• Claude Got : « Nous n’avons pas encore intégré les méthodes qui ont réduit la mortalité en Chine »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/03/28/claude-got-nous-n-avons-pas-encore-integre-les-methodes-qui-ont-reduit-la-mo

    Quand le bilan de l’épidémie du Covid-19 sera terminé, l’insuffisance de dispositifs de protection personnelle apparaîtra comme l’erreur de gestion la plus grave. Minimiser l’intérêt des masques pour l’ensemble des personnes exposées a été une manœuvre pour réduire la faute des pouvoirs publics qui n’ont pas maintenu le stock de masques commandé par [l’ancienne ministre de la santé] Roselyne Bachelot, en 2009

    • Je repense depuis quelques jours à mon projet de voile laïque. En tout cas je vais pouvoir ressortir avec une voilette en plus de mon foulard de braqueuse comme ca je me touche pas le visage. Je verrai bien toute la population en abaya. Ca me ferai bien marrer de voire tous ces coqs gaulois élécteurs du FN contraint de porter le voile.
      #voile_laïque

    • La seconde erreur a été de dénigrer les méthodes de protection dites « artisanales » permettant d’attendre le retour à une production professionnelle suffisante. Il fallait définir les méthodes et les produits utilisables, validés par des spécialistes avant la fin du mois de février. La Chine a fait le bon choix d’associer le confinement dans les habitations et l’obligation d’être protégé par un masque. Elle a su mettre en œuvre plusieurs choix dans un délai très court que ce soit dans la fabrication d’hôpitaux ou le passage de 10 millions à 100 millions de masques par jour. Nous n’avons pas eu cette réactivité.

      https://www.craftpassion.com/face-mask-sewing-pattern

    • oui mais en france « On est les plus forts » ce gvt viriliste préfère dire « allez donc à la guerre à poil, les habits faits à la maison ne servent à rien, d’ailleurs les habits ne servent que quand vous êtes morts. Et puis on a #Geodis, mieux que les avions de l’armée car ils souspayent leurs ouvriers et d’ici 3 mois vous les aurez vos masques (#oupas) »

      tu as vu https://seenthis.net/messages/835160
      A propos de Geodis
      https://lemediapresse.fr/social/derriere-les-profits-records-de-geodis-la-souffrance-de-ses-ouvriers

      #engraissement_en_vue
      #profiteurs_de_guerre

    • Le vrai danger, c’est que le képi qui fait les contrôles, il voit le type, il va illico être persuadé qu’il le prend pour un con. (Et comme tu sais, le képi, il aime pas qu’on le prenne pour une con.)

    • Cent fois oui. Mais depuis le CHU de Grenoble (pour pallier la #pénurie) et de multiples initiatives venus d’en bas (masques fabriqués un peu partout, y compris à domicile, pour soi, les proches, voire au delà, fabrication avec imprimante 3D de visières de protection pour des soignants, de pièces de rechange pour des respirateurs), des initiatives émergent, circulent, se diffusent, par exemple :

      Distribution de repas à la Cantine des Pyrénées [ et de masques par les mêmes ] , publié le 23 mars.
      https://paris-luttes.info/distribution-de-repas-a-la-cantine-13688

      Utilisons ce temps libre pour imaginer la société de demain.
      La #Cantine_des_Pyrénées avait sous la main des masques FFP2, en grande quantité, et nous en avons distribué 30 000 à des structures de soin et du personnel soignant. Mais il en faudra bien plus.

      Ces apports immanents à la société sont d’ailleurs souvent cités par les personnels soignants ("les seuls masques qu’on a c’est des dons", « on demande et ou on nous apporte des repas », tandis que d’autres effectuent des gardes sans autre nourriture que celle qu’ils apportent individuellement, etc.).

      Si le retard de la star up nation persiste (et se reproduit, cf la pénurie de médicaments indispensables qui s’annonce), les institutions les plus officielles doivent désormais s’en mêler, suivre le mouvement, sans que cela fasse l’objet d’une politique effective (on est loin loin loin du raout Raoult).

      Téléchargez AFNOR Spec – Masques barrières version 1.0
      https://telechargement-afnor.org/masques-barrieres?_ga=2.21063035.130567097.1585335913-61532588

      AFNOR met à disposition de tous un référentiel de fabrication de masques, dit « #masques_barrières ». Pensé pour les néofabricants de masques et les particuliers, il permet de concevoir un masque destiné à équiper toute la population saine et complète la panoplie des indispensables gestes barrières face à l’épidémie de Coronavirus.

    • Testing the efficacy of homemade masks: would they protect in an influenza pandemic? - PubMed - NCBI (2013)
      https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24229526

      CONCLUSION:

      Our findings suggest that a homemade mask should only be considered as a last resort to prevent droplet transmission from infected individuals, but it would be better than no protection.

    • ah c’est bizarre moi je n’ai pas de blocage sur cet article (et je ne suis pas abonnée).

      PostEverything
      Perspective

      Simple DIY masks could help flatten the curve. We should all wear them in public.

      by Jeremy Howard

      Jeremy Howard is a distinguished research scientist at the University of San Francisco, founding researcher at fast.ai and a member of the World Economic Forum’s Global AI Council.

      March 28, 2020 at 8:18 p.m. GMT+1

      When historians tally up the many missteps policymakers have made in response to the coronavirus pandemic, the senseless and unscientific push for the general public to avoid wearing masks should be near the top.

      The evidence not only fails to support the push, it also contradicts it. It can take a while for official recommendations to catch up with scientific thinking. In this case, such delays might be deadly and economically disastrous. It’s time to make masks a key part of our fight to contain, then defeat, this pandemic. Masks effective at “flattening the curve” can be made at home with nothing more than a T-shirt and a pair of scissors. We should all wear masks — store-bought or homemade — whenever we’re out in public.

      At the height of the HIV crisis, authorities did not tell people to put away condoms. As fatalities from car crashes mounted, no one recommended avoiding seat belts. Yet in a global respiratory pandemic, people who should know better are discouraging Americans from using respiratory protection.

      Facing shortages of the N95 masks needed by health-care workers, the U.S. surgeon general announced on Feb. 29 that masks “are NOT effective in preventing general public from catching #Coronavirus,” despite significant scientific evidence to the contrary. This is not just a problem in the United States: Even the World Health Organization says, “you only need to wear a mask if you are taking care of a person with suspected 2019-nCoV infection.”

      There are good reasons to believe DIY masks would help a lot. Look at Hong Kong, Mongolia, South Korea and Taiwan, all of which have covid-19 largely under control. They are all near the original epicenter of the pandemic in mainland China, and they have economic ties to China. Yet none has resorted to a lockdown, such as in China’s Wuhan province. In all of these countries, all of which were hit hard by the SARS respiratory virus outbreak in 2002 and 2003, everyone is wearing masks in public. George Gao, director general of the Chinese Center for Disease Control and Prevention, stated, “Many people have asymptomatic or presymptomatic infections. If they are wearing face masks, it can prevent droplets that carry the virus from escaping and infecting others.”

      My data-focused research institute, fast.ai, has found 34 scientific papers indicating basic masks can be effective in reducing virus transmission in public — and not a single paper that shows clear evidence that they cannot.

      Hospitals battling coronavirus are short on vital supplies. This aid group is rushing to help.

      Direct Relief provides aid to global hotspots during disasters. Now they are responding to the coronavirus outbreak at home, as U.S. hospitals appeal for help. (Ray Whitehouse, Julia Weissman, Nicholas Weissman/The Washington Post)
      Studies have documented definitively that in controlled environments like airplanes, people with masks rarely infect others and rarely become infected themselves, while those without masks more easily infect others or become infected themselves.

      Masks don’t have to be complex to be effective. A 2013 paper tested a variety of household materials and found that something as simple as two layers of a cotton T-shirt is highly effective at blocking virus particles of a wide range of sizes. Oxford University found evidence this month for the effectiveness of simple fabric mouth and nose covers to be so compelling they now are officially acceptable for use in a hospital in many situations. Hospitals running short of N95-rated masks are turning to homemade cloth masks themselves; if it’s good enough to use in a hospital, it’s good enough for a walk to the store.

      I’m an ER doctor. The coronavirus is already overwhelming us.

      The reasons the WHO cites for its anti-mask advice are based not on science but on three spurious policy arguments. First, there are not enough masks for hospital workers. Second, masks may themselves become contaminated and pass on an infection to the people wearing them. Third, masks could encourage people to engage in more risky behavior.

      None of these is a good reason to avoid wearing a mask in public.

      Yes, there is a shortage of manufactured masks, and these should go to hospital workers. But anyone can make a mask at home by cutting up a cotton T-shirt, tying it back together and then washing it at the end of the day. Another approach, recommended by the Hong Kong Consumer Council, involves rigging a simple mask with a paper towel and rubber bands that can be thrown in the trash at the end of each day.

