedarfe bestehen, um tatsächlichen allen ihr Menschenrecht auf Asyl zu garantieren.
      Moderiert wird die Veranstaltung von der Vorstandsvorsitzenden des Hessischen Flüchtlingsrates Dr. des. Harpreet Kaur Cholia.

      Die Veranstaltung findet am 22.07.2020 von 18-20 Uhr statt und ist über Zoom, erreichbar unter
      https://us02web.zoom.us/j/83494542645?pwd=Zmt2NjdTMTU2OUtEQzh3ZEFnYXhFUT09

      Meeting-ID: 834 9454 2645
      Passwort: 355106,
      und im Facebook-Livestream verfolgbar.

      Das Queeres Netzwerk Heidelberg organisiert die Veranstaltungsreihe „OPEN DYKES* - lesbisch, queer und sichtbar“ – in Kooperation mit dem Amt für Chancengleichheit der Stadt Heidelberg und Mosaik Deutschland e. V. aus Mitteln des Bundesprogramms „Demokratie leben!“.

      Weitere Informationen zu den Aktionswochen vom 22. Juli bis zum 7. August 2020 von und für lesbische, queere und frauenliebende Frauen gibt es unter www.queeres-netzwerk-hd.de .

      https://www.facebook.com/events/606886813305719

    • Sa vie de femme libre n’aura duré que deux ans. Sarah Higazi a mis fin à ses jours à Toronto, où elle vivait depuis 2018, en laissant une lettre manuscrite dans laquelle elle tente d’expliquer son geste à sa famille, à ses proches et au monde. « J’ai essayé de survivre, mais je n’ai pas réussi, pardonnez-moi ; mon épreuve a été dure et je suis affaiblie, pardonnez-moi. Mon expérience a été cruelle, mais je pardonne. »

      Sarah Higazi, Egyptian queer feminist activist who fought class inequality, was sexually assaulted & tortured in Egyptian prison. Authorities detained her for raising a rainbow flag at a 2017 Mashrou’ Leila concert in Cairo.

      She took her own life.

      Rest in Power, Comrade pic.twitter.com/TqxD7Ltn8R
      — Rasha Younes (@Rasha__Younes) June 14, 2020

      (Traduction du tweet de Rasha Younès, chercheuse à Human Rights Wach : "Sarah Higazi, militante féministe égyptienne « queer », qui a combattu l’inégalité de classe, a été agressée sexuellement et torturée dans une prison égyptienne. Les autorités l’ont arrêtée pour avoir hissé un drapeau arc-en-ciel lors d’un concert de Mashrou’ Leila au Caire en 2017. Elle s’est suicidée toute seule. Repose avec force, Camarade.")

      ““““““““““““““““““““““““““““
      https://twitter.com/Rasha__Younes/status/1272284804051017729 ?

      " À mes sœurs
      J’ai essayé de survivre et j’ai échoué, pardonnez-moi.

      A mes amis,
      L’expérience a été trop dure, et je suis trop faible pour résister, pardonnez-moi.

      Au monde,
      Vous avez été incroyablement cruel, mais je vous pardonne.

      Sarah Higazi"

      https://pbs.twimg.com/media/EaeRuNJWsAIkKNm?format=jpg&name=900x900

    • En 2017, le déploiement du drapeau arc-en-ciel pendant un concert de Mashrou Leila au Caire a suscité en opposition une grande opération répressive en Égypte contre les personnes LGBT+. Sarah Hegazi et Ahmed Alaa, accusés d’avoir brandi ce drapeau, furent arrêtés, emprisonnés et torturés par le régime pendant trois mois. Sarah Hegazi s’est donné la mort le 14 juin 2020 après avoir tenté de surmonter en vain ce traumatisme en se réfugiant au Canada.
      https://trounoir.org/?Un-an-apres-la-controverse-sur-le-drapeau-arc-en-ciel

      Dans ce texte poignant de Sarah Hegazi, elle raconte sa détention et les conséquences dans sa vie intime et politique de la brutalité qu’elle a subie. Publié originellement en arabe en septembre 2018, le site Mada Masr en donne depuis quelques jours sa traduction anglaise. A notre tour, nous en proposons une traduction française.
      Pour information, un rassemblement devant l’ambassade d’Égypte est prévu le dimanche 21 juin à 12H.

      https://www.facebook.com/events/3093875100670639

  • 19 juin 20h Amnesty International sur internet, diffusion suivie d’un débat, du #documentaire :

    Demain est si loin
    Muriel Cravatte (2019, France, 88 min, Couleur)
    https://www.amnesty.fr/cine-debat-demain-est-si-loin
    https://www.facebook.com/events/1165149137184372

    2018, frontière franco-italienne. Chaque jour, des exilés tentent de rejoindre la France à pied, en empruntant des itinéraires de montagne dangereux, pour échapper aux traques policières.

    Le film sera suivi par un temps d’échange en direct depuis Paris et Briançon avec Muriel Cravatte elle-même et des personnes engagées dans l’accueil des réfugiés et migrants à Briançon.

    Dans les Alpes, la fraternité prise pour cible
    Amnesty International, le 3 mars 2020
    https://www.amnesty.fr/refugies-et-migrants/actualites/dans-les-alpes-la-fraternite-prise-pour-cible

    Et une pétition à signer :

    Protégeons les défenseurs des droits des migrants
    https://www.amnesty.fr/refugies-et-migrants/petitions/protegeons-les-defenseurs-des-droits-des-migrants

    #France #Italie #migrants #Frontière_sud-alpine #frontières #Briançon #Hautes-Alpes #asile #migrations #réfugiés #parcours_migratoires #montagne #Blessing #police #violence_policière #vidéo #Muriel_Cravatte

    Voir la compilation ici :
    https://seenthis.net/messages/756096

  • La peur est réelle. La menace sur les libertés aussi !

