Le site du journal Le Postillon

https://www.lepostillon.org

  • La prescription du dr Véran : encore plus d’écrans

    Partout, le #désert_médical progresse. Services d’urgences fermés la nuit, impossibilité de trouver un médecin traitant, délais d’attente s’allongeant pour avoir accès à un spécialiste : à #Grenoble comme ailleurs, l’offre de soins dans la « start-up nation » est en chute libre.
    Quels remèdes face à ce terrible diagnostic ? Sans aucune originalité, le ministre de la Santé Olivier Véran impose un traitement : « Dans le domaine de la santé, le #numérique il va être partout, il est déjà partout mais il sera encore plus partout. »

    Le « dégradé » à la mode

    Alors que le service des urgences de la clinique mutualiste et de l’hôpital de Voiron fonctionnent en mode très « dégradé », n’acceptant plus de patients la nuit sauf cas extrêmes, comment ça se passe aux dernières urgences fonctionnelles de la cuvette ? Mi-novembre, Le Postillon a passé un bout de nuit dans celles de l’hôpital Nord, et papoté avec quelques patients et soignantes.

    https://www.lepostillon.org/-Decembre-2021-Janvier-2022-.html

    #Le_Postillon, journal en papier.

    @rastapopoulos
    A propos de : https://seenthis.net/messages/938803#message938867

    « Pensez-vous qu’il faut obliger les soignant.e.s à se faire vacciner, sans quoi ils perdent leur taff ? »

    Bah… oui. [...] Ya rien de réactionnaire à ça, et c’est même fou qu’on finisse par trouver réac de faire… le B.A.BA des choix de santé publique.

    Où sont les choix de #santé_publique, svp ?

    Voir aussi : https://seenthis.net/messages/939138

    • Je ne vois absolument pas le rapport avec la choucroute. :p

      T’as pas encore remarqué depuis deux ans, qu’en gros absolument tout le monde ici sur seenthis critique tout autant les anti-sanitaires/négationnistes de l’épidémie, que le gouvernement qui fait en majorité n’importe quoi aussi ? Et qui est rassuriste tout autant pour d’autres raisons (pour ne pas avoir l’air d’avoir un bilan pourri, pour pousser au travail et à la reprise économique, pour économiser du fric et ne pas faire de gros travaux, etc, etc).

      Donc les choix de santé publique, c’est pas les choix du gouvernement, bien évidemment. C’est :
      – le masque dans tous les lieux clos et en extérieur si foule dense
      – des travaux de grandes ampleurs dans tous les bâtiments (publics ET privés) qui accueillent du monde, pour avoir des aérations dignes de ce nom (comme il a été dit : l’aération is the new hygiène des mains : un truc majeur qui en le généralisant peut faire baisser nombre de maladies sans industrie chimique compliquée)
      – vulgariser à grande échelle le fait que ça se transmet par aérosol et non par les surfaces
      – et donc logiquement refermer plus souvent les bars et restos qui sont des lieux clos où les gens sont structurellement sans masques
      – prendre en compte la transmission dans les écoles (et donc là aussi fermer plus souvent des classes)
      – arrêter de péter l’hopital public et remettre des moyens dedans
      – et donc LES vaccinations obligatoires (le covid parmi plusieurs autres) de toutes les maladies pouvant se transmettre facilement dans un lieu comme l’hopital pour tous les personnels de santé qui cotoient donc toute la journée des personnes fragiles : LA BASE
      – etc etc

      Et donc de nombreux choix pas du tout faits par le gouvernement, qui n’en fait ponctuellement certains que si dans sa balance ça ne réduit pas trop l’économie notamment.

      Et donc comme le dit @biggrizzly, fausse alternative, c’est pas antivax ou gouvernement, c’est ni l’un ni l’autre, et c’est pas sur leurs basesà eux qu’on détermine ce qui devrait être important ou utile de faire ensemble (ensemble en tant que groupe qui se coordonne pour avoir une politique commune de santé publique, pas chacun dans son coin en tant qu’individu).

    • @rastapopoulos @biggrizzly

      « Ensemble en tant que groupe qui se coordonne pour avoir une politique commune de santé publique »  ?!?

      Mais pour cela il faudrait instaurer un #rapport_de_force avec le gouvernement. Il me semble.

      Et lorsque l’on traite ceux qui ne veulent pas se faire vacciner d’assassins comme le fait Arno*, avec tout le mépris qui va aux manifs anti-passe sanitaire, lorsque l’on ne défend pas les soignants opposés à l’obligation vaccinale sous peine de licenciement comme tu le fait, comment créer ce rapport de force et cette « politique commune » ? SVP ?!

      Bref, comment ne serait-ce que tenter de changer la situation sans soutenir, voire même en justifiant - quant on ne fait pas dans la surenchère - les mesures gouvernementales, ceux qui luttent sur place pour la faire changer ?

      J’aimerais vraiment que l’on m’explique comment réaliser cette géniale quadrature du cercle. A moins que ce ne soit le degré zéro de la stratégie politique...

      Autrement dit, cet « ensemble en tant que groupe » - qui est bien abstrait, donc - semble ne concerner que les vaccinés à jour de leurs combien de doses, déjà ? Et avec ou sans QR code pour le prouver ?

      L’entre-soi confortable des gens raisonnables et éclairés... ?!?

      En définitive, le mépris flagrant et la moquerie de la gauche à l’égard des préoccupations légitimes des gens (concernant les confinements, les vaccins ou les passeports sanitaires) sont honteux. Non seulement ces préoccupations sont enracinées dans des difficultés réelles, mais elles découlent également d’une méfiance légitime envers les gouvernements et les institutions qui ont été indéniablement capturés par les intérêts des entreprises.

      https://qg.media/2021/11/30/le-naufrage-de-la-gauche-politique-face-au-covid-par-toby-green-et-thomas-fazi

      Un texte un peu naïf sur la « gauche progressiste », mais qui résume bien la situation de décomposition du soi-disant camp de l’émancipation.