      Masks used to ward off coronavirus show up on Hong Kong beaches
      Many Hong Kong residents have been wearing masks during the global coronavirus outbreak, but now discarded masks are washing up on area beaches. (Reuters)
      It’s true that masks can become contaminated. But better a mask gets contaminated than the person who is wearing it. It is not hard to wash or dispose of a mask at the end of the day and then wash hands thoroughly to prevent a contaminated mask from spreading infection.

      The virus makes us weigh the value of a life. We can’t know if we’ve gotten it right.

      Finally, the idea that masks encourage risky behavior is nonsensical. We give cars anti-lock brakes and seat belts despite the possibility that people might drive more riskily knowing the safety equipment is there. Construction workers wear hard hats even though the hats presumably could encourage less attention to safety. If any risky behavior does occur, societies have the power to make laws against it.

      Many authorities still advise only people with symptoms to wear masks. But this doesn’t help with a disease like covid-19, since a person who does not yet show symptoms can still be contagious. A study in Iceland, where there has been unprecedented levels of testing, found that “about half of those who tested positive [for covid-19] are nonsymptomatic,” according to Iceland’s chief epidemiologist, Thorolfur Gudnason. In fact, in early February, National Institute of Allergy and Infectious Diseases Director Anthony S. Fauci warned there was strong evidence that covid-19 spreads even among people without symptoms. If we all wear masks, people unknowingly infected with the coronavirus would be less likely to spread it.

      I also have heard suggestions that widespread usage of masks in the West will be culturally impossible. The story of the Czech Republic debunks this notion. Social media influencers campaigning to encourage DIY mask creation catalyzed an extraordinary mobilization by nearly the whole population. Within three days, there were enough masks for everyone in the country, and most people were wearing them. This was an entirely grass-roots community effort.

      When social distancing requirements forced a small bar in Prague to close, its owner, Štefan Olejár, converted Bar Behind the Curtain into a mask manufacturing facility. He procured sewing machines from the community and makes about 400 cotton masks per day. The bar employs 10 people, including a driver who distributes the masks directly to people who are not able to leave their homes.

      There are “mask trees” on street corners around the country, where people hang up masks they have made so others can take them.

      The most important message shared in the Czech Republic has been this: “My mask protects you; your mask protects me.” Wearing a mask there is now considered a prosocial behavior. Going outside without one is frowned on as an antisocial action that puts your community at risk. In fact, the community reaction has been so strong that the government has responded by making it illegal to go out in public without a mask.

      When I first started wearing a mask in public, I felt a bit odd. But I reminded myself I’m helping my community, and I’m sure in the coming weeks people who don’t wear masks will be the ones who feel out of place. Now I’m trying to encourage everyone to join me — and to get their friends to wear masks, too — with a social media campaign around #masks4all.

      Community use of masks alone is not enough to stop the spread. Restrictions on movement and commerce need to stay in place until hospital systems clearly are able to handle the patient load. Then, we need a rigorous system of contact tracing, testing and quarantine of those potentially infected.

      Given the weight of evidence, it seems likely that universal mask wearing should be a part of the solution. Every single one of us can make it happen — starting today.

    • Not wearing masks to protect against coronavirus is a ‘big mistake,’ top Chinese scientist says | Science | AAAS
      https://www.sciencemag.org/news/2020/03/not-wearing-masks-protect-against-coronavirus-big-mistake-top-chinese-sc

      (après ça je vais arrêter de spammer seenthis à propos de l’utilité des #masques ; je pense qu’on en est tous et toutes convaincues)

  • Nishiura H, Kobayashi T, Suzuki A, Jung S-Mok, Hayashi K, Kinoshita R, Yang Y, Yuan B, Akhmetzhanov AR, Linton NM, Miyama T, Estimation of the asymptomatic ratio of novel #coronavirus infections (COVID-19), International Journal of Infectious Diseases (2020), doi: https://doi.org/10.1016/j.ijid.2020.03.020
    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/32179137

    En passant par sci-hub,

    [...] we propose to estimate the asymptomatic ratio by using information on Japanese nationals that were evacuated from Wuhan, China on chartered flights. [...] By 6 February 2020 a total of N=565 citizens were evacuated*. Among them, pN=63 (11.2%) were considered symptomatic upon arrival based on (1) temperature screening before disembarkation, and (2) face-to-face interviews eliciting information on symptoms including fever, cough, and other non-specific symptoms consistent with COVID-19. All passengers additionally undertook reverse transcription polymerase chain reaction (RT-PCR) testing, and m=4 asymptomatic and n=9 symptomatic passengers tested positive for COVID-19.

    Employing a Bayes theorem, the asymptomatic ratio is defined as
    Pr(asymptomatic | infection) = Pr(infection | asymptomatic) Pr(asymptomatic)/Pr(infection), which can be calculated as m/(n+m), [...]. Using a binomial distribution, the asymptomatic ratio is thus estimated at 30.8% (95% confidence interval (CI): 7.7%, 53.8%) among evacuees. As of 6 March 2020, a total of thirty days have elapsed since their departure from Wuhan, and the length of observation is sufficiently longer than the COVID-19 incubation period (Li et al., 2020; Linton et al., 2020). Thus, there is very little probability that the five virus-positive asymptomatic individuals will develop symptoms.

    [...]

    However, as the weakness of this study, it should be remembered that (i) age- dependence and (ii) other aspects of heterogeneity were ignored, because our samples relied on Japanese evacuees from Wuhan. Despite a small sample size, our estimation indicates that perhaps less than a half of COVID-19-infected individuals are asymptomatic. This ratio is slightly smaller than that of influenza, which was estimated at 56–80% (Hsieh et al., 2014) using similar definitions for symptomatic individuals. There is great need for further studies on the prevalence of asymptomatic COVID-19 infections to guide epidemic control efforts.

  • Les données se suivent...

    Thread by andreamatranga: According to Crisanti, the director of the virology lab of U Padua, as little as 10% of #COVID2019 carriers show any symptoms at all. He sam…
    https://threadreaderapp.com/thread/1239774862572277760.html

    ... et se contredisent (?)

    Josiah sur Twitter : “mitchellvii False positives likely account for over 50% of all asymptomatic positive tests” / Twitter
    https://twitter.com/ExhaustiveWill/status/1239804797441544192

    • Ouaouh !
      Au moins 50% de faux positifs ! peut-être même jusqu’à 80%…

      Deux conséquences :
      • le taux de propagation serait nettement plus faible
      • la mortalité serait nettement plus élevée

      Et, non, ce n’est pas contradictoire : si la moitié des positifs sont des faux positifs, on comprend pourquoi ils ne présentent pas de symptômes… En revanche, ça invalide assez largement les conclusions du premier intervenant.

    • L’article en question (publié le 5 mars) du moins l’abstract.
      (en principe l’article complet, en chinois, est accessible, mais le lien aboutit à une erreur 404…)

      [Potential false-positive rate among the ’asymptomatic infected individuals’ in close contacts of COVID-19 patients]. - PubMed - NCBI
      https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/32133832

      Objective: As the prevention and control of COVID-19continues to advance, the active nucleic acid test screening in the close contacts of the patients has been carrying out in many parts of China. However, the false-positive rate of positive results in the screening has not been reported up to now. But to clearify the false-positive rate during screening is important in COVID-19 control and prevention.
      Methods: Point values and reasonable ranges of the indicators which impact the false-positive rate of positive results were estimated based on the information available to us at present. The false-positive rate of positive results in the active screening was deduced, and univariate and multivariate-probabilistic sensitivity analyses were performed to understand the robustness of the findings.
      Results: When the infection rate of the close contacts and the sensitivity and specificity of reported results were taken as the point estimates, the positive predictive value of the active screening was only 19.67%, in contrast, the false-positive rate of positive results was 80.33%. The multivariate-probabilistic sensitivity analysis results supported the base-case findings, with a 75% probability for the false-positive rate of positive results over 47%.
      Conclusions: In the close contacts of COVID-19 patients, nearly half or even more of the ’asymptomatic infected individuals’ reported in the active nucleic acid test screening might be false positives.

    • Tout le monde parle de Vo’ maintenant, apparemment le fait de tester tout le monde de manière volontariste permet de réduire l’épidémie.

    • C’est pas comme si on le savait pas depuis belle lurette… La mortalité calculée sur les cas confirmés est toujours surestimée. Et ça fait quelques pandémies qu’on le sait,… ou devrait le savoir.

      Bel exemple de #biais_de_sélection,… on ne (prend en) compte (parce que c’est plus facile, il faut bien le dire) que les cas confirmés / cas graves / décès.

      Une bonne partie du problème de l’évaluation initiale est d’estimer la part des porteurs sains ou asymptomatiques. Et ça devient très sensible dans le cas où on a un fort taux de transmission et un faible nombre de cas grave.

