• Dans un jeu où il y a beaucoup de menteurs, le PM irakien accuse les USA de l’avoir trompé en le faisant inviter Qassem Soleimani au prétexte d’une négociation, voyage qui allait permettre l’assassinat du responsable iranien...

    Joshua Landis sur Twitter : “Iraqi Prime Minister AbdulMahdi accuses Trump of deceiving him in order to assassinate Suleimani. Trump, according to P.M. lied about wanting a diplomatic solution in order to get Suleimani on a plane to Baghdad in the open, where he was summarily executed.… https://t.co/MhJoQknUsC
    https://twitter.com/joshua_landis/status/1213862027426447361

    #irak #terrorisme_US

  • Joshua Landis sur Twitter :

    "The #Hariri family has earned $108 million between 2006 & 2015 from interest on the public debt. Lebanon’s “political #elites control 43% of assets in Lebanon’s commercial banking sector,” JadChaaban of AUB has calculated. Quoted by @ursulind in https://www.nybooks.com/daily/2019/12/02/the-lebanese-street-asks-which-is-stronger-sect-or-hunger” / Twitter
    https://twitter.com/joshua_landis/status/1203736756283170816

    #Liban #mafia

  • The Breaking of Syria’s Rebellion
    http://www.regthink.org/en/articles/the-breaking-of-syrias-rebellion

    Throughout the war, rebels have engaged in looting, notably in eastern Aleppo city in 2012, Idlib city in 2015, Naseeb crossing in Daraa in 2015, al-Bab in northern Aleppo in late 2016 and Efrin in March 2018. While the phenomenon of looting by regime forces is much more systematic, this conduct by the rebels has angered many civilians who remained under the rule of the forces who looted their homes, businesses and factories.

    […]

    In areas where regime and Russian jets are (temporarily) not bombing, the main threats to civilians’ safety and livelihood stem from criminal gangs and rebel themselves. Phenomena of exorbitant transit fees, robbery, assassinations, carjackings, kidnappings for ransom, and murder are incredibly common across rebel-held Syria. In some cases the perpetrators are clearly rebels: for example in the collection of “taxes” in the rebel checkpoints, attacks on and robbing of NGOs, confiscation of private and public property, armed confrontation over minor issues, kidnappings and torture of suspected opponents and random unlucky civilians. Foreign donors invested heavily in setting up civilian-managed courts and “Free Police” departments, but civilians abused by rebels or criminal elements usually can not find recourse with the local courts or police, due to their ineptness, corruption, and dependence and subservience to the rebels, who are oftentimes the aggressors. One manifestation of rebels’ impunity is the habit of some rebel factions, and in particular Hayat Tahrir a-Sham, to wear balaclavas when interacting with the population under their control, enabling them to avoid identification, public opprobrium and justice. Rebels further undermine the civilian courts by operating a parallel “justice” system, in which the rebels serve as judges and executioners without proper proceedings.

    Hossam, a medical worker in Daraa told me “most civilians here hate the rebels”, due to abuses against civilians, in particular kidnappings for ransom and of people who voice opposition to them. Raed, an activist in western Aleppo said that rebels kidnap “anyone who disagrees with them or says anything bad about them, civilian or rebel.”

    Je l’ai écrit en 2012 : si on lance une guerre civile milicienne, qui plus est à forte composante sectaire, on se retrouve avec le modèle libanais, c’est-à-dire que rapidement, une fois les lignes de front stabilisées, les milices deviennent les bourreaux des populations qu’elles prétendaient initialement représenter et/ou défendre.

  • Joshua Landis on Twitter: “In some respects, Syria’s move to USSR was driven by the Arab/Israeli conflict.”
    https://twitter.com/joshua_landis/status/884387103718735873

    1. In some respects, Syria’s move to USSR was driven by the Arab/Israeli conflict.
    2. US was planning to rebuild Syrian military in 1947, with training mission and arms sales.
    3. The start of fighting in Palestine in 1947 caused Sec State Marshall to cancel the agreement & training mission.

    He knew that congress could not support helping Syria military w war looming in Palestine. Also Tripartite Arms Embargo imposed by US/FR/GB
    5. Once Syria’s Pres. Quwatli was told of US retraction, his men began counseling him to seek arms from USSR. Quwatli refused for fear of GB
    6. But the refusal of all Western Powers 2 help Syrian military, caused it to turn 2 USSR w friendship agreement & follow Nasser’s arms deal
    7. These BBC interviews w Syrian statesmen & PM, underline that they did not associate Friendship Agreement w becoming Communist, as US did
    8. By organizing failed coups against Khalid al-Azm and Sabri al-Asali’s government, the US undermined the pro-Western politicians of Syria.

    The Baath Party leaders and their military officer sympathizers used the West’s interventions and plotting to go to Nasser & form the UAR.
    10. Politicians, such as Azm & Quwatli, who knew making Nasser was a bad idea & who had fought for Syrian independence, had to go along.
    11. They feared being called Western stooges. They also were confused by the West’s stupidity and aggression against them.
    12. This is the context of these BBC interviews, which were carried out during the lead up to the UAR and the time of the Suez Crisis.
    13. Between 1955 and 1958, Syria received about $294 million from the Soviet Union for military and economic assistance.
    14. In a meeting of Ambassadors at end of WWII, US decided best postwar strategy was to align w KSA & Syria. The KSA because of oil & Aramco
    15. Syria, because pipelines would run from KSA thru Syr. Also Syria had no exclusive agreement with FR or GB. It was free & turned to US
    16. Khalid al-Azm who was PM at end 1948, negotiated military agreement w US & base rights w GB, which wanted 2 est MEDO - Mid East Def Org
    17. But the US broke off these agreements to support Jewish State in Palestine & then supported Chief of Staff Husni Zaim to overthrow Azm.
    18. US supported Azm/Quwatli overthrow, even though they were democratically elected gov, because Zaim offered to sign armistice w Israel.
    19. Zaim also offered to build Tapline, oil pipeline that Syr parliament put on hold, and to arrest communists, etc.

    The US was not a driving force behind Zaim coup. Zaim was determined 2 take power, b/c Quwatli gov was going to accuse him of corruption.
    21. Pres Quwatli was going to use Zaim as the scapegoat for loss of 1948 war. Major corruption trials were leading to top officers.

    #Syrie

  • Selon une déclaration du vice-prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane (MBS) rapportée dans une dépêche de l’agence jordanienne Petra News, mais ensuite effacée, l’Arabie saoudite aurait contribué à hauteur de 20% à la campagne d’Hillary :
    http://www.middleeasteye.net/news/deleted-official-report-says-saudi-key-funder-hillary-clinton-preside

    The Petra News Agency published on Sunday what it described as exclusive comments from Saudi Deputy Crown Prince Mohammed bin Salman which included a claim that Riyadh has provided 20 percent of the total funding to the prospective Democratic candidate’s campaign.
    The report was later deleted and the news agency has not responded to requests for comment from Middle East Eye.
    It is illegal in the United States for foreign countries to try to influence the outcome of elections by funding candidates.
    The Washington-based Institute for Gulf Affairs has re-published the original Arabic Petra report, which quoted Prince Mohammed as having said Saudi Arabia had provided with “full enthusiasm” an undisclosed amount of money to Clinton.
    “Saudi Arabia always has sponsored both Republican and Democratic Party of America and in America current election also provide with full enthusiasm 20 percent of the cost of Hillary Clinton’s election even though some events in the country don’t have a positive look to support the king of a woman (sic) for presidency,” the report quoted Prince Mohammed as having said.

