Oumma.com - Actualit - Religion - Islam - France

http://oumma.com

  • L’interview complaisante dans l’Humanité de Kamel Daoud, le chouchou de BHL - RipouxBlique des CumulardsVentrusGrosQ
    http://slisel.over-blog.com/2017/03/l-interview-complaisante-dans-l-humanite-de-kamel-daoud-le-choucho

    On n’attend pas du quotidien l’Humanité une sympathie particulière pour les arabes et autres musulmans. La période de la Guerre d’Algérie a laissé des traces. Ce temps où des militants du Parti Communiste, quelques courageux, bravant les consignes de leur journal se plaçaient en rupture, et devenaient porteurs de valises. Ou mieux encore, comme Fernand Iveton le guillotiné de Mitterrand, des martyrs. Soixante années plus tard, l’arabe et le musulman a toujours de la difficulté à trouver une juste place dans l’Humanité en particulier et dans l’humanité en général. La preuve de ce que j’avance est à portée de main. Le 24 février, ce journal qui a perdu en route et le marteau et la faucille, vient de publier un long entretien avec Kamel Daoud, le journaliste-écrivain algérien qui éprouve une profonde haine, assumée, pour les arabes et les musulmans. Pourquoi pas ? La parole est libre. Dans ce cas, le devoir de celui qui pose les questions, s’il est vraiment journaliste, est de les formuler toutes, donc les plus gênantes, cruelles ou dérangeantes. Des qualités totalement absentes de l’entretien donné par Daoud à l’Huma.

    Le prototype de la bonne question aurait été celui-ci : « Aujourd’hui que vous êtes le chouchou de BHL et de ses amis, que vous avez trouvé refuge chez le milliardaire François Pinault, que vous êtes aussi adulé par les Zemmour, Finkielkraut et Bruckner, que répondez-vous à ceux qui vous accusent de « tirer sur vos frères », d’être un « néo harki » » ? Voilà une réponse que nous aurions aimé lire. En place de cette longue séance de brosse à reluire, pure soie, où le penseur libéré était brillant car bien astiqué sur papier Huma. Pour ceux qui ont échappé au tsunami Daoud, déclenché par les nouveaux réactionnaires de Saint-Germain-des-Prés, un petit résumé s’impose.

    Après avoir été lui-même un musulman du genre intégriste, donc BCG, Daoud a jeté Barbe, Claquette et Gandoura pour s’affirmer laïque, donc BCBG. C’est son droit. Et, comme jadis Renan le fit pour le catholicisme, Daoud va s’auto alimenter d’une haine de l’islam. Puis, pour faire mesure, de tous les arabes. On pourrait parler de haine de soi, de la nécessité urgente d’une psychanalyse, mais bon, Daoud n’est pas un névrosé, mais on nous le dit, un « libéré ». Vous aurez remarqué que dans notre monde tel qu’il est, tout auteur qui crache sur « l’arabo-musulman » entre illico dans le sérail de ceux qui ont eu « le courage de surmonter les tabous, de briser le plafond de verre ».

    Un statut qui, en bas morceaux, part des Sifaoui et Chalghoumi, pour devenir des Daoud, Finkielkraut, Zemmour, Bruckner, Houellebecq en haut de la bête, près du filet et de l’aloyau. Prenez l’un de ceux-là, mettez-les devant une caméra ou un micro, ils ne disent rien d’autre que la vérité. Toujours. Ces courageux cracheurs font du bien à la vérité. Ils sont autant de Saint Jean Bouche d’Or. Alors que ceux qui les critiquent ne sont que de minables « islamo-gauchistes », variété peu à la mode, y compris aux neurones des penseurs de l’Humanité.

    Car, quand même ! Quand même ! La monstruosité raciste est là, même si Daoud et ses sponsors souhaitent que l’on oublie cet épisode. Au lendemain des soi-disant « viols de Cologne », notre Daoud sort son Bic pour nous régaler de ces mots humanistes et nuancés, que voici : « Mais comment pourrait-on imaginer être agressée en pleine ville par un troupeau de bêtes sauvages sans que personne n’intervienne ? […]. On assiste à un choc des cultures : d’un côté des pays où les femmes sont cachées, voilées, confinées au foyer. Et de l’autre une culture où les femmes sont libres, les cheveux au vent, fières de leur corps et de leur indépendance […]. En agressant ces femmes libres et fières, n’est-ce pas en partie les valeurs occidentales qu’on agresse ? »…« L’Autre vient de ce vaste univers douloureux et affreux que sont la misère sexuelle dans le monde arabo-musulman, le rapport malade à la femme, au corps et au désir. L’accueillir n’est pas le guérir. Le rapport à la femme est le nœud gordien, le second dans le monde d’Allah. La femme est niée, refusée, tuée, voilée, enfermée ou possédée ». Dix-neuf universitaires courageux, toujours dans Le Monde, ont eu le courage de protester de cette immondice. Pour ne recueillir que des quolibets, des noms d’oiseaux qui vont si bien aux « ringards ». Saluons-les.

