• Les amis du monde diplomatique inviterai a Montpellier un masculiniste, et homophobe ! (Alexis Escudero)

    Il avait déjà été critiqué lors d’une intervention dans un cadre anarchiste a Paris.
    http://littlevampire.canalblog.com/archives/2014/11/06/30907265.html
    Sous couvert de critique de la technique, et en particulier de la reproduction, les critiques porté serait en fait clairement d’une autre nature...
    Comme bcp d’auteurs d’ext. dr. il tenterai le confusionnisme selon son public en lissant son discours... mais ces écrits serait clair.

    P.S : rappelons aussi ce texte ;) http://blog.ecologie-politique.eu/post/La-Reproduction-artificielle?pub=0#pr

    • Plusieurs mouvements LGBTI revendiquent aujourd’hui l’accès à la PMA pour les couples de lesbiennes et pour les femmes célibataires, ainsi que la reconnaissance légale des enfants nés ainsi d’une part, et de leurs parents d’autre part. Il s’agit bien de réclamer l’égalité.

      Quand bien même je suis d’accord avec plusieurs critiques (cf toutes les discussions ici), sur ce point là précisément, le livre d’Escudero aussi réclame l’égalité : l’interdiction pour tout le monde, y compris les couples hétéros, stériles ou pas, quels qu’ils soient. La PMA pour absolument personne, c’est aussi un positionnement identique pour tou⋅te⋅s.

    • Oui j’entends ce que tu dis. Mais ça ne fait pas disparaître le reste des propos de son livre.
      Autrement dit on aurait pu avoir la critique que tu propose sans tout le reste... a part que ce ne serait pas cet auteur, mais toi, et du coup, il n’y aurai pas eu cette action :)

    • Et toujours en étant du côté des critiques, sur la non légitimité de parler de certains sujets féministes sans les avoir approfondi, sur le ton employé, etc, je ne vois malgré tout pas comment on peut le qualifier carrément d’être d’extrême droite. Ce genre d’accusation diffamante à l’emporte-pièce me paraît tout autant être du grand confusionnisme.

      Le fait de ne pas être (pro)féministe, et même le fait d’être masculiniste, ne se confond absolument pas avec le fait d’être d’extrême droite. Il ne faut pas tout mélanger. Il y a des problèmes de sexismes ou de masculinisme y compris à l’intérieur des marxistes, des anarchistes, des altermondialistes, ou de n’importe quel autre mouvement. C’est même un sujet qui est régulièrement mis au goût du jour dans diverses brochures, tracts, ou blogs.

      Bande de fachos antisémites !

    • Je ne pense pas que la provocation apporte des éléments de réflexions. Mais ça donne p.ê l’impression de prendre de la distance.

      P.S : par ailleurs, j’ai regardé du coup le texte et il est écrit « des arguments issus de l’extrême droite » mais pas que l’auteur est d’extrême droite.

    • Je vais y revenir, me répéter, au risque d’être vu comme un radoteur, ce qui n’est guère geek, et passe pour peu contemporain - pourtant, je pense que c’est l’époque présente qui à défaut d’être sourde, n’entend trop souvent rien à rien.

      Dans son pamphlet, Alexis Escudero tient un discours viriliste, ouvertement misogyne et homophobe, des plus hostiles et agressifs.
      Il se livre à une forme de lynchage intellectuel en règle sur la critique féministe radicale, falsifiant sans vergogne cette critique.
      C’est un prétendu critique anti-industriel autoproclamé « libertaire » qui sous couvert de critique anti industrielle se comporte ostensiblement en faussaire à l’égard des luttes féministes, lesbiennes, homosexuelles, pour le moins, et pour qui la malhonnêteté intellectuelle la plus caractérisée semble être une arme critique légitime.

      Comprenons-nous : Alexis Escudero, PMO, le Monde à l’envers, et les lecteurs qui les trouvent bons, ont parfaitement le droit de ne pas être d’accord avec des critiques féministes, lesbiennes, homosexielles. Ils ont même parfaitement le droit de n’être d’accord avec aucune des critiques féministes, lesbiennes, homosexuelles, existantes à ce jour. Mais pour mériter le nom de critiques, ils se doivent de les traiter avec ce minimum d’honnêteté qui consiste à s’intéresser à leur contenu réel, et à venir argumenter contre ce qu’ont dit et écrit ces mêmes féministes, lesbiennes, homosexuels.

      Je tiens que la pensée est une chose matérielle, et qu’en falsifiant délibérément la pensée d’un auteur, en lui ôtant ses propos de la bouche pour venir y mettre un discours arrangé par nos propres soins, on ne fait pas que mentir et déformer des mots : c’est la personne même de celui dont on falsifie la parole que l’on atteint, c’est de sa parole qu’on le prive, c’est sa personne que l’on nie.
      Moi qui suis socialement considéré comme un homme hétérosexuel, je ressens pour cette raison là avant tout le livre d’un Escudero, ainsi que la tiédeur ennuyée des discours écologistes ou anti-technologiques qui prétendent ne s’intéresser qu’à ses excellentes qualités et passer outre ses déplorables défauts, comme l’expression d’une menace physique non seulement contre les femmes les lesbiennes et les homosexuels mais encore contre les hommes hétéro qui ne seraient pas assez virilistes. Il y a certes du pugiliste, du Alain Soral dans cette attitude, comme il y en a chez l’animateur de PMO. Mais il y a surtout l’expression, plus banale, du masculinisme, de l’hétérosexisme et de leur mépris envers tout ce qui n’est pas assez viril.

      Je me fiche de savoir si une seule phrase de son torchon peut passer, une fois savamment extraite de celui-ci, et considérée avec suffisamment de complaisante superficialité, pour « égalitariste », ou pas. J’ai pris la peine de montrer par le détail ce que valait la pensée de l’auteur, et dans quelle confusion il pataugeait sitôt qu’il se hasardait imprudemment à prétendre parler d’égalité.
      Je tiens que l’on doit savoir à quelles armes intellectuelles on estime pouvoir recourir dans une dispute intellectuelle, et que les armes auxquelles il a recours jugent un auteur, tout comme son indifférence ou son insensibilité à celles-ci juge un lecteur.

      Je ne tiens pas « extrême droite » - ou un titre aussi inconséquent que celui d’ « ami du monde diplomatique » - pour les plus pertinentes des catégories comme des compagnies avec lesquelles essayer de penser le politique.
      Je pense que le confusionnisme ne se combat pas en brandissant des catégories confuses, mais en mettant patiemment à jour son incapacité à atteindre la moindre espèce de cohérence, en mettant à jour les contradictions qu’il recèle et qu’il entretient et renforce.
      Les passages où Escudero s’attarde (je ne dirais pas qu’il prétend les préciser, car je ne pense pas qu’il ait sérieusement envisagé de questionner ces notions) sur ce que sont pour lui des notions comme celle d’égalité ou de nature sont accablants et parlent de fait plus cruellement contre lui que je ne saurais le faire moi même (voir le chapitre IV, « Les crimes de l’égalité »).

      Je reviendrai rappeler cela aussi longtemps qu’il le faudra, ici sur seenthis, et là où je me trouve physiquement s’il s’y présente, ou si n’importe lesquels de ses amis viennent y faire la promotion de son livre. Aussi longtemps, au moins, qu’il ne se trouvera pas un argument intellectuel digne de ce nom pour venir démonter mon propos.

      La critique sociale n’est pas une pratique confortable.

    • heu, juste pour précision « amis du monde diplomatique », c’est le nom propre de l’assos qui a fait le fait venir, c’est pas mon invention :)
      Et j’essaye pas de penser avec eux, mais d’empêcher que l’auteur y vienne sans que soit connu le contenu réel de sa prose.
      Sinon je suis ok avec ce que tu écris @martin5.

    • @bug_in / florian olivier

      Je connais cette asso depuis longtemps...

      La dernière fois que j’ai eu affaire avec eux, c’était à Grenoble en 1998, à propos d’OGM. 
      Moi aussi, à l’époque, j’essayais juste de les empêcher d’être trop inconséquents.

    • Pour le coup @bug_in, le PDF que tu mets en lien ne contient aucune insulte à proprement parler. Mais si on veut considérer que la manière de se moquer peut valoir pour insultes (soit, pourquoi pas…), elles sont à priori à la mesure des insultes et coup réel qu’ils ont eux-mêmes reçues à Lyon, apparemment.
      1 partout, la balle au centre…

      Mis à part les articles d’Aude et un ou deux articles de @martin5, de l’ensemble des sites et commentaires que j’ai lu, je n’ai vu absolument que :
      – soit des mauvaises citations (comme citer le passage sur les bovins en faisant croire qu’on parle des humains : ce faux morceau est repris dans plein de sites !)
      – soit rien du tout et uniquement des insultes, sans aucune argumentation.

