Récit de mon voyage en Israel

/recit-de-mon-voyage-en-israel.html

  • Etat d’Urgence - Ce qui va changer... - Korben
    http://korben.info/etat-d-urgence.html

    En effet, si je mets de côté tout ce que je peux lire dans la presse régionale concernant des perquisitions administratives qui n’ont rien à voir avec le terrorisme, je viens d’avoir la confirmation par un de mes lecteurs qu’au moins une perquisition administrative concernant une affaire de piratage informatique a eu lieu. Elle a été menée dans l’est de la France par la gendarmerie nationale (Division délinquance économique, financière et numérique) et il s’est fait saisir son matos (ordis, tablettes...) et on cloné son téléphone.

    On voit donc bien que certains (préfets, Ministère de l’Intérieur...etc.) profitent de l’état d’urgence pour taper dans tous les sens. Et à moins que vous soyez juge, journaliste, parlementaire ou avocat, vous n’êtes pas à l’abri, car comme on l’a vu à Limoges, une simple dénonciation par un anonyme peut déclencher ce genre de procédure. J’espère pour vous, que vous vous entendez bien avec vos collègues ou vos voisins.

  • #Israël, un pays en mode start-up
    http://www.presse-citron.net/israel-un-pays-en-mode-start-up

    attendons-nous à une série d’articles sur l’ambiance high-tech de la côte ouest d’Israël ; on y discute excellence technologique, rôle de l’armée, relations avec les Palestiniens, etc.

    et pour l’anecdote et les jolies filles :

    Chez Google Haifa, il y a un télescope braqué sur la plage

    • En bas d’article, la liste des braves blogueurs qui participent à cette « flotille » de blogueurs embedded :

      FRENCH WEB – Bertrand LENOTRE
      KORBEN – Manuel DORNE
      ACCESSOWEB – Philippe LAGANE
      LOCITA – Jeremy BENMOUSSA
      LE JOURNAL DU GEEK – Benjamin MORIN
      PRESSE-CITRON – Eric DUPIN
      STAN ET DAM – Damien DOUANI
      GONZAGUE – Gonzague DAMBRICOURT
      TECHCRUNCH France – Cedric GIORGI
      READ WRITE WEB France – Fabrice EPELBOIN
      GIRLZINWEB – Jessica GAUZI

      Korben ? Read Write Web ? Oué cool. Les gars, à la prochaine invasion du Liban, bombardement au phosphore de Gaza, femme enceinte bloquée à un checkpoint de Cisjordanie : mettez votre casquette en souvenir de votre chouette voyage de propagande.

    • Et c’est carrément navrant. On n’échappe réellement à aucun poncif du genre.

      Disons que les militaires sont un peu plus nombreux que ceux qu’on peut voir Gare du Nord mais que ce n’est pas non plus oppressant. En plus comme il y a beaucoup de nanas, ça passe ;-)

      Ce qui est assez frappant, tout de même, c’est le niveau zéro en tout de ce « reportage ».

      Tu te rends compte non mais tu te rends comptes (non mais c’est dingue, tu peux pas te rendre compte) :

      c’est là que j’ai appris que c’était la branche israélienne de Google qui avait proposé et bossé sur l’affichage d’images et de news dans les résultats de recherche (Google Preview et Google Instant) ainsi que sur certaines fonctionnalités de Gmail comme la suggestion de contacts supplémentaires.