    Nouvelle loi liberticide : « Le gouvernement aura la possibilité de « limiter ou d’interdire les rassemblements sur la voie publique ainsi que les réunions de toute nature », pour une durée de quatre mois à l’issue de l’état d’urgence sanitaire »

    Coronavirus : fin prochaine de l’état d’urgence sanitaire en France, sauf pour certaines mesures #paywall
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/06/10/covid-19-l-executif-met-fin-a-l-etat-d-urgence-sanitaire-mais-prolonge-plusi

    Selon nos informations, le gouvernement a décidé de ne pas prolonger au-delà du 10 juillet l’état d’urgence sanitaire. Mais il prépare un projet de loi reprenant certaines de ses dispositions, qui lui permettra de restreindre les libertés au-delà de cette date.

    Les macronistes y verront une nouvelle démonstration du « en même temps » de leur champion. L’opposition une nouvelle atteinte aux libertés d’un exécutif aux abois. Selon nos informations, le gouvernement a décidé de ne pas prolonger au-delà du 10 juillet l’état d’urgence sanitaire, mis en place le 23 mars pour lutter contre l’épidémie de Covid-19 et prolongé le 11 mai pour une durée de deux mois. Mais un nouveau projet de loi reprenant un certain nombre de ses dispositions sera présenté en conseil des ministres, mercredi 10 juin, avant d’être examiné à partir du 17 juin à l’Assemblée nationale, puis au Sénat.

    « Compte tenu de l’évolution, à ce stade, positive de la situation sanitaire, le gouvernement souhaite mettre un terme à l’état d’urgence sanitaire, qui doit demeurer un régime d’exception. Pour autant, cette sortie (…) doit être organisée rigoureusement et progressivement, afin de continuer à protéger les Français face à un virus qui circule encore en France, et peut justifier dans les semaines ou mois prochains la poursuite voire, si nécessaire, le renforcement de certaines mesures actuellement en vigueur », explique-t-on à Matignon.
    Restreindre les libertés jusqu’au 10 novembre

    Concrètement, ce nouveau projet de loi, qui était encore examiné au Conseil d’Etat mardi, permettra au premier ministre, Edouard Philippe, de restreindre les libertés au-delà du 10 juillet, et ce durant une période de quatre mois. Selon les éléments transmis par Matignon, l’exécutif pourra notamment, s’il l’estime nécessaire, « réglementer ou interdire la circulation des personnes et des véhicules », ainsi que « l’accès aux moyens de transport et les conditions de leur usage ». L’obligation de port du masque dans les transports publics, actuellement en vigueur, pourrait notamment être prolongée.

    De la même façon, ce texte donnera au premier ministre « la possibilité d’ordonner la fermeture provisoire et de réglementer l’ouverture, y compris les conditions d’accès et de présence, d’une ou plusieurs catégories d’établissements recevant du public ainsi que des lieux de réunion avec une jauge maximale », indique-t-on à Matignon. Cette mesure pourrait notamment s’appliquer aux salles de spectacle, aux restaurants, aux cinémas, aux centres de congrès, aux centres commerciaux, etc. « L’accès des personnes aux biens et services de première nécessité » devra néanmoins être garanti, indique le texte.

  • Plusieurs #webinaires sur la #Palestine :

    Le 6 avril dernier : « La résistance palestinienne au Plan Trump-Netanyahou : Quand la quarantaine prendra fin, la lutte commencera », avec Noura Erakat et Yara Hawari

    Retranscrit et traduit en français, ici :
    https://www.bdsfrance.org/la-resistance-palestinienne-au-plan-trump-netanyahou-quand-la-quarantaine

    –-----------------------------------

    Le 27 avril dernier : « L’économie politique du COVID-19 en Palestine », avec Rafeef Ziadah et Weeam Hammoudeh

    Retranscrit et traduit en français, ici :
    https://agencemediapalestine.fr/blog/2020/05/20/retranscription-du-webinaire-en-ligne-sur-le-covid-19-en-palest

    –-------------------------------------

    Le 15 mai dernier : « The Hundred Years’ War on Palestine » avec Rashid Khalidi et Raja Shehadeh
    https://www.soas.ac.uk/lmei-cps/events/15may2020-book-talk-the-hundred-years-war-on-palestine-webinar.html
    https://www.youtube.com/watch?v=SuVikkLQ-As

    Rashid Khalidi and Raja Shehadeh will be in conversation on ’The Hundred Years’ War on Palestine: The Nakba today, 72 years and counting’.

    Rashid Khalidi is the Edward Said Professor of Modern Arab Studies at Columbia University and most recently the author of The Hundred Years’ War on Palestine: A History of Settler Colonial Conquest and Resistance.

    Raja Shehadeh is a leading Palestinian writer. He is also a lawyer and founder of the pioneering Palestinian human rights organization Al-Haq, and is the author of the recently published book Going Home: A Walk Through Fifty Years of Occupation.

    • Le 19 mars dernier : « Conversations sur l’apartheid, de l’Afrique du Sud à la Palestine », avec Mandla Mandela et Desirée Bela
      https://seenthis.net/messages/847010

      –-----------------------------------

      Le 3 avril dernier, avec Omar Barghouti et Stephanie Fox
      https://seenthis.net/messages/840521

      –-------------------------

      Le 29 avril dernier « L’apartheid israélien à l’heure du coronavirus », avec Inès Abdel Razek
      https://seenthis.net/messages/854904

    • Le 4 juin de 19h à 20h30 heure de Paris : Webinaire “MECHANISMS OF APARTHEID, APARTHEID IN PRACTICE IN ISRAEL, THE DIASPORA AND THE OPT”, avec Diana Buttu et Kholoud al Ajarma
      https://attendee.gotowebinar.com/register/8471407645513892112

      Diana Buttu , was born and bred in Canada. She began her work as negotiator in 2000, shortly after the outbreak of the Second Intifada, by serving as a spokesperson for the Negotiations Support Unit of the PLO. She currently works as a lawyer at Harvard Extension School in the US.