    • C’est sûr qu’on a pas du tout déjà mille fois répondu sur le fond dans mille fils… : il y a décorrélation complète entre les raisons de nos avis, et les raisons des actions du gouvernement. Ce n’est pas parce que ces raisons ne sont pas les tiennes qu’on n’y a pas déjà répondu. :)

      Pourquoi diable est-ce qu’on instaurerait un rapport de force avec le gouvernement pour défendre les soignants opposés à la vaccination… alors que comme déjà dit, c’est juste la base en santé public : le principe même d’être soignant c’est être tous les jours en contact très rapproché avec uniquement des personnes faibles. Toutes les personnes intervenants dedans doivent être vaccinées pour les maladies qui se transmettent le plus à une période donnée. Ya strictement rien de nouveau, tous ces gens, ont déjà l’obligation d’être vaccinés pour X maladies de ce genre, et le covid est une de plus car il remplit tous les critères d’une maladie dangereuse, qui se propage très beaucoup et très facilement dans un lieu comme l’hôpital, et qui tue une part non négligeable des personnes faibles qui sont dedans. Ya strictement aucune raison de laisser approcher ces gens sans avoir toutes les tranches d’emmental à la fois (masque + vaccin + désinfection + aération + etc etc).

      La question c’est pas « qu’est-ce qu’on pourrait bien faire contre le gouvernement », la question c’est « qu’est-ce que nous, en tant que collectif porteur de valeurs d’émancipation, on aurait fait/on aimerait faire comme décisions/actions pour prendre en compte l’épidémie et réduire les risques de morts et de cas graves là à court terme en premier lieu » (le dernier point est important car il est trop facile de dire « si si si on réduisait plein de pollutions en 30/50/100 ans de changements, alors yorait moins de maladies industrielles et donc nos corps seraient en moyenne en meilleure santé », ce qui est vrai aussi mais laisse concrètement crever et devenir handicapés des millions de gens là maintenant = darwinisme social). Réponse à avoir bien sûr en ayant pris en compte ce qu’on sait de plus précis au fur et à mesure : transmission par aérosols et non par surface, etc. Et réponse à avoir bien sûr again en partant du principe qu’on est pas négationniste/rassuriste de l’épidémie et de sa dangerosité.

      Sans aucun rapport avec le gouvernement, en prenant en compte les savoirs du moment, il est parfaitement possible que certaines de nos décisions aillent à l’encontre de l’État ou de l’économie (arrêter d’aller travailler dans certains lieux, faire des travaux d’aération avec l’argent public) et d’autres aillent dans le même sens (porter le masque dès qu’on est dans un lieu clos ou en foule extérieur). Ce qu’ont fait des communautés comme les zapatistes (dont la plupart qui devaient se déplacer sont vaccinés contre le covid). Bref on se répète quoi, notre baromètre n’est pas en se comparant à l’État.

      Et si on avait suivi les mêmes demi-raisonnements depuis 40 ans de sida, j’imagine pas l’hécatombe… ("l’État dit qu’il faut se masquer le pénis mais c’est faux", « c’est seulement les homos et les personnes faibles qui transmettent ça et qui ont un risque », etc etc). Encore heureux que les groupes de malade ont mélangé savoirs savants (comment la maladie se transmet vraiment maintenant qu’on sait, quels médicaments peuvent repousser ou réduire la maladie ou la souffrance) et savoirs personnels… et non pas les assertions complotistes ou anti-sanitaires qui étaient apparues de même dès le début de l’épidémie de sida, aussi bien chez des complotistes que chez des racistes ou homophobes dans les gens au pouvoir (on a plusieurs décennies de documentation, d’archives, pour faire le bilan de ça).

    • @rastapopoulos

      Pourquoi diable est-ce qu’on instaurerait un rapport de force avec le gouvernement pour défendre les soignants opposés à la vaccination

      Lorsque l’on ne veut rien comprendre ( bis repetitam ) : pour défendre un service public de soin, banane !

      notre baromètre n’est pas en se comparant à l’État

      Lorsque l’on ne veut rien comprendre ( ter repetitam ) : mais peut-être faudrait-il faire preuve de plus d’imagination politique...

      Si je comprend bien le sens de ta réponse, il n’y a pas de problème politique, que des solutions techniques ?!?

  • À Grenoble, une écologie sauce tartuffe - CQFD, mensuel de critique et d’expérimentation sociales
    https://cqfd-journal.org/A-Grenoble-une-ecologie-sauce
    paru dans CQFD n°201 (septembre 2021), par Emilien Bernard, illustré par Nardo

    Du 16 au 28 septembre aura lieu la primaire écologiste, chargée de désigner le candidat « vert » à l’élection présidentielles 2022. Parmi les cinq aspirants déclarés, un certain Éric Piolle, maire de Grenoble depuis 2014, ancien ingénieur informatique ayant le vent médiatique en poupe et se rêvant un destin national. Et tant pis si son bilan écologique municipal est proche du néant, comme le détaille un journaliste du canard local farouchement indépendant Le Postillon dans son livre Le Vide à moitié vert – La gauche rouge-verte au pouvoir : le cas de Grenoble. On lui a posé quelques questions.

    https://seenthis.net/messages/297717
    https://seenthis.net/messages/928778
    Grenoble : le « modèle » vert et rouge
    https://cqfd-journal.org/Grenoble-le-modele-vert-et-rouge

  • Présidentielle 2022 : Yannick Jadot plébiscité par les sympathisants EELV, loin devant ses adversaires de la primaire, selon notre sondage
    https://www.francetvinfo.fr/politique/eelv/primaire-eelv/presidentielle-2022-yannick-jadot-plebiscite-par-les-sympathisants-eelv

    À la question « quelle personnalité ferait le meilleur candidat écologiste en vue de l’élection présidentielle de 2022 ? », 69% des sympathisants EELV répondent par le nom de l’eurodéputé. Yannick Jadot apparaît ainsi loin devant l’ancienne porte-parole du parti Sandrine Rousseau (11%), la présidente de Génération écologie et ancienne ministre de l’Écologie Delphine Batho (8%), le maire de Grenoble Éric Piolle (7%) et le co-président de Cap écologie et candidat malheureux aux régionales en Provence-Alpes-Côte d’Azur Jean-Marc Governatori (4%). 1% des personnes interrogées n’ont pas souhaité répondre.
    (...)
    Ce sondage Ipsos-Sopra Steria pour franceinfo et Le Parisien/Aujourd’hui en France a été réalisé sur le terrain les 2 et 3 septembre 2021 auprès d’un échantillon de 925 personnes inscrites sur les listes électorales et représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus.