    Face aux bonnes causes, aux urgences, vous avez observé que les « grands » journaux du « monde libre » -celui de l’OTAN- ouvrent leurs colonnes aux fabricants de vérité. Outre « Le Monde », sur le scandale des « viols musulmans » de Cologne, c’est sans peine que Kamel Daoud frappe dans les pages du New York Times. Voici un extrait de sa seconde salve :

    « L’une des grandes misères d’une bonne partie du monde dit “arabe”, et du monde musulman en général, est son rapport maladif à la femme » ;

    « Dans certains endroits, on la [la femme] voile, on la lapide, on la tue ; au minimum, on lui reproche de semer le désordre dans la société idéale » ;

    « Le couple n’est plus un espace d’intimité, mais une préoccupation du groupe. Il en résulte une misère sexuelle qui mène à l’absurde ou l’hystérique » ;

    « Dans certaines terres d’Allah, la guerre à la femme et au couple prend des airs d’inquisition » ;

    « [Dans certaines terres d’Allah] on fantasme ailleurs, soit sur l’impudeur et la luxure de l’Occident, soit sur le paradis musulman et ses vierges » ;

    « Le sexe est partout. Et surtout après la mort »…

    Au directeur de l’Humanité cette prose semble convenable… Utile pour secouer le carcan archaïque et réactionnaire qui fige le monde arabo-musulman comme dans un plâtre… Dans tout ça, rien de raciste. Pas une virgule.

    Mais à quoi bon se livrer à une analyse de texte, à triturer la sémantique ? Tout cela est inutile car l’Humanité, comme la presse bien-pensante, ignore l’axiome : les « viols musulmans de Cologne » n’ont jamais existé. Petit à petit la vérité accouche d’un monstre, et le trivial quotidien Bild Zeitung s’est lui-même excusé : tout ce drame, cette affaire de viols en Allemagne, commis par des « migrants, essentiellement maghrébins », n’est qu’une rumeur montée au fouet. Le tout sous la poigne de groupes fascistes allemands, avec l’aide de policiers et de journalistes bienveillants. Et pour les journées d’injures répétées, on a le devoir d’écrire à Pujadas, à TF1 et tous autres afin de les contraindre à un grand pardon. Donc, c’est un mensonge qui a servi de carburant au camion poubelle de Daoud.

    Mais cet écrivain-journaliste est si universel que l’on doit élargir le spectre, et un peu mieux le passer aux rayons X. Lire par exemple ce qu’il a publié sur le drame des Palestiniens… Et c’est équipé de gants de ménage que je vous livre la généreuse pensée « daoudienne » qui, bien sûr et comme toujours, parle de lui :

    « Non, le chroniqueur n’est pas « solidaire » de la Palestine. […] Non donc à la « solidarité » par conditionnement religieux et « nationaliste ». […] La « solidarité » qui se juche sur l’histoire d’un peuple malmené et presque sans terre au nom de la haine de l’autre. Cette « solidarité » concomitante que le chroniqueur a vomie dans les écoles, les manuels scolaires, les chants et l’arabisme et l’unanimisme religieux. […] Le drame palestinien a été « arabisé » et islamisé à outrance au point où maintenant le reste de l’humanité peut se sentir débarrassé du poids de cette peine. C’est une affaire « arabe » et de musulmans. Cette solidarité qui a transformé un drame de colonisation entre clashs de religions, de haines et d’antiques mythologies exclusives. Cette solidarité VIP que le chroniqueur ne veut pas endosser, ni faire sienne. »…« Le monde dit « arabe » est le poids mort du reste de l’humanité. Comment alors prétendre aider la Palestine avec des pays faibles, corrompus, ignorants, sans capitaux de savoir et de puissance, sans effet sur le monde, sans créateurs ni libertés ? Comment peut-on se permettre la vanité de la « solidarité » alors qu’on n’est pas capable de jouer le jeu des démocraties : avoir des élus juifs « chez nous », comme il y a des élus arabes « chez eux », présenter des condoléances pour leurs morts alors que des Israéliens présentent des condoléances pour le jeune Palestiniens brûlé vif, se dire sensible aux enfants morts alors qu’on n’est même pas sensible à l’humanité. »

    La philosophie est tirée, ne reste plus qu’à la boire. Ce qu’a fait avec délectation l’Humanité dans des verres en cristal offerts par BHL. Santé.

    par Jacques-Marie Bourget

    https://oumma.com

  • Le Lobby israélien, son activité en Europe :
    http://www.aljazeera.com/investigations/thelobby

    repris ici :
    http://europalestine.com/spip.php?article12570

    Protestation au Royaume-Uni contre le black-out et l’absence d’enquête :
    http://europalestine.com/spip.php?article12569

    En France, comme par hasard, celui qui a beaucoup de moyens et le soutien des médias fait de la pub à Israël :
    http://www.lemondejuif.info/2016/02/macron-israel-est-ce-petit-pays-qui-a-reussi-a-avoir-5-de-son-pib-inve

    http://www.israelvalley.com/news/2016/09/01/50962/macron-a-condamn-sans-ambig-it-le-boycott-des-produits-isra-liens

    Macron n’a pas peur d’un tee-shirt ... tout est dit.
    http://www.europe-israel.org/2016/06/emmanuel-macron-vous-nallez-pas-me-faire-peur-avec-votre-tee-shirt-pr

    Macron en Israël pour rassurer ce pov Netanyahu en 2015 :
    http://oumma.com/221560/emmanuel-macron-rassure-netanyahou-soutien-indefectib
    Le boycott est d’après lui « odieux » :

    L’une des rares réaction de protestation :
    http://www.ujfp.org/spip.php?article4379

    En 2016 avec les représentants en France des intérêts d’Israël :
    http://www.actuj.com/2016-02/france/3063-nicole-guedj-emmanuel-macron-un-formidable-ami-d-israel

  • Hadi Abdullah, ami du terroriste ciblé d’al-Qaïda nommé Muhaysini, vient de recevoir le Prix de la Liberté de la Presse de 2016 Reporters sans frontières ! - Ça n’empêche pas Nicolas
    http://canempechepasnicolas.over-blog.com/2016/11/hadi-abdullah-ami-du-terroriste-cible-d-al-qaida-nom

    Hadi Abdullah, ami du terroriste ciblé d’al-Qaïda nommé Muhaysini, vient de recevoir le Prix de la Liberté de la Presse de 2016 Reporters sans frontières, un agent des opérations de « changement de régime » financées par la CIA et Soros.

