Stars : toute l’actu des stars

http://www.gala.fr

  • Franz-Olivier Giesbert en pèlerinage sur les traces de Charles Maurras | Samuel Gontier
    http://www.telerama.fr/television/franz-olivier-giesbert-en-pelerinage-sur-les-traces-de-charles-maurras,n548

    Chez Ardisson, dans sa rubrique “Simplet reporter”, Franz-Olivier Giesbert multiplie les coups d’éclat. Ce dimanche, il est allé à Martigues, devant la maison de Charles Maurras, pour tendre son micro à des militants d’Action française, ennemis, comme lui, du politiquement correct. Source : Ma vie au poste

    • http://www.gala.fr/stars_et_gotha/franz-olivier_giesbert
      #people
      FOG part en croisade.
      http://www.lphinfo.com/cri-sioniste-de-franz-olivier-giesbert

      Le cri “sioniste” de Franz-Olivier Giesbert
      Samedi soir, lors de l’émission hebdomadaire “On n’est pas couché” sur France 2, l’un des hauts-lieux du politiquement correct médiatique français, le journaliste et éditorialiste Franz-Olivier Giesbert a tenu des propos rarement entendus et à contre-courant de ce qui est généralement entendu dans ce microcosme de la bien-pensance. Il était invité pour présenter son dernier livre “Belle d’amour”. Ce roman se situe à l’époque des Croisades et du roi Louis IX (dit Saint Louis).

      L’auteur a expliqué vouloir jeter un regard différent sur les guerres de religion entre Chrétienté et Islam à cette époque. Sans minimiser les horribles massacres perpétrés par les Croisés, Franz-Olivier Giesbert a dit “vouloir rétablir la vérité sur les Croisades car c’est une fausse histoire qui est racontée depuis le début avec des Croisés qui furent les méchants et les Arabes les gentils”. Il expliquait que le saccage du St Sépulcre ne fut que l’une des causes des Croisades, mais une autre cause furent les “invasions permanentes des Arabes même après la fameuse histoire de Charles Martel”. Faisant un lien avec l’actualité, l’auteur rappelle que les Croisades ont commencé suite aux invasions musulmanes, à la création d’un immense empire, et que même lors des Croisades, ces conquêtes musulmanes se sont poursuivies.

      “Il y a des choses qui ne sont pas dites mais moi j’ai voulu les dire”, s’emportait le journaliste, qui continua de manière surprenante : “C’est la même chose pour la Palestine ! La Palestine est une terre juive ! Elle est juive ! Il faut le dire, ça aussi ! On m’a prévenu de faire attention à ce que je vais dire, mais je le dis : les Juifs ont habité la Palestine pendant 12 siècles avant que ne vinrent des envahisseurs perses, romains, arabes, turcs etc. Mais au départ c’était une terre juive et cela reste une terre juive”.

      Après cette profession de foi courageuse, Franz-Olivier Giesbert a rajouté ne pas craindre le flot de réactions sur les réseaux sociaux, ni les attaques dont il est souvent l’objet de la part de confrères, citant Bruno Masure, ancien présentateur sur France 2, connu pour ses positions anti-israéliennes.

  • Mort d’Anne Golon, la créa­trice de la saga “Angé­lique, Marquise des Anges” - Gala
    http://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/mort_d_anne_golon_la_creatrice_de_la_saga_angelique_marquise_des_anges_399351

    Anne Golon avait crée le person­nage d’Angé­lique, marquise des anges, en 1957. Et c’est 13 volumes qui furent publiés en tout jusqu’en 1985. La série a donné lieu à de multiples traduc­tions et adap­ta­tions, dont celle, iconique, avec Michèle Mercier dans le rôle titre. 

    Angé­lique est le fruit de l’union entre Anne Golon, née Simone Chan­geux, et son mari Serge de Golou­bi­noff. Ensemble, ils auront 4 enfants, et crée­ront la saga qui a passionné depuis le monde entier. Ils écri­ront à deux, elle à la plume et lui à la docu­men­ta­tion, 13 épisodes de cette grande saga popu­laire, traduite dans une tren­taine de langues, jusqu’au Japon et en Russie. 

    Depuis, Angé­lique a été adapté au cinéma, en opéra et même en manga. Entre 1964 et 1968, ce sont 5 épisodes d’Angé­lique qui seront tour­nés au cinéma par Bernard Borde­rie, avec Michèle Mercier dans le rôle titre et Robert Hossein dans le rôle du comte Joffrey de Peyrac. Angé­lique a de nouveau eu les honneurs des salles françaises en 2013 avec une version inter­pré­tée par Nora Arne­ze­der et Gérard Lanvin. 

    Anne Golon défen­dait l’image d’une Angé­lique battante et éprise de liberté, contre l’image plus niaise voire miso­gyne qu’avait pu lui donner certaines adap­ta­tions. 

    L’auteure de 95 ans, décé­dée ce 14 juillet d’une péri­to­nite à Versailles, était encore active, donnant des séances de dédi­caces et des inter­views. En 2009, après avoir récu­péré les droits de son oeuvre en 2006, elle publiait une version défi­ni­tive de la série, réha­bi­li­tant défi­ni­ti­ve­ment son héroïne.

  • Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat aux Droits des Femmes, complice des masculinites
    (par Stéphanie Lamy sur son twitter : https://twitter.com/WCM_JustSocial/status/865288468175433728 )
    J’ai de grandes inquiétudes quant au sérieux que @MarleneSchiappa va pouvoir amener à la lutte pour les Droits réels des femmes
    Schiappa c’est le #féminisme à la Sheryl Sandberg qui fonctionne à merveille pour les femmes blanches nanties (capital social & économique)
    Un féminisme qui sur-responsabilise les femmes quant-à leur « succès » (pro uniquement, bien sûr). Si elles échouent, ce serait de leur faute
    C’est un « féminisme » qui à aucun moment remet en cause la domination masculine. Un « féminisme safe » pour les hommes. Mais du coup...
    Est-ce encore du féminisme ? En 2014 Schiappa signait la tribune d’une pro-masculiniste du collectif de la Grue Jaune
    http://www.liberation.fr/societe/2014/01/13/des-femmes-en-faveur-de-la-garde-alternee_972479
    S’est rebiffée lorsque @mascuwatch l’épingla et se justifiait par une « erreur de lecture » de la part de l’auteure http://yahoo.mamantravaille.fr/maman_travaille/2014/01/peut-on-%C3%AAtre-f%C3%A9ministe-et-pour-la-garde-altern%C3%A9e


    Mais de fait, son soutien malencontreux aux masculinistes (avec B. Pompilli, qui elle avait subventionné SOS Papa via sa réserve P) est significatif. Négation des violences machistes, des systèmes d’oppression et des inégalités dans le partage des tâches. Du Patriarcat.
    Comment peut-on être « féministe » et oublier que TOUTES les femmes sont opprimées par un système qui bénéficie aux hommes ? Q. sincère.
    Je prend pour exemple sa tribune sur les viols à Cologne ou elle avait fustigée la vaste majorité des assos DDF http://www.huffingtonpost.fr/marlene-schiappa-bruguiere/cologne-ou-legarement-feministe_b_9049756.html
    Dans cette tribune elle prétend que des assos féministes auraient « excusé des viols » (sans sourcer ses affirmations, of course.)

