• • Les éditions Les petits matins sous le coup d’une « procédure bâillon » ! Audiences les 14 et 15 mars 2019

    Le 17 mars 2016, notre maison d’édition a publié un essai intitulé Les Réseaux du Kremlin en France. Quelques mois après la sortie de cet ouvrage, six plaintes ont été déposées contre la directrice de la publication, Marie-Édith Alouf, et l’auteure du livre, Cécile Vaissié, professeure en études russes, soviétiques et post-soviétiques à l’université Rennes-2. Chef d’accusation : « diffamation publique envers un particulier ».

    Les audiences se tiendront les 14 et 15 mars 2019 devant la 17e chambre correctionnelle du nouveau palais de justice, à Paris.

    Que dit ce livre ?
    Depuis quelques années, le Kremlin mène des campagnes de « séduction » très offensives dans l’Union européenne pour tenter d’influer sur les affaires intérieures de plusieurs pays membres. Pour ce faire, le pouvoir incarné par Vladimir Poutine finance, à l’étranger, des associations et des think tanks, des médias de propagande, des « usines à trolls » et des réseaux d’influence, voire des partis.

    Qu’en est-il en France ?
    C’est ce que révèle cet ouvrage à travers une enquête très fouillée où l’on croise des descendants de la diaspora russe, des politiciens de divers bords, des journalistes, des hommes d’affaires et tous ceux que fascine, pour diverses raisons, la personnalité de Vladimir Poutine.

    Qui sont les plaignants ?
    • DJORDJE KUZMANOVIC est un ancien officier de l’armée française. Il était en charge des questions de défense et de stratégie à La France insoumise jusqu’à son départ de cette formation (à la suite d’une contestation interne) fin 2018.

    • VÉRA NIKOLSKI, épouse de Djordje Kuzmanovic, est la secrétaire administrative du groupe d’amitié France-Russie à l’Assemblée nationale.

    • OLIVIER BERRUYER, actuaire de profession, anime le blog « Les Crises », spécialisé dans l’économie et la géopolitique, et accordant une large place à l’espace post-soviétique.

    • PIERRE LAMBLÉ, enseignant, gère le site « Europe, Russie comprise » et anime la page Facebook « Europe et Russie ».
    HÉLÈNE RICHARD-FAVRE se présente comme écrivaine et tient un blog sur le site Tribune de Genève.

    • GUÉORGUI CHEPELEV est enseignant en langue russe et président du Conseil des compatriotes, qui dépend directement de l’ambassade de Russie.

    Une attaque coordonnée
    À l’exception de M. Guéorgui Chepelev, les plaignants sont tous défendus par le même avocat, Me Jérémie Assous (également conseil de la chaîne Russia Today), et leurs plaintes ont toutes été déposées le même jour. Il s’agit manifestement d’une attaque coordonnée, visant à mettre en difficulté financière une petite maison d’édition indépendante, bien obligée de se défendre.

    « Poursuite-bâillon »
    Nous dénonçons cette tentative d’intimidation – l’ironie de l’histoire étant qu’elle ne provient pas d’acteurs d’extrême droite (largement évoqués dans le livre), comme nous aurions pu le craindre, mais de protagonistes classés pour certains à gauche de la gauche, donc présumés proches des valeurs progressistes, humanistes et écologistes défendues par notre maison depuis quinze ans.

    Plus largement, nous dénonçons un « vent mauvais » de volonté de censure. Car cette attaque qui frappe aujourd’hui Les petits matins s’inscrit dans un mouvement plus vaste : l’inquiétante multiplication en France des « poursuites-bâillon ». Voir les affaires Bolloré contre France 2, Vinci contre l’association Sherpa, Chimirec contre l’universitaire Laurent Neyret et la revue Environnement et développement durable, etc.

    Cécile Vaissié est enseignante-chercheuse et l’ouvrage Les Réseaux du Kremlin en France est le fruit de plusieurs années de travaux universitaires précurseurs et unanimement salués comme tels.

    C’est la liberté d’expression et de communication, dans l’enseignement et la recherche notamment, qui est mise à mal par de telles actions ; c’est la liberté d’expression et le droit à l’information, protégés par la Constitution et les traités internationaux, qu’il faut défendre aujourd’hui.

    Lors des audiences qui se tiendront les 14 et 15 mars, l’occasion nous sera donnée à nous et à nos conseils, Maîtres Patrick Klugman et Ivan Terel, de réfuter des poursuites que nous estimons abusives, de mettre en lumière la rigueur de notre enquête et de réaffirmer notre volonté d’informer et de publier librement.

    Les Réseaux du Kremlin en France : ce qu’en a dit la presse
    • TV5 Monde
    Un livre passionnant [...] pour découvrir le « soft power » à la russe.

    • France Inter, Nicolas Demorand
    Un livre [qui] se lit comme un roman policier, c’est du pur John le Carré ! [...] Un très gros travail sur l’information et la manipulation de l’information.