  • Heureux·se comme un·e dauphin·e captif·ve
    https://infokiosques.net/spip.php?article1717

    Deux textes sont rassemblés ici : Naître au delphinarium ! On nous présente souvent les dauphins nés captifs comme des dauphins heureux, des dauphins domestiques qui auraient oublié l’océan en moins d’une génération. Mais comment se sent un delphineau né dans de telles circonstances ? Comment réagit-il quand il se rend compte, à l’adolescence, que jamais il ne quittera l’univers confiné des bassins ? Comme un.e captif.ve, sans doute. Avec de la rage et du désespoir. Mourir au delphinarium, des maladies aux suicides, comment des corps captifs périssent de façon prématurée. Contre la captivité des animaux ! #H

    / #Antispécisme,_végétarisme, Infokiosque fantôme (partout), (...)

    #Infokiosque_fantôme_partout_ #Antinaturalisme
    http://www.ladolphinconnection.com/Rapport_WDCS_Delphinariums_UE.pdf
    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23561885
    http://www.merckvetmanual.com/exotic-and-laboratory-animals/marine-mammals/environmental-diseases-of-marine-mammals
    https://www.dauphinlibre.be/le-zoo-danvers-ouvre-ses-archives/#morts
    http://dauphinlibre.be
    https://infokiosques.net/IMG/pdf/heureux-se_comme_un-e_dauphin-e_captif-ve-20p-cahier.pdf
    https://infokiosques.net/IMG/pdf/heureux-se_comme_un-e_dauphin-e_captif-ve-20p-fil.pdf

  • Une IA capable de détecter le cancer du sein
    https://usbeketrica.com/article/ia-capable-detecter-cancer-sein

    Une équipe de chercheurs du MIT a mis au point une intelligence artificielle capable de détecter un cancer du sein jusqu’à cinq ans avant sa formation, quelle que soit la couleur de peau de la patiente.

    Chaque année, on compte 54 000 nouvelles personnes touchées par le cancer du sein en France, ce qui en fait le cancer le plus répandu chez les femmes. Malgré des campagnes de dépistage importantes, de nombreux cas sont repérés trop tard pour être soignés efficacement. Face à cet enjeu, des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) essaient d’intégrer l’intelligence artificielle à leurs recherches afin de dépister le cancer plus tôt. Les résultats de leurs travaux ont été publiés, mardi 7 mai, dans la revue Radiology.

    L’intelligence artificielle sur laquelle travaille le MIT permettrait de prédire un cancer du sein jusqu’à cinq ans avant son apparition, à travers l’analyse d’une simple mammographie. Pour arriver à ce résultat, les chercheurs ont analysé les données de plus de 60 000 patientes issues de l’Hôpital général du Massachusetts, précise le site du MIT. Comme les images utilisées avaient été prises plusieurs années auparavant, les chercheurs ont été en mesure d’apprendre à la machine quelles mammographies correspondaient à des femmes ayant développé le cancer du sein et lesquelles ne présentaient aucun signe de cancer.
    Une IA (un peu) plus inclusive

    Pour rendre leur intelligence artificielle plus équitable, les scientifiques lui ont montré des données représentatives de différentes couleurs de peau (l’enjeu étant de permettre à l’IA de repérer les signes avant-coureurs d’un cancer aussi bien sur des personnes blanches que non blanches). Verdict des chercheurs : « Cela fonctionne aussi bien sur des patientes noires que sur des personnes blanches ».

    Données issues d’une étude publiée en 2014 sur le site Wiley Online Library

    La diversité des données reste toutefois très faible, puisque seulement 5 % d’entre elles concernent des femmes noires et 4 % des femmes asiatiques, alors que 81 % proviennent de patientes à la peau blanche. Les chercheurs du MIT cherchent à inclure encore davantage les minorités dans leurs recherches, comme ils l’expliquent au site Engadget : « Nous continuons activement les collaborations avec d’autres hôpitaux pour faire en sorte que notre modèle soit équitable et qu’il fonctionne sur des populations diverses. »
    Un enjeu d’avenir

    Ces enjeux deviennent de plus en plus importants à mesure que l’intelligence artificielle fait son entrée dans le domaine de la santé et de la médecine prédictive. Aujourd’hui, aux États-Unis, les femmes noires ont 42% plus de risques de mourir d’un cancer du sein que les femmes blanches, précise le MIT. Parallèlement, les femmes noires, hispaniques et asiatiques développent le cancer du sein plus tôt en moyenne que les femmes blanches. Et avec le recours à l’intelligence artificielle, ces inégalités risquent encore s’amplifier si les données fournies aux IA ne sont pas plus représentatives.

    Pour gommer ces biais, il s’agit donc de renouveler et diversifier les données médicales. Et il y a fort à faire en la matière puisque, depuis vingt ans, les inégalités liées à la couleur de peau face au cancer n’ont pas diminué, comme le montre une étude publiée en 2014. Elles auraient même augmenté dans le cas du cancer du sein.

    #inégalités #cancer_du_sein #MIT #IA #prédictions_médicales

    • L’intelligence artificielle sur laquelle travaille le MIT permettrait de prédire un cancer du sein jusqu’à cinq ans avant son apparition, à travers l’analyse d’une simple mammographie. Pour arriver à ce résultat, les chercheurs ont analysé les données de plus de 60 000 patientes issues de l’Hôpital général du Massachusetts, précise le site du MIT. Comme les images utilisées avaient été prises plusieurs années auparavant, les chercheurs ont été en mesure d’apprendre à la machine quelles mammographies correspondaient à des femmes ayant développé le cancer du sein et lesquelles ne présentaient aucun signe de cancer.

      A noter : utilisation du conditionnel et sauf erreur de ma part on est bien sur des bases de travail statistiques et on détecte donc des corrélations et des probabilités, pas des causalités...

    • oui @suske tout cela est au conditionnel, on est d’accord que ce n’est pas très scientifique. Mais ça signifie aussi qu’un cancer du sein peut débuter 5 ans avant et non pas seulement 2 ans comme les médecins le disent souvent.
      Quand j’ai présenté une mammographie de plus de 20 ans avec des annotations au même endroit de cellules bizarres à Curie on m’a répondu que « la médecine n’est pas une science exacte ». Et il y a 10 ans, consultant en urgence, je me suis fait insulter par une gynéco parce que « madame ce sont vos glandes mammaires, c’est normal vous avez des seins, vous êtes une femme ».
      J’estime que les études techniques ça fait surtout plaisir aux techniciens de la santé et à ceux qui espèrent un retour sur investissement à force de #fichage.
      Et que tant que le corps médical refusera d’écouter les patient·es, les médecin·es continueront d’accumuler les erreurs médicales et les diagnostics d’ignares dangereux.
      Donc, chères sœurs, faites vous confiance, changez de médecin si il ou elle refuse de vous entendre.
      #santé #médecine #ecouter_les_femmes

    • L’étude originale :
      A Deep Learning Mammography-based Model for Improved Breast Cancer Risk Prediction | Radiology
      https://pubs.rsna.org/doi/abs/10.1148/radiol.2019182716

      Abstract
      Background
      Mammographic density improves the accuracy of breast cancer risk models. However, the use of breast density is limited by subjective assessment, variation across radiologists, and restricted data. A mammography-based deep learning (DL) model may provide more accurate risk prediction.

      Purpose
      To develop a mammography-based DL breast cancer risk model that is more accurate than established clinical breast cancer risk models.
      […]
      Conclusion
      Deep learning models that use full-field mammograms yield substantially improved risk discrimination compared with the Tyrer-Cuzick (version 8) model.

      Et, en effet, il s’agit de comparer des méthodes de détection. Le résultat principal se lit sur ce graphique (dit #courbe_ROC)


      Figure 2 : Receiver operating characteristic curve of all models on the test set. All P values are comparisons with Tyrer-Cuzick version 8 (TCv8). DL = deep learning, hybrid DL = DL model that uses both imaging and the traditional risk factors in risk factor logistic regression, RF-LR = risk factor logistic regression.

      Il montre que la courbe (en rouge) correspondant à l’utilisation de l’IA sur l’image et les facteurs de risque classiques produit toujours un plus faible nombre de faux positifs que les méthodes sans IA.

      La courbe verte (IA sur l’image seule) n’est pas aussi performante que la rouge ; elle est moins bonne que la méthode traditionnelle dans le bas de la courbe.

      La « détection parfaite » correspondrait à deux segments de droite longeant les bords gauche et supérieur du carré.

    • Comme tu le soulignes, @vraiment, l’étude ne porte que sur les éléments médicaux. Aucune trace des déclarations des patientes, en effet.

      Mais ça signifie aussi qu’un cancer du sein peut débuter 5 ans avant

      Je reformulerais en précisant que l’étude montre que le cancer était détectable (par ces méthodes) dans les 5 ans qui précèdent sa détection effective. L’étude a porté sur 40000 mammographies effectuées dans un intervalle de 4 ans (2009 à 2012) dans un grand centre médical et en recoupant d’une part avec le registre des tumeurs déclarées dans les 5 ans suivant de 5 hôpitaux, mais aussi avec des mammographies post-traitement.

      Le délai de détection ainsi gagné par l’utilisation de ces techniques n’est pas indiqué. Ni, à mon avis, aisément déterminable.