    • Et devant le bruit, Petra News prétend maintenant que cette dépêche est le fruit d’un hacking.
      http://www.petra.gov.jo/Public_News/Nws_NewsDetails.aspx?Site_Id=1&lang=2&NewsID=257423&CatID=13&Type=Home&GTy

      Amman, June 13 (Petra) In response to what has been published by some media outlets as well as the social media regarding news that were attributed to Jordan News Agency (Petra), we would like to clarify the following: 1) A technical failure on Petra ’s website occurred for a few minutes on Sunday evening, June 12, 2016. Protection systems at the agency as well as the technical department noticed that and therefore, they suspended the transmission system and the electronic site and moved to the alternative website.
      2) Later, it became clear that the technical failure that occurred was and attempt to hack the agency’s transmission system and its website.
      3) The Agency was surprised to see some media outlets as well as the social media publishing false news that were attributed to Petra

      Cela semble devenir une routine que d’effacer des nouvelles rapportant des déclarations imprudentes de l’une de ses majestés et de prétendre ensuite que le site qui les a publiées a été piraté...
      http://seenthis.net/messages/496157

      Et certains petits veinards, comme Joshua Landis, ont même droit à un tweet perso ad hoc de la responsable presse de l’ambassade jordanienne à Washington pour leur faire savoir que tout ça c’est du pipeau :
      https://twitter.com/joshua_landis/status/742530210063515650

      De deux choses l’une. Soit les pirates iraniens (ou syriens) ont beaucoup d’humour, soit les Saoudiens se foutent de la gueule du monde et n’hésitent pas à faire censurer l’ensemble de la presse arabe pour rattraper leurs boulettes en communication.

    • Saudi Crown Prince: We Fund 20% Of Clinton’s Presidential Campaign
      The Saudi crown prince reportedly said that over the years his country has always financially supported both Republican and Democratic candidates.
      By teleSUR | June 13, 2016
      http://www.mintpressnews.com/saudi-crown-prince-we-fund-20-of-clintons-presidential-campaign/217172

      Saudi Arabia has paid more than 20 percent of the cost of Hillary Clinton’s campaign for presidential elections, Saudi Deputy Crown Prince Mohammed bin Salman was quoted as saying Sunday in a news report by the Jordanian Petra News Agency.

      According to the Middle East Eye news website, the report was later deleted from the agency’s website. However, a snapshot of the original Arabic version was later republished by the Washington-based Institute for Gulf Affairs.

      “Saudi Arabia has always sponsored both Republican and Democratic Parties of America and… the kingdom also provides with full enthusiasm 20 percent of the cost of Hillary Clinton’s campaign in the U.S. presidential elections despite the fact that some influential forces within the country don’t have a positive look toward supporting the candidate because she is a woman,” the agency’s report quoted Prince Mohammed as saying.

  • Le Conseil militaire de la ville de Nawa (province de Deraa), dirigé par l’ASL, a décrété que le blasphème contre Dieu serait puni de 3 jours d’emprisonnement et d’une amende de 25000 LS :
    https://twitter.com/ajaltamimi/status/733741243029671936


    (via twitter Aymenn al-Tamimi)

    Commentaire de Joshua Landis :
    https://twitter.com/joshua_landis/status/733800366106652672

    These groups are the “secular” Southern Front the US and others support from the Joint Operations Center in Jordan

    • Allemagne https://assembly.coe.int/nw/xml/XRef/X2H-Xref-ViewHTML.asp?FileID=11521&lang=fr
      Lors de la révision de 1969 du code pénal fédéral, on a supprimé les références à la protection de Dieu et de ses institutions et remplacé le blasphème par une infraction qui recouvre plus largement les troubles à la paix civile causés par des actes visant à ridiculiser des croyances (Bekenntnisse) ou des groupes idéologiques (Weltanschauungsvereinigungen).

      31. L’article 166 du code vise le fait de tourner en dérision des croyances, des associations cultuelles ou des groupes idéologiques. Quiconque outrage des convictions religieuses ou idéologiques en public ou par la diffusion d’écrits, d’une manière pouvant raisonnablement être jugée propre à troubler la paix civile, est passible d’une peine d’emprisonnement maximum de trois ans ou d’une amende. Est passible des mêmes peines quiconque ridiculise une Eglise établie dans le pays, une association cultuelle ou un groupe idéologique, leurs institutions ou leurs cérémonies, en public ou par la diffusion d’écrits, d’une manière jugée propre à troubler la paix civile.

      32. La forme et le contenu de l’insulte doivent être tels qu’un observateur objectif puisse raisonnablement penser qu’elle est propre à offenser les personnes partageant les convictions attaquées, et l’auteur de l’infraction doit avoir eu l’intention (ou avoir été conscient) de commettre une infraction.

      33. En pratique, les personnes poursuivies au titre de l’article 166 ont généralement subi un stress et perdu de l’argent, mais n’ont pas été condamnées à de lourdes peines. En 1981, dans une affaire dont le cardinal Meissner avait saisi la justice, la juridiction pénale d’appel de Cologne a estimé qu’une caricature défendant le droit à l’avortement, qui représentait Marie et Joseph, ne témoignait cependant d’aucune hostilité envers les chrétiens. Quatre ans plus tard, la juridiction d’appel de Karlsruhe a déclaré qu’un article sarcastique concernant la Cène n’était pas une insulte.

      34. La Berliner Tageszeitung, à qui l’évêque de Berlin avait intenté un procès à cause d’un article satirique, a été acquittée en 1987. En 1988, dans une affaire jugée à Bochum, la justice a estimé qu’une brochure insultante pour le Vatican ne risquait pas de troubler la paix civile. Plus récemment, les auteurs de parodies du pape Jean-Paul II ont été mis hors de cause. En 2006, par contre, l’ancien détenu « Manfred van H » a été condamné à un an d’emprisonnement avec sursis et à trois cents heures de travaux d’intérêt général pour avoir fait imprimer les mots « Koran, der Heilige Qur’än » sur du papier toilette, qu’il avait ensuite envoyé à des médias et à des mosquées.

      35. Les poursuites ont été plus nombreuses en Autriche. Les articles 188 et 189 du code pénal interdisent les insultes de nature à provoquer une indignation légitime. Ces dispositions ne semblent pas avoir été appliquées à ce qu’un juriste a qualifié de « croyances minoritaires ». La jurisprudence récente comprend notamment la décision de 1986 interdisant la projection publique d’un film inspiré de la pièce de Panizza intitulée Le Concile d’amour.

  • Un Sukhoï 22 de l’aviation syrienne abattu par un missile sol-air portatif dans le sud d’Alep.
    Info confirmée par l’agence syrienne SANA : http://sana.sy/en/?p=73719
    Le pilote aurait été capturé vivant selon des photos circulant sur les réseaux sociaux et amené au quartier d’al-Nousra :
    Article d’al-arabiya :
    http://english.alarabiya.net/en/News/middle-east/2016/04/05/Syrian-rebels-shoot-down-war-plane-near-Aleppo-.html

    Syria militants shot down a warplane on Tuesday in an area south of the city of Aleppo where insurgents are battling the Syrian army and allied militias, the Syrian Observatory for Human Rights said.
    The monitor said a plume of smoke was seen as the plane caught fire before it fell in the Talat al-Iss highland, where al Qaeda-affiliated militants have come under heavy bombardment by Syrian and Russian planes since they captured the area this week.
    Syrian state TV confirmed that the jet was shot down by a surface-to-air missile in Aleppo province and the pilot ejected.
    However according to the monitor and a militant source said that the pilot of downed plane has been taken by al-Qaeda affiliated al-Nusra front to one of its headquarters.