      Et après on voit écrit « on va pas continuer à argumenter, faire de la pédagogie, etc ». Sauf que pour « continuer » il faudrait déjà avoir commencé. Or des argumentations, démontrant les insultes premières, je n’en ai à peu près jamais vu.

      Je soutiens la critique, je ne soutiens pas les insultes non accompagnées d’argumentations les démontrant.

      Au passage, « masculiniste » au départ ça correspond à une mouvance très précise, qui a des revendications horribles très concrètes (on peut en faire la liste : ce n’est pas abstrait). Or aucune de leur revendications ne se retrouvent dans le livre. Qui a dit « confusionnisme » ?

    • @Rastapopoulos

      Je suis d’accord avec ce que vous écrivez ici : je ne me reconnais dans à peu près aucune des réactions négatives suscitées par les dernières frasques de PMO et d’Escudero, telles que j’ai pu les lire sur le net. Aude V fait exception, et si les meilleures de ces réactions ont eu le mérite de me donner envie de formuler une critique un minimum radicale des positions de PMO/Escudero, c’est justement parce qu’elles demeurent à mes yeux loin du compte.

      Je crains que ce triste esprit de parti qui constitue plus ou moins la trame même du monde militant, sur internet comme dans la rue, ne se manifeste ici comme il le fait presque partout et tout le temps, lequel préfèrera toujours recourir à des formules à l’emporte-pièce (d’autant plus aisément fédératrices que ne les précède aucun argumentaire un tant soi peu rigoureux, exigeant, qui obligerait les rassemblés à préciser chacun leur propre jugement et à le soutenir), pour la seule raison qu’il ne s’agit pas tant pour chacun de produire une critique radicale que de s’empresser de choisir un camp entre deux groupes humains constitués, ou de revendiquer bruyamment son appartenance à l’un plutôt qu’à l’autre.

      Il me semble préférable, si je dois prendre parti, de me fixer comme objectif premier de penser le moment où je me trouve, aussi désagréable cela puisse-t-il être pour n’importe laquelle des diverses forces en présences - y compris moi-même : et ce d’autant plus que je constate m’y trouver plus ou moins seul à le faire. Mais venir ajouter ma voix à celles qui trouvent suffisant de brailler deux slogans antagonistes me semble des plus inutile, quand bien même l’un me hérisse plus que l’autre de prime abord.

      Pour ce qui est de PMO/Escudero, il me semble que les récents développements de cette histoire ont le mérite de faire mûrir et dévoiler chez eux un masculinisme qui, pour ne pas être ce lobby militant d’hommes misogynes qui se juchent sur des grues pour y réclamer plus de haine des femmes, n’en mérite pas moins pleinement ce qualificatif. L’hostilité ouverte dont ils persistent à faire montre vis à vis du féminisme radical (dont ils ont jusqu’ici prétendu nier l’existence par les plus malhonnêtes moyens à leur disposition), leur surdité complète face aux critiques portant sur ce point précis sont bien des engagements politiques consistants avec le virilisme outré de l’ensemble de leurs propos.

      Autrement dit, c’en est au point où le pire qu’il peut leur arriver, c’est d’être vraiment lus.

      Mais l’époque les sert : on ne lisait déjà pas si souvent que cela avec l’attention requise la prolifération de textes imprimés sur papier avant l’invention de la télévision, et on les lit encore moins sérieusement alors qu’ils se bousculent désormais en permanence sur les écrans - c’est que pareil exercice demanderait du temps et de la disponibilité, un réel investissement : par exemple, commencer de mettre le nez sur le fond d’un propos aussi confusionniste que celui d’Escudero m’a demandé de prendre la peine d’imprimer ce que j’avais vu sur le net - aucune envie de donner un centime à l’auteur comme à son éditeur - et de prendre ensuite le temps de le lire au calme, d’y revenir plusieurs fois, de l’annoter, d’aller consulter d’autres auteurs et d’autres textes. Cela a mûri durant des semaines. (je n’ai pas l’esprit très vif, ces temps-ci) Pendant que je me livrais à cette critique, je n’en menais pas forcément trois ou quatre autres de front, bien que l’actualité soit toujours riche. Cela me semble pourtant un prérequis minimum pour prétendre aborder un bouquin de 230 pages, aussi mauvais soit-il.
      Au lieu de quoi, on survole, on lit en diagonale, on accroche un mot-clef du regard, on classe et catégorise au plus vite en fonction de ces quelques brefs aperçus, parce qu’il faut se dépêcher de passer au message ou au lien suivant... (De ce point de vue, un outil comme Seenthis me semble calamiteux, comme le sont déjà beaucoup d’autres choses)

      Le propos confusionniste et masculiniste de PMO/Escudero, comme la superficialité tout aussi confusionniste de la plupart de celleux qui les critiquent, n’ont évidemment rien à redouter d’une telle attitude.
      Entre les anti-industriels qui ne voient pas où est le problème, ou qui l’estiment déplorable mais secondaire, et les pro-féministes qui ne creusent pas la question, la faiblesse intellectuelle, la complaisance montrées en la circonstance par nombre de « radicaux » dans ces circonstances me semblent tout autant responsables de l’existence d’un tel livre et des positions de PMO que ne peuvent l’être la position de dominant de son auteur et de ce « collectif » au sein de rapports de domination de genre dont ils sont assurément les promoteurs zélés.

    • LittleVampire :

      Toujours le même refrain : PMA = transhumanisme, eugénisme, consumérisme... Pas de discussion possible. Pas de ré-appropriation possible de cet outil.

      Nous avons continué de lui couper la parole,...

      Martin Scriblerus :

      Mais pour mériter le nom de critiques, ils se doivent de les traiter avec ce minimum d’honnêteté qui consiste à s’intéresser à leur contenu réel, et à venir argumenter contre ce qu’ont dit et écrit ces mêmes féministes, lesbiennes, homosexuels.

      Deux poids, deux mesures ?

      BugIn :

      masculiniste, et homophobe ... comme bcp d’auteurs d’ext. dr.

      Diffamation ? A quand des preuves sourcées et argumentées ?

      Il me semble qu’au travers de ces « critiques » s’exprime une profonde haine idéologique à l’égard de ce qui vient remettre en question un progressisme latent (et dont la prose de LittleVampire est un exemple caricatural).

    • Trois auteurs différents, Tranbert.

      Cela fait au moins trois poids, trois mesures.

      Et plus encore de désaccords entre eux.

      Mais si je vous avais déjà répondu 10 minutes avant votre post, en revanche ...

      ... puisque vous êtes là, dites-moi, le recours à la falsification caractérisée des propos de plusieurs auteures et d’un courant de pensée entier, comme base théorique soutenant une charge sabre au clair de 230 pages contre les femmes et les homosexuels et lesbiennes, présentée depuis plus de six mois comme « anti-industrielle », « libertaire » et « émancipatrice », cela vous inspire-t-il autre chose ?

      Pour des preuves sourcées et argumentées, concernant les propos qui me reviennent, je vous renvois ici :

      http://www.ipernity.com/blog/206926/789175,
      ou là :
      http://seenthis.net/messages/305795

      [...] J’ai entrepris ici le relevé de quelques unes des plus remarquables à mes yeux des falsifications, confusions intéressées et autres malhonnêtetés intellectuelles à l’égard du féminisme radical en particulier et des luttes des dominé-e-s en général contenues dans seulement trois ou quatre des pages d’un livre qui en compte 230. C’est dire si, au vu des remarquables aptitudes montrées par l’auteur en ce domaine, je ne prétendrai pas en avoir donné ici un inventaire exhaustif. [...]

      ainsi qu’à quelques pièces justificatives sommaires :
      http://seenthis.net/messages/306503
      http://seenthis.net/messages/307196

      Je dois dire que je peine désormais à imaginer pire, pour des gens de la trempe de PMO ou Escudero ou leurs amis, que de voir leurs propres textes cités, sans commentaire ni qualificatif aucun.
      Pour juger de ce qu’ils écrivent, peu m’importe de savoir si la manif pour tous, le pape, le FN, les Castors Juniors, le Ku Klux Klan, Toute Honte Progressiste Bue, l’Amicale des Imbéciles Transhumanistes Repentis ou la Société de Chasse la plus proche de chez vous les trouvent sympathique ou non.
      De ce point de vue, permettez moi d’ajouter que je trouve de fait infiniment plus indulgents et complaisants les accusations rapides et les qualificatifs hâtifs que l’on peut effectivement trop souvent lire à leur endroit, y compris dans ce fil de discussion, et que peut aisément balayer un simple effet de manche.