      Les très classiques : je fais semblant de ne vraiment pas comprendre. Ici : l’importance du militaire dans la recherche, ce qui n’est vraiment pas neutre, mais eux, hein, ils ne se contentent pas de vendre du sable (et à la fin du paragraphe, on a oublié l’importance du militaire dans le développement de ce magnifique pays qui fait fleurir le désert - argument classique du négationnisme sioniste). En un paragraphe, on part de l’omniprésence militaire dans le développement technologique, pour parvenir à parler d’un « cercle vertueux » :

      Autre aspect de l’omniprésence militaire, c’est l’importance des subventions que consacre l’état aux filiaires techniques et aux travaux de recherche de ses étudiants. Là bas, tout est prétexte à être transformé en business. Lorsqu’une techno sort d’un labo de recherche, l’armée se demande comment l’utiliser pour elle, et bien sûr si cette techno est exploitable (dans le civil), l’Etat ne se fait pas prier. Israël est un quasi-désert dont la taille s’approche de celle du Salvador ou de la Slovénie et depuis toujours, le pays est obligé d’innover pour faire pousser ses cultures ou tout simplement pour produire sa propre richesse. Alors plutôt que d’exporter du sable à destination de tous les Paris-Plage-Like du monde (joke, hein), ils ont mis le paquet sur les nouvelles technologies. Ils sont donc dans un process constant d’innovation. C’est un cercle vertueux qui procure au pays une richesse technique et intellectuelle vraiment unique. Je vous mentirai si je vous disais que je n’étais pas un peu jaloux de ça… En France, on s’épuise pas mal à subventionner des industries sur le déclin, occultant les entreprises de demain… dommage.

      Après ce poncif qu’ailleurs on pourrait prendre pour de l’antisémitisme :

      Là bas, tout est prétexte à être transformé en business.

      on a droit à cette naïveté trop mignonne, l’imprévu pas prévu :

      Un truc qui n’était pas prévu, la visite du mémorial de l’holocauste Yad Vashem.

      M’enfin le plus beau, c’est le paragraphe introductif, qui explique qu’il a clairement identifié le truc comme une de ces pratiques doublement malsaines (parce que les journalistes sont invités tous frais payés par quelqu’un qui a quelque chose à leur faire dire, et parce qu’il s’agit d’une opération de communication d’un pays qui pratique la guerre préventive et la colonisation à outrance), mais qu’en fait, il a bien réfléchi et ça n’est pas malsain :

      Pas besoin de se le cacher, ce voyage est clairement une opération de communication pour la fondation et pour Israël mais les bases m’ont semblé très saines, et après avoir échangé quelque mails avec mon ami Fabrice Epelboin, très au fait de ce genre de choses, « expert » en révolutions Arabe et lui aussi défenseur des libertés numériques, j’ai décidé d’accepter l’invitation avec grand plaisir, sachant qu’il serait aussi du voyage. Dans l’organisation, ça n’a rien différent des opé bloggeurs auquelles je participe ponctuellement ou des voyages de presse organisés pour les journalistes.

    • ah t’as raté des trucs : par exemple les filles super mignonnes avec leur uzi en bandoulière, et le jérébi vachement courageux dans sa vie d’ultra religieux avec sa super femme qui s’occupe des 8 enfants, etc. Non, il faut le lire in extenso.

    • J’y ai pensé : j’ai cherché les commentaires magnifiquement humanistes de Berrebi pendant les massacres israéliens contre Gaza et le Liban en 2006, mais je n’ai pas trop poussé : je ne veux pas déprimer toute la journée.

    • la version de l’AFP est presque identique :
      http://www.cyberpresse.ca/international/moyen-orient/201106/26/01-4412645-israel-le-service-militaire-prepare-les-futurs-ingenieurs.php

      « Dans les moments de doute ou de crise pendant mes études, je me disais que si j’avais pu marcher 60 kilomètres en une nuit, je pouvais triompher de tout et de n’importe quoi. Je n’ai pas attrapé le côté "guerrier" de l’armée, mais plutôt cette volonté qui fait que quand tu as envie de quelque chose, tu peux l’avoir », assure cet étudiant en nanotechnologies.

    • Ce point me semble important :

      C’est d’ailleurs la raison initiale de notre visite : participer à la conférence Facing Tomorrow.