    Par ailleurs Ahrar al-Cham revendique avoir abattu l’avion :
    https://twitter.com/thomasjoscelyn/status/717346096205447169

    A noter que si l’on en croit les déclarations du ministère de la défense russe du 13 mars 2016, un avion syrien avait déjà été abattu par un missile sol-air le 12 mars dernier :
    http://www.janes.com/article/58762/russia-says-syrian-mig-21-downed-by-manpads

    A Syrian MiG-21 fighter-bomber has been shot down by rebels using a man-portable air defence system (MANPADS), the Russian Ministry of Defence (MoD) has said.

    When it released its daily summary of breaches of the current ceasefire agreement on 13 March, the Russian MoD said the aircraft was shot down by a MANPADS near the town of Kafr Nabudah at 14.41 on 12 March. Kafr Nabudah is on the border of Hamah and Idlib provinces.

    The MoD added that the MiG-21 “was performing airspace control tasks” when it was hit.

    #option_Stinger

  • A un tweet lui disant qu’en soutenant l’ASL on aurait pu contrer la croissance de Da’ich, Joshua Landis répond : « Je doute de cela. Les Etats-Unis n’ont pu trouver personne pour les combattre. L’ASL travaillait étroitement avec Da’ich avant que celui-ci ne rompe avec al-Nousra » :
    https://twitter.com/joshua_landis/status/714822548928729088

    I doubt this. US couldn’t find any willing to take on ISIS. FSA worked closely with ISIS before break w Nusra

  • Jamal Kashoggi, célèbre journaliste saoudien, réputé proche des services, nous livre sa brillante recette pour éviter la défaite saoudienne en Syrie. On peut se demander en quelle mesure tout cela correspond aux pensées en haut lieu. En tout cas, vous allez voir, c’est très simple et sans danger.
    http://www.middleeasteye.net/columns/east-syria-vs-west-syria-914556837
    C’est plutôt la solution B évoquée ici, avec un petit supplément de A mineure : http://seenthis.net/messages/457855#message458439
    D’abord petit rappel de l’objectif, combattre l’Iran :

    Saudi Arabia’s motive is to prevent Iranian hegemony in Syria – an objective which it will not back down on. It wishes to break the stalemate that has gripped Syria after five years of bloodshed.

    Pour cela commencer à convaincre les Américains d’accepter la proposition des « boots on the ground » contre Da’ich à la prochaine réunion de Bruxelles. Le but est bien sûr de les entraîner dans l’aventure. S’il y a des réticences, on s’avance un peu sur le terrain avec les Turcs - surtout les Turcs ! - de manière à ce que la « communauté internationale » se sente menacée du risque d’une plus grande « catastrophe internationale ». En clair on fait monter la tension avec la Russie et on menace d’un affrontement direct qui impliquerait l’OTAN. Oui, d’un truc genre guerre mondiale, quoi.

    Riyadh would also be re-directing the attention of the international community to the Syrian crisis. When officials in Brussels or Washington see that a range of international forces that are hostile to each other gathering in a small spot in earth, they will surely think of beginning to act before it blows into a wider international catastrophe.

    En passant, on en profite pour filer des missiles sol-air à nos gentils rebelles (A mineure : option afghane-Stinger). Grâce à ça les Turcs pourront faire leur « buffer zone » au nord de la Syrie (A option Benghazi). Oui, oui, comme ça.

    Riyadh and Ankara should not miss the opportunity to support their trusted rebels as they advance, providing them with surface to air missiles. Turkey would then implement the buffer zone that it had long called for.

    Du coup, nos rebelles, appuyés par la coalition, pourront attaquer Da’ich - puisque c’est ce dont ils rêvent - et libérer les territoires de l’est (solution B). Et nous revoilà, avec le compère Erdogan, redevenus les facteurs principaux de l’équation syrienne. Car à ce moment-là on tiendra tout l’est. On en profitera alors pour faire la reconquête de l’ouest, ou obtenir aux négociations la chute d’Assad. Ou pas d’ailleurs. Une Syrie divisée et détruite peut aussi bien faire l’affaire !

    The world will have on its hand an “eastern Syria” versus a “western Syria” situation, based on sectarian lines. The Assad regime is advancing in Shia villages but faces fierce resistance in Sunni-majority areas. Even if the regime and its allies advance in Aleppo, they would be ruling it with an iron fist, which explains why there is already a mass of civilians fleeing it, as well as from the Latakia countryside. [...]
    Riyadh never stopped advocating a unified Syria, free from Assad and Iran. The Saudi ground operation would put pressure on Russia, which followed a scorched earth strategy ahead of the Geneva peace talks. The Russians would be forced to negotiate with the Saudis and Turks on forming a transitional government for all of Syria without Assad, or leave the country divided and let time heal its wounds.

    Quatre remarques sur ce pensum stratégique assez délirant :
    – d’abord cette convergence étonnante, et maintes fois relevée, entre les objectifs saoudiens et israéliens : ici une Syrie fragmentée selon des lignes confessionnelles et la confrontation avec l’Iran.
    Les néocons (comme dans le WaPo) sont d’ailleurs en ce moment vent debout contre Obama qu’ils exhortent à partir au sol en Syrie pour contrer les Russes.
    – puis le manque absolu de sérieux, entièrement assumé, dans la proposition d’envoi de troupes au sol contre Da’ich, qui ne sert qu’à faire chanter les pays alliés
    – ensuite le caractère tranquillement apocalyptique de l’ensemble
    – enfin, à aucun moment ce brave Kashoggi ne se demande quelles options il resterait si les USA et l’OTAN ne se laissaient pas entraîner.

    • Le Washington Post se fait l’avocat de l’option « buffer zone » à la Benghazi : https://www.washingtonpost.com/opinions/the-era-of-us-abdication-on-syria-must-end/2016/02/09/55226716-ce96-11e5-88cd-753e80cd29ad_story.html?postshare=6671455061

      Operating under a NATO umbrella, the United States could use its naval and air assets in the region to establish a no-fly zone from Aleppo to the Turkish border and make clear that it would prevent the continued bombardment of civilians and refugees by any party, including the Russians. It could use the no-fly zone to keep open the corridor with Turkey and use its assets to resupply the city and internally displaced people in the region with humanitarian assistance.

      En parcourant la fiche wikipedia des deux auteurs, M. Ignatieff et L. Wiseltier, on découvre que tous d’eux ont été partisans de l’invasion de l’Irak en 2003.

    • @souriyam Et toujours cette question insoluble : comment se fait-il que les médias de notre presse libre se mettent à publier, en même temps et spontanément, des opinions aussi identiques mais émanant de personnalités aussi « différentes » ?

    • Sinon, tout ça revient à nouveau à l’idée présentée chez Brookings l’année dernière : « Déconstruire la Syrie »
      Deconstructing Syria : A new strategy for America’s most hopeless war
      http://www.brookings.edu/blogs/order-from-chaos/posts/2015/06/30-deconstructing-syria-ohanlon

      What to do? Counterintuitively, at this stage, the only realistic path forward may be a plan that in effect deconstructs Syria. A comprehensive, national-level solution is too hard even to specify at this stage, much less effect. Instead, the international community should work to create pockets with more viable security and governance within Syria over time. With initial footholds in place, the strategy could develop further in a type of “ink-spot” campaign that eventually sought to join the various local initiatives into a broader and more integrated effort.