    • France Culture, « L’esprit public », Michaela Wiegel
    Pour ceux qui veulent aller plus loin dans la connaissance des réseaux russophiles en France, je recommande le livre [de Cécile Vaissié]. C’est une recherche très fouillée [...] notamment du côté russe.

    • Libération
    Quelques articles de presse ont déjà tenté de mettre en évidence l’existence, en France, d’une nébuleuse pro-Poutine. Mais le livre de Cécile Vaissié va beaucoup plus loin.

    • Philosophie magazine
    [L’ouvrage] démonte, de manière très précise et documentée, les puissants réseaux d’influence du poutinisme dans un pays encore souvent fasciné par les clichés de la Sainte Russie.

    CONTACT :
    Marie-Édith Alouf, lespetitsmatins@wanadoo.fr – 01 46 59 11 73 – 06 08 77 65 53
    http://www.lespetitsmatins.fr

    http://www.lespetitsmatins.fr/collections/les-reseaux-du-kremlin-en-france

    #russie #poutine #liberté #censure


  • Trois rencontres publiques en février autour de mon livre ou du féminisme – Sexisme et Sciences humaines – Féminisme
    https://antisexisme.net/2019/01/25/fevrier2019

    Je vous annonce trois événements publics pour ce mois de février 2019 !

    ⭐ 2 février 2019 à 15h à la bibliothèque d’Herblay-sur-Seine : Conversation autour de l’égalité femmes-hommes avec Titiou Lecoq.
    L’entrée est libre, mais sur réservation. Vous pouvez en savoir plus ici et contacter la bibliothèque d’Herblay à cette adresse bibliotheque[at]herblay.fr

    ⭐ 5 février 2019 à 20h30 à l’IUT Nancy-Charlemagne : Conférence sur le thème « Les Femmes, toujours objets en 2019 ? ».
    Durée : 1h30
    Plus d’information ici. L’entrée est libre et le parking gratuit. Pour ceux qui ne pourraient pas se déplacer, une diffusion en direct sera disponible sur la chaîne YouTube IUT Nancy-Charlemagne.
    Vous pouvez vous inscrire à l’événement Facebook ici.

    ⭐ 23 février 2019 à 13h45 au salon Primevère à Lyon : Conférence sur le thème « En finir avec la culture du viol ».
    Durée : 1h30.
    Lien vers le site du salon Primevère : http://salonprimevere.org

    J’ai très hâte de vous y retrouver !

    • En finir avec la culture du viol
      http://www.lespetitsmatins.fr/collections/en-finir-avec-la-culture-du-viol


      Noémie Renard

      Essai
      ISBN 978-2-36383-247-4
      Date de parution 8 mars 2018
      180 p., 12 euros euros

      En France, chaque année, entre 60 000 et 100 000 femmes sont victimes de viol ou de tentative de viol. Environ 16 % des Françaises ont subi une telle agression au cours de leur vie. Et les viols ne représentent que la partie émergée d’un iceberg : celui des violences sexuelles. Chaque jour, que ce soit à la maison, au travail ou dans la rue, des femmes sont agressées sexuellement ou harcelées. Ces violences ont des conséquences graves : elles minent la confiance et limitent la liberté par la peur qu’elles instaurent. Elles constituent une atteinte aux droits et à la dignité des personnes et consolident la domination masculine.
      Ces violences sexuelles n’apparaissent pas spontanément. Elles ne font pas non plus partie de la « nature humaine » ou de la « nature masculine ». Elles ont des causes sociales – impunité des agresseurs, idées reçues sur la sexualité – et ne sont donc pas une fatalité. C’est pourquoi il est important d’identifier les éléments culturels qui servent de justifications et de terreau à ces actes, afin de proposer des pistes qui permettront d’y mettre fin.

      Je suis toujours admirative des femmes qui continuent et répétent depuis des années les mêmes choses sans désespérer pour autant.
      https://ambre6sachet.com/2018/04/25/en-finir-avec-la-culture-du-viol-rencontre-avec-noemie-renard


  • Qui sont les violeurs ? – Les couilles sur la table - Binge Audio
    https://www.binge.audio/qui-sont-les-violeurs

    Selon la dernière enquête Ipsos parue en février 2018, 12% des femmes en France ont été violées. Or on sait que 94% des auteurs d’agressions sexuelles sur des femmes sont des hommes. Et comme le dit Virginie Despentes, « Si je suis entourée d’amies qui ont été violées, logiquement je suis entourée d’amis qui ont violé. “

    Dans cet épisode, on réfléchit à ce qu’est le viol, et qui sont les violeurs. Quelles images a-t-on généralement d’un viol et d’un violeur ? Correspondent-elles à la réalité ? Le viol, est-ce que ça relève du pouvoir ou de la sexualité ?Y’a-t-il une séparation radicale entre violences sexuelles et sexualité dite “normale” ?

