Blog Stéphane Bortzmeyer : Accueil

https://www.bortzmeyer.org

  • Blog Stéphane Bortzmeyer : Peut-on censurer tout en respectant la vie privée ?
    https://www.bortzmeyer.org/filtrage-vie-privee.html

    Par Stéphane Bortzmeyer

    C’était le thème d’une réunion pendant l’IETF 115 à Londres. Pour censurer sur l’Internet, le censeur doit regarder ce à quoi l’utilisateur voulait accéder, ce qui pose des problèmes de vie privée évidents. Peut-on censurer sans violer la vie privée ?

    Le problème était posé sous la forme d’une question technique mais, évidemment, c’est plus compliqué que cela.

    Non, le vrai problème, c’est le consentement de l’utilisaeur. Si vraiment, on veut rendre un service à l’utilisateur, le problème est relativement simple. Si on veut censurer sans l’accord de l’utilisateur, cela devient effectivement plus compliqué. L’argument comme quoi on voulait protéger l’utilisateur contre une exposition accidentelle ne tient donc pas.

    L’Internet Watch Foundation a présenté le problème comme purement technique, sachant très bien que les participant·es à l’IETF sont passionné·es de technique et vont sauter sur l’occasion, cherchant des solutions complexes et intéressantes (par exemple du côté du chiffrement homomorphique, la solution miracle souvent citée). Mais on est là dans un cas où la question n’est pas technique, mais politique. Il n’y a aucun moyen magique de censurer sans le consentement de l’utilisateur et en respectant sa vie privée. Le but de l’IWF était probablement justement de montrer qu’il n’y avait pas de solution technique (« on a été de bonne volonté on a soumis, la question à l’IETF ») et qu’il fallait donc censurer sans se soucier de vie privée.

    Notons aussi qu’une infrastructure de censure, une fois en place, sert à beaucoup de choses. La pédo-pornographie, par l’horreur qu’elle suscite, sert souvent à couper court aux débats et à mettre en place des systèmes de censure, qui seront ensuite utilisés pour bien d’autres choses.

    #Stéphane_Bortzmeyer #Censure

  • Blog Stéphane Bortzmeyer : Quelles conséquences si les câbles avec les USA étaient coupés ?
    https://www.bortzmeyer.org/coupure-avec-les-usa.html

    par Stéphane Bortzmeyer

    Une vidéo au titre sensationnaliste, « La Russie peut-elle couper le réseau internet en France et en Europe en s’attaquant aux câbles sous-marins ? » a été publiée par France Info hier. Ce titre montre une incompréhension sérieuse de ce qu’est l’Internet. Couper les câbles est une chose. Couper l’Internet une autre. Ce n’est pas parce qu’on ne peut plus communiquer avec les USA qu’on n’a plus d’Internet. Quelques explications.

    Cette vidéo fait partie des classiques productions médiatiques qui jouent sur la peur « La menace est observée par Orange France et jugée "crédible" par la Marine Nationale ». (Un autre exemple, quoique un peu moins sensationnaliste est dans un article de The Conversation.) Mais elle est erronée à plusieurs niveaux.

    Certaines personnes ont surtout fait porter leur critique de cette vidéo en mettant l’accent sur la possibilité d’un re-routage des communications par d’autres endroits (via l’Asie et le Pacifique, par exemple ou alors par des liaisons satellite). Certes, les protocoles de routage, comme BGP, sont conçus pour cela (c’est la jolie histoire de l’Internet conçu pour résister à une guerre nucléaire). Mais il n’est pas sûr que la capacité disponible soit suffisante (pour les satellites, il est sûr qu’elle ne l’est pas). Je vais donc supposer, pour le reste de la discussion, qu’il n’y a pas d’alternative disponible : les États-Unis sont injoignables.

    Quelles seraient les conséquences ? FranceInfo dit sans hésiter que ce serait une coupure de l’Internet. Mais ils confondent le point de vue de M. Toutlemonde chez lui qui, quand sa fibre est coupée, est effectivement déconnecté de l’Internet, avec la situation d’un pays ou a fortiori d’un continent comme l’Europe. Pour un pays ou un continent, l’Internet n’est pas un service auquel on se connecte. C’est une interconnexion de réseaux qui ont du trafic externe mais aussi du trafic interne. Une grande partie des flux de données en Europe reste en Europe et ne serait pas affectée par une coupure d’avec les États-Unis. L’Europe est en effet largement autonome.

    Bon, ça, c’était Google, une entreprise sérieuse et qui sait ce qu’elle fait. Mais un certain nombre de services disponibles via l’Internet ne sont pas gérés par des entreprises sérieuses. Entrainés entre autres par le terme marketing de serverless, des services dépendent de services extérieurs et ne font pas forcément attention à ces dépendances, qu’ils découvrent seulement lors des pannes. Donc, en cas de coupure de la liaison transatlantique, il est certain qu’il y aura un certain nombre de services supposés européens qui, en raison d’une dépendance mal analysée vis-à-vis de quelque chose hébergé chez une région étatsunienne d’AWS auront des problèmes. En théorie, les services sérieux ont des plans pour résister aux problèmes (les PCA) et d’autres pour se redresser en cas de panne (les PRA). Mais ces plans sont souvent purement théoriques et n’ont jamais été testés. Donc, oui, là, une coupure des câbles transatlantiques aura des conséquences en cascade pour certains, les moins préparés.