      Critiqué ici :
      http://seenthis.net/messages/397495

    • @nidal : merci pour le rappel de ce texte de la Brookings que j’ai dû lire (vu l’étoile sur le signalement) mais oublier. Ca fait donc un moment que des Américains s’imaginent une partition comme lot de consolation.
      Quelques éléments qui vont dans votre sens à verser dans le dossier Landis. Je viens de visionner cette vidéo du « Geneva Security Debate » de décembre 2015 où Landis professe la partition et la création d’un #Sunnistan.
      De 29’30 à 32’ il la justifie par le fait que, selon lui, l’armée syrienne ne pourra ni reprendre l’est à Da’ich, ni récupérer l’ensemble du territoire des « rebelles ». Il suggère de laisser la « rébellion » construire un Etat sunnite sur son territoire, déjà nettoyé du point de vue religieux, et de l’y aider. Et ensuite d’espérer que la meilleur gouvernance de ce Sunnistan attire à elle les autres sunnites et mène, in fine, à la réunification. Le tout sur le modèle des deux Allemagnes de la guerre froide.
      De 38’à 42’ : utilisation d’un autre argument. Les Russes et les Iraniens n’ont pas besoin de s’épuiser à reprendre tout le territoire syrien, comme le voudrait Assad. La côte et Damas suffiraient à leurs objectifs stratégiques. Les territoires de Da’ich à l’est ne leur sont pas utiles. Les USA peuvent donc s’arranger avec eux pour tracer de nouvelles frontières. On en déduit que ces territoires reviendraient à l’autre camp international et à la rébellion.
      https://www.youtube.com/watch?v=UWlF_HxEq3U

      PS : je ne maîtrise pas l’arabe, que l’on ne parlait pas à la maison (couple mixte). Ma connaissance s’arrête à moins que les rudiments, acquis en allant en vacances dans la famille, et à l’alphabet. Je suis bien incapable de comprendre un tel débat.

    • Merci @souriyam.

      Et comme toujours, tous ces gens font comme si une sorte de « réalité de la guerre » s’imposait finalement à eux, comme si la partition était une conséquence inattendue de la guerre.

      Ils nous ont déjà joué exactement la même partition (et continuent de le faire) pour l’Irak (dont la partition a pourtant été officiellement votée par le Sénat américain en 2007) :
      http://seenthis.net/messages/410133#message410138

      Si l’on fait remarquer que, vu comment ces guerres ont été me menées, on aurait voulu la partition sectaire dès le début (comme but de guerre, donc), on ne s’y serait pas pris autrement, relève de l’hérésie… En revanche, l’idée est omniprésente dans la région et est associée simultanément au rappel de vieux projets sionistes et/ou au principe colonial de « diviser pour mieux régner » (d’où l’intérêt de traiter les arabes de complotistes à tout bout de champ).

    • En fait, comme à chaque fois, je me demande s’il l’a dit avant. En cherchant « magnet » (qui est le terme consacré) sur son blog Syria Comment, la seule occurence pertinente que j’ai trouvée, c’est l’interview de novembre 2015 :
      http://www.joshualandis.com/blog/regime-change-without-state-collapse-is-impossible-in-syria-landis-int

      JL: This is true, but many top US generals, like the Syrian opposition, continue to insist that Assad is the magnet drawing ISIS into Syria and thus must be destroyed first. This argument makes little sense. After all, when did Al-Qaeda pour into Iraq? Only after Saddam was deposed and the Americans ruled the country. I don’t think any of the US generals who now claim that Assad must be destroyed in order to defeat ISIS would also argue that America had to be destroyed in Iraq in order to rid it of al-Qaida.

      À moins qu’il ait dénoncé cette théorie en d’autres termes ailleurs (je n’en ai pas souvenir), je ne comprends pas pourquoi il a fallu attendre fin 2015 pour énoncer que la « théorie de l’aimant » est « idiote », alors que c’est l’un des axes principaux de la narrative occidentale.

  • Je pense qu’on peut désormais renoncer à l’idée d’avoir des discussions rationnelles avec ces « experts de la Syrie » : ici Joshua Landis trouve « important » de lire le bobologue des jihadistes, « qui est toujours intelligent » :
    https://twitter.com/joshua_landis/status/693523119374360576

    Important to read @RomainCaillet who is always smart

    La référence, en l’occurence, est cette « Introduction à la jihadologie », dans laquelle l’un des points les plus intellectuellement ravigorants consiste à expliquer que les universitaires qui n’adhèreraient pas aux charmes de cette nouvelle discipline (collectionner les vignettes Panini de jihadistes, pour reprendre @le_bougnoulosophe) sont des complotistes influencés par des « intellectuels du monde arabe » (entre guillemets) eux-mêmes complotistes :
    http://www.terrorisme.net/p/article_260.shtml

    Autre raison d’éviter ce thème de recherche, la crainte de nombreux chercheurs de susciter la réprobation des « intellectuels du monde arabe », dont une bonne partie voit dans le jihadisme, non pas un courant politique minoritaire, mais un « complot occidental », financé par les pays du Golfe et dirigé par les services de renseignements israéliens (sic !). Sous une forme plus atténuée, ce complotisme touche aussi des universitaires parfois reconnus, dénigrant ces « jihadologues » incapables de comprendre que derrière ces « idiots utiles » de jihadistes se cachent un « État profond » ou d’autres « marionnettistes » régionaux.

    • Colère salutaire de Myriam Benraad :
      https://twitter.com/myriam_benraad/status/693210229786435584

      Pionnier de la « jihadologie » par dénigrement non étayé, non sourcé des « universitaires complotistes » : il fallait le faire. Bravo l’artiste.

      https://twitter.com/myriam_benraad/status/693591793397534720

      Expert en retweetage des vidéos de l’État islamique et vous voulez nous imposer « ça » comme monument de la pensée ? Allez vous faire foutre.

      https://twitter.com/myriam_benraad/status/693698006995091456

      RC, ne m’envoie pas tes employeurs « anciens de » pour me dire que mes livres sont mauvais. Raffine tes techniques stp. Petit monsieur va.

      https://twitter.com/myriam_benraad/status/693826874384998401

      Ca te fait de l’universitaire complotiste avec tout ca : va te faire foutre gros connard. C’est assez complotiste pour toi la j’espere ?

    • Également une série de @le_bougnoulosophe :

      https://twitter.com/bougnoulosophe/status/693529757628112900

      1. Je l’ai dit la « jihadologie » est le dernier avatar de l’orientalisme, comme ce dernier, elle a des fondements racistes...

      https://twitter.com/bougnoulosophe/status/693530174902657024

      2. Le petit escroc de Romain Caillet nous en donne la preuve, voici comment il voit les "intellectuels arabes"...
      [même citation que ci-dessus sur les « complotistes »]

      https://twitter.com/bougnoulosophe/status/693531734953050114

      3. S’il entendait ce monceau de conneries (arrogantes et diffamatoires) le pauvre Edward Said ferait des triples saltos dans sa tombe !

      https://twitter.com/bougnoulosophe/status/693533706817003521

      4. R.Caillet n’innove pas : une vieille lubie des orientalistes de prétendre connaître les « Arabes » mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes.

      https://twitter.com/bougnoulosophe/status/693534787642986496

      5. Déjà E.Renan expliquait que « l’oriental » n’était pas transparent à lui-même qu’il avait besoin de l’orientaliste pour se révéler à lui...

