• Les identitaires de gauche, généalogie d’une dérive, Germinal Pinalie
    http://blogs.mediapart.fr/blog/germinal-pinalie/150115/les-identitaires-de-gauche-genealogie-dune-derive

    Les identitaires de gauche ont en commun avec la droite et l’extrême-droite ce paradigme qui confère aux réalités que Marx avait désignées comme des constructions historiques le statut de caractéristiques intrinsèques, de véritables #essences des individus. Pour des raisons à chaque fois différentes qu’il faudra analyser, ils prennent pour argent comptant ce dont Marx a expliqué la valeur très relative. Afin d’ancrer cette analyse dans le réel le plus directement accessible, la première approche du paradigme portera sur les discours d’identitaires de gauche hexagonaux et contemporains, la « #Gauche_populaire » et les « Indigènes de la République », deux mouvements nés à Paris dans la deuxième moitié des années 2000 et réunissant des chercheurs et des militants issus de partis de gauche. Ces deux groupes sont à la fois très peu nombreux et particulièrement visibles médiatiquement. S’exprimant essentiellement à travers des livres et des tribunes dans la presse, ils ont développé deux discours en apparence très différents, mais qui, nous allons le montrer, fonctionnent en miroir dans le cadre du paradigme identitaire. #Christophe_Guilluy, géographe issu du chevènementisme et associé à la Gauche Populaire, a développé au cours des années 2000 un argumentaire à l’appui d’un appel au Parti Socialiste à se reconnecter avec les #classes_populaires « blanches » (c’est lui qui parle en termes de race) déclassées par la mondialisation en adoptant un discours et une pratique ferme vis-à-vis de l’#immigration, sous peine de les voir reporter leurs voix sur le Front National. Le #PS devrait donc selon lui s’adresser aux « autochtones » (c’est l’expression qu’il utilise) en tant que tels, et tenter de capter leur vote identitaire. Sadri Khiari, universitaire d’origine tunisienne et ancien militant trotskiste, a conçu autour de la création du mouvement (aujourd’hui « parti ») des Indigènes de la République un tout autre argumentaire qui s’adresse lui aux « non-blancs » en tant qu’ils sont placés en France dans un rapport colonial où ils ont le même statut « d’indigènes » que leurs parents dans les colonies. Le #PIR entend donc organiser ces « indigènes » dans un cadre débarrassé de la tutelle de la « gauche blanche ». Apparemment totalement opposées politiquement, ces deux tendances ont en fait tout un langage commun, des logiques d’assignation de statuts et de rôles exactement semblables qui déterminent leurs prises de position de façon symétrique. Les mots « #autochtones » et « #indigènes », par ailleurs parfaitement synonymes, sont les signes les plus visibles de l’existence du #paradigme_identitaire.

    #identitaires_de_gauche #métissage (refus du)

    • Les dangers des identités fermées de l’air du temps néoconservateur, Philippe Corcuff
      http://blogs.mediapart.fr/blog/philippe-corcuff/270314/les-dangers-des-identites-fermees-de-l-air-du-temps-neoconservateur

      Les pièges de l’#identité_culturelle (Berg International, février 2014, 128 p., 16 euros).
      L’anthropologue Régis Meyran et le sociologue Valéry Rasplus situent leurs analyses au croisement de l’épistémologie des sciences sociales et l’histoire des idées, en envisageant leur portée politique. La première partie du livre est consacrée à un panorama synthétique et international quant à l’histoire de la notion de culture dans les sciences sociales. La seconde partie décrypte certains effets politiques de cette notion en France. La logique principalement scientifique de la première partie vient éclairer la vigilance éthique et politique déployée dans la seconde. C’est là que les auteurs abordent frontalement ces zones troubles particulièrement travaillées aujourd’hui, selon des modalités à la fois différentes et convergentes, par la #lepénisation, la #zemmourisation, la #soralisation des esprits et même parfois…à gauche...

