https://twitter.com

  • Salut à toi le professeur. Salut à toi Samuel Paty.
    https://www.affordance.info/mon_weblog/2020/10/salut-a-toi-le-professeur.html

    Les actes de déséquilibrés ou de fanatiques répondant aux injonctions d’appels à la haine préexistaient aux réseaux sociaux. A ce titre là, la responsabilité de ces réseaux est plus corrélative que causale. En revanche et de tous temps, les actes de déséquilibrés ou de fanatiques répondant aux injonctions d’appels à la haine ont à peu près toujours été causés structurellement par des formes de publicitarisation en amont comme en aval de leurs crimes. Ce sont des formes primaires et primales de publicitarisation qui concourent à leur passage à l’acte, et c’est la conviction qu’ils ont que leur crime sera publicitarisé et non pas simplement « rendu public », c’est cette conviction qui est l’un des moteurs essentiels de leur passage à l’acte. Parvenus à la fin de cet article, vous comprendrez, j’espère, pourquoi je ne vous mets pas de liens.

    Reste la question des caricatures, de ce que l’on peut en faire et comment, dans un cadre éducatif. La question de la performativité de ces dessins. Qui malgré la bouillie intellectuelle qu’en font les éditorialistes à écharpe et autres exégètes de leur propre vacuité, remplissent un rôle et une fonction parfaitement définie. Et qu’expliquait très bien André Gunthert dans ce thread sur Twitter (je souligne) :

    "Il y a un paradoxe étrange à voir les gens se plaindre constamment des réseaux sociaux à cause de la violence des échanges, et prétendre que les caricatures sont les outils ultimes de la liberté. Ce qui définit une caricature, c’est qu’elle produit une violence. En termes linguistiques, on dit qu’il s’agit d’une expression performative, c’est à dire qu’elle a un effet, comme une insulte ou un coup. Parce que la caricature est puissante, l’exercice de cette violence ne peut pas s’effectuer sans règle, ni de façon gratuite, dans l’espace public. La règle qui régit la caricature est simple : elle punit un travers, elle réagit à une action ou un propos coupable. Cette sanction visuelle fait évidemment l’objet d’une surveillance, comme n’importe quelle expression dans l’espace public. Comme n’importe quel jugement journalistique, un dessin peut être inapproprié ou non pertinent, et il existe des instances pour en juger. Il n’existe donc aucune exception particulière à la forme dessinée, qui donnerait droit à une critique essentialiste d’un groupe, d’une opinion ou d’une croyance. La satire n’est légitime que si elle concerne un fait critiquable."

    Encore une fois, si l’on veut comprendre la chaîne des responsabilités, il faut s’entendre sur le périmètre et la nature de l’espace public dans lequel elles prétendent s’exercer. Je vous propose de le nommer, cet espace particulier. Les réseaux sociaux sont intrinsèquement, structurellement et architecturalement des espaces « publi-cides », « publi-cidaires ». Des espaces « publi-cidaires » qui ne dévoilent, ne révèlent ou n’autorisent des lieux commus de discours que pour mieux tuer la question de l’espace public de leur résonance.

    Parvenus à la fin de cet article, vous avez j’espère compris pourquoi je ne vous ai pas mis certains liens.

    Salut à toi le professeur
    Salut à toi Samuel Paty
    Salut jeunesse du monde entier

    https://twitter.com/oliviertesquet/status/1318235520825176065

  • Caisses de grève sur Twitter : "E. #Macron refuse d’augmenter les minima sociaux, parce qu’on a « constaté » que ça décourage le retour à l’#emploi. Ester #Duflo, prix Nobel d’#Economie, nous explique que c’est un #choix purement idéologique et que toutes les études montre le contraire. #RSA #APL" / Twitter
    https://twitter.com/caissesdegreve/status/1317940090933477378

    https://video.twimg.com/ext_tw_video/1317938797267607553/pu/vid/720x720/32mDWQxfh5JvBJ3d.mp4?tag=10

    #idéologie #politique #social

  • « Garry » sur Touiteur a trouvé une pépite d’interview politique :
    https://twitter.com/repeattofade/status/1317725051286884354

    this is one of the most hostile interviews I’ve ever seen (I love it) but the New Zealand accent makes it sound so fun

    https://video.twimg.com/amplify_video/1317602228614713346/vid/1280x720/eoTQqtstcC4EdvrQ.mp4

    for everyone asking, this is @TovaOBrien for @NewshubNZ and as she succinctly says, the duty of a journalist should not be to provide a platform for anyone to spread statements that are factually incorrect, but to actually inform the viewer and provide context

  • Je suis toujours aussi sidéré quand on nous impose Manuel Valls au centre de l’attention médiatique du jour. Ça intéresse les gens ? Ça fait de l’audience ? Mais why mon dieu why ?

    Parce qu’objectivement il n’existe que deux catégories de français : ceux qui détestent et méprisent tout ce que Valls représente, et ceux qui ne savent pas qui c’est.

    Alors je ne comprends vraiment pas. Pourquoi est-ce que les journaux croient qu’il devrait nous intéresser ?

    (Ah, et Cazeneuve, aussi. Là on touche à l’impénétrable : je suis certain que la plupart des gens sont obligés de googler son nom.)