    Cette discussion sur les services ne portait que sur les services à administration centralisée, les plus vulnérables. Les services pair-à-pair sont évidemment plus robustes mais, en pratique, ils sont peu nombreux, en partie en raison de la lutte menée contre eux par les ayant-droits et les États, au détriment de la robustesse (comme on l’a vu pendant le confinement de 2020).

    Voilà, nous avons vu que la vidéo de FranceInfo était très décalée par rapport à la réalité. Toutefois, le risque d’une action contre les câbles sous-marins peut être une bonne occasion de réfléchir aux dépendances plus ou moins visibles de nos outils numériques et à travailler à s’en affranchir, et éventuellement à changer nos usages (nul besoin d’un moteur de recherche pour aller sur le site Web de son employeur, comme le font tant de gens). La dépendance n’est pas une fatalité ou une loi physique, elle dépend de choix, qu’on peut changer.

  • Blog Stéphane Bortzmeyer: Fiche L’École sans école
    https://www.bortzmeyer.org/ecole-sans-ecole.html

    Vous l’avez remarqué, la France a été confinée en mars 2020 et cela a entre autres concerné l’École, qui était fermée ou, plus exactement, sortie de l’école (avec un petit é) pour se faire à distance depuis la maison. D’un tel bouleversement, décidé dans l’urgence, il y a forcément des leçons à tirer. C’est le but de ce petit livre collectif qui réunit un certain nombre d’analyses sur cette « période spéciale ».

    À ma connaissance, le ministère n’a pas produit de texte officiel de bilan de cette « expérience ». Pourtant, il y en a des choses à dire, un grand nombre de gens, des enseignants, élèves, parents, employés non enseignants de l’École ont dû s’adapter dans l’urgence, et ont souvent brillamment innové. Le livre alterne des témoignages du terrain, et des analyses plus générales. Goundo Diawara raconte ce qu’une CPE dans un établissement difficile (REP+) pouvait faire pour maintenir le moral des élèves et de leurs familles (comme pour beaucoup de choses, confinement et travail à la maison sont plus agréables quand on est riche que quand on est pauvre). Stéphanie de Vanssay rappelle que se focaliser sur le numérique, vu parfois comme danger, et parfois comme solution à tout pendant le confinement, est insuffisant. Ainsi, les inégalités ne relèvent pas uniquement de la « fracture numérique ». Serge Pouts-Lajus décrit ce que faisait le personnel non-enseignant, par exemple en préparant des repas et en les apportant aux élèves. Hélène Mulot parle du travail qu’elle a fait avec les élèves autour des masques. Et Pierre-Yves Gosset fait le bilan des relations de l’École avec le numérique, et notamment de sa capitulation, bien antérieure au confinement, devant Microsoft et autres entreprises. (Mais le confinement a aggravé les choses ; « nous avons tous émigré aux États-Unis » en matière d’outils numériques.)

    J’espère que ce livre servira à ce que cette « expérience » ne soit pas oubliée et que les leçons du confinement serviront à quelque chose, et permettront de faire évoluer l’École (oui, je suis optimiste). Vous connaissez d’autres livres qui ont fait le bilan de ce confinement dans le milieu scolaire ?

    #Sans-école #Education #Confinement

  • Blog Stéphane Bortzmeyer (@stephane): Fiche L’École sans école
    https://www.bortzmeyer.org/ecole-sans-ecole.html

    J’espère que ce livre servira à ce que cette « expérience » ne soit pas oubliée et que les leçons du confinement serviront à quelque chose, et permettront de faire évoluer l’École (oui, je suis optimiste). Vous connaissez d’autres livres qui ont fait le bilan de ce confinement dans le milieu scolaire ?

    • Je ne pense pas que j’aurai le courage de le lire ("École ouverte") quand les quelques lignes de 4ème de couverture me font déjà vomir

      « Je fais et ferai tout pour que cette épidémie ait eu au moins ce mérite : nous obliger à retrouver le sens de l’École. Il y a encore dix-huit mois, avant que le virus ne barre le chemin des salles de classe aux enfants, l’effet de l’habitude avait comme dilué ce sens. La fermeture des écoles, à l’échelle de la France comme à celle du monde, a constitué un point de bascule historique.
      Dans cette situation incertaine s’est joué le choix entre une École vue comme notre institution fondamentale ou comme la variable d’ajustement de nos peurs. C’est pourquoi, dans ce livre comme dans la vie, je l’écrirai avec une majuscule en tant que référence centrale de notre existence collective. »

  • Fiche « L’enfer numérique », par @stephane
    https://www.bortzmeyer.org/enfer-numerique.html

    Et l’article du @mdiplo du mois où l’auteur présente le propos de son livre (paywall) : https://www.monde-diplomatique.fr/2021/10/PITRON/63595

    Nous sommes désormais noyés sous les publications qui parlent de l’empreinte environnementale du numérique et notamment de l’Internet. Mais ce nouveau livre est plus approfondi que beaucoup de ces publications et contient des récits intéressants.

    Au passage, je ne sais pas si quelqu’un a calculé l’empreinte environnementale des livres qui critiquent l’empreinte environnementale de l’Internet ☺. Plus sérieusement, une bonne partie de ces livres sont juste de l’anti-numérique primaire, par des auteurs nostalgiques d’un passé où seule une minorité d’experts pouvaient décider et s’exprimer, auteurs qui regrettent le bon vieux temps (ils critiquent le numérique mais jamais l’automobile). Ces défauts se retrouvent aussi dans le livre de Guillaume Pitron (par exemple quand il mentionne, même s’il n’insiste pas là-dessus, qu’il faudrait que des autorités décident des usages légitimes de l’Internet) mais heureusement cela ne fait pas la totalité du livre.