    Fustiger celles (et qques ceux) qui travaillent sur le terrain, alors que son propre bilan en matière d’égalité au Mans est plus que mitigé ?
    Elle a changé son profil de blogueuse @LeHuffPost. Cette tribune qui humilie les assos DDF est maintenant signée par une Secrétaire d’État

    Alors oui, on peux tou.te.s écrire des conneries. Mais de là à en faire un livre, c’est qu’on ne veut pas (ou on ne peut pas) comprendre.
    Ce livre de Schiappa doux mélange de grossophobie & paillasson au patriarcat, c’est @dariamarx qui en parle le mieux http://dariamarx.com/2011/02/20/osez-lamour-des-rondes-marlene-schiappa-la-musardine
    C’est au niveau de l’économie (féministe) que Schiappa m’inquiète le plus. Ici elle s’appuie sur des stats bizarres http://www.huffingtonpost.fr/marlene-schiappa-bruguiere/egalite-hommes-femmes-addition-restaurant_b_11473794.html

    (de nouveau sans sourcer ces stats). En France, les femmes en couple gagnent aujourd’hui 42 % de moins en moyenne que leur conjoint (INSEE)
    Inventer des stats pour appuyer une opinion, ça a un nom. C’est de l’intox.
    Mais passons sur cette énième bourde. Au fond ce que Schiappa développe, c’est un féminisme de paille. Elle semble instrumentaliser une lutte sociale fondamentale pour son profit personnel. #notOK
    Et en ce faisant, elle nie la responsabilité des hommes dans cette oppression des femmes. Leur donne le feu vert pour continuer.
    (MAJ) cette pépite de #maletears #masculiniste ou @MarleneSchiappa s’identifie comme « mère-fille » http://papatravaille.typepad.com/papa-travaille/a-propos-qui-sommesnous-.html

    (MAJ) en fev 2011 Schiappa fait la promo de la résidence alternée en disant « pas d’études » sur impact/enfant. Faux. http://yahoo.mamantravaille.fr/maman_travaille/2011/02/garde-partag%C3%A9e-facteur-de-r%C3%A9ussite-professionnelle-po

    Par ex. en 2006 déjà Jacqueline Phélip (préface du Pr Berger) publiait « Le livre noir de la garde alternée ». https://books.google.fr/books/about/Le_livre_noir_de_la_garde_altern%C3%A9e.html?id=ulL-eQuoBOAC&printsec=f
    Vu sa connivance avec B Pompili, il y a fort à craindre qu’elle nous ressort la PPL masculiniste #APIE (#loiFamille)
    https://pbs.twimg.com/card_img/865335021963325440/77j7RciL?format=jpg&name=600x314
    Ici @MarleneSchiappa fait la promo du livre de Elodie Cingal, caution « clinique » des masculinistes « pères enragés »
    http://yahoo.mamantravaille.fr/maman_travaille/2011/06/les-10-commandements-de-la-parentalit%C3%A9-par-elodie-cingal.h
    Sur la question des conséquences financières des séparations, aussi, Schiappa se fait relais des masculinistes. http://yahoo.mamantravaille.fr/maman_travaille/2012/04/semaine-sp%C3%A9ciale-parents-actifs-et-divorc%C3%A9s-agence-re

    Alors oui, les conséquences € des séparations n’est pas une thématique de choix des féministes FR (vs Canada par ex) https://annerevillard.files.wordpress.com/2010/11/revillard-art-jurisprudence2011.pdf
    Mais de là à sciemment véhiculer les #maletears des assos #masculinistes, il y a un gouffre. L’égalité mères/pères passe aussi par l’égalité
    de la prise en charge financière des enfants. Aujourd’hui ce sont encore largement les F (& collectivité) qui supportent cette charge.
    (MAJ) ici elle est applaudie par le #masculiniste Patrick Guillot (La Cause des Hommes) http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?rubrique76

    (MAJ) on apprend que c’est Schiappa elle mm qui n’a pas souhaitée offrir le 100% aux F. Pq avoir un ministère DDF, qd on peut défendre les H ?
    lien vers article. L’hallu totale. https://twitter.com/Gaelle_Dupont/status/865598350242066434
    Gaëlle Dupont @Gaelle_Dupont
    Marlène Schiappa : « un secrétariat d’Etat, c’était mon idée » http://www.lemonde.fr/gouvernement-philippe/article/2017/05/19/marlene-schiappa-defend-son-secretariat-d-etat-a-l-egalite-femmes-hommes_513
    « la société empêche les pères à s’investir dans le foyer »
    Comment déresponsabiliser les pères : C’est la société
    Alors que Schiappa amène sa fille avec elle aux conseils municipaux, pr ne pas demander à son mari de rentrer plus tôt le soir pr la garder !
    via @HypathieBlog. Schiappa elle mm ne souhaite srtt pas responsabiliser son mari quant-à son devoir envers F&enfant http://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/photo_marlene_schiappa_ministre_des_droits_des_femmes_viendra-t-elle_avec_ses_f

    #travail_reproductif #dissociation_valeur

  • Quand Marine Le Pen vanne Emma­nuel Macron qui menace de quit­ter le plateau du débat - Gala
    http://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/quand_marine_le_pen_vanne_emmanuel_macron_qui_menace_de_quitter_le_plateau_du_d

    à la veille d’un échange qui s’annonce déjà musclé, Emma­nuel Macron prévient : « s’il sert de punching-ball à Marine Le Pen, il quit­tera le plateau au bout d’une demi-heure. » Cette infor­ma­tion avan­cée par la jour­na­liste poli­tique de BFM TV Camille Langlade n’a pas manqué de faire réagir Marine Le Pen.

    Sur Twit­ter, l’ex-prési­dente du Front Natio­nal a rapi­de­ment répondu aux révé­la­tions concer­nant son oppo­sant. Jouant la carte de la déri­sion, la fille de Jean-Marie Le Pen a twitté : « Si M. Macron ne se sent pas à l’aise, il peut toujours deman­der à François Hollande de venir lui tenir la main, je ne m’y oppo­se­rai pas. MLP. » La compagne de Louis Aliot infan­ti­lise ainsi son adver­saire et laisse entendre que l’ancien ministre de l’Econo­mie aurait peur à l’idée de l’affron­ter dans un débat d’idées. Selon Europe 1, Emma­nuel Macron aurait en réalité été informé que son oppo­sante cher­chera demain à la faire sortir de ses gonds à l’antenne, à le pous­ser dans ses derniers retran­che­ments.

    #Linfiltré #PhoneStories #FN #Fachosphere

  • VIDEO – Le discours d’un Jean-Marie Le Pen très dimi­nué vire à la catas­trophe - Gala
    http://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/video_-_le_discours_d_un_jean-marie_le_pen_tres_diminue_vire_a_la_catastrophe_3

    C’est devenu au fur et à mesure de sa carrière poli­tique son rendez-vous annuel avec les français. Ce 1er mai, Jean-Marie Le Pen ne pouvait pas ne pas prendre la parole lors de sa fête d’hommage à Jeanne d’Arc, dans le 8e arron­dis­se­ment de la capi­tale, alors que sa fille entame la dernière ligne droite de sa campagne prési­den­tielle. Mais le discours du Menhir a viré au cauche­mar, pour plusieurs raisons.

    #Linfiltré #PhoneStories #FN #Fachosphere

  • PHOTO – Marine Le Pen montre ses cuisses dans sur son affiche de campagne et c’est fait exprès… - Gala
    http://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/photo_marine_le_pen_montre_ses_cuisses_dans_sur_son_affiche_de_campagne_et_c_es

    Jour­na­liste à l’Express, Alex Sulzer a expliqué dans un tweet que cette image avait été pensée dans le staff de la candi­date : ""Montrer la cuisse de Marine a été discuté. C’est un parti pris assumé et un message subli­mi­nal par rapport à l’islam", dit-on dans le staff"

    #Linfiltré #PhoneStories #FN #Fachosphere

  • Karaoké, Dalida et filtre Snap­chat : Marine Le Pen fait sa commu­ni­ca­tion sur les réseaux sociaux - Gala
    http://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/karaoke_dalida_et_filtre_snapchat_marine_le_pen_fait_sa_communication_sur_les_r

    « Mère à chats », comme elle se quali­fie elle-même, Marine Le Pen qui a « pleuré" lorsque Arte­mis, son chat adoré, a été tué par le chien de son père Jean-Marie Le Pen a une nouvelle fois de profi­ter de l’occa­sion pour »draguer" les amis des animaux. D’ailleurs, sur Twit­ter le hash­tag Mari­nePour­nosA­ni­maux a été partagé en masse par les soutiens de la candi­date la prési­den­tielle, photo de chat à l’appui. Même Damien Philip­pot, le frère de Florian, s’est fendu d’un tweet et d’une photo de son chat. A côté un panneau atten­tion au chien… Un message à Jean-Marie Le Pen  ?