    • @tranbert je dois bien dire que c’est la première fois qu’on me dit que j’aurai une haine contre la critique d’un progressisme latent. C’est pas comme si j’avais fait mon premier mémoire de philo sur la critique des nanotechnologies et le second sur celui du transhumanisme...
      Je pense qu’il est largement possible d’être critique d’une science et de techniques sans pour autant écrire des choses comme :

      Avec l’insémination artificielle tout est tellement plus simple ! Un coup de téléphone et le sperme est livré à domicile. L’abolition du coït entre mâle et femelle supprime du même coup les risques de maladies sexuellement transmissibles. Plus besoin surtout d’entretenir un mâle à l’année, ce qui est contraignant et coûte trop cher pour le peu de fois qu’on s’en sert (et imaginez en plus s’il ne fait pas la vaisselle)

      Et quand je dis « comme beaucoup d’auteurs d’ext. dr. » je ne dis pas que l’auteur lui même est d’extrême droite ! Mais la prochaine fois je l’écrirai en gras.

    • @Bug_in :
      L’insémination artificielle pratiquée par le corps médical sous surveillance de l’Etat n’est pas l’insémination « artisanale » que des lesbiennes peuvent pratiquer elles-mêmes.

      Il faut être d’une extrême confusion ou d’une mauvaise foi radicale pour ne pas s’en souvenir et oublier dans le même mouvement qu’Alexis Escudero dénonce l’expropriation des corps par le corps médical et les dispositifs industriels.

      Et « masculiniste, et homophobe », même tonneau ?

    • @Martin5

      Je n’ai pas lu Christine Delphy et peut-être bien que Alexis Escudero commet un contresens sur ses propos.

      Par contre, je me souviens d’avoir lu, en matière de « féminisme radical » - extrémiste serait plus juste - Valérie Solanas, avec stupéfaction et dégoût.

      Probablement AE se trompe de cible, mais est-ce pour autant le prétexte à nier que certain(e)s féministes se prêtent à cette critique ?

      « Il ne faut pas essentialiser » entend-je dire partout : il n’y a pas LE féminisme, LE LGBT, etc. mais des féminismes, des LGBT, etc.

      On a l’impression, à lire (superficiellement, je le reconnais) les réactions au livre d’AE, que les « autres » ne doivent pas essentialiser, mais que les « différents » ne s’en privent pas, en estimant que toute critique à leur encontre n’est que l’expression de préjugés sexistes, masculinistes, homophobes, etc.

      Peut-être devriez vous faire aussi le ménage (et la vaisselle !) devant votre porte...

      Et j’oubliais : votre logorrhée est ennuyeuse et fatigante.

    • @Tranbert

      Je vous sais gré de reconnaître que vous n’avez pas lu Christine Delphy.
      Comme je vous sais gré pour l’ajout de « superficiellement ».

      Et tant pis si je suis ennuyeux et fatiguant ! (La plupart des féministes radicales écrivent beaucoup mieux que moi, je vous l’assure : lisez les donc à l’occasion, vous gagnerez au change. Quant à Valérie Solanas, la lire réclame surtout de l’intelligence des rapports sociaux de domination de genre : « avec stupéfaction et dégoût », vous l’aurez hélas lue en mauvaise compagnie ! )

      Mais c’est aussi que je n’ai pas eu grand chose d’agréable à dire aux auteurs de critique anti-industrielle, ces temps-ci. Et que tâcher de remettre sur leurs pieds les fantaisies essentialistes délirantes d’Alexis Escudero et de PMO autour des pauvres idées qu’ils se font du Queer, des féministes, des lesbiennes et homosexuels comme de la procréation s’apparente désormais au nettoyage des écuries d’Augias.
      Je vous le confirme : pour un simple mortel, c’est très ennuyeux, et des plus fatiguant.

      Une fois ce pas de porte balayé, une fois le virilisme imbécile et arrogant et le zèle à conforter la hiérarchie hétérosexiste tenus en respect, à bonne distance de la critique sociale, disputer plus précisément des limites et des travers des uns et des unes, sera un peu plus possible, et vous le ferez alors, peut-être même en compagnie moins ennuyeuse et fatigante que la mienne.

      Seulement, pour l’instant, il se trouve un nombre ahurissant de personnes qui se prétendent plus ou moins anti-industrielles ou radicales, voir critiques, qui non seulement ne trouvent quoi que ce soit à redire au contenu de ce livre, mais encore affirment qu’il serait pertinent de questionner la marchandisation des humains ou l’industrialisation de la procréation en ces termes, sur ces bases. Et à soutenir qu’il ne se manifesterait pas là l’ampleur, et les conséquences lamentables, d’un complaisant impensé, de la part des divers anti-industriels, quant aux rapports de domination, en particulier de genre.
      Impensé auquel les acteurs du courant anti-industriel devront pourtant chercher à remédier au plus vite, s’il ne veulent pas perdre durablement contact avec l’essentiel de la critique sociale, aussi faible, dispersée et critiquable celle-ci puisse-t-elle être ou leur paraître. Mais cela a déjà commencé : il se trouve heureusement des gens pour connaître et les critiques féministes radicales, et les critiques anti-industrielles. Et pour penser que les deux méritent tout autre chose que ce que PMO/Escudero en font.

      Dans l’urgence, il faut bien que quelques-un-e-s se remontent les manches et se chargent de la tâche ingrate de doucher les plus dangereusement imbéciles de ces innocents enthousiasmes.

    • @bug_in :

      Désolé, mais a ma connaissance faire la vaisselle n’est pas une compétence bovine .

      Voilà, vous avez compris la blague. Ca s’appelle de l’anthropomorphisme.

    • @Martin5

      Quant à Valérie Solanas, la lire réclame surtout de l’intelligence des rapports sociaux de domination de genre : « avec stupéfaction et dégoût », vous l’aurez hélas lue en mauvaise compagnie !

      Oui, certainement que mes « privilèges » m’ont empêché de comprendre tout seul (donc en mauvaise compagnie, en effet) ses répugnants écrits, et qu’il me faudrait quelqu’un « sans préjugés » pour me les expliquer...

      Vous êtes vraiment des « minorités » incomprises et opprimées, et de ce fait, votre condition et vos propos ne peuvent être analysés et jugés par la « majorité », forcément malcomprenante puisque dominatrice...

      On connait la chanson :

      Opprimez-moi, opprimez-moi, oui, mais pas trop vite...

      That all folks !

    • Bon. Du coup, je suis allé vérifié l’article wikipédia sur la PMA :
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Procr%C3%A9ation_m%C3%A9dicalement_assist%C3%A9e
      La procréation médicalement assisté donc, n’implique pas par défaut l’eugénisme, même négatif (c’est à dire l’éviction de ceux qui pourraient être porteur de maladie non désiré).
      Autrement dit les possibilité d’un eugénisme et d’une marchandisation existe, mais ne sont pas lié intrinsèquement à la PMA elle-même mais aux pratiques de certaines institutions et choix de certains parents (comme c’était déjà dénoncé dans le livre « l’eugénisme libéral » de Jürgen Habermas).
      Si l’on considère la PMA comme technique pour avoir un enfant sans sélectionner avec en tête l’éviction du pire (eugénisme négatif) ou le choix d’un meilleur (eugénisme positif - très culturel en général, bien qu’il puisse être aussi biologique) il n’y a donc aucun problème a mon avis.
      Le problème est plus général et provient de la marchandisation et des sélections permises par certains pays et entreprises. Le sujet de la PMA permet donc au mieux l’occasion a certains de réactiver un problème ancien mais qui n’y est lié que par la bande.

    • @Touti
      Merci, c’est bien aimable à vous de me le dire.

      @Tranbert

      Vous êtes ici complètement à côté de la plaque.

      A lire votre pauvre réponse agacée, on croirait presque que, chez La Lenteur et Notes Et Morceaux Choisis aussi, la critique anti-industrielle s’emploie comme cache-sexe estampillé « radical » à un banal masculinisme viriliste ?
      La crasse machiste des fiers-à-bras et durs à queers de PMO a pourtant fait déjà bien assez de dégâts !