      Kholoud al Ajarma will speak about the important role of the Jewish National Fund. In 2018, Kholoud appealed to the British Charity Commission that the JNF UK should not be recognised as a charitable organisation because the JNF funded British Park is built on her family’s village, Ajjur. Her family still have the title deeds to their land in Ajjur. The Charity Commission rejected her claim. Currently Kholoud works as a researcher and lecturer on Anthropology and Islam at the University of Groningen

      ==========================================
      Le 10 juin à 19h à 20h30 heure de Paris : Webinaire "Combating a Virus : Militarism and Securitization Under Covid-19 - An online conversation on securitization and surveillance under COVID-19 in occupied Palestine and beyond", avec Dr. Nisha Kapoor (Assistant Professor of Sociology, Warwick University, UK) et Riya Al-Sanah (Who Profits’ Research Coordinator).
      https://us02web.zoom.us/j/89008906379
      https://www.facebook.com/events/839722646437850
      https://forms.gle/Rt4mCuL8hDCiqDah9

      The global response to COVID-19 has been wrapped up in questions of militarism and surveillance, not only in rhetoric (“waging war on the virus”), but also in the heavy reliance of states on military logistics, policing and surveillance technologies. In the Israeli case, the present crisis opens a window into the ways the deep architecture of an expansionist security state is mobilized in response to changing epidemiological-cum-political realities.

      What is the significance of securitization and surveillance in this present moment? What existing structures are being activated and drawn upon, what new ones are potentially emerging, and how are they circulating globally? And importantly, what’s the role of Israeli and international cooperation in all of this?

      ==========================================
      En ce qui concerne le précédent Webinaire “Apartheid and International Law” avec John Dugard et Virginia Tilley, il est disponible sous forme de podcast (audio seulement) ici :
      https://www.ipsc.ie/podcast/palestine-podcast-38-john-dugard-virginia-tilley-on-israel-palestine-apartheid-

      Résumé en anglais :

      Professor John Dugard described the close connection between apartheid and colonialism. The decolonisation process started by the UN in 1948 saw the rise to power of the Nationalist Party in South Africa, and the creation of a system of apartheid shaped by numerous discriminatory laws. The widescale protests were met with harsh repression.

      In 1973 the UN GA voted for the Convention on the Crime of Apartheid. Apartheid was defined as a crime against humanity almost on the same level as genocide. The Convention did not confine itself to South Africa. However, there was no court to prosecute apartheid, this was left to national courts. Until today no national court has prosecuted anyone on the crime of apartheid, not even in South Africa itself. Only 112 states became a party to the Convention (Palestine since 2014), and South Africa is not among them.

      In 1998 the Rome Statute created the ICC, and one of the crimes against humanity which it can prosecute is apartheid. The ICC, however, has no jurisdiction over crimes committed by Israel in Israel itself. But is does have jurisdiction on crimes committed within the occupied Palestinian territories, due to Palestine’s accession to the convention.

      Professor Virginia Tilley explained how Israel’s ’s overriding mission has always been to become and remain a Jewish State. For this, it has created a legal system that, although functioning differently in each area it rules, operates as one regime to ensure domination over non-Jews. For example, Israel’s civil legislation has 50 laws discriminating against Palestinians; these laws have been extended into the occupied territories to provide Jewish settlers with control of Palestinian land while oppressing Palestinians. The system as a whole aims to maintain an overwhelming Jewish majority in Israel’s democracy. For example, Palestinian citizens of Israel have the right to vote, but restrictions on residence, Israel’s ban on the return of refugees and other laws prevent them from increasing their numbers beyond those of a “safely small” minority. For dealing with apartheid outside the oPt other avenues than the ICC could be explored, for example the UN Special Committee on Apartheid.

    • LEÇONS DE PALESTINE : CONTRÔLE POLICIER, PRISONS, SURVEILLANCE ET RÉSISTANCE
      https://www.youtube.com/watch?v=0FvNxj36uMc

      Samedi 27 juin 2020 à 13h (heure de l’Est, Canada et États-Unis) ; 20h en Palestine ; 19h à Paris

      INTERVENANT.E.S :

      Riya Al’sanah : Coordonnatrice de recherche, Who Profits Research Center (Centre de recherche qui en profite)

      Sahar Francis : Directrice générale de l’Association d’appui aux prisonnières et prisonniers et aux droits humains Adameer, basée à Ramallah

      Yafa Jarrar : avocate du travail palestinienne et fille de Khalida Jarrar, une membre élue

      Joignez-vous à Labour4Palestine – Canada* lors de cette discussion par webinaire avec des leaders palestinien.ne.s sur le rôle joué par l’État israélien ainsi que les secteurs militaire et privé dans l’entraînement, le développement et la promotion des technologies et techniques de contrôle, de surveillance et de répression.

      Ces technologies, produits et techniques de sécurité ont des implications sérieuses pour les droits des travailleuses et travailleurs, l’immigration et les injustices vécues par les prisonnières et prisonniers à travers le monde. Ils sont testés sur les Palestinien.ne.s avant d’être vendus aux autres gouvernements, à la police, aux armées et aux forces de sécurité, incluant aux États-Unis (par exemple : aux agents du service de police de Minneapolis) et au Canada.

      Les gens se soulèvent contre le racisme et la violence d’État aux États-Unis et s’inquiètent de plus en plus de l’étendue et la portée de la surveillance et du contrôle policier, présentés comme des réponses à la pandémie de COVID-19.

      Les déclarations puissantes de solidarité envers les communautés noires luttant contre le racisme de la part des mouvements palestiniens ne sont pas une coïncidence.

      La COVID-19 a ouvert la porte à une expansion et une normalisation de la sécurisation et de la commercialisation des produits militaires et de sécurité israéliens, tout en renforçant le militarisme et la violence coloniale d’État contre la Palestine.