    Sachant que le dernier sondage donne entre 5,8% et 7% des voix au candidat écologiste à la prochaine présidentielle() il s’agit donc de l’opinion de 53 à 65 personnes sur 925...
    Entre 37 et 45 personnes (69% de 53 à 65 personnes) sur 925 voteraient Yannick Jadot.
    WAOUH... quel plébiscite !

    () source : https://www.ouest-france.fr/elections/presidentielle/presidentielle-2022-un-nouveau-sondage-place-emmanuel-macron-et-marine-

  • Ne télétravaillez jamais

    Dans son discours du 28 octobre annonçant le reconfinement, Macron demande aux entreprises de recourir au télétravail pour limiter la propagation du covid. Depuis, le gouvernement préconise jusqu’à 100 % du temps de travail à distance pour les métiers qui le permettent. La plupart du temps, les syndicats sont une courroie de transmission de cette directive et s’insurgent contre les directions qui ne le mettent pas assez vite en place. Trop focalisés, par réflexe, à déceler les défaillances des patrons dans leur obligation de limitation des risques, les syndicats risquent surtout de pousser l’organisation du travail vers un point de non-retour de l’éclatement des collectifs de travail.
    Certains syndicalistes voient dans le télétravail un piège tendu aux travailleurs. L’un d’eux nous a envoyé une tribune. Peu importe sa boîte, peu importe son organisation syndicale, l’alarme qu’il rédige ici peut résonner dans toutes les entreprises.

    Voir la suite ici : https://www.lepostillon.org/Ne-teletravaillez-jamais.html

    #télétravail #distanciel #présentiel #syndicats

  • Un postier répond au lynchage médiatique - Le site du journal Le Postillon
    https://www.lepostillon.org/Un-postier-repond-au-lynchage-mediatique.html
    https://seenthis.net/messages/841946

    En hurlant à la « rupture de service public », les médias sont passés complètement à côté des décisions et des enjeux chamboulant la Poste depuis des années. La Poste n’est plus qu’un fantôme de service public, c’est une société anonyme depuis dix ans, une machine à fric. Elle vient de vivre très discrètement une des dernières phases de privatisation ce 4 mars 2020. Par un montage financier tortueux, la Banque Postale, filiale de La Poste, a pris contrôle de l’assureur privé CNP, côté en bourse, grâce au transfert des parts de la Caisse des dépôts et consignations (CDC) qui est passée en échange à 66 % du capital du Groupe La Poste. En clair, La CDC contrôle désormais La Poste, et bien qu’elle émane de l’État, la CDC fonctionne comme un vulgaire fonds de pension, en cherchant toujours à aspirer un maximum de profits de ses investissements. La Poste annonçait un bénéfice en hausse avec 822 millions d’euros en 2019. Pas mal, mais la CDC vise le double d’ici 2030.

    On aurait pu en parler de tout ça dans les colonnes des journaux, assez vides ces dernières semaines. Ça aurait pu être l’occasion de tout remettre à plat et de redéfinir ce que pourrait être un service public postal moderne. Parce que si des postiers exercent leur droit de retrait, c’est aussi parce qu’ils ne comprennent pas l’intérêt de risquer leur santé, celle du public, celle de leurs familles pour distribuer des pubs ou la nouvelle paire de baskets commandées sur Zalando.

    Alors si au lieu de défoncer les postiers on posait publiquement des questions sur l’avenir de La Poste ? À quoi doit servir La Poste ? À qui elle devrait appartenir ? Où devraient aller les bénéfices ? Un envoi par Amazon ou par un particulier doit-il coûter le même prix ? Quelles conditions de travail pour les postiers ? Quel sens donner à notre travail ?

  • « La Poste n’est plus qu’un fantôme de service public, c’est une machine à fric »
    https://www.bastamag.net/Poste-courrier-Covid-colissimo-Amazon-Chronopost-service-public-tournee-co

    Depuis le début de la crise sanitaire, les postiers subissent un lynchage médiatique, accusés de ne pas assez se sacrifier pour l’effort de « guerre ». Dans cette lettre à la presse, un postier grenoblois raconte, de son point de vue, les véritables raisons des défaillances postales d’un service public en ruine. Cette lettre a initialement été publiée dans le journal grenoblois Le Postillon. Je suis postier en CDI, et je continue de bosser pendant le confinement. Le 28 mars dernier, le Dauphiné Libéré (...) #Témoignages

    / #Conditions_de_travail, #Services_publics, A la une

  • Un postier répond au lynchage médiatique

    Depuis le début de la crise, les postiers subissent un lynchage médiatique, accusés de ne pas assez se sacrifier pour l’effort de « guerre ». Lettre d’un postier grenoblois à la presse.

    Je suis postier en CDI, et je continue de bosser pendant le confinement. Le 28 mars dernier, Le Daubé (surnom du quotidien régional Le Dauphiné Libéré) a publié un grand article, pour une fois non signé et énervé, intitulé « Quand La Poste vous prive de votre journal ». Et tous les journaux se sont passé le mot criant à une « rupture de service public préjudiciable à l’information et aux entreprises » et critiquant le choix de la direction de La Poste de ne distribuer le courrier pendant le confinement plus que trois jours par semaine, les mercredis, jeudis et vendredis. Pour rajouter au drame les journaux interrogeaient des retraités émus de ne plus pouvoir lire leur journal le matin. Puis la télévision a emboîté le pas, même TF1 était outrée par les fermetures de nombreux bureaux de Poste et les pauvres retraités qui ne peuvent plus retirer leurs économies.

    Et puis la déferlante médiatique s’est transformée en lynchage en règle contre les postiers. Tandis que les infirmières et les caissières étaient des héroïnes, nous, les postiers, on était des salauds, des déserteurs et en plus la fente des boites aux lettres est trop petite pour mettre les grosses enveloppes. Alors tout ça m’a mis en colère.