    Donc, de quoi parle ce livre ? De beaucoup de choses mais surtout des conséquences environnementales et (à la fin) géopolitiques de l’usage de l’Internet. L’auteur insiste sur la matérialité du monde numérique : loin des discours marketing lénifiants sur le « virtuel » ou sur le « cloud », le monde numérique s’appuie sur la matière, des métaux rares, des centrales électriques fonctionnant au charbon ou au nucléaire, des centres de données énormes. Ce discours n’est pas très original, cet argument de la matérialité a été souvent cité ces dernières années mais le poids du discours commercial est tel que beaucoup d’utilisateurs du numérique n’ont pas encore conscience de cette matérialité. Et elle a des conséquences concrètes, notamment en matière environnementale. Le numérique consomme de l’énergie, ce qui a des conséquences (par exemple en matière de relâchement de gaz à effet de serre, qui contribuent au réchauffement planétaire) et des matériaux dont l’extraction se fait dans des conditions souvent terribles et pas seulement pour l’environnement, mais surtout pour les humains impliqués.

    Quelle que soit la part réelle du numérique dans les atteintes à l’environnement (les chiffres qui circulent sont assez « doigt mouillé »), il n’y a pas de doute que, face à la gravité du changement climatique, tout le monde devra faire un effort, le numérique comme les autres. Des techniques frugales comme LEDBAT (RFC 6817) ou Gemini sont des briques utiles de cet effort (mais l’auteur ne les mentionne pas).

    C’est après que les choses se compliquent. Qui doit agir, où et comment ? Le livre contient beaucoup d’informations intéressantes et de reportages variés et met en avant certaines initiatives utiles. C’est par exemple le cas du Fairphone, un ordiphone conçu pour limiter l’empreinte environnementale et sociale. Beaucoup de critiques ont été émises contre ce projet, notant que les objectifs n’étaient pas forcément atteints, mais je les trouve injustes : une petite société locale n’a pas les mêmes armes qu’un GAFA pour changer le monde, et ses efforts doivent être salués, il vaut mieux ne faire qu’une partie du chemin plutôt que de rester assis à critiquer. C’est à juste titre que le projet Fairphone est souvent cité dans le livre. (Sur ce projet, je recommande aussi l’interview d’Agnès Crepet dans la série audio « L’octet vert ».)

    Ces reportages sont la partie la plus intéressante du livre et une bonne raison de recommander sa lecture. Il comprend également une partie géopolitique intéressante, détaillant notamment l’exploitation de plus en plus poussée de l’Arctique (à la fois rendue possible par le changement climatique, et l’aggravant) et les projets gigantesques et pas du tout bienveillants de la Chine. Même si beaucoup de projets (comme le câble Arctic Connect) se sont cassés la figure, bien d’autres projets leur succèdent.

    Par contre, le livre ne tient pas les promesses de son sous-titre « Voyage au bout d’un like ». S’il explique rapidement que le simple fait de cliquer sur un bouton « J’aime » va mettre en action de nombreuses machines, parcourir un certain nombre de kilomètres, et écrire dans plusieurs bases de données, il ne détaille pas ce parcours et ne donne pas de chiffres précis. Il est vrai que ceux-ci sont très difficiles à obtenir, à la fois pour des raisons techniques (la plupart des équipements réseau ont une consommation électrique constante et donc déterminer « la consommation d’un Like » n’a donc guère de sens) et politiques (l’information n’est pas toujours disponible et le greenwashing contribue à brouiller les pistes). L’auteur oublie de rappeler la grande faiblesse méthodologique de la plupart des études sur la question, et des erreurs d’ordre de grandeur comme l’affirmation p. 157 que les États-Unis produisent… 640 tonnes de charbon par an n’aident pas à prendre aux sérieux les chiffres.

    Mais le livre souffre surtout de deux problèmes : d’abord, il réduit l’utilisation de l’Internet au Like et aux vidéos de chat, souvent citées. D’accord, c’est amusant et, comme beaucoup d’utilisateurs, je plaisante moi-même souvent sur ce thème. Mais la réalité est différente : l’Internet sert à beaucoup d’activités, dont certaines sont cruciales, comme l’éducation, par exemple. L’auteur critique le surdimensionnement des infrastructures par les opérateurs, jugeant qu’il s’agit d’un gaspillage aux conséquences environnementales lourdes. Mais il oublie que ce surdimensionnement est au contraire indispensable à la robustesse de l’Internet, comme on l’a bien vu pendant le confinement, avec l’augmentation du trafic (voir le RFC 9075). Outre les pandémies, on pourrait également citer les attaques par déni de service (la cybersécurité est absente du livre), qui sont une excellente raison de surdimensionner les infrastructures.