    • 100% d’accord sur l’écoute.

      Une des difficultés est aussi de s’exprimer face au médecin... Ici on est clairement dans une idée du type : une mammo, une AI et le tour est joué. L’écoute de l’expression des patientes est limite inutile dans ce paradigme. Pour cela je n’ai pas apprécié cet article dont la structure me semble conforter ce défaut :
      1. titre factuel favorable à l’AI
      2. rappel de « l’importance de la détection précoce »
      3. conditionnel : possibilité de prédire jusqu’à 5 ans
      4. le tout sur base de dossiers d’imagerie...

      Il ressort une impression de « on va pouvoir détecter tout à temps » alors que ce que je comprends c’est que l’AI réduit (logiquement) un peu la subjectivité de l’interprétation. C’est déjà bien, pas besoin d’en rajouter en parlant de capacité de l’AI et de prédictibilité...

    • Moi je me questionne du coup sur ce qui change sur une mammographie en fonction de la couleur de peau ; le contraste de l’image résultante n’est pas le même ? (a priori c’est pas ça) Ou c’est que les cancers du sein ne se développent pas forcément de la même façon suivant le milieu social, la couleur ?

      The majority of existing risk models were developed on predominantly white populations (1,3,4) and have known limitations in predicting risk for other racial groups (17–20)

    • Relativement à la mammographie, le facteur #densité_mammaire (#breast_density) est régulièrement mis en avant.

      cf. les explications de la Clinique Mayo où l’on voit clairement l’impact sur la lecture de l’image.

      Après, le lien entre l’ethnicité, la densité mammaire et le niveau de risque relatif est discuté. Deux exemples, après recherche rapide,…

      • ici une étude de 2007, Mammographic breast density and race qui conclut que le lien densité/race existe mais qu’il disparait lorsqu’on prend en compte les facteur âge et IMC (Indice de Masse Corporel) … sauf pour les Asiatiques
      https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17377060

      • là, en Nouvelle-Zélande en 2013, c’est le contraire…
      Age and Ethnic Differences in Volumetric Breast Density in New Zealand Women : A Cross-Sectional Study
      https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3729838

      As well as expected age differences, we found differential patterns of breast density by ethnicity consistent with ethnic differences seen in breast cancer risk. Breast density may be a contributing factor to NZ’s well-known, but poorly explained, inequalities in breast cancer incidence.

      Comme l’indique la conclusion de cette dernière étude, on ne sait pas pourquoi…

      Les quatre références citées en note (17 à 20) par l’étude sur l’IA se contentent de constater les différences, comparent la sous-estimation des risques obtenus par différentes méthodes et, éventuellement, proposent des étalonnages (anglais : calibration) différents pour les différentes races.

  • Big data, multiplication des antennes et des ondes : bienvenue dans le monde merveilleux de la 5G (Basta)
    https://www.crashdebug.fr/sciencess/15909-big-data-multiplication-des-antennes-et-des-ondes-bienvenue-dans-le

    C’est un nouvel eldorado pour les opérateurs de téléphonie et la Commission européenne. Celle-ci y voit la promesse d’une forte croissance et de centaines de milliers d’emplois d’ici 2025. La 5G fait fantasmer, avec son débit ultra-rapide, la possibilité de développer des millions d’objets connectés « intelligents », et les milliards de données qu’elle permettra de collecter. Au delà de la mise en scène marketing, son utilité et ses retombées économiques réelles n’ont rien d’une évidence. Pour déployer le réseau, les antennes-relais devront être bien plus nombreuses, avec toutes les interrogations que suscitent les effets sanitaires d’une densification des ondes. Le collectif de journalistes Investigate Europe, partenaire de Basta !, a mené l’enquête.

    Un véhicule blanc, futuriste, apparaît à l’écran. Madame (...)

    https://lavolte.net/livres/les-furtifs-alain-damasio
    https://www.anfr.fr/toutes-les-actualites/actualites/installation-du-comite-national-de-dialogue-relatif-aux-niveaux-dexposition-du-
    https://www.economie.gouv.fr/files/files/Actus2018/Feuille_de_route_5G-DEF.pdf
    http://www.priartem.fr/http://www.priartem.fr/accueil.html
    https://www.iarc.fr/wp-content/uploads/2018/07/pr208_F.pdf
    https://www.investigate-europe.eu
    https://www.numerama.com/politique/466256-5g-et-espionnage-les-deputes-proposent-une-loi-taillee-contre-huawe
    https://eur-lex.europa.eu/legal-content/EN/ALL/?uri=COM:2016:0588:FIN
    https://www.arcep.fr/cartes-et-donnees/nos-publications-chiffrees/experimentations-5g-en-france/tableau-deploiements-5g.html
    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29459303
    https://journals.lww.com/health-physics/Abstract/2018/12000/Systematic_Derivation_of_Safety_Limits_for.17.aspx
    https://www.lecho.be/entreprises/telecom/celine-fremault-la-5g-les-bruxellois-ne-sont-pas-des-souris-de-laboratoire/10112569.html)

  • #Eels in #Thames ’left hyperactive due to high levels of #cocaine in water’ | #London Evening Standard
    https://www.standard.co.uk/news/london/eels-in-thames-left-hyperactive-due-to-high-levels-of-cocaine-in-water-a

    London’s water treatment plants are failing to filter out the class A drug, while downpours are overwhelming waste plants and carry sewage into the river.

    "Increases in #caffeine, cocaine and #benzoylecgonine were observed 24 hours after #sewer #overflow events,” the reseachers said.

    "Concentrations of cocaine and benzoylecgonine remained high in wastewater across the week with only a minor increase over the weekend, which is not consistent with other cities, “ the reseachers said in a paper.

    “London is known as one of the highest consumers of cocaine.”

    • Ca me rappelle cet article :

      Estimation of illicit drugs consumption by wastewater analysis in Paris area (France).
      Karolak S, Nefau T, Bailly E, Solgadi A, Levi Y. Forensic. Sci. Int. 200:153-160 (2010)
      https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20447786

      Cocaine and its major metabolite benzoylecgonine (BZE), amphetamine, 3,4-methylenedioxymethamphetamine (MDMA) and buprenorphine were measured in raw water and WWTP effluent using HPLC-MS/MS after SPE extraction. Amphetamine was rarely detected. Cocaine and BZE were quantified at levels from 5 to 282 ng L(-1) and 15 to 849 ng L(-1), respectively. MDMA and buprenorphine concentrations remained under 20 ng L(-1). Cocaine consumption was estimated from cocaine or BZE concentrations measured in raw water and the results showed significant difference in drug taking during week or weekend. The estimated doses observed in this study are lower than those reported for others countries, especially Spain and Italy. MDMA consumption was estimated at lower levels than cocaine.

      #cocaine #MDMA #drogues #France #Mass_spectrometry

  • Sexist Humor and Rape Proclivity: The Moderating Role of Joke Teller Gender and Severity of Sexual Assault. - PubMed - NCBI
    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27386879

    Three experiments examined the effect of sexist humor on men’s self-reported rape proclivity (RP). Pilot study demonstrated that people differentiate the five rape scenarios of Bohner et al.’s. RP Scale based on the degree of physical violence perpetrated against the victim. Experiment 1 demonstrated that men higher in hostile sexism report greater RP upon exposure to sexist jokes when a woman (vs. a man) delivers them, and that this effect is limited to rape scenarios depicting a moderate versus a high level of physical violence. Experiment 2 further demonstrated that the relationship between hostile sexism and rape proclivity in response to a moderately violent rape scenario after exposure to sexist humor generalizes beyond women in the immediate humor context to women as a whole.
    KEYWORDS:

    rape proclivity; sexism; sexist humor

  • Ebola en RDC : des guérisons grâce à la vaccination | Euronews
    http://fr.euronews.com/2018/05/30/ebola-en-rdc-des-guerisons-grace-a-la-vaccination

    L’épidémie d’Ebola s’est déclarée à Bikoro, à 600 km de Kinshasa, à la frontière avec le Congo-Brazzaville. Le dernier bilan fait état de 54 cas, dont 25 décès.

    Plus de 400 personnes ont été vaccinées jusqu’à présent, la majorité d’entre elles à Mbandaka, a-t-il indiqué, précisant que les premières opérations de vaccination ont démarré à Bikoro et « vont démarrer cette semaine à Iboko », un village de la région de Bikoro.

    Un haut responsable de l’OMS a affirmé que le vaccin avait été bien accepté et que jusqu’à présent « il n’y a pas eu d’augmentation explosive de cas ». « Nous avons des raisons de faire preuve d’un optimisme prudent ».

    Aucune mention de la société ou de l’organisme qui a mis au point le vaccin utilisé. C’est secret ? (je me doute de la réponse, mais je me contente de l’interrogation candide, le journaliste ne s’est peut-être lui même pas posé la question).