  • Anti-Netanyahu protests resume in Jerusalem, across Israel, in shadow of right-wing violence
    Bar Peleg, Noa Shpigel, Nir Hasson, Josh Breiner | Oct. 17, 2020 | 10:52 PM - Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-anti-netanyahu-protests-to-resume-in-jerusalem-across-israel-as-re

    Demonstrators across Israel report pepper spray attacks, small explosives, and verbal abuse as protests return to Balfour Street and continue throughout the country after emergency order limiting them expires

    Protests renewed in Jerusalem Saturday after a two-week hiatus due to coronavirus restrictions, with 10,000 Israelis calling for Prime Minister Benjamin Netanyahu’s resignation, while thousands more protested across the country.

    Violent attacks on protesters were reported around the country. Protesters in Haifa, Jerusalem and Ramat Gan were sprayed with pepper spray. Police have arrested seven suspects in the attacks.

    Police arrested nine protesters in Jerusalem after hundreds of people started marching toward the city center. About a thousand protesters managed to evade the police and march through central Jerusalem. Together, they are proceeding towards the market and from there to the Knesset.

    The Jerusalem Magistrate’s Court extended the custody of a 19-year-old who is suspected of assailing police officers and attacking protesters with a chair.

    The suspect, Netanel Aharon Haim from Jerusalem, was arrested by undercover police on Saturday for throwing bottles at protesters who were demonstrating on Balfour Street and later attacked officers who were filming him.

    A knife was also found in his pocket, which he said served him in his job at the shuk. Police investigation shows that during the protest Haim shouted tirades at the demonstrators and later hurled a bottle of beer at them.

    Earlier in the evening, a group of young protest leaders led a march through Jerusalem to Paris Square, adjacent to the prime minister’s official residence. A convoy of about 500 cars made the drive from central Israel’s Sharon region to Jerusalem.

    The Black Flags protest group reported that police checked each vehicle at a checkpoint near Abu Ghosh, on the main route to Jerusalem, causing traffic congestion and making it difficult for protesters to get to Balfour.

    Jerusalem’s Balfour street, where Netanyahu’s official residence lies, has been the focal point for ongoing anti-corruption protests. Last month, emergency coronavirus regulations banned travel beyond 1,000 meters from one’s home, effectively barring demonstrators from reaching Jerusalem. While the regulations were in effect, protesters demonstrated at over a thousand designated points across the country, allowing Israelis to demonstrate near their homes.

    Even though the one kilometer protest distance restrictions expired on Wednesday night, demonstrators continued protesting at 1,275 locations around the country. In Tel Aviv, over 1,000 protesters marched from Habima Square to Rabin Square before continuing northward through the city.

    Earlier in Tel Aviv, The Movement for Quality Government held a demonstration in which former minister Tzipi Livni told the hundreds who gathered there that “Netanyahu chose to be the man who destroyed democracy and broke apart Israeli society.”

    She added, “I couldn’t be silent anymore. This is enough.” She told protesters, “you are the best medicine against despair. You are the ones who are bringing back the shine to the eyes of those who lost it.” Addressing Netanyahu directly, she said, “Israel’s citizens are telling you – we’ve had it up to here. You are not the victim in this story and we won’t let you turn democracy into the victim. Israel is a state of law, and no man will be above the law, not even the prime minister.”

    Regarding the protests, Netanyahu said Saturday night that he is not “fighting a war against them.” He said that the government struck down the emergency regulations on Tuesday. “We’re not arguing with the right to protest, it’s clear. By the way, in other countries like Australia, they are.”

    Protesters across country report violence

    Following the demonstration at Habima Square in Tel Aviv, two small explosives were thrown at protesters. According to eyewitnesses, a group of about 20 boys on bicycles arrived at the scene and started verbally abusing the protesters before throwing the explosives.

    Mor, 23, identified 15 to 20 boys on electric bikes and scooters, who called the protesters “traitors” and “leftists”, before one of them threw something in their direction and immediately fled. “There were two powerful explosions,” she said, “luckily nobody was hurt.”

    In Ramat Gan, a couple was pepper sprayed at the end of the protest. One of the two victims, a woman in her 50s who is a resident of the Tel Aviv suburb, said that she was standing at the junction as she does every week. After an hour and a half of protesting, as the couple started home, a car stopped near them and the driver stuck his hand out the window, pepper sprayed them, and fled.

    She said that others came to their aid, and after they managed to regain their vision, another man stood close them on a motorcycle, cursing them and threatening to kill them. “A police officer went by seconds later, and they asked him for help, but he said that he would report it and just drove away.” Her partner said that he knew that there would be people who would react negatively, but that he expected that at least the police would do something.

    Police arrested three Kiryat Yam residents, all in their twenties, suspected of pepper spraying demonstrators in Haifa. A police statement said that a short while before 9 P.M., they received reports of people pepper spraying protesters at a number of sites throughout the city, and that evidence was found in the three mens’ cars linking them to the attacks.

    Police also confirmed reports of a pepper spray incident in Tel Aviv, in which a motorcycle courier with the Wolt delivery service pepper sprayed a 12-year-old girl who was there with her mother and brother, among others, at a protest.

    He was stopped shortly after by a police officer at the scene. The child who was attacked, Rona Gilat, told Army Radio journalist Nurit Kanti that the courier claimed he himself had been attacked, but Gilat’s mother Adi refuted the claim, saying that he was going at about 40 kilometers an hour, against the flow of traffic, making it impossible to attack him.

    Wolt released a statement saying that they are unfamiliar with the incident, but denounce the act of violence and will cooperate with police.

    On Tel Aviv’s Nordau Street, police arrested a 19-year-old suspect who sprayed an unknown substance at protesters, one of whom was injured by the attack and required medical care.