      Mais après tout, vous comme eux faites ce que vous jugez bon de votre production intellectuelle.

      Je persiste pourtant à penser que vous valez mieux que cela, et que la critique anti-industrielle, pour peu que ses auteurs et promoteurs cessent enfin de se prendre pour le nombril de la seule critique radicale du monde possible, et de jeter du "Suppôt du progressisme !" en anathème à quiconque ose ne pas avoir les deux pieds dans le même pli ombilical qu’eux, pourrait mener à autre chose qu’a cet étalage complaisant de mépris et de haine, sur fond de falsification intellectuelle et de misère essentialiste, qui a tourné dans toute la France ou presque, ces derniers temps.

      De même, je pense que vous avez à disposition plus qu’assez d’entendement pour parvenir à ne pas toujours confondre une lutte pour l’émancipation avec une récupération progressiste avant même qu’une discussion ait commencé.

      Mais je ne peux le penser pour vous, et encore moins vous « expliquer » quoi que ce soit que vous ne deviez effectivement faire l’effort, certes plus ou moins inconfortable, de confronter et comprendre, ou pas, par vous même.

      That’s all, folks ? Je crains que non.

      L’histoire n’est pas terminée, et il ne vous appartient pas de la clore, même sur une pique méprisante.

      Vous n’avez pas l’air de saisir qu’un différend s’est désormais ouvert publiquement entre les luttes des « minorités » et les « anti-industriels », un différend qui était latent depuis près de vingt ans.

      Il faudra bien dépasser cela. Et vos conceptions actuelles et passées n’en sortiront pas indemne.

    • @bug_in, comme tu le sais bien, il y a des techniques qui portent en elles-mêmes des conséquences inévitables. Or pour ce qui est des FIV et autres inséminations très complexes, cela demande tout un ensemble de techniques obligatoirement lié à du très haut niveau en terme « médical ». La FIV est toujours liée à un diagnostique pré-implantatoire de plus en plus précis et complétée au fil des années. Je ne vois pas comment ces morceaux là pourraient être extraits des rouages de la pire Recherche, du capitalisme, de l’État, etc. Ça ne me parait pas « autonomisable ».

      Par contre, imaginer des bibliothèques de gamètes (tout du moins sperme), absolument anonymes, accessible à tou⋅te⋅s, et contrôlés démocratiquement, ça reste technique (congélation etc), mais ça me paraît beaucoup moins complexe. Ce point-là pourrait être développé dans les revendications (tout comme faciliter et mettre des moyens humains supplémentaires pour aider à l’adoption pour tou⋅te⋅s, même si ce n’est pas l’unique solution).

    • Je ne suis pas sur que DPI (Diagnostic Pré-Implentatoire) soit une décision qui entraine forcément un eugénisme négatif (mes connaissances ne sont pas assez pratique pour le mesurer). Mais de ce que j’ai compris même en apprenant que tes enfants vont POTENTIELLEMENT avoir tel ou telle maladie ça n’empêche pas de toujours avoir envie d’avoir ton enfant, même si selon la société, le fait qu’il s’agisse de quelqu’un qui sorte de la norme ne facilitera pas l’accueil.

      Après je suis d’accord pour soutenir évidemment (et cela se fait déjà dans des groupes que je connais [je veux dire tenir de tel propos]) ce que tu proposes.

      D’une manière générale la différence fondamentale dans cette critique de la technique c’est qu’au lieu de prendre une tendance générale ou un aboutissement, comme on peut le faire pour les nanotechnologies, ou le transhumanisme, elle prend « une » technique telle qu’elle. Et c’est a mon avis une mauvaise approche pour éveiller a ces critiques et aboutir a une réflexion.

      Par ailleurs, si une personne que je connais avait une grande partie de son corps cybernétique pour des raisons de santé (perte de membre en accident etc.), alors même que la dite technique est matériellement clairement celle qui est utilisé dans le transhumanisme, je ne m’afficherai clairement pas pour la destruction de ces prothèses a lui. Le problème est plus général et surtout collectif.

  • Ray Kurzweil, le cyber prophète de Google

    http://www.france4.fr/emissions/l-autre-jt/les-sujets/ray-kurzweil-le-cyber-prophete-de-google-une-story-de-france-swimberge_28062

    https://www.youtube.com/watch?v=7wWcEusQGEQ

    Le numéro 3 de Google est un prophète. Gourou du transhumanisme, il prévoit l’avènement de l’intelligence artificielle qui va dépasser l’intelligence humaine. Bill Gates dit de lui qu’il est le meilleur futurologue de son époque. France Swimberge l’a rencontré pour un entretien exceptionnel.

    Personnellement, plus je l’entends parler, plus je roule les yeux ; ça fait presque 20 ans qu’il recycle le(s) même(s) message(s). Aussi, on dirait que l’ancienne vague de l’intelligence artificielle et ses fantasmes qui faisaient peur, refont surface ces derniers temps comme si c’était du nouveau. Je n’y vois que du réchauffé. Et ses idées laissaient foid Hans Moravec et Jaron Lanier.

    Mais, on sait maintenant que sa Singularité porte désormais un prénom : Lucy.

    (Et je ne vois pas non plus ce qu’il a d’exceptionnel dans cet entretien pour L’autre JT, ceci dit en passant)

    Ray Kurzweil’s Slippery Futurism

    A good article to help you view his visionary statements with the simple criticism of common sense. Many of his statements are just obvious extrapolations of what was happening around us at the time.

    http://spectrum.ieee.org/computing/software/ray-kurzweils-slippery-futurism

    His stunning prophecies have earned him a reputation as a tech visionary, but many of them don’t look so good on close inspection.

    [...]

    Some facts make his predictions less bright :

    The first is that to see, in 1990, a society using networked computers for everyday tasks, you didn’t need to be prophetic. You just needed to be French. France’s government began issuing dumb terminals to telephone subscribers for free in 1981 to encourage use of the paid Minitel online information, or videotex, service. Minitel allowed users to look up phone numbers, purchase train and airline tickets, use message boards and databases, and purchase items through mail order.

    Mais aussi :
    Le cerveau, des lignes de code ? Le transhumaniste Kurzweil se plante
    http://rue89.nouvelobs.com/2014/05/09/cerveau-lignes-codes-transhumaniste-kurzweil-plante-252052
    http://seenthis.net/messages/255285
    (via @bug_in, @xporte)

    Concernant son film de 2010 "The Singularity is Near" : (bof bof lui aussi)
    http://seenthis.net/messages/98641 (@de_quels_droits_)

    PS : je ne nie pas son génie dans l’invention concrète de plein de chouettes trucs utiles pour la société.

    #artificial_intelligence #intelligence_artificielle
    #singularity #singularité
    #transhumanism #transhumanisme
    #NBIC
    #kurzweil

  • Du racisme aux politiques de racialisation
    http://blogs.mediapart.fr/blog/eric-fassin/181114/du-racisme-aux-politiques-de-racialisation

    Sous couvert de mesures transitoires, on les a exclus du marché du travail, quitte à les accuser ensuite de mendier ou de voler ; on continue même de les priver des conditions d’hygiène les plus élémentaires, en refusant le ramassage des ordures dans les bidonvilles, pour mieux leur reprocher ensuite… leur manque d’hygiène ; au mépris du droit, on continue de faire obstacle à l’inscription sur les listes électorales de ces citoyens européens ; on bannit trop souvent leurs enfants de l’école au prétexte de leur prétendu nomadisme, qui ne devient une réalité qu’à force d’expulsions répétées qui reviennent à les chasser sans cesse un peu plus loin.