  • Je tombe sur cette étude :

    Sexual deprivation increases ethanol intake in Drosophila.
    Shohat-Ophir G, Kaun KR, Azanchi R, Mohammed H, Heberlein U.
    Science 335:1351-1335 (2012)
    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22422983

    Elle montre deux choses : 1) que l’on peut mesurer la frustration sexuelle (absence de rapports sexuels) chez les drosophiles mâles et 2) que cette frustration est corrélée avec une plus grande consommation d’alcool. Le tout est lié au fonctionnement d’une molécule (le neuropeptide F ou Y) que possèdent aussi des mammifères et qui pourrait donc être impliquée dans le mécanisme de l’addiction.

    Bien sûr, ça fait rire tout le monde, par exemple ici :

    Chez les mouches, le mâle sombre dans l’alcool par frustration sexuelle
    Le Monde, le 16 mars 2012
    http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2012/03/16/science-chez-les-mouches-le-male-sombre-dans-lalcool-par-fru

    On peut déjà se demander pourquoi l’étude ne mesure pas cet effet chez les drosophiles femelles.

    Mais une autre critique est publiée deux ans plus tard :

    Male sexual behaviour and ethanol consumption from an evolutionary perspective : A comment on « Sexual Deprivation Increases Ethanol Intake in Drosophila ».
    Guevara-Fiore P, Endler JA.
    Fly 8:234-236 (2014)
    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25970263

    Ils remarquent aussi que de nombreux articles ont été publié avec des interprétations anthropomorphiques erronées. En effet, les drosophiles mangent des fruits et leur odorat est guidé par l’alcool émis par les fruits qui pourrissent, et leur rapport à l’alcool est donc très différent de celui des humains. Ils proposent d’autres expériences, en particulier avec des drosophiles femelles. Cela dit, en suivant leur raisonnement, l’analogie chez l’humain serait de manger plus quand on est frustrés sexuellement ?

    J’ai entendu parler de cette histoire, parce qu’un nouvel article vient de paraître :

    Ejaculation Induced by the Activation of Crz Neurons Is Rewarding to Drosophila Males.
    Zer-Krispil S, Zak H, Shao L, Ben-Shaanan S, Tordjman L, Bentzur A, Shmueli A, Shohat-Ophir G.
    Curr. Biol. doi : 10.1016/j.cub.2018.03.039 (2018)
    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29681474

    Il ne dit pas grand chose de plus, si ce n’est que, là, c’est l’absence d’éjaculation qui est testée, et les femelles sont donc prises en compte, comme contrôle négatif.

    Au passage, quelques petits détails :
    –On peut remarquer que le premier article s’accompagne d’un erratum, les auteurs ayant « oublié » d’inclure Mohammed, H dans les co-auteurs
    –On peut aussi remarquer dans le dernier article, que l’auteure principal, Galit Shohat-Ophir, s’est déplacée des USA en Israel
    –Du coup il est aussi marrant de remarquer que l’article critique a été écrit par une dénomée Palestina Guevara-Fiore !

    #Drosophiles #Mouches #sexualité #orgasme #frustration #animaux #ethanol #alcohol #addictions et aussi #Palestine

    A rajouter à la compilation d’article sur la sexualité animale et humaine :
    https://seenthis.net/messages/686795

  • Infectious virus in exhaled breath of symptomatic seasonal influenza cases from a college community | Proceedings of the National Academy of Sciences
    http://www.pnas.org/content/115/5/1081

    Estimation de la propagation de la grippe par aérosol dans l’air expiré :
    • il n’est pas nécessaire de tousser ou d’éternuer
    • l’émission de virus augmente avec l’indice de masse corporelle (IMC) et… la répétition de la vaccination anti grippe (pour les aérosols les plus fins et les infections des voies supérieures, à confirmer)

    Significance
    Lack of human data on influenza virus aerosol shedding fuels debate over the importance of airborne transmission. We provide overwhelming evidence that humans generate infectious aerosols and quantitative data to improve mathematical models of transmission and public health interventions. We show that sneezing is rare and not important for—and that coughing is not required for—influenza virus aerosolization. Our findings, that upper and lower airway infection are independent and that fine-particle exhaled aerosols reflect infection in the lung, opened a pathway for a deeper understanding of the human biology of influenza infection and transmission. Our observation of an association between repeated vaccination and increased viral aerosol generation demonstrated the power of our method, but needs confirmation.

    Abstract
    Little is known about the amount and infectiousness of influenza virus shed into exhaled breath. This contributes to uncertainty about the importance of airborne influenza transmission. We screened 355 symptomatic volunteers with acute respiratory illness and report 142 cases with confirmed influenza infection who provided 218 paired nasopharyngeal (NP) and 30-minute breath samples (coarse >5-µm and fine ≤5-µm fractions) on days 1–3 after symptom onset. We assessed viral RNA copy number for all samples and cultured NP swabs and fine aerosols. We recovered infectious virus from 52 (39%) of the fine aerosols and 150 (89%) of the NP swabs with valid cultures. The geometric mean RNA copy numbers were 3.8 × 104/30-minutes fine-, 1.2 × 104/30-minutes coarse-aerosol sample, and 8.2 × 108 per NP swab. Fine- and coarse-aerosol viral RNA were positively associated with body mass index and number of coughs and negatively associated with increasing days since symptom onset in adjusted models. Fine-aerosol viral RNA was also positively associated with having influenza vaccination for both the current and prior season. NP swab viral RNA was positively associated with upper respiratory symptoms and negatively associated with age but was not significantly associated with fine- or coarse-aerosol viral RNA or their predictors. Sneezing was rare, and sneezing and coughing were not necessary for infectious aerosol generation. Our observations suggest that influenza infection in the upper and lower airways are compartmentalized and independent.

    • Tiens, justement, nos amis du #Decodex sont de sortie sur le sujet…

      Les conclusions douteuses d’articles hostiles au vaccin contre la grippe
      http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/02/14/les-conclusions-douteuses-d-articles-hostiles-au-vaccin-contre-la-grippe_525

      L’affirmation selon laquelle la vaccination augmenterait la « propagation de la maladie » qu’on retrouve dans certains titres n’est pas plus étayée par les faits.

      Bon, ce n’est qu’un tout petit élément du plaidoyer, mais là où ça devient cocasse, c’est quand on lit l’étude qui est (indirectement) citée pour mentionner le faible taux d’efficacité du vaccin anti grippal pour la saison2016)

      Contemporary H3N2 influenza viruses have a glycosylation site that alters binding of antibodies elicited by egg-adapted vaccine strains | Proceedings of the National Academy of Sciences
      http://www.pnas.org/content/114/47/12578

      Individuals that had been vaccinated in the previous 2 y[ears] exhibited overall lower antibody boosts (Fig. S1), after adjusting for age and prevaccination antibody titers (Table S3).

      (c’est la dernière phrase de l’article avant la Discussion)

    • Sinon, sur le fond du décodage.

      Pourquoi c’est faux

      1. Le vaccin contre la grippe offre bien une protection limitée
      M. Brownstein s’appuie sur des données compilées dans une étude publiée dans la Cochrane Library début février. Cette publication spécialisée confirme une réalité connue de longue date : le vaccin contre la grippe est loin d’offrir une protection comparable à la plupart des autres vaccins.

      Normalement, la conclusion devrait donc être : c’est plutôt vrai (et c’est bien connu, d’ailleurs…

      2. Un taux d’échec à « 99 % » fallacieux
      L’article de M. Brownstein a, en revanche, largement manipulés les chiffres de la Cochrane Library. L’étude en question aboutit, en effet, aux deux estimations suivantes :
      • En moyenne, 2,3 % des adultes en bonne santé non vaccinés seraient touchés par la grippe, contre 0,9 % des vaccinés ;
      • 21,5 % des adultes non vaccinés seraient touchés par des infections proches de la grippe, contre 18,1 % des vaccinés.

      Le chiffre de 99% est tout à fait faux, en effet. Les chiffres fournis à l’appui montre tout de même que la protection est plutôt faible.

      Le rapport des cotes (odds ratio) pour le risque d’attraper la grippe est de 2,6 entre un individu non vacciné et un individu vacciné. Ce nombre tombe à 1,2 pour les infections proches de la grippe.

      Il est également trompeur d’avoir occulté le cas des infections proches de la grippe, bien que l’écart entre les deux groupes reste également limité dans ce cas de figure.

      De fait, il est tout juste significatif. cf. le passage correspondant dans l’étude de référence

      Vaccines for preventing influenza in healthy adults. - PubMed - NCBI
      https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29388196

      MAIN RESULTS:
      […] Inactivated influenza vaccines probably reduce influenza in healthy adults from 2.3% without vaccination to 0.9% (risk ratio (RR) 0.41, 95% confidence interval (CI) 0.36 to 0.47; 71,221 participants; moderate-certainty evidence), and they probably reduce ILI from 21.5% to 18.1% (RR 0.84, 95% CI 0.75 to 0.95; 25,795 participants; moderate-certainty evidence

      (désolé, ils calculent le rapport des cotes dans le sens inverse et la (légère) différence (pour les inverses des valeurs) vient certainement des arrondis (à 1 chiffre après la virgule) des pourcentages).