    Et le deuxième problème ? Parce que l’auteur pourrait répondre qu’il est bien conscient de la coexistence d’usages « utiles » et « futiles » de l’Internet et qu’il suggère de limiter les seconds. C’est là qu’est le deuxième problème : qui va décider ? Personnellement, je pense que le sport-spectacle (par exemple les scandaleux jeux olympiques de Paris, monstruosité environnementale) est à bannir des réseaux (et du reste du monde, d’ailleurs). Mais je ne serais probablement pas élu avec un tel programme. Personne n’est d’accord sur ce qui est sérieux et ce qui est futile. Qui va décider ? Des phrases du livre comme le fait d’ajouter « sacro-sainte » devant chaque mention de la neutralité de l’Internet ont de quoi inquiéter. J’avais déjà relevé ce problème dans ma critique du dernier livre de Ruffin. Une décision démocratique sur les usages, pourquoi pas ; mais je vois un risque sérieux de prise de pouvoir par des sages auto-proclamés qui décideraient depuis leurs hauteurs de ce qui est bon pour le peuple ou pas.

    • Notons que l’article du Monde Diplo n’est qu’un parmi les nombreux articles de la campagne de promotion du bouquin. Aucun de ces articles n’émet la moindre critique ou la moindre nuance. Soit les médias servent la soupe à un collègue, soit c’est simplement une réaction anti-Internet classique dans les médias (ils n’ont jamais digéré de devoir partager leur pouvoir de communication).

  • Facebook, Instagram et WhatsApp touchés par une panne majeure
    https://www.lemonde.fr/pixels/article/2021/10/04/facebook-instagram-et-whatsapp-touches-par-une-panne-majeure_6097097_4408996

    D’après les premières constatations, le problème semble toucher les Domain Name Servers (DNS) utilisés par ces trois applications.

    Des milliers d’utilisateurs de Facebook, d’Instagram – son application de partage de photos – et de WhatsApp – son application de messagerie – n’ont plus accès à leurs services, rapporte le site spécialisé downdetector.com, lundi 4 octobre, ainsi que de très nombreux messages d’utilisateurs de ces services sur les réseaux sociaux.

    Downdetector dit avoir reçu plus de 50 000 rapports d’incidents de la part d’utilisateurs incapables de se connecter aux différentes applications, ainsi qu’à Facebook Messenger, notamment depuis Washington et Paris.

    Le temps de retour à la normale inconnu
    Facebook n’a pas immédiatement pu expliquer l’origine de la panne, ni donner une estimation de temps avant un retour à la normale. « Nous nous efforçons de rétablir la situation aussi rapidement que possible et nous vous prions de nous excuser pour tout désagrément », a déclaré l’entreprise sur Twitter.

    D’après les premières constatations, le problème semble toucher une infrastructure majeure qui permet « d’orienter » le trafic Internet. Les Domain Name Servers (DNS) utilisés par ces trois applications, qui traduisent une adresse URL (« facebook.com ») en adresse IP compréhensible par une machine (« 216.239.32.107 ») ne répondent plus, ce lundi soir. Une panne qui pourrait trouver son origine dans une panne des serveurs BGP de l’entreprise – des machines dont le rôle, crucial, est d’orienter le trafic sur Internet.

  • La pandémie de #Covid_19 en 2020 a affecté de nombreux aspects de notre vie. Concernant plus spécifiquement l’#Internet, elle a accru l’utilisation d’outils de communication informatiques. Quels ont été les effets de ces changements sur l’Internet ? Un atelier de l’IAB fait le point sur ces effets et en tire des leçons dans ce #RFC 9075. Je vous le dis tout de suite : contrairement à certains discours sensationnalistes, l’Internet n’a pas subi de conséquences sérieuses.

    https://www.bortzmeyer.org/9075.html

  • Les quatre #RFC sur le protocole de transport #QUIC viennent d’être publiés. Ce nouveau protocole de transport, concurrent de #TCP, pourrait bien devenir le transport majoritaire sur l’Internet, notamment via son utilisation dans la nouvelle version de #HTTP, HTTP/3.

    Il utilise systématiquement le #chiffrement, et chiffre même des parties du dialogue qui restaient en clair quand on utilisait #TLS sur TCP.

    https://www.bortzmeyer.org/quic.html

  • QUETIGNY : Visioconférence avec Stéphane Bortzmeyer à propos des droits fondamentaux sur Internet - Infos Dijon
    https://www.infos-dijon.com/news/sortir-voir-ecouter-decouvrir/sortir-voir-ecouter-decouvrir/quetigny-visioconference-avec-stephane-bortzmeyer-a-propos-des-droits-f

    Dans le cadre de la Fête du libre, la bibliothèque municipale de Quetigny s’associe à l’association Coagul, faisant la promotion des logiciels libres. Le vendredi 19 mars est proposé un échange avec Stéphane Bortzmeyer, ingénieur en réseaux informatiques.
    A l’occasion de la fête du libre, la Bibliothèque de Quetigny et l’Association Coagul ont souhaité inviter Stéphane Bortzmeyer, ingénieur en réseau informatique et auteur du livre « Cyberstructure » dans lequel il montre les relations subtiles entre les décisions techniques concernant l’Internet et la réalisation - ou au contraire la mise en danger - des droits fondamentaux.

    La conférence aura lieu en visio et les questions pourront être posées par « chat ». Ce sera vendredi 19 mars, à 20h. Le lien sera disponible sur le site de la bibliothèque municipale de Quetigny et sur le site coagul.org.

    Le lendemain, samedi 20 mars, la journée sera consacrée à la découverte du logiciel libre, à la Bibliothèque (sur inscription au 03 80 46 29 29) ou en visio. Le programme est disponible sur le site de Coagul : http://coagul.org/drupal/evenement/fete-logiciel-...

