• Fight Over Yahoo’s Use of Flickr Photos - WSJ
    http://online.wsj.com/news/article_email/fight-over-flickrs-use-of-photos-1416875564-lMyQjAxMTA0OTIwNDkyODQwWj

    More than 300 million publicly shared Flickr images use Creative Commons licenses, making it the largest content partner. Yahoo last week said it would begin selling prints of 50 million Creative Commons-licensed images as well as an unspecified number of other photos handpicked from Flickr.

    For the handpicked photos, the company will give 51% of sales to their creators. For the Creative Commons images, Yahoo will keep all of the revenue.

    Yahoo says it is complying with the terms of Creative Commons by selling only images that permit commercial use. The licenses “are designed for the exact use case that we’re enacting through our wall-art product,” Bernardo Hernandez, vice president of Flickr, wrote in an email.

    Du point de vue juridique, cela est vrai... mais pour ce qui est des normes sociales, c’est différent. Cette distinction est essentielle à comprendre.

    Les photographes qui déposent leurs photos sur Flickr peuvent choisir la licence CC-nc, qui permet le partage en dehors des situations commerciales. Ils ne l’ont pas fait parce la compréhension des licences n’est pas généralisée. Mais également parce que de nombreux acteurs sur l’internet ont dénoncé cette licence CC by-nc, sous divers prétextes, les plus fréquemment utilisés étant la complexité (comment définir une situation de commerce d’une non-commerciale) et la mythologie du « libre » qui devrait s’appliquer à toutes les activités indépendamment des situations et des objectifs différents. Une photographie est un objet culturel radicalement différent d’un texte (pas d’extraits possibles) ou d’un logiciel (pas d’évolution incrémentale et collective).

    Cette situation massive doit donc nous interroger sur les propres rigidité des défenseurs des communs. Et vite, car s’il n’est pas expliqué correctement, le backlash va mettre à risque les logiques de partage.

    This year, the company began placing ads in photo slideshows to visitors not logged in to the site. Devon Adams, a high-school photography teacher in Gilbert, Ariz., called the ads a “jarring” intrusion into the site. Mr. Adams is one of the users upset with Yahoo for selling his Creative Commons-licensed works.

    But Mr. Adams has uploaded 58,000 photos to Flickr, so feels stuck. “I’m so heavily invested in Flickr; it’s not that I can just go somewhere else,” he said.

    Enfin, remarquons que tous les journaux qui parlent de cette pratique de Yahoo !/Flickr citent les « creative commons », sans jamais préciser qu’il y a un jeu de licences, et qu’éviter cette situation aurait été parfaitement possible avec un bon choix de licence CC. Mais on ne peut pas demander aux journaux dont le métier est de promouvoir le marché (comme ici le Wall Street Journal) de montrer la puissance des communs, et surtout leur adaptabilité.

  • Americans’ Cellphones Targeted in Secret U.S. Spy Program

    IMSI-catchers on small US Government planes (Cesna) act as fake cell towers (BTS - base transceiver station) and thus capture civilian’s registration and location info on the ground. These dirtboxes exploit a weakness in the GSM specification which does not require the operator network to show credentials i.e. identify itself as legitimate.

    Cellphones are programmed to connect automatically to the strongest base station signal. The devices they use identifies themselves as having the closest, strongest signal, even though they do not, and force all the phones that can detect its signal to send in their unique registration information. Having encryption on a phone doesn’t prevent this process.

    The technology is aimed at locating cellphones linked to individuals under investigation by the government, including fugitives and drug dealers, but it collects information on cellphones belonging to people who aren’t criminal suspects, these people said. They said the device determines which phones belong to suspects and “lets go” of the non-suspect phones.

    [...]

    The program cuts out phone companies as an intermediary in searching for suspects. Rather than asking a company for cell-tower information to help locate a suspect, which law enforcement has criticized as slow and inaccurate, the government can now get that information itself.

    [...]