    Earlier in the evening, on Tel Aviv’s Kaufmann street, police arrested a 54-year-old man who cursed at demonstrators and punched one of them in the face. The protester did not require medical treatment.

    Police also reported that in the early evening, they received reports that a suspect pepper sprayed protesters standing on Jaffa’s Yefet Street from a vehicle. None were injured in the attack, and police identified the vehicle a short while later and took in two suspects, a 17- and 20-year-old from Bat Yam, for questioning.

    At a protest in the Jezreel Valley, a video on social media showed a man stopping his car at an intersection, exiting the vehicle, and cursing at a protester, reported to be a woman in her seventies.

    In the northern town of Kiryat Ata, police have opened an investigation after an unknown assailant threw a stone at protesters.

    In the run-up to Saturday night’s demonstrations, protest groups had called for an increased presence in two locations in Holon, which saw exceptional violence against demonstrators on Thursday night. Members of La Familia, the Beitar Jerusalem soccer fan club known for its far-right, anti-Arab ideology, shifted between the two main protest sites in the Tel Aviv suburb in a manner that appeared to have been planned in advance.

    Some 200 protesters gathered at each of the city’s two main protest sites. About 20 pro-Netanyahu counter-protesters also arrived, with a police force separating the groups. Border Police, special forces and other police units arrived at the Holon protest sites on Saturday evening ahead of the protest.

    Yesh Atid Chairman Yair Lapid, speaking from Balfour Street, said of the attacks by La Familia in Holon that “I warned time and time again that Netanyahu’s incitement will turn into violence in the streets. It was clear that it would happen.”

    Meretz MK Tamar Zandberg also said she would submit a request for an “urgent debate in the Knesset regarding violence against demonstrators... in order to stop this madness.”

    At a square in Hadera, eight pro-Netanyahu protesters carrying Likud flags stood next to about a dozen anti-corruption protesters, carrying black and Israeli flags. Three police officers supervised the protests but did not intervene, nor did they attempt to separate the two groups. The anti-corruption protesters said that they had been demonstrating at the square for a while, but the counter-protesters had begun doing so only recently.

    The Likud protesters, most of them teenagers and young adults, shouted pro-Netanyahu slogans at passing cars and cursed at the anti-Netanyahu activists next to them. They refused to be interviewed, and tried to distance Haaretz photographer Rami Shlush from the area by waving their flags at him.

    The Black Flags protest group released a statement saying that “The State of Israel has found itself in the largest health and economic crisis in its history for one reason alone: Benjamin Netanyahu. The defendant, instead of caring for his citizens, cares only about himself and his family.”

    “There is only one way to stop the failed lockdowns and encourage the economy – bring about the departure of Netanyahu, and that the prime minister of Israel will be a man or woman who will deal with the country and not with themselves,” the statement added.

    On Thursday night, at Holon’s Kugel Square, La Familia members sprayed pepper spray at demonstrators, while in the plaza outside the Mediatheque, they hit one protest activist, Sadi Ben-Shitrit, in front of his 8-year-old son and assaulted Haaretz photographer Tomer Appelbaum. If Appelbaum had not tried to separate the assailants and Ben Shitrit, the incident may have escalated. Two minors were later detained on suspicion of involvement in the assault.

    Also on Thursday night, videos on social media showed a police officer pepper spraying a protestor and then kicking a person who was on the ground at a demonstration in Haifa. Eyewitnesses said that “people were banging on [a police] vehicle, and then a police officer arrived and began to spray people with pepper spray indiscriminately, and people began to flee… it’s true that they were provoking the police, but provocation does not warrant such a lack of restraint.”

    #Israelmanifs

  • A tale of two protests: Dispossessed Palestinians vs. privileged Jewish Israelis
    Gideon Levy | Oct. 14, 2020 - Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/opinion/.premium.highlight-a-tale-of-two-protests-dispossessed-palestinians-vs-priv

    It’s all there, in two brief videos. The first: a young Tel Avivian in a bikini at the beach, prohibited under the lockdown. A policeman approaches and very politely asks for her name, so he can write her a ticket. She refuses. The policeman – his name is Amit – tries to cajole her, saying that if she refuses to identify herself, he’ll be forced to arrest her. The woman stands up and starts to walk away, pointedly ignoring the officer. “You’re not putting handcuffs on me,” she says. The policeman tries again to persuade her, but right before she walks away dismissively, he handcuffs her and makes the arrest.

    The moment goes viral. It broke the Israeli internet: a Jewish policeman arresting a young, innocent Jewish woman in a bikini. Fascism has arrived. The end of democracy. Citizens are being abducted. Political arrests. Dictatorship. Totalitarianism; tyranny; Pinochet on the beach, Mussolini on the sand.

    The beach girl was soon released, of course. The police posted a video showing the moments leading up to the arrest, and the storm died down a bit. Perhaps fascism is tarrying on its way to the beach in Tel Aviv, but it’s definitely in transit. After all, the officer placed steel handcuffs on the young woman.

    The second video: Palestinian farmers from the village of Burqa are on their way to harvest olives on their own land. A group of settler thugs, clubs concealed in their shirts, ambushes them in the grove. “I am the king of this land. God gave it to me, and you are on our land. I am the son of Allah, and you are his slave,” one of the thugs from the illegal settlement outpost Oz Tzion barks, in a nauseating lordly tone. Neither the army nor the police are there, but after years of fear and cowering, the harvesters try to protect themselves and their property.