    Rencontre en visioconférence avec Stéphane Bortzmeyer

    Autour de son ouvrage « Cyberstructure » (C & F éditions)

    Vendredi 19 mars à partir de 20h

    « Une grande partie des activités humaines se déroule aujourd’hui sur l’Internet. On y fait des affaires, de la politique, on y bavarde, on travaille, on s’y distrait, on drague... L’Internet n’est donc pas un outil qu’on utilise, c’est un espace où se déroulent nos activités. »

    Stéphane Bortzmeyer est ingénieur en réseaux informatiques. Il travaille à l’AFNIC (registre des noms de domaine en .fr) sur l’infrastructure de l’Internet, notamment le DNS (Domain Name System). Le reste du temps, il tient un blog.

    https://www.bortzmeyer.org

    https://cyberstructure.fr

    La rencontre sera diffusée en direct sur Peertube, plateforme vidéo libre et décentralisée à l’adresse suivante https://lstu.fr/rencontre19mars

    Discutez et posez vos questions à Stéphane Bortzmeyer sur le live chat : https://webchat.freenode.net/#rencontre19mars

    #Stéphane_Bortzmeyer #Cyberstructure

  • Blog Stéphane Bortzmeyer : Deux mots sur les NFT
    https://www.bortzmeyer.org/nft.html

    Un peu de technique avec Stéphane Bortzmeyer

    Je suis la mode, tout le monde parle des NFT donc je m’y mets aussi. Comment ça marche et ça sert à quoi ?

    L’idée de base s’inspire de l’humoriste Alphonse Allais. Un de ses personnages a déposé un brevet pour « enlever au caoutchouc cette élasticité qui le fait impropre à tant d’usages. Au besoin, il le rend fragile comme du verre. ». Les données numériques ont la propriété de pouvoir être copiées à un coût très bas, diffusées largement (grâce à l’Internet) et sans priver le détenteur originel de ces données. Les NFT visent à supprimer cette propriété et à faire des données numériques uniques et non copiables. Pourquoi donc, à part pour rendre hommage à Alphonse Allais ? Parce que cette rareté artificiellement créée permet de mettre en place un marché d’objets uniques, donc chers.

    L’idée est que cela permettra des ventes d’objets numériques, ce qui intéresse particulièrement le marché de l’art. Ainsi, il y a deux jours, une vente d’une œuvre d’art (ou plutôt d’un NFT) a rapporté des millions d’euros. Mais l’idée est relativement ancienne, les premiers NFT populaires ayant été les CryptoKitties.

    Mais comment peut-on transformer un fichier numérique en un truc unique et non copiable ? Je vous le dis tout de suite, on ne peut pas. C’est en fait le NFT dont on peut « prouver » le propriétaire, pas l’œuvre d’art elle-même. Descendons un peu dans la technique. Fondamentalement, un NFT (Non-Fungible Token) est un certificat numérique, rassemblant un condensat cryptographique de l’œuvre d’art et une signature par une place de marché. Ce certificat est ensuite placé sur une chaîne de blocs (en général Ethereum) où un contrat automatique permettra de gérer les transactions sur ce certificat, et donc de déterminer de manière fiable le propriétaire. Sur cette idée de base, on peut ajouter diverses améliorations, comme le versement automatique d’un pourcentage des ventes successives au créateur de l’œuvre.

    On le voit, le NFT est une idée simple mais qui ne garantit pas grand’chose : si la place de marché est sérieuse, et que le contrat automatique est correct, le NFT garantit uniquement :

    Que la place de marché a certifié l’œuvre d’art,
    Qu’il n’y a à un moment donné, qu’un seul propriétaire (la traçabilité est le point fort des chaînes de blocs).

    C’est tout. Les places de marché peuvent générer n’importe quel NFT (il faut leur faire une confiance aveugle), le fichier original peut toujours être copié. Le cours d’un NFT, comme celui de toute monnaie ou bien, dépend uniquement de la valeur qu’on lui accorde. Comme l’argent, le NFT est « une illusion partagée ».

    Pour les technicien·ne·s, fabriquons un NFT pour voir. Je prends une image de chat. Elle n’est pas de moi mais cela n’est pas un problème. Calculons un condensat cryptographique avec SHA-256 :

    #NFT #Blockchain #Arnaque #Idéologie_propriétaire

  • Vendre un tweet 2,1 millions d’euros, des vidéos pour cinq millions : les NFT, nouvel eldorado numérique ?
    https://www.lemonde.fr/pixels/article/2021/03/10/vendre-un-tweet-2-1-millions-d-euros-des-videos-pour-5-millions-les-nft-nouv

    FactuelUne technologie reposant sur des certifications permises par les blockchains permet, désormais, d’obtenir des titres de propriété d’objets numériques de toutes sortes et de les vendre.

    Des certifications numériques

    Pourtant possiblement visibles par tous gratuitement sur un site d’hébergement de vidéos comme YouTube, les clips vendus sur NBA Top Shot suscitent une telle frénésie, car leurs acquéreurs en deviennent les propriétaires officiels.

    Ces vidéos sont, en effet, des Non-Fungible Tokens (NFT, des jetons non fongibles, en français). Un sigle qui recouvre toutes les métadonnées associées aux fichiers vidéo concernés. Ces informations établissent avec certitude que chaque vidéo est bien l’originale : l’acheteur du moment a la garantie qu’il acquiert la vidéo d’un joueur de basket directement créée pour cette occasion, et non une copie.