      3. Les prétendus dangers du vaccin ne sont pas étayés
      […]
      L’affirmation selon laquelle la vaccination augmenterait la « propagation de la maladie » qu’on retrouve dans certains titres n’est pas plus étayée par les faits.

      cf. ci-dessus.

      4. Le vaccin reste considéré comme pertinent pour les publics ciblés
      […]
      Comme toute politique de santé publique, ce choix de recommander la vaccination contre la grippe dans certains cas fait l’objet de débats et de questionnements légitimes. Les affirmations catégoriques véhiculées par certains sites douteux n’en restent pas moins mensongères.

      Ce serait sympa (comme dirait l’autre…) si ces débâts et questionnements légitimes étaient traités autrement que par la « pédagogie » (sic) de l’extension par décret des obligations vaccinales.

    • Pour finir, le bilan de l’efficacité du vaccin pour la saison grippale 2014-15 aux États-Unis.

      Efficacité inférieure à 20% (tous âges confondus et toutes souches confondues) et inexistante pour la tranche d’âge 18-64 ans.

      2014–2015 Influenza Vaccine Effectiveness in the United States by Vaccine Type | Clinical Infectious Diseases | Oxford Academic
      https://academic.oup.com/cid/article/63/12/1564/2282808

      Background
      Circulating A/H3N2 influenza viruses drifted significantly after strain selection for the 2014–2015 vaccines. Also in 2014–2015, the Advisory Committee on Immunization Practices recommended preferential use of live attenuated influenza vaccine (LAIV) over inactivated influenza vaccine (IIV) among children aged 2–8 years.

      Methods
      Vaccine effectiveness (VE) across age groups and vaccine types was examined among outpatients with acute respiratory illness at 5 US sites using a test-negative design, that compared the odds of vaccination among reverse transcription polymerase chain reaction–confirmed influenza positives and negatives.

      Results
      Of 9311 enrollees with complete data, 7078 (76%) were influenza negative, 1840 (19.8%) were positive for influenza A (A/H3N2, n = 1817), and 395 (4.2%) were positive for influenza B (B/Yamagata, n = 340). The overall adjusted VE was 19% (95% confidence interval [CI], 10% to 27%) and was statistically significant in all age strata except those aged 18–64 years. The adjusted VE of 6% (95%CI, −5% to 17%) against A/H3N2-associated illness was not statistically significant, unlike VE for influenza B/Yamagata, which was 55% (95%CI, 43% to 65%). Among those aged 2–8 years, VE against A/H3N2 was 15% (95%CI, −16% to 38%) for IIV and −3% (CI, −50% to 29%) for LAIV; VE against B/Yamagata was 40% (95%CI, −20% to 70%) for IIV and 74% (95%CI, 25% to 91%) for LAIV.

      Conclusions
      The 2014–2015 influenza vaccines offered little protection against the predominant influenza A/H3N2 virus but were effective against influenza B. Preferential use of LAIV among young children was not supported.

      représentation graphique (en haut la souche A, en bas la souche B, la A était environ 5 fois plus fréquente que la B)

    • Pour ce dont je me souviens, et contrairement à d’autres vaccins plutôt efficaces, cette faible efficacité serait essentiellement due à un pari (industriel et sanitaire) difficile à étayer sur ce que vont donner les mutations de virus de la grippe, bien moins stables que d’autres. Une affaire de prédictibilité défaillante puisqu’on élabore les vaccins depuis des souches antérieures.

  • Le pH monte dans les rivières
    Mathieu Perreault, La Presse, Janvier 2018
    http://plus.lapresse.ca/screens/f79dd7ae-3e06-4a90-9919-0823f7276b58__7C___0.html

    Article original :

    Freshwater salinization syndrome on a continental scale.
    Kaushal SS, Likens GE, Pace ML, Utz RM, Haq S, Gorman J, Grese M.
    Proc. Natl. Acad. Sci. USA 115:E574-E583 (2018)
    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29311318

    #Rivières #Pollution #pH #acidification #salinisation #alcalinisation #océans #dérèglement_climatique #effondrement #collapsologie #catastrophe #fin_du_monde #it_has_begun #Anthropocène #capitalocène

    Ajouter à la compilation :
    https://seenthis.net/messages/499739

  • Waning plantain yields in rural Cameroon hurt college attendance
    https://news.mongabay.com/2017/12/waning-plantain-yields-in-rural-cameroon-hurt-college-attendance

    en voilà une #étude_récente intéressante

    From 1991 to 2011, as the region has grown drier and hotter, plantain yields in Cameroon have dropped by 43 percent — this despite a more than threefold increase in the area dedicated to growing the crop, researchers found. During the same period, the average duration of post-secondary school attendance decreased by six months — a decline the researchers said was “tightly linked” to the falling plantain yields.

    The lost earnings from selling fewer crops accounted for this trend, the researchers reported recently in the journal Science of the Total Environment. The scientists examined detailed records of crop production, climate patterns and social and educational demographics across Cameroon to reach this conclusion.

    ...

    Coffee, cacao and bananas are key exports. But according to the scientists, farmers in Cameroon would prefer not to grow cacao or coffee. These crops are heavily regulated by the government-run Cameroon Development Cooperation, which dictates the prices of crops sold to the U.S. and Europe.

    “They don’t even eat chocolate, so they don’t want to grow cacao,” Njabo said. “You see why [they want to grow] plantain, bush mango and safou. Farmers like to produce crops they have a say on, Njabo says, and what their families can use and consume.

    Researchers are working to identify plantain varieties that are resilient to climate change. New cultivars bred from tissue culture will create rural centers with “mother plantations” for villagers to collect offshoots to plant in their fields.

    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28830045
    #climat #agriculture #agriculture_vivrière #éducation #niveau_de_vie #plantation #Cameroun

  • How much would each researcher receive if competitive government research funding were distributed equally among researchers?

    Scientists are increasingly dissatisfied with funding systems that rely on peer assessment and, accordingly, have suggested several proposals for reform. One of these proposals is to distribute available funds equally among all qualified researchers, with no interference from #peer_review. Despite its numerous benefits, such egalitarian sharing faces the objection, among others, that it would lead to an unacceptable dilution of resources. The aim of the present paper is to assess this particular objection. We estimate (for the Netherlands, the U.S. and the U.K.) how much researchers would receive were they to get an equal share of the government budgets that are currently allocated through competitive peer assessment. For the Netherlands, we furthermore estimate what researchers would receive were we to differentiate between researchers working in low-cost, intermediate-cost and high-cost disciplines. Given these estimates, we then determine what researchers could afford in terms of PhD students, Postdocs, travel and equipment. According to our results, researchers could, on average, maintain current PhD student and Postdoc employment levels, and still have at their disposal a moderate (the U.K.) to considerable (the Netherlands, U.S.) budget for travel and equipment. This suggests that the worry that egalitarian sharing leads to unacceptable dilution of resources is unjustified. Indeed, our results strongly suggest that there is room for far more egalitarian distribution of funds than happens in the highly competitive funding schemes so prevalent today.

    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28886054
    #recherche #université #égalité #projets_de_recherche #économie #fonds_de_recherche
    cc @reka

  • Synesthésie : un très étrange #calendrier dans le cerveau | Réalités Biomédicales
    http://realitesbiomedicales.blog.lemonde.fr/2017/03/13/synesthesie-un-tres-etrange-calendrier-dans-le-cer

    Calendrier de ML, jeune femme synesthète. Ramachandran VS, et al. Neurocase. 2016 Oct ;22(5):461-465.

    la #synesthésie comme source d’#idées de #visualisation ? — les forums sont, pour une fois, très intéressants

    • On estime qu’au moins une personne sur 2 000 serait synesthète. Les estimations sont extrêmement larges. Elles varient entre un individu sur 23 et un individu sur 25 000, selon la méthodologie utilisée pour le repérage et le recensement de telles personnes. De fait, la plupart ignorent leurs capacités synesthésiques du fait que ce phénomène n’a pas de retentissement pathologique.

    • Et comment ne pas penser à l’un de mes auteurs favoris, Victor Segalen !

      Les Synesthésies et l’école symboliste, 1902

      Les Synesthésies et l’école symboliste - Wikisource
      https://fr.wikisource.org/wiki/Les_Synesthésies_et_l'École_symboliste

      Longtemps, il resta décent, dans le monde scientifique, d’afficher, à l’égard de la correspondance possible des données sensorielles entre elles, un vertueux dédain. Les indulgents s’arrêtaient à l’ignorance bénévole du phénomène. D’aucuns furent plus rigoureux. La doctrine de l’Analogie des sens eut ses apôtres, ses martyrs, et tout récemment son temple.
      […]
      Actuellement pourtant, devant l’agrégat d’exemples laborieusement entassés, l’authenticité des faits de synesthésie n’est plus douteuse. Leur état civil est officiellement constitué. Ils ont, ces bâtards de jadis, existence légale auprès des savants : ils sont reconnus.