      #De_Benoist #Taguief #Laurent_Bouvet #Valls #Jean-Claude_Kaufmann

    • « Insécurité culturelle » et différentialisme de gauche
      Valéry Rasplus, Régis Meyran, juin 2012
      http://www.liberation.fr/societe/2012/06/04/insecurite-culturelle-et-differentialisme-de-gauche_823553

      Après la Droite populaire, c’est au tour aujourd’hui de la Gauche populaire d’utiliser des concepts socio-anthropologiques qui pourraient s’avérer glissants. La Gauche populaire est un jeune collectif d’intellectuels, initié par le politologue Laurent Bouvet, qui explique la montée du vote pour le Front national dans la récente élection présidentielle non seulement par « l’économique et le social » mais encore, et c’est là sa trouvaille, par des « variables culturelles » telles que « la peur de l’immigration, des transformations du "mode de vie", de l’effacement des frontières nationales ».

    • Je trouve très intéressante les analyses des Indigènes de la République. Pourtant je suis blanche.
      L’Union Française Juive pour la Paix (UFJP) dialogue manifestement aussi très bien avec les Indigènes de la République.

      Alors la « dérive » est peut-être chez Germinal Pinalie ...
      C’est évident qu’il y a des « minorités visibles » qui sont « racialisées » dans notre société. Et elles le sont particulièrement par le milieu politico-médiatique. Le dénoncer c’est faire avancer les choses.

      Bon j’ai lu que le résumé du billet. Pas le temps de lire l’intégrale du billet de Pinalie.

    • Le P.I.R en débat via @paris (luttes infos)
      http://luftmenschen.over-blog.com/article-les-effroyables-imposteurs-du-12-janvier-125634240.h


      Houria Bouteldja, quoi qu’elle en dise est une bonne réprésentante de cette gauche là. La porte-parole des #Indigènes de la République peut toujours prétendre se distinguer de la « gauche française » : mais au quotidien depuis dix ans, elle passe une bonne partie de sa vie politique dans les meetings de cette #gauche dont elle prétend être autonome . Il ne suffit pas d’y jouer le rôle de la « petite voix rebelle » pour faire oublier qu’elle y est à la tribune, applaudie par ses pairs universitaires. Il ne suffit pas de prétendre qu’on est une « bannie » et une « ostracisée » pour tromper celles et ceux qui le sont vraiment : des colloques à l’université de Berkeley aux plateaux de Ce Soir ou Jamais, Houria Bouteldja a la vie ordinaire d’une responsable de gauche radicale, avec ses tribunes médiatiques et politiques régulières ….tant qu’elle reste dans les clous que d’autres ont planté pour elle.

      Aujourd’hui, les Indigènes de la gauche radicale antisémite sont là pour dire tout le mal des Juifs que le militant franco-français ne veut pas exprimer en premier. Aussi bien depuis les attentats, on sent évidemment comme un flottement dans la partie de la gauche qui n’a jamais reconnu l’antisémitisme que du bout des lèvres, pour reprendre aussitôt ses diatribes contre le CRIF et l’ « instrumentalisation d’un antisémitisme résiduel ». Cette gauche qui a soutenu Dieudonné très, très tard, cette gauche qui voit des « sionistes » partout, le clame haut et fort, pour ensuite s’étonner qu’on la prenne au mot et qu’on attaque des synagogues ou des commerces Juifs.

    • J’aimerai bien avoir des exemples précis de l’antisémitisme du PIR. Ce texte défait le 2 poids 2 mesures ce qui me semble un peu léger, la concurrence mémorielle qui a de véritables causes et une littérature, plus une tartine sur le philométisme. Négation du poids de la race. Etc, etc...
      "Je pense aussi au Parti des Indigènes de la République, qui s’efforce de construire une stratégie politique ayant pour but l’accès à l’égalité des droits pour les descendant-e-s d’immigré-e-s, et qui a fait l’objet de ripostes assez violentes lors de sa création en 2005 sur le thème suivant (je résume grossièrement) : « mais pourquoi tou-te-s ces arabes se réunissent entre elleux, enfin, illes ne voient pas que cela dessert leur cause de se présenter de façon aussi sectaire ? »…

      Je pense que ces quelques problèmes qu’ont pu subir les tentatives d’auto-organisation des descendant-e-s d’immigré-e-s sont liés à la façon dont cet antiracisme « respectable » est conçu : vu qu’il ne s’agit que d’avoir la certitude individuelle que l’on est du bon côté, une lutte collective où des descendant-e-s d’immigré-e-s décideraient de se réunir pour lutter contre les oppressions dont illes sont victimes, ne peut être qu’un excès inutile que l’on pourrait légitimement taxer de « communautarisme »…"

      http://www.lecinemaestpolitique.fr/ma-colere-yannick-noah-2014-misere-de-lantiracisme