      *Labour4Palestine est un réseau pancanadien de militantes et de militants syndicaux qui travaille à approfondir la solidarité avec les travailleuses et travailleurs palestiniens et le peuple palestinien dans leur lutte pour la libération.
      ===============================
      Le précédent :

      Workers’ Struggle in Palestine (avec Samia Al-Botmeh, Jamal Juma, et Abbas Milhem)
      https://www.youtube.com/watch?v=OMyzJWg31IE

    • 9 juillet à minuit (heure de Paris): “Racism and settler colonialism, from Black America to Polynesia, First Nations and Palestine”, with Michael Bennett, Pele Bennett, Joy Lehuanani Enomoto, Nick Estes and Noura Erakat.
      https://bdsmovement.net/global-uprising

      Vidéo visible ici:
      https://www.facebook.com/watch/live/?v=340625050298498

      In 2017, Michael Bennett was the first of six NFL players to withdraw from an Israeli government sponsored trip to Israel. Pele Bennett is an activist and food advocate, Joy Lehuanani Enomoto is a Black Kānaka Maoli scholar, artist and activist, and Nick Estes is a co-founder of The Red Nation.

      The discussion will be moderated by Assistant Professor, author and human rights attorney Noura Erakat and will cover racism and settler colonialism, from Black America to Polynesia, First Nations and Palestine, the global uprising and reckoning with racism.
      ======================================
      Manifestation internationale virtuelle contre le racisme le 10 juillet à 19h (heure de Paris): “And Still We Rise! Minneapolis, Soweto, London, occupied Jerusalem & beyond: United against Racism & Colonialism!” avec des interventions de Marc Lamont Hill, Chief Mandla Mandela, Stefanie Fox (Jewish Voice for Peace), Ben Jamal (Palestine Solidarity Campaign UK), Achille Mbembe (Academic), Zita Holbourne (UK Black Activists Rising Against Cuts), Cape Town Cultural Collective, Phakamile Hlubi-Majola (NUMSA), Ntalia Molebatsi (Writer and performance poet), Omar Barghouti (Boycott Divestment & Sanctions Movement)
      https://us02web.zoom.us/meeting/register/tZ0pc-2srzIsE9A87FKDryP8VFsOqdO1U72j

    • The End of Zionism: Thoughts and Next Steps, le 14 juillet 2020, avec:
      https://www.youtube.com/watch?v=Ak2xud6nCjc

      Des extraits écrits et en français du webinaire sont disponibles ici :
      https://www.chroniquepalestine.com/webinaire-la-fin-du-sionisme

      Ali Abunimah is executive director of the widely acclaimed publication The Electronic Intifada, an independent nonprofit publication focusing on Palestine. He has written hundreds of articles and spoken on the topic all over the world. He is the author of ​One Country, A Bold Proposal to End the Israeli-Palestinian Impasse​ (2007) and ​The Battle for Justice in Palestine​ (2014).

      Philip Weiss is a writer who had a long career in mainstream journalism before starting a blog on the Middle East that is now Mondoweiss.

      Nada Elia is a long time activist, a teacher, writer, political commentator, and frequent contributor to Mondoweiss.

    • Webinaire organisé par BDS Québec à l’occasion de leur AG le 9 juin 2020 :
      https://www.youtube.com/watch?v=y6h1BOoNyHg

      Il comprend deux interventions d’une vingtaine de minutes chacune :

      QUE SE PASSE-T-IL EN PALESTINE ? avec Yara Hawari, écrivaine et analyste politique pour Al Shabaka

      QUE SE PASSE-T-IL EN ISRAËL ? avec Michel Warschawski, président du Centre d’information alternative de Jérusalem, analyste critique de la politique israélienne

      Puis une discussion d’une demi heure animée par Dyala Hamzah et Mouloud Idir.

      Le tout a aussi été retranscrit par écrit :
      https://bit.ly/doc-ag-bdsq-2020-06-09

      Les 45 minutes suivantes sont une discussion interne à la Coalition BDS Québec...

    • Sur les 15 derniers webinaires consacrés à la Palestine, la plupart comportaient plus de femmes que d’hommes. Il y a énormément de bonnes oratrices sur ce sujet (comme sur d’autres), qu’on se le dise!!!

      Noura Erakat et Yara Hawari 100
      Rafeef Ziadah et Weeam Hammoudeh 100
      Rashid Khalidi et Raja Shehadeh 0
      Mandla Mandela et Desirée Bela 50
      Omar Barghouti et Stephanie Fox 50
      Inès Abdel Razek 100
      Diana Buttu et Kholoud al Ajarma 100
      Nisha Kapoor et Riya Al-Sanah 100
      John Dugard et Virginia Tilley 50
      Riya Al-Sanah, Sahar Francis, et Yafa Jarrar 100
      Samia Al-Botmeh, Jamal Juma, et Abbas Milhem 33
      Ghada Abu Ghalyoun, Reem Natsheh, et Abbas Milhem 66
      Michael Bennett, Pele Bennett, Joy Lehuanani Enomoto, Nick Estes, et Noura Erakat 60
      Ali Abunimah, Philip Weiss, et Nada Elia 33
      Yara Hawari et Michel Warschawski 50

    • 21 août 19h Facebook: The Impact of Israel’s Annexation Plans on Palestinian Research and Higher Education — a Conversation with Colleagues in Palestine
      https://www.facebook.com/events/2236464773144773

      Pour s’inscrire: https://forms.gle/9cuDNtRPXkGDXHSR7

      Avec:
      –Hazar Elatrash, student at Birzeit University.
      –Weeam Hammoudeh, Assistant Professor, Institute of Community and Public Health, Birzeit University.
      –Hanan Hussein, Acting director of the Bisan Center for Research and Development.
      –Yousef Najajreh, Assoc. Prof. Faculty of Pharmacy, Al-Quds University Abu-Dis Campus.
      –Mazin Qumsiyeh, Professor, Founder, and Director of the Palestine Museum of Natural History, Palestine Institute of Biodiversity and Sustainability, Bethlehem University.