    Within the Marshals Service, some have questioned the legality of such operations and the internal safeguards, these people said. They say scooping up of large volumes of information, even for a short period, may not be properly understood by judges who approve requests for the government to locate a suspect’s phone.

    http://online.wsj.com/news/article_email/americans-cellphones-targeted-in-secret-u-s-spy-program-1415917533-lMyQj

    #imsi-catcher : http://en.wikipedia.org/wiki/IMSI-catcher
    #dirtbox : DRT : http://electrospaces.blogspot.com/2013/11/drtbox-and-drt-surveillance-systems.html
    #BTS : http://en.wikipedia.org/wiki/Base_transceiver_station
    #MITM
    #surveillance

  • Nombreux articles dans la presse états-unienne contre le transfert du pouvoir sur la racine du #DNS depuis le gouvernement états-unien vers... on ne sait pas encore quoi. L’argument est toujours le même, « seuls les États-Unis peuvent guider le monde vers la liberté et le bonheur ». Mais je note un nouvel argument, celui sur la santé en Afrique (qui ne peut s’améliorer que si le gouvernement US continue à gérer l’Internet).

    http://online.wsj.com/news/article_email/SB10001424052702303978304579471670854356630-lMyQjAxMTA0MDAwNDEwNDQyWj

    #ICANN #NTIA

  • Saudis Agree to Provide Syrian Rebels With Mobile Antiaircraft Missiles - WSJ.com
    By MARIA ABI-HABIB and STACY MEICHTRY CONNECT
    Feb. 14, 2014 8:31 p.m. ET

    http://online.wsj.com/news/article_email/SB10001424052702304703804579382974196840680-lMyQjAxMTA0MDEwNTExNDUyWj

    AMMAN, Jordan—Washington’s Arab allies, disappointed with Syria peace talks, have agreed to provide rebels there with more sophisticated weaponry, including shoulder-fired missiles that can take down jets, according to Western and Arab diplomats and opposition figures.

    Saudi Arabia has offered to give the opposition for the first time Chinese man-portable air defense systems, or Manpads, and antitank guided missiles from Russia, according to an Arab diplomat and several opposition figures with knowledge of the efforts. Saudi officials couldn’t be reached to comment.

    The U.S. has long opposed arming rebels with antiaircraft missiles for fear they could fall into the hands of extremists who might use them against the West or commercial airlines. The Saudis have held off supplying them in the past because of U.S. opposition. A senior Obama administration official said Friday that the U.S. objection remains the same. “There hasn’t been a change internally on our view,” the official said.

    The U.S. for its part has stepped up financial support, handing over millions of dollars in new aid to pay fighters’ salaries, said rebel commanders who received some of the money. The U.S. wouldn’t comment on any payments.

    Related
    Russia-U.S.Tensions Flare at Geneva Negotiations
    The focus of the new rebel military push is to retake the southern suburbs of Damascus in hopes of forcing the regime to accept a political resolution to the war by agreeing to a transitional government without President Bashar al-Assad.

    But if the Manpads are supplied in the quantities needed, rebels said it could tip the balance in the stalemated war in favor of the opposition. The antiaircraft and Russian Konkurs antitank weapons would help them chip away at the regime’s two big advantages on the battlefield—air power and heavy armor.

    “New stuff is arriving imminently,” said a Western diplomat with knowledge of the weapons deliveries.

    Rebel commanders and leaders of the Syrian political opposition said they don’t know yet how many of the Manpads and antiaircraft missiles they will get. But they have been told it is a significant amount. The weapons are already waiting in warehouses in Jordan and Turkey.

    Earlier in the conflict, rebels managed to seize a limited number of Manpads from regime forces. But they quickly ran out of the missiles to arm them, the Western diplomat said.

    Rebel leaders say they met with U.S. and Saudi intelligence agents, among others, in Jordan on Jan. 30 as the first round of Syrian peace talks in Geneva came to a close. That is when wealthy Gulf States offered the more sophisticated weapons.

    At the meeting, U.S. and Gulf officials said they were disappointed with the Syrian government’s refusal to discuss Mr. Assad’s ouster at the talks and suggested a military push was needed to force a political solution to the three-year war.

    President Barack Obama this week acknowledged that diplomatic efforts to resolve the Syrian conflict are far from achieving their goals.

    “But the situation is fluid and we are continuing to explore every possible avenue,” Mr. Obama said.

    The weapons will flow across the border into southern Syria from the warehouses in Jordan and across the northern border from Turkey, the Western diplomat said. Rebel leaders said the shipments to southern Syria are expected to be more substantial because opposition fighters are more unified in that area and there is a lower risk the weapons will fall into the hands of al Qaeda-inspired groups—a big concern for the U.S.