    Il se trouve en effet que Al-Muhaysini, est un clerc saoudien qui vient d’être désigné désormais comme cible (pour la CIA) à la suite du revirement d’Obama au lendemain de l’élection de Trump et qui est le principal idéologue de Nusra en Syrie.

    Certains le considèrent comme le nouveau Osama Bin-Laden. On le voit sur l’image, à gauche, bras dessus bras dessous avec le chef d’Al-Qaeda en Syrie, le propagandiste et « journaliste » Hadi Abdullah.

     

     

     

    Un autre éminent et courageux journaliste du "monde libre" vient d’être distingué cette fois par Jean-Claude Guillebaud et son "prix Bayeux" des correspondants de guerre. Une distinction bien méritée comme l’explique ici J-M. Bourget (article publié sur le site oumma.com, peu soupçonnable d’islamophobie), du moins si dans cette guerre on est du coté des jihadistes égorgeurs et des terroristes.

    La France remet un Prix de journalisme à un adorateur d’Al Qaida.
    par Jacques-Marie Bourget
    http://oumma.com/223911/france-remet-un-prix-de-journalisme-a-un-adorateur-da

    Tare professionnelle, les journalistes sont trop modestes. Ce qui compte pour eux ce n’est rien d’autre que le combat pour que la vérité aboutisse, et arrive à temps pour le « 20 heures ».

    Ainsi la presse a trop peu évoqué le palmarès du dernier Prix Bayeux, des récompenses attribuées aux « correspondants de guerre ».

    Un vocable désuet qui désignait jadis des journalistes qui tuaient le temps sur les champs de bataille. Je ne comprends pas la pudeur de mes confrères ?

    Pourtant cette année le jury s’est distingué en récompensant, sans hésiter, un compagnon de route du Djihad mondial. Un choix qui aurait mérité plus de lignes, plus de mots.

    L’heureux confrère, primé pour un reportage signé en commun avec Clarissa Ward de CNN, porte le nom de Bilal Abdul Kareem. Et ce n’est pas n’importe qui. Né en 1970 à New York, Bilal se rêve d’abord acteur. Plutôt que l’écran, il crève la faim. Dans sa pérégrination, en 1997, il déménage à Brooklyn, par hasard près d’une mosquée, et c’est la révélation. Bilal devient un fou de Dieu. Tant même que certains lui accordent le titre d’imam…

    Il passe ses jours et ses nuits entre le Coran et la grammaire arabe. L’envie de mieux vivre sa vocation le pousse à s’installer au Soudan, à Khartoum, ville alors bénite où le Congrès Islamique Mondial a son rond de serviette. Un peu mieux nourri de religion, Bilal part alors pour l’Egypte. A force de pratiquer le Tafsïr, c’est-à-dire l’exégèse du Livre, il poursuit son chemin vers la sainteté. D’une sacristie l’autre, le voilà en contact avec les gardiens des Lieux saints. Une télé saoudienne lui propose un job, il va sans dire dans une chaine très halal qui vit au rythme de la prière. Hélas, sans doute sur un désaccord de doctrine, notre confrère quitte la télé et part au Rwanda (?) pour y tourner un documentaire. Le maniement de la vidéo ne fait pas oublier les voies du Seigneur au converti. Le 5 novembre 2009 quand, à l’intérieur du camp de Fort Hodd au Texas, l’officier Nidal Malick Hasan flingue 13 de ses propres collègues, le vidéaste Bilal -par le biais du site « Révolution Islamique »- poste une auto interview signée AIM Films. Le contenu est simple : il approuve la tuerie texane. Pour Bilal le geste de Hasan est « un acte de guerre et non une action terroriste ou criminelle ». Dans la foulée de son aspiration à un Djihad mondialisé, il soutient les rebelles tchétchènes au point que son nom est cité lors d’un procès lié à un marché d’armes.

    En 2012, la guerre en Syrie arrive à temps puisque Bilal se sent pousser, à lui seul, les ailes d’une brigade internationale. Il s’installe sur le champ de bataille, et assez vite à Alep. Inutile de se laisser pousser la barbe, il l’a longue depuis des mois. Là, sa maison devient une rédaction tenue par un seul homme-orchestre, notre courageux confrère photographie, écrit, blogue, filme. Bilal a la chance d’être le seul « correspondant » accrédité, supporté par les djihadistes, il a le monopole. Médusé par cet homme protée le monde des médias occidentaux lui passe parfois commande. Avoir des nouvelles fraîches de ces rebelles –forcément modérés – est une chose utile.
    En novembre 2015, après les massacres de Paris, en tant que phare de la pensée islamique, Bilal rend son jugement : « Je ne condamne les crimes de Paris que si l’on condamne les crimes commis par les tueurs français contre des musulmans innocents ». Un propos venu du front, assez cohérent, mais peu fait pour enthousiasmer les rescapés du Bataclan ou les actionnaires de CNN. Et c’est ainsi que le Prix Bayeux a été décerné à un compagnon de route de tous les salafistes, sauf ceux de Daech. Amnesty International, l’organisation humanitaire qui patronnait ce « Deuxième Prix catégorie TV », doit être enchantée d’avoir porté des lauriers au front de ce magnifique filleul.