    • Oui assez étonnant, d’autant que depuis quelques temps, Landis qui avait toujours eu pour lui, malgré des analyses erratiques, une certaine honnêteté factuelle qui le distinguait de la plupart des « spécialistes » français de la Syrie, avait saisi qu’au-delà de la question du régime et de Bashar, l’option maximaliste de l’opposition et de ses sponsors portait la guerre à un niveau supérieur : celui de la viabilité de l’Etat. Il était aussi un des rares à noter que l’alternative régime/opposition n’habitait pas ou plus les esprits de la plupart des Syriens, d’abord pressé de voir finir cet interminable conflit - chose qui à mon avis est vraie depuis bien longtemps déjà.
      Illustration dans cette série de tweets échangés avec l’inénarrable Thomas Pierret :
      https://twitter.com/joshua_landis/status/691257067156312064
      https://twitter.com/joshua_landis/status/691261223959027712

      Caillet, lui, est une starlette médiatique avec un travail académique récent et encore maigre. Et ça me fait drôle de voir que Benraad, qui est dans la même catégorie de ce point de vue là, reprend comme il se doit notre Calimero de la jihadologie. Un bon point pour elle, je dois l’admettre.
      Car, à côté, sur l’Irak, elle a été l’invitée permanente, alors qu’on aurait attendu plutôt Luizard, étrangement absent des ondes. De surcroît, Benraad qui s’est faite la championne de la thèse des #sunnites_humiliés en Irak - mais sans épargner les Américains, il est vrai -, ce qui reste tout de même problématique, la projette sans plus de précaution que ça sur le terrain syrien quand elle s’est trouvée sur le plateau de Taddéi, ou d’autres.
      Pour avoir lu le « Piège Daech » de Luizard, pas très bon et probablement issu d’une commande éditoriale, Luizard ne commet pas ce genre de bêtises et quelques unes de ces pages où il compare le confessionnalisme du régime syrien et celui de l’Irak post-2003 montre qu’il a un peu plus le sens de la nuance que sa jeune collègue. On y trouve même quelques bonnes pages sur le deal Barzani-Daech qui mena à la prise de Kirkouk et de Mossoul par les deux contractants, avant que le deal ne soit rompu par la prise du Sinjar ; pages qui prennent tranquillement le risque de se faire traiter de « complotiste » dans l’atmosphère actuelle.

      Bon, bref, un peu déçu moi aussi.

      PS : Rigolo tout de même, une fois de plus, de voir comment les jugements symétriquement opposés des Burgat boys et de Kepel sur l’islamisme puis le jihadisme, reposent sur les mêmes analyses, les mêmes fascinations grossissantes et la même dénonciation du complotisme...

    • Sinon, assez amusant : personne ne semble avoir relevé que Caillet évoque (mais trop essayer de le réfuter) l’argument selon lequel la « jihadologie » ferait le jeu des tarés :
      http://www.terrorisme.net/p/article_260.shtml

      La principale raison de ce rejet demeure cependant idéologique : la crainte de donner des arguments à l’extrême-droite en plaçant sous les projecteurs un phénomène anxiogène, légitimant des sentiments xénophobes au sein de la population française.

      Or que disait l’article qui le présentait si positivement dans Libé ? Romain Caillet. Jihad geek
      http://www.liberation.fr/planete/2015/04/01/romain-caillet-jihad-geek_1233089

      Suivi principalement par des journalistes, des jihadistes et des identitaires d’extrême droite, Caillet tweete inlassablement entre 13 heures et 5 heures du matin.

      Hum… « C’est dur d’être aimé par des cons » ?

    • D’ailleurs vous avez des références sérieuses sur la question du « terrorisme international », ou plutôt « jihadisme armé » ? Il y a le bouquin d’Alain Chouet qui est extrêmement intéressant, mais parfois aussi idéologique (dans le mauvais sens du terme) et surtout date beaucoup (le monsieur est sorti des services en 2002 je crois..). Je suis donc à la recherche de sources sérieuses en anglais et français. Et Kepel, vous en pensez quoi ?

  • Souleiman Assad, cousin de Bachar al-Assad, a été condamné à 20 ans de prison pour l’assassinat d’un officier de police syrien.
    Ce chef de milice, probablement à la tête de divers trafics, ne faisait pas l’unanimité, y compris parmi les partisans du régime.

    Via twitter Joshua Landis :
    https://twitter.com/joshua_landis/status/690307912892186624

    La nouvelle est présentée par certains partisans du régime comme la preuve que celui-ci entend lutter vraiment contre la corruption.

  • Le témoignage de l’ancien ambassadeur indien en Syrie sur la Syrie d’avant l’insurrection et des débuts de l’insurrection, et sur le rôle qui y ont joué très tôt, et entre autres, les monarchies du Golfe.
    Un point de vue rarement entendu à ce moment là.
    Via twitter Joshua Landis : https://twitter.com/joshua_landis/status/686540694547111937
    "Gulf countries played a role in the syrian uprising"
    http://series.fountainink.in/gulf-countries-role-uprising

  • Le nouveau document de Seymour M. Hersh: Military to Military: US intelligence sharing in the Syrian war
    http://www.lrb.co.uk/v38/n01/seymour-m-hersh/military-to-military

    The military’s resistance dates back to the summer of 2013, when a highly classified assessment, put together by the Defense Intelligence Agency (DIA) and the Joint Chiefs of Staff, then led by General Martin Dempsey, forecast that the fall of the Assad regime would lead to chaos and, potentially, to Syria’s takeover by jihadi extremists, much as was then happening in Libya. A former senior adviser to the Joint Chiefs told me that the document was an ‘all-source’ appraisal, drawing on information from signals, satellite and human intelligence, and took a dim view of the Obama administration’s insistence on continuing to finance and arm the so-called moderate rebel groups. By then, the CIA had been conspiring for more than a year with allies in the UK, Saudi Arabia and Qatar to ship guns and goods – to be used for the overthrow of Assad – from Libya, via Turkey, into Syria. The new intelligence estimate singled out Turkey as a major impediment to Obama’s Syria policy. The document showed, the adviser said, ‘that what was started as a covert US programme to arm and support the moderate rebels fighting Assad had been co-opted by Turkey, and had morphed into an across-the-board technical, arms and logistical programme for all of the opposition, including Jabhat al-Nusra and Islamic State. The so-called moderates had evaporated and the Free Syrian Army was a rump group stationed at an airbase in Turkey.’ The assessment was bleak: there was no viable ‘moderate’ opposition to Assad, and the US was arming extremists.

    Lieutenant General Michael Flynn, director of the DIA between 2012 and 2014, confirmed that his agency had sent a constant stream of classified warnings to the civilian leadership about the dire consequences of toppling Assad. The jihadists, he said, were in control of the opposition. Turkey wasn’t doing enough to stop the smuggling of foreign fighters and weapons across the border. ‘If the American public saw the intelligence we were producing daily, at the most sensitive level, they would go ballistic,’ Flynn told me. ‘We understood Isis’s long-term strategy and its campaign plans, and we also discussed the fact that Turkey was looking the other way when it came to the growth of the Islamic State inside Syria.’ The DIA’s reporting, he said, ‘got enormous pushback’ from the Obama administration. ‘I felt that they did not want to hear the truth.’

    ‘Our policy of arming the opposition to Assad was unsuccessful and actually having a negative impact,’ the former JCS adviser said. ‘The Joint Chiefs believed that Assad should not be replaced by fundamentalists. The administration’s policy was contradictory. They wanted Assad to go but the opposition was dominated by extremists. So who was going to replace him? To say Assad’s got to go is fine, but if you follow that through – therefore anyone is better. It’s the “anybody else is better” issue that the JCS had with Obama’s policy.’ The Joint Chiefs felt that a direct challenge to Obama’s policy would have ‘had a zero chance of success’. So in the autumn of 2013 they decided to take steps against the extremists without going through political channels, by providing US intelligence to the militaries of other nations, on the understanding that it would be passed on to the Syrian army and used against the common enemy, Jabhat al-Nusra and Islamic State.

