Les ploutocrates se sentent persécutés

?id=8100256

  • Les ploutocrates se sentent persécutés - RTBF Chroniques Paul Krugman
    http://www.rtbf.be/info/chroniques/detail_les-ploutocrates-se-sentent-persecutes?id=8100256

    Robert Benmosche, le président de l’American International Group, a dit quelque chose de stupide l’autre jour. Et nous devrions nous en réjouir car ses commentaires permettent de mettre en lumière une conséquence importante mais dont on discute rarement des inégalités extrêmes de revenus – à savoir l’augmentation d’un petit groupe puissant que l’on ne peut qu’appeler des sociopathes.
    Pour ceux qui l’auraient oublié, AIG est une gigantesque compagnie d’assurance qui a joué un rôle crucial dans la mise en place de la crise économique mondiale, exploitant les niches fiscales de la réglementation financière pour vendre un certain nombre de garanties de dettes qu’il ne put honorer. Il y a cinq ans, les autorités américaines, craignant que l’effondrement d’AIG ne déstabilise tout le système financier, lui ont apporté un énorme renflouement. Mais même les responsables se sont sentis utilisés à des fins négatives – par exemple, Ben Bernanke, le président de la Réserve Fédérale, a témoigné plus tard que c’était l’épisode de la crise qui le mettait le plus en colère.

    Et ce n’est pas terminé. Pendant un temps, AIG fut essentiellement une dépendance du gouvernement fédéral, qui contrôlait la majorité de ses actions, et AIG continua pourtant à verser des primes importantes aux cadres dirigeants. Les gens, et on les comprend, entrèrent dans une fureur noire.

    Voici alors ce que fit Benmosche dans un entretien avec le Wall Street Journal : il compara les réactions horrifiées à propos des primes avec les lynchages dans le Sud profond de l’Amérique – les vrais, ceux qui se terminent par un meurtre – et déclara que les récriminations à propos des primes étaient « aussi négatives et aussi foncièrement mauvaises ».

    L’on pourrait trouver cela incroyable que quelqu’un considère cette comparaison appropriée, ne serait-ce que l’espace d’un instant.

    Mais, en fait, il y a toute une série d’histoires comme ça. En 2010, par exemple, il y a eu une sortie comparable de Stephen Schwarzman, le président du Blackstone Group, l’un des groupes de capital investissement les plus importants au monde. Donnant son avis sur les propositions de mettre un terme à la niche fiscale des intérêts reportés – qui permettent aux cadres dirigeants de grandes entreprises comme Blackstone de ne payer que 15 pourcent d’impôts sur la plupart de leurs revenus – Schwarzman avait déclaré : « c’est la guerre ; c’est comme lorsque Hitler a envahi la Pologne en 1939 ».....

    #Paul_Krugman
    #économie
    #AIG