    With the rebels still deeply divided and infighting growing, the new aid is aimed squarely at the more moderate and secular rebels of the Free Syrian Army (FSA) that the U.S. has always favored.

    The plan coincides with the reorganization of rebel forces in the south, where 10,000 fighters have formed the Southern Front. The new front aims to break the government’s siege of the southern suburbs of Damascus.

    Last month, rebels in the north unified into the Syrian Revolutionaries Front, turning their weapons on the Islamic State of Iraq and al-Sham (ISIS), the most deadly al Qaeda-inspired rebel faction. The SRF, along with other groups, forced ISIS to retreat from key territories across the north. Both the northern and southern forces are technically under the FSA’s umbrella.

    Western and Arab support for the new groups won’t go to the Islamic Front, an alliance of conservative, religious rebel factions that is helping the northern front rebels fight the more radical ISIS.

    The Southern Front is under the leadership of Bashar al-Zoubi, who has a direct line to Western and Arab intelligence agencies in a military operations room in Amman, rebels say.

    The operations room hosts officials from the 11 countries that form the Friends of Syria group, including the U.S., Saudi Arabia, France and the U.K. Mr. al-Zoubi was also among a select group of rebel commanders who joined the political opposition in Geneva for the latest round of peace talks.

    The Southern Front has captured a string of government-held areas and military bases since it launched its first offensive in late January.

    But any push toward the capital from the south faces formidable challenges. An arc south of the capital is the domain of the army’s Fourth Division, elite troops led by Maher al-Assad, the president’s brother. Closer to the capital, Syrian forces are fortified by elements of the Iranian-backed Hezbollah militia from Lebanon.

    The regime has been ruthless in snuffing out any hint of escalation by rebels in the south.

    “The Saudis and Emiratis at the same meeting said that their priority is to lift the siege on the entire southern area of Damascus,” said an aide to a rebel leader who attended the meeting in Amman on Jan 30. Once we reach this stage, it will become political pressure and Assad will have to listen to the international demands," the aide said.

    At the meeting between leaders of the Southern Front and Western and Arab intelligence agencies last month, rebel leaders said they were given salaries for their fighters and equipment such as military rations and tents.

    Rebels said the U.S. spent $3 million on salaries of fighters in the Southern Front, delivering the payments in cash over two meetings in Jordan—one on Jan. 30 and the other late last year.

    The opposition will also ask Congress next week for weapons to help rebels fight al Qaeda. That mandate would give the opposition a better shot at securing arms than previous requests for support to topple the regime.

    Congressional aides confirmed there are scheduled meetings with opposition leaders next week to discuss their request for more advanced weapons. But Congress remains sharply divided about the conflict in Syria. Some lawmakers favor stepped-up support to moderate opposition groups, but others question the wisdom of providing heavy weapons.

    “We’re trying to assure the international community that they can support moderates without the threat of arms falling into the hands of al Qaeda,” said Oubai Shahbandar, a senior adviser to the Syrian opposition.

    —Sam Dagher and Suha Ma’ayeh contributed to this article.

    Email

    Print

    Save
    ↓ More

    Comments

    Order Reprints

    Facebook

    Twitter

    LinkedIn
    WSJ In-Depth

    High-Speed Traders Turn to Laser Beams

    Germany to Press Search for Looted Art

    Smart Hubs: A Brain for Your House

    Social Network Built for Two

    The Season of the Shoe

    Altered Photos of Fidel Castro Removed

    JOURNAL COMMUNITY
    Add a Comment
    View All Comments (13) Community rules

    To add a comment please
    Log in
    Create an Account
    Your real name is required
    for commenting.
    Track replies to my comment
    CLEAR
    POST

    Popular Now What’s This?
    ARTICLES

    1
    Are Commodities Safe Yet?

    Twitter

    Facebook

    Email

    Comments
    2
    Will Oxy Strand a Top Trader?

    Twitter

    Facebook

    Email

    Comments
    3
    Taking Stock of Labor Markets on Both Sides of the Atlantic

    Twitter

    Facebook

    Email

    Comments
    4
    Taliban Take Toll on Pakistan’s Biggest City

    Twitter

    Facebook

    Email

    Comments
    5
    $2.2 Billion Bird-Scorching Solar Project

    Twitter

    Facebook

    Email

    Comments
    VIDEO

    1
    Termite-Inspired Robots That Can Build Houses

    Twitter

    Facebook
    2
    Afghanistan Experts Stumped By Simple Questions

    Twitter

    Facebook
    3
    A New Hope for the Digital Camera Market

    Twitter

    Facebook
    4
    Scientists Announce Nuclear Fusion Breakthrough

    Twitter

    Facebook
    5
    Under Armour to Blame for U.S. Speedskating Struggles?