      Rapport colonial et mémoire de l’immigration
      Saïd Bouamama
      De la Visibilisation à la Suspicion : La fabrique républicaine d’une politisation
      http://www.lesfiguresdeladomination.org/index.php?id=313

    • @unagi, ce n’est pas "mon" texte, mais un extrait de texte que je propose ici dans un fil qui traite essentiellement de l’angle identitaire à gauche. Les questions que tu poses pourraient l’être au blog de luftmench. Et peut-être est il souhaitable à propos du P.I.R de lire le blog Pinalie dont un article ouvre ce fil.

      Je n’ai rien à faire de l’antiracisme de bonne conscience, l’antiracisme » qui m’intéresse est celui qui est de nature à mettre en cause l’ensemble de la société (quitte évidemment à mettre le pied dans la porte de la forteresse par un aspect partiel devenu soudain explicitement intolérable, problématique). C’est comme ça que j’ai plusieurs fois rappelé ici que le gouvernement socialiste à dès 1982/1983 dénoncé les grévistes arabes de l’automobile comme « musulmans » qui sabotaient la production nationale, a en 1988 instauré un RMI qui supposait deux ans de « séjour régulier » pour être obtenu par un étranger. Cette gauche est nationaliste, ex SFIO (Guerre d’Algérie), chauvine (le « produisons français du P« C »F), cette gauche gère le capitalisme français c’est à dire l’exploitation et la relégation des immigrés et des « issus de », quitte à intégrer la mondialisation néolibérale comme elle l’a fait depuis.

      Pour ce que je connais, l’autonomie des "issus de l’immigration" a été brisée durablement et sciemment par l’OPA politique SOS racisme pour le compte de l’état PS et de l’enseMble de la gauche « représentative ». La grille de lecture en terme de « communautarisme vient ensuite dénoncer nombre de reprises sur ces enjeux, ça il me semble que nus en sommes d’accord.

      Le choix de se dire « indigène » peut se lire de deux manières au moins. L’une m’agrée, c’est le « nous sommes d’ici » (quitte à ne pas pratiquer seulement la liberté d’installation, le refus des discriminations mais aussi d’exercer un « droit à la mobilité »), assertion féconde aux conséquences incalculables que je détaillerais pas. L’autre me parait plus problématique puisque de la nécessité de dire le caractère colonial de la société française, on tend à proposer une grille de lecture de celle ci où non seulement le passé n’est pas passé (ce qui est fondamentalement juste) mais où ce passé là serait l’explication centrale de la situation actuelle. Je préfère me souvenir que les interpellés et condamnés après les émeutes de 2005 n’étaient pas tous loin de là des « issus de l’immigration », tout comme ils n’étaient pas tous déjà du gibier à prison, déjà « connus des servies de police », comme le racontait la presse.

      Sinon pour ce qui est du rapport au « juif », je crois que le P.I.R est un bon symptôme d’une régression qui les tient plus qu’ils ne la déterminent. Je n’ai pas de « preuves » à fournir, juste un énorme malaise ressenti depuis longtemps, et aussi la fréquentation intermittente de quelques personnes qui les ont quitté suite à des désaccords idéologiques (essentialisme).
      Depuis les années 70’, c’est au plan mondial qu’un éloignement puis une rupture (dans bien des cas) intervient entre ces minorités (quantitatives et politiques) « ethniques » ou « raciales » (cf exemple des juifs et des noirs étasuniens). Les avatars de la révolution palestinienne, avec l’involution de nombre de forces impliquées vers l’islam (phénomène brillamment entretenu et suscité par la politique israélienne), c’est-à-dire pour partie vers le seul #internationalisme apparu comme praticable dans la conjoncture depuis le début des années 80, n’y sont pas pour rien non plus.