    • Le 9 septembre à 13h30 heure de Paris: COVID, COLONIALISM AND THE PEOPLE’S RESISTANCE, avec:
      –Dina Nasser from East Jerusalem
      –Jamal Juma’ from the West Bank
      –Eamon McMahon, Northern Secretary, TUFP
      –Phil Ní Sheaghdha, General Secretary, INMO, Chairperson
      https://www.ictu.ie/press/diary/2020/09/09/trade-union-friends-of-palestine-webinar

      Dina Nasser: Dina has 30 years clinical experience in the Palestinian health system. She is currently the Chief Operating Officer at Augusta Victoria Hospital (AVH) in East Jerusalem and part of the Covid 19 response team in the hospital. She has also led the missions that were coordinated and supported by AVH to Gaza, liaising with stakeholders and the WHO to respond to the critical care needs of the injured.

      Jamal Juma’: Jamal is a leading grassroots organizer since Palestine’s First Intifada in 1987. He is a founding member of the Palestinian Agricultural Relief Committees, Palestinian National BDS Committee, Palestinian Association for Cultural Exchange, and Palestinian Environmental NGO Network. Juma’ is Coordinator of the Palestinian Grassroots Anti-Apartheid Wall Campaign and Stop the Wall.

      Inscription ici: natalie.fox@ictu.ie

    • Le 26 septembre à 19h (heure de Paris): Webinar on the Impact of the Israeli Occupation on Palestinian Science, Education and Research
      https://www.facebook.com/events/349385776254058
      http://www.scientists4palestine.com/webinar-occupation-education
      https://us02web.zoom.us/meeting/register/tZcucO-gqzopG9cVX5uEfhj38FCOJS7RPKEO

      Avec:

      Duha Barghouthi, medical student at Al-Quds University and daughter of imprisoned astrophysicist Imad Barghouthi
      Hanan Husein, acting director of the Bisan Center for Research and Development
      Carmen Kishek, information & publications officer at Birzeit University and collaborator with the Right to Education Campaign
      Prof. Rana Samara, associate professor, Agricultural Sciences and Technology at Palestine Technical University – Kadoorie
      * Moderated by Prof. Haynes Miller, Mathematics, Massachusetts Institute of Technology

    • Decolonizing our Campuses: Students Unite Against Oppression
      https://us02web.zoom.us/webinar/register/WN_a6UiAi0VTQCUKMAaGV2MFA

      The struggle for justice in Palestine is part of people’s movements across the world. Join as we listen to students and academics organizing against Israeli apartheid as well as privatization, climate catastrophe, racism, sexism and militarization of campuses.

      Le 13 novembre à 17h (heure de Paris): Challenging Israeli Apartheid on Campus
      Le 14 novembre à 18h (heure de Paris): Education Not for Sale: Fighting Racial Capitalism
      Le 15 novembre à 16h (heure de Paris): Demilitarize our Campuses: Ending Repression at Universities

      Translation will be provided to Arabic and Spanish

    • Organisés par Stop The Wall, inscrivez-vous ici:
      https://stopthewall.org/webinars

      Le 9 novembre à 16h (heure de Paris): Resistance Rising: Onwards towards a World without Walls

      Le 10 novembre à 15h (heure de Paris): The EU-Israel nexus: militarization, migration and apartheid

      Le 12 novembre à 16h (heure de Paris): Digital Walls: Israel’s role in digital colonialism and control

      Le 21 novembre à 15h (heure de Paris): Arab Walls: Repression and Division

      Le 26 novembre à 15h (heure de Paris): Water: a common good or a privilege for the few?

    • Mardi 17 novembre 19-21h (heure de Paris) : La Palestine dans les sciences sociales en France, avec Véronique Bontemps, anthropologue à l’IRIS et coanimatrice du séminaire « Penser l’expérience palestinienne » à l’EHESS.
      https://www.youtube.com/channel/UCzYuv2Nc4oSWuObCLibdT4A

      Longtemps, la question palestinienne a fait l’objet d’un traitement d’exception dans les travaux de sciences sociales en France, en raison notamment de son caractère politiquement sensible. L’étude de la Palestine et des Palestiniens se trouvait ainsi privée de la possibilité de comparaison avec d’autres cas d’étude, et notamment avec d’autres situations coloniales actuelles ou passées (Algérie, Afrique du Sud…). La formulation des problématiques, le choix du cadre théorique et l’interprétation des résultats suscitent aujourd’hui encore de vastes débats qui vont bien au-delà du seul champ académique.

      Comment a évolué le traitement de la question palestinienne en sciences sociales ? Quels sont les enjeux théoriques ou de méthodes de ce traitement ? Quelles comparaisons et quelles articulations faire avec d’autres cas d’étude ?

    • Le 12 novembre à 15h30 (heure de Paris): webinaire en soutien à la déclaration de Queer Cinema for Palestine (plus de 150 signatures), avec Ghadir Shafie, Elle Flanders, John Greyson, Shohini Ghosh et Syrus Marcus Ware
      https://queercinemaforpalestine.org/love-queer-cinema-hate-apartheid
      https://us02web.zoom.us/webinar/register/WN_-Pkj8MrRSKKL3GhsQkg5oQ

      More than 150 filmmakers committed to queer and trans liberation have launched Queer Cinema for Palestine .

      Responding to calls from Palestinian queers, the filmmakers pledged not to participate in TLVFest, the Israeli government-sponsored LGBT film festival, until Israel ends its oppression of Palestinians, queer and non queer alike. It’s an example of the growing awareness of our interconnected struggles for the liberation of all oppressed peoples and communities.

      On the opening night of TLVFest, join us instead for a discussion with queer filmmakers on the importance of this pledge, how Israel’s far-right government uses LGBTQIA+ rights to pinkwash its violations of Palestinian rights and the role boycotts have played in liberation struggles.

      Ghadir Shafie is the co-founder and director of Aswat – Palestinian Feminist Center for Sexual and Gender Freedoms. She is a feminist activist who dedicates her work and activism to advancing gender justice, advocating for sexual and gender freedoms, and promoting a greater understanding of—and commitment to—the issue of Palestine among global queers. Aswat organizes the Kooz Film Festival as part of its Art, Resistance and Social Change program.