    Germany, Israel and Russia were in contact with the Syrian army, and able to exercise some influence over Assad’s decisions – it was through them that US intelligence would be shared. Each had its reasons for co-operating with Assad: Germany feared what might happen among its own population of six million Muslims if Islamic State expanded; Israel was concerned with border security; Russia had an alliance of very long standing with Syria, and was worried by the threat to its only naval base on the Mediterranean, at Tartus. ‘We weren’t intent on deviating from Obama’s stated policies,’ the adviser said. ‘But sharing our assessments via the military-to-military relationships with other countries could prove productive. It was clear that Assad needed better tactical intelligence and operational advice. The JCS concluded that if those needs were met, the overall fight against Islamist terrorism would be enhanced. Obama didn’t know, but Obama doesn’t know what the JCS does in every circumstance and that’s true of all presidents.’

    Once the flow of US intelligence began, Germany, Israel and Russia started passing on information about the whereabouts and intent of radical jihadist groups to the Syrian army; in return, Syria provided information about its own capabilities and intentions. There was no direct contact between the US and the Syrian military; instead, the adviser said, ‘we provided the information – including long-range analyses on Syria’s future put together by contractors or one of our war colleges – and these countries could do with it what they chose, including sharing it with Assad.

    […]

    The military’s indirect pathway to Assad disappeared with Dempsey’s retirement in September. His replacement as chairman of the Joint Chiefs, General Joseph Dunford, testified before the Senate Armed Services Committee in July, two months before assuming office. ‘If you want to talk about a nation that could pose an existential threat to the United States, I’d have to point to Russia,’ Dunford said. ‘If you look at their behaviour, it’s nothing short of alarming.’ In October, as chairman, Dunford dismissed the Russian bombing efforts in Syria, telling the same committee that Russia ‘is not fighting’ IS. He added that America must ‘work with Turkish partners to secure the northern border of Syria’ and ‘do all we can to enable vetted Syrian opposition forces’ – i.e. the ‘moderates’ – to fight the extremists.

    Obama now has a more compliant Pentagon. There will be no more indirect challenges from the military leadership to his policy of disdain for Assad and support for Erdoğan.

  • Selon RT, le chef de la milice turkmène (Alparslan Celik) qui a abattu au Nord de la Syrie l’un des deux pilotes russes qui s’était éjecté de son avion, n’est pas un turkmène syrien mais un turc dont le père a été maire MHP en Turquie. Il est par ailleurs membre du groupe ultranationaliste et panturkiste des Loups Gris d’Anatolie :
    https://www.rt.com/news/323658-turkmen-commander-turkish-ultra
    Des éléments de preuve ici :
    http://ntv.livejournal.com/426110.html

    Via twitter Joshua Landis : https://twitter.com/joshua_landis/status/671109554692882432?lang=fr

  • En Turquie, 2 journalistes poursuivis pour des révélations sur des livraisons d’armes aux rebelles syriens
    http://www.lemonde.fr/international/article/2015/11/27/turquie-deux-journalistes-poursuivis-pour-leurs-revelations-sur-des-livraiso

    Deux journalistes du quotidien Cumhuriyet, Can Dündar et Erdem Gül, ont été mis en examen et écroués à la prison Silivri d’Istanbul, jeudi 26 novembre, pour avoir diffusé une vidéo, des photographies et des articles montrant des livraisons d’armes convoyées par le gouvernement aux rebelles syriens.

    Tout a commencé le 29 mai 2015 lorsque Cumhuriyet, un journal très respecté de l’opposition laïque, a publié des documents fort embarrassants pour le gouvernement. A deux reprises, le 1er et le 19 janvier 2014, la gendarmerie turque avait intercepté, non loin de la frontière syrienne, des camions chargés d’armes destinées à des groupes rebelles syriens. Les convois étaient escortés à chaque fois par des représentants des services de renseignement (MIT).

    Gendarmes et agents du MIT faillirent en venir aux mains dès lors qu’il fut question d’inspecter le contenu des camions. Après bien des péripéties, dix-neuf gendarmes se retrouvèrent inculpés pour « espionnage » et cinq procureurs trop zélés furent arrêtés. Accusés d’avoir révélé des « secrets d’Etat » et d’avoir terni l’image du gouvernement en faisant croire à sa complicité avec les terroristes, tous encourent de dix à vingt ans de prison.

    Quelques mois plus tard, Cumhuriyet se résolut à tout révéler au grand jour. Les photos et les vidéos amateurs prises par des témoins sur place au moment de la fouille des camions apparurent sur son site et dans les pages du journal. Selon l’enquête publiée alors, un millier d’obus de mortier, 80 000 munitions pour des armes de petit et gros calibre et des centaines de lance-grenades se trouvaient dans le convoi. De fabrication russe, ces armes provenaient de pays de l’ancien bloc soviétique, assurait le journal. Le gouvernement, qui affirmait à l’envi que les camions convoyaient de l’aide humanitaire, dut reconnaître qu’il n’en était rien.

    • Peut-être faut-il également prendre en compte ce qu’exprime plutôt bien ce commentaire :

      If Turkey does not support Syria’s fight for freedom then it will need to endlessly host 3 million Syrian refugees that fled the dictator and ISIS. If they do support the fight then they will get attacked by the Iranian Russian block. So they decided to do it secretly and they got stabbed in the back by one of their own. Turkey should take the long term view and continue to stand firm with the Syrians despite all the attacks from the media and foreign powers.

      en dessous de cet article :

      http://www.middleeasteye.net/columns/weapons-syria-journalists-prison-story-behind-turkey-s-great-espionag

    • @stephane_m : Ce serait donc pour des raisons humanitaires que la Turquie armerait des organisations jihadistes et/ou salafistes dont certaines prônent ouvertement l’élimination physique de tout ou partie des minorités religieuses syriennes ? Vous êtes sérieux ?
      Que se passerrait-il à votre avis si la sympathique coalition de Jaysh al-Fateh (al-Nusra + Front islamique salafiste) prenait une ville comme Lattaquieh - dont la population a doublé au cours de la guerre civile dûs à l’afflux de déplacés (7 millions en Syrie) ? Ou même Damas ? Si vous voulez en avoir une petite idée demandez-vous ce qu’il s’est passé lorsque les mêmes avec l’appui turc ont pris le village arménien de Kessab, vous saurez si une telle éventualité accroîtrait ou diminuerait le flot des réfugiés vers l’extérieur !

    • Je ne prends pas Erdogan pour un humaniste.

      Mais je cherche à comprendre ce qui se passe en essayant de me défendre d’avoir des biais trop pro-occidentaux ou trop pro-russes (les deux grandes sources de propagande qui nous abreuvent).

      Je n’aime pas trop qu’on s’offusque que la Turquie défende ses intérêts géopolitiques en Syrie alors que c’est logique qu’elle le fasse et que c’est ce que font absolument tous les acteurs en Syrie.

      La population turque comprend un très grand nombre d’ethnies variées (les kurdes sont la minorité ethnique la plus importante), conserver la stabilité de cet ensemble est essentiel, et je comprends qu’un gouvernement turc ne reste pas inerte face à ce qui se passe chez son très très proche voisin. Le refus des différents gouvernements turcs de l’idée même d’un état kurde dans leur voisinage immédiat, me parait, par exemple, compréhensible, alors que la plupart des commentaires occidentaux sont très favorables à un tel état (qui sera probablement pro-occidental et ne déstabilisera pas nos pays ...)

      Je préférais la politique antérieure du gouvernement turc de négociation et de gestes d’apaisement envers les Kurdes turcs. Mais tous les mouvements kurdes ne sont pas non plus des gentils pacifistes, il y a une variété d’orientations politiques parmi eux : des démocrates convaincus et dépourvus de racisme, et d’autres qui ne le sont pas.