    Décidément l’automne est la période de grande forme pour notre « correspondant de guerre »… Ne voilà-t-il pas, il y a un an, que Bilal Abdul Kareem, sur Facebook relié en forum, répond à 29 questions posées par le web planétaire. Nous nageons là en pleine onction, les mots sont ponctués de références au Coran et au Prophète. De la rude pensée de Bilal, j’ai extrait le bonus qui va suivre.

    Nous attaquons par une spéculation sur la composition du futur gouvernement de la Syrie, celui qui sera mis en place par les rebelles qui prendront Damas. Le lauréat du Prix Bayeux répond : « Le danger serait alors l’installation d’un nouveau pouvoir qui ne représenterait pas toutes les forces islamiques ».

    Pas une syllabe pour les mécréants qui, nous dit-on, se battent pour l’avènement d’une démocratie sans Allah. A propos du comportement du groupe Ahrar Asham -une chapelle composée de barbares dont les chefs sont issus d’Al-Qaïda- notre confrère constate que ses frères-là « ont fait couler plus de sang que ce que l’on peut imaginer ». Mais que, sans eux la Révolution « ne serait pas où elle en est. Sans eux elle serait morte ». Bilal Abdul Kareem, le collaborateur de CNN, apprécie vraiment ces sympathiques guerriers qui forment « un groupe très influent qui a fait beaucoup pour le peuple syrien ».

     A la question posée sur ceux qu’il considère comme de « vrais moudjahidin », Bilal répond : « Tous les groupes islamiques sauf ISIS (Daech) ont plus de vertus que de torts. Je ne peux en distinguer un seul ».

     A un internaute qui s’étonne de ce que les rebelles de Jaish al islam exposent sur les places publiques des familles enfermées dans des cages, le compréhensif confrère répond : « Je ne suis pas d’accord avec eux mais je sais pourquoi ils ont fait ça. Les bombardements d’Assad et de la Russie transformant leurs familles en pudding, ils utilisent comme boucliers humains ceux qu’ils considèrent comme des supporters du régime. Je n’approuve pas mais je comprends. » Vous avez noté je « n’approuve pas ».

     Et Al-Nosra, autre succursale d’Al-Qaïda n’est pas absente dans le cœur de Abdul Kareem : « Quand ils réussissent, c’est l’ensemble des factions rebelles qui réussit ». L’avenir ? Bilal le voit en vert : « La Syrie est un pays musulman qui doit être gouverné par des musulmans. Ici la démocratie est une notion étrangère qui ne peut fonctionner. »…

    Pourtant, en place de Bachar, Hollande, Obama et Cameron nous ont promis la mise en place d’hommes libres et démocrates… Au terme de la Révolution, ce sera donc Allah. Allah, et la charia, bien sûr. Une sainte charia qui n’est pas l’horreur décrite par les Croisés d’Occident. Mais « qui est d’abord le moyen de faire adhérer toute la Oumma, le monde islamique, au futur régime de Damas. Oui les rebelles adoptent et adopteront la charia dès qu’ils auront repris toute la Syrie ».

    Sur l’organisation des groupes islamistes, notre journaliste-généralissime s’exprime en guerrier. C’est normal. Il se réjouit de la création d’un comité militaire commun sous l’enseigne de Jaysh Al Fateh, un parapluie qui n’accueille que des unités ayant prêté allégeance à Al-Qaïda « c’est beaucoup plus efficace ». Comment les Syriens vivent-ils l’action et la présence de ces groupes armés ? Très bien : « Les Syriens qui vivent avec Ahrar (milice sponsorisée par l’Arabie et le Qatar) supportent Ahrar, les autres, s’ils sont dans un secteur pris en main par Al-Nosra (Al-Qaïda), se comportent de la même façon ».

    Ainsi, selon le pigiste de CNN, vivre la guerre à Alep, sous la douce et clairvoyante férule des salafistes, c’est un temps de bonheur. Œcuménique, amis de tout barbu, Abdul Kareem a quand même sa préférence. A lui. C’est Al- Nosra, donc le groupe vassal d’Al-Qaïda. Pour Abdul Kareem ces gens sont, si l’on peut dire, des types au poil. « Il gouverne de larges zones de Syrie… Pour différentes raisons il y a des gens qui n’aiment pas Al-Nosra, mais la réalité est que cette organisation est une part importante dans le conflit et qu’elle a rendu un grand service au peuple syrien ». Dommage que Ben Laden ne soit plus là pour lire un entretien aussi revigorant.

    « Correspondant de guerre », à contre temps, essentiellement quand les canons grondent moins, le vénéré Jean-Claude Guillebaud, prince de la conscience bonne, président du jury de Bayeux versus 2016, a donc eu la main heureuse en distinguant un journaliste qui est un modèle : engagement total, courage, abnégation, publication sur supports multiples, notes de frais ridicules. Finalement ce dont rêve Bolloré (et autres) pour « I Télé ».