    Voir la suite sur : https://www.lepostillon.org/Un-postier-repond-au-lynchage-mediatique.html

    #LaPoste #activitésindispensables #facteurs #servicepublic

  • J’hallucine... chopé sur le direct de mediapart :

    Le préfet de Seine-et-Marne réquisitionne les chasseurs

    Dans un arrêté repéré par le rédacteur en chef de Next Impact, le préfet de Seine-et Marne réquisitionne les chasseurs et garde-chasses, samedi 4 et dimanche 5 avril, afin de « prévenir et signaler aux représentants des forces de l’ordre » les infractions aux règles locales du confinement.

    ici, à 11:47
    https://www.mediapart.fr/journal/international/130320/la-crise-du-coronavirus-en-direct-lavertissement-dagnes-buzyn-avant-daband

    Ehhhh ben... Je les plains les seine-et-marnais⋅es : non seulement ils ou elles vont avoir les condés tatillons sur le dos, mais en plus ils ou elles vont se taper les viandards.

    C’est quoi l’étape d’après ? On les autorise à tirer à vue ?
    #coronavirus #milice #chasseurs #viandards #autoritarisme

  • À quand un arrêté anti 5G ?

    Les manifestants pour le climat, le maire de Grenoble ou le vice-président de la Métropole réclament tous un « état d’urgence climatique ». Des mots forts accompagnés pour l’instant d’actes à peu près insignifiants. Le maire de Grenoble vient par exemple de prendre un arrêté anti-pesticides alors qu’il n’y a aucun agriculteur sur la commune. Mais si on veut vraiment « sauver la cuvette », il faut d’abord s’interroger sur la spécialité locale : la fuite en avant technologique et ses conséquences sur les écosystèmes et les ressources de la planète. Pour mettre en lien ces activités dites dématérialisées avec les ressources très matérielles qu’elle pillent. Un geste politique tout simple pourrait être de prendre un arrêté interdisant la 5G sur le territoire communal. Plaidoyer tant qu’il « est encore temps » de sauver les élus de leur dissonance.

    Lire la suite sur
    https://www.lepostillon.org/a-quand-un-arrete-anti-5G.html

    #arreté_antipesticides #5G #Grenoble #Piolle #Dissonance

  • La « culture du pouvoir », pour quoi faire ?

    L’approche des élections municipales fait rentrer le maire de Grenoble Eric Piolle dans une nouvelle dimension politique nationale. L’union de la gauche à la grenobloise est prise en modèle dans quantité de villes françaises. Le député-reporter François Ruffin en a fait une égérie du « Front populaire écologique » qu’il entend construire. Samedi, lors d’un meeting commun à Amiens, Piolle a exhorté les militants amienois à acquérier la "culture du pouvoir". Mais pourquoi faire ?

    Voici un article du Postillon de fin septembre qui revient sur cette nouvelle lubie.

    –---------------------------

    Ne se sentant plus pisser après leur très relatif « bon score » aux Européennes [1], les Verts répètent à l’envi qu’ils sont en « capacité de gouverner » et qu’ils doivent développer une « culture du pouvoir ». Mais pour quoi faire ? Cinq ans et demi de municipalité écologiste grenobloise ont prouvé que ce parti et ses alliés étaient effectivement en « capacité de gouverner », c’est-à-dire de poursuivre globalement les politiques menées depuis des décennies, autoritarisme et langue de bois compris.

    voir la suite : https://www.lepostillon.org/Nouvel-article-No-830.html

    #Ruffin #Piolle #Uniondelagauche #Tartuffe

  • Déserter pour ne pas se trahir

    Dans la citadelle assiégée d’Eric Piolle

    C’est une des choses qui nous attriste profondément dans le spectacle politique : la discipline de groupe, les éléments de langage, l’impossibilité d’avoir des paroles singulières et des pensées propres. Tout ce pour quoi les élus ressemblent plus à des robots qu’à des humains.
    Guy Tuscher n’a plus ce problème. Il faisait partie de la majorité municipale grenobloise, après avoir été élu en 2014 sur la liste d’Éric Piolle. De longs mois à se taire, à ne pas comprendre le sens des consignes et à tomber des nues devant la manière d’exercer le pouvoir de ces élus censés être différents.
    Fin 2016, il s’est abstenu sur le vote du budget municipal, avec une autre conseillère municipale, Bernadette Richard-Finot. Après avoir été exclu du groupe majoritaire pour cet « affront », et afin de pouvoir continuer d’exercer leur mandat, ils ont fondé leur propre groupe « Ensemble à Gauche ». Depuis ils sont devenus les principaux ambianceurs du Conseil municipal. Parce que ça y est : maintenant Guy Tuscher peut parler. Ça tombe bien, il a plein d’anecdotes savoureuses à raconter.

    Lire la suite sur :
    https://www.lepostillon.org/DANS-LA-CITADELLE-ASSIEGEE.html

  • Un financier qu’on aimerait voir s’écraser en plein vol - Le site du journal Le Postillon
    https://www.lepostillon.org/Un-financier-qu-on-aimerait-voir-s-ecraser-en-plein-vol.html

    Game of drones
    Un financier qu’on aimerait voir s’écraser en plein vol

    Delta Drone est une entreprise d’origine grenobloise qui fabrique des drones. Enfin, c’est ce qu’on croyait, parce qu’on gobait bêtement les articles de presse reprenant les communiqués de la boîte. Mais la presse économique est une des plus grosses productrices de fausses nouvelles (fake news en globish).
    En fait, Delta Drone n’est plus qu’un instrument financier très rentable, ne produisant rien si ce n’est de la spéculation. Le Postillon vous propose un voyage dans le monde des drones policiers, de la Bourse et des gigantesques magouilles financières autorisées par la loi.

    #bourse #drones #enfumage

  • Procès Emmaüs : Le Postillon relaxé

    Le 26 mars dernier, on passait en procès au tribunal de Grenoble, après avoir été attaqué pour diffamation par Emmaüs Grenoble. Plus précisément par François Potin et Jean-Pierre Polidori, respectivement président et responsable d’Emmaüs Grenoble, dont les actes avaient été critiqués dans un article paru dans Le Postillon n°47 (automne 2018).