      Elle Flanders is a filmmaker and photographer based in Toronto. Raised in Canada and Israel, she has an education in Critical Theory and Visual Arts and is an alumnus of the Whitney Museum Independent Study Program. Flanders’ work has been screened and exhibited throughout the world.

      John Greyson is a filmmaker, video artist, writer, activist and educator whose productions have won accolades at festivals throughout the world. He is the recipient of the 2000 Toronto Arts Award for film/video and the 2007 Bell Award in Video Art. In 2009, he withdrew his film Fig Trees from TLVFest stating, “to not take this stand is unthinkable, impossible.”

      Shohini Ghosh is a professor at the AJK Mass Communication Centre, Jamia Millia Islamia, in New Delhi. She is the director of Tales of the Nightfairies (2002) a film about the sex workers rights movement in Calcutta and the author Fire: A Queer Classic (2010). She is co-founder member of Mediastorm Collective, India’s first all women documentary production collective.

      Syrus Marcus Ware is a Vanier Scholar, a visual artist, community activist, researcher, youth-advocate and educator. For 12 years, he was the Coordinator of the Art Gallery of Ontario Youth Program. Syrus is currently a facilitator/designer for the Cultural Leaders Lab (Toronto Arts Council & The Banff Centre). He is the inaugural artist-in-residence for Daniels Spectrum (2016/2017). Syrus is also a core-team member of Black Lives Matter Toronto..

    • Le 8 novembre à 19h (heure de Paris): From Education in Palestine to Israeli Military Courts: A Conversation with Ubai Aboudi
      http://www.scientists4palestine.com/webinar-ubai-aboudi
      https://us02web.zoom.us/meeting/register/tZMpcuipqDgiGdUuIu88i-47cvXhPt7WGGBg

      On November 8th Scientists for Palestine will host an entire webinar dedicated to to celebrate the return to his family of our colleague Ubai Aboudi. Ubai will touch upon his experience in military jail, the prospects of education and research in Palestine and many other topics. The meeting will be convened and moderated by Haynes Miller, Professor of Mathematics at the Massachusetts Institute of Technology.

    • 26 novembre à 17h (heure de Paris): webinaire “Solidarité avec les travailleurs palestiniens: la situation du terrain”, organisé par ETUN, le réseau européen des syndicats pour la justice en Palestine
      http://www.etun-palestine.org/site/2020/11/19/webinar-solidarity-with-palestinian-workers-facts-from-the-ground

      Avec:
      –RIYA AL SANAH - Who Profits
      –ABED DARI - Kavlaoved
      –MOHAMMAD MOTAWA - Union of Agriculture Work Committees
      –LAMIA SHALALDEN - Women Committees

      =================================

      Le 27 novembre à 19h (heure de Paris): Quels buts vise l’archéologie à Jérusalem-est et dans les Territoires palestiniens occupés ?
      https://www.amnesty.fr/agenda/webinar-archeologie-et-territoires-palestiniens-occupes

      Inscription ici:
      https://bluejeans.com/986230584

      Avec:
      –Marius Dumas : Doctorant en archéologie à L’université Paris I Panthéon-Sorbonne, ancien étudiant de l’Ecole biblique et archéologique de Jérusalem (bourse Académie des inscriptions et belles-lettres), ancien boursier de l’Institut Français du Proche Orient dans les Territoires palestiniens. Marius Dumas interviendra en son nom propre.
      –Jean Stern : Journaliste, collaborateur à Orient XXI, site indépendant d’information sur le monde arabe, monde musulman et le Moyen Orient, ancien rédacteur en chef de la Chronique, mensuel d’Amnesty International France.
      –Martine Brizemur : Responsable de la coordination Israël/TPO/Palestine (Etat de) à Amnesty International France.

      =====================================

      Dimanche 29 novembre à 18h (heure de Paris): Online Rally: International Solidarity with Palestinians
      https://www.facebook.com/events/2793930844217633

      Inscription ici:
      http://www.bit.ly/3fbOY6X Voir moins

      Sunday 29th November is the UN Day of Solidarity with the Palestinian People. At a time when physical gatherings are difficult, we are organising an online international rally to show our solidarity. This is being coordinated jointly by the Palestine Solidarity Campaign UK, Jewish Voice for Peace, and the BDS National Committee.
      Join us as we bring together a range of Palestinian voices, poets, musicians, and social justice campaigners to rally for Palestine.

      Avec:
      – Amer Zahr (Palestinian-American comedian and political activist)
      – Joshua Virasami (artist, writer and political organiser)
      – Noura Erakat (human rights attorney)
      – Le Trio Joubran (musicians)
      – Maxine Peake (actress)
      – Omar Barghouti (BDS Movement)
      – Aja Monet (poet)
      – Stefanie Fox (Jewish Voice for Peace Director)
      – Kevin Courtney (Trades Union Congress)
      – Ben Jamal (Palestine Solidarity Campaign Director)
      – William Shoki (student activist South Africa)
      – Nadia Silhi, (Chilean-Palestinian legal researcher)
      – Rabbi Alissa Wise (JVP)
      – And more to be announced!

      ===============================

      Le 29 novembre 2020 à 19h (heure de Paris): From Colonization to Solidarity: Narratives of Defeat and Sumoud
      https://www.facebook.com/events/651304832225643

      Why did the UN General Assembly partition Palestine in 1947 and what has changed 30 years later to make it possible for the same international body to declare November 29th as the international day of solidarity with the people of Palestine? From Gaza to Jerusalem, Naqab to Beirut, and Haifa to LA and San Francisco, Palestinian public intellectuals will draw lessons for today, critique colonial narratives of submission, subjugation and defeat, and narrate histories of resistance, resilience and steadfastness.