    Twitter

    Facebook
    Content From Sponsors
    What’s This?

    PMA Class of ’76 disowns Cedric Lee
    ABS-CBN Philippines

    Modernizing U.S. Global Engagement for the 21st Century
    US Chamber

    Indian production of Japanese amphibious plane on the table
    Nikkei Asian Review

    7 Employees You Should Fire Now
    Fox Business

    Wall Stree Journal
    Facebook
    Twitter
    LinkedIn
    FourSquare
    Google+
    YouTube
    Podcasts
    RSS Feed
    AppStore
    Subscribe/Login
    Back to Top«
    Customer Service

    Customer Center
    Contact Us
    WSJ Weekend
    Contact Directory
    Corrections
    Policy

    Privacy Policy
    Cookie Policy
    Data Policy
    Copyright Policy
    Updated : Subscriber Agreement
    & Terms of Use
    Your Ad Choices
    Ads

    Advertise
    Place a Classified Ad
    Sell Your Home
    Sell Your Business
    Commercial Real Estate Ads
    Recruitment & Career Ads
    Franchising
    Advertise Locally
    Tools & Features

    Apps
    Emails & Alerts
    Graphics & Photos
    Columns
    Topics
    Guides
    Portfolio
    Old Portfolio
    More

    Register for Free
    Reprints
    Content Partnerships
    Conferences
    SafeHouse
    Mobile Site
    News Archive
    Jobs at WSJCopyright ©2014 Dow Jones & Company, Inc. All Rights Reserved.

  • Ne sachant pas quoi faire de son cash, #Apple le détruit… en donnant 14 milliards de dollars à ses actionnaires
    http://online.wsj.com/news/article_email/SB10001424052702303496804579367543198542118-lMyQjAxMTA0MDAwNjEwNDYyWj
    Apple Repurchases $14 Billion of Own Shares in 2 Weeks - WSJ.com

    Apple Inc. AAPL +0.58% has bought $14 billion of its own shares in the two weeks since reporting financial results that disappointed Wall Street, Chief Executive Tim Cook said in an interview.

    son gros actionnaire Carl Icahn propose d’en détruire encore plus :
    Icahn Ups Apple Stake to $3.6 Billion in Buyback Campaign - Bloomberg
    http://www.bloomberg.com/news/2014-01-23/icahn-increases-apple-stake-by-500-million-to-3-6-billion.html

    “Given that the company has $130 billion of net cash and $40 billion of expected annual earnings, and the fact that it is hard to find a better time in history to borrow money, a $50 billion share repurchase over the course of fiscal year 2014 seems more than reasonable to us,” Icahn wrote in the letter, which was included in a filing with the U.S. Securities and Exchange Commission.

    #destruction_de_valeur #capitalisme #silicon_valley #cash

    • C’est la première fois que j’entends que la distribution de bénéfice est une destruction monétaire. Que ce soit une manifestation de déséquilibre social légitimement taxable est un fait - mais de là à parler de destruction... La distribution de bénéfices marque la fin d’un cycle - la maturité d’un développement économique que peut éventuellement suivre sa sénescence, mais c’est justement en cela qu’elle est vitale : elle permet la redistribution du capital vers les activités en croissance.

    • Certes, la destruction de capital financier n’est pas forcément plus « destructrice » que la création monétaire n’est « créative ». Mais c’est bien du capital qui était censé en théorie être investi dans (c’est-à-dire donner les moyens de réaliser) une activité économique donnée.

      Ce qui est épatant, c’est que concrètement Apple dit à ses actionnaires « je ne sais plus comment grossir, quelles technologies ou sociétés acheter, quelles usines construire, quels talents employer. Toutes ces ressources que j’ai amassé, faites-en ce que vous voulez ». De ce point de vue elle détruit bien une capacité stratégique qu’elle avait accumulée.