    C’est ainsi qu’on produit une différence, supposément « culturelle », qui justifie en retour de traiter les populations roms comme si elles étaient de nature différente. Bien entendu, c’est sans rapport avec la biologie, mais cela a tout à voir avec la politique qui produit cette différence. Bref, il s’agit proprement d’une politique de la race

    #racisme #Roms #race

    • c’était là hier http://seenthis.net/messages/313867
      et puis, autrement, là http://seenthis.net/messages/195477

      « En gros, le racisme assure la fonction de mort dans l’économie du bio-pouvoir, selon le principe que la mort des autres, c’est le renforcement biologique de soi-même en tant que l’on est membre d’une race ou d’une population, en tant que l’on est élément dans une pluralité unitaire et vivante. Vous voyez que nous sommes là, au fond, très loin d’un racisme qui serait, simplement et traditionnellement mépris ou haine des races Ies unes pour les autres. Nous sommes très loin aussi d’un racisme qui serait une sorte d’opération idéologique par laquelle les États, ou une classe, essaieraient de détourner vers un adversaire mythique des hostilités qui seraient tournées vers (eux) ou qui travailleraient le corps social. Je crois que c’est beaucoup plus profond qu’une vieille tradition, beaucoup plus profond qu’une vielle idéologie, c’est autre chose. La spécificité du racisme moderne, ce qui fait sa spécificité, n’est pas lié à des mentalités, à des idéologies, aux mensonges du pouvoir. C’est lié à la technique du pouvoir, à la technologie du pouvoir. C’est lié à ceci, qui nous place, au plus loin de la guerre des races et de cette intelligibilité de l ’histoire, dans un mécanisme qui permet au bio-pouvoir de s’exercer. Donc, le racisme est lié au fonctionnement d’un Etat qui est obligé de se servir de la race, de l’élimination des races et de la purification de la race, pour exercer son pouvoir souverain. La juxtaposition, ou plutôt le fonctionnement d’un Etat, à travers le bio-pouvoir, du vieux pouvoir souverain du droit de mort implique le fonctionnement, la mise en place et l’activation du racisme. »

      (Michel #Foucault, « Il faut défendre la société »)

  • “La Fabrique des garçons” : “On éduque les garçons à l’agressivité, à la compétition, à ne pas pleurer”

    j’ai vu que ce texte n’était toujours pas référencé, pourtant il est important
    ça me donne l’occasion de rapporter un témoignage
    http://www.lesinrocks.com/2014/11/16/actualite/fabrique-garcons-on-eduque-les-garcons-lagressivite-competition-pas-pleu

    La mixité, qui est pourtant un grand pas en avant, ne suffit pas à réduire ces différences puisque les garçons se construisent en se distinguant hiérarchiquement de tout ce qui est féminin.
    (...)
    Les garçons doivent tenir leur rang, ne pas perdre la face devant les leaders qui rassemblent autour d’eux un groupe solidaire dans le harcèlement d’un plus faible désigné comme “la gonzesse” ou “le pédé”. Le machisme comme le sexisme ou l’homophobie (qui est une forme de sexisme car on déteste tout ce qui est féminin chez un garçon) sont les travers de cette virilité exacerbée.

    Exemple au judo, j’assiste le prof sur le tatami car je suis aussi judoka et il y a bcp d’enfants en bas âge (cours des 5-6 ans).
    Un gamin se fait mal : le prof, au lieu de réconforter et d’inviter le gamin à faire simplement preuve de courage, le rabroue : "arrête de pleurer !!! C’est les filles qui pleurent ! T’es pas une fille ! Si, t’es une fille ???"
    Donc voilà, je suis là comme un con, voir le prof qui a 15 ans de moins que moi en train d’humilier à la fois les rares gamines qui font du judo, et le gamin qui pleure devant les parents qui rigolent et moi je sais pas quoi dire.
    Si je l’ouvre je passe pour un ayatollah, un extraterrestre ou je ne sais quoi. Je sais j’aurais dû. Mais je suis incapable de rééduquer un adulte comme ça, alors que je ne le connais pas. Orgueil masculin sans doute ? Peur de passer pour une "gonzesse" en m’opposant à la promotion de la virilité ?
    J’ai déjà engueulé des gamins qui utilisaient des insultes homophobes ou misogynes. Mais des adultes, quand c’est pas des intimes, je peux pas, je me l’interdis, par phobie du paternalisme sans doute. Peut être parce que je me dis que si on commence à rééduquer les adultes, c’est Hiroshima dans ma tête...
    ça vous fait pas ça vous ?

    #impuissance masculine
    #psychanalyse du soir

    • J’assiste parfois à ça au rugby où micro-grommeleuse est inscrite. Plutôt de l’homophobie que du sexisme en général. En passant en car devant un contrôle routier : « Ces pédés de flics ». Dans le club, sur une centaine d’adhérents, il y a deux filles.
      Effet de bord : le fait qu’il y ait une fille dans l’équipe restreint les propos sexistes des entraîneurs, par contre la culture de vestiaire des autres membres du clubs (des enfants/jeunes adultes) reste très sexualisé.
      Étant fraîchement arrivé dans ce club, je suis pour le moment un peu désarmé pour exprimer publiquement mes réserves.

    • @petit_ecran_de_fumee suivant où tu es placé dans la scène, tu peux aussi te dépêcher d’aller voir l’enfant en premier pour le rassurer avant que quelqu’un d’autre n’intervienne.

      Une fois que le méchant prof est intervenu, c’est plus compliqué, c’est sûr. Soit si tu finis par avoir le courage, tu peux affirmer que ce n’est vraiment pas bien d’humilier quelqu’un devant tout le monde (quelqu’en soit la raison d’ailleurs, pas forcément sexiste). Rien que pédagogiquement c’est à peu près toujours catastrophique. Soit, dans tous les cas, peut-être que tu peux aussi aller voir l’enfant « après coup », à la fin du cours ou autre, pour lui dire qu’il a le droit de pleurer, de ressentir de la douleur, que c’est normal, que même les adultes pleurent, etc.

      Ce qui est compliqué, c’est que si le prof te prend en grippe, il peut éventuellement ne plus te demander de l’aider. Et du coup tu ne pourras plus jamais intervenir pour les prochains cas.

      cc @touti pour l’humiliation des gosses en public et le fait d’intervenir :)

    • Oui pas facile... Tu peux aussi aller le voir après pour lui expliquer, si ça s’y prête. Car si on considère l’intérêt de l’enfant, des fois il vaut mieux s’abstenir de jouer le héros sachant que quand le héros est plus là l’enfant se retrouve seul avec son problème.

    • merci pour vos contributions et conseils. Effectivement, j’essaie en douceur d’accroître mon influence en intervenant dès que je peux, histoire de montrer qu’une autre approche est possible, sans paraître moralisateur pour le prof.
      Avec le temps j’espère que ça déteindra sur lui :-)
      ça rejoint globalement un constat personnel : à l’âge adulte notre comportement/mentalité/valeurs est un ensemble bien plus conditionné par l’influence sociale sur la durée, que sur les injonctions frontales qui à mon sens déclenche une contre-réaction d’intensité égale, comme en physique (@touti sera peut être en désaccord avec moi là dessus :-)
      Pour moi c’est un peu l’image du ressort qu’il faut détordre : on ne peut y arriver qu’avec des mouvements lents et de la patience... :-)

    • Merci de vos encouragements :)

      La confrontation et le conflit ne me dérangent effectivement pas, dans la mesure ou ils sont/seront aussi à l’origine de résolutions. Le laisser faire, comme le non-agir ou le pacifisme sont des notions intéressantes que je n’ignore pas, mais pas la lâcheté sociale. Comme le confort m’emmerde, et d’abord celui du sexisme, oui, j’interpelle et secoue cette mollitude et je dis clairement quand j’arrête de jouer. Il y a bien un moment où il faut « sortir les couteaux », et donc s’apprêter à se retrouver isolé·e et savoir d’avance que rien n’est gagné et qu’il faudra au besoin quitter les lieux et les gens, donc être en rupture, ce qui est une position très inconfortable justement.
      Cela n’empêche pas de la jouer finement et de tâter le terrain en aparté avec le responsable de ces paroles, ça dépend de la relation, de ses capacités aussi.

    • ça rejoint globalement un constat personnel : à l’âge adulte notre comportement/mentalité/valeurs est un ensemble bien plus conditionné par l’influence sociale sur la durée, que sur les injonctions frontales qui à mon sens déclenche une contre-réaction d’intensité égale, comme en physique (@touti sera peut être en désaccord avec moi là dessus :-)
      Pour moi c’est un peu l’image du ressort qu’il faut détordre : on ne peut y arriver qu’avec des mouvements lents et de la patience... :-)

      héhé, +1000, on sent le pratiquant d’arts martiaux :)

    • La réponse est quelque part dans ce qu’on a émis parait-il, et c’est corroboré par la #science_du_management et les psychanalystes :-)

      Si je l’ouvre je passe pour un ayatollah, un extraterrestre ou je ne sais quoi. Je sais j’aurais dû. Mais je suis incapable de rééduquer un adulte comme ça, alors que je ne le connais pas. Orgueil masculin sans doute ? Peur de passer pour une « gonzesse » en m’opposant à la promotion de la virilité ?
      J’ai déjà engueulé des gamins qui utilisaient des insultes homophobes ou misogynes. Mais des adultes, quand c’est pas des intimes, je peux pas, je me l’interdis, par phobie du paternalisme sans doute. Peut être parce que je me dis que si on commence à rééduquer les adultes, c’est Hiroshima dans ma tête...