    Ce qui explique pourquoi les NFT sont apparus dans de nombreux secteurs : les arts, le jeu vidéo, le sport ou encore la réalité virtuelle. Les collectionneurs – et les spéculateurs – se les arrachent sur des plates-formes d’échange spécialisées, telles que OpenSea ou Rarible. Les transactions se font le plus souvent en cryptomonnaies, même si une plate-forme comme NBA Top Shot facilite l’expérience en autorisant les modes de paiement traditionnels.

    Récemment, la chanteuse Grimes a vendu aux enchères une série de clips musicaux en NFT pour un montant total d’environ cinq millions d’euros. Une gravure de Banksy a, elle, été détruite après avoir été reproduite en NFT, puis vendue en ligne pour 229 ethers, soit l’équivalent de 350 000 euros au moment où ces lignes ont été écrites.

    Just bought Death Of The Old by @Grimezsz for 258ETH. Anhedonia is a pure banger💥. This garage beat with high pitch… https://t.co/s6KByr318p
    — ThisIsAito (@aito.eth 🥚❤️)

    « Je viens d’acheter [la vidéo du morceau] Death Of The Old de Grimes pour 258 ETH », soit environ 388 000 dollars, se félicitait l’acheteur sur Twitter – en postant également la vidéo dont il est devenu propriétaire. La vidéo est également librement accessible ailleurs sur Internet.

    Depuis peu, la plate-forme Valuables propose de convertir des tweets en NFT pour les revendre. Jack Dorsey, le fondateur de Twitter et défenseur des cryptomonnaies, s’est pris au jeu et a mis aux enchères son premier message posté sur Twitter. Pour l’heure, un entrepreneur du secteur de la blockchain a posé l’enchère la plus haute : elle s’élève à environ… 2,1 millions d’euros.

    Autant d’objets numériques qui restent librement consultables par tous les internautes et copiables à l’infini (grâce au bon vieux « Enregistrer sous » et autres captures d’écran), mais dont les fichiers originaux viennent de trouver de nouveaux propriétaires officiels.

    #NFT #Idéologie_propriétaire #Culture_numérique #Spéculation #Blockchain

  • Amateurs du slow Web, de la sobriété numérique, des sites d’information avec du texte et pas d’images, partisans de la vie privée, contrariants opposés au Web obèse d’aujourd’hui, voici une solution et elle fait le buzz en ce moment : #Gemini.

    Gemini est un système de publication de textes qui s’appuie sur un protocole à lui, délibérement non extensible, pour rendre plus difficile d’y ajouter des trucs comme les cookies. Il a aussi un format à lui, délibérement limité pour permettre l’écriture de clients Gemini simples.

    Je mets ici un lien vers le site de référence :

    https://gemini.circumlunar.space

    C’est un lien Web mais je mets aussi le lien Gemini (vous n’avez probablement pas un client Gemini sous la main en ce moment) :

    gemini ://gemini.circumlunar.space/

    Avant de commenter, je recommande très fortement de lire la FAQ, qui répond sans doute à votre commentaire :

    https://gemini.circumlunar.space/docs/faq.html

  • « Le Ministère de l’Intérieur, par l’intermédiaire du site permettant la génération d’attestations de déplacement dérogatoire COVID-19, est en mesure d’assurer un pistage nominatif des citoyens, en usant de procédés comparables à ceux qu’emploient les régies publicitaires et d’autres spécifiques aux services de renseignement. »

    https://www.broken-by-design.fr/posts/attestation-covid-19

    L’article intéressera les développeureuses Web car il est très bien expliqué. Leçon : il n’y a pas que les cookies pour pister.

    #vie_privée #TousAntiCovid #pistage_Web #SOP #localStorage

  • Ethereum
    https://ethereum.org/fr


    Il y a des Seenthisiens embarqués là-dedans qui peuvent éclairer la communauté  ?

    Ethereum est une #plate-forme globale et #open-source pour des #applications décentralisées.

    Sur Ethereum, vous pouvez écrire du #code qui contrôle un actif numérique, qui s’exécute exactement comme il a été programmé et qui est accessible partout dans le monde.

    #blockchain

    • Idem ici (Lyon), je dois déjà en avoir discuté sur ST. Fibre dite « pro », déployée par délégation de service public, les techniciens eux mêmes m’indiquaient qu’à chaque connexion, ils doivent corriger une ou des soudures, et qu’une installation sur deux n’est tout simplement pas possible. Du fait, comme tu le dis, de la sous-traitance en cascade et de l’absence de validations des réseaux au fur et à mesure de leurs installations.

    • Pour moi, cela a été deux ans de galère avec la fibre Orange et Free, #incompétence des opérateurs à tous les étages.
      Il y a 3 ans, je déménage dans un logement accessible à la fibre, mais free m’y installe l’ADSL. Quand, en RDV IRL je demande la fibre à Free, il m’est conseillé d’aller temporairement chez Orange, ce que je fais. Il faut que je tempête pendant plus de 6 mois pour avoir à peu près la fibre orange correctement raccordé mais avec un débit équivalent à l’ADSL. Moins d’un an après, comme prévu, je retourne chez free qui met un an, oui, un an ! à se raccorder sur la fibre qu’Orange n’a pas — d’après le technicien en chef qui s’est déplacé spécialement — branché correctement avec les fiches des 4 opérateurs et a évalué ma connexion fibre comme inexistante.
      je souligne en gras ce que vous devez absolument exiger des installateurs !
      Résultat : un appel toute les semaines pendant un an à free + paiement plein pot à Orange = zéro remboursement de free, vraie honte à ces services de merde, pas d’autre mot.