      C’est l’introduction de son texte, accessible sur Wikisource.

    • Effectivement, les forums sont fascinants.
      Le plus extraordinaire c’est tous ces gens qui n’en ont parlé à personne, de peur de passer pour fous je suppose.
      Quelle kyrielle de calendriers !
      Si chacun publiait ce qu’il y a dans son cerveau, quelle richesse !

    • Je fais l’hypothèse qu’un test sur des enfants s’approcherait plus de la représentation actuelle du système solaire et de ses planètes qu’une représentation du calendrier en rectangle ! Soit une sorte de colimaçon, avec le soleil en point central mouvant sur lequel s’enroulent les révolutions planètaires. Quand cette nouvelle découverte a été révélée, j’ai été rassurée de ma représentation du calendrier, car suivant le mois où je me place, les solstices s’éloignent sur l’ellipse hélicoïdale que je vois. #mind_map

    • Je n’ose pas répondre. J’ai peur de voir arriver des hommes en noir avec des lunettes noires.

      Mais si on était entre nous, je te dirais que la vision en cercle du calendrier est en effet une de mes visualisations, avec mes yeux qui esquissent un mouvement quand je tente de me déplacer dans le temps...

    • Je commence à faire le test autour de moi, certain·e·s perçoivent une ligne droite, avec dans leur dos, le passé, pff, fastoche avec devant l’avenir radieux … y’en a qui trichent je suis sure.

    • Les dyslexiques ont l’air spécialement largués en synesthésie. Pour le calandrier j’ai une image mentale mais assez inutilisable : un cylindre éclairé au stroboscope qui tourne dans n’importe quel sens, qui n’a même pas 12 mois et dont les mois sautent et changent tout le temps aléatoirement. Je voie sur gogol que l’incompréhension du temps est une des caractéristique des dyslexiques.

    • Mais tout le monde est synesthésique ! Le seul fait de penser que le rouge est une « couleur chaude » et le bleu une « couleur froide » (alors qu’en physique, c’est l’inverse), c’est déjà de la synesthésie.
      Dans mon cas, j’associe aussi les lettres à des couleurs, mais pas les mêmes que Rimbaud. Étant bi-alphabète, j’associe aussi des couleurs au cyrillique, avec parfois des nuances (le о russe me semble moins rouge que le o français, le а plus vert-bleu en cyrillique et plus bleu en latin, les lettres ж ц ш щ я donnent des couleurs que je n’avais pas associées en français : vert, ocre, beige, cyan).
      Enfin, mon calendrier est un cercle ou une sinusoïdale, les solstices en bas et en haut, avec une perception associée de la longueur des jours et de l’état de la végétation : à une date je peux donner la longueur de la photopériode à 5-10 minutes ainsi que la date où on retrouve la même (par exemple, le 7 mai est à peu près équivalent au 7 août). Me vient aussi immédiatement la date en calendrier républicain, nous devons être le 16 floréal ; nous sommes pile à mi-distance entre l’équinoxe de printemps et le solstice d’été).
      En fait, rien d’extraordinaire, c’est la conséquence de beaucoup de travail en astronomie.

  • Comment l’industrie pharmaceutique cible les étudiants en médecine
    http://multinationales.org/Comment-l-industrie-pharmaceutique-cible-les-etudiants-en-medecine

    Facultés de médecine et hôpitaux où officient les internes sont ciblés par l’industrie pharmaceutique. L’enjeu : créer une proximité pour influencer les choix de ces futurs médecins et imposer leurs produits. Entre nécessaire information sur les traitements et molécules existants et stratégie commerciale agressive, la présence des industries pharmaceutiques et de leurs visiteurs médicaux dans les lieux de formation est-elle suffisamment encadrée ? De plus en plus d’étudiants s’en alarment. Un classement (...)

    #Enquêtes

    / #Pharmacie, #France, #Sanofi, #Lobbying, #influence, #normes_et_régulations, #transparence

    « https://www.legifrance.gouv.fr/eli/loi/2011/12/29/ETSX1119227L/jo »
    « http://www.formindep.org/IMG/pdf/livrettdrv7.6_sans_trait_de_coupe.pdf »
    « http://www.nytimes.com/2009/03/03/business/03medschool.html?hp&_r=0 »
    « https://www.regardscitoyens.org/sunshine »
    « http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0092858 »
    « http://www.formindep.org/-RECOURS-CONTRE-LES-RECOMMANDATIONS-.html »
    « http://www.prescrire.org/fr/3/31/47081/0/NewsDetails.aspx »
    « http://www.theseimg.fr/1/sites/default/files/THESE%20st%C3%A9phanie,%20loic.pdf »
    « http://www.lissa.fr/rep/articles/20399070 »
    « http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S000293430100660X »
    « https://jama.jamanetwork.com/article.aspx?articleid=201475 »
    « https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24088157 »
    « http://www.formindep.org »
    « http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2013-04/comprendre_la_promotion_pharmaceutique_et_y_repondre_-_un_manuel_pratique. »
    « http://www.amsa.org/wp-content/uploads/2015/03/ModelPharmFreeCurriculum.pdf »
    « http://www8.nationalacademies.org/onpinews/newsitem.aspx?RecordID=12598 »

  • Longue discussion avec ma grand-mère hier à l’occasion d’un livre qu’elle a lu sur l’histoire d’une famille qui vivait près de son village.

    Un petit village donc, niché dans les montagnes de Toscane, avant la guerre, la faillite, et l’exil en France. Une famille paysanne pauvre. Beaucoup d’autoproduction, peu d’achats. Un peu de café, et un peu de sucre. Conservé précieusement, qui servait quand quelqu’un était malade, et qui avait perdu son goût depuis longtemps.

    Une petite parcelle de châtaigniers, et les châtaignes récoltées qui servaient à faire la polenta pendant l’hiver. Mais il fallait d’abord les faire sécher à la fumée d’un feu qui durait un mois et qui ne devait pas s’arrêter. Les adultes se relayaient une nuit après l’autre pour continuer à alimenter le feu. Mais le séchoir a été détruit par un incendie pendant la guerre et les châtaigniers sont morts de vieillesse ou de maladie. Son grand père pelait quelques châtaignes cuites au feu de bois le matin pour les lui apporter dans son lit, seul souvenir doux de cette discussion.

    En été le lever était à 5h du matin, puis il y avait la traite des bêtes - une chèvre et huit brebis - qu’il fallait emmener sur les pâturages jusqu’à environ dix heures du matin. Il y avait aussi un âne pour porter des charges. Quand le temps ne s’y prêtait pas, il fallait les nourrir de fourrage, qui était composé d’herbes sèches fauchées dans les champs, mises en fagot, et transportées à dos d’âne et parfois à dos d’hommes ou de femmes, comme c’était le cas pour ma grand mère qui allait récolter le fourrage, parfois sous la neige. Tout était transformé en fromage, mais les malades avaient droit à du lait chaud.

    Mises à part les châtaignes, les autres bases de subsistance étaient le blé et le maïs. La récolte du blé se faisait à la faucille, sous une chaleur de plomb. Les champs étaient labourés par des bœufs d’une famille plus fortunée, et chaque jour de labour était facturé trois jours de fauche ce qui n’était pas du goût de ma grand mère qui se serait bien passée de ces journées supplémentaires de travail harassant. C’était avant l’arrivée des tracteurs et des moissonneuses batteuses dont je garde quelques vagues bons souvenirs quand j’étais petit garçon. Il y avait déjà une machine rudimentaire pour battre le blé. Le blé était transformé en farine pour les pâtes et le pain, et le maïs en farine grossière pour la polenta. Il y avait aussi des pommes de terre mais la discussion ne s’est pas attardée dessus.

    Pour accompagner les pâtes, un peu de sauce composée d’une petite cuillère de concentré de tomates, et de champignons ou de volaille selon les jours et les disponibilités. Le potager n’était pas luxuriant car il n’y avait pas d’eau pour arroser, et il n’y avait pas de traitement donc certaines années il y avait beaucoup moins de tomates que d’autres. Un peu de basilic mais pas de pesto, les noix étant vermoulues.

    La basse cours était tenue par la mère de ma grand mère, il y avait une dizaine de poules, principalement pour les œufs dont certains étaient vendus. Sûrement des lapins mais je ne me souviens plus. Il y avait une paire de cochons, et la famille de ma grand mère s’en réservait la moitié d’un et vendait le reste. Ma grand mère me montre avec sa main la taille des morceaux de saucisses dont ils avaient droit au repas, environ la taille d’une moitié de pouce.

    Il y avait des oliviers pour faire l’huile. Mais lorsque je lui ai parlé de la saveur incomparable de l’huile de Toscane (jusqu’à récemment, nous ramenions une dizaine de litres chaque année comme paiement d’un fermage sur certains de nos oliviers), ma grand mère me disait que la qualité n’était pas la même car ils pressaient aussi les « olives de terre », les olives piquées par la mouche et qui étaient tombées prématurément. Emmener les olives et ramener l’huile au pressoir local semblait être une épreuve pénible sur les chemins escarpés. Quelques figues étaient séchées en été.