    #PhoneStories #Linfiltré #FN

  • Marine Le Pen, les secrets de son hygiène de vie (et de sa perte de poids) - Gala
    http://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/marine_le_pen_les_secrets_de_son_hygiene_de_vie_et_de_sa_perte_de_poids_391239

    Une bonne consti­tu­tion certes, mais pas que.. A en croire nos confrères de Europe 1, la fille de Jean-Marie Le Pen a ses astuces pour garder la forme. La candi­date fron­tiste a un coach qui lui donne des conseils diété­tiques et véri­fie ses menus. Elle qui prenait beau­coup de café a commencé un régime l’été dernier, avec lequel elle a déjà perdu une dizaine de kilos, grâce aux graines de lin et au thé rouge. Autre chan­ge­ment dans son hygiène de vie : seule­ment un verre ou deux en soirée (on l’avait vue trinquet au vin blanc avec Karine Le Marchand dans Une ambi­tion intime, une séquence qui avait ulcéré les adver­saires du FN dont Stéphane Guillon).

    Et pour reprendre des forces, elle a aménagé un coin sieste. Marine Le Pen a même acheté une four­gon­nette neuf places, où elle a installé un plaid et un oreiller pour pouvoir dormir lorsqu’elle rentre tard d’un meeting. Eh oui, si Emma­nuel Macron n’a besoin que de 3h de sommeil, MLP a besoin de ses 8h par jour pour être en pleine forme…

    #Linfiltré #PhoneStories #FN

  • François Hollande : La capitulation en rase campagne du foudre de guerre de Syrie . René Naba - RipouxBlique des CumulardsVentrusGrosQ
    http://slisel.over-blog.com/2016/12/francois-hollande-la-capitulation-en-rase-campagne-du-foudre-de-gu

    L’homme de l’année 2016

    Fait sans précédent dans les annales de la Vème République, François Hollande a annoncé jeudi 1 er décembre 2016, qu’il renonçait à briguer un deuxième mandat présidentiel, tragique aveu d’une grande impuissance.

    L’homme qui avait mené deux batailles au Mali et en Syrie, a renoncé à livrer bataille sur le plan intérieur pour défendre son bilan. Pour un foudre de guerre sur la scène internationale, qui avait eu le plus grand mal à se retenir de bombarder la Syrie en 2013, ce renoncement a retenti comme une capitulation en rase campagne. Une implosion en plein vol.

    « L’Homme d’état de l’année 2016 » aura eu un triomphe météorique, à l’image de ses prédécesseurs malchanceux, les conservateurs européens, l’espagnol José Marie Aznar ou le britannique David Cameron (lauréat 2015) ; à l’image de l’adhésion populaire dont il a bénéficié à son élection, plombée à son envol par le tweet ravageur de la « première peste de France » (1), soutenant le rival de la propre mère des quatre enfants de son compagnon, symptomatique de la confusion mentale qui a régné au plus haut niveau de l’état, tant au niveau de la vie privée du premier magistrat de France que de sa politique.

    Scipion l’Africain au Mali (2), général Flamby (3) en Syrie, Scooter One Rue du Cirque -quel cirque- François II aura été aux antipodes de son prédécesseur. Falot et mal fagoté, au regard d’un florentin brillant et flamboyant, grand manœuvrier devant l’éternel. Retour sur la dérive de ce quinquennat calamiteux.

    De la trahison au Parti Socialiste ou le vaudeville d’une « présidence normale ».

    « La gauche de gouvernement devient suspecte dès qu’elle accède aux responsabilités et son destin est de toujours être accusée de trahison », soutient François Hollande dans un entretien à la revue débat.

    http://www.lemonde.fr/politique/article/2016/09/15/francois-hollande-la-gauche-de-gouvernement-est-toujours-accusee-de-trahison

    Non François Hollande, au vu de votre comportement et celui de votre gouvernement tout au long de votre mandat, ce n’est pas la gauche de gouvernement qui est accusé de trahison, c’est le gouvernement lui même qui a trahi et la nomenklatura « solférienne » avec.
    L’exemple vient de très haut, du premier des socialistes François Hollande lui même, qui a trahi sa compagne d’alors et mère de ses 4 enfants, avant de lui saborder sa campagne présidentielle, en 2007, puis de récidiver avec sa compagne présidentielle, la dénonciatrice des « sans dents », un scandale qui a terni durablement son mandat.

    Engagé sur deux théâtres d’opérations extérieurs (Syrie-Mali) et sur le front intérieur du chômage, ce vaudeville consternant a plombé durablement sa mandature présidentielle et sinistré le parti socialiste, faisant du socialo-motoriste, le plus impopulaire président de la Vme République
    Jean Pierre Jouyet, une prime à la trahison.

    En 2ème position, l’ami le plus proche du président, Jean Pierre Jouyet, en aura été l’incarnation la plus achevée. Ralliant sans hésitation ni vergogne, Nicolas Sarkozy au poste de ministre des Affaires européennes, le camarade de l’ENA « promotion Voltaire » sera néanmoins repêché par François Hollande au secrétariat général de l’Élysée. Un repêchage perçu comme une prime à la trahison. Autres transfuges célèbres, Bernard Kouchner, ministre des affaires étrangères du néo gaulliste atlantiste Nicolas Sarkozy, de même qu’Eric Besson et Jean Marie Bockel, le « Tony Blair de gauche ». Une trahison à sens unique de la gauche vers la droite, sans le moindre mouvement en sens inverse.

    Sur fond d’un paysage dévasté par une considérable destruction de l’emploi industriel, de l’ordre de 1,4 millions d’emplois en 25 ans, – 407 usines fermés en deux ans, 190 usines en 2015 et 217 en 2014, l’armée française désormais équipée d’armes allemandes et de rangers allemands- de l’hémorragie du vote ouvrier vers le Front National, de la préemption démagogique des mots d’ordre sécuritaire de l’extrême droite sous l’effet d’une panique nationale (déchéance de nationalité), la fonction de la gauche depuis le début du XXI me siècle a surtout consisté à servir d’appoint électoral à la droite, sans renvoi d’ascenseur. Un marche pied.

    « Le PS a zappé le peuple ». L’admonestation de Pierre Mauroy lors de la présidentielle 2002, fatale à Lionel Jospin, demeure d’actualité. Plutôt que d’initier une politique de la demande et de la relance de la consommation par l’augmentation du pouvoir d’achat, l’ennemi de la haute finance s’est révélé un zélé passeur de plats du grand patronat. En 2015 et 2016, les entreprises françaises ont été les plus gros payeurs de dividendes d’Europe sur fond de casse sociale.
    La social démocratie préconisée par François Hollande apparaît rétrospectivement comme l’enterrement en grande pompe du socialisme par la mort du social.
    De Lionel Jospin ( 1997-2002) à François Hollande (2012-2017), la gauche s’est réduite à soutenir une droite qui se distingue de moins en mois de l’extrême droite.

    Ainsi le « Front Républicain de 2002 » est apparu comme une prime à la corruption en ce que Jean Marie Le Pen n’avait aucune chance de gagner la bataille présidentielle alors que Jacques Chirac avait été le dirigeant qui avait institutionnalisé la corruption au plus niveau de l’État, le seul président français depuis Pétain a être condamné par la justice pour des faits ayant rapports avec l’argent illicite.

    Il en a été de même avec le « Front Républicain pour les régionales 2016 », qui a débouché sur la propulsion du motoriste Christian Estrosi à la tête du PACA et l’élimination du PS de tous les exécutifs régionaux. La récidive a été fatale au crédit de la gauche de gouvernement qui a donné l’impression de courir derrière une droite de plus en plus contaminée par le discours Lepeniste. La démarcation s’est dissipée dans l’esprit des électeurs.
    Servir d’appoint électoral à la droite radicale et continuer à ostraciser un authentique homme de gauche, Jean Luc Mélenchon, relève de l’aberration mentale et explique la dispersion des forces du progrès en France et la perplexité de nombre de personnes se réclamant de la gauche, qui y voient un jeu d’apparatchik contre productif.