    Réponses avec avec Noémie Renard, ingénieure en biologie, essayiste féministe créatrice du site antisexisme.net et autrice de « En finir avec la culture du viol »(Les Petits Matins)


  • Après avoir épluché le petit manuel de la transition, Jean Zin, le philosophe du Quercy règle ses comptes avec #ATTAC ...

    Le petit manuel de la transition d’ATTAC | Jean Zin
    http://jeanzin.fr/2013/12/09/le-petit-manuel-de-la-transition

    Après avoir beaucoup travaillé ces derniers temps à revenir à une forme de matérialisme historique rénové contre les illusions de la politique, les dangers du volontarisme, de l’extrémisme, de l’idéalisme et du moralisme, le temps est venu des travaux pratiques et de porter la critique sur les propositions qui se donnent comme alternatives, puisqu’il ne s’agit pas seulement de comprendre la transformation du monde mais bien d’essayer de le changer réellement pour mieux s’y adapter.

    On ne parlera pas ici de tous ceux pour qui l’alternative se limite au retour du nationalisme, du protectionnisme, des nationalisations, à la sortie de l’Euro, au rejet des immigrés, à la fermeture des frontières pour pouvoir s’isoler du reste du monde et se retrouver « entre-nous » (fantasme d’Emmanuel Todd qui en connaît pourtant les disparités familiales et alors même que 50% des salariés travaillent pour des multinationales) ! Les interventions africaines actuelles nous rappellent comme cette Nation tant vantée avait une dimension coloniale, d’où viennent les immigrés d’aujourd’hui (comme les Pakistanais vont en Angleterre). La mondialisation nous l’avons faite les armes à la main. On ne parlera pas non plus de ceux qui rêvent de l’expropriation des capitalistes et de la collectivisation de l’économie comme au bon vieux temps. Tant qu’à faire, autant s’attaquer à ceux qui se présentent comme altermondialistes, et dont j’ai été le plus proche, en regardant ce qu’ils proposent comme « Petit manuel de la transition » pour toutes celles et ceux qui aimeraient mais doutent qu’un autre monde soit possible !

    Beaucoup d’espoirs avaient été mis dans ATTAC à sa création mais il faut bien dire que l’essentiel de son intérêt, en dehors de la taxe Tobin elle-même, venait de René Passet plus que de son organisation en réseau comme on le croyait à l’époque. On l’a bien vu lorsqu’il est parti, l’organisation dégénérant très vite, reprise en main par des marxistes plus ou moins orthodoxes. On m’avait demandé de participer à des discussions sur le revenu garanti opposé alors à la réduction du temps de travail mais je n’étais pas du tout dans la ligne de Michel Husson qui avait la haute main sur l’économie dans le « conseil scientifique » d’ATTAC : considérant que nos positions étaient trop éloignées pour donner lieu à une discussion constructive, il dissout donc tout simplement le groupe de réflexion ! Il est d’autant plus étonnant que malgré tous ces doctrinaires, cela aboutisse à des propositions si inconsistantes, pas vraiment alternatives et bien peu matérialistes, où, comme le dit Denis Clerc, « les auteurs confondent souvent envisageable et possible ». On a donc plus un catalogue de bonnes intentions même si, pour se prouver le contraire, chaque chapitre comporte de très artificielles sections « c’est possible dès demain » (décret gouvernemental) et « nous pouvons le faire sans attendre » (actions militantes).

    Il y a six grands thèmes :
    1. Mettre au pas la finance.
    2. Refuser la menace de la dette, l’austérité et la
    compé­­titivité.
    3. Engager la transition écologique.
    4. Relocaliser !
    5. Aller vers la justice sociale et l’égalité réelle.
    6. En finir avec l’oligarchie, étendre et approfondir la
    démocratie.

    ... et nous propose de ne pas trop nous la raconter concernant les perspectives pour les décennies à venir :
    http://jeanzin.fr/2013/12/17/vivement-2050

    Cette fois, on peut dire qu’on a affaire quasiment à la version officielle de l’alternative, du moins pour les pays riches, celle de l’ONU (du PNUD) dans la suite du rapport Meadows sur les limites de la croissance (rapport de Rome). Si ce n’est pas beaucoup plus convaincant, on verra que ce n’est pas tellement éloigné des propositions d’ATTAC même si leur démarche, qui privilégie le consensus sur la confrontation, s’appuie beaucoup plus sur les nécessités matérielles que sur la combativité militante. Le titre reprend pourtant le leitmotiv de rendre désirable un monde sans croissance, comme si le monde était le résultat de nos désirs et de notre subjectivité, comme si on décidait de la société dans laquelle on vit, illusion tenace. Comme la plupart, ils s’imaginent en effet qu’il s’agirait de « parvenir à s’entendre sur un projet de société soutenable et désirable » (p65) alors qu’il serait bien sûr impossible d’accorder nos désirs, ce n’est que sous la menace bien réelle qu’on resserre les rangs dans l’urgence.

    Quelques liens pour documenter :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Cycle_de_Kondratieff
    http://www.lespetitsmatins.fr/collections/vivement-2050-pour-une-economie-soutenable-et-desirable