    Le bois de chauffage se faisait à la hache et à la scie, et consistait pour des raisons évidentes de bois morts et de diamètre raisonnable. La cheminée chauffait la maison exiguë, et quand le vent du Nord soufflait, le feu faisait de la fumée et il fallait entrouvrir la porte qui laissait entrer l’air glacial. Pour la nuit des braises étaient tirées du feu et placées sous le lit.

    –—

    Voici un aperçu de la vie de ma grand mère, mais je me suis promis de l’enregistrer et de l’interroger plus longuement la prochaine fois.

    #italie #paysannerie #agriculture #élevage

    • Des témoignages comme celui-là sont très précieux, et rappellent aussi à ceux n’ayant pas connu (ou eu de témoignage direct sur) la paysannerie d’avant guerre, à quel point cette vie était dure.
      Tu pourras remercier ta grand-mère pour ce partage.
      lien avec http://seenthis.net/messages/196837#message197111

      si autant de paysans ont soit laché leur activité, soit se sont jetés les yeux fermés dans la mécanisation à cette époque, sans trop penser à ce qu’ils y perdaient, c’est aussi parce-que cette vie-là était usante. C’est quelque-chose qu’il ne faut pas oublier.

    • Très émouvant nicolasm, ne laisse pas passer cela sans enregistrer, tout va si vite !

      Enfant, j’allais dans une ferme en suisse, dans le Valais, j’adorais les paysans qui y habitaient, et eux pleuraient toujours en nous voyant repartir, ma mère me disait de bien observer parce que tout cela allait disparaitre… Ils étaient simples métayers, et ça m’a chagriné quand j’ai réalisé qu’ils devraient quitter un jour leur lieu de vie. Toute petite je me souviens qu’ils avaient encore un cheval pour labourer. Ils avaient 8 vaches pour le lait qui passaient la nuit au champ l’été pour échapper aux mouches, quelques génisses et des veaux pour la viande, un ou deux cochons nourris au son et petit lait, des poules, des lapins et une vingtaine de chats, Youki le Bouvier Bernois veillait. Presque tous les animaux avaient un nom et les vaches avaient une ardoise au-dessus de leur emplacement avec écrit Reine ou Marguerite, quand elles rentraient elles ne se trompaient jamais ! Mr Streit refermait la mangeoire en bois sur leur cou, puis leur queue était attachée en hauteur grâce à un bouchon de liège au bout d’une ficelle pour qu’elles ne se salissent pas.
      Les fermiers se levaient à 4h00 du matin, prenaient leur premier déjeuner, comme nous étions trop petits, nous arrivions pour la fin de la traite que Mr Streit faisait au début à la main, assis sur un tabouret à un pied tenu par sa ceinture, à 7h00 il nous invitait à monter sur son petit tracteur pour apporter les bidons remplis à la coopérative de Saint Légier, il y achetait son « paquet de poison » (ses clops) puis on revenait à la ferme manger d’épaisses tartines de pain. L’été, il fallait faire les récoltes, avec de grands rateaux en bois les paysans tiraient le foin séché pour faciliter le ramassage, on rentrait fourbu pour déguster la limonade glacée tirée du fond du lavoir alimenté par le torrent. Le soir, on sortait les vaches et si on était munis de bottes en caoutchouc on pouvait avec un brin de pissenlit tester la clôture électrique sans avoir trop mal. Mme Streit s’occupait de la maison, le ménage et la cuisine, aussi de sa vieille mère, et tout les travaux de maraîchages ou de conservation des légumes qu’elles faisaient parfois sécher. À table, on ne devait pas parler, ça changeait pas beaucoup de chez moi ceci dit, on mangeait surtout des soupes et du pain, parfois Mme Streit faisait des ruchtis ou des brisselets pour le gouter avec son moule spécial si beau.
      Evidemment ce sont des souvenirs d’enfance, assez heureux pour moi, sauf quand je dormais à la ferme dont l’intérieur était tout en bois noir et sombre, où lorsque je devais aller aux chiottes sèches qui puaient affreusement. La vie était dure pour ces gens, mais je crois qu’ils ne se voyaient pas ailleurs que là. Quand ils ont du partir, ils n’ont pas survécu longtemps, je les pleure encore.

    • Merci pour vos retours, effectivement je n’ai que trop laissé passé le temps ...

      Et merci @touti pour ton beau témoignage en retour. Il y avait beaucoup de misères mais il y avait quelque chose de vrai et d’intense dans ces vies, qui fait défaut maintenant. On retournait toutes les vacances d’été dans cette maison, et la Toscane ainsi que le mas planté d’oliviers et d’amandiers qu’avait construit mon grand père en France m’ont apporté énormément même si je n’étais pas capable de le voir à cette époque. Qui connaît encore le plaisir intense d’aller chercher des œufs dans des nids au milieu de bottes de pailles ou de cueillir des framboises sauvages sur un talus ?

    • Enfant, mes parents ont retapé une maison de famille. J’ai adoré ces moments à défricher le jardin, et à réparer la maison. Avec les toilettes à l’extérieur de la maison, où même en hiver, il fallait aller se peler dans cette petite cabane...
      A l’adolescence, j’ai découvert que j’étais (très) allergique au foin, à l’occasion d’une vendange. Et le WE dernier j’ai découvert que j’étais sans doute allergique aux chevaux, à l’occasion de la visite du salon EquitaLyon. Je fais partie des gens qui n’ont pas de place dans la campagne :-/ Autrefois, les allergiques, ils mourraient...

    • Ces témoignages, notamment celui de @touti, me rappelle mes quelques jours passés en Valais pour le regain, il y a 40 ans…

      En naviguant un peu, je tombe sur cette description de la vie d’agriculteur de montagne (aux Avanchers en Savoie)


      http://robert.aspord.free.fr/18.htm
      Aux activités évoqués sur cette page, il fallait ajouter la vigne.

      Ces paysans de montagne étaient fiers de parler patois ; un de mes grands-oncles remplissaient des cahiers d’écolier retranscrivant des récits et des tournures de phrases pour un universitaire (je sais maintenant qu’on dit informateur…)

      En bon Valaisans, ils étaient extrêmement bigots et calotins ; ils jouaient tous d’un instrument ou chantaient dans la chorale de l’église.

      En revenant des champs, l’une de mes tantes remplissait son tablier des herbes qu’elle collectait tout le long du chemin et qu’elle entreposait à sécher, soigneusement rangées et classées dans son grenier.

    • @biggrizzly @nicolasm Il y a une augmentation de prévalence des allergies qui s’est faite en France dans les années 1970 et s’est poursuivie jusqu’à un plateau (discuté) ces dernières années. C’était 0,5% de la population dans les années 50/60, réservé a des familles d’atopiques. C’est aujourd’hui 20 à 25% de la population qui a une forme plus ou moins forte d’allergie. Les causes sont multiples (hygiène, composés organiques volatils, pollution particulaire fine vs à grosse particule, ozone etc.) mais elles sont issues du mode de vie occidental. Une (belle) étude Allemande de Von Muttius a suivi les allemands de l’est (Dresde/Lipezig versus Munich) à l’effondrement du mur de Berlin, leur modification de mode de vie augmente la prévalence des allergies pour les amener à celle de l’Allemagne de l’Ouest en quelques années seulement. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10573234

    • Ah oui @simplicissimus, voila des termes qui me chantent, le #regain, c’est la deuxième coupe du foin, la première ayant lieu en juin ! J’ai la chance de ne pas être allergique, alors comme on ne faisait pas de bottes avec le foin nous le tassions de nos pieds dans la remorque, me reviennent les odeurs fortes d’herbes et de fleurs séchées, de rires, du plaisir de faire quelque chose en commun ou chacun, jusqu’aux enfants et au vieux avaient un rôle.

      Au fait, @simplicissimus si tu connais le Canton de Vaux, est-ce que tu te souviens comment se nomme la pièce de la maison qui sert à se détendre ? Je ne retrouve pas, il me semble que c’était « canotsé ».

  • Fructose: the poison index | Robert Lustig | Comment is free | The Guardian
    http://www.theguardian.com/commentisfree/2013/oct/21/fructose-poison-sugar-industry-pseudoscience

    Yes, fructose has a low glycaemic index of 19, because it doesn’t increase blood glucose. It’s fructose, for goodness sake. It increases blood fructose, which is way worse. Fructose causes seven times as much cell damage as does glucose, because it binds to cellular proteins seven times faster; and it releases 100 times the number of oxygen radicals (such as hydrogen peroxide, which kills everything in sight). Indeed, a 20oz soda results in a serum fructose concentration of six micromolar, enough to do major arterial and pancreatic damage. Glycaemic index is a canard; and fructose makes it so. Because fructose’s poisonous effects have nothing to do with glycaemic index; they are beyond glycaemic index.