Et maintenant, des robots journalistes !

/et-maintenant-des-robots-journalistes.h

  • Et maintenant, des robots journalistes ! - Le Nouvel Observateur
    http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20140814.OBS6373/et-maintenant-des-robots-journalistes.html

    C’est l’un de ces petits articles boursiers comme le magazine « Forbes » en publie chaque jour à la pelle sur son site web : « Caesars Entertainment, qui présentera ses comptes le 19 août, devrait afficher des résultats meilleurs que prévu. Le chiffre d’affaires trimestriel est en hausse de 3% et devrait atteindre 8,85 milliards de dollars pour l’année. Trois analystes conseillent de conserver, deux de rester à l’écart. » Les petits actionnaires en raffolent, mais c’est le pensum des journalistes chargés de les rédiger. Cela tombe bien : chez « Forbes », tous les articles de cette rubrique sont désormais générés par un algorithme sans l’ombre d’une intervention humaine.

    Recherche des informations, rédaction, mise en forme, publication : Quill - c’est le nom du système - s’occupe de tout. Il peut aussi rédiger des commentaires de matchs de foot, livrer des pronostics de courses hippiques, traiter des faits divers et même récupérer l’illustration la plus pertinente. Le tout sans jamais commettre la moindre faute d’orthographe ou de syntaxe !
    (…)
    « Forbes » n’est pas le seul média à avoir basculé dans l’ère du robot journaliste. Début juillet, l’agence Associated Press a annoncé que toutes les informations financières tirées des rapports annuels des entreprises seraient désormais traitées par des rédacteurs virtuels... Dans leur coin, des journalistes geeks s’y mettent aussi : en mars, Ken Schwencke, jeune journaliste au « Los Angeles Times », a publié le compte rendu d’un léger tremblement de terre qui s’était produit quelques minutes plus tôt dans la région. Lui-même dormait encore profondément quand son article a paru : le robot Quakebot, qu’il a mis au point pour réagir à ce type d’événement à partir du service national d’annonce des tremblements de terre, a fait le job à sa place.

    Et comme les « analystes » du marché boursier sont aussi des robots, tout le monde est content…