    De François Mitterrand à Lionel Jospin, à Harlem Désir et Jean Christophe Cambadélis, en passant par le socialo motoriste Hollande, le charisme du leadership socialiste s’est considérablement dégradé. Le PS souffre d’absence de clarté dans son positionnement. D’une locomotive. Évident manque d’appétence à son égard.

    Du bon usage de « Munich et des Sudètes de Tchécoslovaquie » : « Le changement, c’est maintenant »

    MUNICH : Seul pays au Monde à faire un usage intensif de ce terme pour stigmatiser ce qu’il considère être « le défaitisme » des adversaires de sa politique, « Munich » et par extension « Munichois », est en fait l’apanage du socialisme français. Son arme de destruction massive pour neutraliser toute critique à son égard.

    Harlem Désir, en la matière, n’est en fait que le piètre successeur de Guy Mollet, le dernier Premier ministre socialiste de la IV République, l’homme de Suez et d’Alger, -beau palmarès-, qui avait brandi cet argument pour disqualifier les opposants à l’agression tripartite de Suez, en 1956, contre Nasser. 57 ans après, Harlem Désir nous ressert la même rengaine… Le changement, c’est maintenant. Vraiment ?

    Dans la terminologie de l’époque, l’« expédition punitive » anglo-franco-israélienne, -menée, faut-il le souligner, par les deux puissances coloniales de l’époque en association avec leur pupille israélien-, devait châtier le « Bickbachi ». Terme de l’ordonnancement militaire ottoman équivalant au grade de Colonel, le Bickbachi Nasser sera ainsi désigné à la vindicte publique comme le nouvel Hitler de l’après-guerre, sous le vocable de Rayïss, que l’on faisait rimer dans le subconscient européen avec le Reich.

    Le 2ème Hitler arabe sera naturellement Yasser Arafat, le chef de l’Organisation de Libération de la Palestine. Figure de croquemitaine dans l’imaginaire occidental, l’Arabe, surtout lorsqu’il est porteur d’une revendication nationaliste, est un Hitler en puissance, quand bien même les Arabes et les Africains (chrétiens et musulmans) ont été parmi les principaux pourvoyeurs de « chairs à canon » pour la libération de la France, à deux reprises en un même siècle, phénomène rarissime dans l‘Histoire. De Gamal Abdel Nasser (Égypte) à Mohammad Mossadegh, à l’Ayatollah Ruhollah Khomeiny et Mahmoud Ahmadinejad (Iran) en passant par Yasser Arafat et Cheikh Ahmad Yassine (Palestine), à Moqtada Sadr (Irak) et Hassan Nasrallah (Liban), tous ont eu l’honneur d’assumer cette fonction sans que jamais personne n’ait songé à établir un lien entre l’arrogance occidentale et la radicalisation des contestataires de sa suprématie.

    Munich, spécialité française, est d’autant plus vigoureusement brandie que les socialistes, plutôt répressifs en ce domaine, n’ont jamais apporté le moindre soutien aux guerres de libération du tiers-monde. Pour exemple, Léon Blum, le chef du gouvernement du « Front Populaire » ne lèvera pas le petit doigt pour le « Fronte Popular » espagnol, ses confrères Républicains, lors de la guerre d’Espagne (1936) et Guy Mollet agressera l’Égypte nassérienne, ordonnant en prolongement les ratonnades d’Alger. C’est Pierre Cot, ministre communiste de l’aviation du gouvernement Léon Blum et son directeur de Cabinet, le mythique Jean Moulin, de connivence avec André Malraux qui doteront les Républicains espagnols de l’escadrille ESPANA.

    Alors Harlem Désir, Munich, la Chambre des Communes qui a infligé une retentissante leçon de démocratie à la France ? Munich, Barack Obama, qui a jugé plus conforme à l’éthique démocratique de prendre l’avis des représentants de la nation ?

    Munich, l’Inde qui a vaincu le colonialisme par la non-violence ? Munich, l’Afrique du Sud qui triomphé de la ségrégation raciale par une réconciliation nationale et non par la stigmatisation ? Munich, le Pape François qui prie pour la paix en Syrie quand le mufti de l’Otan, le prédicateur millionnaire du Qatar, Youssef Al Qaradawi, supplie que la Syrie soit bombardée par ces anciens colonisateurs ?

    Munich à la manière de Guy Mollet, comme en 1956…. Le changement, c’est maintenant ? Ou tout bonnement Harlem Désir, tête brûlée pour une politique de terre brûlée.

    Les Palestiniens, les Sudètes du XXI e siècle

    Dans sa démarche vis-à-vis de la Syrie, François Hollande, nous a chuchoté le quotidien Le Monde -jamais avare de confidence dès lors qu’il s’agit d’épauler le nouveau pouvoir socialiste au point de lui servir d’amplificateur médiatique et de relais diplomatique-, est hanté par le précédent de la Tchécoslovaquie et le sort des Sudètes (1938) qu’Hitler absorba sans crier gare du fait de la passivité européenne, résultante des accords de Munich.

    Le conditionnement idéologique est tel, la servitude intellectuelle si forte que les ravages de la pensée socialiste paraissent incommensurables. Ainsi Laurent Fabius, qui passe, à tort, pour être l’un des esprits les plus brillants de la République, préconisait avec morgue et suffisance d’armer l’opposition syrienne pour établir une parité militaire et créer les conditions équilibrées à une négociation avec le pouvoir syrien. Il suggérait de même une action énergique en vue de favoriser le retour des réfugiés syriens dans leur pays. Préoccupation humanitaire légitime qui aurait pu honorer son auteur si elle s’était accompagnée d’une requête similaire concernant les Palestiniens, dépouillés, exilés et déplacés, eux, depuis soixante ans…Eux, les véritables Les Sudètes du XXI me siècle.

    « La Syrie, le drame du XXIe siècle » ? La Syrie ou l’Irak ?

    Le premier drame du XXIe siècle est non la Syrie, comme le soutient François Hollande, mais l’Irak tant par son antériorité que par son ampleur. L’Irak où s’est refusé à s’enliser Jacques Chirac et non la Syrie ou se sont laissés embourbés Nicolas Sarkozy et François Hollande, deux philo-sionistes atlantistes patentés. « Des néoconservateurs américains avec un passeport français », selon l’expression du transfuge socialiste Eric Besson.

    Sauf à concéder à l’auteur de ce constat l’excuse de troubles précoces de mémoire, une telle approximation est inexcusable. Que dire de l’Irak, désormais dénommé « Le pays des veuves » ? Invasion américaine, Daech.., Mossoul, Falloujah, près de deux millions de victimes. Et des dizaines d’autres quotidiennement depuis treize ans.

    La prostitution en guise de survie alimentaire. Quatre millions d‘exilés, sans la moindre assistance humanitaire. De l’Uranium appauvri, arme de destruction massive prohibée par le droit international, abondamment utilisé contre biens et personnes par « le plus vieil allié de la France » et son nouveau partenaire dans l’équipée syrienne. Un fait avéré, qui ne fera l’objet de la moindre enquête dans l’ancien journal de référence Le Monde, davantage soucieux de faire office de caisse de résonance au Quai d’Orsay avec ses enquêtes préprogrammés et ses blogs relais.

    Le tropisme philo-sioniste ou le prurit belligène du socialisme français.

    De l’expédition de Suez contre Nasser, en 1956, ordonnée par Guy Mollet, aux ratonnades d’Alger par Robert Lacoste (1955-1958), au caillassage de Lionel Jospin à Bir Zeit pour avoir traité de « terroriste » le Hezbollah libanais, l’unique formation politico-militaire du monde arabe à avoir infligé un double revers militaire à Israël (2000-2006), à l’esplanade David Ben Gourion dédiée par Khoyya Bertrand Delanoë, le Maire de Paris, au fondateur de l’armée israélienne au lendemain de l’attaque navale israélienne contre un convoi humanitaire turc en direction de Gaza…. Le registre est connu et bien tenu.