    Jacques-Marie Bourget

     Jacques-Marie Bourget a travaillé pour les plus grands journaux français dont 22 années à Paris-Match. Grand reporter spécialiste du Moyen-Orient a également obtenu le Prix Scoop 1986 pour avoir révélé l’affaire Greenpeace. Auteur de plusieurs livres dont Des affaires très spéciales (Plon) et Sabra Chatila au cœur du massacre(Erick Bonnier).

  • Bruno Guigue - COLLUSION WAHHABO-SIONISTE EN VUE ! Mine de rien,...
    https://www.facebook.com/bruno.guigue.10/posts/972685869543535

    (...) D’étranges conciliabules laissaient supposer que Riyad et Tel Aviv nouaient clandestinement un partenariat militaire malgré l’absence de relations officielles entre les deux pays. On se doutait bien que la non-reconnaissance d’Israël par la pétromonarchie préférée des Occidentaux n’était plus qu’un héritage suranné, lié à la grande époque de la « solidarité arabe » et voué par l’esprit du temps à finir aux oubliettes. De nombreux indices nourrissaient le soupçon d’une telle connivence, avivé par des convergences d’intérêt qui n’échappent à personne. Désormais, c’est fait. Un pas été franchi. La coopération entre Israël et les Saoud s’étale au grand jour avec la bénédiction américaine. Il faut d’ailleurs reconnaître que certains Saoudiens avaient anticipé ce rapprochement. Il suffit de rappeler les déclarations prémonitoires du prince Walid Ben Talal en octobre 2015.

    Selon le quotidien koweïtien « Al Qabas », il déclara : « Je me rangerai du côté de la nation juive et de ses aspirations démocratiques dans le cas du déclenchement d’une Intifada palestinienne, et j’userai de toute mon influence pour briser les initiatives arabes sinistres visant à condamner Tel-Aviv, parce que je considère l’entente israélo-arabe et une future amitié comme nécessaire pour empêcher l’extension dangereuse de l’Iran ». On n’entendit guère les amis occidentaux d’Israël, à l’époque, se scandaliser de cette déclaration d’amour d’un coupeur de tête esclavagiste pour la « seule démocratie du Moyen-Orient » (si vous êtes un laïque européen) ou la « lumière des nations » (si vous êtes un puritain américain).

    Mais continuons avec le prince Walid. « Par conséquent, dit-il, l’Arabie Saoudite et Israël doivent renforcer leurs relations et former un front uni pour contrecarrer le programme ambitieux de Téhéran ». Fort logiquement, la République islamique d’Iran est en ligne de mire. Mais il y a plus. Le quotidien koweïtien « Al Qabas » précise que le prince Al-Walid BenTalal s’est exprimé lors d’une tournée régionale visant à obtenir un soutien pour les rebelles saoudiens présents en Syrie". Cette ultime précision dévoile le fond de l’affaire. Car Washington, Riyad et Tel Aviv ont le même désir de provoquer la chute du président syrien. Les Saoudiens sont les sponsors officiels de ces hordes de mercenaires décérébrés dont raffolent les droit-de-l’hommistes. Mais Israël et les USA sont les bénéficiaires ultimes de cette tentative de destruction d’un Etat syrien qui a trois fâcheuses manies : il défend sa souveraineté, il soutient le Hezbollah et réclame la restitution du Golan.(...)

    repris par :
    http://www.tunisiefocus.com/politique/158778-158778
    http://oumma.com/223869/militaires-israeliens-activite-une-base-aerienne-saou

  • @elihanah

    Bon mais aussi je ne me souviens plus de ce que j’ai mis en « lien » qui a choqué Nidal milles excuses..

    https://seenthis.net/messages/537483

    Désolé, je vire ton poste : l’article que tu références est une pure saloperie.
    Par ailleurs, #Daphne_Guinness n’est pas la petite fille de Mosley : elle est la petite-fille de Diana Mitford et Bryan Guinness (qui est donc son grand-père), laquelle Diana a ensuite divorcé avant d’épouser Mosley.

    Pour respecter la décision de @nidal de virer ton post et plus précisément le lien que tu avais choisi pour illustrer les superbes photos de Daphne Guinness et ses #chaussures_à_bascules ; voici ce lien http://dossier10.over-blog.com/2014/02/quand-bernard-henri-l%C3%A9vy-partage-sa-vie-avec-la-petite-fil que j’ai retrouvé dans le suivi de @seenthis

  • “American Express” punit Roger Waters pour son soutien aux Palestiniens –
    Publié le 30 octobre 2016
    http://www.pourlapalestine.be/american-express-punit-roger-waters-pour-son-soutien-aux-palestinien

    Le militantisme pro-palestinien de Roger Waters, membre fondateur des Pink Floyds, aurait – selon le tabloïd New York Post – entraîné la perte du sponsoring de l’émetteur de cartes de crédit “American Express”, d’un montant de 4 millions de dollars US au bénéfice d’un festival auquel il doit prendre part en 2017.

    Le quotidien dit “populaire” a présenté la chose comme des représailles directes contre les propos jugés “anti-israéliens” de Roger Waters, auxquels American Express ne voudrait en aucun cas être associé de quelque manière que ce soit, mais un porte-parole officiel de la firme a affirmé que American Express n’a jamais formellement pris d’engagement financier concernant la tournée 2017 de Roger Waters, et n’a donc pas eu à décider de retirer un sponsoring qui n’a jamais été décidé.