    A group of young Palestinians from Faz3a, an organization that was established to protect the farmers, escorts them to the grove, and as if by a miracle they succeed in driving the settler bullies from their land by throwing rocks at them. The settlers also throw stones, including at Ohad Hemo of Israel’s Channel 12 News, who is reporting on the incident.

    Hemo documented a daily occurrence during the olive season. For the Palestinians the harvest, a beautiful and moving agricultural and family event, has for years been a battle. Thanks to Hemo’s dedication, Israelis were exposed for a moment Tuesday to this reality. It certainly disturbed many good Israelis, who were ashamed by the sight, but no one took to the streets banging pots in protest. If there was a mini-storm, it was because Hemo was injured and people were worried about him. Nobody talked about fascism, tyranny, the end of democracy. This was not about the handcuffing of a Jewish woman on the beach.

    Protest vs. protest. The protest of the dispossessed, rightless Palestinian farmers who are trying to fight for the last remains of their property and their dignity, and the protest of privileged Jewish Israelis, who want to have a different prime minister and who lament the end of their democracy. One protest stirs up emotions, while Israel ignores the other. But they are intertwined. It’s impossible to demand democracy without demanding democracy for everyone. There is no such thing as democracy that is not for everyone. Israeli fascism is in Burqa, not yet on the Tel Aviv beach.

    And so it’s impossible to relate too seriously to the protests near the prime minister’s Balfour Street residence. If people in Burqa can’t harvest their olives because of fascism and the Balfour Street protesters don’t care, the Balfour Street protest is not an anti-fascism or pro-democracy movement, as it purports to be, despite all its fine words.

    As long as military tyranny reigns in Burqa, supported by violent and wild militias, Israel will not be a democracy, even if the protest at Balfour Street achieves its goals and Benjamin Netanyahu is sent to prison, to the joyful cries of the protesters.

    So demand democracy for everyone, or don’t talk about democracy at all.

    #Isrelmanifs

  • En Guyane, un couvre-feu évolutif efficace contre la première vague de l’épidémie de Covid-19
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/10/15/en-guyane-un-couvre-feu-evolutif-efficace-contre-la-premiere-vague-de-l-epid

    Territoire français amazonien peuplé de 283 500 habitants, la Guyane est sortie de l’état d’urgence sanitaire le 17 septembre par décret. On y recense jusqu’à présent plus de dix mille cas de coronavirus (dont près de 9 900 guérisons), 69 décès en milieu hospitalier, 14 patients hospitalisés et cinq en réanimation.D’après une étude mise en ligne le 12 octobre, qui associe notamment l’Institut Pasteur, Santé publique France, le Centre hospitalier de Cayenne, l’Université de Guyane et l’Agence régionale de santé, le couvre-feu a eu un impact significatif au plus fort de l’épidémie, en juin et juillet. « En deux ou trois semaines, il y a eu une baisse de plus de 30 % du taux de reproduction du virus. On est passé de 1,7 à 1,1 », observe le docteur Mathieu Nacher, professeur en épidémiologie au Centre hospitalier de Cayenne, l’un des coauteurs de l’étude
    « Les modèles montrent que les lits de réanimation occupés ont été divisés par trois ou quatre » en quelques semaines, précise-t-il. « Certains voulaient tout fermer ; d’autres étaient pour le contraire. On a choisi une voie médiane, qui a eu un impact », poursuit M. Nacher, qui a participé à la réflexion sur la gestion de la crise avec le professeur Félix Djossou, chef du service des maladies infectieuses au Centre hospitalier de Cayenne, également coauteur de l’étude. « La vague a été plus longue, mais moins haute que partout ailleurs, ce qui a permis à notre système de santé de faire face plus facilement, nous évitant d’être submergés », ajoute le professeur Djossou.« Le couvre-feu a été un mécanisme évolutif : on resserre quand l’épidémie est à son pic, et on desserre quand il y a moins de cas. Cela permet de ne pas étouffer totalement l’économie », argumente-t-il. L’étude aborde d’autres mesures : le confinement de 23 zones de cluster et le développement d’une grande capacité de test. La jeunesse de la population guyanaise – vingt-sept ans en moyenne – a contribué aussi à faire baisser le risque d’hospitalisation.L’analyse du cas guyanais révèle également la nécessité d’adapter les mesures à un territoire grand comme le Portugal, dont l’intérieur forestier n’est accessible qu’en pirogue ou en avion, avec un mode de vie différent du littoral. Ainsi, Camopi, commune amérindienne à la frontière avec le Brésil, a été reconfinée le 30 septembre pour deux semaines par le préfet, après une cinquantaine de cas en septembre sur 1 800 habitants. Les écoles et le collège de la commune ont été fermés.
    « Une atteinte à la liberté de travailler et de circuler »
    « C’est difficile de faire passer le message de rester en famille isolée à une population qui vit en communauté, où un foyer peut abriter deux à trois familles », souligne Laurent Yawalou, le maire de Camopi. « L’arrêté préfectoral qui couvre toute la Guyane n’est pas très relayé ici, car il n’y a pas de contrôle, et on ne circule quasiment pas la nuit, à part des chercheurs d’or clandestins », poursuit l’édile. Pour réduire le risque sanitaire, « nous avons demandé à la population de se confiner par famille dans leurs abattis – les zones agricoles traditionnelles », précise M. Yawalou.

