« Minute » éructe encore, malgré sa liquidation

/minute-eructe-encore-malgre-sa-liquidat

  • « Minute » n’a plus la banane : le journal est en liquidation judiciaire | Jeudi 14 Novembre 2013 sur StreetPress.com
    http://www.streetpress.com/sujet/115013-minute-n-a-plus-la-banane-le-journal-est-en-liquidation-judiciai

    La procédure de liquidation judiciaire [de la SACEN] est donc prononcée en mars dernier, les 6 salariés sont remerciés, et le tribunal nomme un liquidateur judiciaire, dont le rôle est de vendre les actifs de l’entreprise pour, dans la mesure du possible, rembourser les créanciers. Surprise : Malgré la liquidation judiciaire, « Minute » continue à paraître, mais sous la houlette d’une autre société, la SEJMV [Société d’Exploitation du Journal Monde et Vie] propriété… du même Jean-Marie Molitor ! Son ardoise auprès des créanciers et de l’Etat effacée, le patron de presse repart au combat tout beau tout propre, c’est presque trop beau et trop facile.
    (…)
    A qui appartient la marque ? « A une personne qui veut bien que l’on continue à l’éditer. Mais à vous de trouver ! ». En fait… la marque « Minute » a été déposée en 1999 par Catherine Barnay, une ancienne des Jeunesses patriotiques et sociales de Roger Holeindre, d’ Ordre Nouveau et du PFN et désormais… directrice artistique de la revue « #Causeur ». Sauf que la marque, dont l’enregistrement n’a pas été renouvelé, n’est de fait « plus en vigueur », indiquent à StreetPress les services de l’INPI.
    (…)
    Autre surprise : « Minute » continue à être imprimé par la société Roto Presse Numeris, celle-là même à qui il devait plus de 200.000 euros. Sympa, l’imprimeur ! « Il a continué à nous imprimer malgré les pertes, et puis après on s’arrange, nous confie Jean-Marie Molitor. Mais c’est pas une obligation de parler de lui… ».

    Vu par Libé (qui ne reprend qu’une partie des infos) « #Minute » éructe encore, malgré sa liquidation http://ecrans.liberation.fr/ecrans/2013/11/14/minute-eructe-encore-malgre-sa-liquidation_947055

    Il y a de l’#embrouille dans l’air. D’autant plus que c’est le même imprimeur qui a demandé la liquidation de la première société (c’est indiqué dans le jugement du tribunal de commerce, mais non repris dans l’article…)