    • discussion sur twitter avec @mr_piouf qui n’aime pas qu’on parle de « destruction » ; et comme on le verra, je me fais clouer le bec à la fin :

      Piouf> @thibnton Pas vraiment une destruction…

      tbn> @mr_piouf cf. le commentaire de @liotier / mais si le capital gagne ensuite des paradis fiscaux, on peut dire ça non ? cc @recifs

      Piouf> @thibnton @liotier @recifs Tout dépend à la place de qui on se place. Apple, les ex actionnaires, la société en général ?

      tbn> @mr_piouf @liotier @recifs la conversation continue… sur sinvice : )

      Piouf> @thibnton @liotier @recifs Scrogneugneu

      Fil> @mr_piouf @thibnton @liotier non

      Piouf> @recifs Ca c est de la réponse :) Si toucher un tel chèque est une perte pour moi actionnaire je me porte volontaire…

      Fil> @mr_piouf désolé, j’y peux rien, ça s’appelle comme ça ; même à l’OCDE

      Piouf> @recifs J’attend toujours la partie qui m’explique la destruction pour moi actionnaire qui vend mes parts.

      Piouf> @recifs ou la destruction pour Apple pour qui cela change la typologie de son actionnariat et ainsi les jeux de pouvoir en son sein.

      Fil> @mr_piouf j’ai touché un point sensible ? un tabou ? le rachat d’actions, si sont ensuite annulées, s’appelle "destruction de capital". point.

      Fil> @mr_piouf s’ils le font c’est qu’ils estiment que c’est dans leur intérêt :) personne ne dit le contraire

      Piouf> @recifs Ben non ça a rien de tabou. Certes mais destruction de capital ne veut pas dire destruction de cash ou destruction de X dollars :)

      Piouf> @recifs Forcément si on fait un amalgame entre des mots qui ne veulent pas dire la même chose… Facile de dire « Point. » <3

      Piouf> @recifs Sans compter que c est une réduction pas une destruction. La réduction apporte quelque chose qui n’est pas forcément financier.

      Fil> @mr_piouf oui ils en gardent sous le coude, ce n’est "que" 10% :)

      Piouf> @thibnton lien stp ?

      Piouf> @recifs Peut importe le % ça n’est pas une destruction. C’est un réduction de capital stratégique qui me semble tout à fait normale.

      Piouf> @recifs Voir salutaire, l’argent d’Apple qui dort dans des paradis fiscaux VS une chance qu’elle serve à quelque chose d’autre.

      tbn> @mr_piouf cf. le commentaire de @liotier / mais si le capital gagne ensuite des paradis fiscaux, on peut dire ça non ? cc @recifs

      Piouf> @thibnton @liotier @recifs Tout dépend à la place de qui on se place. Apple, les ex actionnaires, la société en général ?

      Fil> @mr_piouf @thibnton @liotier non

      Piouf> @recifs Ca c est de la réponse :) Si toucher un tel chèque est une perte pour moi actionnaire je me porte volontaire…

      Fil> @mr_piouf désolé, j’y peux rien, ça s’appelle comme ça ; même à l’OCDE

      Piouf> @recifs J’attend toujours la partie qui m’explique la destruction pour moi actionnaire qui vend mes parts.

      Fil> @mr_piouf j’ai touché un point sensible ? un tabou ? le rachat d’actions, si sont ensuite annulées, s’appelle "destruction de capital". point.

      Piouf> @recifs Ben non ça a rien de tabou. Certes mais destruction de capital ne veut pas dire destruction de cash ou destruction de X dollars :)

      Piouf> @recifs Forcément si on fait un amalgame entre des mots qui ne veulent pas dire la même chose… Facile de dire « Point. » <3

      Piouf> @recifs Sans compter que c est une réduction pas une destruction. La réduction apporte quelque chose qui n’est pas forcément financier.

      Fil> @mr_piouf oui ils en gardent sous le coude, ce n’est "que" 10% :)

      Piouf> @recifs Peut importe le % ça n’est pas une destruction. C’est un réduction de capital stratégique qui me semble tout à fait normale.

      Piouf> @recifs Voir salutaire, l’argent d’Apple qui dort dans des paradis fiscaux VS une chance qu’elle serve à quelque chose d’autre.