      Rien de bouclé... L’histoire continue. J’arrête là faute de temps et avec la crainte qu’une mienne propension à la maladresse d’expression et aux difficultés à déployer un tant soit peu un argumentaire (ce qui pousse tout lecteur à imaginer ce qui aurait pu être dit là où rien n’e l’est...) ait déjà compromis une suite éventuelle :)

    • Je lirai tout un peu plus tard et désolé pour « ton texte ».
      Les maladresse hors féminisme ^^ sont admises.
      Et je n’avais lu l’intitulé de l’article...
      Mon post car ca plusieurs fois que je lis PIR et anti sémitisme sans autre argument que le texte que tu présentes. La position du PIR vis à de l’homosexualité était autrement plus explicite ; il n’y a pas l’homosexualité dans les quartiers, l’homosexualité reste un trait culturel de la population blanche.

  • Des sionislamistes qui envahissent la France, et autres dangereuses sornettes - Le blog de luftmenchen
    http://luftmenschen.over-blog.com/m/article-124601155.html

    « Il sera très peu question ici de la Palestine et d’Israel .Mais de la vision fantasmée et politiquement orientée qu’ont recrée une partie de l’extrême droite française et bien au delà, d’un imaginaire plus répandu qu’on ne le croit, un bestiaire allégorique où le « jeune lanceur de pierres », comme l’infâme « sioniste » ne sont évoqués que pour masquer la pensée réelle de ceux qui ne parlent jamais aussi clairement des Arabes et des Juifs d’ici que lorsqu’ils font mine d’évoquer le Moyen Orient. »

    Ces quelques phrases ont cinq ans. Elles ouvraient le premier texte de ce blog collectif, au moment d’une autre offensive sur Gaza, au moment aussi où le négationniste Robert Faurisson montait sur la scène du Zénith avec Dieudonné.

    Cinq ans plus tard, de nouveau , ce qui se passe en Israël et en Palestine donne l’occasion à de nombreuses forces politiques de laisser libre cours à l’#antisémitisme et à l’#islamophobie sous prétexte de prendre position sur une réalité internationale

    • J’ai lu d’autres textes de Luftmensch notamment celui sur le Diplo et Alain Gresh conspirationniste rouge brun. L’accumulation de ce type de textes depuis quelques evacuent deux points. Le premier est celui de l’antisémitisme de l’islamophobie de droite qui n’est pas niée mais qui n’apparait plus. Le deuxième point est celui de l’absence de toute étude et de toute référence.
      Ne restent que les raccourcis, les non dits et les bruits de couloir et la gauche comme problème central du racisme et de l’antisémitisme.

      Lire par exemple :
      L’air du soupçon
      http://www.fakirpresse.info/L-air-du-soupcon.html

      "Pierre Carles, Hervé Kempf, Alain Gresh, Étienne Chouard, Jean Bricmont… tous fachos ? Les accusations pleuvent sur les sites des « antifas ».
      Et Fakir n’échappe pas à cette suspicion : des « nationaux-staliniens moisis », qui entretiendraient des liens obscurs avec des gens pas clairs.
      Alors, amis lecteurs, êtes-vous, sur le site d’un journal d’une officine du Front National ? Marcherez-vous bientôt au pas de l’oie à nos côtés ?"

      Le parallèle est criant avec la rhétorique du "nouvel antisémitisme", l’antisémitisme de banlieue et les nazislamiques.

      L’étude référence sur le racisme, l’antisémitisme est celle annuelle de la CNDH.

      J’ai un condensé pour 2000 qui m’évite les 496 pages du dernier rapport

      "Ces enquêtes montrent en effet que les idées antisémites ne sont pas dominantes dans les milieux d’extrême gauche et dans la jeunesse issue de l’immigration maghrébine ; elles restent, aujourd’hui comme par le passé, présentes dans l’ensemble de la société française, avec des " pics " à la droite de la droite, dans les franges de l’opinion qui manifestent par ailleurs un très fort rejet de l’immigration maghrébine. Plus précisément, en 2000, 20% des sondés approuvaient l’énoncé " les Juifs sont trop nombreux en France ", et 97% de ces antisémites approuvaient également l’énoncé " il y a trop d’Arabes " [5].