      Installation de la fibre que l’on voit au-dessus de la marquise ! On peut s’en servir au choix comme fil à linge ou comme tyrolienne.

      Exemple hallucinatoire de la lettre envoyée à Orange :

      Bonjour Madame xxx,
      comme convenu suite à notre rendez vous de ce matin 26 octobre, je vous fais parvenir les photos de l’installation désastreuse de la fibre, puis de sa désinstallation avec le camion dans la cour de la copropriété qui a endommagé le portail en ressortant, celui_ci fermant difficilement maintenant (Voir photos).
      Si nécessaire, j’ai plusieurs témoins comme mes voisins et copropriétaires habitant à l’étage.
      Le 9 octobre après leur première visite où il s’avérait que leur nacelle était trop petite, les techniciens ont repoussé (à plusieurs reprises) leur venue m’obligeant à laissé garé ma voiture en tampon dans la rue pour leur réserver la place. Ma voiture est ainsi restée plusieurs semaines bloquée en attente de leur intervention.
      Le 16 octobre, les techniciens sont revenus tirer la fibre mais dans des conditions telles que je vous confirme avoir refusé de signer la fin de l’installation de la fibre et suis même venue à votre boutique vous prévenir de mon désaccord.
      Les techniciens reconnaissaient leur erreur de pose, mes copropriétaires et moi même avions en effet refusé le passage de la fibre à quelques centimètres au dessus de la marquise de la porte d’entrée de la maison, le cable noir traversait ensuite la cour sous la fenêtre de ma voisine. (Voir photos)
      Ils s’étaient engagés pour le lendemain à réaliser une nouvelle pose, cette fois esthétique qui emprunterait les mêmes passages que les différents cables électriques existants déjà, c’est à dire à l’extérieur à droite le long de la maison.
      Quand à l’intérieur, la fibre faisait le tour de toutes les portes du couloir avec deux boitiers fibres qui servaient de rallonge, le câble étant trop court.(Voir photos)
      Les techniciens ne sont pas revenus le lendemain et ont repoussé d’une semaine leur retour puis à nouveau de plusieurs jours, pour revenir au final seulement à la date du 24 octobre, m’obligeant à bloquer ma voiture tout ce temps. N’ayant pas trouvé de nacelle assez haute pour réaliser ce dont nous avions pourtant convenu, leur seule proposition fût de modifier l’emplacement du câble en le conservant à l’aplomb de la marquise mais un peu plus haut, la fibre passant cette fois devant la fenêtre de ma voisine. (Voir photo)
      Le 24 octobre les techniciens ont donc retiré entièrement la fibre qui traversait la cour en attente d’une solution esthétique correcte. J’ai été très affectée par ces épisodes épuisants et j’ai perdu beaucoup de temps et d’énergie avec des promesses non tenues, il n’est pas question que cette équipe revienne chez moi.
      Ma situation professionnelle est devenue catastrophique alors que je suis indépendante en création de sites internet :
      Non seulement je n’ai plus de fibre orange mais je n’ai également plus de freebox (coupée suite à portabilité immédiate du 09 sur orange ...) donc plus de téléphone 09, mais également plus de forfait sur le 06xxxx puisque j’ai du faire mes appels vers les portables avec. D’autant que je ne peux même pas réclamer de dédommagements à Free qui m’avait laissé sans ADSL pendant 3 semaines, ce qui m’avait conduit à m’adresser à vous pour la fibre. Et évidemment je n’ai plus de télévision depuis le 21 septembre.
      REf courrier 21464 arrivé le 23 octobre dans ma boite aux lettres et daté du 16 octobre
      Je vous demande donc d’agir dans les meilleurs délais pour m’envoyer une autre équipe professionnelle de techniciens installateurs qui sauront installer proprement la fibre.
      Je vous demande également d’intervenir pour faire réparer le portail endommagé.
      En vous remerciant de votre intervention rapide.

      Précision : j’habite en centre ville et on peut imaginer ce que cela donnerait ailleurs …

      Mon débit fibre Free aujourd’hui …

    • Ça va dépendre de la qualité professionnelle des sous traitants, souvent formés à l’arrache et payés au lance pierre. Si ton bled est en fibre, c’est peut-être gage que ça ira mieux pour toi :) Faut vraiment s’assurer que le raccordement depuis la boite de répartition dans la rue est fait pour que n’importe quel opérateur puisse s’y brancher facilement ensuite, donc 4 boites. Ça te permet d’être libre de changer d’opérateur tous les ans, à priori bien entendu, parce qu’ils font tout pour te faire payer plein pot après l’année de promotion. Mais aussi, savoir que les cables de la fibre ne doivent jamais être pliés à 45°, ça casse la fibre et ralentit bêtement le débit sans que tu saches pourquoi. Donc pas question de faire le tour des portes comme ici

      surtout quand il est possible de la faire courir au plafond ou dans les goulottes. Pour ça, il faut être présent et réfléchir avant où ça passera et exiger ce que tu veux, c’est ton droit et il faut savoir résister à des gentils crétins qui font n’importe quoi.

    • merci de l’info @ledeuns, le grand chef technicien free qui est venu avec l’équipe et avait l’air un peu plus éclairé était sceptique sur l’installation et les angles adoptés. Je ne trouve pas la référence sur le cable, ça devrait être inscrit.