    La filiation est lointaine et ne se dément pas, remontant au grand manitou du socialisme français, Léon Blum, qui invoquera son « trop d’amour » pour son pays « pour désavouer l’expansion de la pensée et de la civilisation française », admettant « le droit et même le devoir des races supérieures d’attirer à elles celles qui ne sont pas parvenues au même degré de culture ». Cette profession de foi surprenante est parue dans le journal « Le Populaire » en date du 17 juillet 1926, sans que ce vénérable humaniste, premier chef du gouvernement socialiste de la France moderne, artisan des premières conquêtes sociales sous le gouvernement du Front Populaire (1936), ne se doute que, lui-même, à son tour, subira, quinze ans plus tard, les lois de l’infériorité raciale de la part de ses compatriotes non coreligionnaires.

    La relève : Manuel Valls et Laurent Fabius (4)

    L’éviction de la vie politique française de Dominique Strauss Khan, un des parangons d’Israël, de même que la dérive xénophobe du gouvernement israélien matérialisée par la présence au sein du cabinet de l’ultra droitier Avigdor Libermann, ministre des Affaires étrangères puis de la défense, n’ont pas pour autant réduit la vigueur du tropisme pro-israélien au sein de la hiérarchie socialiste, en ce que la relève est désormais pleinement assurée par Manuel Valls, un sarkozyste de gauche, dont il a hérité de son poste à Beauvau, ainsi que Laurent Fabius.

    Manuel Valls, lié de son propre aveu, « de manière éternelle à la communauté juive et à Israël », stigmatise le boycott d’Israël, mais non la phagocytose de la Palestine ou sa rétention des recettes d’exportation des produits de Cisjordanie. Il se place ainsi sur la même longueur que Richard Prasquier, le président du CRIF, dont la tonitruance inconditionnellement pro-israélienne s’accommode mal du positionnement qui se veut « normal » du nouveau président français. En résonance avec son comportement abusivement dilatoire dans l’affaire Georges Ibrahim Abdallah où la diplomatie française a subi les diktats de Hillary Clinton à l’époque secrétaire d’État.

    Laurent Fabius : L’esbroufe comme mode opératoire.

    L’esbroufe aura été son mode opératoire. De même que le mépris et la morgue, ses deux plus implacables ennemis. En trois ans de parade au Quai d’Orsay, Laurent Fabius aura poussé les travers français à leurs expressions les plus extrêmes. Donné toute la mesure de ses faux talents, un mélange de malveillance, de bonne conscience, d’outrecuidance, de morgue et de mauvaise foi (5).

    La propulsion du premier ministre des Affaires étrangères de François Hollande à la tête d’une prestigieuse institution, clé de voûte du système juridique et politique français, loin de constituer le couronnement d’une carrière publique exemplaire, paraît devoir s’apparenter à une opération d’évacuation par le haut d’un personnage à bien des égards calamiteux, en application du vieux adage latin, plein de sagesse, « Promoveatur ut Amoveatur » dont la traduction administrative courante se décline en français par le principe anglais du « Principe de Peter ». Au delà des lauriers, au delà des louanges, la propulsion de Laurent Fabius à la présidence du Conseil Constitutionnel signe sa congélation politique ad vitam dans un placard doré, terme ultime d’un parcours désastreux.
    En fait Laurent Fabius avait été déjà carbonisé en direct par ses amis américains incommodés par son rôle de « bad cop » tant dans les négociations sur le nucléaire iranien que sur un éventuel règlement politique en Syrie.

    Les révélations de la presse américaine sur les frasques casinotières de l’aîné des Fabuis, Thomas, -sur des faits datant de 2013 mais fuités le 29 octobre 2015 à la veille de la première conférence multilatérale de Vienne sur la Syrie-, ont retenti comme un rappel à l’ordre américain renvoyant à ses pénates le paternel de l’enfant prodige.
    En lui suggérant de se préoccuper de ses affaires domestiques plutôt que de se trémousser dans la gestion des affaires du Monde, les États-Unis lui montraient par là même le chemin de la sortie.

    Les attentats de Paris-Bataclan quinze jours plus tard, le 13 novembre 2015, à la veille du deuxième round de Vienne, ont signé la fin de sa lévitation en même temps qu’ils scellaient son sort en ce que de nombreux observateurs ont perçu ce massacre collectif de Parisiens comme la sanction d’une politique erratique du socialo motoriste François Hollande en tandem avec son âme damné Fabiuçius.

    Bachar Al Assad « ne mérite pas d’être sur terre »

    Bachar Al-Assad « ne mérite pas d’être sur terre ». Laurent Fabius ne s’imagine sans doute pas les millions de personnes qui ont formulé pareil vœu à son égard tant sa morgue, sa suffisance et ses outrances verbales ont indisposé et choqué venant du chef de la diplomatie d’un pays réputé pour sa courtoisie et sa finesse d’esprit.

    Le plus capé des socialistes, réputé pour ces somnolences dans les forums internationaux, passera ainsi dans l’histoire comme « le petit télégraphiste des Israéliens dans les négociations sur le nucléaire iranien », le piètre pensionnaire du Quai d’Orsay de la gauche française, à l’égal du transfuge sarkozyste du socialisme Bernard Kouchner.

    François Hollande, non un homme de poids, mais un homme empesé

    Atteint de plein fouet sur le plan domestique par les gazouillis de la « Première peste de France » , caramélisé sur le plan international par la défection de ses deux alliés atlantistes, les États-Unis et le Royaume Uni, François Hollande, en dépit d’une reprise pondérale n’est pas un homme de poids, mais un homme empesé, affligé d’une posture dépareillée par un langage suranné, secondé par le pire ministre socialiste des Affaires étrangères de la Vème République.

    En contre pied de l‘aîné corrézien passé à la postérité pour sa gestuelle gaulliste de Chirac d’Irak, le point d‘orgue de sa double mandature par ailleurs calamiteuse, le cadet socialiste de Tulle, à dix ans de distance, s’est laissé happé par la tourmente d’un « anus horribilis », Scipion l’Africain du Mali, en janvier 2013, Général Flamby en Syrie, à l’automne de la même année, une performance qui sonnait prématurément son crépuscule diplomatique.
    Camouflet supplémentaire, « le plus vieille allié des États Unis » n’a pas échappé à l’espionnage de son partenaire outre atlantique, qui lui a dérobé près de 70 millions de communications électroniques entre décembre 2012 et Janvier 2013, en pleine campagne du Mali et de Syrie. Véritable dindon de la farce, que n’a-t-il perçu cela avant de s’engouffrer dans la brèche syrienne alors que ce scandale marquait et l’affaiblissement et la duplicité des États Unis.

    Ségolène Royal, meilleure présidente que François Hollande.

    En cinq ans de gouvernance, seul fait indubitable, François Hollande par ses bourdes successives pourrait accréditer l’idée que Ségolène Royal, la précédente postulante socialiste à la magistrature suprême, aurait fait meilleure présidente que lui, dans tous les cas de figure, qu’il a, comble de cynisme, lui, en tant que secrétaire général du PS, elle, en sa qualité de la mère de ses quatre enfants, plaqué au paroxysme de la campagne présidentielle ; indice indiscutable d’une grandeur d’âme.

    Quarante ans après Epinay, le glorieux parti de Jean Jaurès, le parti du conquérant François Mitterrand qui rêvait d’un dépassement du socialisme par l’Europe n’est plus que l’ombre de lui-même. Un syndicat de barons arc boutés sur des privilèges surannés. Sans créativité, ni réactivité. Sans novation ni innovation. Sans vitalité. Un électro-encéphalogramme plat.

    La Syrie apparaîtra rétrospectivement comme l’ultime expédition post coloniale d’un pays en déclin : « Parmi les grands perdants de la mondialisation, parmi les grands perdants de l’Européanisation », selon l’expression de Marcel Gauchet (6), la France de François Hollande figure aussi parmi les grands perdants en Syrie et, indice patent de la déflagration mentale des socialistes français, les meilleurs alliés des Saoudiens et néoconservateurs américains, des néo conservateurs israéliens.