      Et lorsqu’on passe des opinions aux actes, les seules données disponibles, celles du Rapport 2001 de la Commission nationale consultative sur les droits de l’homme, indiquent que :

      ______ » sur 35 personnes identifiées et déférées devant la Justice pour "violence raciste, xénophobe ou antisémite", on a dénombré cinq militants d’extrême droite et quinze militants "ultra-sionistes" ;

      ______ » sur 29 prévenus accusés de menaces racistes, on a dénombré quinze militants d’extrême droite, deux "ultra-sionistes" et six "individus d’origine maghrébine" ;

      ______ » sur 13 personnes identifiées et interpellées pour menaces dirigées contre des Juifs, on a dénombré quatre "jeunes maghrébins", et cinq militants d’extrême droite.

      Quelles que soient les limites de ces chiffres, force est d’admettre que nous sommes loin de "l’Année de cristal" annoncée par certains [7],

      que les auteurs d’agressions antisémites sont loin d’être tous des jeunes maghrébins, et qu’ils représentent en tout état de cause une infime minorité de la jeunesse issue de l’immigration maghrébine.

      Le sexisme en banlieue... et ailleurs" http://www.ecosociosystemes.fr/banlieue.html

      Rapport CNDH : http://www.cncdh.fr/sites/default/files/cncdh_racisme_02_basse_def.pdf

      Correspondance suite à un texte sur l’antisémitisme de gauche
      http://blog.tempscritiques.net/archives/959
      "Ce qui est malhonnête et très tendance en ce moment -j’ai l’impression- (je parle de manière générale et pas pour toi ou Yves) c’est de faire comme si l’antisémitisme était un phénomène encore une fois d’importation ou le fait du mouvement pro-pal. Et je pense que c’est un travers dont il faut se méfier. Parce qu’en plus de soutenir des théories droitistes ça exonère les autres de leurs responsabilités dans l’actuelle poussée antisémite qui dure depuis déjà un moment. Même si on pense ce qu’on veut de la sociologie et des statistiques plusieurs classements ont élu la France deuxième pays le plus antisémite d’Europe après la Grèce. Ce qui semble malheureusement vraisemblable. L’extrême gauche à clairement ses responsabilité la dedans et je suis le premier à défendre l’idée que l’antisémitisme et le racisme sont pas propriété de l’extrême droite ou même de la droite. Mais je pense qu’il ne faut pas oublier un contexte plus général. Contexte antisémite que les antifascistes ne posent et n’interrogent pas dans leur immense majorité. La horde en tête."

  • Le blog de luftmench
    http://luftmenschen.over-blog.com/article-la-dieudosphere-bien-plus-vaste-qu-elle-n-en-a-l-air

    Là est toute la contradiction : la quenelle est bien considérée comme un objet politique, puisque les médias laissent en parler ceux qui la font comme d’un geste « anti-système », mais pourtant, ceux-ci sont présentés comme de simples amateurs de spectacle, ce qui évidemment neutralise toute réflexion sur la dangerosité éventuelle de la mouvance, celle-ci étant présentée comme un simple « public ».

    #quenelle #racisme #antisémitisme #politique

  • La Dieudosphère, bien plus vaste qu’elle n’en a l’air - Le blog de luftmench
    http://luftmenschen.over-blog.com/article-la-dieudosphere-bien-plus-vaste-qu-elle-n-en-a-l-air

    Là est toute la contradiction : la quenelle est bien considérée comme un objet politique, puisque les médias laissent en parler ceux qui la font comme d’un geste « anti-système », mais pourtant, ceux-ci sont présentés comme de simples amateurs de spectacle, ce qui évidemment neutralise toute réflexion sur la dangerosité éventuelle de la mouvance, celle-ci étant présentée comme un simple « public ».

    Un public « anti-système » donc, comme le répètent à l’envi ceux qui s’auto-dénomment « quenelliers »Ce qui est extraordinaire, c’est que personne , analyste politique ou journaliste n’aille leur demander ce que signifie être « anti-système ».

    Qui sont aujourd’hui les partis politiques se définissant comme « anti-système » en Europe ? Les partis d’extrême-droite et les partis néo-fascistes comme celui de Beppe Grillo en Italie.

    Quel est le fameux système dénoncé ? Celui de la « mondialisation immigrationniste dirigée par les maîtres de la finance internationale qui veulent détruire les nations ». Il suffit de lire la prose de l’acolyte de Dieudonné, Soral, pour avoir un exemple typique de cette rhétorique et de ses cibles, notamment les immigrés et les Juifs.