      La Turquie subi déjà des conséquences trop importantes de sa proximité avec la Syrie pour rester inerte et, par exemple, l’afflux de réfugiés est considérable :

      http://www.amnesty.fr/Nos-campagnes/Refugies-et-migrants/Actualites/Turquie-la-protection-des-refugies-de-Syrie-atteint-ses-limites-13281

      Si vous avez des sources ayant des arguments étayés indiquant quels groupes le gouvernement d’Erdogan soutient en Syrie, cela m’intéresse.

    • Je crois que comme beaucoup de ceux qui ont choisi l’option de la guerre clandestine contre le régime d’Assad, le tandem Erdogan/Davutoglu a fait l’erreur de croire que la chute d’Assad était imminente, et qu’ensuite la prééminence des FM lui assurerait une influence sans partage sur la Syrie. La question des réfugiés (et son instrumentalisation) n’était au départ que secondaire par rapport aux enjeux politiques.
      Calcul dangereux, parce qu’il y avait beaucoup à perdre pour la Turquie quand on sait que la politique d’Assad (je parle de Bachar) était jusqu’en 2011 de contrebalancer l’influence iranienne par une intensification de la coopération économique avec la Turquie (assurant à celle-ci une ouverture au sein du marché en constitution de la GAFTA). Les échanges entre les deux pays (tourisme, investissements, commerce, …) étaient intenses. A cette époque Erdogan appelait Bachar al-Assad son "bon ami" et Davutoglu prônait une politique de "zéro problème avec nos voisins".
      Mais la Turquie, après des réticences initiales, a finalement décidé de se joindre aux opérations militaires de l’OTAN en Libye et donc à la première opération violente de regime-change sous couverture des « révoltes arabes ». Le tournant de sa politique étrangère est exactement là (courant 2011) donc bien avant que le problème des réfugiés syriens ne prenne l’ampleur dramatique qu’il a aujourd’hui. Elle a ensuite continué à suivre cette nouvelle ligne et a choisi de rejoindre la seconde opération de regime-change, en Syrie, organisée par les mêmes : USA, alliance Qatar-F.M., France et GB. Elle a donc préféré rejoindre l’option de la guerre clandestine de ce bloc plutôt que de profiter de sa proximité avec Assad, de l’amélioration de ses rapports avec la Russie et l’Iran (médiation dans le dossier nucléaire), et de ses rapports avec les FM pour essayer par la voie diplomatique et de la médiation de peser en faveur d’une désescalade de la guerre civile naissante. Ce n’est donc pas par humanitarisme que l’équipe Erdogan a fait ce choix risqué (et de mon point de vue désastreux pour la Syrie comme pour la Turquie), mais par opportunisme et intérêt à courte vue. Nul doute que de tous les acteurs extérieurs qui ont joué à ce sale jeu (dont les Syriens payent avant tous les autres les conséquences), la Turquie est celle qui avait le plus à perdre, et c’est probablement celle qui perdra le plus.

      Quant à l’affirmation selon laquelle la Turquie aurait le droit de s’ingérer dans les affaires syriennes pour y défendre ses intérêts - comme tout un chacun en Occident, en somme – elle me paraît inacceptable. L’annexionnisme turc a déjà sévi une première fois en Syrie, quand la France mandataire a cru pouvoir disposer du territoire syrien comme sa propriété en achetant la neutralité turque contre le Sanjak d’Alexandrette syrien en 1938 (à la suite d’un référendum bidonné). De par l’histoire récente, la Turquie, comme les anciennes puissances mandataires (R.U. et France), les Etats-Unis et Israël, ont moins que tout autre pays du monde la légitimité historique pour défendre la population syrienne et ainsi s’autoriser, sous ce prétexte, à y alimenter la guerre civile de l’extérieur en vue d’un changement de régime. Au risque d’une destruction de l’Etat. Evidemment une notion aussi floue et aussi morale que « légitimité historique » est peu opératoire pour l’analyse, mais elle devrait servir de système d’alerte sommaire. Ainsi quand après les deux bombardements français de Damas et la répression de la révolution de 1925, le Seyfo turc, l’épuration ethnique israélienne en slow-motion du Golan ou les coups d’Etats à répétition des Etats-Unis, tout ce petit monde additionné des deux monarchies absolues wahhabites (Saoud-Qatar), prétend maintenant défendre la population syrienne et favoriser la démocratisation en armant, finançant et offrant une couverture politique à des groupes armés qui vont de l’islamisme dit modéré tendance FM au salafisme jihadiste, ça devrait un peu interloquer et inciter au recul !

    • Le principe d’une guerre clandestine est justement qu’elle ne se fait pas publiquement. Il n’existe pas à ma connaissance de liste de groupes soutenus par la Turquie qui aurait fuité des archives de leurs services. Le but de l’enfermement de journalistes, de procureurs ou d’officiers de gendarmerie en Turquie qui ont mis le nez là où il ne le fallait pas, c’est évidemment de maintenir secrets certains aspects peu reluisants de cette guerre et le nom de certains groupes soutenus. Néanmoins certains signes et indices peuvent nous renseigner.

      La Turquie n’a pas fait mystère d’avoir contribué à créer puis soutenu l’ASL dès 2011. Je passe donc sur cette évidence, illustrée par le fait que son premier commandant en chef Ryad al-Asaad résidait en Turquie et que plusieurs des groupes de l’ASL sont notoirement liés aux FM dont le parti d’Erdogan est issu (et dont lui-même a été membre).

      Pour ce qui est du jeu très ambigu vis-à-vis de Da’ich : le lien donné par @rastapopoulos

      Pour ce qui est du groupe salafiste Jaysh al-Islam (faction du Front islamique), son leader Zahran Alloush a pu paraître publiquement à deux reprises à Istanbul cette année : en avril 2015 : http://www.alaraby.co.uk/english/politics/2015/4/21/syrian-rebel-groups-await-formation-of-a-saudi-turkish-alliance
      et en mai 2015 : https://twitter.com/joshua_landis/status/601321202695557120
      Son principal soutien est certainement, malgré tout, l’Arabie saoudite.

      Pour ce qui est de la coalition Jaysh al-Fateh, le fait qu’elle contrôle le poste-frontière syro-turc de Bab al-Hawa qui reste ouvert est une indication claire que cette coalition, comprenant notamment Ahrar al-Sham et al-Nusra, est soutenue par Ankara. Il est d’ailleurs de notoriété publique que quand cette coalition s’est montée début 2015, c’est grâce à une joint-venture Saoud/Qatar/Turquie pour lui apporter un soutien massif qu’elle a pu conquérir Idlib et Jisr al-Shoughour durant la première moitié de l’année 2015 (jusqu’à l’arrivée des Russes et des Iraniens).
      Sur le soutien turc à Jaysh al-Fatah et notamment au groupe salafiste Ahrar al-Sham, on trouve quantité d’articles dans la presse mainstream. Par exemple :
      – une dépêche AP qui parle de confirmation d’officiels turcs sur le rôle d’Ankara et cite l’universitaire Joshua Landis : http://www.huffingtonpost.com/2015/05/07/turkey-saudi-arabia-syria-rebels-pact_n_7232750.html
      – une autre dépêche AP : http://uk.businessinsider.com/ahrar-al-sham-in-syria-and-turkey-2015-10?r=US&IR=T
      – Libération et Hala Kodmani herself : http://www.liberation.fr/planete/2015/07/30/l-armee-de-la-conquete-prete-pour-la-releve_1356480
      – The Independent : http://www.independent.co.uk/news/world/middle-east/syria-crisis-turkey-and-saudi-arabia-shock-western-countries-by-suppo
      – dépêche Reuters : http://www.reuters.com/article/2015/09/22/us-mideast-syria-crisis-ahrar-insight-idUSKCN0RM0EZ20150922#vUU8VwHisjGDevA