    Autant dire que quand on a reçu les citations à comparaître, on n’a pas été très fier. Avoir un procès contre un grand élu ou patron, c’est presque glorieux. Contre Emmaüs, c’est assez dépitant.

    Alors à l’époque, on leur avait écrit un mail, aux deux responsables d’Emmaüs.

    "On avait depuis longtemps entendu la rumeur d’une attaque judiciaire, mais on se disait « non, ce serait stupide de leur part ».

    En attendant, on n’avait pas mis l’article en question sur Internet, comme on aurait dû le faire il y a trois semaines. Parce que comme mentionné dans l’article ce n’était pas un « plaisir » pour nous d’écrire un article sur Emmaüs : attaquer une structure sociale, c’est pas notre ligne éditoriale. Seulement, vu tous les témoignages parvenus, on ne pouvait pas éviter ce sujet. On l’a fait de la manière qu’on a estimé la plus juste - et on sait que vous n’êtes pas d’accord avec cette « justesse ». On l’a fait en espérant « rafraîchir des idées » et apaiser la situation, sans vouloir s’étendre sur ce sujet et faire de la lutte contre les dirigeants d’Emmaüs un étendard. Ne pas mettre l’article sur Internet était aussi une manière de montrer cette volonté : sans existence numérique dans trois mois tout le monde aura oublié ce papier et vous pourrez continuer vos activités sans autre question dérangeante.

    Visiblement, vous ne voulez pas en rester là. On n’est pas bien placé pour juger, mais on pense que ce n’est pas stratégique de votre part.

    Car si vous nous attaquez, on va mettre l’article sur Internet, coller des affiches qui parleront de ce sujet, faire des nouveaux dessins, des nouvelles caricatures : dans les prochains mois, on parlera forcément beaucoup d’Emmaüs, et donc de vous.

    Quelle que soit l’issue du procès, je ne pense pas que cela vous fasse de la bonne publicité. Surtout qu’on est confiants à propos de la solidité de notre dossier.

    Si en revanche vous abandonnez les poursuites, on ne parlera plus d’Emmaüs les prochains temps. Peut-être la meilleure des choses pour tout le monde."

    C’était une sorte de tentative de conciliation. Mais on a jamais eu de réponse à ce mail. Ou plutôt si : on a reçu une lettre recommandée de l’avocat d’Emmaüs nous expliquant que ses clients avaient pris ce mail comme une « menace ».

    D’ailleurs il s’en est même servi pendant sa plaidoirie, en s’insurgeant contre nos « méthodes ». S’il est insupportable pour lui qu’on puisse diffamer Emmaüs, il n’a contredit aucun des faits énoncés dans notre article, et pour cause : on n’a fait que retranscrire la vérité.
    Son argumentaire n’a pas convaincu madame la juge : ce 14 mai, elle nous a entièrement relaxés.
    De plus elle a condamné François Potin et Jean-Pierre Polidori à nous verser 1000 euros chacun en guise de « dommages et intérêts ». Comme nous nous y étions engagés, nous reverserons cette somme, une fois déduits nos frais de justice, à Emmaüs.

    La morale de cette histoire, c’est qu’il vaut mieux suivre les conseils du Postillon. Si messieurs Potin et Polidori hésitent à faire appel, on espère qu’ils tireront les leçons de cette morale.

    Afin que chacun puisse se faire son avis, nous mettons donc l’article incriminé en ligne. Bonne lecture !

    https://www.lepostillon.org/Ou-va-Emmaus-Grenoble-1027.html

    • #guerre_aux_pauvres #exploitation #Emmaüs et aussi pas très étonnée le #marché_du_pauvre est en pleine expansion. Regarde comment Hirsch a grimpé dessus pour se hisser dans les décideurs politiques.

      Mais ça rapporte la récup et le recyclage, beaucoup même. Dans les Corbières, où il y autant d’habitants qu’en Mongolie au km2 et la moitié sont au RSA, tandis que les touristes de toute l’Europe y achètent les plus belles maisons, les pauvres vivent dans les plus pourris. Et les poules sont bien gardées. Bref, dans ce petit coin de nature encore sauvage, il y avait une décharge publique dans chaque village avec une grande benne dans laquelle venaient fouiller les plus pauvres, librement. On trouvait des tas de choses, vieux vélos, armoires, vaisselle, ceux qui déposaient là savaient que ça resservirait à d’autres.
      Et puis, sous le joug du sacré saint progrès et des politiques qui ont mis la main sur le territoire avec l’étendard du ramassage des #déchets (et fait raquer tout le monde un max) ils ont fini par interdire les décharges municipales. C’est l’Europe parait-il. Une Europe propre avec toujours plus de pauvres mais privés de déchets à recycler. Il faut maintenant s’inscrire à la mairie pour déclarer ce qu’on veut jeter comme un vieux canapé ou une lampe. Une fois par mois devant la porte des inscrits, une entreprise subventionnée mais pas religieuse comme Emmaüs vient récupérer les encombrants. Il parait que ça fait bosser des gens, que le travail c’est important. Et ils te revendent tout ça à une heure de route des villages, à Limoux.
      En attendant, les pauvres n’ont plus accès aux déchets qu’ils savaient retaper et ça les politiques du coin ils s’en moquent.

    • J’ai eu aussi des échos, du côté de Pau, mais rien de précis.
      Il semblerait que ça ne concernait pas Emmaüs, mais une autre structure d’insertion, route du Jurançon, où les clochards sont plus ou moins amenés d’office par la police municipale. Et là, l’idée, c’est plus le travail forcé que la réinsertion. Et le gars me disait que le boss de la structure était proche de la municipalité, autrement dit, c’était open bar pour lui.

  • L’éco-station qui pourrit l’eau potable

    Qu’elle est verte ma station de ski ! À en croire la communication et la presse locale, la « smart-station » Chamrousse serait à la pointe de l’écologie. En réalité, elle élabore des solutions artificielles et polluantes pour stimuler des activités sans lendemain. Son plus haut fait d’armes : avoir pourri l’eau potable de toutes les communes en-dessous. Le pire c’est que c’est pas fini.