    Etre anti-système, c’est donc évidemment être antisémite, car l’antisémitisme est un des fondements de la dénonciation du « système ». Du « système », pas du capitalisme, soit dit en passant. D’une certaine manière, les troupes de Dieudonné et Soral ont donc parfaitement raison et sont sincères en parlant de la quenelle comme d’un geste « anti-système ».

    Medias et analystes, eux, éludent la définition exacte de la posture « anti-système » avec les troupes de Dieudonné, comme ils le font avec les électeurs de Le Pen, depuis que la dédiabolisation du parti a été mise à l’ordre du jour . Il y a en effet une profonde similitude entre les attitudes adoptées avec ces deux parties de l’extrême-droite qui se rejoignent d’ailleurs de plus en plus. Depuis de nombreuses années, déjà, l’on nous répète également que les électeurs du Front National ne sont pas tous et pas vraiment racistes, que leur vote est « contestataire » , qu’il exprime une « révolte » bien plus que la haine.

    Or, même en admettant que le racisme ne soit pas la seule motivation du vote lepéniste, ce qui reste encore à prouver, au minimum le racisme est considéré par ces électeurs comme parfaitement acceptable et tolérable, même lorsqu’il constitue le cœur du discours du parti pour qui ils votent. C’est la même chose pour les troupes de Dieudonné.

    • Le style me fait un peu penser à un forum de graaand quotidien, mais sans les pseudos ni les fioritures. Juste le principe de base : un paragraphe, une merde. A la louche. Et je ne suis pas un fan absolu du diplo pourtant, promis.

      Bon je reconnais que je suis énervé ce soir. Pardon et bonsoir :-)

    • Cher Monsieur Lordon,
       
      C’est avec un étonnement certain, que nous avons lu votre récente tribune intitulée « Conspirationnisme, la paille et la poutre ». Si nous avions été du genre Indignés, nous vous le disons sans ambages, nous aurions été indignés.
       
      Le titre nous avait alléché : eu égard aux errements récents du #Monde_Diplomatique et de l’extrême-gauche souverainiste, nous pensions qu’il s’agissait d’une auto-critique. Il y avait en effet matière à un article aussi long que celui que vous avez rédigé. Vous auriez commencé par dire qu’il ne suffisait pas de blâmer les gens qui succombent aux sirènes du conspirationnisme d’extrême-droite, dans la mesure où la plus grande faute venait bien évidemment des intellectuels , des experts et des journalistes étiquetés « gauche alternative » qui avaient diffusé et repris des thématiques conspirationnistes et néo-fascistes dans leur propre presse.
       
      Rien qu’avec Le Monde Diplo, vous aviez du lourd : par exemple #Alain_Gresh prenant la plume pour faire de la publicité à #Paul_Eric_Blanrue, présenté par Faurisson comme son successeur, les conférences des Amis du Monde Diplo avec comme invité d’honneur #Etienne_Chouard, passé depuis longtemps à la mouvance souverainiste d’extrême-droite et qui accueille des néo-nazis sur son mur Facebook.
       
      Au vu de vos nombreuses activités dans la sphère souverainiste « de gauche », vous auriez pu élargir : par exemple, vous appartenez au collectif des Economistes aterrés, auquel collabore également #Thomas_Coutrot. Ce dernier participera en septembre à un colloque organisé par #René_Balme , le maire de Grigny, et sera également présent le président d’ATTAC #Pierre_Khalfa. Cet élu anciennement du Parti de Gauche, soutient officiellement l’association d’extrême-droite Reopen 911, à qui peut être légitimement attribuée une bonne part de la diffusion des thèses antisémites et complotistes à grande échelle depuis dix ans. Monsieur Balme publiait également de la propagande négationniste sur son site Oulala.net.
       
      Votre camarade Coutrot se vautre donc dans la collaboration la plus ouverte qui soit avec un rouge-brun, comme d’autres avant lui.
       