    « JE RESTERAI TOUJOURS UN AMI D’ISRAËL » « Tamid esha’er haver shel Israel ! »*

    Accueilli en grande pompe par Benyamin Netanyahou, dès son atterrissage à Tel-Aviv, François Hollande entendait visiblement faire honneur au « tapis rouge » que le premier ministre droitier avait annoncé dérouler pour la visite du président français. Au point de le clamer, en hébreu dans le texte : « Je resterai toujours un ami d’Israël ».

    Une déclaration qu’aucun des présidents français n‘avait osé faire auparavant, pas même Nicolas Sarkozy, qui passait jusqu’à présent comme le plus philo-sioniste des dirigeants français. Chapeau l’artiste socialiste tel qu’en lui-même l’éternité le figera. CF : Le « chant d’amour » de François Hollande « pour Israël et ses dirigeants ».

    Malheur aux vaincus : L’ingratitude est la loi cardinale des peuples pour leur survie. Le naufrage collectif du socialisme français portera les noms de Dominique Strauss Khan et Jérôme Cahuzac, de parfaits représentants de la déliquescence du socialisme et non de sa quintessence, de même que sur le plan diplomatique, le nom du tandem comique Laurel et Hardy, alias Lolo et Flamby, une risée planétaire.

    Référence

    http://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/exclu_-_julie_gayet_et_francois_hollande_leurs_stratagemes_pour_garder_leur_his

    1- La première peste de France :
    http://www.madaniya.info/2014/10/02/journalisme-metier-deontologie sport-combat/

    http://www.grazia.fr/societe/phenomenes/articles/valerie-trierweiler-la-premiere-peste-de-france-487191

    2-Scipion l’Africain (Publius Cornelius Scipio Africanus) est un général et homme d’État romain, né en 235 av. J.-C. mort en 183 av. J.-C. à Linterne en Campanie. Vaincu par le carthaginois Hannibal Barca à la bataille de Cannes, près de l’actuelle Canossa, il s’emploiera à prendre sa revanche à sa nomination Consul en 205 av. J.-C. A la tête d’une armada de 50 vaisseaux de guerre et 400 navires de transport, emportant près de 35.000 soldats, il passe en Afrique. Deux ans plus tard, il réussit à vaincre le général Carthaginois Hannon et prend le titre Scipion l’africain.

    3-Flamby : Pâtisserie sans œufs ni crème désigne péjorativement un être mollasson et onctueux. Sobriquet réservé à François Hollande avant son accession à la présidence de la république française.

    4-Le gouvernement Ayrault satisfait les Français d’Israël
    http://jssnews.com/2012/05/16/ayrault1

    Ainsi qu’ à propos du tropisme socialiste à l’égard d’Israël : La France gagnée par le sionisme, par Eyal Sivan
    http://www.rue89.com/2013/10/07/eyal-sivan-cineaste-israelien-france-est-gagnee-sionisme-246345

    5-Laurent Fabuis et la réforme du droit de veto au Conseil de sécurité de l’ONU http://www.madaniya.info/2016/02/10/5762

    6-Marcel Gauchet in « Les quatre failles d’une présidence », Le Monde en date du 1er octobre 2013, article de Françoise Fressoz, page 6.

    Illustration

    François Hollande et son prix, entourés notamment (de gauche à droite) par le milliardaire Carlos Slim et l’ancien secrétaire d’Etat Henry Kissinger le 19 septembre 2016. AFP PHOTO / STEPHANE DE SAKUTIN

    http://www.renenaba.com

  • Un peu le vertige en écoutant la RTBF à l’instant. Invité Simon Liberati à propos de son livre Eva . Je découvre la sordide histoire d’Eva Ionesco (la femme de Liberati) donc.

    Les articles complaisants et ambigus sur les abus de la mère sur la fille ne manquent pas. Et le mari qui surfe sur les abus - entre fascination et dénonciation, avec une photo d’elle ado sur la couve du bouquin bien sur.

    Irina Ionesco, photographe libre, mère toxique
    http://www.telerama.fr/scenes/irina-ionesco-photographe-libre-mere-perverse,130438.php

    Elle avait fait de sa fille, encore mineure, un modèle érotique. Au cœur du roman « Eva » de Simon Liberati, l’artiste a été déboutée de sa plainte pour « atteinte à la vie privée ». Portrait d’une femme controversée.

    « Eva » : l’amour fou de Simon Libe­rati
    http://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/eva_l_amour_fou_de_simon_liberati_348681

    Avant d’être son épouse et le sujet-objet de ce nouveau roman, Eva fut, pour Simon Libe­rati, une petite fille 13 ans perdue dans les nuits pari­siennes, et l’inspi­ra­tion d’un person­nage de son premier livre, Antho­lo­gie des appa­ri­tions, sous le nom de Marina. Et puis il y eut la troi­sième rencontre. Eva ne se contenta pas d’en­trer dans le “cabi­net de curio­si­tés” de l’écri­vain soli­taire collec­tion­neur de monstres, elle lui redonna carré­ment goût à la vie, au mariage, à l’amour.

    Je ne sais pas comment tagguer ce truc. #fascination #morbide ?
    cf. http://seenthis.net/messages/338747 @tintin @mad_meg

    J’ai préparé une intervention récemment sur les récits de femmes esclaves. Elles ont fait un travail incroyable pour dénoncer et mettre en évidence les aspects spécifiques de leur exploitation et notamment l’exploitation sexuelle et parturientale (si on peut dire ça comme ça).

    Mais voilà, le viol d’esclave est devenu un type de scène ultra présent dans les films d’exploitation, pas tant pour les dénoncer que par une sorte de fascination érotique, que dénoncent des femmes afro-américaines, même dans les oeuvres de femmes non soupçonnées de complaisante fascination morbide comme Kara Walker. Je compare des trucs pas comparables, mais au final, j’éprouve le même malaise. Ou quand la dénonciation d’abus devient une commodité culturelle abreuvant l’imaginaire pornographique ou érotique. Sur ce, je vais gerber je crois.

    • je voie bien ce que tu veux dire @supergeante par rapport à l’érotisme des scenes de viol au cinéma. Pour les violeurs et pour la plus part des hommes, le viol fait parti de la sexualité. Il y a même du monde pour dire que c’est un acte sexuel au lieu d’un acte de torture.
      Et même quant ca cherche à dénoncé. Je pense par exemple à la scène de fin de « the brave one » avec Judy Foster quant on nous montre la scene de viol complète des fois qu’on ai pas compris. Ou par exemple dans le film « baise moi » (j’ai faillit gerber et j’ai pas pu voire plus de 6 minutes du film) alors que Despentes est clairement féministe et cherche à dénoncé. Pourtant j’avais l’impression de voire un porno.

      J’ai une amie qui refuse de voire tout film qui comporte une scène de viol que ca soit pour s’y complaire ou dénoncé elle ne fait pas le tri. Cela lui limite pas mal la filmographie. Et quant je lui conseil un film je lui signale la scène a faire avancé, je me suis mise à le faire aussi car ca n’apporte rien à l’intrigue à part faire bander les misogynes.
      Et pour les femmes racisées, il y a encore plus l’aspect domination et colonialiste et raciste qui s’ajoute. Avec pour les femmes esclave le myth comme quoi elle auraient eu des privilèges en couchant avec les maitres (alors qu’il s’agit de viol bien sur pas de « coucherie »). Les femmes noirs sont en plus très sexualisées et de manière brutale car dans l’imaginaire racistes elles sont proches de l’animal et comparées souvent à des félines qui en tant qu’animal sauvage ( en rapport aussi avec le myth de la black hungy women) vont pas se laisser faire. Il y a l’idée qu’il faille prendre de force ces « panthères » pour les dresser et leur montrer tout ce qui est bon pour elles. C’est comme une aggravation du cliché de la femme qui dit Non mais pense OUI mais en multiplié de manière exponentielle.
      Le sujet de l’esclave violé par le maitre est évoqué dans « 12 years a slave » et on echappe d’ailleurs pas au sexisme dans ce film comme c’est expliqué ici ; http://www.lecinemaestpolitique.fr/12-years-a-slave-2014-lesclavage-a-travers-les-yeux-dun-heros-h

      Par rapport à Irina Ionesco je ne connais pas cette personne mais je vais aller voire mais pas maintenant. Par contre le tag #lolita me semble utilisable ici. ainsi que #cultur_du_viol et #misogynoir (que j’ai découvert il y a peu et qui désigne le sexisme spécifique aux femmes noirs et qui nous viens des féministes US.
      https://en.wikipedia.org/wiki/Misogynoir

      Il y a aussi dans le film sur la vie de Phoolan Devi, des scènes que j’ai trouvé complaisantes car Phoolan Devi a été violé par son époux alors qu’elle avait 11 ans et j’ai trouvé que le film en montrait beaucoup trop. Dans le sens que c’est pas utile de montrer autant de détails, on avait bien compris de quoi il retournais.