    • Avoir peur de s’opposer quand on a conscience que quelqu’un se fait maltraiter c’est être lâche, oui. La lâcheté est aussi une stratégie d’évitement courante qui a beaucoup d’adeptes : « Courage, fuyons ».

    • merci pour vos contributions et conseils. Effectivement, j’essaie en douceur d’accroître mon influence en intervenant dès que je peux, histoire de montrer qu’une autre approche est possible, sans paraître moralisateur pour le prof.

      Très bien, mais pourquoi n’es-tu pas allé trouver le professeur à la fin du cours pour lui faire comprendre en privé que tu trouvais son attitude profondément déconnante ?

    • @touti : c’est une façon de lire la scène qui a le mérite de ne pas s’embarrasser de nuances.
      On a évoqué cela ici aussi
      http://seenthis.net/messages/254556
      http://seenthis.net/messages/255287

      Cette fois ci je n’ai pas eu « peur » physiquement (ça peut arriver dans un cas d’agression violente). On est plutôt dans l’indécision, la retenue stratégique.
      Pour moi éviter ne veut pas dire abdiquer, c’est simplement une façon de contourner un obstacle auquel il serait inefficace (et je pense contre-productif) de s’attaquer frontalement (en l’occurrence je parle de deux décennies de culture/éducation bien virile de Kevin, 24 ans, qui a réussi à sortir de son quartier grâce au judo) dans une région où l’UMPFN ça pèse 80% des voix et où on me prend pour un demeuré dès qu’on évoque une façon de pensée qui n’est pas réac.

      @sombre : oui, c’est ce que j’aurais dû faire, ça aurait soulagé ma conscience... Mais pour le reste j’aurais pissé dans un violon... j’aurais eu besoin de temps pour lui expliquer (je parle bien de « rééducation ») et comment aurait-il accepté de rentrer dans un schéma maître-élève ?
      Pour moi la meilleure chose à faire serait d’écrire à la fédération pour qu’il lancent un programme de sensibilisation au niveau national et là oui à la rigueur, ça peut faire bouger les choses, par le nombre, mais au niveau microscopique, je suis dubitatif..

    • @touti : c’est une façon de lire la scène qui a le mérite de ne pas s’embarrasser de nuances

      Je me demande quelle nécessité tu as à me prêter une telle rigidité, voire un tel manque de nuances ? Crois tu que la peur et la violence se situent seulement sur un plan physique et que s’opposer serait donner des coups, alors tu te méprends sur mes paroles. D’une manière ou d’une autre, ça commence à me fatiguer la caricature du grand sage oriental qui enjoint à ne pas agir.

      Je te cite

      Orgueil masculin sans doute ? Peur de passer pour une « gonzesse » en m’opposant à la promotion de la virilité ?

      J’appelle cela être franc, c’est très louable de ta part d’écrire que tu as peur de passer pour une gonzesse, mais avoue tout de même un instant que c’est assez ridicule et lâche.

      Parce que question #conventions, tu aurais pu aussi avoir peur de passer pour un cornet de glace ou un manège enchanté, mais une femelle, baaaah, je comprends ta honte petit scarabée !

    • @touti

      c’est assez ridicule et lâche

      Oui, on est d’accord.
      Je ne crois pas avoir montré dans mon témoignage que j’étais particulièrement fier de ma réaction. Je cherche toujours la meilleure voie.. Je n’ai sans doute pas ta répartie et ton aisance orale, on doit composer avec ses compétences. Je regrette d’avoir pu donner une image d’autosuffisance, si ça été le cas.

      Pour la question de la nuance, je parlais du fait que tu mettes sur le même plan le post de l’expérience d’agression d’une femme dans un ascenseur, et mon récit. J’ai reçu ça comme un beau tacle.

      Quant à la question de l’orgueil masculin, oui je suis honnête, je ne crois pas en être indemne. Même si je lutte contre, je ne peux pas garantir que je peux m’en affranchir.
      Ce doit être de l’ordre du réflexe inconscient, et c’est peut-être ce qui a fait que l’inertie dont j’ai fait preuve devant cette scène m’a empêché d’intervenir à temps pour protéger les enfants de ces paroles.
      J’ai eu la chance d’avoir une éducation nickel du côté maternel, mais le matraquage permanent au cours de l’enfance dans le sud, de la maternelle au service militaire sur l’injonction à la virilité et la « honte » qu’il y aurait à en manquer, ça laisse forcément des traces.
      Comme j’ai écrit ailleurs, l’orgueil est une teigne qui se renforce quand on le blesse. J’ai toujours essayé de museler le mien, mais je ne suis pas un surhomme.
      Voilà pour la fin de la psychanalyse :-)

    • @petit_ecran_de_fumee
      Je ne trouve pas ta réaction lâche, au contraire.
      Le fait que tu t’interroge sur ta réaction, me semble être un acte de courage en soi.
      Rares sont les personnes qui s’interroge sur ce genre de sujet.
      Je ne sais pas si on peut parler d’orgueil masculin dans le cas que tu expose. Cela m’apparait plus comme la difficulté de s’exprimer en tant qu’individu/personne ayant des convictions pas forcément partagées.
      Il est difficile de s’opposer « au groupe » (même si ce « groupe » ne se compose dans ton cas que d’une seule personne mais véhicule une idée acceptée par tous) et je crois qu’il n’est pas question de lâcheté en la matière.
      Tu te décris « assistant » lors de ce cours de judo, donc en aucun cas, reconnu par tous (ca changera, je l’espère pour toi). A partir de là, ta parole n’a pas (encore ?) valeur ou pouvant faire référence et il doit être difficile d’apporter un contre discours.
      Ton questionnement, me semble plus porter sur la légitimité de la parole que sur le sujet lui même. quand pouvons nous intervenir ? comment ? Avec qui ? comment ? Pour que notre parole soit productive/porteuse de changement.
      Je crois (et mon expérience professionnelle en la matière m’aide à le penser), que ce n’est pas en accusant l’autre quel qu’il soit que l’on fait progresser le débat des violences/stéréotypes imposés aux enfants.
      tu aurais dis à ce prof « il ne faut pas dire ça à un petit garçon, etc, etc... » qu’il t’aurais regardé comme un extra terrestre et ne t’aurais plus repris comme assistant... Et donc, tu n’aurais plus eut l’occasion d’offrir un autre discours aux enfants.
      Alors, puisque tu est assistant... profites de cet espace libre pour parler en tout, tout petit groupe (2 ?) avec les mômes, les parents. Tu n’est pas chargé d’enseignement donc tu peux te ménager des espaces, si minimes soient ils pour diffuser ton message. la déconstruction des stéréotypes est longue.... Pour le prof...je ne sais pas, peux etre un soir autour d’un café, tranquillou, l’air de rien... et oui, super idée d’alerter la fédé.

    • Mon point de vue :
      – Si on rentre dans le lard du macho, on devient l’agresseur. C’est comme cela. Le macho n’agresse pas, il tient son rôle. C’est comme cela. C’est de l’ordre du maintien de la « cohésion sociale », comme certains disent, cf. http://seenthis.net/messages/315352 et cf. http://seenthis.net/messages/314928
      – N’empêche que oui, c’est de la lâcheté. Je vis ça perpétuellement. Être celui qui agresse, en douceur, mais quand même, est une violence aussi pour soit même. Les rares fois où je parviens à le faire, l’afflux d’adrénaline me trouble pour plusieurs dizaines de minutes...

    • @corinne2 : merci pour cet éclairage. En fait je suis bénévole, je m’étais proposé pour l’aider de temps en temps et ces derniers temps je n’ai plus trop le temps d’y aller. Je n’ai pas grand chose à perdre si je me froisse avec lui, c’est vraiment plutôt comme tu dis un pb de légitimité pour m’exprimer dans un environnement pas du tout prêt à entendre mon son de cloche.
      @biggrizzly : effectivement, c’est un gars très gentil par ailleurs, et il pourrait vivre comme une agression le fait que je lui reproche un truc et moi me faire porter la culpabilité de l’agresseur... Émotionnellement c’est vrai que c’est lourd aussi...