    #Covid-19#migrant#migration#france#guyane#sante#couvrefeu#territoire#frontiere#circulation

  • Charles Enderlin sur Twitter : « Sondage aux USA, en dépit de la politique pro israélienne de Trump, 70% des Juifs soutiennent Biden. 27% pour Trump. En Israël selon un sondage d’I24, 63,3% des israéliens préfèrent Trump et 18,8% Biden https://t.co/OzV5xvhjvN » / Twitter
    https://twitter.com/Charles1045/status/1316301934425452544

    Sondage aux USA, en dépit de la politique pro israélienne de Trump, 70% des Juifs soutiennent Biden. 27% pour Trump. En Israël selon un sondage d’I24, 63,3% des israéliens préfèrent Trump et 18,8% Biden
    https://www.haaretz.com/us-news/.premium-despite-israel-wins-u-s-jews-don-t-reward-trump-at-the-ballot-box-

  • Thread tests, by Le Flohic @DrGomi https://twitter.com/DrGomi on Thread Reader App
    https://threadreaderapp.com/thread/1315934752067727360.html

    je reprends certains éléments transversaux, parce qu une politique de tests n’a de sens que si elle est faite avec une vision stratégique 1/

    https://www.has-sante.fr/jcms/p_3212101/fr/avis-n-2020-0059/ac/seap-du-8-octobre-2020-du-college-de-la-haute-autorite-de-sante-relatif-a-

    https://twitter.com/HAS_sante/status/1314532172863287298

    l’HAS se trompe, l’intêret du #test_antigénique n est pas de remplacer la rtpcr chez les symptomatiques, mais de sécuriser préventivement les événements privés ou de lieux clos brassant de façon ponctuelle, afin de détecter les forts excréteurs.

    En l occurence l ’HAS propose ici de suppléer à un systême défaillant , plutôt que de régler les problêmes qui aujourd ’hui empêchent les symptomatiques d ’avoir accès à un résultat de RTPCR dans les 24/48H 2/
    de même je vois qu’il est question d’utiliser les tests antigéniques en intrahospitalier ce qui me semble contraire à l’idée que là ou la rtpcr NP peut être faite dans des délais de 24H elle doit être priorisée 3/
    notre problématique de tests est simplement à mettre en rapport avec la façon dont diffuse le #SARSCoV2 , là ou il est dangereux, là ou nous sommes trop lents et ou nous n ’avons aucune chance d aller plus vite sans changer de technique 4/

    nous savons que 10% des porteurs du sars sont responsables de 80 à 90% des contaminations ultérieures en lieu clos en particulier, et nous savons que les porteurs asymptomatiques, mais surtout présymptomatiques et paucisymptomatiques 5/
    (dont on ne parle pas assez car en fait beaucoup d’ asympto sont souvent des pauci sympto) contaminent 24/48 heures avant d être malades, ce qui a rendu le contrôle de cette épidémie très problématique 6/
    nous savons que les pays qui ont réussi à contrôler ont réussi deux choses : ils ont limité la diffusion communautaire pour pouvoir tracer les cas, et ils ont tracé les cas en remontant et en cherchant les lieux et groupes vecteurs ; nous n’en sommes hélas plus capables 7/
    au vu de la diffusion communautaire ; ce que nous faisons peut encore avoir une incidence sur la dynamique, mais probablement à la marge (70000 nx cas /semaine, 200000 cas contacts a tracer...) et seulement dans les zones de faible incidence 8/
    Nous sommes donc à la merci des caprices du sars, et d’une aggravation de virulence liée à l augmentation de la charge virale territoriale, et aux modes de vie autpmnaux/hivernaux 9/
    Comment « attraper » les vecteurs , c est la question que soulève la mise en place d une stratégie de tests. Sur les lieux clos et stables, a risque, ainsi que sur les groupes principaux vecteurs a risque (ambulanciers...) 10/

    en ayant un résultat de test en 24H, on a déjà laissé diffuser l’infection pendant deux à trois jours ; c est la raison de la mise en place d’une politique de prévention et de dépistage systématique bihebdomadaire sur ces groupes stables : détecter en période présymptomatique 11/
    car le tracing ne peut y arriver ; sur la diffusion telle que constatée dans les universités et autres lieux (travail...) les mesures ne sont pas a niveau (télétravail, masques, demi groupes , aeration etc) mais sur le plan des tests 12/
    si on veut sécuriser, c est ici que prend tout le sens des tests antigéniques, qui peuvent permettre de sécuriser des événements de lieux clos dans des groupes non stables et non organisés, qui ne peuvent faire l objet de pooling qui concernent les communautés stables 13/
    la aussi la « perte de sensibilité » (qui est maintenant minime et a donné lieu au retard sur l intérêt mais aussi dans la compréhension de la stratégie à déployer) est largement compensée par la répétition, mais surtout par l usage stratégique de ces tests 14/
    car sécuriser les événements privés, familiaux, culturels, PREVENTIVEMENT en détectant les forts excréteurs ce que ces tests font très bien devrait être une priorité 15/
    reste enfin les tests POC( point of care) qui permettraient aux soignants et groupes a risques lieux a risque (entreprises) de détecter rapidement tout paucisymptomatique, et pour nous médecin , de faire le tri entre syndromes grippaux/HRV etc et Covid sans attendre deux jours16/

    voire parfois bien plus (question en passant quel est le cout de ces arrets de travail par rapport à l équipement des cabinets de médecins générale en POC ?) 17/
    A vo Eugeno en testant l ensemble des 3000 habitants deux fois a dix jours d intervalle, l ’épidémie a été éteinte, malgré les 30% de faux négatifs RTPCR. parce que les tests ne laissent pas passer les forts excréteurs 18/
    cette notion date de mars. J ai donc un message à faire passer : c est la politique de tests (en sus des mesures de prévention) qui peut nous sortir d affaire à la condition de réfléchir à une stratégie tenant compte de l ’épidémiologie du #SARSCoV2 19/