    La suite sur https://www.lepostillon.org/L-eco-station-qui-pourrit-l-eau-potable.html

    #smart-mensonge #eau-potable-pourrie #stationsdeski #Chamrousse

  • Infiltration bienveillante

    J’ai rencontré les derniers fans de Macron

    408 417. C’est le nombre d’adhérents revendiqué par la République en marche (Rem). Le Postillon en est : on a cliqué sur le site d’En marche pendant la campagne présidentielle, et hop ! Une adhésion, une ! Depuis, on reçoit les mails des camarades du parti, les éléments de langage des grands chefs pour échanger avec les tontons au repas de Noël, les vœux des députés et les invitations à des réunions super passionnantes sur l’Europe.
    À l’automne, plus convaincus que jamais, on a voulu voir ces réunions en vrai. Notre reportrice a traversé quelques joyeusetés : la désignation chaotique d’un référent en septembre, une formation des Jeunes avec Macron de toute la région le 1er décembre, jour de la grosse mobilisation des gilets jaunes. Et pour finir, un repas de Noël à cinq. Bonne ambiance intimiste, dont les marcheurs ont l’habitude : le parti majoritaire, qui revendique 5 000 adhérents en Isère, a du mal à attirer plus de vingt personnes dans la vie réelle.

    voir la suite de cet article bienveillant sur https://www.lepostillon.org/J-ai-rencontre-les-derniers-fans-de-Macron.html

    #Macronistesanonymes #Bienveillanceforever #Jveuxdessoldats #startupcabinetelephonique

  • Comment La Poste tente de constituer une base de données géante sur « tous les Français » (Basta)
    https://www.crashdebug.fr/actualites-france/15864-comment-la-poste-tente-de-constituer-une-base-de-donnees-geante-sur

    Si vous voulez savoir comment son utilisé nos données vous avez des documentaires sur le Big Data en informations complémentaires sous l’article.

    Une entreprise française sait beaucoup de choses sur vous : où vous habitez, quand vous déménagez, de combien de membres se compose votre famille, quel type de colis vous recevez et de qui… Cette entreprise, c’est La Poste, déjà connue pour revendre des fichiers d’adresses à des entreprises pour leurs prospections commerciales. Un nouveau cap pourrait être franchi : La Poste a racheté une start-up grenobloise spécialisée dans l’intelligence artificielle, qui permet de collecter et d’organiser des milliards de données personnelles. Le Postillon, journal local isérois partenaire de Basta !, a enquêté sur ces pratiques. Ou comment l’ex-établissement public (...)

    https://www.lepostillon.org/-Hiver-2019-.html

  • « C’est bien beau Internet, mais ça écoute pas beaucoup »

    Face au développement de la vie virtuelle, aux débats hystériques par tweets interposés, à la pullulation des écrans qui nous coupent de la vraie vie, les bistrots peuvent aussi être des refuges où « les gens viennent chercher un peu d’humanité ». C’est en tous cas comme ça qu’elle le voit, son troquet. Taulière depuis dix-sept années du Bien-être, Martine s’apprête à passer la main. L’occasion d’aller papoter des vieux cerisiers tronçonnés, de l’informatique des années 1970, des gens qui galèrent à faire leur courrier et du manque de convivialité.

    article complet à lire sur https://www.lepostillon.org/C-est-bien-beau-Internet-mais-ca-ecoute-pas-beaucoup.html

    #Bistrot #Numérique #domainesolitude

  • Ingénieurs : pourquoi ?

    Les études d’ingénieur, c’est la voie royale. Combien sont-ils, ces adolescents, à qui on bourre le mou avec ce poncif ? Combien sont-ils, à subir deux ans de prépa’, puis trois ans d’école d’ingé’, en se demandant ce qu’ils font là ? Pas pour des histoires d’argent : avoir un diplôme d’ingénieur permet effectivement de gagner confortablement sa vie, et de faire partie des winners. Mais pour certains, un bon salaire ne suffit pas à répondre aux grandes questions existentielles. À quoi servent les ingénieurs aujourd’hui ? À être des bons petits soldats de la fuite en avant technologique ? À remplacer les humains par les robots, à les rendre toujours plus dépendants de la technologie, toujours plus avides d’énergie ?
    Alors que les rapports scientifiques alarmants sur l’accélération de la catastrophe écologique se multiplient, ces questions sont quasiment absentes des formations d’ingénieurs. On apprend essentiellement aux étudiants à se conformer aux attentes du marché du travail et des entreprises, qui n’ont pour but que la croissance de leurs bénéfices.
    Il arrive régulièrement de lire dans la presse des témoignages d’ingénieurs déserteurs : « Machin-truc a plaqué son poste bien payé chez STMicro pour aller faire pousser des carottes ». La désillusion ne concerne-t-elle que quelques individualités marginales ? Ou devient-elle un phénomène de « masse » ? Le Postillon a papoté avec une tripotée d’ex-ingénieurs, quelques étudiants sceptiques sur l’intérêt de leur formation et des profs plus ou moins critiques.

    Lire la suite sur https://www.lepostillon.org/Ingenieurs-pourquoi.html

    #Ingénieurs #àquoisertlarecherche #manquedesens #innovationmoncul

  • Adoptez un étudiant-entrepreneur

    Invitation à la soirée « Adoptez un étudiant-entrepreneur » :

    Comme chaque année le Pépite oZer a labellisé une promotion d’étudiants-entrepreneurs en graine (110 cette année) qui ont dorénavant un an pour aller au bout de leur projet et de leur rêve !
    Et comme chaque année, ils seront appuyés par les conseils les plus précieux pour un créateur : les vôtres !

    Vous souhaitez devenir tuteur pour l’année 2018-2019 ? Découvrir les projets des étudiants-entrepreneurs avant de vous positionner ?
    Participez à la soirée de lancement du tutorat le 15 novembre 2018 au Pépite oZer à partir de 18h !
    Inscription (ctrl + clic)

    En une soirée : découvrez le rôle de tuteur, rencontrez les étudiants-entrepreneurs et leurs projets via un speed-meeting et adoptez en un ou plusieurs si le cœur vous en dit !