      Conférence annuelle organisée par le Président d’Israël :
      http://www.presidentconf.org.il/en/minisite2011_en.asp

      Du coup, ça interroge sur l’idée qu’il s’agit d’une « initiative » de l’association machin pour dix pauvres blogueurs français. Parce que Shimon Peres ne paie pas Tony Blair pour venir faire un speech devant dix andouilles de blogueurs français. C’est un gros machin, cette conférence, avec des chefs d’État et des élus de partout.

      Ce que je veux dire : nos valeureux blogueurs de complaisance font mine de croire qu’ils sont bien invités « à l’initiative » de la fondation France-Israël de Nicole Guedj, alors qu’Israël sous-traite une partie de l’énorme machinerie de communication autour de la « Israeli Presidencial Conference » à cette association.

      Comme on est sur le Web français, c’est cette partie de la comm qu’on perçoit, mais je suis certain qu’il y a des centaines d’initiatives comparables, dans tous les domaines, dans le monde, autour de la conf de Shimon Peres.

    • Marrant : Angry Arab a écrit un billet très vachard (et réjouissant) contre Amos Oz dans le Akhbar [Amos Oz, qui a beaucoup impressionné nos blogueurs de complaisance]. Puis il a publié une traduction sur son blog. On est en plein dans le sujet.

      The Angry Arab News Service/وكالة أنباء العربي الغاضب : Translation of my article on Amos Oz
      http://angryarab.blogspot.com/2010/03/translation-of-my-article-on-amos-oz.html

      Since the nineties, the Al-Saud media have been adopting the logic of surrender to Israel through the exaggeration of the size (although I do not acknowledge its existence) of the so-called peace camp. “Al-Hayat” newspaper and others published praises for Shimon Peres, and the victory of the Labor in the elections became a realization of the promise and an achievement of victory. Ibrahim Al-Arees (who a year ago considered that the “Initiative” between King Abdullah for interfaith dialogue and between Shimon Peres is the greatest initiative in the history of mankind) called on “Al-Jazeera” and Arab media in general to host Amos Oz, because of his positive positions (in his opinion). The release of the book ”A Tale of Love and Darkness” was an opportunity to unleash a Saudi media campaign to urge Arabs to fall in deep love and affection with Amos Oz and other Zionists (Saudi and Hariri media started talking about pressure on Netanyahu from the “right” in his government, and that the Likud has become a middle or left in the Arab media criteria, which deals with «Kadima» as if it belongs to the far left). “The New York Times” published a long article on the Arabic version of the book, and included quotes of Abdo Wazen and bleak comments from Oz, in which he called the Arabs to accept Israel as a “refugee camp”, just like the Palestinian camps. This idiotic analogy wants us to believe that a state which has received more than one hundred billion dollars in American aid since the sixties only, which has a huge arsenal of weapons of mass destruction, which bombed during its history Tunisia, Sudan, Egypt, Lebanon, Palestine, Jordan, Syria and Iraq, which invaded the Arab countries surrounding Palestine, is comparable to the camp of Sabra and Shatila. Amos Oz preached to the Arabs, and they listened diligently.

      But Abdo Wazen asked the Arabs, from a well-informed point of view (always), to read Oz and asserted that the man is a leftist. (And Wazen errs and tumbles when he talks about non-Arabic literature, as we recall that he had invited the Arabs to read the “intellectual” writings of Solzhenitsyn (the man has no intellectual writings), he also called on them to read his memoirs (he never wrote any memoirs, except for one article about his life). Wazen, who does not understand any Hebrew, talked about the contributions of Oz in the “revival” of Hebrew. If Wazen was really concerned about the revival of the Hebrew language, he would’ve read the writings of the true reviver the Hebrew language, I mean the founder of the so-called “cultural Zionism”, “Ahad Ha’am” who wrote critically of the practices of Zionism in 1891 and said that the Palestinian people never left any land unplanted, unlike the Zionist propaganda about “flowering of the desert”.