      Sur les brigades turkmènes qu’Ankara aimerait voir unifiées sous un même commandement turkmène (et anti-kurde) : http://seenthis.net/messages/387949

      Et probablement le Parti islamique du Turkestan (mouvement panturkiste/jihadiste), dont une brigade composée de turcophones d’Asie centrale a été responsable avec al-Nusra de l’exécution d’une cinquantaine de soldats syriens après la prise de la base aérienne d’al-Duhur : http://www.longwarjournal.org/archives/2015/09/turkistan-islamic-party-releases-photos-from-captured-syrian-regime-

      Et pour l’implantation documentée dès 2011 d’une filière du jihad partant de Libye et allant en Syrie via la Turquie et organisée par Belahj (ancien chef d’al-Qaïda en Libye) et al-Harati, voir + commentaires : http://seenthis.net/messages/381028

  • OK : Landis a fait du sarcasme hier, mais le message initial m’a tellement choqué que je ne m’en suis pas rendu compte et je l’ai pris au premier degré. J’ai donc viré mon message (merci @fil).

  • Un interlocuteur vous ennuie une fois de plus avec sa #théorie_du_complot selon laquelle Assad a créé Da3ich ?

    Les 4 minutes de cette vidéo trouvées sur le site Levant Report http://levantreport.com/2014/09/13/isis-as-u-s-creation-the-clearest-authenticated-video-evidence-to-date
    et authentifiées par l’universitaire Joshua Landis, spécialiste de la Syrie https://twitter.com/joshua_landis/status/504610185952784384, devraient résoudre le problème : https://www.youtube.com/watch?t=249&v=piN_MNSis1E

    La scène principale où l’on voit le colonel al-Okaïdi, l’homme de l’ASL chargé des envois d’armes et chef militaire de la région d’Alep, se réjouir en 2013 de la prise de la base de Menagh aux côtés d’un émir de Da3ich (un certain Abu Jandal), qui ensuite chante la gloire d’Abu Bakr al-Baghdadi, vaut son pesant de pistaches...

  • La rumeur du jour : Bashar al-Assad’s spy chief arrested over Syria coup plot
    http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/middleeast/syria/11596142/Bashar-al-Assads-spy-chief-arrested-over-Syria-coup-plot.html

    The Assad regime has placed its intelligence chief under house arrest after suspecting he was plotting a coup, in a sign that battlefield losses are setting off increasing paranoia in Damascus.

    Ali Mamlouk, the head of the country’s National Security Bureau, and one of the few officials still to have access to President Bashar al-Assad, was accused of holding secret talks with countries backing rebel groups and exiled members of the Syrian regime.

    Mr Assad is struggling to keep together the regime’s “inner circle” of the regime, who are increasingly turning on each other, sources inside the presidential palace have told The Telegraph.

    • Joshua Landis: «It doesn’t make sense to me.»
      http://www.joshualandis.com/blog/did-ali-mamlouk-assads-spy-chief-try-to-carry-out-a-coup

      1. His throat will be cut as soon as opposition members get their hands on it. His only hope is the Iranians; It has been since the beginning.

      2. There is no “opposition” to talk to. Who could he be talking to from the opposition? Nusra? Jaysh al-Islam, Ahrar? None of them would accept Mamlouk in any other condition but dead. Why would he talk to the Syria Opposition Coalition? They cannot deliver anything. They certainly cannot stop the fighting. It doesn’t make sense.

      […]

      4. The narrative about the top Sunnis in the regime getting cold feet about working with Persians seems too neat and too manufactured. Of course, if the wheels are falling off the regime, people will try to find a way out, but it is much more likely that they will simply defect, rather than try to pull of a coup and then negotiate a deal for the regime. It would be like the first mate of a sinking ship trying to negotiate with the sea. If the regime splinters, there will be no saving it. I cannot believe that Mamlouk would think of Rifaat al-Assad as a possible successor to Bashar. His expiry date passed long ago. He has no following. It all seems too far fetched.

  • Combats violents entre le Hezbollah et l’EI dans le jurd de Brital et Baalbeck - L’Orient-Le Jour
    http://www.lorientlejour.com/article/889627/combats-violents-entre-le-hezbollah-et-lei-dans-le-jurd-de-brital-et-

    Des jihadistes de l’Etat islamique (EI, ex-Daech) venus de Syrie ont attaqué dimanche des positions du Hezbollah dans l’est du Liban, donnant lieu à de violents combats.

    Bon, nous y voilà, c’est la suite logique de ce qui était mentionné il y a une semaine : http://seenthis.net/messages/297124

    • Ce sont les mauvaises tournures habituelles de L’Orient Le Jour (qui est assez fier d’être un journal mal écrit).

      Cependant :
      – Daech, c’est l’acronyme arabe de الدولة الاسلامية في العراق والشام, État islamique en Irak et en Syrie
      – depuis juin dernier, le groupe se fait appeler État islamique tout court : الدولة الإسلامية. (Si on ne veut plus utiliser ISIS ou ISIL ou EIIS ou EIIL, on ne devrait donc plus utiliser non plus Daech.)

      L’OLJ change de langue inutilement, puisque ce qui est dit, c’est : « EI, ex-EIIS ». Ou « DA, ex-Daech » :-)

    • Malgré tout il semble bien que ce soit Jabhat al-nosra qui combate (donc en principe venant du sud...). Quelle que soit l’origine géographique, cela me semble dans la continuité d’un nouveau front, programmé à cet endroit. A lire les titres qui en parlent, on sent une jubilation à peine masquée chez certains (l’orient par exemple, qui parle des pertes du Hezb comme s’il ne s’agissait pas de Libanais tués durant des combats, sur le territoire national, menés par des types qui sont en principe au ban des nations. Côté axe de la résistance, on minimise autant qu’on peut me semble-t-il.

    • Calm returns to border after Hezbollah-Nusra fighting killed 22
      http://www.dailystar.com.lb/News/Lebanon-News/2014/Oct-06/273047-five-hezbollah-fighters-dead-in-border-clashes.ashx#axzz3FMxUIN

      Hezbollah acknowledged the deaths of eight fighters and said it would hold funeral processions later Monday for at least two that were killed in the Bekaa Valley town of Labweh.

      Security sources said at least 20 Hezbollah fighters were wounded in the clashes that broke out Sunday evening outside the village of Brital. They were taken to hospitals in Baalbek, particularly the Hezbollah-run Dar al-Hikmeh, the sources told The Daily Star.

      They said 14 Nusra Front jihadists were killed in the clashes that ebbed around 3 a.m. Monday.

      Hezbollah captured five Nusra militants, the sources said.

      They said Hezbollah fighters repelled Nusra Front attacks on the party’s two main posts – Ain al-Saaa and Mihfara – on the farthest edge of Brital Sunday afternoon.

      Later in the evening, Hezbollah also attacked Nusra hideouts on the outermost edge of Brital.

      A source from Hezbollah told The Daily Star that militants had briefly taken over one of the posts but the party swiftly regained control of the site.

      “All the fighting is taking place inside Syrian territories as militants are seeking to gain a foothold in Qalamoun, where their presence is weak,” the source said. “They have been launching intermittent attacks.”

      The Nusra Front, however, claimed that it had been attacked by Hezbollah. The group tweeted Monday morning that jihadists had repulsed a Hezbollah attack on the outskirts of Nahleh, a village northeast of Baalbek, killing and wounding dozens of fighters from the “resistance and rejectionist party.”