      Inscription ici:
      https://forms.gle/zQGaiWJ8bA1nAv4y8

      Avec:
      –Omar Barghouti: Co-founder of the Palestinian-led Boycott, Divestment and Sanctions (BDS) movement for Palestinian rights.
      –Haidar Eid: Associate Professor of Postcolonial and Postmodern Literature at Gaza’s al-Aqsa University in Palestine.
      –Mahmoud El Ali: Coordinator of the Center for Refugee Rights (Aidoun).
      –Sahar Francis: General Director of Ramallah-based Addameer Prisoner Support and Human Rights Association.
      –Samia Khoury: Retired community volunteer who had served as National president of the YWCA, president of Rawdat El-Zuhur and is a founding member of Birzeit University Board of Trustees and Sabeel Ecumenical Liberation Theology Centre.
      –Myssana Morany: Coordinator of the Land and Planning Rights Unit at Adalah.
      –Dr. Rabab Abdulhadi: Founding Director/Senior scholar of Arab and Muslim Ethnicities and Diasporas Studies Program at SFSU.
      –Saliem Shehadeh: PhD candidate in Anthropology at the University of California, Los Angeles.
      –Omar Zahzah: Education and Advocacy Coordinator for Eyewitness Palestine.

      ==================================

      Le 30 novembre 2020 à 18h30 (heure de Paris): Plus que jamais, rassembler et agir pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens
      https://www.facebook.com/events/832620674237722

      PLUS QUE JAMAIS, RASSEMBLER ET AGIR POUR UNE PAIX JUSTE ET DURABLE ENTRE PALESTINIENS ET ISRAÉLIENS
      A l’occasion du 29 novembre, journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien, l’AFPS, la CGT, EELV, GDS, l’intergroupe parlementaire de la FI, le MJCF, la LDH, le Mouvement de la paix, le MRAP, le PCF, la plateforme des ONG françaises pour la Palestine, R&S, UAVJ, l’UNEF et l’UEC organisent un webmeeting pour donner la parole.

      Avec:
      – Majed Bamya, représentant de la Palestine à l’ONU;
      – Aïda Touma, députée de la Joint List;
      – Sahar Francis, directrice d’Addameer Prisoner Support & Human Rights Association;
      – Zakaria Odeh, coordonnateur de la Coalition civique pour les droits des Palestinien.ne.s à Jérusalem.

      ==================================

      Le 30 novembre 2020 à 18h30 (heure de Paris): Palestinian youth resistance
      https://www.facebook.com/events/671054250267310

      Inscription ici:
      https://scpobx.zoom.us/j/92985572123?pwd=LzlEcFp3ZTdVRFU4dzBKT011d04wZz09

      Through this conference, we will invite three young Palestinians who are daily confronted by many reasons to reject the Israeli occupation. For all of them, there is no option but resistance. What kind of commitment do they have? Thus, we will firstly talk about how occupation affects their life and secondly, how they are resisting in their daily life.

      Avec:
      –Sami, member of the association Youth of Sumud in Hebron, studying law at the Hebron University.
      –Dana Farraj, a legal researcher and certified as alawyer at the Palestinian Bar Association since 2019. She is a member of Al Shabaka.
      –Hazar, studied at Birzeit University and currently working at Palestinian circus school.

      ==================================

      Le 2 décembre 2020 à 18h30 (heure de Paris): Loi sur l’État-Nation du peuple juif
      https://www.facebook.com/events/1464865037037374

      Inscription ici:
      https://us02web.zoom.us/j/89609353115?pwd=MDQzYnYxWGJGbHEvWkp4ZTFmV0Jpdz09

      L’adoption de cette loi fondamentale par la Knesset le 19 juillet 2018 fait d’Israël non plus l’État de tous ses citoyens mais « l’État nation du peuple juif ». Cette loi ne reconnaît le droit à l’auto- détermination qu’au seul « peuple juif » ; elle fait des 1,5 millions de Palestiniens d’Israël des citoyens de seconde zone ; elle remet en cause le caractère démocratique de l’État d’Israël. De plus, elle fait de la colonisation une valeur nationale.

      Avec:
      –Nada Awad est chargée de plaidoyer international à l’Institut du Caire pour l’étude des Droits de l’Homme. Palestinienne de Jérusalem, elle travaille également auprès du Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme (intervient en français).
      –Eitan Bronstein est un militant israélien, fondateur des ONG Zochrot et De-Colonizer (intervient en anglais).
      –Thomas Vescovi est chercheur indépendant en histoire contemporaine, et membre de l’Association France Palestine Solidarité (intervient en français).

      ==================================

      Le 6 décembre 2020 à 19h (heure de Paris): The Threat to Al Quds/Jerusalem
      https://www.facebook.com/events/401814877680215

      Discussions on demographic changes underway in Al Quds, house demolitions & evictions in East Jerusalem and Israeli settlers in Holy City, threats to Masjid Al-Asqa, Canadian policy regarding Palestine, and what is required from the international community at this time.

      Inscription ici:
      https://us02web.zoom.us/webinar/register/WN_hNkvYsN9S6WMHSKk_AQeKQ

      Avec:
      –Zakaria Odeh, executive director of the Civic Coalition for Palestinian Rights in Jerusalem
      –Jonathan Kuttab, founder of Al-Haq, recognized international human rights lawyer
      –Dr. Yousef Al Natshi, director of the prestigious Department of Tourism and Archaeology at the al-Haram al-Sharif in Jerusalem
      –Azeezah Kanji, legal academic and journalist

      ===========================

      Le 11 décembre 2020, de 9h30 à 16h30 (heure de Paris): Impunité : L’urgence de changer de cap - Journée de décryptage
      https://www.lacimade.org/programme-de-la-journee-de-decryptage

      Inscription ici:
      https://lacimade.typeform.com/to/ewWUYi4f

      -Migrations (violations des droits des personnes migrantes à la frontière gréco-turque),
      -Israël-Palestine (campagne d’annexion de la Palestine de la part d’Israël à partir du 1er juillet 2020),
      -Environnement (déforestation de l’Amazonie brésilienne à cause de l’élevage intensif de la viande bovine).