      Nous comprenons que tous ces épisodes, témoignant au mieux d’un niveau hallucinant d’aveuglement et de crétinerie de la part des « experts » du Diplo et autres figures de la #gauche_souverainiste, au pire d’un accord quasi-total des mêmes avec les thèses les plus absurdes et les plus dangereuses qui soient, vous gêne quelque peu aux entournures. Surtout depuis que ces épisodes ont été médiatisés à une échelle assez large, alors que leur dénonciation par des militants de base était jusque là restée assez confidentielle.
       
      Mais ce n’est pas une raison pour mettre les turpitudes de vos amis et collègues sur le dos des autres.
      C’est pourtant bien ce que vous faites dans votre texte, où sans honte aucune, vous attribuez au « peuple » et à la « plèbe » la responsabilité de l’essor du #conspirationnisme. Autant vous dire , qu’en tant que membres lambda de la plèbe, nous ne comptons pas payer pour vos conneries, quand bien même le cadeau empoisonné que vous cherchez à nous offrir est enrobé de flatteries paternalistes et étayé par des citations de Spinoza. (septembre 2012).

      #Frederic_Lordon

  • Faut-il jeter le Diplo avec l’eau du complot ? - Le blog de luftmench
    http://luftmenschen.over-blog.com/article-faut-il-jeter-le-diplo-avec-l-eau-du-complot-1097666

    A Frederic Lordon

    Intellectuel de gauche

    Journaliste de gauche

    Chercheur de gauche

    Copie à : ensemble des « intellectuels » auto-proclamés du Monde Diplo et d’Attac et autres.

    Cher Monsieur Lordon,

    C’est avec un étonnement certain, que nous avons lu votre récente tribune intitulée « Conspirationnisme, la paille et la poutre ». Si nous avions été du genre Indignés, nous vous le disons sans ambages, nous aurions été indignés.

    Le titre nous avait alléché : eu égard aux errements récents du Monde Diplomatique et de l’extrême-gauche souverainiste, nous pensions qu’il s’agissait d’une auto-critique. Il y avait en effet matière à un article aussi long que celui que vous avez rédigé. Vous auriez commencé par dire qu’il ne suffisait pas de blâmer les gens qui succombent aux sirènes du conspirationnisme d’extrême-droite, dans la mesure où la plus grande faute venait bien évidemment des intellectuels , des experts et des journalistes étiquetés « gauche alternative » qui avaient diffusé et repris des thématiques conspirationnistes et néo-fascistes dans leur propre presse.

    Rien qu’avec Le Monde Diplo, vous aviez du lourd : par exemple Alain Gresh prenant la plume pour faire de la publicité à Paul Eric Blanrue, présenté par Faurisson comme son successeur, les conférences des Amis du Monde Diplo avec comme invité d’honneur Etienne Chouard, passé depuis longtemps à la mouvance souverainiste d’extrême-droite et qui accueille des néo-nazis sur son mur Facebook.

    Au vu de vos nombreuses activités dans la sphère souverainiste « de gauche », vous auriez pu élargir : par exemple, vous appartenez au collectif des Economistes aterrés, auquel collabore également Thomas Coutrot. Ce dernier participera en septembre à un colloque organisé par René Balme , le maire de Grigny, et sera également présent le président d’ATTAC Pierre Khalfa. Cet élu anciennement du Parti de Gauche, soutient officiellement l’association d’extrême-droite Reopen 911, à qui peut être légitimement attribuée une bonne part de la diffusion des thèses antisémites et complotistes à grande échelle depuis dix ans. Monsieur Balme publiait également de la propagande négationniste sur son site Oulala.net.

    bon alors les gens du diplo conspi ou pas conspi ? C’est quoi ces histoires ?

    • En tout cas les amis du monde diplo sur montpellier, c’est très proche des conspi oui. Mais ça reste a son stade innocence larvée peu politisé. Ils ont quand même invité chouard une fois et ne sont pas a sans mot pour le 11 Septembre 2001...