      Fil> @mr_piouf à consommer du crack

      Fil> @mr_piouf "normal" = comme ça que le capitalisme fonctionne, cf Marx ; là-dessus rien à redire ; mais du coup je comprends pas ta critique

      Piouf> @recifs Rachat sur le marché ouvert, c’est sur mes amis ayant tous des actions sont tous des fumeur de crack. Bref bon troll :)

      Fil> @mr_piouf tu demande du moralisme, je t’en donne :) Clairement c’est pas ça la question

      Piouf> @recifs Ma critique est que l’on parle de destruction là ou il n’y en a pas. Au contraire c un éloignement d’Apple de la financiarisation

      Fil> @mr_piouf on parle aussi de création là où il n’y en a pas :) c’est le langage de l’économie c tout

      Piouf> @recifs bref il n’y a aucune logique dans cette argumentation, elle ne sert donc à rien pour moi. Sincère bonne journée à toi

    • L’utopie capitalo-néolibérale correspond tout à fait à ce que décrit @liotier au début et piouf plus tard : avec l’argent « non périssable », rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme.
      Le problème c’est que cette utopie implique que les investisseurs remplissent leur mission sociale : utiliser leur savoir faire d’analystes économico-financiers pour piloter au mieux les investissements réalisés dans l’économie « réelle » (le quasi-pléonasme est volontaire), ce qui permet en théorie une redistribution financière régulière vers les entrepreneurs, puis les productifs. En théorie.

      Dans les faits, et dans la théorie aussi d’ailleurs, mais ça ne dérange pas grand monde apparemment ce vice de forme, les investisseurs n’ont aucune mission sociale, ils n’ont aucune obligation ni responsabilité vis à vis de la bonne irrigation de l’économie réelle (seul le marché est responsable, tu parles..).
      Les investisseurs ont juste des privilèges, celui de faire ce qu’ils veulent pourvu qu’ils s’enrichissent (ou pas). Et dans les faits ils ne se privent pas d’exploiter ce privilège.
      Une technique pas trop risquée quand le troupeau des investisseurs tirent dans le même sens : il suffit d’entretenir une pénurie de liquidités, en stockant l’argent dans des chambres froides hermétiques (les paradis fiscaux) pour que la déperdition fiscale soit nulle, tandis que la pénurie aidant, la valeur du stock prend de la valeur, ou en tous cas n’en perd pas. On assèche petit à petit l’économie réelle.. Les investisseurs se sont enrichis, tout va très bien madame la marquise, ils ont d’opulents oasis au milieu du désert..
      Destruction, assèchement, ponction, délestage d’eau potable dans l’océan, peu importe les mots ou les images, le résultat est bien celui là... Certains laissent déborder leur piscine pendant que ceux qui pompent crèvent de soif..

    • Le cœur du problème n’est pas l’actionnaire (par nature amoral) mais l’Etat qui tolère les paradis fiscaux et n’impose pas de contreparties plus fortes au privilège de création monétaire dont bénéficient les banques. Le problème est donc politique - dans la législation qui n’exprime pas suffisamment les contraintes reflétant nos exigences de moralité et dans l’exécutif indifférent.

      La responsabilité sociale de l’actionnaire et donc celle de l’entreprise n’existent que sous la contrainte politique - les actionnaires sont sourds tant que la clameur des spoliés est insuffisante pour influer les acteurs du marché et donc la performance économique de l’entreprise. Seule la menace réglementaire se profilant à l’issue d’une campagne de culpabilisation efficace incite l’actionnaire à changer avant que la loi ne l’y contraigne en des termes plus rigoureux.

      Stigmatiser les comportements asociaux me parait difficile dans le cas du désinvestissement. Dans le domaine écologique, c’est simple : si le pollueur ne compense pas de manière adéquate ses externalités négatives, alors il est asocial - d’ailleurs l’Etat l’est aussi si il ne l’y contraint pas et ne l’encourage pas ainsi à changer son comportement. Mais dans le domaine de l’investissement ? Le cas des banques est moralement relativement simple : les contreparties doivent être à la hauteur du privilège de création monétaire. Le cas des investisseurs non bancaires est différent - on ne peut pas leur en vouloir de jouer leur rôle social d’optimisation de l’allocation financière.

      Si les investisseurs non bancaires choisissent de gonfler des bulles au lieu de contribuer à un développement économique socialement bénéfique, la responsabilité en revient à l’Etat qui n’exerce pas son pouvoir de modeler les comportements en diminuant l’attractivité des investissements asociaux. Dans ce domaine, l’élasticité de l’incitation fiscale permet une adaptation plus souple que des contraintes liberticides enclines aux dommages collatéraux - et elle prête moins le flanc à l’agitation anti-interventionniste.