    Cette soirée sera l’occasion également de vous présenter une série d’évènements préparés en partenariat avec Michel Cezon de Cogiteo à destination de la communauté des tuteurs engagés cette année.
    L’objectif est de permettre aux tuteurs, tutrices de monter en compétence, d’acquérir des savoir-être et savoir-faire liés à la posture d’accompagnant.

    Programme de la soirée « Adoptez un étudiant-entrepreneur » :
    18h-18h15 : accueil des participants
    18h15-18h45 : Présentation du rôle de tuteurs et des évènements tuteurs, co-animé par Cogiteo.
    19h-20h30 : speed tutoring : découvrez et adoptez un ou des étudiants-entrepreneurs !
    20h30-21h00 : Buffet, moment convivial !

    Nous enverrons à tous les inscrits, le catalogue des projets de la promotion étudiants-entrepreneurs actuelle, pour que vous puissiez repérer en amont vos Pépites !
    Si vous ne pouvez pas être présent le 15/11, inscrivez-vous tout de même pour recevoir ce catalogue projet !

    #Entrepreneurialement_vôtre,

    Anaïs ALLEMAND
    Chargée de projets événementiels
    11 rue des mathématiques
    38400 St Martin d’hères
    PÉPITE oZer - Pôle Étudiant Pour l’Innovation, le Transfert et l’Entrepreneuriat
    Communauté Université Grenoble Alpes
    Tel : +33 (0)4 76 82 84 95
    Mail : anais.allemand@univ-grenoble-alpes.fr

    Reçu par email. Pour de vrai. Je vous jure.
    Je pense que je vais mettre sur ce fil toutes ces horreurs qui nous arrivent par mail...

    #start-up_nation #Grenoble #Université_de_Grenoble #entreprenariat #Université_Grenoble_Alpes #France #université

    Notez bien que vous pouvez adopter un « étudiant-entrepreneur », mais pas une étudiante entrepreneuse !
    #genre

    • Et toujours l’Université de Grenoble... mais côté genre...

      Of Mountains and Men in a Changing World - NEW !

      Taught in English, this interdisciplinary program is designed for undergraduate or graduate level students with an interest in environmental change and sustainable development in mountainous regions. Students from all disciplines are welcome.

      The course will cover the processes and mechanics of how mountains are built and examine the relationships between environmental change and human activity in mountainous regions.

      Topics include mountain ecosystem degradation and strategies for restoration, management of risks such as debris and soil erosion, protection and development of special mountain resources, local economic development and social welfare, urbanism.

      https://www.univ-grenoble-alpes.fr/en/main-missions/international/come-to-the-uga/short-programs-102600.kjsp

      On mountains and MEN, les #femmes... on s’en tape !

    • Crève la #ComUE, vive la Commune

      De la Loi Travail à la Loi Vidal, voilà que le politique a refait surface sur les campus universitaires, après quelques années de calme plat. Et il était temps ! Derrière ces deux lois se cache une même logique, la même qui se cache encore derrière la fusion des universités, derrière la « restructuration » des bibliothèques d’UFR, derrière la transformation de l’université en entreprise, avec sa marque, sa publicité, ses slogans pétés, sa fête de rentrée et sa communication 2.0. Cette logique, c’est celle du néolibéralisme, de la concurrence et de l’individualisme. C’est celle qui sépare les individus les uns des autres, les enjoint à être flexibles et dynamiques, à se percevoir comme un produit, à se vendre, être monnayables.

      Au printemps 2016 comme au printemps 2018, nous avons bloqué et occupé nos facs. Par le blocage, il s’agissait de sortir du rythme infernal « métro-cours magistraux-boulot », pour déployer notre propre temporalité. Par l’occupation, il s’agissait de nous réapproprier nos lieux d’études, de les habiter pleinement. Et à chaque fois, la présidence nous a répondu par la répression. Bah ouais, logique. Car il ne s’agissait pas simplement d’un mouvement de contestation d’une loi précise, mais de l’affrontement entre deux conceptions du monde, antagonistes l’une à l’autre.

      La première, à laquelle nous nous opposions, est la gestion managériale du monde. Dans nos filières, durant nos études, nous avons pu voir le fonctionnement de cette machine gestionnaire, qui prétend gouverner jusqu’à nos vies mêmes. Nous avons vu comment elle broie celleux qui n’ont pas de thunes ou le capital social nécessaire pour réussir, les obligeant à trouver un taf à coté de leurs études. Nous avons vu comment le champ de la recherche était réglé, fermé, hiérarchisé, guidé par des impératifs économiques et les modes universitaires. L’université actuelle est régie par des impératifs de rentabilité. C’est à dire que le champ de la recherche, et plus encore celui de la recherche appliquée, est délimité et circonscrit par les intérêts de grands groupes industriels, militaires et financiers. Conséquemment, la valeur des recherches est mesurée à l’aune de leur valeur économique, et uniquement de celle-ci.

      À cette conception du monde, et donc de l’université, nous opposons l’autonomie. « Une relation n’est possible que parce que les limites des individus ne sont pas tracées une fois pour toutes – qu’elles ne se confondent aucunement, par exemple, avec les contours de notre enveloppe corporelle. Elle offre toujours la possibilité d’un débordement commun, mutuel, des limites de notre individualité. » (Collectif pour l’intervention, Communisme : un manifeste) En bref, le monde, les êtres, se traversent les uns les autres, leurs trajectoires se croisent, s’agencent, se tissent les unes aux autres. L’autonomie, c’est assumer cette interdépendance, et faire croître les possibles qui s’y trouvent. Quand le capitalisme dissocie les êtres de leurs milieux de vie pour assurer ses prises, créer des dépendances, et devenir celui par qui il faut nécessairement en passer pour vivre et assurer sa subsistance, l’autonomie réelle s’oppose à la croyance en des individus indépendants les uns des autres. Elle s’oppose aux médiations électorales, médiatiques, juridiques, policières, technologiques, qui s’insinuent partout et tout le temps dans nos existences. Elle propose de reprendre en main, collectivement et immédiatement, notre vie quotidienne. L’autonomie permet de retrouver une capacité effective à agir sur le réel, d’avoir prise sur le monde. Elle permet l’émancipation collective. Elle est à la fois le moyen et la fin.