  • Jeannette Bougrab était la compagne de Charb ?!!!!
    http://www.jeanmarcmorandini.com/article-331153-l-emotion-sur-bfm-tv-de-jeannette-bougrab-compagne

    Extraits de la notice wikipedia
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Jeannette_Bougrab

    Jeannette Bougrab, maître des requêtes au Conseil d’État, membre de l’UMP. Elle a été présidente de la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (HALDE) du 16 avril 2010 au 14 novembre 2010, date à laquelle elle est nommée au secrétariat d’État à la Jeunesse et à la Vie associative dans le gouvernement de François Fillon. En 2013, elle est chroniqueuse dans le Grand Journal de Canal+, présenté par Antoine de Caunes. Elle est aussi membre du conseil d’administration de l’Institut du monde arabe, du Conseil d’analyse de la société et du Conseil d’orientation et de réflexion de l’assurance (Cora) dépendant de la Fédération française des sociétés d’assurances (FFSA). Lors des élections législatives des 10 et 17 juin 2007, elle est candidate investie par l’UMP dans la 18e circonscription de Paris (Barbès, porte de Clignancourt, une partie des Grandes Carrières, Montmartre) face au député socialiste sortant, Christophe Caresche. À l’issue d’une campagne violente, distancée lors du premier tour malgré le soutien de personnalités comme David Douillet, Luc Ferry et Alexandre Adler, elle perd au soir du second tour avec 36,71 % des voix contre 63,29 % pour Christophe Caresche, réalisant le plus bas score jusqu’alors enregistré dans la circonscription pour une élection législative, nettement en dessous de celui réalisé par Xavier Chinaud lors de la législative de 2002 avec 42,63 %9, et par ailleurs, le second plus bas score de la droite à Paris lors de scrutin. Décrite dans les médias comme proche de Claude Guéant et d’Alain Juppé. Elle se réclame de la droite, se déclare partisane du gaullisme social.

    A la HALDE : elle est, en interne, contestée par des salariés, qui lui reprochent « un management brutal et irrespectueux » et désavouée par certains de ses services qui défendent, contre sa volonté, une salariée de la crèche Baby-Loup licenciée pour avoir porté un voile. En juin 2010, elle est mise en difficulté par Le Canard enchaîné qui l’accuse d’avoir obtenu le doublement de son indemnité de présidente de la HALDE (passant de 6 900 à 14 000 euros mensuels), affirmation qu’elle récuse et contre laquelle elle porte plainte pour diffamation : Jeannette Bougrab est finalement déboutée en mai 2011, le tribunal correctionnel de Paris estimant que l’enquête menée par le journal était sérieuse et les chiffres avancés étaient « tout sauf fantaisistes ».

    Elle était la compagne de Charb...

    #Charb #Charlie_Hebdo #Jeannette_Bougrab #HALDE

  • Royal de Luxe/Coca-Cola, David contre Goliath - Gala
    http://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/royal_de_luxe_coca-cola_david_contre_goliath_320380

    Selon le texte de l’assignation qu’a pu examiner l’AFP, une perquisition s’est tenue le 24 janvier 2013 à Coca-Cola France, dont le siège est en région parisienne. Une fouille qui a permis à la justice la saisie de courriels, où l’on peut lire l’intérêt porté par la multinationale aux personnages de Royal de Luxe. Parmi ces messages, apparaît un avis juridique d’avocats de Coca avisant la société de ne pas lancer cette campagne publicitaire sans l’accord de Royal de Luxe.

    Au final, Royal de Luxe vient d’assigner en justice Coca devant le tribunal de commerce de Nanterre (Hauts-de-Seine), pour « parasitisme ». L’audience a été fixée au 4 septembre. Certains éléments du dossier vont être clarifiés lors d’un point presse le 2 juillet prochain.

    #CocaCola #RoyalDeLuxe #publicité

  • Helena Costa ne viendra pas à Clermont ? « C’est une femme », explique le président du club | Pop & Sport
    http://www.popnsport.com/football/125663/helena-costa-ne-viendra-pas-a-clermont-cest-une-femme-explique-le-preside

    Helena Costa a finalement refusé d’entraîner le club de football de Clermont. Un volte-face qui interpelle, alors que la Portugaise devait être la première femme à coacher un club de football professionnel en France. A-t-elle été effrayée par le sexisme ambiant ? À entendre les raisons avancées par le président du club, Claude Michy, elle a peut-être eu raison…

    #sexisme #football #ah_les_femmes

    • « C’est une femme. Une femme peut faire croire aux hommes un certain nombre de choses. Moi, j’ai cru. Comme je l’ai dit aux joueurs, ce n’est pas la première fois qu’un homme est abandonné par une femme. Donc je suis à égalité avec beaucoup, parmi vous je pense qu’il y en a pas mal qui comprennent pas les femmes, c’est aussi rassurant car ce n’est pas un cas d’espèce. »
      #sportif_français #sport #confusion_hormonale #abruti
      Inutile de lire les explications de Helena Costa effectivement !

    • Nada foi por isso súbito e inesperado, decorreu sim de uma série de episódios ao longo do tempo.

      @fil, sur tf1 hier, itw très complète « amateurisme et manque de respect », mais pas eu envie de mettre le lien (…) d’autant qu’on peut lire entre les lignes une certaine défiance vis à vis d’Héléna Costa. On trouve aussi une interview du directeur sportif, Chavanon,
      http://www.lamontagne.fr/auvergne/sports/actualite/football/2014/05/24/olivier-chavanon-je-ferai-le-meme-travail-quavant_11015881.html
      peu après qu’Héléna ait été nommée à Clermont, où il dit en substance qu’il continuera son job (comme si elle n’existait pas) et choisira lui-même les sportifs, très classe l’accueil. J’ignore le mode dans lequel son arrivée s’est faite, le milieu sportif est toujours assez #crétin_basic, c’est même ce qui le caractérise le mieux, question de culture occidentale et de dichotomie cerveau/corps. Ça continuera tant qu’on opposera intellectuels et sportifs dès l’enfance où par exemple il suffit de porter des lunettes pour être classé dans une case. Donc plaignons ces pauvres décideurs sportifs qui se retrouvent privés de l’usage de leur cerveau depuis la maternelle.

    • Il y a des fois où je me dis qu’on devra se résigner à ne constater aucun progrès de notre vivant...
      Passe les jours et les semaines, y a que le décor qui évolue, le scénario et les rôles eux, restent désespéramment les mêmes..
      #vivement_la_fin...

      http://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/ludivine_sagna_et_sandra_evra_font_des_vagues_au_bresil_319818

      Mais au milieu de cette folle rumeur qui ferait de nos femmes de footballeurs françaises de vraies “Wags” (terme anglais pour définir les épouses et petites amies caricaturales de sportifs), certains plaident la machination. Sur Twitter, une journaliste de Paris Match actuellement à Rio de Janeiro explique que cette information n’est qu’une “pure invention des médias restés en France”. Ni Ludivine Sagna ni Sandra Evra n’auraient demandé à changer d’hôtel. Qui croire depuis Paris ?