      L’exercice du pouvoir fiscal n’en est pas moins un art complexe et plein de pièges - effets d’aubaine et niches inexpugnables sont courants... Mais prendre ce prétexte pour justifier l’inaction serait bien mal venu tant le pouvoir fiscal n’est plus exercé qu’à l’aune des clientèles électorales.

      Reste le prétexte de la concurrence entre Etats - mais si la fiscalité Somalienne est si avantageuse, pourquoi ne pas proposer aux investisseurs se prétendant persécutés d’aller y investir ? Et si une industrie produit moins cher au prix de dommages planétaires, pourquoi ne pas taxer ses produits à l’entrée sur notre territoire ? Et si une autre société fait réellement mieux, moins cher et avec une qualité de vie nous paraissant attractive et compatible avec nos idéaux ? Alors c’est à nous de nous adapter... Mais la réduction de la pression fiscale n’est que l’un des leviers d’daptation, tout comme la réduction du prix n’est que l’un des moyens par lesquels les entreprises se font concurrence - et pas forcément le plus important... Mais les investisseurs adulant le moins-disant fiscal font souvent semblant de l’oublier.

    • Merci @liotier pour cette réponse intéressante, je réagis sur ce point là :

      Si les investisseurs non bancaires choisissent de gonfler des bulles au lieu de contribuer à un développement économique socialement bénéfique, la responsabilité en revient à l’Etat qui n’exerce pas son pouvoir de modeler les comportements en diminuant l’attractivité des investissements asociaux

      Justement je me bats contre cette idée : les investisseurs non bancaires sont des adultes comme les autres, des citoyens comme les autres. Il est temps qu’on admette que le niveau de responsabilité « civile » qu’on peut assumer est directement proportionnel au pouvoir physique que l’on détient sur l’activité sociale. Penser que le pouvoir financier ne peut être tenu pour responsable de rien, c’est vivre dans l’illusion que la responsabilité pourrait être assumée par un acteur imaginaire, qui de la main invisible du marché, qui de l’Etat...
      La main invisible n’a jamais rien assumé, quant à l’Etat, qui assume au final ? Les fonctionnaires censés être compétents à leur poste, les représentants élus, ou ceux qui les ont élus et confié leurs impôts ?
      Enfin l’Etat n’a que le pouvoir qu’on lui accorde, c’est à dire plus grand chose désormais, puisqu’il semble résigné à seulement « inciter » le pouvoir financier à pas s’éloigner trop délibérément de la décence et de l’intérêt général en vue de garantir l’ordre public.

      Je milite personnellement pour redéfinir clairement qui est responsable de quoi, en fonction de la mission sociale qu’il remplit. Et je me bats donc pour qu’on considère qu’investir n’est pas un privilège, mais une fonction sociale, comme celle consistant à fabriquer du pain ou soigner les gens. Cela doit être réglementé, et il faut en assumer les responsabilités....

    • La discussion a glissé vers le terrain moral, ce qui n’était pas mon propos — mais vous pouvez continuer ;-)

      Mais je veux revenir sur la destruction de capital. Si une armée vendait ses tanks, on me laisserait dire qu’elle a démantelé une partie de sa capacité d’action sur le terrain, qu’elle ne sait pas quoi faire de ces tanks, etc.

      Sans que ce soit « bien » ou « mal » (perso je trouverais ça plutôt « bien », sans doute…), ni « normal » ou « anormal », et sans préjuger de ce que l’État vendeur ferait de cet argent, ni de ce que l’acheteur ferait de ces tanks, on pourrait se mettre d’accord sur un constat objectif : cette capacité militaire, qui existait, a disparu.

      Alors comment expliquer que dire la même chose d’Apple semble relever du crime de lèse-majesté, d’une insulte aux actionnaires et d’un défi à la logique ?

    • Dans ton exemple, une partie de la capacité persiste sous forme d’augmentation du budget du vendeur - mais des intangibles tels que le savoir-faire qui allait avec l’exploitation du matériel sont perdus. Ca n’a rien à voir avec une question monétaire.