    • Je ne vois pas pourquoi, si on défend quelqu’un en position de faiblesse (en l’occurence, un enfant de 5 ans si j’ai bien compris) cela fait de nous un agresseur. Il nous faut surmonter nos peurs et nos inhibitions pour être capables de défendre notre point de vue dans une confrontation de personne à personne. Même si ce n’est pas facile à faire, c’est faisable et c’est nécessaire. Non pas pour seulement soulager sa conscience mais pour poser des limites à un un dysfonctionnement.

    • J’ai mis deux liens qui explicitent ce que je veux dire. Être macho quand on est un homme, c’est être dans son rôle. Et reprocher au macho qu’il est dans son rôle, c’est faire un accroc à la #cohésion_sociale. Cf. ce qu’il se passe pour l’exposition « Crocodiles ». Ou ce qu’il s’est passé pour la chemise du scientifique... Ceux qui ont critiqué la chemise se sont fait remettre à leur place, ils se sont fait traiter de féminonazis, et tout le tralala. Aller à l’encontre des schémas sociaux, c’est choisir l’inconfort.

    • @petit_ecran_de_fumee, mon but est juste de faire bouger donc désolée si je bouscule car je suppose que toute cette dialectique tient de la trousse de secours rapide, du #nécessaire_à_agir dans laquelle je ou un·e autre pourrait puiser si l’occasion se représente.
      J’imagine parfois qu’il serait possible d’apprendre à se mettre en colère et à critiquer sans avoir peur de « passer pour … » simplement en restant soi même.
      Pas besoin d’avoir de l’aisance, de savoir parler ni de ne pas trembler, non non, juste dire ce qu’on ressent à sa manière, sans se préoccuper du #qu'en_dira-t-on. Je m’y attelle depuis longtemps parce que j’ai été frappé enfant et que je (re)connais les abus d’autorité et les débusque pour leur botter le cul quand l’occasion se présente. Ce que tu racontes n’a rien d’exceptionnel, et je peux moi aussi être lâche, ou pressée, ou en avoir marre et ne pas agir, comme chacun. Peut-être un peu moins parce que cela fait partie de mon processus d’accepter d’être critiqué parce que je ne suis pas d’accord et de passer pour l’emmerdeuse de service. Je m’en carre le popotin ! À force de se dire qu’on a raté l’occasion d’exprimer son désaccord (et je parle aussi de politique) on nourrit des rancœurs et son impuissance, c’est très mauvais pour le moral ! Adopter l’idée qu’on peut #dire_non pour aider un autre qui ne sait pas encore le faire c’est aussi ne pas baisser les bras et s’encourager à aller de l’avant, bref, beaucoup d’espoir qui reflue ! Et ça peut se faire tout les jours de façon individuelle, faut seulement ne pas se préoccuper de conventions sociales.
      Je me retrouve ainsi à discuter avec les gens dans le métro, la rue, le supermarché, autant sur leurs habitudes de consommation, la politique, ou leur façon d’agir. C’est souvent drôle et vivant, et puis, ça dépend des périodes. En tout cas, c’est ce que je nomme mon quart d’heure de #politiques_personnelles pour contrer la modernité mortifère et c’est très facile à mettre en place pour tout un chacun !

  • Archives (en rapport avec #les_chemins_de_damas) :

    – Novembre 2010. Après le reportage de la CBC qui « réoriente » l’enquête du TSL sur la piste du décorticage des communications téléphoniques, vers le Hezbollah, Qifa Nabki plonge dans les rapports de Mehlis et Brammertz, et montre que c’est une piste présente depuis le début :
    http://seenthis.net/messages/5725
    source :
    http://qifanabki.com/2010/11/26/hariri-tribunal-reports-tell-a-different-story-than-cbc-account

    – Décembre 2010. Jean-Pierre Perrin « redécouvre », en décembre 2010, ce que Mehlis avait écrit dans son premier rapport en octobre 2005 :
    http://seenthis.net/messages/6078#message6092
    source :
    http://www.liberation.fr/monde/2010/12/01/mort-d-hariri-la-piste-mene-au-hezbollah_697491

    – Décembre 2010. Le fameux article de Malbrunot sur le même sujet, qui avait à l’époque fait du bruit (je crois que Nasrallah l’a même cité comme preuve des fuites et des manipulations politiques de l’enquête). Article qu’à l’époque je disais qu’il reprenait la mauvaise narrative en vogue à Beyrouth :
    http://seenthis.net/messages/6078
    source :
    http://blog.lefigaro.fr/malbrunot/2010/12/assassinat-de-rafic-hariri-les.html

  • Des blagues à la #discrimination, le poids du #sexisme en #entreprise
    http://lesnouvellesnews.fr/index.php/civilisation-articles-section/civilisation/3321-des-blagues-a-la-discrimination-le-poids-du-sexisme-en-entrepr

    Autre résultat frappant : près de 6 femmes sur 10 se sont senties exclues d’une réunion, ou marginalisées quand elles y participaient. Par exemple, 30% des femmes disent avoir vu leur opinion « récupérée par un homme et dès lors chaudement applaudie ».Plus d’une femme sur deux a été sollicitée pour des tâches subalternes ou sans rapport avec ses compétences professionnelles.
    Les femmes managers sont ouvertement critiquées : 81 % des femmes ont entendu quelques stéréotypes aussi agréables que "elle a dû coucher", "elle est agressive", "pire qu’un homme" ou au contraire "trop douce" voire "je ne vais pas faire ce qu’elle demande, c’est une femme"... Autant de remarques qui coupent l’envie pour les femmes de devenir manager. Et si les hommes remarquent, autant que les femmes, les propos sexistes, ils perçoivent beaucoup moins ce genre de comportements : ils ne sont que 5% à relever une telle situation.

    Trois femmes sur dix, aussi, ont déjà entendu un homme (un supérieur ou un collègue) s’adresser aux seuls hommes face à un collectif mixte.

    • @monolecte a tweeté son post avec le tag #sexisme :

      C’est magnifique, son post est publié dans mon journal Le sexisme qu’est-ce que c’est ?

      http://paper.li/AlanShore4/1386853359

      Tout va donc pour le mieux, me direz-vous. Mais si vous cliquez sur le lien, vous obtenez une erreur 404 :

      Peut-être parce que le lien pointe sur http://seenthis.net/messages

      Pourtant dans le tweet d’Agnes le lien pointe bien sur http://seenthis.net/messages/208375

      Alors, où est l’erreur ? Vous me direz : « dans paper.li ». Je serais d’accord si d’autres tweets reproduisaient la même erreur, mais ça ne se passe qu’avec #SeenThis

      #paper.li #SeenThis #error404

      @fil

    • On fait dire ce qu’on veut aux chiffres, et le sexisme est un domaine où la valse des chiffres est plus qu’aléatoire. À croire que le #sexisme n’est qu’un prétexte pour attirer ce 50% de lecteurs que sont les femmes. Qui ira les vérifier ?

      Il faudrait mener l’enquête sur les sources de ces chiffres. Voici encore un lien vers une page où vous trouverez un chiffre à chaque ligne : Comment le sexisme est ancré dans le monde du travail

      http://www.challenges.fr/entreprise/20131217.CHA8467/comment-le-sexisme-est-encre-dans-le-monde-du-travail.html

    • ah donc, un problème entre twitter et paperli… je ne vois pas comment aider, il faudrait demander à paperli de regarder

    • @aude_v @mad_meg

      http://www.tanianavarroswain.com.br/labrys/labrys24/libre/andrea.htm

      Et aussi : que nous n’avons pas le temps. Nous les femmes. Nous n’avons pas l’éternité devant nous. Certaines d’entre nous n’ont pas une semaine de plus ou un jour de plus à perdre pendant que vous discutez de ce qui pourra bien vous permettre de sortir dans la rue et de faire quelque chose. Nous sommes tout près de la mort. Toutes les femmes le sont. Et nous sommes tout près du viol et nous sommes tout près des coups. Et nous sommes dans un système d’humiliation duquel il n’y a pour nous aucune échappatoire. Nous utilisons les statistiques non pour essayer de quantifier les blessures, mais pour simplement convaincre le monde qu’elles existent bel et bien. Ces statistiques ne sont pas des abstractions. C’est facile de dire « Ah, les statistiques, quelqu’un les tourne d’une façon et quelqu’un d’autre les tourne d’une autre façon. » C’est vrai. Mais j’entends le récit des viols les uns après les autres, après les autres, après les autres, après les autres, ce qui est aussi la manière dont ils arrivent. Ces statistiques ne sont pas abstraites pour moi. Toutes les trois minutes une femme est violée. Toutes les dix-huit secondes une femme est battue par son conjoint. Il n’y a rien d’abstrait dans tout cela. Ça se passe maintenant au moment même où je vous parle.