    • Le 3 décembre à 14h (heure de Paris) : Salah Hamouri et les politiques de transferts forcés à Jérusalem (en anglais, traduction simultanée en français)
      https://zoom.us/j/94402967028?pwd=UXYzYlVMUStSUWJjSGRUaFZpRm9Udz09#success

      Avec :
      - Professeur Michael Lynk, Rapporteur spécial des Nations unies concernant la situation des droits humains dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967
      - Maître Salah Hamouri, avocat au sein de Addameer, association palestinienne de soutien aux prisonniers et de défense des droits humains.
      - Maître Léa Tsemel, avocate et représentante légale de Salah Hamouri
      - Madame Shahd Qaddoura, spécialiste en droit international et chargé de plaidoyer à Al-Haq, association palestinienne de défense des droits humains
      - Monsieur Omar Shakir, Directeur pour Israël et la Palestine de Human Rights Watch
      - Madame Anne Tuaillon, Vice-présidente de l’Association France Palestine Solidarité

    • Dimanche 24 janvier 2021 à 18h (heure de Paris): Challenges for Justice in Palestine, with Yara Hawari (Ground realities and mood in Palestine), Michael Lynk (International human rights mechanisms and unending occupation), Stefan Christoff (Bilateral Free trade agreements and normalization with Israel), Alys Samson Estapé (Social movements’ isolating Israeli apartheid: Challenges ahead) and Bill Fletcher Jr (moderator)
      https://www.facebook.com/events/186902326513687

    • 27 janvier à 17h (heure de Paris): Webinaire “Baldassi and others v. France: impact and perspectives”
      https://www.eventbrite.co.uk/e/baldassi-and-others-v-france-impact-and-perspectives-tickets-132255248

      Avec:
      Dr. Paolo Cavaliere - Lecturer in Digital Media and IT Law, Edinburgh Law School
      Alys Samson-Estapé - European Coordinator for the Boycott National Committee (BNC) – Boycott, Divestment and Sanctions movement
      Dr. Jean-Christophe Duhamel, legal researcher at Lille Law Faculty, France
      Nadija Samour - Palestinian human rights lawyer based in Berlin

    • Table ronde organisée par la Cimade le 11 décembre 2020 "Impunité : L’urgence de changer de cap (Migrations, Israël-Palestine, Environnement)"
      https://vimeo.com/505140612

      Si l’impunité sévit dans le monde en provoquant la perpétuation de dégâts humains et environnementaux, la société civile continue de se mobiliser afin de lutter contre elle, contre les violations des droits humains, contre les crimes environnementaux et afin de tendre vers une société plus juste, solidaire et accueillante.

      Table ronde introduite et modérée par Valentin Prelat, Centre de Recherche et d’Information pour le Développement (CRID). Avec :

      Brigitte Espuche, Migreurop : bilan de la campagne « Frontexit » et nouvelles perspectives de mobilisation en faveur des personnes exilées

      Michèle Sibony, porte-parole de l’Union juive française pour la paix : la campagne BDS, Boycott-Désinvestissement-Sanctions : les enjeux d’une mobilisation contre l’impunité d’État

      Sébastien Mabile, avocat : le principe du devoir de vigilance et la mise en demeure du Groupe Casino : un nouveau paradigme de lutte contre l’impunité des multinationales ?

    • Le 8 février de 9h à midi: webinaire organisé par Al Haq “Pourquoi il faut rajouter Heidelberg Cement sur la liste des entreprises complice de la colonisation israélienne? L’exemple de la carrière de Nahal Rabba, près de Salfit, en Cisjordanie”
      https://us02web.zoom.us/j/84621827483?pwd=dytYWFY3Q0l6UlhzZHNjbkFxMGJYdz09#success

      Inscription, en particulier pour bénéficier de la traduction en anglais:
      https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSdSvILX9YjgNrgU17w4ddwNLTM4otfSXiTdNPJXtcodHfXRGw/viewform?gxids=7628

      In January 2020, Hanson Israel submitted a request to the Central Planning Bureau of the Israeli Civil Administration (ICA), within the Ministry of Defense, to amend the existing quarry plans (No 52/14/1) in order to expand the area of the Nahal Rabba Quarry. Several civil society actors and residents of the affected Palestinian communities from Al-Zawiya, Rafat, and Deir Balut submitted objections to those plans, and will be presented during the aforementioned hearing.

      Critically, the settlements are illegal under international law, and the involvement of business in the settlement enterprise, including through an Israeli subsidiary, may “have, directly and indirectly, enabled, facilitated and profited from the construction and growth of the settlements”.i It is crucial to hold national businesses operating in illegal settlements in the OPT accountable and to facilitate compensation for affected Palestinian communities whose rights to movement, property, livelihood, and family have been severely violated due to such illegal operations and activities.

      Plus d’information:
      https://www.alhaq.org/publications/16408.html
      https://www.youtube.com/watch?v=XTZazJZp700

    • 16 février 18h30 : « Plongée au coeur de l’apartheid israélien : Jérusalem-Est » avec Nada Awad, chargée de plaidoyer au Cairo institute for Human Rights Studies
      https://www.facebook.com/events/471668884007844
      https://us02web.zoom.us/j/89690315806

      Jérusalem-Est offre un condensé de ce que le régime ségrégationniste israélien offre de pire. Alors que les colons y bénéficient d’une citoyenneté israélienne pleine et entière, la majorité (60%) palestinienne est cantonnée à un statut précaire au rabais susceptible de leur être retiré à tout moment, faisant d’eux des étrangers dans leur propre ville.. Les différences de traitement par les autorités israéliennes selon l’appartenance à l’un ou l’autre groupe y sont manifestes dans tous les aspects de la vie quotidienne, qu’il s’agisse de la santé, de l’éducation ou encore de la culture. En outre, l’objectif officiel de contenir, voire de réduire la proportion de Palestiniens expose ces derniers aux expulsions et destructions de leurs habitations.