    “Quand nous avons approchés, nous n’avons pas fait de propositions”, a dit le porte-parole d’American Express.

    Lors de sa prestations sur scène au festival de Oldchella, Roger Waters avait durement attaqué le candidat des “Républicains” à la présidence des États-Unis, Donald Trump – particulièrement à propos de son projet d’ériger un mur supposé infranchissable à la frontière entre le Mexique et les États-Unis – et il avait appelé au boycott d’Israël dans le cadre de la campagne BDS.

    #BDS

    • Un tweet a été manifestement la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, la société de financement américaine tranchant dans le vif pour ne pas courir le risque d’être entachée par son militantisme si politiquement incorrect et la forte dissonance de sa propagande anti-israélienne…

      « J’envoie tout mon amour et mon soutien le plus sincère à tous ces jeunes sur les campus des universités de Californie qui se tiennent debout pour leurs frères et sœurs en Palestine et font cause commune sous la bannière BDS », a écrit Roger Waters, avant d’enfoncer le clou et de sceller définitivement son sort aux yeux d’American Express : « Dans l’espoir que nous parviendrons à ce que le gouvernement israélien mette fin à l’occupation ».

      http://oumma.com/223859/mesure-de-retorsion-damerican-express-contre-roger-wa

  • Rare interview of PFLP leader Ghassan Kanafani revealed
    http://www.albawaba.com/loop/rare-interview-pflp-leader-ghassan-kanafani-australian-journalist-revealed

    La vidéo n’est viible que sur facebook https://www.facebook.com/khajaj/videos/10153779969401556
    Ghassan Kanafani...this is an amazing video of the late Australian journalist Richard Carleton interviewing Ghassan Kanafani discussing his view of history – which he describes as “weak people fighting strong people” – and the justice of the Palestinian struggle..
    The interview is filmed in Beirut and demonstrate the brilliant intellect of Kanafani and the uncompromising position of his struggle. Interestingly his fiercest critique is aimed at other Arab leaders and especially King Hussein. Richard Carlton did an amazing job in gaining this interview and demonstrates what a great journalist he was..
    http://oumma.com/13350/y-a-40-ans-mossad-assassinait-grand-ecrivain-palestini

  • Rony Brauman : Les principaux soutiens d’Israël aux Etats-Unis sont antisémites
    http://oumma.com/223760/rbrauman-comparer-shimon-peres-a-mandela-cest-cracher

    Se convertir ou être assassinés en masse c’est ça le destin que promettent les évangéliques américains , c’est ça leur soutien à Israël.

    Rony Brauman, est quasiment exclu des médias français parce qu’il critique Israël, le CRIF, et la vassalité de Hollande et Valls vis à vis d’Israël et de son racisme.
    Il faut aller sur un média suisse pour entendre la pertinence de ses analyses.

  • Cette conférence de paix qui ne sert à rien

    http://arretsurinfo.ch/cette-conference-pour-la-paix-qui-ne-sert-a-rien
    publié aussi ici :
    http://oumma.com/223123/cette-conference-de-paix-ne-sert-a-rien

    Lors des précédentes cérémonies du même genre, les participants faisaient au moins semblant d’y croire. Mais pour la conférence internationale inaugurée le 3 juin à Paris, c’est peine perdue.

    par Bruno Guigue

    ... Pas plus que ses prédécesseurs, le locataire actuel de la Maison blanche n’aura fait bouger les lignes au Proche-Orient. Accordant à l’occupant un blanc-seing dont il aurait tort de se priver, il conforte comme à son habitude la politique d’obstruction israélienne. Ce faisant, il laisse la diplomatie française sur le carreau. Car si la France compte sur ses « alliés » pour l’aider, il est clair qu’elle va faire chou blanc. Avec Israël aux abonnés absents et Washington qui fait tapisserie, les jeux sont faits d’avance. Condamnée à une agitation stérile, la présidence française fera feu de tout bois pour montrer qu’elle fait quelque chose, mais elle va surtout brasser du vent.

    Mais l’inertie israélo-américaine n’est pas la principale raison de cet échec annoncé. Du côté palestinien, Mahmoud Abbas exprime son approbation à l’égard d’une démarche qui semble le sortir de l’isolement où il croupit, livré à lui-même à la tête d’une institution fantomatique par ses parrains occidentaux. Le retour de la diplomatie à grand spectacle qui fit jadis son succès offre à l’Autorité palestinienne un sursis supplémentaire. Et avec elle, tous ceux qui ont fait le choix de la collaboration avec l’occupant à l’ombre d’un processus de paix moribond comptent sur cette nouvelle médiation internationale pour se remettre en selle.

    ...
    Les victimes de l’occupation sioniste savent qu’aucune des puissances invitées à cette conférence ne compte modifier le rapport de forces en leur faveur. Ils savent qu’on se réunira sagement autour de la table et que nul n’aura le courage de la renverser. Ils savent surtout que les organisations de la résistance, comme l’a dénoncé le Front populaire pour la libération de la Palestine, seront soigneusement exclues du processus final. Leurs représentants légitimes étant disqualifiés a priori, ils devinent ce que les puissances occidentales attendent de ces négociations. Le moment venu, on sollicitera l’aval grassement monnayé d’une caste dirigeante inféodée à la puissance occupante. Et l’on dira, alors, que les Palestiniens ont consenti avec honneur à de nouvelles concessions pour mettre fin à un douloureux conflit.