      Et si nous critiquons les institutions au sein desquelles nous étudions, nous refusons de choisir « entre d’une part la désertion pure et simple de l’école et d’autre part l’invariable réformisme revendiquant davantage de moyens pour ressusciter une école plus ’juste’ et plus ’équitable’. En réalité, aucune de ces deux orientations n’est capable de subvertir l’institution scolaire comme dispositif de pouvoir : l’une parce qu’elle en accepte d’emblée le cadre et ne le remet pas en cause, sauf de manière superficielle, l’autre parce qu’elle s’en détache entièrement, renonce à lutter à partir d’elle et ce faisant, la laisse tout aussi intacte. La désertion, si elle opère une coupure subjective, un dégagement individuel ou micro-collectif à l’égard du pouvoir académique, n’envisage pas, de fait, l’école comme un espace de lutte. Elle ne se donne pas les moyens adéquats pour l’attaquer et pour participer aux mouvements antagoniques qui y naissent. Quant au réformisme, il traîne avec lui son éternel cortège de mystifications, de compromis impossibles et de synthèses fumeuses : la police de proximité, le capitalisme éthique, la prison à visage humain, le nucléaire responsable… » (De l’université à la commune, Lundi Matin #140, 3 avril 2018)

      De là découle notre désir de porter une autre conception de l’apprentissage, de la transmission et de la connaissance. Une conception qui se veuille politique, par la remise en question des rapports de domination insidieux qui existent dans le système universitaire, dans le cours magistral. Cela passe par l’expérimentation de dispositifs horizontaux et l’attention permanente à la façon dont nous interagissons les un.e.s avec les autres. Par la destitution de la relation verticale et unidirectionnelle habituelle professeur.e-étudiant.e pour laisser surgir une constellation de relations horizontales, multidirectionnelles. « Qu’il s’agisse de mathématiques, des gestes nécessaires pour s’occuper d’un potager, ou des postures adéquates pour pratiquer un art martial, transmettre un savoir, ce n’est pas faire passer un contenu préexistant dans la tête d’un autre, comme on verse un liquide d’un contenant à un autre. C’est bien plutôt accepter d’avoir à modifier ’son’ savoir pour se rendre capable de le transmettre, et par là même accepter d’être transformé.e dans le moment même où s’opère la transformation d’un autre. C’est cela qui a lieu malgré l’école ou l’université, et non pas grâce à elles. » (Collectif pour l’intervention, Communisme : un manifeste, Nous, 2008)

      Sans attendre, l’université doit sortir de l’université, se glisser dans les interstices de la métropole, là où s’expérimentent d’autres formes de vie et de lutte comme dans les squats, sur les zads et les piquets de grève. Et s’inspirer de ce qu’il s’y vit, mais qui ne trouve aucun espace ou presque pour exister dans nos universités. D’un même geste, il s’agira de mettre fin à cette séparation absurde entre savoirs intellectuels et manuels, de lier la théorie et la pratique, décloisonner les mondes militants et universitaires. Et c’est aussi toute la conception universitaire de la recherche dont il nous faut nous débarrasser, une recherche prétendument neutre car scientifique, avec des disciplines bien séparées les unes des autres, et ce malgré la nouvelle mode des approches inter, trans ou pluri-disciplinaires. La notre voudra assumer qu’elle est une prise de parti au sein d’un conflit politique, d’un conflit entre plusieurs conceptions de l’existence. C’est pourquoi elle sera indisciplinée, indisciplinaire, politique et surtout collective. Il n’y aurait pas la vie d’un côté et la lutte de l’autre, ou la lutte d’un côté et la recherche de l’autre. La recherche part toujours d’un parti pris : elle est toujours partisane. Et toute entière, notre existence est politique.

      Aussi, le capitalisme néolibéral n’est pas le seul ennemi contre lequel nous avons à nous battre. Et quand nous affirmons que notre existence est politique, c’est que les structures de domination qui nous oppressent ne sont pas des structures abstraites. Elles traversent chacun.e de nous, et nous en sommes des rouages. Et si nous voulons les détruire, nous devons bien sûr attaquer les institutions qui les promeuvent, les maintiennent et les défendent, mais aussi les détruire en nous. Pour nous, combattre ces oppressions n’est possible que collectivement.

      Dans la recherche de ces nouvelles formes d’apprentissage et de transmission, nous savons que nous nous heurterons à de nombreux obstacles. L’administration, bien sûr, nous mettra des bâtons dans les roues. C’est attendu. Nous mêmes aussi, qui devrons apprendre à défaire nos habitudes les plus ancrées : nous avons grandi dans une société individualiste, méritocratique, hiérarchique, fondée sur l’exploitation et l’oppression. Bien sûr, il ne suffira pas d’un peu d’expérimentation politique et de zbeul pour détruire le monde qui nous broie. Mais nous savons aussi que nous ne sommes pas seul.e.s et nous avons confiance en l’inventivité de nos complices, présent.e.s ou à venir. Ce printemps, un collectif appelait à la constitution d’une force autonome, à sortir de « l’isolement que créé l’éloignement géographique de nos campus respectifs » et coordonnant nos initiatives. Multiplier les espaces autonomes au sein de nos universités pourrait amorcer une telle dynamique, en permettant les rencontres lors de séminaires autonomes, de chantiers collectifs ou de carnavals sauvages. De là pourraient naître de nombreuses initiatives : recherche autonome en collectif, revue sur les luttes étudiantes, potagers sauvages, documentaires et enquêtes militantes, etc, ces initiatives pouvant s’alimenter les unes les autres, à l’échelle de plusieurs universités. De la, aussi, pourrait partir une conflictualité politique au sein de l’université, qui ne soit pas dans l’attente du prochain mouvement social. Il ne tient qu’à nous de nous en donner les moyens. Car il n’y a pas d’université alternative à construire mais des mondes à faire.

      https://lundi.am/Creve-la-ComUE-vive-la-Commune