    #superspreaders

  • Covid-19 : pour le chef du service infectiologie du CHU de #Montpellier, la situation est « critique » et « justifie » les mesures prises
    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/covid-19-pour-le-chef-du-service-infectiologie-du-chu-de-montpellier-la

    « Nous sommes actuellement à une centaine de personnes hospitalisées au CHU de Montpellier avec beaucoup d’admissions récentes, explique Jacques Reynes. Il y a beaucoup de mouvements avec des sorties pour pouvoir accueillir d’autres nouveaux patients. » Pour le chef du service infectiologie, « c’est donc une situation compliquée avec une extension des lits nécessaires. Une situation assez critique qui justifie les mesures qui ont été prises. » 

    Concernant un éventuel couvre-feu à Montpellier, le chef du service infectiologie « pense que ce serait logique » car « Il faut tenir compte de deux choses. D’une part la problématique du court terme. On ne peut pas continuer comme ça sinon ça va être rapidement catastrophique au niveau de la prise en charge hospitalière. D’autre part, il y a une épidémie qui manifestement va durer et donc il faut adapter le niveau de précaution. »

    • Partir du ballon d’essai gouvernemental (couvre-feu) plutôt que d’arguments sanitaires (et le travail ? et l’école ? les facs ? le gestes barrière ? les masques ?)... on a le choix la plupart du temps entre ce degré zéro d’autonomie intellectuelle de nos mandarins et des discours ineptes d’"experts" munis de titres ronflants.

    • @colporteur : très d’accord.

      Le seul intérêt que je vois à ce genre de « ballon d’essai », c’est que les gens vont peut-être enfin arrêter de répondre à tout bout de champ : « ah mais non, de toute façon ils peuvent pas reconfiner », qui semble clore absolument toute discussion et interdit de réfléchir, justement, aux mesures à prendre pour ne pas être condamnés à reconfiner. Parce que le discours officiel commence à distiller l’idée que, ah ben quand même, peut-être qu’on pourrait bien. (Mais évidemment, faudrait que ça serve à autre chose qu’à la culpabilité individuelle et à la condamnation au démerdentiel.)

      Mais de toute façon, je pense vraiment que c’est bâché : si on arrive à prendre des mesures réellement efficaces à l’école, à la fac, à la cantine… c’est que la semaine suivante on sera reconfinés pour de bon. C’est-à-dire en dernier ressort, trop tard, et uniquement comme alibi pour dire qu’on a tout essayé. On en est encore à pleurnicher sur le port du masque, alors imposer de cuisiner des tupperwares aux gamins à la place de la cantine…

      D’où le fait que, de plus en plus, on s’inquiète de constater que rigoureusement rien n’est prévu, ni au collège de notre aînée, ni à l’école des petits, en cas de fermeture des classes. (On s’inquiète depuis le déconfinement, mais là ça devient pressant.)

    • Et pendant ce temps : @Prefet34 dispense du port du masque les étudiants qui composent en présentiel...
      https://twitter.com/yannbisiou/status/1315705274737590273

      Lors du confinement du printemps, 31% de la population active a continué à travailler hors télétravail
      https://seenthis.net/messages/880243

      L’hypothèse d’un confinement, ou de plusieurs confinements locaux, durant les vacances de la Toussaint gagne en consistance. Mais d’ici là, par civisme, réservez pour les vacances a dit le secrétaire d’état au tourisme.

  • Donald J. Trump sur Twitter : “A total and complete sign off from White House Doctors yesterday. That means I can’t get it (immune), and can’t give it. Very nice to know!!!” / Twitter
    https://twitter.com/realDonaldTrump/status/1315316071243476997

    Twitter:

    This Tweet violated the Twitter Rules about spreading misleading and potentially harmful information related to COVID-19. However, Twitter has determined that it may be in the public’s interest for the Tweet to remain accessible.

  • Covid-19 : un couvre-feu à l’étude pour Paris et l’Île-de-France - Le Point
    https://www.lepoint.fr/societe/covid-19-un-couvre-feu-a-l-etude-pour-paris-et-l-ile-de-france-12-10-2020-23

    Ce mardi matin, un conseil de défense se déroulera à huis clos à l’Élysée pour arbitrer de nouvelles mesures de restriction. Mardi soir, les ministres concernés par la crise du Covid-19 seront également conviés discrètement à Matignon. Ce lundi matin, leurs directeurs de cabinet se sont d’ores et déjà retrouvés à l’Élysée autour du secrétaire général du palais, Alexis Kohler. Selon plusieurs sources au sommet de l’État, l’hypothèse d’un couvre-feu nocturne dans les zones le plus à risque, en particulier Paris et l’Île-de-France, est à l’étude avec différents scénarios de mise en application : à partir de 20 heures, 22 heures ou 23 heures, comme à Berlin ou Francfort, en Allemagne, depuis ce week-end.