      L’arrivée des épouses de Patrice Evra, Bacary Sagna, Yohan Cabaye et Mathieu Debuchy est en tout cas un évènement en soi. Ces jolies compagnes de Bleus se sont immortalisées sur Twitter dans l’avion qui les conduisait à Rio. Le cliché a été repris partout et semblait surtout montrer le visage sympathique et détendu d’un groupe de supportrices amoureuses.

    • Bon, un peu d’espoir quand même (allez !) :

      Le site de l’Équipe titre « On m’a manqué de respect », d’un point de vue exclusivement moral et sentimental (« très déçue du comportement des dirigeants »), attributs de l’éternel féminin donc, alors que l’essentiel des critiques d’Héléna Costa porte, pièces à l’appui, sur l’incompétence et l’amateurisme de l’encadrement du club qui l’avait embauchée.

      Mais contrairement au fond et au ton de l’article, la très grande majorité de la cinquantaine de commentaires et tous les commentaires les plus appréciés soulignent les motifs professionnels du départ, chargent la direction du club pour son attitude et félicitent la technicienne pour son courage, avec au passage des remarques sur le milieu machiste du foot.

      En raisonnant a fortiori à partir du lectorat présumé mâle-hétéro(-beauf) de L’Équipe, voilà qui pourrait laisser penser que « l’opinion publique » en général est beaucoup moins phallocrate et misogyne que les patrons et les médias. En raisonnant a fortiori.

      (A moins que la ficelle sexiste de la direction pour se dédouaner fût trop grosse, tranchant avec une euphémisation rampante de la parole sexiste et la « sociétalisation » du sexisme...)

    • Ah oui @zorba, j’avais remarqué aussi que sur des sites « beaufs » les commentaires étaient à contrario du discours sexiste dominant. Et des habitants de Clermont-Ferrand, ville de province pas très attractive à priori, écrivaient qu’ils avaient honte d’avoir de tels crétins en devanture pour l’Auvergne.

    • Mise au point assez cinglante de Costa :

      La Portugaise Helena Costa, qui a renoncé à entraîner Clermont, a réglé hier ses comptes avec le club auvergnat, l’accusant dans un communiqué d’avoir recruté des joueurs sans son accord.

      Sa décision de quitter son poste « n’était pas précipitée et inattendue, mais intervient après une série d’épisodes qui se sont déroulés au fil du temps. Mon départ est surtout dû au fait que le directeur sportif », Olivier Chavagnon, « recrutait des joueurs sans mon accord, pour une équipe que je devais mener et dont je devais être responsable, sans me mettre au courant », écrit-elle.

      « Je considère inadmissible que, dans une structure de football professionnel, un entraîneur apprenne le recrutement de joueurs par le secrétariat du club, à travers une liste de joueurs soumis à des tests médicaux », s’insurge Helena Costa.
      « Tu me fatigues avec tes mails… »

      Le directeur sportif tardait selon elle à répondre aux messages et mails qu’elle lui envoyait pour demander des explications. Il a fini, selon elle, par lui envoyer le mail suivant au ton peu amène : « Tu me fatigues avec tes mails, je ne suis pas ton exécutant, je ne suis pas à ta disposition ».

      Helena Costa indique avoir informé dès dimanche le président du club, Claude Michy, de ce différend, prévenant qu’elle pourrait démissionner si le directeur sportif continuait à s’occuper directement de l’équipe.

      Devant le silence du président, qui avait coupé son téléphone portable, Helena Costa lui a fait part lundi de sa décision de quitter le club.

      http://www.ladepeche.fr/article/2014/06/25/1907048-clermont-les-dessous-de-l-affaire-costa.html
      #machisme #mépris

  • John Casablancas, créateur de l’agence Elite, est mort
    http://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/john_casablancas_createur_de_l_agence_elite_est_mort_294410

    John Casablancas révolutionne surtout l’approche du métier dont les fers de lance, Eileen Ford et Wilhemina Cooper, avaient une vision un peu rétrograde à l’époque, oeuvrant comme des chaperons. En 2000, à propos de ses « filles », il expliquait dans une interview au Chicago Sun Times : « Nous leur avons donné beaucoup d’argent, ainsi qu’un nom et une personnalité. Nous les avons laissées donner des interviews. Tout à coup, elles sont devenues des super modèles ». John Casablancas, quand on le comparait à ses prédécesseurs glissait : « Ford était prude, pas moi ».

    L’une des stars de « Beauté fatale » (au chapitre « Banalité du pygmalion lubrique »)
    http://www.editions-zones.fr/spip.php?page=lyberplayer&id_article=149
    (Je sais, je fais bien les nécros)

    #mannequinat #mode

  • http://www.gala.fr/l_actu/le_mag_en_kiosque/gala_n_971_du_18_au_25_janvier_2012_251832
    Rencontre

    Jean-Luc Mélenchon : l’autre visage d’un trublion de la politique

    Son enfance, sa vie privée, sa rupture avec ses camarades socialistes… Alors qu’il se lance dans sa première campagne présidentielle en tant que candidat, le leader du Front de gauche accepte de se confier comme jamais.
    Propos recueillis par Candice Nedelec - Photo : Nicolas Gouhier/Abaca

    Ouais ...
    Génial ...


    Quelle bonne idée ...

    • Et c’est ça qui doit représenter la « gôche » ? Le facteur chez Drucker, et le « punk » dans Gala entre Loana et Carla... Après ça ils se demandent pourquoi les français vont voter front national.
      Certainement encore une bonne idée de Clémentine. À gerber :-(
      #it_has_begun

    • Le monde diplomatique a une diffusion de moins de 200 000 exemplaires. Libération d’à peine plus de 100 000. Il y a des gens qui lisent autre chose. On peut penser que ce sont des crétins qui lisent des conneries. On peut aussi vouloir les aider à en sortir. Et cela ne se fait qu’en allant à leur rencontre.

    • Toujours aussi paradoxal le bonhomme, d’un côté il crucifie un apprenti journaliste, certes crétin, parce qu’il lui pose des questions idiotes, ou il se paye Apathie en direct mais de l’autre il n’hésite jamais à faire dans le people un peu partout dès que l’occasion se présente. Alors, certes, si on veut diffuser un message auprès de ceux qui ne lisent pas nécessairement les argumentaires politiques ou la presse militante, on est obligé de multiplier les canaux mais je ne suis pas certain que taper dans ce genre de presse, surtout de cette façon là, ait le moindre intérêt.
      Décidément, j’aime assez la chanson du Front de gauche, mais le chanteur s’aime beaucoup trop pour m’être sympathique.

    • M’ouais, p’têtre qu’il faut porter sa croix et aller draguer le blaireau dans son antre mais quand je regarde la trajectoire du facteur qui est allé se vautrer dans les fauteuils de Drucker, ça donne rien de bon pour notre artiste.
      Stéphanie, Carla, Loana et Jean-luc... Cette gôche là c’est plus la mienne
      #fausse_gauche #rebellion

    • http://www.acrimed.org/article2925.html
      et
      http://www.acrimed.org/article2924.html

      Compromis inévitable (qui permet de s’adresser à des millions de téléspectateurs) ou compromission inacceptable (qui contribue à dépolitiser la politique) ? Le passage d’Olivier Besancenot dans l’émission de divertissement du très sarkozyste Michel Drucker relance le débat sur les rapports entre les contestataires et l’ordre médiatique existant

    • Nous savons notre système pourri, à jeter. Être de gauche c’est combattre ce système, combattre cette m#@$% qui fait qu’on a plus de services publics, qu’en Grèce ils crèvent de faim, que les impôts de nos enfants et petits enfants sont déjà dans la poche de cette minorité qui aliène TOUT.
      Comment Drucker et Gala, qui représentent le système, peuvent-ils mettre en valeur ceux qui sont sensés le détruire ? J’ai pas de réponse.

      La seule réponse objective est que non seulement le système ne les considère pas comme dangereux, mais mieux que ça, il les considère comme positif pour son développement.

      De toutes façons, on ne peut pas sortir indemne de 30 ans de socialisme français et que Jean Luc finisse dans Gala c’est finalement une belle fin.

      #amen