      Un rachat d’action est neutre en termes de masse monétaire, contrairement à un remboursement d’emprunt bancaire qui est une destruction monétaire : une banque est créatrice de monnaie par ses prêts alors qu’un prêteur non-bancaire ne l’est pas.

      Le signal transmis aux actionnaires est mitigé : d’un côté le rachat d’actions a pour effet l’augmentation de l’effet de levier - et donc l’augmentation de la rentabilité du capital restant... Mais d’un autre côté une diminution du capital et donc de la capacité d’endettement est traditionnellement un signe que la phase de croissance forte est considérée comme terminée - time to milk the brand !

    • Bien sûr - un rachat d’action handicape le développement de la société et il n’a normalement lieu qu’à l’initiative des actionnaires qui décident qu’il est temps d’engranger les bénéfices... C’est la seule motivation de Carl Icahn qui n’est donc pas bien populaire parmi ceux qui croient à la croissance d’AAPL.

      Ceci dit, l’entrée de Carl Icahn au capital a permis à des actionnaires qui ont fait un bout de chemin avec Apple d’être finalement rémunérés et de passer à autre chose... Sans de tels personnages achetant des titres à maturité et leur offrant donc une voie de sortie, ils n’auraient probablement pas soutenu la croissance d’Apple.

      La question n’est pas celle de l’avenir d’Apple - c’est de savoir si l’investissement privé est un mode efficient d’allocation des ressources financières.

    • Puis je suggerer « Une destruction potentiellement créatrice » . :-) j’ai bien aime par exemple le projet fotopedia (même si ça a l’air compliqué) créé par un ancien d’Apple . .Il est vrai que majoritairement le cash ira alimenter la spéculation qu’il faut combattre donc

    • Les suggestions de Wired sont ce qu’elles sont… la stratégie d’Apple, en ce moment, c’est apparemment plutôt la croissance interne – à la différence du modèle de Google, qui se nourrit de libre et des innovations des autres –. C’est pas totalement infondé d’un point de vue financier, et c’est pas non plus « détruire du cash ». On peut toujours rêver que, prises de folies, les entreprises géantes du web s’autodétruisent, mais il semblerait qu’elles aient à leur tête des gens encore pas totalement fous.

      Apple était jusqu’à récemment la plus grosse valeur de la bourse de New York, il semblerait qu’elle veuille le redevenir. Et ce que les financiers appellent « les fondamentaux » lui donnent plutôt raison – PER de 11, (onze ans de dividende pour rembourser l’achat de son action si je ne dis pas de bêtise, ce qui est plutôt bien), deux fois moins par exemple que pour Google…

      Après c’est peut-être que l’entreprise est en panne de stratégie, ou qu’elle est sujette à des crises de susceptibilité, mais c’est quand même rentrer dans des élucubrations compliquées.

      Tout ce qu’on sait, c’est que ce qu’elle prépare n’est pas pour notre bien.

      #bourse

    • Même The Economist prend peur :
      http://www.economist.com/news/leaders/21616950-companies-are-spending-record-amounts-buying-back-their-own-shar

      Buy-backs are not necessarily a bad idea. (gna gna gna…)
      But it could also be a source of trouble, for two main reasons.

      (...) both short-term investors and managers have incentives that could lead them to overdo buy-backs and neglect long-term investment projects.

      (...) They are borrowing heavily at home to pay for buy-backs while keeping cash abroad to avoid America’s high corporate tax rate.

      À noter que le contenu de cet article invalide quelque peu la réponse de @Mr_Piouf qui m’expliquait que ça permettait de faire sortir l’argent des paradis fiscaux ; et son titre (“Corporate cocaine”) réhabilite ma réponse “à consommer du crack” :-)

    • La trésorerie d’Apple dépasse les 200 milliards de dollars
      http://siliconvalley.blog.lemonde.fr/2015/07/23/la-tresorerie-dapple-depasse-les-200-milliards-de-dollars

      Portée par les ventes record d’iPhone, la trésorerie d’Apple vient de dépasser la barre symbolique des 200 milliards de dollars. Au 30 juin, elle s’élevait à 202,8 milliards (186 milliards d’euros). Avec cette somme, le groupe à la pomme pourrait, théoriquement, racheter Walt Disney, Coca-Cola, IBM ou encore AT&T sans avoir à emprunter le moindre centime. De fait, seulement douze sociétés américaines ont une capitalisation boursière plus élevée.