    Cette nouvelle liturgie internationale, comme les autres, va étaler sa bavarde insignifiance. La politique de gribouille d’une France inféodée accouchera, au mieux, d’une énième mascarade diplomatique. On y exaltera avec emphase les vertus d’une « solution à deux Etats » à laquelle personne ne croit. On fera comme si l’impunité d’Israël n’avait pas définitivement rendu impossible la coexistence entre deux nations souveraines. Que l’occupant ait sciemment tué dans l’oeuf cette solution politique en colonisant à outrance passera inaperçu, tant on se montrera soucieux de ne froisser personne.

    #Israël #propagande #Obama #États-Unis #Hollande #Valls #Ayrault #colonisation #racisme #refus-du-droit-international #refus-du-droit #initiative-française

  • Sadiq Khan, le nouveau maire de Londres, n’est plus en faveur du boycott contre Israël
    dimanche 8 mai 2016
    http://oumma.com/222988/sadiq-khan-nouveau-maire-de-londres-nest-plus-faveur-

    Le pouvoir aurait-il contraint Sadiq Khan, le nouveau maire de Londres, à trouver des accommodements avec sa conscience et à mettre son mouchoir sur son militantisme en faveur du boycott d’Israël ?

    Dans un entretien accordé au très britannique « Jewish Chronicle » qui n’a pas manqué de rappeler que le champion du parti travailliste avait exhorté le gouvernement, en 2008 et à plusieurs reprises, à prendre des sanctions contre l’Etat hébreu, Sadiq Khan se défend aujourd’hui de tout parti pris pro-boycott, en évoquant le fruit de sa longue réflexion sur l’épineuse question qui l’a amené à tirer la conclusion suivante : "La preuve démontre clairement que le mouvement Boycott, Désinvestissements, Sanctions (BDS) contre Israël ne contribue à pacifier les choses, nous ne devons pas tourner le dos à Israël. Comme les boycotts de Sodastream international l’ont montré, les boycotts affectent les personnes qui travaillent et n’aboutissent pas à la construction d’une paix durable dans la région."

  • Le dîner du Crif: avec Hollande, Valls, Vallaud-Belkacem, Sarkozy, Juppé etc.
    http://www.lexpress.fr/actualite/societe/religion/le-diner-du-crif-avec-hollande-valls-vallaud-belkacem-sarkozy-juppe-etc_177

    (...) En trente ans, le dîner annuel du Crif est progressivement devenu un rendez-vous politique incontournable. Pour preuve, il réunira, lundi 7 mars au soir, 800 personnes dont tous le gratin politique. De François Hollande à Manuel Valls mais aussi Bernard Cazeneuve -ministre de l’Intérieur-, Najat Vallaud-Belkacem -Education-, Emmanuel Macron -Economie- sans oublier la maire de Paris Anne Hidalgo mais aussi Nicolas Sarkozy et au moins trois candidats déclarés à la primaire de la droite, Alain Juppé, François Fillon et Bruno Le Maire.

    Ce 31e dîner, organisé dans un hôtel parisien, sera organisé -pour la dernière fois- par Roger Cukierman, 79 ans. Son successeur à la tête de la vitrine politique de la première minorité juive d’Europe -un demi-million en France-, doit être élu en mai.(...)

  • #Complotistes, j’vais tout poukave à rudy, il le mettra sur son site.
    Ils ne doutent de rien :

    La décision américaine d’organiser une campagne contre Bachar al-Assad n’a pas commencé avec les manifestations pacifiques du printemps arabe en 2011, mais en 2009, lorsque le Qatar a offert de construire un pipeline pour 10 000 millions de dollars qui traverserait l’Arabie Saoudite, la Jordanie, la Syrie et la Turquie

    Au fait, c’est à mon gvt que je dois les poukave maintenant c’est vrai
    http://oumma.com/222624/vraies-raisons-de-guerre-syrie-devoilees-un-membre-cl
    Quelle #farce mais quelle farce, comment peut-on encore regarder le site de rudy ou la campagne des indigents sans éclater de rire...
    #bonneteau

  • #Destruction du patrimoine historique de la Mecque
    http://oumma.com/11368/destruction-du-patrimoine-historique-de-la-mecque

    Le British Museum consacre une exposition au pèlerinage à la Mecque, « Hajj, voyage au cœur de l’Islam » du 26 janvier au 15 avril. Cette exposition vise à comprendre les implications à la fois personnelles et collectives du pèlerinage à la Mecque, à travers la présentation de nombreux objets à dimension historique et artistique. L’#Arabie_Saoudite qui se réjouit de l’intérêt du public pour cette exposition a cependant porté atteinte à ce même #patrimoine historique de la ville sacrée par une #urbanisation débridée.

    ...

    Parmi ces destructions, la maison d’Abou Bakr (premier Calife de l’islam) a été remplacée par l’ Hôtel Hilton. Alors qu’un palais a été édifié sur la mosquée historique d’Abou Qubais. Selon Ali Al-Ahmad, le directeur de l’Institut du Golfe à Washington, 95% des anciens bâtiments de la #Mecque ont été démolis au cours des vingt dernières années pour être remplacés par des buildings de plus en plus hauts.