    J’ai laissé la photo du Point, non légendée mais ressemblante. Ici, il y a beaucoup de cafés ouverts - à vue de nez, moins chez les Kabyles ; idem, les kebabs turcs refusent de servir à boire sans manger ; des Asiatiques gardent le tabac ouvert mais ferment la partie bar - les terrasses étant le seul lieu où on peut ne pas être masqué à l’extérieur.

    • Ile-de-France : 17% des personnes testées pour le coronavirus sont positives, du jamais vu
      https://www.francebleu.fr/infos/sante-sciences/ile-de-france-17-des-personnes-testees-pour-le-covid-sont-positives-du-ja

      La « grande marée » de patients Covid annoncée la semaine dernière serait-elle en route ?

      [le directeur de l’Agence régionale de santé, Aurélien Rousseau] a aussi indiqué que 42% de patients Covid se trouvaient dans les services de réanimation de la région. Il y a « plus de 1.480 personnes dans les lits d’hospitalisation conventionnelle, 672 dans les soins de suite et de réadaptation et presque une centaine dans les lits de psychiatrie », a-t-il précisé.

      Selon l’ARS, il y a des signes alarmants. Par exemple « aujourd’hui à Paris chez les 20-30 ans plus de 800 cas positifs pour 100.000. Le seuil d’alerte c’est 50 ».

      « Et surtout, depuis trois jours, ces chiffres augmentent très rapidement chez les personnes âgées, or le passage entre les générations, c’est ça qui est notre préoccupation majeure », explique Aurélien Rousseau.

      Pour le directeur de l’Agence régionale de santé, il n’y a pas de doute, dans les 15 prochains jours, on aura plus de cas graves.

      Aurélien Rousseau pense qu’il y aura « sans doute jusqu’à 300 personnes par jour dans les prochains jours qui vont arriver dans les hôpitaux d’Ile-de-France ».

      Par ailleurs, sur les 700 Ehpad d’Ile-de-France, 127 comptent au moins un cas de Covid-19, a-t-il dit.
      Les hôpitaux sont en alerte

      Il a été demandé aux hôpitaux d’activer tous leurs dispositifs de crise pour ne pas se laisser surprendre et dépasser par une nouvelle grande vague de malades.

      Les hôpitaux déprogramment des interventions non-urgentes quand c’est nécessaire et ils peuvent aussi repousser les congés des soignants.

      Le secteur privé est aussi très mobilisé, souligne l’ARS qui indique que « dans les lits de réanimation, 24% des malades sont dans le privé ».

    • Reconfinement, couvre-feu… Face à la deuxième vague, quelles sont les options du gouvernement ?
      https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/10/13/reconfinement-couvre-feu-face-a-la-deuxieme-vague-quelles-sont-les-options-d

      Evoqué dans le dernier avis du conseil scientifique, le couvre-feu apparaît comme une alternative moins « coûteuse » [que le confinement, pas évident à réaliser au niveau local, ndc] économiquement et socialement. Il a été mis en œuvre avec succès en Guyane, en juin et juillet. En semaine, il a d’abord été interdit aux habitants de circuler à partir de 23 heures, puis cette limite a été abaissée à 21 heures, avant de passer à 19 heures, puis 17 heures. Le week-end, chacun devait rester chez soi à partir de 13 heures le samedi. « Combiné avec d’autres mesures, comme la fermeture des frontières et des limitations de déplacement, cela a permis d’abaisser le R de 1,7 à 1,1 », détaille Simon Cauchemez, modélisateur à l’Institut Pasteur, auteur d’une étude sur le sujet, prépubliée en ligne.

    • ILE-DE-FRANCE : LE DIRECTEUR DE L’AP-HP PRÉVOIT L’OCCUPATION DE « 70 À 90% » DES LITS DE RÉANIMATION FIN OCTOBRE

      https://www.bfmtv.com/paris/pour-martin-hirsch-70-a-90-des-lits-de-reanimation-d-ile-de-france-seront-occ

      Au regard des indicateurs actuels de suivi de l’épidémie,
      "aux alentours du 24 octobre, il y aura au minimum entre 800 et 1000 patients Covid dans les services de réanimation"
      franciliens, alerte ce mardi Martin Hirsch, directeur général de l’AP-HP, dans une interview au Parisien. Soit "70 à 90% de nos capacités actuelles" , précise-t-il.

      Pour le directeur de l’AP-HP, cet afflux dans les services de réanimation "est inéluctable" . "La situation est grave" , ajoute-t-il, précisant qu’environ "20% des interventions non prioritaires sont en cours de déprogrammation" dans les 39 hôpitaux du groupement.

      Pour tenter de ne pas aggraver la situation à venir dans les services de réanimation et d’éviter de « faire un choix entre les patients », « c’est aujourd’hui qu’il faut agir », assure Martin Hirsch, qui préconise une « politique bien plus systématique de télétravail » au sein des entreprises. Mais aussi et surtout une diminution significative des interractions sociales des Franciliens.

      "Nous devons − vous, moi, tout le monde − avoir 20 % de contacts sociaux en moins" , explique-t-il dans les colonnes du Parisien.

    • Faire en français signifie chier. Exemple : Ne forçons pas notre talent. Nous ne FAIRIONS rien avec grâce.
      Traité du style, Aragon.

      Le Monde avec AFP, le 14 octobre à 01h30

      « Il ne s’agit pas de prendre une mesure pour quinze jours, un coup on ferme, un coup on rouvre. Il faut des mesures bien plus longues, selon son entourage. « Les Français ont besoin de clarté sur le moyen et long terme. Il faut leur donner une trajectoire, un calendrier pour les mois qui viennent » , ajoute l’entourage du chef de l’Etat, pour qui les six à huit prochaines semaines seront une période charnière.