    • De la propagande Orange dans ma boite mail pour la fibre. Monsieur sachiez-vous que votre immeuble est désormais raccordé à la fibre « magique » ? dernière étape, le raccordement dans votre logement (gratuit du ../.. au ../..) Jusqu’à un VRP Orange se pointe à ma porte : "blah-blah, bli-bli...de votre forfait FAI +sosh mobil à 35€, vous rajoutez 5€ et à vous la fibre"
      non merci, je ne suis pas intéressé et vos iPhone ou iPad tu te les colle au cul !

    • En Sarthe le conseil départemental a sorti 400 millions d’€ pour cabler tout le département, en imposant le raccordement des zones rurales en premier (histoire d’éviter les zones blanches de la téléphonie mobile) et surtout en vérifiant chaque point de branchement un par un !
      Il n’empêche qu’il y a de droles de bugs. Perso mon raccordement (entre le boitier et le logement) n’a été possible qu’en m’attribuant une adresse fictive (un numéro de ma rue qui n’existe pas !) et je suis loin d’être le seul dans ce cas.
      Le logiciel de référencement des adresse d’Orange est mal parametré. Alors que mon adresse etait bien référencée sur le site de l’Arcep (et éligible à la fibre) elle restait non-éligible chez Orange.
      J’habite au 227 rue Bidule (adresse de facturation) alors que l’adresse d’installation est 10 rue bidule !
      Le coup de l’adresse fictive permet de faire le raccordement (et ça marche) mais à moyen terme ça va être une catastrophe organisationnelle. Dans le cas d’un logement en location par exemple : celui qui aura fait installer la fibre va déménager, partir avec ses factures sur lesquelles est mentionnée « l’adresse d’installation » et lorsque le nouvel habitant demandera la connection en indiquant l’adresse postale, il se verra repondre « pas de branchement à cette adresse » .
      Un joyeux bordel en perspective.

    • Déjà documentés par Le Poulpe, les déboires du syndicat mixte Manche Numérique se poursuivent. Recrutement d’un directeur dans des conditions acrobatiques, panade financière, contrat dans le viseur de la justice, coup de pression d’Hervé Morin... Plus que jamais, l’organisme public, en charge du déploiement de la fibre, se trouve cerné par les affaires judiciaires et les soucis financiers.
      https://www.lepoulpe.info/internet-dans-la-manche-une-panade-financiere-sur-fond-denquetes-judiciai
      c’est paywall, mais ces enquête du Poulpe sont extrêmement bien documentées. Le Poulpe est un peu le médiapart de normandie dont il reprend beaucoup d’article.

  • #ýoutube-dl est un logiciel libre permettant de télécharger des vidéos depuis plusieurs plateformes de distribution (pas seulement #YouTube). Il était distribué à partir de la plateforme de développement de logiciels #GitHub (le Facebook des geeks), propriété de #Microsoft. Il vient d’être retiré, sans discussion et sans possibilité pour l’auteur de se défendre (à la cow-boy, comme souvent aux États-Unis) suite à une demande #DMCA de la #RIAA, le lobby d’Hollywood.

    L’ancien dépôt : https://github.com/ytdl-org/youtube-dl

    La lettre de la RIAA : https://github.com/github/dmca/blob/master/2020/10/2020-10-23-RIAA.md

    L’article de TechCrunch : https://techcrunch.com/2020/10/23/the-riaa-is-coming-for-the-youtube-downloaders

    Celui de ZDnet : https://www.zdnet.com/article/riaa-blitz-takes-down-18-github-projects-used-for-downloading-youtube-videos

    Un miroir (assez chargé en ce moment mais je pense que d’autres apparaitront) : https://git.rip/mirror/youtube-dl

    #copyrightMadness #appropriationIntellectuelle

  • Blog Stéphane Bortzmeyer : Fiche Mikrodystopies
    https://www.bortzmeyer.org/mikrodystopies.html

    Fiche de lecture : Mikrodystopies

    Auteur(s) du livre : François Houste
    Éditeur : C&F Éditions
    9-782376-620112
    Publié en 2020
    Première rédaction de cet article le 30 septembre 2020

    Beaucoup de gens sur Twitter ont déjà lu les Mikrodystopies, ces très courtes histoires d’un futur techniquement avancé mais pas forcément très heureux. Les voici réunies dans un livre, le premier livre de fiction publié chez C&F Éditions.

    Des exemples de Mikrodystopies ? « Le robot de la bibliothèque municipale aurait été l’assistant idéal s’il n’avait pas pris l’initiative de censurer certains ouvrages de science-fiction qu’il jugeait offensants. » Ou bien « La licence du logicielle était claire : pour chaque faute d’orthographe corrigée, le romancier devait reverser une partie de ses droits d’auteur à la société qui avait créé ce traitement de texte. » Ou encore, en temps de pandémie, « Les robots de l’entreprise firent valoir leur droit de retrait, invoquant les pare-feu insuffisants du réseau informatique. ». Oui, je l’avais dit, ce sont des courtes histoires, qui se tiennent dans les limites du nombre de caractères que permet Twitter, mais je trouve chacune d’elles pertinente, et mettant bien en évidence un problème de notre société et de son rapport avec la technique.

    Fallait-il publier ces histoires que tout le monde peut lire sur Twitter ? Je vous laisse en juger mais, moi, cela m’a beaucoup plu de les découvrir ou de les redécouvrir sur mon canapé. Et en plus le livre est beau comme l’explique Nicolas Taffin.

    #Mikrodystopies #François_Houste #C&F_éditions