  • 327 survivants de l’Holocauste signent une lettre à charge contre Israël et appellent à son boycott total
    http://oumma.com/203536/327-survivants-de-lholocauste-signent-une-lettre-a-ch#2OMB1muXBSqhDdLQ.99

    327 survivants de l’holocauste, parmi lesquels figurent des descendants de familles juives victimes de la « Solution finale », ont signé une lettre à charge contre Israël, condamnant « le massacre en cours des Palestiniens de Gaza » et appelant au boycott total d’un Etat aux mains de criminels de guerre

    J’ai commencé à rechercher la publication originale, et je tombe sur un site inactif...

    http://ijsn.net/gaza/survivors-and-descendants-letter

    SeenThis est sympa, il m’en retrouve une trace ici :
    http://seenthis.net/messages/287535

    Et archive.org semble lui aussi avoir conservé une trace :
    https://web.archive.org/web/20150217153041/http://ijsn.net/nafa/survivors-and-descendants-letter

    Mais en regardant les différents snapshots d’archive.org, on découvre des redirections étranges... Le site semble avoir été désactivé dans le courant de l’année 2015...

    • L’article de Libé omet d’évoquer la loi qui a permis la condamnation… (contrairement à The Intercept, Haaretz ou… Times of Israel). C’est bien pratique, puisque cela permet aux propagandistes sionistes de présenter une loi qu’ils ont eux-mêmes rédigée comme étant un grand principe général et intemporel des valeurs démocratiques.

      Anti-Israel Activism Criminalized in the Land of Charlie Hebdo and “Free Speech”
      https://theintercept.com/2015/10/27/criminalization-of-anti-israel-activism-escalates-this-time-in-the-lan

      As Haaretz detailed in that February article, the “Lellouche law” held up by Rubinfeld is “named for the Jewish parliamentarian [in France] who introduced it in 2003,” and “the law is among the world’s most potent legislative tools to fight the growing Boycott, Divestment and Sanctions movement, or BDS, and has catapulted France to the forefront of efforts to counter the movement through legal means.” Prior to this latest criminal case, there have been “approximately 20 anti-Israel activists who have been convicted under France’s so-called Lellouche law.”

      French high court : BDS activists guilty of discrimination
      http://www.timesofisrael.com/french-high-court-bds-activists-guilty-of-discrimination

      In France, several dozen promoters of a boycott against Israel — including through the Boycott, Sanctions and Divestment Movement, or BDS —- have been convicted of inciting hate or discrimination. In addition to the law on the press, some activists have been convicted based on the Lellouche law, passed in 2003, which extends anti-racism laws to the targeting of specific nations for discriminatory treatment.

      Et l’article du Haaretz dédié à l’amendement Lellouche de février 2014 : BDS a Hate Crime ? In France, Legal Vigilance Punishes anti-Israel Activists
      http://www.haaretz.com/jewish/1.574361

      Trichine, 54, is one of approximately 20 anti-Israel activists who have been convicted under France’s so-called Lellouche law. Named for the Jewish parliamentarian who introduced it in 2003, the law is among the world’s most potent legislative tools to fight the growing Boycott, Divestment and Sanctions movement, or BDS, and has catapulted France to the forefront of efforts to counter the movement through legal means.

      Portrait de Pierre Lellouche par René Naba en 2011 : Pierre Lellouche, de l’atlantisme au service du sionisme
      http://oumma.com/Pierre-Lellouche-de-l-atlantisme

  • Le FC Séville ne veut pas d’Israël sur ses maillots
    http://oumma.com/221772/fc-seville-ne-veut-d-israel-maillots

    Même pour 5 millions d’euros par saison, soit 2 fois plus que le sponsor précédant, le FC Séville ne veut pas d’Israël sur ses maillots. Visiter la Malaisie ok , mais Israël, ses murs, ses colonies, ses ghettos, ses checkpoints, ses prisons et centres de torture, cela ne risque pas. Eh oui, le tourisme pendant les massacres d’enfants palestiniens, ce n’est pas très vendeurs.
    Ils ont essayé Tel Aviv sur Seine, avec le succès que l’on sait... mais le foot, autant se coller cette image sur la poitrine.

    #football #boycott

  • Anne Hidalgo utilise une milice à Paris :

    http://www.lesinrocks.com/2015/08/13/actualite/la-ldj-assure-la-securite-de-tel-aviv-sur-seine-sans-que-la-prefecture-n

    http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20150813.OBS4140/paris-plages-ici-c-est-gaza-de-l-autre-cote-c-est-tel-aviv.html

    Il y a également des témoignages d’internautes sur tweeter et l’Express évoque cette présence de la LDJ au point d’entrée principal.

    Il y a un certain temps une émission de télévision avait déjà montré comment la police se coordonne avec la LDJ dans le quartier du Marais. Il y a longtemps une vidéo montrait la LDJ s’entrainant dans, je crois me souvenir, un local de la police.

    La LDJ est le bras armé officieux du CRIF.

    Patrick Klugman, en charges des relations internationales à la Mairie de Paris, est membre du Comité Directeur du CRIF.

    Il a une manière très particulière d’interpréter la réalité des manifestations de l’été 2014 :

    En consultant les tweets de Klugman, on le voit attaquer Pascal Boniface (qui critiquait Omar Si) et retweeter des tweets de Frédéric Haziza attaquant également Pascal Boniface.

    Il est temps de reprendre le contrôle des institutions de la République.