      Je n’avais jamais vu ça comme ça. Je fais 1,90m et plus de 100 kg. Je n’ai jamais éprouvé de peur physique, de peur de perdre un éventuel combat contre un éventuel agresseur assez con pour essayer.

      Le seul coup que j’ai reçu sans pouvoir le rendre plus fort, c’est un coup de pied au cul de mon grand-père à l’âge de cinq ans. Je l’ai détesté toute sa vie pour ça, et je me suis réjoui intérieurement quand il est mort. C’est la seule personne que j’ai détesté.

      Je ne verrai plus jamais une femme comme avant, @aude_v, après ce témoignage. Avant, je voyais les femmes comme je vois bien d’autres hommes, incapables de me faire du mal. J’étais incapable de ressentir leurs peurs, mais aussi leurs colères que beaucoup d’entre-elles cachent faute de pouvoir l’exprimer librement.

      Désormais, je vais m’occuper de ce journal http://paper.li/AlanShore4/1386853359 avec le regard de ces femmes très justement en colère.

    • @aude_v http://blog.ecologie-politique.eu/post/Feminisme-pourquoi-tant-d-interet

      J’ai observé le mouvement des hommes pendant plusieurs années. Je suis proche de certains hommes qui y participent. Je ne peux pas venir ici en tant qu’amie même si je le voudrais peut-être vraiment. Ce que je voudrais faire, c’est crier. Et dans ce cri, il y aurait les cris des femmes violées, et les pleurs des femmes battues. Et bien pire encore : au centre de ce cri, il y aurait le son assourdissant du silence des femmes, ce silence dans lequel nous sommes nées parce que nous sommes des femmes et dans lequel la plupart d’entre nous meurent.

      Oui, c’est le cri de ceux qui n’existent pas, le cri étouffé de la misère du monde, et parmi ceux-ci celui des femmes, doublement frappées de n’être pas écoutées et parce qu’elles sont des femmes.

      Le pire, je crois, c’est que dans l’indifférence des hommes au sort des femmes, ce sont les femmes qui perpétuent la tradition. Moi, c’est ma mère qui m’a élevé, et elle était plus dure avec ma sœur qu’avec moi ou mes deux frères.

      Je parlais avec ma sœur, il y a quelques jours. On discutait des relations entre frères et sœurs dans notre famille. Elle m’a rappelé une dispute épique avec notre grand frère. Il avait été particulièrement été odieux ce jour-là. Ma sœur m’a dit : « Je me suis jeté sur lui et je l’ai mordu au ventre. Je voulais lui arracher un morceau. J’y serais arrivé si vous ne lui étiez pas venu en aide. J’en ai encore le gout en bouche et il en a gardé la marque longtemps » . Devinez qui a été puni ? Ma sœur a été envoyée en pension dans l’indifférence générale de ses frères.

      Pour ma mère qui se disait féministe, on devait le respect aux femmes, mais ça voulait juste dire "respecter les convenances".

  • A Toulouse, un autre #internet, solidaire et non-commercial, c’est possible ! - Basta !
    http://www.bastamag.net/article3391.html

    6 mois, 12 000 euros, des antennes-relais, 300 mètres de fibre optique et un courrier à l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes). Voilà ce qu’il a fallu à l’association Tetaneutral.net pour lancer son propre fournisseur d’accès à internet (FAI) à Toulouse en 2011. « Devenir opérateur, c’est une formalité », affirme Laurent Guerby, président de l’association.

    Pour déployer son réseau, Tetaneutral a installé quelques antennes radios [1] sur les points hauts de la ville, et sur les toits ou les balcons des premiers abonnés. Progressivement, 230 boîtiers ont été posés, permettant à 162 foyers de Toulouse et des environs de surfer sur la toile sans passer par Orange, SFR ou Free. L’abonnement est à prix libre, mais le tarif suggéré oscille entre 20 et 28 euros selon les zones, location du matériel radio (5 GHz) inclus.

  • Puisqu’on parle du « mur des cons », est-ce que tu te souviens de l’immense scandale lorsque le #cablegate a révélé que le juge antiterroriste Jean-Louis #Bruguière était allé évoquer « un certain nombre d’enquêtes en cours qu’il conduit » auprès de l’ambassade américaine ? Tu te souviens de notre gouvernement dans l’embarras, des grandes déclarations indignées, des éditoriaux furieux ?
    http://seenthis.net/messages/6077

    Il est possible que tu ne t’en souviennes pas, pour la bonne raison qu’il n’y a eu rigoureusement aucun scandale.

  • Ils sont payés pour draguer sur internet | Si je comprends bien, tu craques pour un homme bien sous tous rapports, et au final, tu découvres que c’était juste un boute-en-train pour te fourguer un type qui n’a pas de temps à consacrer à une relation ??? http://fr.wikipedia.org/wiki/Boute-en-train
    http://www.ladepeche.fr/article/2013/04/27/1615177-ils-sont-payes-pour-draguer.html

    Serait-ce le job idéal ? L’entreprise toulousaine Net Dating Assistant, créée à l’été 2011, regroupe une dizaine de séducteurs freelance. Leur tâche : draguer sur les sites de rencontres pour le compte de leurs fortunés clients, trop pressés ou insuffisamment doués dans ce domaine.

    Sans déconner, si le mec n’a même pas le temps du début d’une relation, mais qu’il crève tout seul comme un clébard avec la veuve poignée !

  • @stephane ne lit donc pas que des rfc !
    Fiche de lecture : Congo - Une histoire
    http://www.bortzmeyer.org/congo.html

    Ce livre est une histoire complète du Congo, commençant avec la préhistoire (et non pas, comme dans les cours d’histoire du Congo faits pendant la colonisation, avec l’arrivée des Européens...). Très bien documenté, passionnant à lire, c’est un exemple pour l’histoire de l’Afrique (qui est encore loin d’avoir fait l’objet d’autant de travaux que celle de l’Europe).

    Je suggère donc également :
    Les Fantômes du roi Léopold de Adam Hochschild
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Fant%C3%B4mes_du_roi_L%C3%A9opold

  • Suite au seen sur les #parasurtenseur(s) http://seenthis.net/messages/105563 et en sous-produit de la recherche sur la source de l’estimation de coût d’un accident nucléaire : l’IRSN vient de mettre en ligne (14/01/13) son rapport d’Évaluation par l’IRSN des risques pour les personnels de France-Télécom associés aux parasurtenseurs contenant des radioéléments http://www.irsn.fr/FR/expertise/rapports_expertise/radioprotection-homme/Pages/Rapport-Evaluation-IRSN-risques-personnels-France-Telecom-parasurtenseurs.aspx. dont les conclusions ont été présentées au CHS-CT de France Telecom du 30/03/10.

    En gros, il n’y a pas de problème, les doses reçues sont minimes (au maximum, un peu moins que la limite fixée pour le public) mais il faudra faire attention lors de la dépose systématique et ne pas oublier de bien ventiler les emplacements de stockage.

    Au passage, un petit coup de chapeau de l’#IRSN à la #CRIIRAD

    Il est à noter que certaines informations ont par ailleurs été trouvées dans le rapport n°10-08 de la Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité (CRIIRAD), publié le 15 mars 2010 sur son site Internet.

    http://www.criirad.org/actualites/dossier2010/francetelecom/rapportCRIIRAD.pdf

  • Géographie radicale, cartographie radicale, nourritures radicales, anti-esclavagisme radical, tout radical !!

    Superbe blog

    Chomping at the Bloodied Bit
    http://hughcrosfield.wordpress.com

    Anti-saccharite cultures iv) Radical food as a matter of taste
    27 Sep

    “The links between First World “taste” and Third World suffering are understood by the producing nations and it has become evident that increasingly their destiny has become, in effect, a secondary effect of shifts in First World consumption patterns” (Daniel Miller 1995:3).

    #cartographie-radicale

  • Bon, je ne sais toujours pas ce que désigne le mystérieux hashtag #cccp mais voici un projet qui semble avoir un rapport : « #Airmesh, a collection of the best open source mesh network technologies, packaged such that they are self configuring and produce a practical, network for various uses, including learning, as well as disaster and off grid communications as well as community networks. »

    http://www.netlore.co.uk/airmesh/About.html

    #batman