    • Pour Alain Gresh et Blanrue, on se fera une idée de l’éloge en le lisant : http://blog.mondediplo.net/2009-08-27-Sarkozy-Israel-et-les-Juifs (le texte ne parle que du livre) ; sur les Amis, le journal ne fait pas systématiquement la police des conférences qu’ils organisent indépendamment de lui… Quant à ce genre d’accusations :

      « Au vu de vos nombreuses activités dans la sphère souverainiste « de gauche », vous auriez pu élargir : par exemple, vous appartenez au collectif des Economistes aterrés, auquel collabore également Thomas Coutrot. Ce dernier participera en septembre à un colloque organisé par René Balme »

      , il me semble qu’elles sont un peu tirées par les cheveux. Il me parait délirant de demander au membres d’un collectif de surveiller les pérégrinations de tous les autres membres afin de se distancer immédiatement du collectif si ceux-ci côtoient à un instant donné une personne suspecte.
      Qu’on soit vigilant sur les dangers du complotisme, c’est sain et nécessaire, mais dans le cas d’espèce, c’est un peu acrobatique. En revanche, Lordon me semble effectivement à côté du sujet quand il attribue le complotisme au « peuple », comme le mentionne ce texte.

    • c’est ce que je pense au niveau des conférences ce sont les amis du diplo qui invitent, pas les gens du qui écrivent dans le diplo ^^ , oui Lordon devrait se limiter à l’économie certes.
      Des complotistes il y en a partout ça me pose problème, on ne sait plus que lire .... o_0

    • C’est bien luftmensch ? Parce que là, cette prose là, j’ai pas pu. Après 111 lignes ma main gauche s’est mise à frénétiquement taper Ctrl-W. Mais si c’est bien je peux peut-être aller me faire soigner ?

  • Faut-il jeter le Diplo avec l’eau du complot ?
    http://luftmenschen.over-blog.com/m/article-109766668.html

    Cher Monsieur Lordon,

    C’est avec un étonnement certain, que nous avons lu votre récente tribune intitulée « Conspirationnisme, la paille et la poutre » http://blog.mondediplo.net/2012-08-24-Conspirationnisme-la-paille-et-la-poutre. Si nous avions été du genre Indignés, nous vous le disons sans ambages, nous aurions été indignés.

    Le titre nous avait alléché : eu égard aux errements récents du Monde Diplomatique et de l’extrême-gauche souverainiste, nous pensions qu’il s’agissait d’une auto-critique. Il y avait en effet matière à un article aussi long que celui que vous avez rédigé. Vous auriez commencé par dire qu’il ne suffisait pas de blâmer les gens qui succombent aux sirènes du conspirationnisme d’extrême-droite, dans la mesure où la plus grande faute venait bien évidemment des intellectuels , des experts et des journalistes étiquetés « gauche alternative » qui avaient diffusé et repris des thématiques conspirationnistes et néo-fascistes dans leur propre presse.

  • A propos des racines et des excroissances du négationnisme - Luftmenschen
    http://luftmenschen.over-blog.com/article-negationnisme-noyau-dur-et-satellites-101552144.html

    Dans la deuxième partie des années 2000, en France et ailleurs, les militants négationnistes sont devenus non seulement fréquentables, mais très fréquentés et courtisés : au fur et à mesure de l’expansion de l’extrême-droite-organisée, leur public s’est élargi. Des dictatures, au premier rang desquelles l’Iran les ont soutenus et leur ont offert des moyens de propagande inédits. Dans le même temps, à gauche, les négationnistes bénéficient du soutien de plus en plus répandu de figures intellectuelles et d’une base assez vaste sous couvert de défense de la liberté d’expression ou d’ « antisionisme ». Le négationnisme est devenu un des pivots, une des centralités autour desquelles s’articule la synthèse néo-fasciste entre des éléments venus de tout le spectre politique.
     
    Décrypter les lignes de force au moyen desquelles le négationnisme se diffuse, dessiner les contours d’une mouvance qui va bien au delà des négateurs assumés, est donc nécessaire ; nous essaierons ici de commencer ce travail en nous intéressant à deux schémas de pensée intrinsèques à la sphère négationniste et à ses soutiens, la soi-disant défense de la liberté d’expression et le relativisme.

  • Aux sources de la conspiration - Le blog de luftmench
    http://luftmenschen.over-blog.com/article-aux-sources-du-conspirationnisme-84880410.html

    Le fascisme est la structure politique qui correspond à la forme la plus brutale du capitalisme, le conspirationnisme est le mécanisme par lequel une partie du prolétariat va être amené à soutenir cette structure politique.

    http://p.twimg.com/AZ9jz3zCMAEWkT1.jpg
    #Théorie_du_Complot #Conspiration