      Un couvre-feu permettrait de limiter les déplacements nocturnes, donc les réunions de famille ou d’amis, en particulier chez les jeunes, dont les fêtes dans des lieux privés, très difficiles à contrôler, sont autant de clusters potentiels.

      « Des villes de différentes tailles seront concernées par ces mesures, en fonction de la circulation du virus », ajoute la même source. « Mais il faut faire peser le minimum de contacts sur la vie de tous les jours, dont l’école ou l’université. » Le ministre de l’éducation Jean-Michel Blanquer a d’ailleurs exclu mardi sur RTL « a priori » l’annonce par Emmanuel Macron de mesures concernant les écoles, collèges et lycées.

      L’hypothèse d’un couvre-feu inquiète les oppositions

      Le chef de l’Etat devrait par ailleurs annoncer une accélération des tests, grâce à l’arrivée de nouvelles techniques beaucoup plus rapides, comme les tests salivaires.

      [...] « Les restrictions c’est quand on a tout raté » , a lancé (...) Le Pen...

      On est puni parce que « La mission indépendante présidée par le Suisse Didier Pittet (...) chargée d’évaluer l’exécutif sur la gestion de la crise sanitaire en France [a] rend[u] ce mardi son rapport d’étape » https://seenthis.net/messages/880780
      Le gouvernement a tout faux, il doit faire.

      #couvre-feu #Paris et ...

    • Cela fait 3 jours qu’on nous bassine avec le « couvre-feu ». Encore des gesticulations stupides. Il semble que rien ne va être fait pour les écoles, facs et entreprises qui je le rappelle sont globalement ouvertes entre 8h et 18h, soit bien avant l’éventuel couvre-feu. Imposer le télétravail là où on peut serait une option simple que le gouvernement se refuse à prendre car le Medef n’en veut pas (et je ne parle pas de faire respecter le port du masque, c’est encore un autre sujet...). Et si ledit couvre-feu a lieu à 23h je pense qu’on aura là une preuve très très claire du foutage de gueule.

    • Apparemment, il n’y aura aucune mesure pour les lieux d’enseignement. En tout cas, rien à ce sujet ne semble fuiter dans les principaux canaux d’informations de l’officialité. Ce qui en soit est à mon sens une information.

      Et donc, si ce soir, le pouvoir prend des décisions qui de toute évidence n’auront que des effets à la marge sur le sujet qui nous occupe tous, ce sera à mon sens un moyen de répondre à la question : « Ont-ils décidé de mettre en œuvre une stratégie d’immunité collective, ou bien sont-ils juste incompétents ? »

      De très nombreux indices laissaient penser qu’ils étaient incompétents et que leurs objectifs étaient ailleurs (sauver les actionnaires du CAC40). Mais entre les fumigènes grossiers (loi sur le séparatisme), et les contrevérités manifestes (cf. propos de la ministre de l’enseignement supérieur sur les lieux d’enseignement qui ne sont pas des lieux de contamination), et à nouveau, ce soir, avec ce spectacle médiocre en préparation, il me semble que nous pourrons conclure : ils ont fait le choix de l’immunité collective.

      Nous avons regardé en famille, l’autre WE, le film « Les sentiers de la gloire », vieux film, mais quel film ! On le sait, la guerre de 14, c’était avant tout une guerre de massacre, où des généraux tenant des coupes de champagne décidaient d’envoyer des milliers d’êtres humains à l’abattage, quitte à en fusiller quelques uns pour l’exemple, sans considération autre que leur carrière. Je ressens ces gens qui nous gouvernent actuellement comme héritiers de cette façon de gouverner. Nous les avons déjà comparé aux Versaillais de la Commune... Nous pouvons aussi les comparer aux généraux de la WWI.

  • Raphaël Enthoven sur Touiteur : « La guerre, c’est la paix. La liberté, c’est l’esclavage. L’ignorance, c’est la force. »
    https://twitter.com/Enthoven_R/status/1314923127202291713

    De nos jours, les gauchistes sont des bigots, les réacs sont des punks, les antiracistes sont racistes, les féministes défendent le port du voile et les conservateurs, ces hippies, fustigent le principe de précaution.

    Allez dire que l’époque n’est pas intéressante... 🙃

    #alors_ça_c'est_fait

  • « Tu as bien pris son nom ? » lance le douanier à son collègue qui fouille minutieusement mon sac, lit mes RDV ds mon agenda et mes notes. Ils sont remontés, tendus. Je viens de les interroger sur le contrôle au faciès qui s’est déroulé sous mes yeux dans le train vers l’Italie.

    https://twitter.com/msmontfort/status/1315018028724125697

    #contrôles_au_faciès #Italie #frontières #France #gardes-frontière #douaniers #contrôles_d'identité

  • 1959: Che Guevara en visite a la mosquée Omayyade de Damas@
    تويتر \ Ghenwa Dbouk على تويتر: “#من_الأرشيف :تشي #غيفارا في دمشق عام 1959حيث زار معالم عدة من بينها الجامع الأموي ٩ تشرين الأول عام ١٩٦٧ : قوى الإستبداد أعداء الشعوب والتحرر والإنسانية تعدم الثائر الأممي آرنستو تشي جيفارا https://t.co/QPIeeCEW4S

    https://twitter.com/i/status/1314504815913861121